Skip to navigation – Site map
English Linguistics

AT et la sémantique des prépositions

Dominique Boulonnais
p. 9-65

Abstract

This paper examines the semantics of AT in English, with a view to accounting for the way prepositional constructions are learned in a usage-based approach to language.
Prepositions in their primary uses are shown to be both case and theta-role assigners, whose distribution in language use is
semantically determined by their core value. The latter is established through the analogical processes which control the development of variables in the corresponding prepositional constructions.
It is argued that AT has two main uses : an autonomous use in which the PP denotes a spatial or temporal adimensional landmark (there/then) and a dependent one in which the PP becomes part of a construction headed by a governing element, verb, adjective or noun (at + pronoun). AT PPs can instantiate three argument positions, Trigger, Target and Domain, depending on the governing element.
The paper also discusses two values which are commonly associated with AT in governed PPs, namely aggressiveness and incompleteness, to show that neither can be considered as part of the core meaning of the preposition.

Top of page

Outline

Top of page

Full text

« At is used to denote relations of so many kinds, and some of these so remote from its primary local sense, that a classification of its uses is very difficult. »
Oxford English Dictionary 2011, sous AT, Prep.

Introduction

  • 2 Mes très sincères remerciements à tous les collègues qui m’ont aidée de leurs conseils, et en parti (...)
  • 3 Le point de vue de l’OED cité en exergue est aussi celui de Lindstromberg (1997 : 165), par exemple

1L’objet de la présente étude2 est de mettre en lumière le fonctionnement sémantique de AT, dont on a pu dire, comme de beaucoup d’autres prépositions, que sa polysémie interdisait toute tentative de généralisation.3 Au-delà du cas proposé, il s’agira de réfléchir au fonctionnement des prépositions en général, le problème étant de concilier la multiplicité des emplois avec le recours à des formes linguistiques uniques.

2On distingue traditionnellement deux pôles en sémantique prépositionnelle, l’un monosémique et l’autre polysémique. L’approche monosémique se concentre sur les propriétés traversantes présentes dans les différents emplois de la préposition et confère un sens général, ou identité, à cette dernière. Les différences d’emploi sont renvoyées au contexte, qui détermine localement l’interprétation en fonction de règles et de principes que se donnent les diverses théories (voir Franckel et Paillard 2007, par exemple). Les approches polysémiques partent, au contraire, des divers emplois de la préposition, regroupés en catégories, et reconnaissent des sens distincts à cette dernière qu’elles tentent de fédérer en un réseau structuré (voir Tyler et Evans 2003, par exemple, et l’ensemble des études cognitivistes). Le réseau qui réunit les différentes interprétations est en général organisé autour d’une valeur fondamentale, habituellement spatiale, à partir de laquelle les autres valeurs sont dérivées, directement ou indirectement. Les extensions, dans les approches polysémiques actuelles, sont considérées comme motivées, bien que non totalement prévisibles, la motivation prenant la forme de principes métaphoriques (Lakoff et Johnson 1980, etc.).

3Les deux points de vue pourraient sembler extrêmement proches l’un de l’autre dans la mesure où tous les deux postulent l’existence de principes fédérateurs. Ils diffèrent cependant de manière significative en ce que les approches polysémiques reconnaissent des sens distincts aux prépositions (« senses »), là où les approches monosémiques ne reconnaissent que des emplois résultant d’effets contextuels. Pour Sweetser (1986), qui présente une version maximaliste de l’approche polysémique, l’application d’une extension métaphorique au régime entraîne automatiquement la constitution d’un nouveau sens pour la préposition. La sémantique des prépositions relèverait ainsi, selon elle, de la polysémie, qu’elle oppose à ce qu’elle appelle l’abstractionnisme. Reconnaître des sens différents aux prépositions, comme le fait Sweetser, confère une autonomie de fonctionnement aux emplois des prépositions qu’elle compare aux deux sens du mot cardinal, religieux et numérique, dont l’origine commune (« pivot ») est devenue inaccessible. La préposition IN, par exemple, aurait selon elle trois sens différents dans les phrases suivantes : There are wrinkles in the shirt you ironed, I’ll be with you in five minutes et Can she be in love again ? (Ibid. 533). Les prépositions, dans cette optique, développeraient ainsi des sens nouveaux, discrétisables, en fonction des changements de domaine de leurs régimes, régimes et prépositions participant d’un même fonctionnement. Elles se comporteraient de ce point de vue comme les lexèmes nominaux, qui lorsqu’ils changent de domaine changent de désignation (voir, par exemple, mole pour la taupe et le grain de beauté ou pig pour l’animal et le policier).

  • 4 Voir notamment Lindkvist (1978b) pour AT à l’époque moderne. La situation en vieil-anglais était tr (...)
  • 5 Ceci ne signifie pas qu’il faille exclure la possibilité de décrochages semblables à ceux de cardin (...)

4Le problème est que la distance sémantique entre les emplois cités apparaît comme très différente selon qu’il s’agit de prépositions ou de lexèmes nominaux tels que cardinal (pupil, etc.). La préposition en soi conserve une même valeur lors de l’application des principes de métaphorisation aux régimes. Le cas de cardinal, qui fait basculer les deux emplois du nom dans l’homonymie, ou de lexèmes polysémiques plus classiques tels que mole ou pig, n’est donc pas représentatif du comportement général des prépositions. Au delà des apparentes diversités d’emplois, ces dernières tendent en effet à présenter des comportements relativement compacts et stables, qui font que l’on ne relève que peu de décrochages internes, à conditions égales, dans l’expansion des formes.4 5

5Faut-il, dans ce cas, postuler une identité prépositionnelle commune à tous les emplois et s’orienter, de fait, vers une approche monosémique des prépositions ? L’abandon des prépositions à un traitement polysémique pose certes le problème de leur apprentissage et de la nature des connaissances linguistiques en général, mais si l’on choisit, au contraire, d’associer une valeur identitaire à la préposition pour rendre compte à la fois des emplois conventionnels et de l’innovation, ce sont d’autres problèmes qui apparaissent. Comment expliquer, par exemple, que les locuteurs puissent avoir accès à une valeur centrale à partir d’occurrences aussi variées et en apparence aussi différentes que celles du discours, et pourquoi cette valeur, si elle existe, demeure-t-elle quasi-inaccessible à la conscience ?

  • 6 Le travail a été effectué à partir d’une collecte personnelle d’exemples et de l’examen systématiqu (...)

6Pour répondre à ces questions, nous partirons de l’hypothèse d’une valeur centrale, hors décrochages, décrite comme résultant des procédures analogiques qui contrôlent la variation et par là l’ensemble des emplois. Dans une première partie, nous réfléchirons à la manière dont se construit l’identité sémantique des prépositions en général et celle de AT en particulier (Partie 1). Deux types d’emplois seront ensuite distingués pour ce dernier : les emplois topographiques, paraphrasables par THERE/THEN, d’une part (Partie 2), et les emplois argumentaux, qui correspondent à des paraphrases en AT + PRONOM, d’autre part (Partie 3). La dernière partie traitera des valeurs d’agressivité et d’incomplétude associées à la préposition (Partie 4). Nous tenterons enfin de suggérer en conclusion un mode de représentation du savoir linguistique qui rende compte à la fois de l’existence d’une valeur centrale gouvernant la variance et de son évidente absence de réalité psychologique chez les locuteurs.6

1. Construire la valeur

7On s’intéressera dans un premier temps à la manière dont fonctionne le sémantisme des prépositions en général (1.1), puis à la valeur de AT en système (1.2) et enfin au statut théorique des valeurs centrales dans le fonctionnement prépositionnel (1.3).

1.1. Les prépositions dans la grammaire de l’anglais

1.1.1. Cas et rôles thématiques

  • 7 Nous retiendrons par tradition le terme de préposition, même si celui d’adposition est plus appropr (...)
  • 8 Il existe, parallèlement aux emplois classiques à GN référentiel, des emplois dérivés correspondant (...)

8Les prépositions7, dans leurs utilisations premières8, ont un double rôle, syntaxique et sémantique. Elles permettent d’assigner des cas, ou fonctions, d’une part, et des rôles thématiques, d’autre part.

  • 9 Deux catégories de GN échappent aux règles générales du marquage casuel : les objets directs hors p (...)
  • 10 On remarquera aussi que les formes en ’S, dites flexionnelles, du génitif actuel sont devenues des (...)

9L’anglais moderne étant une langue analytique, les cas anciennement réalisés par le système flexionnel sont désormais assignés soit par configuration par rapport au verbe, soit par l’intermédiaire des prépositions. Sujets et objets, sauf exception pour certaines formes pronominales, n’ont pas de marquage morphologique casuel. Ils reçoivent leur cas directement du verbe par structuration (cas dits structurels, ou configurationnels). Tous les autres GN de la langue nécessitent normalement l’emploi d’une préposition qui spécifie leur fonction.9 On parlera d’assignation locale du cas par la préposition (ou cas inhérents). Les prépositions en anglais moderne ont ainsi pris le relais des inflexions génitives10 et datives du vieil-anglais. La morphologie casuelle n’a donc a priori plus aucun rôle à jouer dans la grammaire actuelle, même si les traces d’un fonctionnement flexionnel désormais obsolète se maintiennent avec différents degrés de régularité pour certains pronoms (he/him/his ou who/whom/whose). Verbes et prépositions sont ainsi les seules catégories de l’anglais à même d’assigner des cas aux GN et de leur conférer des fonctions qui permettent d’articuler les différents niveaux de structuration syntaxique au sein de la phrase.

  • 11 Van Valin et La Polla (1997 : 139sq.), par exemple, distinguent deux macro-rôles sémantiques pour l (...)

10Outre leur fonction syntaxique, les prépositions, comme les verbes, servent également à attribuer des rôles thématiques à leurs régimes. Ces derniers sont déterminés lexicalement, par le sémantisme du terme recteur, verbe ou préposition. Les prépositions ont ainsi développé un vaste réseau d’oppositions sémantiques qui permet de distinguer un grand nombre de rôles thématiques dans différents domaines, notamment celui de la localisation. Le dispositif prépositionnel vient ainsi compléter le système d’assignation des rôles par le verbe, qui se limite aux arguments actants (« acting-upon arguments ») et aux arguments actés (« acted-upon arguments »).11

11Si toutes les prépositions assignent des cas, ou fonctions, toutes n’assignent pas de rôles sémantiques. On distinguera les prépositions pleines des prépositions vides, également dites « incolores », dont la seule contribution à la grammaire, dans l’acception générale que nous retiendrons ici, est d’ordre syntaxique. Pour illustrer la différence, on comparera l’expression standard opposition to war à la forme beaucoup moins fréquente, mais également attestée, opposition of war :

(1)




If there is a voice in the opposition to war that deserves to be heard and honored, it’s the voice of Veterans For Peace. (…) It brings me a great sense of hope and reassurance knowing the VFP are out there across this country, committed to standing strong in opposition of war, and in the fight for truth and justice. (Northern Express, Michigan, 2005)

12Contrairement aux verbes, les noms n’ont pas la possibilité syntaxique d’assigner des cas (to oppose war vs. *opposition war), rendant ainsi nécessaire le recours à une préposition. En tant que préposition pleine, to a ici pour rôle sémantique de désigner un point d’aboutissement (Localisation) interprété comme un repère (« par rapport à x »), un type d’emploi que l’on rencontre également dans les utilisations géométriques (at an angle to the wall), évaluatives (superior to something), etc. Opposition to war désigne donc une réaction par rapport au terme repère qu’est la guerre et, par extension, les individus concernés. La valeur de repère est assignée au régime par le contenu sémantique de to.

13Dans l’expression concurrente en of, la préposition est employée dans sa version désémanticisée, ou incolore. Cet emploi de OF s’oppose à son fonctionnement premier de désignation des Sources ou Origines (a grain of sand, to die of a disease, etc.). Comme dans le cas précédent, la préposition assure un cas à son régime. La différence est que, du fait de son absence de contenu lexical, of n’est pas en mesure d’assigner à ce dernier le rôle thématique attendu. Le GN war reçoit alors son rôle par l’intermédiaire du verbe lexical sous-jacent, oppose, qui fait de lui un Patient (interprétation objectale). Le choix de la forme en of permet de mobiliser explicitement le verbe d’activité correspondant et, partant, de représenter ici un procès (ou « complex event nominal » dans la terminologie de Grimshaw 1990) en contraste avec la forme de réification standard qui désigne l’attitude ou les individus qui la pratiquent. A priori, donc, si préposition il y a, cette dernière assigne à la fois un cas et un rôle thématique à son régime. La seule exception concerne les prépositions vides, qui traduisent une dissociation entre l’assignation du cas et celle du rôle sémantique. Ce dernier doit alors être assuré lexicalement par le verbe sous-jacent en fonction de son propre contenu lexical.

1.1.2. Prépositions dépendantes et vacuité sémantique

14Une conséquence importante de ce double fonctionnement est que les prépositions lexicales associées aux verbes, aux noms et aux adjectifs, assignent non seulement des cas, mais aussi des rôles thématiques à leurs régimes. Nous défendrons ici l’idée que, dans le cas des verbes prépositionnels (to look at, to depend on, to wait for, etc.) ou des noms et adjectifs accompagnés de GP à préposition pleine (delight/delighted at, eagerness/eager for, etc.), la préposition, et elle seule, est en charge du rôle thématique. On s’opposera en cela à une idée extrêmement répandue (voir notamment Huddleston et Pullum 2002 : 647sq.), selon laquelle les prépositions « dépendantes » sont grammaticalisées, ou incolores. De nombreux arguments peuvent être avancés contre cette approche. Nous en citerons cinq pour les seuls verbes prépositionnels, qui nous permettront d’illustrer le problème :

  1. Un certain nombre de verbes à complément indirect ont des variantes transitives (voir par exemple to shoot someone et to shoot at someone, dans l’alternance dite conative). Si la préposition était transparente et s’il s’agissait simplement d’attribuer une fonction au complément, le verbe devrait suffire. Ce dernier pourrait également assurer l’interprétation argumentale de son complément par l’intermédiaire de son propre contenu lexical. Seule la construction directe devrait donc exister, or ce n’est pas le cas. Il est également évident que l’existence de deux constructions, directe et indirecte, pour les verbes concernés traduit des différences de rôles sémantiques (voir par exemple la distinction entre Patient et Cible dans l’exemple cité). Si la préposition des compléments indirects intervient dans l’interprétation sémantique de l’argument post-verbal, elle a donc nécessairement un contenu lexical.

  2. On sait également que la complémentation indirecte des verbes ne se réduit que très rarement à une seule préposition. La plupart du temps, diverses prépositions sont possibles, sans pour autant que l’on ait à faire à des circonstants (voir par exemple look for/at/to/into etc.). En l’absence de sélection contraignante par le verbe, aucune préposition ne peut donc être considérée comme vide.

  3. Le problème n’est pas différent pour les verbes prépositionnels tels que to climb (up) a mountain ou to flee (from) Egypt, dont la préposition peut effectivement apparaître comme redondante, comme le montre la possibilité de la supprimer (voir Quirk et al. 1985 : 685). La préposition entre ici dans une opposition argumentale non seulement avec la construction directe (voir a. ci-dessus), mais aussi avec d’autres prépositions possibles (to climb down the mountain/to flee to Egypt), de sorte que sa contribution sémantique à la structure argumentale, au lieu d’être nulle, est en fait double.

    • 12 On inclura dans cette an alyse les prépositions dites « casuelles » du datif et du génitif. Il va d (...)

    D’autre part, lorsqu’une seule préposition est possible dans le cadre d’un verbe donné, comme to depend on, par exemple, l’emploi de la préposition s’inscrit dans le programme sémantique général de cette dernière. ON est utilisé pour désigner des entités dont on sait qu’elles peuvent être décrites comme appartenant à la catégorie des supports (to rely/rest on something, etc.).12 Il n’y a donc pas de différence de fonctionnement sémantique entre les prépositions « autonomes » et celles qui seraient associées à un verbe, ou prépositions dites « inhérentes » (Dixon 2005 : 290sq.), les deux partageant le même contenu lexical.

  4. Enfin, la désémanticisation supposerait que toutes les prépositions entrant dans la complémentation de verbes ont une version vide (dépendante) et une version pleine (autonome), ce qui n’est pas défendable. Il est en effet difficilement envisageable qu’il existe de multiples prépositions à usage purement structurel dans une langue. L’anglais n’en a qu’une, qui est OF. Les verbes assignant directement leurs rôles thématiques à leurs objets, ils n’ont pas besoin de prépositions incolores pour accomplir cette fonction. Lorsque la préposition OF est utilisée avec un verbe lexical, elle a par conséquent ses emplois habituels de Source, quelle que soit la nature du verbe : action (to dispose of), dire et savoir (to speak/know/hear of) ou affect (to think/approve of, to smell of). Il s’ensuit que, si le rôle thématique est assigné par une préposition dans le cas des verbes, la préposition est nécessairement pleine. Ce qui s’applique aux verbes s’applique également aux autres éléments recteurs, hors emplois grammaticalisés de OF.

1.2. AT et la localisation co-incidente

15Dans l’optique adoptée ici, la valeur lexicale centrale, qui représente l’identité de la préposition, est ainsi définie pour chaque préposition en fonction du rôle thématique qu’elle assigne à son régime. Il s’ensuit que les prépositions telles que nous les avons décrites n’ont pas de valeurs relationnelles susceptibles d’une représentation prédicative de type aRb, où R serait une relation unissant deux éléments référentiels sur le modèle du repérage localisant. Il n’y a pas de transfert direct en langue du schéma conceptuel de repérage, d’autant plus que de nombreux emplois prépositionnels ne relèvent pas de ce dernier. Le seul rôle des prépositions, dans leur fonctionnement premier, est l’assignation de cas à leurs régimes et, lorsqu’elles ont un contenu lexical, de rôles sémantiques. En tant qu’éléments linguistiques, elles ne sont donc concernées que par la partie (Rb) de la relation, là où la notion de localisation opère sur les deux éléments, repéré (a) et repère (b). C’est donc dans le contexte des rôles thématiques que se définira la valeur.

1.2.1. Les modes de représentation de la valeur

16Il existe dans le cas des prépositions différents modes de représentation de la valeur. La linguistique cognitive, par exemple, représente le sens des prépositions comme une image ou un schéma mental, qui serait a priori commun à toutes les utilisations ; ce schéma est présenté comme préverbal, et ancré dans l’expérience acquise par l’individu dans son interaction avec le monde (voir notamment Tyler et Evans 2003). La notion d’intériorité, qui fonde l’emploi de IN en anglais, par exemple, peut-être décrite comme partagée par la plupart des formes de vie animée (comme en témoignent les comportements de mise à l’abri), et acquise préalablement à l’utilisation du morphème correspondant chez le jeune enfant.

17Le problème est que toutes les prépositions ne sont pas susceptibles d’une représentation mentale sous forme de gestalt, de sorte que la plupart des tentatives de représentations schématiques se limitent de fait aux relations locatives. La cause par exemple pose problème, car aucun schéma représentatif ne peut être intuitivement isolé, même si la relation cause-conséquence est également pré-linguistique en ce qu’elle préside notamment à l’anticipation du plaisir et de souffrance chez les espèces animées. A supposer que la relation cause-conséquence puisse être représentée par une flèche orientée reliant les deux variables de la relation sur le modèle d’un trajet nécessaire, comment peut-on rendre compte de relations causales complexes qui font intervenir des présupposés argumentatifs (voir, par exemple, Anscombre et Ducrot 1983) ? Une phrase telle que We left early because of the traffic présuppose un topos du type « traffic one leaves early » correspondant à une stratégie d’évitement. Le fonctionnement argumentatif est normatif, allant dans le sens du topos (reconnaissance du topos et prise en compte de ce dernier). Si l’on prend maintenant l’exemple du raisonnement adversatif correspondant, We left early in spite of the traffic, la notion de « cause contrariée » devient si complexe que peu de locuteurs qui utilisent communément in spite of sont à même de retracer le double processus qui préside à son emploi : reconnaissance du topos d’évitement et non prise en compte de ce dernier. Il s’ensuit que les schémas sur lesquels se fonde la linguistique cognitive, quelle que soit leur utilité par ailleurs, ont pour effet de réduire le fonctionnement du langage à l’interaction directe avec le monde, faisant des compétences linguistiques une sous-catégorie des connaissances gouvernant l’action.

  • 13 AT fut longtemps la forme normale pour les villes telles que London etc., un usage qui a disparu au (...)
  • 14 Il existe d’autres modèles, comme celui des prototypes, qui est également emprunté à la psychologie (...)

18Or, en supposant que l’application de ces schémas ne concerne que les relations locatives susceptibles d’être décrites sur le modèle des connaissances qui président à l’action, les utilisations des marqueurs correspondants devraient être identiques d’une langue à l’autre et ne varier qu’en fonction de la réalité à laquelle les locuteurs sont confrontés. Les exemples pourtant abondent de différences entre langues à expérience égale. On dit, par exemple, en français sur/*dans les Champs Elysées (en référence à l’avenue) et dans/*sur une petite rue, alors que la différence surface-contenant n’est pas pertinente dans d’autres langues. L’anglais britannique tend à utiliser IN pour les deux (in Oxford Street/in a small street) et l’anglais américain ON (on Fifth/on a small street). La distinction IN/ON sera en revanche utilisée dans ces deux variétés pour des contrastes fonctionnels (Violet 2009). De même, on dira in Paris en anglais et à Paris en français, alors que jusqu’à la période moderne les deux langues utilisaient une préposition ponctuelle (fr. A/angl. AT).13 Tout ceci ne peut être appris qu’en confrontation avec la langue et non déduit par abstraction à partir de l’interaction que peuvent avoir les individus avec le monde,14 rendant ainsi nécessaire un recentrage de l’analyse prépositionnelle sur les modes de représentation spécifiques à chaque langue et sur le fonctionnement linguistique en général.

  • 15 Voir par exemple Pinker (1989), Pustejovsky (1995) ou Wierzbicka (1988), parmi beaucoup d’autres mo (...)

19Le procédé descriptif que nous utiliserons sera celui classique, bien que d’expression très variable, de la componentialité15, qui permet une représentation du sens comme un ensemble de caractéristiques sémantiques déterminé par les emplois de la préposition. On rappellera que les modèles, en tant que tels, comme celui de la componentialité, sont des systèmes de représentation et de prédiction, sans valeur explicative. A la différence des théories, ils n’ont aucune réalité psychologique a priori qui supposerait que les traits postulés soient directement actifs dans le fonctionnement du langage. C’est là un point sur lequel nous reviendrons.

1.2.2. La valeur de AT

20Dans une approche componentielle, la valeur de AT peut être décrite par une représentation à trois traits, correspondant à la notion de point (voir notamment Quirk et al., 1985 : 673-674). Le premier (+ localisation) est partagé par le sous-ensemble des prépositions qui servent à la localisation dynamique ou statique et qui obéissent au schéma Figure-Ground décrit par Talmy (2000, etc.). Le second (+ co-incidence) isole parmi ces dernières celles pour lesquelles le repère et le repéré occupent un même lieu et sont donc co-incidents, sans être co-extensionnels. Herskovits (1986 : 128) évoque à ce propos une relation de chevauchement (« overlap ») entre les entités repérées et les entités repères. L’anglais a trois prépositions de ce type IN, ON et AT, que Cuyckens nomme dans la tradition néerlandaise « setting prepositions » ou « prépositions co-incidentes » (1985 : 51-52). Elles s’opposent aux autres prépositions locatives, telles que OVER ou NEAR, qui représentent les éléments repères et repérés comme occupant des espaces différenciés.

  • 16 On pourrait penser que les traits fonctionnels sont seconds par rapport à l’observation des proprié (...)

21Ces trois prépositions se distinguent par un trait supplémentaire de classification, qui justifie l’existence de formes concurrentes au sein de ce qui apparaît comme un même fonctionnement sémantique. Ce trait a deux lectures. La première est géométrique et assigne aux régimes des propriétés de dimensionnalité. IN désigne son régime comme tri- ou bi-dimensionnel, ON comme bi- ou uni-dimensionnel et AT est neutre quant à sa dimensionnalité. La deuxième lecture est fonctionnelle et interactionnelle. IN représente son régime comme un contenant, avec possibilité d’intériorisation, et ON comme une surface ou une ligne, avec possibilité de support ou d’alignement. Les deux prépositions s’opposent à AT, qui, de par sa neutralité dimensionnelle (- dimensionnalité), ne peut exprimer que l’identification locative, ce qui en fait la préposition de localisation co-incidente par excellence.16

22AT s’oppose également dans le sous-système des prépositions à utilisation statique à IN et ON, de la même manière que TO s’oppose à ONTO et INTO dans celui des prépositions dynamiques, même si le parallèle est loin d’être total entre les deux paradigmes de formes. TO, pour ne citer qu’un seul exemple, est beaucoup moins contraint dans ses emplois que AT. Il s’utilise librement avec les toponymes, notamment, alors que la préposition stative correspondante, AT, est sujette à de nombreuses restrictions (She went to London on business vs. *She was at London on business). Si la distinction statique-dynamique est relativement stable et productive entre TO et AT (He went to/*at school vs. He was at/*to school), les valeurs locatives et directionnelles peuvent toutefois s’inverser. TO a une interprétation stative dans dancing cheek to cheek et AT une interprétation dynamique dans to shoot at someone. AT et TO se distinguent des autres prépositions en ce que les valeurs statiques et dynamiques sont encodées par des formes différentes (contre une seule proposition À en français, par exemple). Les deux prépositions AT et TO restent cependant soumises au même processus d’extension fonctionnelle qui permet à chaque préposition spatiale d’entrer dans un fonctionnement double (The ball rolled under/behind the bed vs. The ball is under/behind the bed), une ambivalence qui était autrefois exprimée par une distinction casuelle au niveau des régimes (« accusative of motion » et « dative of rest »). Sans doute est-il donc préférable de considérer qu’il ne s’agit pas de sens différents, mais simplement d’utilisations distinctes, le seul trait pertinent étant celui de localisation. Localisation s’entendrait alors comme une référence locative indépendante de l’utilisation contextuelle qui en est faite. La distinction statique-dynamique pourrait ainsi être traitée dans le cadre de la polysémie ordinaire (Ravin et Leacock 2000), au même titre que les oppositions cause-conséquence ou activité-résultat.

23L’absence de spécification dimensionnelle qui oppose AT à IN et ON permet de trouver une issue au débat qui oppose les linguistes concernant sa valeur, localisation stricte ou proximité. La valeur de proximité est par exemple défendue par Wesche (1986-1987), pour qui AT localise le repéré dans le voisinage immédiat du repère (« immediate vicinity »). Comme l’a montré Cuyckens (1985), il existe trois cas de figure possibles pour les GP en AT : ceux où AT implique une localisation incluant le repéré dans le repère désigné par AT (at strategic points), ceux où il indique la proximité du repéré par rapport au repère (at the table/window/door) et ceux qui ont la double possibilité d’interprétation, localisation inclusive ou proximité, selon que le repéré est à l’intérieur du repère ou près de ce dernier (at the station). Le repérage étant adimensionnel, la distinction intérieur-extérieur est neutralisée. Le troisième cas de figure évoqué par Cuyckens (indétermination) apparaît donc comme la norme. I’m at the station sert simplement à distinguer la localisation du repéré par rapport à tout autre lieu que la gare dans un fonctionnement cartographique. De même, I’m at home now peut aussi servir à décrire la localisation de quelqu’un qui gare sa voiture en face de chez lui. Comme l’ont fait remarquer Cuykens et d’autres, la proximité a ses propres moyens d’expression (next to, by, about, etc.).

1.3. La notion de valeur centrale

24Deux points retiendront notre attention concernant la notion même de valeur centrale : son domaine d’application d’une part (1.3.1) et son statut théorique d’autre part (1.3.2).

1.3.1. Cohérence préposition-régime

25Il existe une compatibilité bien connue de AT avec les lexèmes référant spécifiquement à des points et ayant une existence qui peut être indépendamment perçue comme adimensionnelle. Ces points peuvent appartenir à l’espace ou, par métaphorisation, au temps.

  • 17 On pourrait également citer dans cette catégorie l’expression prédicative at stake (>at issue), où (...)

26Si l’archétype de cette catégorie de régimes est le terme point17, on y trouve également des régimes spatiaux qui correspondent à l’intersection de deux lignes (intersection, crossroads, angle, corner, fork) ou sont calculés par rapport à un volume, une circonférence ou un axe (core, centre, North/South pole) :

(2)

I remembered how I’d been stuck one day at the corner of Arteria boulevard and Normandie avenue. (W. Boyd, 1981)

27À ceci s’ajoutent des régimes qui, bien que ne désignant pas des points, impliquent la notion d’intersection. Dans ce cas, le GN régime correspond généralement à une ligne transversale dans une trajectoire, réelle ou imaginée (road, street, fence, frontier, border, rim, edge, cliff, bluff, river, coast, beach, ocean, sea, lake, etc.), qui, lorsqu’elle est rencontrée, donne lieu à une intersection (voir la notion de « crosspath » chez Herskovits 1986).

(3)


At the lake, turn right and follow the lake passing the picnic area before turning left and a quick right at the sign pointing the way to Snug Cove.
(www.vancouvertrails.com/…/mount-gardner)

28Correspondent également à des points, les régimes temporels ponctuels (instant, minute, moment), ainsi que ceux désignant des seuils et transitions entre deux périodes inscrites sur un parcours (turning/turn, transition). Ces derniers peuvent également être paraphrasés par « at this/that point », le terme point étant commun à l’espace et au temps :

(4)


Finally, the river deposits show the arrival of more open conditions (there are fossil horses), and a new technology at the transition to the glacial conditions of MIS 8. (C. Stringer, 2006)

29Il est toutefois important de remarquer que la convergence entre les propriétés dimensionnelles du régime et la valeur de la préposition ne représente qu’un cas de figure parmi d’autres. La valeur est une propriété de la préposition, et non des régimes. La plupart des régimes employés avec AT concernent des GN qui offrent une distance importante avec la valeur ponctualisante de la préposition. Sam is at home with Dad ou Look at that big dog sont tout aussi représentatifs du fonctionnement de AT que les régimes indépendamment considérés comme adimensionnels. On n’a donc aucune raison de penser que la cohérence maximale des valeurs respectives des prépositions et de leurs régimes ait un quelconque impact sur l’apprentissage ou permette de définir des protoytypes dans l’installation de la forme chez les apprenants. A ceci s’ajoute le fait que les régimes indépendamment perçus comme ponctuels peuvent se voir conférer des propriétés dimensionnelles en association avec IN ou ON (in a corner/on a corner ou in an instant/on the instant), de sorte que les propriétés dimensionnelles premières des régimes n’ont aucune valeur contraignante a priori dans la sélection des prépositions. La ponctualité du régime n’est de ce fait ni une condition nécessaire, ni une condition suffisante pour l’emploi de AT.

30L’adimensionnalité doit donc se lire comme une absence de spécification dimensionnelle du repère, et non comme une forme de compactage que subiraient les repères et qui les transformerait en points. Les repères conservent leurs propriétés dimensionnelles habituelles, comme le montre l’inclusion possible de modifieurs référant à la taille ou à la forme des référents (tall, large, square, etc.). AT fonctionne de ce point de vue comme un simple outil d’identification locative qui ne fait appel à aucune des propriétés physiques des référents.

1.3.2. Quel statut pour les valeurs centrales ?

31La valeur centrale, dans l’approche retenue ici, est un construit théorique qui permet de fédérer les diverses utilisations de la préposition en tant qu’assignateur de rôle thématique et de rendre compte de leur dispersion. Elle est établie empiriquement par le linguiste à partir de l’inventaire des usages et repose sur l’hypothèse d’une évolution motivée des emplois. Elle est à concevoir comme l’émanation des procédures analogiques qui ont conduit à l’expansion des utilisations et doit idéalement permettre de déterminer les facteurs contrôlant cette dernière. En d’autres termes, c’est le fonctionnement analogique d’expansion des emplois qui construit et contrôle la valeur.

32La valeur des prépositions, en contrepartie, ne relève pas d’une hypothèse psycholinguistique sur la manière dont fonctionnerait le langage. On n’a en effet aucune raison de penser qu’elle ait une quelconque réalité psychologique qui lui permette de présider aux choix énonciatifs dans l’utilisation ordinaire de la langue. Ainsi le facteur déclenchant la sélection de AT par les locuteurs n’est pas le concept de localisation adimensionnelle du repère. Comme nous le verrons, la sélection de AT est contrôlée de manière procédurale par l’intermédiaire des constructions dans lesquelles la préposition apparaît. C’est à partir de ces dernières que les locuteurs reproduisent les utilisations de la préposition dans leur pratique et extrapolent vers d’autres emplois.

33Dans cette approche centrée sur l’utilisateur, ni l’apprentissage, ni l’utilisation de la préposition ne passent donc par la médiation d’une représentation intellectuelle telle qu’elle peut être décrite en linguistique. On n’a en effet aucune raison de penser que les locuteurs ont accès à des connaissances qui échappent généralement aux lexicographes et aux linguistes. Les locuteurs anglophones seraient d’ailleurs très certainement surpris d’apprendre qu’il leur arrive de représenter leur domicile ou le chien des voisins comme des entités adimensionnelles dans une relation de repérage, ou encore que at least et at all correspondent à des formes de localisation. La notion de valeur dans le cas des prépositions n’a de sens que comme principe fédérateur de l’expansion, permettant de rendre compte de la relative cohérence fonctionnelle des outils.

34À partir de la définition proposée, l’analyse distinguera deux catégories d’emplois pour AT. Dans la première catégorie, le GP a une valeur décrite comme topographique, paraphrasable par THERE/THEN dans des emplois locatifs ou scéniques et sémantiquement autonomes. Dans la seconde, le GP en AT est incorporé au schéma actanciel d’un terme recteur, verbe, nom ou adjectif. Il est alors paraphrasable par AT + PRONOM (at it/that/him etc.). L’intégration du régime dans un schéma actanciel confère à la préposition un rôle sémantique qui s’ajoute à son fonctionnement locatif d’origine, AT conservant son identité à travers l’ensemble de ses emplois.

2. Les emplois topographiques

  • 18 Un exemple pour illustrer la différence est celui du plan du métro de Londres, qui est topographiqu (...)

35La première question qui se pose est celle de déterminer pourquoi certains référents locatifs sont traités comme des lieux (IN et ON) et d’autres comme des identifications locatives, ou repères au sens ordinaire du terme (AT). Pour ce faire, nous établirons une distinction entre représentations géographiques et topographiques. Une représentation topographique, contrairement à une représentation géographique, est un arrangement de points sans réalité dimensionnelle, qui sont reliés par des trajets limités à des relations configurationnelles. En d’autres termes, les représentations topographiques, dans la définition que nous adopterons ici, sont des abstractions à partir des données géographiques.18

  • 19 Les emplois topographiques neutralisent la distinction espace-temps. Le fait que le spatial soit pr (...)

36Deux grandes catégories d’emplois topographiques se dégagent des relevés qui sont fonction du mode de répartition des points dans l’espace et le temps19 : les emplois de dispersion (2.1) et les emplois d’alignement (2.2). Les emplois de dispersion sont liés à la notion de fonctionnalité des repères dans une représentation multi-directionnelle, tandis que les emplois d’alignement sont perçus comme des étapes dans une représentation sous forme de trajet.

2.1. Les emplois de dispersion

37Les emplois de dispersion sont des emplois strictement locatifs, sémantiquement autonomes, paraphrasables par THERE, qui se répartissent dans l’espace comme des repères sur une carte, sans principe géométrique organisateur. Ils réfèrent à des lieux constitutifs d’une topographie privée ou partagée.

2.1.1. Les emplois de fonctionnalité

  • 20 Comme le souligne Herskovits (Ibid. : 132), il existe des exceptions. Elle imagine une situation d’ (...)

38La notion de repérage suppose normalement celle de distance. Comme l’ont fait remarquer de nombreux linguistes (notamment Cuyckens 1985 et Herskovits 1986), I am/was/will be at the supermarket s’emploie d’ordinaire dans le contexte d’une distance spatiale ou temporelle, comme par exemple lorsque les deux interlocuteurs occupent des lieux différents (am) ou que la situation relatée appartient à un moment révolu ou à venir (was/will be). Le repérage suppose également la fixité du repère et, dans une certaine mesure, celle de l’élément repéré. Ainsi dans la phrase She is at the boat, le bateau (repère) doit correspondre à un endroit fixe. My boat is at the lake, de même, tend à décrire un bateau (élément repéré) au repos, plutôt que naviguant sur un lac (Herskovits ibid. : 132). Hors processus de repérage topographique, la localisation se fait habituellement de manière géographique à l’aide de ON (She is on the boat et My boat is on the lake).20

39Distance et fixité ne sont pas les seuls éléments contraignants dans le processus de repérage. La phrase I’ll meet you at the watercooler, par exemple, est possible, mais pas ?I’ll meet you at the teapot, même si la théière a une place attitrée (voir d’ailleurs l’impossibilité de la paraphrase en THERE dans ce deuxième cas). Le recours à une telle phrase serait nécessairement ludique, car faisant de la théière, par polyphonie, un repère établi et partagé. Pour qu’un régime puisse être constitué en repère, il est nécessaire qu’il ait une certaine saillance en tant que tel, fondée ici sur une fonctionnalité reconnue et partagée.

40Les lieux associés à cette topographie mentale sont des lieux définis par les activités correspondantes. En d’autres termes, c’est la fonctionnalité de ces derniers qui rend possible leur représentation adimensionnelle. Si les moyens de transport (boat, car, truck, trailer, bus, plane) font partie des repères, comme les instruments de manière générale, ils sont relativement atypiques, du fait de leur localisation contingente. La plupart des lieux concernés ont une localisation permanente. Tous les lieux fonctionnels, ou lieux où est assurée une fonction, entrent dans cette catégorie, dans leur version dénotative (lexicale) ou désignative (noms propres) : lieux de résidence (home, flat, cottage, squat, tent, hotel, Hilton, camp), de travail ou d’étude (bank, IBM, office, warehouse, mill, ranch, farm, base, shipyard, school, college, university, Stanford), de restauration, sport, culture ou détente (zoo, museum, theatre, cinema, club, restaurant, pub, gym, stadium, park, beach, sea-side, pond, lake, river, golf course), de services et d’approvisionnement (dry cleaner’s, gas station, supermarket, bakery, florist, drugstore, Harrods), de soins (spa, clinic, hospital, rehab center), de culte (shrine, temple, synagogue, church, parish) et de services publics (station, bus stop, airport, harbour, ministry, townhall, police station, jail, morgue, crematorium, cemetery). Associés à des repères à référence définie, ils déterminent la topographie dans laquelle évoluent les individus. La référence spécifique peut être étendue par association à des indéfinis (at the > a hotel). Le GN cesse alors d’être un lieu unique dans l’univers du locuteur pour désigner un élément d’une catégorie (at a theatre/hospital/cemetry).

41AT est également utilisé pour désigner des repères à l’intérieur et à l’extérieur des bâtiments (notamment door (step), window, table, desk, sink, stove, pump, well, fire auxquels s’ajoutent, pour les lieux publics, reception, ballroom, auditorium, bar, cafeteria, buffet, front desk, podium, lectern, altar, watercooler, stenograph). Ces lieux sont, de même, associés à une fonctionnalité spécifique, qui est définie par leur utilisation non-marquée (voir, par exemple, l’accès vers l’intérieur ou vers l’extérieur pour les ouvertures).

(5)




a.

The reporters found their places, the defendant was brought in, Eleanor Dokes took her seat at the stenograph. (D. Guterson, 1998)

b.

They drew water from a feeder creek and warmed themselves at a slash pile kept burning by his children(Ibid.)

  • 21 Le français a la possibilité d’utiliser DANS pour les espaces privés (Jean est dans la chambre/la s (...)

42AT, en revanche, ne s’emploie normalement pas en anglais pour les pièces d’habitation privées (bedroom, bathroom, kitchen). Il en va de même des dépendances (cellar, basement, roof terrace, yard, garden). Contrairement au français, les localisations privées de ce type sont normalement traitées comme des lieux géographiques, qui requièrent l’emploi de IN ou de ON selon les cas, alors que les pièces publiques prennent AT (bar, ballroon, sacristy).On opposera par exemple in the library, qui peut désigner une pièce dans une habitation, à at the library, qui est nécessairement un lieu public.Une différence comparable existe entre The car is at the garage, où garage désigne un lieu fonctionnel, et The car is in the garage, qui est utilisé pour un local privé. Les lieux fonctionnels tels qu’ils peuvent être définis par l’emploi de AT sont liés à une activité professionnelle, domestique, récréative, ou autre et à ce titre représentent des sites, ou localisations d’activités associées à des utilisateurs.21 Ainsi I’ll meet you at the room est possible pour référer à un logement fonctionnel de type hôtelier dans un contexte de repérage, mais pas ?*I left the umbrella at the bedroom, qui, en tant que lieu de vie, nécessite normalement l’emploi de IN.

43La notion de fonctionnalité, associée à celle d’utilisateur, est également présente dans l’expression at the beach ou at the ocean (fr. à la plage/à la mer) comme dans les phrases (6) ci-dessous, qui désignent des lieux référant aux vacances en bord de mer (lieux de villégiature), sans constituer une localisation géographique au sens strict du terme, comme le feraient on the beach ou by the ocean :

(6)






a.



It rained during their first evening at the beach, and their cottage roof turned out to have a leak. This was not a very fancy cottage, not an oceanfront, resort‑style cottage, but a dumpy little house on the inland side of Highway 1. (A. Tyler, 1995)

b.

Benton and I were supposed to drive to Hilton Head tonight to spend a week at the ocean. (P. Cornwell, 1998)

44Dans aucun des cas de dispersion évoqués ici, la taille du repère n’est en cause. To be at the beach ne dit, ni n’implique que la plage soit nécessairement petite pour pouvoir être représentée comme un point. L’expression ne dit pas non plus que la plage occupe un lieu éloigné. Le critère de distance lié au processus de repérage ne doit donc pas être interprété comme une version perceptuelle du critère de taille, qui ferait que les repères appréhendés de loin seraient réduits par la distance à des points.AT dans ces emplois s’applique uniquement pour constituer les éléments en repères topographiques (ou « landmarks » au sens usuel du terme).

2.1.2. Les sites et les toponymes

45Les sites, en tant que lieux associés conceptuellement à des activités d’investigation par exemple (crime/murder/investigation scene, excavation site, etc.), prennent normalement AT, comme en (7a) ci-dessous. Ce type d’emploi inclut également des toponymes, comme en (7b) :

(7)






a.


The Purfleet archaeological record is significant because (…) it duplicates what was recorded in the previous interglacial at sites like Swanscombe. (C. Stringer, 2006).

b.


Humans hung on at Crayford for a while for there are beautiful flint flakes made by the Prepared Core technique alongside woolly rhino jaws… (Ibid.)

  • 22 De nombreux linguistes évoquent à ce propos une distinction entre localisation étroite et localisat (...)

46Les emplois du type (7b) constituent une exception au fait qu’en anglais les toponymes n’admettent normalement que des représentations géographiques, avec emploi de IN. Les villes et les quartiers, comme New York et Chelsea, dans leurs utilisations ordinaires, par exemple, se comportent comme des lieux de vie, sans spécialisation fonctionnelle. Il en va de même pour les continents, les pays et les régions comme Australia, Botswana, the Netherlands, Normandy, etc. (voir également town, neighborhood, suburb, region, county, state, country, continent etc.). Si les toponymes tels que Crayford en (7b) prennent AT, c’est en tant que sites fonctionnels d’activité, les lieux de vie correspondants se construisant avec IN (to live in Crayford).22

47On note également des emplois de toponymes pour des sites associés à des événements historiques, en particulier des activités militaires comme en (8a), mais pas uniquement, comme le montre l’utilisation de AT en (8b) avec Vichy, qui désigne ici le siège de la collaboration française pendant l’Occupation :

(8)








a.



I urge all Federal agencies, interested organizations, groups, and individuals to fly the flag of the United States at half-staff this and every December 7 in honor of those who died as a result of their service at Pearl Harbor. (G. W. Bush, 2001)

b.



Central to enduring anxiety in France is what happened at Vichy in the four years after July 1940, when Marshal Philippe Pétain established a Nazi puppet regime called The French State in the wake of Germany’s military victory. (The International Herald Tribune, 2006)

48La notion de site explique également l’emploi de AT avec les noms de villes dans des expressions telles que UCLA (University of California at Los Angeles). La construction concerne l’hébergement d’établissements universitaires, mais aussi de stades et de salles omnisports (the Cow Palace) ou de tout autre endroit associé à une activité (the beach), comme en (9) ci-dessous :

(9)







a.




It brought forth a tremendous amount of loyalty in Gene toward Knievel, the type of loyalty that saw Gene defend his friend from the Hells Angels in the Cow Palace at San Francisco ; that saw him wait hand and foot on his friend after crashes that put him on his back… (www.precious-testimonies.com/BornAgain/d-g/GeneS.htm)

b.

Most mornings, early, I go down to the beach at Santa Monica to try and meet Christopher Isherwood. (W. Boyd, 1981)

49On comparera ces emplois, où les villes repères fonctionnent comme des sites où s’inscrivent les entités fonctionnelles repérées, à ceux des sites professionnels, qui servent à localiser les fonctions elles-mêmes et ceux qui les exercent (a job at the Treasury, the chief economist at the Moscow offices of Brunwick UBS Warburg, British Ambassador at Washington, etc.). Leur fonctionnement est celui des adresses, électroniques ou postales, exprimées par AT, comme en (10) ci-dessous, où Lime Avenue désigne le domicile du père du locuteur :

(10)


I told him about Dad, and said that if he happened to be in London with some time to spare it would be nice if he called at Lime Avenue, especially when I would be away. (D. Lodge, 2008)

  • 23 Les mesures et relevés scientifiques résultant des activités correspondantes ont également des adre (...)

50Comme précédemment, c’est le processus d’identification fonctionnelle qui motive ces emplois et les constitue en adresses (ou lieux de domiciliation adimensionnels).23

2.1.3. Les instruments

51Comme on l’a souvent fait remarquer, les emplois de localisation fonctionnelle autorisent les glissements inférentiels du lieu à la fonction associée. Une phrase telle que Sam is at the office peut simplement signifier que Sam est sur son lieu de travail (repérage localisant), mais aussi qu’il travaille (activité). Dans ces emplois, la localisation est première et n’implique pas nécessairement l’activité correspondante, de sorte que la référence à l’utilisation attendue (le travail), lorsqu’elle est présente, appartient aux implicatures et peut par conséquent être annulée comme en (11) ci-dessous :

(11)


As last week I ate clam chowder at my desk myself, I don’t feel I can make the French onion soup a colleague had the day before into a moving issue. (The Financial Times, 2005)

52Ces implicatures peuvent revêtir une importance particulière lorsque le régime ne constitue pas en soi une localisation pré-existante, comme dans le cas des instruments de musique, par exemple (to be at the drums/piano/saxophone/turntable). L’emploi de AT avec ces derniers est normalement interprété comme référant directement à l’activité correspondante (« être à > jouer etc. »).

53On remarquera que les instruments ne fonctionnent en tant que repères que lorsque le repéré entretient une relation fonctionnelle avec ces derniers. Ainsi dans les exemples suivants, le repéré est nécessairement l’utilisateur, que l’implicature correspondante soit activée ou non :

(12)







a.

She’d been at the sink peeling supper potatoes. (D. Guterson, 1998)

b.

There she stood at the stove ladling soup with the calm ease of one who feels there is certainly such a thing as grace. (Ibid.)

c.

He would rise early, strip-wash himself at the basin in his room, make himself a cup of coffee (…) and emerge quietly into the grey morning. (A. Brookner, 1999)

54Il en va de même pour at the (steering) wheel (« être au volant > conduire ») :

(13)


In Mother’s sedan (…) would ride Jo, my brother Georgie, and I in the back seat, with the family chauffeur and houseman of that period – Mac, that is – at the steering wheel(P. Taylor, 1986)

  • 24 Contrairement aux instruments tels que desk, stove, sink, etc., qui ont des utilisateurs, les meubl (...)

55Si You’ll find him at the piano est possible, *You’ll find the score at the piano ou *The dog is at the piano ne le sont pas, à interprétation égale. L’interprétation fonctionnelle est bloquée et partant l’emploi de AT. De même, les expressions at the sink/stove/basin ou at the wheel ne peuvent s’appliquer qu’aux utilisateurs, même lorsque l’implicature de l’activité correspondante n’est pas active. On en voudra pour preuve l’impossibilité des phrases *You’ll find the pressure cooker at the stove ou *The dog was at the wheel. Un phénomène semblable existe en français pour être au piano/aux fourneaux/au volant.24

2.2. Les emplois d’alignement

56AT ne désigne pas que des adresses fonctionnelles dans ses emplois topographiques. Le deuxième facteur qui gouverne l’utilisation de AT est l’alignement. Dans ces emplois, les repères font partie d’un trajet, réel ou envisagé, dont ils constituent des étapes. Trois catégories d’emplois peuvent être distinguées : les emplois discontinus, dans lesquels le repère constitue un point sur un trajet non-scalaire (2.2.1), les emplois scalaires, qui sont des emplois de continuité dans lesquels tous les points du trajet sont juxtaposés (2.2.2) et les emplois polaires, qui ne prennent en compte que les extrémités d’un fonctionnement axial (2.2.3). AT sert ainsi à créer des repères dans du continu, en établissant des étapes discrètes. Le domaine dans lequel se situent ces emplois est spatial, mais il peut aussi être temporel, la métaphore du trajet s’appliquant également au temps parcouru ou à parcourir.

2.2.1. Les emplois discontinus

57Les emplois discontinus supposent un espacement irrégulier des points sur un trajet spatial ou temporel. Lindkvist parle de « points on a route » (1978b : 52).

2.2.1.1. Les emplois spatiaux

58Pour ce qui est des emplois spatiaux, on examinera dans un premier temps les trajets dans l’espace, puis dans un second temps la manière dont le concept s’étend à la cartographie corporelle.

59• Un exemple classique du fonctionnement discontinu est constitué par les entités repères qui jalonnent les routes à intervalles irréguliers (toll booth, checkpoint, (traffic) light, sign, ou encore bridge, church, gas station, etc.). Plus généralement, n’importe quel élément, proche ou lointain, peut être représenté comme une étape si l’arrière-plan est lui-même envisagé comme un trajet, c’est-à-dire comme une ligne. En (14) ci-dessous, par exemple, la progression des deux protagonistes passe par deux étapes successives, au cours desquelles ils laissent derrière eux une partie de leurs compagnons. La première de ces étapes est constituée par un groupe d’agriculteurs et la seconde par le bac de rafraîchissement des bières, deux éléments qui n’ont a priori aucune propriété de localisation, si ce n’est de figurer sur un trajet :

(14)


By this time, Ty and Caroline had made their way to us through the crowd, peeling off Daddy at the group of farmers standing aroundHarold and Pete at the tub of iced beer. (J. Smiley, 1991)

60Les toponymes, qui sont en quelque sorte désinvestis de leurs propriétés géographiques par la notion de trajet, participent librement à ces emplois, notamment dans les tournées électorales, sportives ou artistiques (We played at Chicago). AT, dans ces emplois, est généralement associé à une étape transitoire, ou « port of call » chez Lindkvist (1978a), mais il peut également correspondre à un point de départ (Littlehampton en 15a) ou à un point d’arrivée (Nouméa en 15b), qui participent également de la notion de trajet :

(15)








a.



During the low sea levels of the glacial stages the River Arun, which now enters the Channel at Littlehampton, ran on for several miles before flowing into a valley carved by a massive south‑flowing river… (C. Stringer, 2006)

b.



On the first day of November the Second Division left Wellington, presumably on maneuvers at Hawkes Bay again, but ending up instead at Nouméa on the French island of New Caledonia. (D. Guterson, 1998)

61• Le repérage topographique permet également de cartographier le corps humain sur le modèle du parcours, avec pour étapes throat, temple, jaw, mouth, waist, hips, shoulders, elbows, small of one’s back, nape of one’s neck, side(s), feet ou fingertips. On ajoutera également l’expression à valeur prédicative at hand. Ce qui vaut pour les humains vaut également pour les animaux (gills), les voitures (fin) et les vêtements (seam, hem, collar, belt et autres termes empruntés au corps comme elbow, waist, armpit) :

(16)









a.



They all turned to look at her, the boys shirtless and small against the walls of raspberries, Carl bent at the knees, his knife in hand. He, a giant with a russet beard, closed the knife, and slipped it into the sheath at his belt. (D. Guterson, 1998).

b.

When he picked his net and held them (the fish) pinched at the gills he felt in their silence how desperate their sojourn was… (Ibid.)

c.

I do remember that. It (the car) had a blue stripe along the side that angled upward at the fin. (J. Smiley, 1991).

62Les parties du corps, comme celles des vêtements, étant alignées sous forme de parcours, les éléments repères seront en priorité ceux qui constituent des étapes naturelles, soit parce qu’ils sont fonctionnellement saillants (hand, foot, mouth, nose, gills), soit parce qu’ils correspondent à des seuils ou à des extrémités (waist/middle, neck, elbow, throat et fingertips, fins) :

(17)











a.



He placed his left hand over it and began to pump in the manner of someone attempting to resuscitate a drowning victim. And as he did so a foam (…) mushroomed at the deceased’s mouth and nose. (D. Guterson, 1998).

b.



According to Eamon Duffy in Fires of Faith, she (Mary Tudor) is wearing ‘a Tao cross on a choker of pearls at her neck, and hanging from her girdle is a gilt-enamel reliquary with emblems of the Four Evangelists’. (The NY Review of Books, 2010)

c.

He was in better shape than Ty, although not without a little thickness at the middle. (J. Smiley, 1991)

63AT est toutefois également présent avec divers types de localisations non-ponctuelles dont la représentation linguistique est discrète (thigh, hip, temple), démontrant une fois de plus l’absence de déterminisme configurationnel dans l’emploi des prépositions :

(18)


The sheriff brought his left leg down from the piling, hitched his trousers at the thigh and brought his right up, then settled his elbow on his knees. (D. Guterson, 1998)

2.2.1.2. Les emplois temporels et événementiels

  • 25 C’est un phénomène bien connu que le temps emprunte en grande partie son expression à l’espace (voi (...)

64Le temps chronologique est représenté de la même manière que les trajets spatiaux à l’aide de moments repères.25 Ces étapes sont soit des moments, soit des événements, qui en tant qu’éléments discrets, structurent l’univers temporel des locuteurs.

65• Les repères temporels peuvent être annuels (at Thanksgiving, Christmas, Easter, Passover, Hanouka, birthdays) :

(19)

In the last three years, I had sent presents at birthdays and Christmas(J. Smiley, 1991)

66Ils peuvent également être quotidiens et correspondre à des seuils (at sunrise, dawn, daybreak, sunset, sundown, twilight, dusk, midnight, noon). Les projections temporelles dans ce domaine concernent principalement les repas et le coucher, qui combinent temporalité et fonction (breakfast, lunch, dinner, prayer, suppertime et bedtime).

67Si les étapes mentionnées ont pour caractéristique d’avoir une existence discrète, culturelle ou fonctionnelle, qui préexiste à leur utilisation avec AT, la notion d’étape peut également être construite notionnellement à l’aide d’outils génériques tels que mid ou half. Le temps (20a) fonctionne de ce point de vue comme l’espace (20b) :

(20)







a.


With 1,378 KFC restaurants in China, and 201 Pizza Huts at mid-2005, Yum ! owns two of the best-known brand names in the world’s most populous market. (The Economist, 2005)

b.



I urge all Federal agencies, interested organizations, groups, and individuals to fly the flag of the United States at half-staff this and every December 7 in honor of those who died as a result of their service at Pearl Harbor. (G. W. Bush, 2001)

68• AT introduit également des événements, ou repérages espace-temps, avec une double possibilité de paraphrase en THEN et en THERE. Parmi les événements, on compte les festivités (at the party, pig roast, church dance, annual dinner), les occasions culturelles ou sportives (performance, concert, lecture, conference, (football) game, rally, reenactment), les cérémonies (ceremony, (social) event, bar mitzvah, service, wedding, funeral, inauguration, opening) et les occasions commerciales ou professionnelles (meeting, (press) conference, briefing, (corporate) event, (Vatican) council, sale, auction, trial, harvest) et enfin les événements privés (conversation, rendez-vous, fight) :

(21)




a.

That’s going to get eaten up if he works for me at harvest as much as I’m going to need him. (J. Smiley, 1991)

b.

I said I had bought some shirts at the January Sales, which made me wish I had… (D. Lodge, 2008)

(22)

‘I guess you’d have to guess,’ said Nels, ‘having not been present at their conversation.’ (D. Guterson, 1998)

69À ces événements s’ajoutent des étapes linéarisées dans les domaines professionnels et techniques. Elles font partie de processus dont elles constituent des seuils conventionnels (voir par exemple boarding, take-off, landing pour les voyages en avion). Ce fonctionnement peut être étendu à divers processus non-conventionnels. En (23), par exemple, la phase de submersion est représentée comme une étape technique dans un processus ayant conduit à la mort de la victime :

(23)


It was a result, Horace knew, of air, mucus, and seawater all mingled by respiration, which meant the deceased had been alive at submersion. (D. Guterson, 1998)

70On inclura également dans ce fonctionnement les étapes correspondant à des changements de situation institutionnalisés dans les spectacles, l’enseignement, les jeux ou tout autre domaine (intermission, recess, turn), ainsi qu’à d’autres formes d’événements récurrents liés à ces occasions (lulls) :

(24)





a.

At her turns, Rose threw the dice off the table and banged her tiny metal shoe around the spaces. (J. Smiley, 1991)

b.


At lulls in the game he would stretch his legs out, twine his hands across his lap, and stare at the radio as it spoke to him. (D. Guterson, 1998)

2.2.2. Les emplois scalaires

71Les emplois scalaires sont sous-tendus par une représentation en ligne. Contrairement aux étapes à fonctionnement discontinu, ils supposent une continuité absolue sur une échelle recomposable. Ce mode d’exploitation de la préposition a donné lieu à de nombreux emplois dérivés de caractérisation (emplois prédicatifs) et de manière (emplois adverbiaux), avec perte du fonctionnement référentiel du régime et, par conséquent, de la paraphrase locative en THERE/THEN.

2.2.2.1. Modes d’expression des échelles

72Les emplois scalaires concernent toute mesure faisant intervenir une échelle de valeurs, exprimée sous forme de quantification, ordonnancement ou intensification.

73• Les échelles de quantification sont en général d’expression cardinale. Elles concernent des domaines extrêmement variés tels que l’âge, la hauteur, la distance, la vitesse, la taille, le nombre de pages, le volume, le niveau, la valeur, etc.

(25)





a.


A team at Austria’s International Institute for Applied Systems Analysis (IIASA) says the world population, now a little over 6bn, is likely to peak at about 9bn in 60 years’ time. (The Guardian, 2001)

b.

Margaret Rose died on Saturday at the age of 71 after suffering a stroke – suspected to be her fourth in four years… (Time, 2002)

74Les phrases (25) illustrent l’évolution des utilisations prépositionnelles référentielles paraphrasables par THERE en (25a) vers des utilisations prédicatives habituellement exprimées par un GADJ, comme en (25b), dont la paraphrase est d’ordre adjectival (« aged 71/*then »).

75Des quantifieurs généraux, comme par exemple all/any/no/some/(a) little, entrent également dans la construction, souvent avec des interprétations adverbiales non-référentielles (voir par exemple at some/little cost, at all costs, at any rate, at all).

76• Aux diverses formes de quantification s’ajoutent les ordinaux :

(26)


His legs were stilts, his eyes leaked water, his beard ended in wisps at the third button of his vest, his skin appeared pink and chafed. (D. Guterson, 1998)

77• Enfin, l’échelle peut être exprimée par des adjectifs de mesure tels que short, long, profound, high, ou valuatifs, comme hysterical, qui exprime ici l’intensité :

(27)




a.

He (Pinter) understands at a very profound level how complex human beings are, and he’s not looking to explain that. (Time, 2001)

b.

‘You go first !’ screamed someone else. Ishmael recognized the voice of Private Harvey, now at a hysterical pitch. (D. Guterson, 1998)

78Dans ces deux derniers cas, la localisation sur l’échelle est réinvestie pour exprimer la manière (27a) ou la caractérisation (27b). Ainsi at a very profound level est plus ou moins synonyme de l’adverbe de manière profoundly, tandis que at a hysterical pitch correspond à l’adjectif prédicatif hysterical. Il arrive aussi que l’information quantitative soit absente, comme dans l’expression adverbiale de manière at (rapid) speed, la notion elle-même se substituant à la quantification :

(28)


They tell us to slow down, notice this, take a detour, and stop. (…) To omit the comma after detour would have the sentence suddenly coasting at speed again instead of slowing to the final halt. (L. Truss, 2003)

2.2.2.2. Les échelles temporelles26

  • 26 Sur cette question, voir Wierzbicka (1993), ainsi que la relecture qui en est faite dans Dufaye (20 (...)

79Dans le domaine du temps, les emplois d’alignement correspondent aux heures, conceptualisées comme des localisations (at 3.30). Ces emplois s’opposent aux périodes de temps exprimées par IN (in 1849/July/the first week of September) et aux dates et occasions exprimées par ON (on that occasion/the fourth of July/that day/the morning of the fifth).

  • 27 Le domaine structurant des heures est à distinguer de la spécification locative exprimée par IN (tw (...)
  • 28 Bennett (1975 : 116-118) évoque le problème des emplois de AT avec des mois ou des dates, là où l’o (...)
  • 29 Le fait que l’on puisse occasionnellement rencontrer des exemples tels que :

80Le domaine structurant des heures est la ligne que constitue la date ou l’occasion de rattachement (at 3 p.m. on Monday/on the 1st of March/on Christmas Eve/on the morning of the fifth/on 9/11).27 28 Les dates et occasions ont une structure interne faite de points et fonctionnent comme des alignements qui autorisent le déplacement. On rapprochera les emplois temporels de ON de son emploi spatial pour les moyens de transport avec possibilité de déplacement avant-arrière (voir Leech 1967), un emploi qui peut être illustré par la différence entre Get in the Cessna et Get on the 727 (Reid 2004).29 Si ON représente un trajet potentiel, AT à l’inverse, du fait de son statut de localisateur adimensionnel, exclut toute structuration interne et partant toute possibilité de déplacement. Ceci permettrait d’expliquer l’emploi de AT avec night. L’absence fonctionnelle de structuration interne de la nuit traduirait l’inactivité liée aux mécanismes biologiques. Le fait que la nuit puisse être représentée comme une localisation ponctuelle n’exclut pas pour autant les représentations dimensionnelles en IN ou en ON (in the night ou on the night of the fifth). AT met ici en arrière-plan la dimensionnalité, de la même manière qu’il neutralise cette dernière dans ses utilisations spatiales.

  • 30 Il est intéressant de noter à ce propos que, du point de vue syntaxique, night est aligné sur les t (...)

81Un phénomène comparable existe pour WEEK-END, qui est généralement utilisé avec AT en anglais britannique et ON en anglais américain. Dans le premier cas, le week-end est conceptualisé comme une localisation adimensionnelle du fait de la présence du lexème end désignant un pôle, alors que, dans le second, il correspond à une entité temporelle permettant les déplacements internes. L’expérience du monde peut être considérée comme identique dans les deux cas, excluant une fois de plus toute forme de déterminisme extra-linguistique. La seule différence est entre une représentation ponctuelle désignant un repère dans un alignement sur le modèle des étapes, et une représentation linéaire autorisant le déplacement, sur le modèle des occasions et des dates.30

2.2.3. Les emplois polaires

82Les emplois polaires sont liés à un cheminement conceptuel ou ligne virtuelle, dont ils constituent les points extrêmes. On inclura dans cette catégorie toute notion qui borne un domaine spatial, temporel, ou notionnel. Les emplois polaires entrent dans deux types de fonctionnement : bi-polaire (où les deux pôles existent en système) ou uni-polaire (où seul le pôle de départ est représenté).

2.2.3.1. Les emplois bi-polaires, ou axiaux

83Il existe deux modes principaux de représentation des pôles, les antonymes et les superlatifs, qui se répartissent entre les différents domaines, spatiaux, temporels et événementiels.

84Les emplois spatiaux correspondant à des expressions lexicales antonymiques concernent des oppositions telles que top ≠ bottom, center/core/heart ≠ periphery/outside/rim/brink/edge/verge, surface ≠ bottom, front ≠ back/rear, left ≠ right, head ≠ foot/heel, bow ≠ stern, peak/height/pinnacle ≠ low. Les emplois temporels, bien qu’extrêmement fréquents en termes d’occurrences (« tokens »), sont lexicalement plus limités (« types ») du fait de l’appartenance du temps à un fonctionnement linéaire, comme beginning/start/onset/outset/source/origin/crack/break ≠ end/close. Les événements peuvent aussi participer au fonctionnement polaire, comme arrival ≠ departure ou birth ≠ death.

  • 31 Les emplois polaires peuvent se démultiplier en déclinant les notions de base sous diverses formes. (...)

85Divers superlatifs d’origine adjectivale ou adverbiale sont également employés dans l’expression des pôles, tels que first last, earliest ≠ latest, qui peuvent prendre des fonctions adverbiales (at first/last) en plus de leur fonctionnement référentiel habituel (spatial at the first traffic light, temporel at the first stroke of midnight, ou événementiel at the first battle).31

  • 32 Les emplois polaires, comme les emplois scalaires, de AT datent de la période du moyen-anglais et r (...)
  • 33 L’expression at land a été employée jusqu’au milieu du xixe siècle (voir par exemple defeats at lan (...)
  • 34 Les états précédés de AT se distinguent de ceux privés (mentaux, psychologiques ou physiques) intro (...)

86On notera enfin que AT s’emploie également avec des états32, lorsque ces derniers reposent sur des oppositions lexicales (peace war/conflict/daggers drawn, work rest, work ≠ play, ease/standstill attention, sea ≠ (land)/anchor33, odds/variance ≠ one, loss ≠ gain, advantage ≠ disadvantage) ou sur des superlatifs (at its best/worst et dans leur version adverbialisée at best ≠ worst, at most ≠ least). Les GP en AT, dans cette catégorie, ont des valeurs prédicatives caractérisantes (She is at ease/at her best) ou parfois adverbiales (He is at best/least a good conversationalist). En tant que tels, ils cessent d’être paraphrasables par THERE/THEN.34

2.2.3.2. Les emplois de déclenchement

87Certains emplois enfin sont uni-polaires. Ils correspondent à des termes qui signalent un déclenchement et qui n’ont pas de contrepartie en système. Le régime est un événement (généralement un signal, un mande, ou un percept) qui est à l’origine du procès décrit.

88La première catégorie concerne les signaux (sign, signal, prompt) :

(29)


At a prompt, she typed in her user name and password, answered other secure prompts to work her way into the system, invisibly cruising through secret gateways on the Web… (P. Cornwell, 1998)

89La seconde rassemble des emplois dans lesquels le déclencheur est l’expression de la volonté d’autrui (command, request, invitation, suggestion) :

(30)








a.



‘As long as I was checking on Carl Heine, he asked, could I bring out Miyamoto’s records ? I did so and examined them at his request.’ (D. Guterson, 1998)

b.



At the advice of a black man whom he befriended soon after changing his skin color, he did shave the hair from his hands to improve the authenticity of his appearance… (The Washington Post, 2007)

90La troisième concerne des percepts ou sensations (sight, sound, pinprick) à fonction de déclencheur :

(31)






a.


And he looked out the front door, and so did I, and here came Caroline across the road from Rose’s, up the porch steps. At that sight, I gave up my last reservations… (J. Smiley, 1991)

b.

She spoke as if the heavy dark clouds which massed above Kenilworth Parade were bags of snow, liable to drop their loads at the slightest pinprick. (R. Rendell, 2010)

91Parallèlement aux événements perceptuels, AT peut également introduire des référents cognitifs correspondant à une entrée en conscience. Ces derniers sont en général précédés par un terme générique correspondant à un seuil, tel que realization, thought, idea (of), qui constitue le référent en événement. Il arrive toutefois que ce dernier soit absent, comme en (32), où l’on doit sous-entendre un terme constitutif d’événement, tel que realization :

  • 35 L’expression pronominale référentielle at that à valeur de déclenchement (« là dessus/sur ce ») se (...)

(32)




The house looked incredibly bare and bleak after they had gone, and when I took a last look round before I left it (…), I felt a wave of sadness flood through me, at the fragility of our grip on life, the ease with which the marks we leave on the surface of the earth are erased. (D. Lodge, 2008)35

92En résumé, on peut donc identifier deux principes de mise en arrière-plan de la dimensionnalité dans la localisation topographique : la fonctionnalité, d’une part, qui fait du repère un site d’hébergement d’une activité, et son appartenance à un processus de linéarisation, d’autre part, qui constitue le référent en étape sur un trajet. Les deux sous-catégories d’emplois, dans leurs utilisations premières, ont pour fonction de constituer les régimes en repères dans des espaces ou sur des trajets réels ou potentiels. Leur fonctionnement est en ce sens cartographique. Elles se complètent et peuvent éventuellement se combiner en un fonctionnement convergent, comme par exemple dans to stop at the supermarket on the way home.

3. Les emplois actanciels : domaines, stimuli et cibles

93Les emplois actanciels des régimes introduits par AT ont pour propriété de s’inscrire dans le fonctionnement lexical des verbes et autres termes recteurs. Leur interprétation est déterminée en collaboration avec les schémas argumentaux de ces derniers. Ils se distinguent des emplois de repérage topographique en ce que leur paraphrase requiert une proforme nominale (at it/them, etc.), qui signale l’incorporation du GP à la structure actancielle du terme recteur et sa perte d’autonomie sémantique.

94Trois catégories d’arguments sont concernées, qui correspondent aux trois étapes des procès : les Domaines dans les procès d’occupation et de compétence (to work at/to be good at), les Stimuli dans les procès d’affect (to rejoice at/to wonder at) et les Cibles dans les procès de visée (to aim at/to look at). Les emplois de Domaine s’inscrivent dans le prolongement de la localisation fonctionnelle, tandis que ceux de Cible et Stimulus relèvent du fonctionnement polaire. En représentant les deux bornes conceptuelles des procès par AT, le fonctionnement actanciel des GP reproduit celui binaire des pôles.

95Il est important de remarquer qu’aucun des trois rôles, Domaine, Cible et Stimulus, n’est directement imputable à la préposition. AT conserve sa valeur fondamentale de localisation adimensionnelle, comme le montre sa double compatibilité avec les arguments visés, donc agis (Cibles) et les arguments agissants (Stimuli). Le schéma actanciel superpose un nouveau rôle sémantique au GP locatif d’origine tel qu’il est défini par la présence de AT. Là où AT dit la localisation, le contenu sémantique de l’élément recteur définit le rôle, Stimulus, Domaine ou Cible. Il n’existe donc pas un schéma actanciel en AT, mais trois.

  • 36 Selon Lindkvist (1950 : 129), l’emploi de AT pour les personnes a cédé la place à BY à la fin du mo (...)

96Un des signes distinctifs du phénomène d’incorporation argumentale est la possibilité qu’ont les GP d’admettre des référents personnels dans certains contextes argumentaux (to aim/wonder at someone), alors qu’ils sont exclus des emplois topographiques *She stood at Mary at Mary’s side).36 Les Cibles peuvent également être mobiles. De manière générale, les propriétés topographiques, telles que la fonctionnalité des repères et leur fixité, perdent leur pertinence dans ces emplois. Les régimes acquièrent, en revanche, des caractéristiques liées à leur nouveau rôle. Les GP en AT deviennent compatibles avec des emplois dynamiques prospectifs (to aim at) et rétrospectifs (to rejoice at), ces derniers étant normalement assurés dans le domaine spatio-temporel par TO/TOWARDS/FOR et FROM/OF ou d’autres prépositions indiquant respectivement le point d’aboutissement et le point de départ. Ces divergences et d’autres encore manifestent l’abandon du repérage spatio-temporel traditionnel, avec perte des paraphrases en THERE/THEN, pour une nouvelle fonctionnalité définie par le schéma actanciel du terme recteur.

97Nous examinerons dans cette troisième partie chacun des trois emplois actanciels relevés, avant de nous interroger en dernière partie sur les valeurs d’agressivité et d’incomplétude que l’on associe généralement à ces derniers.

3.1. Les emplois de domaine

98Les domaines, comme le montre leur emploi avec les trois prépositions IN, ON et AT (to work in/on/at something), sont traités comme des lieux dont l’arrière-plan est celui du savoir et du savoir-faire. Deux catégories d’emplois peuvent être distinguées pour AT, en fonction des caractéristiques lexicales de l’élément recteur : les occupations, d’une part, et les compétences, d’autre part. Toutes deux dépendent d’une expansion métaphorique dans laquelle les occupations et les compétences sont constituées en localisations adimensionnelles par le sémantisme de la préposition.

3.1.1. Les occupations

99Les emplois d’occupation concernent des tâches et activités dans le contexte d’éléments recteurs exprimant le travail ou le jeu. L’élément recteur peut être un verbe ou une locution verbale (to work, play, be (hard), be caught, keep, go, get, have a go, try one’s hand, strive, cheat at) ou encore une expression adjectivale prédicative (to be busy at).

100On reconnaît par ailleurs deux types de régimes : ceux qui réfèrent à l’entité sur laquelle s’exerce l’activité et ceux qui concernent l’activité elle-même. Les deux sont reliés par extension associative. Les exemples (33) ci-dessous permettent de retracer le cheminement conceptuel de l’entité en tant que lieu de l’activité (the right wheel of the car en a) à l’activité elle-même représentée ici par le gérondif (milling sawlogs on his own en c), en passant par des entités associées à une tâche-type (the dishes en b). Les paraphrases normalement attendues sont de forme AT + PRONOM :

(33)












a.



Ishmael recognized it (the car) as the Willys station wagon that belonged to Fujiko and Hisao Imada ; in fact, Hisao was working with a shovel at its rear right wheel, which he dropped into the roadside drainage ditch. (D. Guterson, 1998)

b.



He knew that she rose at a quarter after five every morning, made her bed, fed her chickens, showered, dressed, cooked herself a poached egg and toast, (…) then got immediately at her breakfast dishes and whatever housework needed doing. (Ibid.)

c.


Here and there an islander tried his hand at milling sawlogs on his own, leaving fragrant heaps of sawdust and mounds of cedar bark at roadside. (Ibid.)

101Il est intéressant de remarquer que l’association de AT avec les activités tend à se constituer en un fonctionnement autonome de sorte que les emplois de Domaine s’étendent à des prédicats qui n’expriment pas directement le travail, comme to join someone en (34) :

(34)


In June, when the berries ripened, they took their caddies into the fields and began the task of picking. Canadian Indians came down each year to join them at working for the hakujin. (G. Guterson, 1998)

102Il n’existe aucun lien sémantique évident entre le verbe recteur join et la notion de travail qui soit à même de garantir l’interprétation du régime comme représentant une activité. C’est l’utilisation du verbe work et de la forme gérondive working au sein même du régime qui fait de ce dernier une activité. Ce type d’exemple signale l’émergence d’une sous-catégorie d’activités indépendante de la sémantique lexicale des prédicats recteurs, indiquant une consolidation des utilisations de AT dans la représentation de ces dernières.

3.1.2. Les compétences

103Les GP en AT référant aux compétences se trouvent dans le contexte d’expressions prédicatives adjectivales (to be good, skilled, adept, better, clever, artful, awesome, expert, experienced, successful, proficient, practiced, trained, bad, hopeless, dreadful at) ou nominales (to be a master, an expert, a demon at) :

(35)







a.

Like the man he was – a strong man of bold character, trained from an early age at the art of stick fighting. (D. Guterson, 1989)

b.


She was frail, and slow. But she gave Imogen the curious impression that she was good at being frail ; quite practised and skilled at it. (J. Paton Walsh, 1995)

c.

… she says he was a demon at scrabble. (Ibid.)

104Ces emplois se rencontrent également dans le contexte de groupes nominaux qui ont pour tête training, ability, success :

(36)









a.

Kabuo’s training at kendo had begun when he was seven. (D. Guterson, 1989)

b.

Kabuo only pressed himself harder and measured his life according to his success at bringing salmon home. (Ibid)

c.



It’s said that bridge workers, the bridgemen, are so mean you can never tell if they’re sick or drunk or both. I aped these men, including the Mohawks, who are well known for their abilities at working at great heights. (J. Harrison, 1984)

105Les expressions rectrices ont en commun un fonctionnement réalisant ou déréalisant, selon qu’elles tendent vers la réalisation ou la non-réalisation de la prédication. Elles sont de ce fait apparentées à la modalité radicale dynamique.

106Les régimes, eux-mêmes, peuvent correspondre à des noms de domaine, mais ils renvoient généralement à des activités. Ainsi good at math(s) est beaucoup plus fréquent que good at physics, car l’expression réfère non seulement au domaine, mais aussi à l’activité de calcul. De fait, les régimes correspondent très souvent à des gérondifs (killing with a stick) ou à des nominalisations lexicales (stick-fighting), qui dénotent l’activité :

(37)




And at this point, sir, in the scenario, could the defendant not – a trained kendo master, remember, a man proficient at killing with a stick, lethal and experienced at stick fighting – could the defendant not have leapt aboard and killed Carl Heine with a hard blow to the skull (…)?’ (D. Guterson, 1998)

  • 37 IN peut également être employé dans l’expression des domaines, comme en (i) ci-dessous, où il s’agi (...)

107La concurrence avec ON et IN (to be an expert on/in) vient confirmer la spécialisation fonctionnelle, par opposition à intellectuelle, des domaines introduits par AT. Les régimes introduits par AT correspondent à du savoir-faire dirigé vers l’action, plutôt qu’à un savoir intellectuel concernant un « champ d’étude » particulier. On en voudra pour preuve l’absence de AT dans des contextes typiquement intellectuels, tels que a book/thesis/lecture on/*at.37

3.2. Les emplois de stimulus

108Les emplois de Stimulus des GP en AT ont été largement recensés dans la littérature. On se reportera notamment à Quirk et al. (1985 : 712), par exemple, qui les décrivent comme déclenchés par la présence de prédicats de réaction émotionnelle.

3.2.1. Les éléments recteurs

109Dans ces emplois, les éléments recteurs peuvent avoir divers types de réalisation. La réaction peut être réalisée lexicalement par un verbe (to rejoice at), mais aussi par un adjectif (to be surprised at) ou par un nom (someone’s surprise at).

110• Les verbes concernés expriment la frayeur, la colère, la douleur, la joie (shudder, twitch, quiver, wince, bristle, sigh, smile, laugh, weep, cry, grieve, rejoice at) ou encore l’étonnement (wonder, puzzle, marvel at). Ils peuvent correspondre à des affects réactifs, comme grieve ou rejoice, mais dénotent le plus souvent des réactions involontaires telles que shudder, cry, wince, etc. qui, dans ces emplois, partagent le même schéma Expérient-Stimulus. Si les verbes appartenant à cette catégorie sont relativement peu nombreux, on trouve parallèlement de nombreuses locutions verbales périphrastiques qui démultiplient leurs emplois, telles que to feel a tightening in one’s chest, qui peut s’interpréter comme une variante de to wince :

(38)





a.


I felt a tightening in my chest at this remark, as if, should we get the farm, Daddy would be consigned to wander around in the rain for the rest of his life. (J. Smiley, 1991)

b.

Art winced at hearing this. ‘Let’s hope not,’ he urged. (D. Guterson, 1998)

  • 38 Les verbes et expressions périphrastiques de réaction s’opposent de ce point de vue à ceux d’attitu (...)

111Les verbes et expressions verbales réactifs qui entrent dans la construction en AT ont pour argument externe l’Expérient. Un verbe d’affect comme surprise, dont le Stimulus est sujet (His attitude surprised me) ne sera pas concerné, alors que l’expression adjectivale correspondante à sujet Expérient to be surprised  le sera (I was surprised at his attitude).38

  • 39 Pour des verbes tels que to smile ou laugh, c’est le contenu lexical du GN régi qui permet en génér (...)

112Avec les prédicats réactifs39, les Stimuli sont d’ordre événementiel. Ils peuvent être réalisés par des GN comme his particular death en (39a) ci-dessous ou des gérondifs à valeur factuelle que l’on distinguera des gérondifs d’activité, comme hearing this (idem). Ils peuvent également être constitués en événements par l’adjonction d’une tête nominale, telle que fact, sight, thought, idea ou prospect :

(39)










a.


A lot of people cried, if not at Pete’s particular death, then at the idea of death or the sight of his daughters in their white dresses, looking bewildered and diminished. (D. Guterson, 1998)

b.


He produced a surprisingly large syringe with a little clear liquid in it. Imogen flinched at the sight of it, and then braced herself. (J. Paton Walsh, 1995)

c.


I have never blenched at the thought of innards, the « awful offal » that many of my children’s generation would sooner starve than taste. (FT Weekend, 2006)

113On remarquera que les Stimuli ne sont pas tous interprétables de la même manière. Ils fonctionnent comme des déclencheurs lorsque le régime a valeur d’événement, mais ce n’est pas nécessairement le cas. Lorsque ce dernier correspond à un état de choses ou une activité, le Stimulus est alors interprété comme causal, par extension de l’antériorité à la causation, avec perte de l’effet de surprise. Dans les exemples (40) ci-dessous, qui ont respectivement pour éléments recteurs le verbe marvel et l’expression verbale périphrastique rub one’s hands with glue/glee (« to rejoice »), le Stimulus conduit à l’étonnement et à la réjouissance sans qu’il y ait de rupture qualitative ou seuil, puisque les deux situations à l’origine des réactions sont de l’ordre du connu :

(40)








a.




Harold, for his part, let no opportunity pass for praising his new equipment, for marveling at how many years of dust he had eaten, for announcing the number of gears (twelve), for admiring the brilliant red paint job that stood out so nicely against a green field. (D. Guterson, 1998)

b.


And I’m not saying that he laughs at people behind their backs, or is rubbing his hands with glue at duping them : That’s not what I’m getting at. (J. Smiley, 1991)

114Dans ces exemples, la réaction n’est pas saisie dans sa phase inchoative. Le prédicat recteur exprime une situation résultante, de sorte que la notion de rupture ne fait pas partie de la construction en AT. La préposition est indifférente au statut événementiel du régime, comme aux autres facteurs intervenant dans les effets contextuels. On retrouve dans ce phénomène de généralisation une des propriétés fonctionnelles des constructions. Les distinctions contextuelles entre transition et résultat sont fonction des caractéristiques du régime (événement ou cause) par rapport au verbe, sans que la construction elle-même en soit affectée. Seul le schéma général de réaction est mis en œuvre dans son utilisation.

  • 40 Les états physiques prennent normalement FROM pour l’argument actant, qui indique une Source, plutô (...)

115• Les prédicats adjectivaux sont comparativement plus nombreux que les verbes ou expressions verbales. Tous indiquent un état psychologique résultant40 (surprised, puzzled, amazed, dumbfounded, alarmed, struck, annoyed, indignant, incensed, appalled, horrified, furious, angry, mad, sick, ashamed, guilty, amused, excited,
pleased, happy at). Beaucoup de ces adjectifs sont de forme participiale et correspondent à des verbes d’affect causatifs qui ont le Stimulus pour sujet (to surprise, amaze, strike, amuse someone, etc.). Les autres correspondent à une construction causative sous-jacente (to cause someone to be/to make someone indignant, mad, happy, etc.) :

(41)












a.


If he’d found the clothes six months before, I would have been ashamed at the subterfuge. Now I was only annoyed that I’d forgotten and left them there. (S. Smiley, 1991)

b.



I watch, horrified, rigid with fear for the girl. She hasn’t even noticed him. She continues to peddle slowly. When she reaches him, she passes without so much as a sideways glance. I am breathless at her audacity. (L. Doughty, 1996)

c.



She was feeling guilty at telling such whoppers, and told herself that it was perfectly ridiculous at one and the same time to suspect a woman of being a serial murderer and have scruples about telling her lies. (J. Paton Walsh, 1995)

116Les cas où le Stimulus peut être interprété comme déclencheur d’un changement d’état sont comparativement rares. Le régime a en général une interprétation causale. Comme pour les verbes, la notion de point de départ est le seul facteur déterminant du fonctionnement général.

117• Enfin, parmi les noms d’affect réactifs attestés avec la construction en AT, on citera surprise, astonishment, resentment, embarrassment, consternation, disappointment, guilt, bitterness, anger, rage, grief, fright, pride, satisfaction, pleasure, delight, laughter, smile at. On note la même prédominance de la valeur de causalité que pour les adjectifs :

(42)










a.




In Malaysia, as in many South-East Asian countries, the Chinese minority traditionally controlled the lion’s share of the economy, while Malays worked as farmers or fishermen. In 1969, resentment at this situation helped to fuel a convulsive bout of race riots. (The Economist, 2005)

b.




In Malaysia, as in many South-East Asian countries, the Chinese minority traditionally controlled the lion’s share of the economy, while Malays worked as farmers or fishermen. In 1969, resentment at this situation helped to fuel a convulsive bout of race riots. (The Economist, 2005)

3.2.2. Stimuli et incorporation argumentale

118Les Stimuli s’inscrivent dans le prolongement des emplois circonstanciels de déclenchement (At his signal, the attendant opened the door). Les deux catégories d’emplois, compléments et circonstant, partagent le même effet de déclenchement et sont parfois difficiles à distinguer en position finale. A priori le circonstant a pour portée la phrase et peut être déplacé en position initiale, tandis que l’argument est inscrit dans le schéma lexical du verbe et conserve sa place d’origine. La pratique des locuteurs fait néanmoins apparaître des phénomènes de continuité entre les deux fonctionnements, comme en (43), par exemple :

(43)




Nels Gudmundsson now tottered to his feet in order to cross‑examine Sterling Whitman. By the morning of this second day he had become an amusement to the newspapermen, who smiled to themselves [each time he cleared his throat] and [at his awkward attempts to stand or sit]. (D. Guterson, 1998)

  • 41 L’intégration du GP dans le schéma argumental se manifeste non seulement par l’impossibilité de le (...)

119Le parallèle établi par la coordination entre le circonstant de temps à préposition Ø paraphrasable par « then » et le GP en AT paraphrasable par « at them » laisse apparaître une zone de chevauchement fonctionnel entre les deux catégories de constituants dans le contexte de prédicats de réaction non-intentionnelle tels que to smile to oneself. La valeur de déclenchement pour le circonstant de temps est obtenue par l’intermédiaire de each time, qui établit entre le circonstant et le procès de réaction une relation de cooccurrence à interprétation causale (« p each time q »). Dans le second cas, c’est le schéma actanciel du verbe qui permet au GP en AT de fonctionner comme Stimulus (<SMILE TO ONESELF : Expérient-Stimulus >). On peut ainsi voir dans ces phénomènes de discours la trace de la transition vers l’incorporation thématique des déclencheurs.41

  • 42 Les nominalisations en -ING, qui ont conservé la syntaxe externe des GN dont elles sont issues, se (...)

120Le rôle joué par le schéma argumental dans l’interprétation des GP en AT est confirmé par la syntaxe des nominalisations en THAT et en TO qui sont amenées à instancier le rôle de Stimulus. Ces dernières n’ayant pas de tête nominale, elles n’ont pas développé de prépositions en langue lors du passage du synthétique à l’analytique et se présentent par conséquent sans marquage argumental explicite permettant d’identifier leur rôle thématique.42 C’est la construction actancielle du verbe qui assure l’interprétation thématique du complément :

(44)





a.


There was an all night supermarket at the top of Baker Street, and I was surprised that it was so empty, until I realized that it was nearly ten o’clock at night. (A. Brookner, 1999)

b.

At home I fixed warm milk for us both. I was surprised to see him drink it. (D. DeLillo, 1984)

  • 43 Voir à ce sujet les nombreuses études transversales concernant les alternances prépositionnelles, n (...)

121Dans ses emplois de Stimulus, AT hérite ainsi des propriétés lexicales du terme recteur auquel il se rattache et assure le rôle sémantique défini par le schéma actanciel de ce dernier. AT en soi ne dit pas l’actance. La structure lexicale du verbe supplée le complément de sens qui fait de ce dernier un argument. Il est important de noter que l’intégration au schéma ne signifie pas la perte d’autonomie sémantique de la préposition et sa désémanticisation. La préposition assigne un statut locatif adimensionnel à son régime, qui fait que cette dernière n’est pas interchangeable à interprétation égale avec d’autres prépositions.43

3.3. Les emplois de cible

122Comme pour les Stimuli, AT en soi n’exprime pas la Cible des procès. Il peut être amené à exprimer ce rôle en collaboration avec un prédicat qui inclut dans son programme lexical un point d’aboutissement visé en ligne droite (Lindkvist 1950). La différence essentielle avec le fonctionnement précédent est que les arguments Cibles font partie de la structure actancielle du terme recteur, comme le montre l’emploi généralisé de régimes référant à des humains, là où les arguments Stimuli, en concurrence avec les GP de déclenchement, sont souvent à la limite de l’incorporation.

3.3.1. Les prédicats à argument Cible

123De multiples catégories de verbes, locutions verbales, ainsi que certains noms, peuvent prendre un complément en AT exprimant la cible. Tous indiquent un déplacement vers un point, qui implique soit le sujet, soit l’objet selon que le verbe est intransitif (sujet) ou transitif (objet). Les modalités du trajet sont extrêmement variées et le point d’aboutissement peut être atteint ou simplement visé. Aucune de ces données ne vient affecter le fonctionnement de AT, dans la mesure où une Cible n’est ni concrète, ni abstraite, ni atteinte, ni non atteinte. Dans son fonctionnement actanciel, une Cible est un point représenté comme visé, indépendamment des contingences liées à la nature et à la mise en œuvre des procès concernés.

  • 44 Les noms correspondent en général aux verbes et apparaissent fréquemment dans des expressions à ver (...)
  • 45 La présente tentative n’a pour but que de contribuer à cerner la construction en cause. Il est impo (...)

124On distinguera, à titre indicatif, trois grandes catégories dans le continuum des verbes et expressions verbales44 qui prennent un argument Cible : les prédicats de visée dont le contenu sémantique dit explicitement la cible (aim at) et deux catégories dérivées par analogie : les prédicats directionnels, ou orientés, d’une part (look at) et les prédicats interactionnels impliquant un déplacement du sujet ou de l’objet d’autre part (jump at/throw something at). Les prédicats directionnels sont en quelque sorte « dirigés vers », alors que les prédicats interactionnels sont « dirigés sur ».45

125La liste des verbes participant à ce schéma est ouverte à de nombreux développements paradigmatiques analogiques, lexicaux ou périphrastiques, comme par exemple yellexplode/fly off the handle/lose one’s temper at, etc. :

(45)








a.


She always apologized, even when Harold was in the wrong ! Even when he’d been yelling at her or had flown off the handle at her for no reason ! (J. Smiley, 1991)

b.

I thought Harold would turn and explode at Jess, but instead he sniffed a couple of times and gazed at him. (Ibid.)

c.

Once, when she was about three, he lost his temper at her, and she just laughed like he was playing a game. (Ibid.)

126• La première catégorie des prédicats de visée inclut un petit nombre de verbes dénotant le pointage (aim, point, direct), qui peuvent impliquer une entité intermédiaire comme one’s finger/gun/gaze ou a measure/remark etc. Le prédicat exprimant directement la visée, ils constituent l’archétype de la classe :

(46)


The CPE is aimed at the condition most often adduced as a cause of last year’s riots : mass unemployment of several decades’ duration. (The Financial Times, 2006)

127La catégorie peut être étendue à d’autres verbes paraphrasables par aim ou point, tels que get, drive ou hint at :

(47)


And I’m not saying that he laughs at people behind their backs, or is rubbing his hands with glue at duping them : That’s not what I’m getting at. (J. Smiley, 1991)

128• La seconde catégorie regroupe des verbes et expressions verbales exprimant l’orientation qui impliquent, ou peuvent impliquer dans certains de leurs emplois, un référent assimilé à une Cible. Ces derniers appartiennent à de multiples domaines. Sont concernés les verbes dénotant une manière de pointer, comme les verbes intransitifs de visée avec une arme (fire, shoot at) et les verbes de désignation impliquant une partie du corps (motion, gesture at), qui s’inscrivent directement dans la continuité des prédicats du type aim/point :

(48)

‘You want to get that cut looked at,’ the woman said, gesturing at Tom’s arm. (P. Barker, 1989)

129Les catégories les plus représentées dans ce fonctionnement, cependant, sont celles des verbes et expressions de perception volontaire (look, glance, stare, leer, squint, gape, gawk, take a peek, cock an eyebrow at) :

(49)






a.


This transfixed me, and I forgot my place and my business until he said, “Let me order something,” and cocked his eyebrow at Eileen. I glanced at her. She smiled. (J. Smiley, 1991)

b.


This transfixed me, and I forgot my place and my business until he said, “Let me order something,” and cocked his eyebrow at Eileen. I glanced at her. She smiled. (J. Smiley, 1991)

130À ceux-ci s’ajoutent les prédicats d’expression vocale (grunt, roar, snarl, rattle, bark, bay, yap, shush, whine, yell, holler, lash out, snap, scream, erupt, explode, snipe, swear, scoff, poke fun, crack jokes at) et corporelle (smile, beam, grin, laugh et nod, wave, wink, thumb one’s nose, snap one’s fingers at, auxquels on ajoutera glower, scowl, narrow one’s eyes, wrinkle one’s eyebrows at qui associent regard et expression) :

(50)












a.

As soon as she saw I had noticed her, she turned and hurried away, pushing the trolley and shushing at her child. (L. Doughty, 1996)

b.


‘I never saw a sociable look from him, not once in all the times I saw him. Always narrowin’his eyes at me, giving me his mean face.’ (D. Guterson, 1998)

c.





… then an empty departure lounge with four glass doors leading straight on to the tarmac : and still not a soul to scan their luggage or themselves, make them take their shoes and jackets off, scowl at them through an armoured-glass window, snap fingers at them for their passports, or ask them deliberately unnerving questions about how long they had been in the country and why. (J. le Carré, 2010)

131• Enfin, participent également à ce schéma des verbes interactionnels impliquant un trajet plutôt qu’une orientation, même si la différence peut paraître ténue dans certains cas. Ils servent à exprimer une relation généralement physique entre des entités, qui aboutit, ou peut aboutir, à un contact. Du point de vue de la construction, qui ne distingue pas entre les trois types de prédicats, ils fonctionnent en continuité directe avec les précédents. Ces verbes peuvent impliquer soit un déplacement, soit un geste.

132Parmi les verbes de déplacement, on compte des verbes intransitifs de déplacement (come, go, get, jump, fly, leap, spring, run, dash, lunge, rush at) et des verbes transitifs de transfert (throw, toss, fling, hurl, pitch, fire, shoot something at) :

  • 46 Certains verbes syntaxiquement intransitifs ont un objet silencieux, car redondant lexicalement et/ (...)

(51)




a.

Leapin’at him with a fishing gaff ? That’s just laughable, sir.’ (D. Guterson, 1998)

b.

‘You remember when somebody pitched rocks through all the windows at Sumida’s greenhouses last summer.’ (Ibid.)46

133À ces derniers s’ajoutent des prédicats transitifs d’expression verbale, qui se construisent sur le modèle de throw, tels que to yell something at someone et ses variantes :

(52)



The place was cluttered with refectory tables and high-backed chairs which evoked bad actors sweeping off huge hats adorned with molting feathers and declaiming alexandrines at bad actresses sweeping blowsy curtseys. (R. West in The NY Review of Books, 2010)

134Appartiennent également à cette catégorie des verbes interactionnels d’extension, qui impliquent des gestes ou actions dirigés vers l’extérieur. Ils peuvent être transitifs ou intransitifs. On recense parmi ces derniers des verbes d’exploration (jab, poke, sniff at), d’agression physique (claw, strike, kick, stab, slap at), de préhension et d’appropriation (reach, grasp, grab, clutch, cling at et tear, lick, lap, eat, gnaw, nibble, gobble, pick, peck, snatch, have at), et enfin de poussée et d’extension-traction (push, shove et pull, tug, yank, drag at) :

(53)







a.


“But”, the fan jabbed his finger at Welles’s chest, “the nurse doesn’t come into the room until after Kane dies. Nobody heard him say ‘Rosebud’– how do they know it was his last word ?” (J. Siegel, 2003)

b.



Today, I happened to look out our living room window and lo and behold ! there was one (magpie) on our feeder. He boldly chased all the doves and woodies off the tray to peck at the seeds. (http://alicenot.blogspot.com/​)

135La construction est indifférente à l’interprétation première ou métaphorique du verbe. Les verbes de cette catégorie apparaissent à la fois dans des contextes concrets et abstraits :

(54)


a.

Pammy started picking at the salad. (J. Smiley, 1991)

b.

They’d spent the morning indoors, picking away at their intractable problems(P. Barker, 2001)

136La construction AGENT + V + (PATIENT) + CIBLE qui fédère ces
différentes utilisations autour d’un prédicat de trajet étant argumentale, elle anime un grand nombre de domaines qui n’ont pas nécessairement d’autres points de convergence que de participer à cette dernière, rassemblant ainsi en un fonctionnement unique des représentations d’apparences très diverses.

3.3.2. Les prédicats d’arrivée : localisations vs. Cibles

  • 47 Ces prédicats permettent également des paraphrases pronominales (when we landed at Glasgow airport/ (...)

137Les emplois de Cible sont à distinguer des emplois d’arrivée, paraphrasables par THERE, qui relèvent du repérage topographique et qui excluent, de ce fait, les référents humains.47 Comme l’a montré Lindkvist (1978b), les verbes concernés sont des verbes perfectifs dénotant l’aboutissement d’un déplacement et non le déplacement lui-même. Ils peuvent être intransitifs et indiquer la position d’arrivée du référent du sujet (arrive, land, settle, sit, appear, emerge, turn up, walk in, stop, fall, drop at) ou transitifs et indiquer celle du référent de l’objet à l’actif et du sujet au passif (put, place, set, lay, drop someone/something at) :

(55)






a.


‘But then, as you say, Sheriff, Moran came to you. He appeared at your boat on the evening of the sixteenth with a search warrant, is that correct ?’ (D. Guterson, 1998)

b.


A teenager told a court yesterday of how she watched her friend being stabbed to death before a shotgun was placed at her head and she was asked : “Are you ready to die ?” (The Times, 2006)

138Dans ces emplois, le GP en AT conserve sa valeur et ses propriétés intrinsèques de localisation topographique. Un verbe comme ARRIVE, par exemple, fonctionne avec AT comme un synonyme contextuel de BE, au sens de « come to be at » (when we arrived/were at the door). De même, avec ces verbes, la préposition normalement attendue est IN (when we arrived/were in London), les verbes d’aboutissement s’opposant de ce point de vue aux verbes de déplacement (come, go, run, fly), qui prennent TO pour la localisation (to go/run to the office vs. to arrive/turn up at the office).

139La distinction entre les deux catégories de verbes n’empêche pas les cas de substitution analogique. Ainsi ARRIVE peut adopter la construction de COME et se comporter comme un verbe de déplacement accompagné d’une Destination exprimée par TO ou INTO :

(56)

At Covent garden flowers we ensure that your flowers arrive to the door. (Covent Garden Flower Emporium, 2011)

140À l’inverse, COME pourra adopter la construction des verbes d’aboutissement tels que ARRIVE et avoir pour complément une Localisation en AT :

(57)


It was a ticketed event, which included a quiz, a hog roast and entertainment but more and more people kept coming at the door. (www.coventrytelegraph.net/…/breast-cancer-fight)

141Dans les deux cas, c’est le choix prépositionnel et partant la construction qui détermine l’interprétation.

4. Valeurs et alternances contextuelles

142On s’intéressera, dans cette dernière partie, à deux valeurs, communément associées au signifié de AT dans ses emplois argumentaux, à savoir l’agressivité et l’incomplétude. Notre but sera de démontrer qu’elles sont construites contextuellement et donc indépendantes à la fois des propriétés identitaires de la préposition et du fonctionnement actanciel sous-tendant ses emplois argumentaux. La première section (4.1) sera consacrée aux valeurs dites d’agressivité et à leur fonctionnement et la seconde (4.2) aux valeurs d’incomplétude, telles qu’elles ont été décrites dans le cadre de l’alternance conative.

4.1. La valeur d’agressivité et les alternances prépositionnelles

143De nombreux emplois argumentaux impliquent une notion d’agressivité qui a été d’une manière ou d’une autre incorporée au sens de AT. On défendra ici l’idée que AT ne transporte en soi aucun sème d’agressivité qui lui soit associé en propre. Pour s’en convaincre, on opposera au sein des verbes d’attitude, to laugh at someone, qui implique une intention négative vis-à-vis de la Cible, à to smile at someone, qui signale une attitude positive. La compatibilité de AT avec les deux types de procès prouve sa neutralité quant à la dimension concernée. Dans ce qui suit, nous tenterons de démontrer que l’agressivité est construite contextuellement soit directement par le prédicat recteur (4.1.1), soit indirectement par le jeu des alternances prépositionnelles (4.1.2).

4.1.1. Les prédicats recteurs

144Certains prédicats d’attitude, à l’instar de laugh ou snigger véhiculent une notion d’agressivité ou intention de nuire. Le fait de cracher sur quelqu’un (to spit at someone), par exemple, ou de brandir un arme potentielle ou réelle en sa direction (to shake a gaff at someone, to come at someone with a knife, etc.) sont au nombre de ces derniers :

(58)


The man who’d been cut off by another man up tide might motor abreast of the interloper in order to shake a gaff at him and curse him up and down as a fish thief. (D. Guterson, 1998)

145D’autres prédicats, en revanche, sont favorables, et véhiculent une interprétation positive, comme to wave ou to nod one’s support at someone :

(59)


And clearly Aggie would have wished him to say it because, out of the corner of his eye, he saw her emphatically nodding her support at him. (J. le Carré, 1999)

146Enfin, certains sont lexicalement neutres quant à la dimension d’agressivité, comme to look at, que l’on opposera à to glare ou glower at, qui sont marqués lexicalement comme agressifs.

147On remarquera que lorsqu’un verbe comporte un sème d’agressivité, il le conserve quelle que soit la préposition. Comme le montre le parallèle entre toward (Direction) et at (Cible) ci-dessous, le choix de cette dernière ne modifie en rien l’agressivité véhiculée par le verbe :

(60)



His anger would be quiet, but corrosive, later erupting at odd times toward Ty or Rose, even at me or his daughters, wildly, viciously eloquent, insults and threats mounting crazily until you couldn’t believe your ears. (J. Smiley, 1991)

  • 48 Le même raisonnement s’applique à ON pour la représentation de la partie adverse dans les contextes (...)

148Aucune notion d’agressivité ne peut donc être directement associée aux prépositions dans ces exemples.48

4.1.2. AT vs. TO

149Un problème plus intéressant est posé par les prédicats variables comme throw, qui ne prennent de valeur d’agressivité qu’en association avec AT. Si la notion de Cible est indépendante de la notion d’agressivité, on peut en effet se demander pourquoi certains prédicats a priori neutres comportent une notion d’agressivité en collocation avec ce dernier.

150L’explication est contrastive. La construction en AT entre en concurrence avec des schémas actanciels qui expriment également le point final des procès, comme ceux en TO, introduisant ainsi des micro-systèmes d’opposition sémantique dans le comportement des verbes. Là où AT constitue le régime en Cible, TO le construit en Destination, de sorte que n’importe quel référent humain peut pratiquement à tout moment cesser de fonctionner comme une Cible pour devenir un Destinataire, ou vice-versa (voir les études transversales mentionnées note 43 ci-dessus).

151Remplacer TO par AT dans le contexte des verbes d’orientation et d’interaction permet ainsi de transformer ce qui, dans une situation favorable ou neutre, aurait été un Destinataire en une Cible. Il en résulte une forme de démotion du référent qui, de partenaire dans un procès de transfert, devient une entité visée (voir la différence entre throw at et throw to). La distinction permet d’expliquer l’impossibilité de remplacer AT par TO dans des contextes tels que (61), où le caractère inanimé du sujet, un bateau, exclut la possibilité d’un schéma de transfert dans lequel le référent du régime, him, serait interprété comme un Destinataire :

(61)

It must have been that in the ghost fog that night he never saw the wall of water the Corona (a boat) threw at him. (D. Guterson, 1998)

152En revanche, la différence entre AT et TO pourra être perçue comme quasi-nulle pour des prédicats qui indiquent une disposition favorable, comme to smile at someone :

(62)

I smiled, and he smiled sheepishly back at me. (J. Smiley, 1991)

  • 49 On se reportera à (i) ci-dessous pour un autre type de différence opposant TO (Destination) à AT (C (...)

153La différence entre la Cible d’un procès favorable et son Destinataire est en quelque sorte neutralisée, si ce n’est que le régime semble être davantage l’objet d’une intention communicative avec TO qu’il ne l’est avec AT. AT (Cible) représenterait ainsi un degré moins élevé d’interaction que TO (Destinataire), comme pourrait le suggérer le remplacement de AT par TO en (62) ci-dessus. TO, dans ce cas, impliquerait une intention d’échange liée au choix d’un schéma de transfert.49

154Il est également important de noter que l’agressivité liée à l’emploi de AT avec des verbes variables tels que throw l’est par implicature, ce qui veut dire qu’elle peut être annulée. C’est ce que montre l’exemple suivant, dans lequel l’agressivité qui pourrait être associée à AT (throw a snowball at someone) est contredite par le second procès (deliberately missed) :

(63)


Dad, if you threw a snowball at someone, but deliberately missed, would that be “bad” ?’ (Calvin and Hobbes in The International Herald Tribune, 2005)

155To throw a ball at someone signifie « viser quelqu’un », c’est-à-dire le représenter comme une Cible, et non pas le bombarder, qui requerrait un Patient. Si l’implicature d’agressivité peut être annulée, seule la valeur de Cible reste sémantiquement imputable à la construction en AT, les schémas argumentaux, du fait de leur nature et de leur fonction en langue, étant nécessairement sous-spécifiés par rapport aux différentes situations qu’ils servent à représenter.

156La neutralité inhérente du schéma en AT du point de vue de l’agressivité est confirmée par le comportement de prédicats tels que yell ou shout, qui véhiculent un degré d’intensité marqué par rapport aux prédicats neutres que sont tell ou say :

(64)







a.



Brill, yelling at me to follow, shouldered through to the gangway. His entreaties to board were rebuffed ; no one was being let on or off the ship. (J. Rubenfeld, 2006)

b.


‘Get away, get out of here !’ he shouted at the women as the thugs closed in, trying to grab him. (M. Walker, 2008)

157Dans des contextes où deux savants sont venus accueillir Freud à sa descente de bateau (64a) et où un policier tente de protéger deux amies lors d’une manifestation (64b), toute forme d’agressivité intersubjective est exclue. La construction en AT est simplement choisie parce que la situation fait du référent de l’argument second non pas un interlocuteur, mais une Cible à atteindre du fait de la foule et du bruit ambiant. Le choix de AT n’est pas perçu, dans ce cas, comme une forme de démotion, mais comme le résultat d’une situation de communication dégradée par des conditions adverses, ne permettant pas au régime d’être représenté comme un Destinataire. On notera que la surenchère expressive associée lexicalement aux verbes yell et shout dans leurs différentes constructions ne se confond pas non plus avec l’implicature d’agressivité, puisque cette dernière peut être annulée, comme le cas présent. Il s’ensuit que AT, dans ces schémas, n’indique que la Cible. Aucune autre valeur ne peut lui être associée en propre, car c’est la généralité même du schéma qu’il contribue à définir qui fait de ce dernier un support fonctionnel dans l’expression des procès.

158On comparera enfin AT et TO dans l’exemple suivant impliquant le verbe de perception volontaire LOOK, qui a normalement pour argument une Cible :

(65)


Now I was shocked to see his face so drawn as he looked at his daughter, looked to his wife, and then got up and poured another glass of whisky for Sam, and, exceptionally, another for himself. (A. Brookner, 1987)

  • 50 Pour ce qui est de la primauté des constructions sur la sémantique lexicale, on se reportera à la d (...)

159Comme dans les autres exemples, AT confère un statut de Cible à son régime, qui est indépendant de toute notion inhérente d’agressivité. Le choix de TO dans la seconde occurrence permet ici de réinterpréter le verbe look comme un verbe de mouvement (« se tourner vers »). De par sa participation à un schéma de Destination en TO, look est assimilé à turn, dont il constitue une variante paradigmatique au sein de la construction correspondante. Look, comme turn, implique la notion de directionnalité. Avec AT, comme dans tous les emplois de Cible, la directionnalité est en ligne droite. En adoptant la construction en TO de turn, look devient localement multidirectionnel puisque TO ne spécifie pas la nature du trajet, déclenchant ainsi sa réinterprétation. C’est donc l’entrée du verbe dans le schéma de construction de verbes proches qui permet sa réinterprétation. Si look at fonctionne en paradigme avec stare, glare, peer at et ultimement avec aim at, look to, quant à lui, fonctionne dans le paradigme de turn to. La langue opère ainsi à partir de schémas constructionnels dans lesquels entrent des verbes prototypiques, définis en tant que tels par les associations privilégiées qu’ils entretiennent avec la construction. Ces verbes stabilisent les schémas en les associant à des représentations événementielles particulières. La présence d’un verbe marginal dans une construction signale une activité analogique, constitutive de la classe paradigmatique des prédicats participant à cette dernière. Le schéma est ainsi premier, en association avec les verbes ou prédicats prototypiquement associés qui assurent sa stabilisation en tant que construction. En ce sens, partir des verbes eux-mêmes, comme le fait la sémantique lexicale et la pratique associée des grilles, constitue une démarche erronée dans la mesure où les verbes ont un statut de variables dans les constructions d’une part et que le potentiel qu’ils développent au sein des constructions qui les accueillent n’est pas nécessairement activé, ni même réellement présent, dans leurs autres utilisations. Look, par exemple, ne signifie pas turn, au sens d’un mouvement du corps vers une Destination, mais peut être amené à le signifier dans une construction en TO, du fait de son sémantisme directionnel.50

4.2. La valeur dite conative et l’hypothèse aspectuelle

160Un deuxième problème concerne l’hypothèse selon laquelle l’utilisation de AT confèrerait une valeur d’incomplétude au procès. Certains des prédicats concernés par les emplois argumentaux appartiennent à ce que la sémantique lexicale appelle l’alternance conative, du verbe latin conor signifiant « entreprendre, s’efforcer de » (Pinker 1989 : 104-109, Levin 1993 : 41-42, etc.). Cette dernière concerne des verbes d’action dirigée (« directed action »), qui ont pour propriété de pouvoir être suivis soit d’un complément direct (to kick/scrub something), soit d’un complément indirect introduit par AT (to kick/scrub at something), la valeur d’incomplétude étant associée à la construction indirecte. La construction directe, à valeur holistique, servirait à représenter des procès dans leur totalité, tandis que la construction indirecte, à valeur partitive, aurait pour fonction de représenter des procès qui, pour une raison ou une autre, auraient échoué ou seraient demeurés incomplets (voir notamment Anderson 1988 et les références citées). L’hypothèse avancée ici sera que les deux constructions s’opposent sur le plan de la transitivité, et donc de l’actance, et non sur celui de l’aspect.

161Dans l’approche actancielle, le choix entre les deux structures est lié au rôle thématique du complément. Si la construction adoptée est directe, le statut conféré au complément interne des verbes d’action est celui de Patient, qui porte le degré maximal d’affectation dans le fonctionnement agentif. Si au contraire le rôle est assigné par la préposition AT, celui-ci est représenté comme un lieu, interprété dans le cadre de l’alternance comme une Cible ou un Domaine. L’alternance dite conative fait donc partie d’un fonctionnement plus général, issu d’une hiérarchisation de la complémentation post-verbale qui oppose arguments primaires, au rôle thématique directement assigné par le verbe, et arguments secondaires, au rôle assigné localement par une préposition. Dans cette macro-alternance, le choix lexical de la préposition n’est pas directement en cause. AT se comporte comme les autres prépositions (voir par exemple to reach for/Ø something, to fight against/Ø someone, etc.). Le problème sera donc de déterminer ce qui motive le choix d’une représentation sous forme de Cible ou de Domaine là où l’on pourrait normalement attendre un Patient. Avant d’aborder cette question (4.2.1), nous nous attacherons dans un premier temps à démontrer que ces emplois ne relèvent pas d’une réanalyse de AT en tant que marqueur de partitivité à fonctionnement aspectuel, comme le voudrait l’analyse conative (4.2.2).

4.2.1. Aspect vs. Actance

162Trois types de prédicats nous permettront d’illustrer l’insuffisance de l’analyse partitive dans le traitement de la construction en AT.

4.2.1.1. Les prédicats du type SHOOT

163On s’intéressera dans un premier temps aux verbes tels que shoot, qui appartient à la catégorie des semelfactifs. Contrairement à une idée répandue (voir par exemple Huddleston et Pullum 2002 : 654), la construction directe n’implique pas le succès de l’acte. Le référent de l’argument post-verbal n’a pas nécessairement été tué, comme le montre l’absence de redondance du prédicat second dead dans la construction résultative He shot them dead. Il en va de même pour le verbe coordonné kill en (66) :

(66)


Deputies serving a search warrant on Tucson’s south side shot and killed a 26-year-old man Tuesday morning after he fired a rifle at them, officials said. (Arizona Daily Star, 2011)

164Le référent dans la construction directe n’a pas non plus été nécessairement atteint :

(67)


Daris was aboard a passenger van when Ismula shot him and missed, hitting the vehicle’s windshield instead. Daris remains at large… (mobile. sunstar. com. ph/…/bystander-killed-another-hurt)

165Le succès ou l’échec de l’acte décrit n’a aucune incidence contraignante sur l’utilisation de la construction directe. Cette dernière dit simplement que le référent du complément, en tant que Patient, a été l’objet d’une attaque impliquant un projectile.

166La construction en AT, qui fait de l’argument une Cible, de son côté, n’implique pas non plus que l’acte ait nécessairement échoué (« chercher à atteindre, sans atteindre »). De fait, He shot at them and killed them both n’est pas plus contradictoire que He shot at them and missed n’est redondant :

(68)



Where in gods name do these children learn to behave like this and think it is normal to try and mow down police officers. What would be being said if the ARV officers had shot at them and killed them whilst fearing for their life… (Police Specials, 2008)

167To shoot at someone ne fait que décrire un comportement vis-à-vis d’une Cible (« tirer sur quelqu’un »), là où to shoot someone implique un référent affecté (lit. « attaquer quelqu’un au moyen d’un projectile »). Les deux procès de tir sont également « accomplis » et ceci quels que soient les effets de l’action. Il n’y a donc pas lieu de postuler des différences aspectuelles dans la représentation temporelle des événements correspondants.

168Ce qui vaut pour shoot s’applique également aux verbes de visée impliquant un contact tels que slap. Ces derniers représentent des procès accomplis quelle que soit la construction, puisque l’aboutissement est nécessaire pour justifier l’emploi du verbe. Comme pour shoot, le choix de la construction est indifférent aux résultats de l’action sur l’argument post-verbal. La construction directe peut servir à décrire un acte qui n’a pas eu de résultat sur le Patient, comme en (69a). De même, la construction indirecte peut être utilisée pour un acte suivi d’effet, comme en (69b).

(69)






a.



Instinctively I slapped the mosquito, but the cell phone in hand took flight. I must say the mosquito was unharmed while the cell phone has two concrete bruises on it. (http://literallyletty.blogspot.fr/​2010/​07/​mosquito-lessons.html)

b.

He slapped at the mosquito anyway, and left a bloody crumpled smudge. (verdadmagazine. org/vol2/pain. html)

169Le premier signifie littéralement « attaquer au moyen d’une claque » et le second « viser au moyen d’une claque ». Aucune des deux formes ne nous renseigne ultimement sur le résultat, même si la concurrence des deux constructions tend à orienter la construction transitive vers l’affectation du référent.

4.2.1.2. Les prédicats du type SCRUB

170Si la construction en AT pour les verbes du type shoot admet facilement une explication en termes de visée et de Cible, il n’en va pas de même pour les verbes d’activité tels que rub ou scrub, dont le complément, lorsqu’il est introduit par AT, exprime un Domaine :

(70)






a.


They (the shoes) still looked quite new. I rubbed at a scuff of chalky dirt on one toe, then slipped my hands inside the shoes, one in each… (L. Doughty, 1996)

b.


‘Oh, yes. Poor sod. () Scrubbing away at that porcelain (toilets), while we have all the fucking fun. We’re the lucky boys, we are.’ (A. L. Kennedy, 2007)

171Comme précédemment, l’analyse aspectuelle pose problème. Les deux constructions, directe et indirecte, restent silencieuses quant à l’état résultant de l’argument post-verbal. Rub nécessiterait OFF dans la construction directe pour acquérir une valeur télique qui lui permettrait d’exprimer la complétion (voir l’atélicité de I gently rubbed the stain with a sponge (for/*in a couple of minutes)). Quant à scrub, il est téliquement ambivalent dans sa construction directe lorsqu’il est suivi d’un Patient correspondant à une surface, comme le montre l’emploi possible de FOR et de IN pour indiquer la durée (He scrubbed that porcelain for/in two hours).

  • 51 Sur l’inadéquation de la description initiale, notamment en ce qui concerne la liste des verbes par (...)

172On remarquera que les verbes transitifs qui entrent dans l’alternance ont en commun de comporter une composante de manière qui spécifie le mode d’interaction avec l’argument post-verbal et qui, à ce titre, joue un rôle important dans la constitution de la classe de prédicats concernés.51 La construction en AT, dans ces emplois, implique une structure sous-jacente commune du type « to go/be at something », dans laquelle le verbe générique laisserait la place à un verbe dénotant un mode d’activité. Elle fonctionnerait ainsi en chassé-croisé avec la traduction française dans la distribution des différents éléments de sens (voir les expressions familières « s’attaquer/s’en prendre à Y en faisant quelque chose »). On connaît en effet la possibilité qu’ont les verbes en anglais d’incorporer la manière, là où le français tend à externaliser cette dernière. Comme Talmy (2000) l’a démontré pour le déplacement, l’anglais est une langue à satellite dans laquelle la localisation est exprimé extérieurement au verbe par un constituant prépositionnel ou adverbial, appelé satellite (« satellite-framed languages »), par opposition au français, où le déplacement est encodé directement par le verbe (« verb-framed languages »). On opposera ainsi He ran into the room à Il entra dans la pièce en courant. A l’inverse, la manière est exprimée par le verbe en anglais (ran), là où elle est exprimée extérieurement par une construction participiale en français (en courant). Le même type de fonctionnement s’applique aux constructions en AT, notamment celles dans lesquelles la Cible ou le Domaine correspond au satellite exprimant le lieu d’exercice du procès et le verbe au mode d’interaction avec ce dernier. On obtient ainsi un parallèle entre des constructions telles que swiminto the cave et rubat a scuff of dirty chalk, les verbes d’activité swim et rub indiquant la manière et les GP la localisation dynamique ou statique de l’activité. La répartition des différents éléments de sens entre le verbe et le satellite reste la même dans les deux cas.

4.2.1.3. Les prédicats du type GOBBLE

173La construction en AT concerne également des verbes tels que gobble, qui est exclu a priori de l’alternance dans la totalité des travaux car n’admettant pas d’interprétation conative (voir Levin 1993, van der Leek 1996, etc.). L’emploi de AT avec le verbe est pourtant attesté, comme le montre l’extrait suivant, dans lequel la narratrice évoque les différentes strates qui constituent son amour :

(71)





I seemed, on the surface, to be continually talking to myself, giving myself instructions or admonishments (). Beneath this voice, flowing more sweetly, was the story : what he did and what I did and what he then did and what I did after that (). And beneath this was an animal, a dog living in me, shaking itself, jumping, barking, attacking, gobbling at things the way a dog gulps its food. (J. Smiley, 1991)

174Aucune forme d’incomplétude ne peut être postulée dans ce cas, ni de manière générale car, gobble, qui est semelfactif, n’a pas de fonctionnement incrémentiel, contrairement à nibble ou autres verbes du même type (voir la différence entre gulp, swallow, gobble et eat, bite, sip, nibble, pick, etc.). Ceci est confirmé par le parallèle avec la construction directe gulps its food en (71) (gulp at one’s food est également attesté, bien que relativement peu fréquent). Gobble dans la construction indirecte a un comportement intransitif. Là où gulp/gobble one’s food décrivent normalement un procès d’ingestion, gulp/gobble at one’s food correspondent à un comportement, ici itératif, vis-à-vis de la nourriture ou à un mode d’interaction vis-à-vis de cette dernière qui est directement lié à la composante de manière incluse dans le verbe. On rapprochera cet emploi de gobble de celui de verbes tels que grab ou snatch, qui se comportent de la même manière :

(72)


I used to have the excuse of haste : the mad dash after work when you snatch at familiar items, angrily banging your basket against those of your opponents. (L. Doughty, 1996)

175La complétion est dans le cas de gobble et snatch (grab, etc.) liée au fonctionnement sémantique du verbe, de même que l’incomplétude de nibble et autres verbes incrémentiels est liée à leurs caractéristiques lexicales.

176En résumé, AT ne confère pas de valeur partitive à l’argument interne qui servirait à la représentation de procès inaboutis. Les notions d’échec et d’incomplétude ne sont ni nécessaires, ni suffisantes pour justifier de l’emploi de la construction indirecte. Si, comme il est proposé, shoot at, scrub at et gobble at décrivent un comportement vis-à-vis d’une Cible ou d’un Domaine, la question est de déterminer ce qui motive cette forme de désolidarisation de l’argument second dans la représentation des procès, en particulier lorsque le sémantisme du verbe n’inclut pas directement la notion de visée comme dans le cas de shoot.

4.2.2. Transitivité et désolidarisation argumentale

177Différentes situations favorisent la construction indirecte, qui ont en commun d’être fondées sur une dissociation des deux arguments de la construction transitive. Toutes sont caractérisées par une absence d’intentionnalité directe de l’argument externe concernant l’argument interne et correspondent à une déconstruction des relations d’agentivité telles qu’elles sont exprimées par la construction transitive directe entre un Agent intentionnel et un Patient affecté par l’intention. Nous distinguerons deux cas de figure, sans préjuger de l’existence ou de l’inexistence d’autres cas possibles. Dans le premier, les procès représentés ont des sujets qui, pour diverses raisons, ont une intentionnalité réduite (4.2.3.1), tandis que dans le second, les arguments internes ont un rôle purement transitionnel dans la réalisation de l’intention (4.2.3.1).

4.2.3.1. Dissociation argumentale et réduction de l’intentionnalité

178On distinguera dans cette première catégorie les sujets à intentionnalité nulle de ceux à intentionnalité réduite.

179• On note en premier lieu une tendance à utiliser la construction en AT lorsque le sujet est une Force, plutôt qu’un Agent doué de volition. Les Forces sont habituellement des phénomènes d’ordre naturel, tels que les éléments (wave, storm, gust (of wind) ou mud) :

(73)








a.

Another wave came, lapping at Jackson’s boots. (K. Atkinson, 2006)

b.


The gusts punched at them and rubbed their mouths with salt, caught in their greatcoats and generally made them feel lively. (A. L. Kennedy, 2007)

c.


Black mud sucked at our soles as we drew closer to the gray inflatable tent that would be our command post for the next few days. (P. Cornwell, 1998)

180La notion de Force peut être étendue à diverses autres catégories sans intentionnalité également à l’origine de procès, notamment les maladies et autres affections :

(74)

… arthritis nibbled at her fingers, lower back, and hips, making it increasingly uncomfortable for her to sit at her desk… (P. Cornwell, 1998)

181Il en va de même pour les états mentaux contraignants, comme l’impatience, la conviction ou le questionnement :

(75)




a.

Mr Shedd, we’re talking about a homicide,’ I reminded him as impatience tugged at me. (P. Cornwell, 1998)

b.

The conviction that they truly thought she was damned dragged at her more and more as time went on. (J. Smiley, 1991)

182La construction indirecte permet de mettre en arrière-plan la relation impliquée par la construction directe entre les deux arguments, qui demeure par ailleurs attestée pour les Forces en particulier dans des exemples tels que (73). En revanche, plus on s’éloigne de la notion classique de Force et de celle d’agentivité en général, comme en (74) et (75), plus il devient difficile, voire impossible, d’utiliser la construction directe.

183• D’autres emplois concernent des sujets à intentionnalité faible ou inexistante. Ils peuvent correspondre à des procès dénotant des actions mécaniques, comme en (76) avec les verbes de traction pull et tug :

(76)






a.

Nels pulled at the skin of his throat, then took his briefcase in his hand. (D. Guterson, 1998)

b.



On the far side of Miller Bay, in the shadows of madrona trees, Tom Peck tugged at his burnt‑red goatee, sucked on his pipe stem, and raised American blue foxes for their varnished pelts in sixty‑eight overcrowded breeding pens. (Ibid.)

184Dans ces emplois, l’affectation du référent n’est pas la finalité directe de l’action. Le même type d’analyse s’applique à ON dans l’expression sucked on his pipe stem, de sorte que le problème relève du fonctionnement général de l’agentivité, et non du seul cas de AT.

185Entrent également dans cette catégorie des verbes de contact tels que dab, rub, mop, scratch, etc., qui sont employés avec AT lorsqu’ils correspondent à des gestes machinaux :

(77)





a.

Ole Jurgensen blinked half a dozen times. He dabbed at his eyes with his handkerchief. (D. Guterson, 1998)

b.


He pulled his hand back, reached into his pants pocket, and took out a handkerchief which he used to mop at his face and neck. (S. Grafton, 1993)

186On notera ici l’absence d’effet sur la complétude du procès (dab one’s eyes/at one’s eyes). Si distinction il y a, elle est uniquement présente dans la représentation de l’événement, et non dans sa dimension référentielle. Les emplois de ce type s’opposent aux constructions directes de pleine intentionnalité :

(78)

He grabbed a bandanna out of a back pocket and mopped his face. (P. Cornwell, 1998)

187Participent également de ce fonctionnement les procès qui décrivent une action non-raisonnée du sujet, résultant d’une forme de compulsion, comme gobble en (71) par exemple. La nature des entités ingurgitées (things) apparaît comme immatérielle au procès dans la mesure où elle ne relève pas d’une intentionnalité directe du sujet les concernant. Il en va de même des états de panique (79) ou de colère (80) :

(79)



Then Molloy tearing past everybody and kicking at the wall. ‘Shut up with that fucking nonsense, will ya ?’ Kicking and then turning to the Bastard and plainly wanting to kick him, in a sweat for it, but going back for another lump of wall instead. (A. L. Kennedy, 2007)

188En (79), par exemple, l’absence de contrôle, qui est assimilable à une intentionnalité réduite, est rendue par la construction en AT (kick at the wall). Cette dernière se distingue ici de la construction directe (kick him), qui correspond à une tentative délibérée d’affectation du Patient. Dans le premier cas, le référent du régime est purement accessoire au procès et ne fait l’objet d’aucune intentionnalité agressive de la part du sujet.

4.2.3.2. Dissociation argumentale et procès à visée différée

189Le deuxième cas de figure concerne des gestes intentionnels qui ont une finalité indirecte, ou finalité à visée différée. Les exemples sont nombreux et très divers.

190• Entrent dans cette catégorie les gestes semi-conscients qui consistent à se prémunir contre une situation d’inconfort, comme en (80), là où la construction directe mettrait l’accent sur une démarche d’affectation consciente du Patient (robe, lapel, headgear) :

(80)









a.

Judge Lew Fielding roused himself and, pulling at his robe, turned his gaze toward the jurors. (D. Guterson, 1998)

b.



Art had watched them trudge up Old Hill together, Etta with her umbrella turned against the winter rain, her free hand clutching at the lapels of a coarse winter coat, Carl with his hands curled up in his jacket pockets, his wool cap pulled to his eyebrows. (Ibid.)

c.

Vasyl pushed at his Jerry headgear, some kind of thought going on, then made a tiny lunge forward. (A. L. Kennedy, 2007)

191Dans ce dernier cas, par exemple, le geste de repousser un couvre-chef dont la présence gênerait la vision ou la réflexion vise à pallier une situation de perplexité ou d’embarras et non directement à modifier la position de dernier. Ces emplois s’inscrivent dans la continuité des gestes automatiques. La différence est que les gestes automatiques concernent directement le référent du régime alors que, dans le cas présent, le référent du régime n’est qu’un élément intermédiaire dans la réalisation d’une intention d’un autre ordre.

192• On inclura également dans cette catégorie un grand nombre de gestes plus ou moins conscients qui ont une finalité autre que celle qui serait décrite par la construction directe, comme par exemple ceux auxquels on a habituellement recours pour maintenir le contrôle de soi, comme to bite at the inside of one’s mouth ou to clutch at someone’s hand en (81) :

(81)












a.

Ring Philip. Tell him you’re coming.’

b.



‘Yes, yes, just tell me when it is. I’ll check whether l’m free.’ Iris bites at the inside of her mouth and is suddenly glad that Susan cannot see the look on her face. Of course she is free. She is always free at the weekends, nowadays. (L. Doughty, 1996)

c.





I put my right hand on top of it, out of pity, out of tenderness, perhaps with a little love. He turned his own hand and clutched at mine with the ferocity of an astronaut free-floating in outer space, worried his vessel might drift off without him. He did not look at me. I knew that he was holding my hand so tightly to prevent himself from crying in public. (L. Doughty, 1996)

193Ces gestes ne correspondent pas à l’intention d’affecter le référent du régime (the inside of one’s mouth et someone’s hand) ; comme l’indique explicitement le contexte, leur unique finalité est de dissimuler une émotion ou un sentiment.

194De même, en (82), le geste décrit n’a pas pour but de soulager la partie du corps concernée (to rub one’s calf), mais de vérifier ce qui cause la douleur :

(82)



Her jeans have protected her, although they are scraped and flecked with plaster. She rubs at her calf through the tough denim. It feels as though she has pulled a muscle, probably as she yanked her leg back. (L. Doughty, 1996)

195En (83), la finalité n’est pas non plus de se frotter les cheveux (to rub one’s hair), mais de confirmer un dire en attirant l’attention sur la couleur de ces derniers :

(83)


‘I’m Peter Gibbs.’ He rubbed at his hair, letting you see that its colour annoyed him when he thought of it. ‘Or Sandy. For obvious reasons.’ (A. L. Kennedy, 2007)

196L’exemple avec rub en (70a) appartient également à cette catégorie, dans la mesure où le but n’est pas de frotter la marque, mais de la faire partir. De même en (70b), il ne s’agit pas de contribuer à la propreté des toilettes, mais plutôt de s’acquitter d’une corvée.

197Enfin, la finalité peut être simplement d’attirer l’attention d’autrui, sans que l’intention soit de modifier ou d’affecter d’une quelconque manière le référent de l’argument second :

(84)




a.

‘Perry’– tugging hard at his arm – you promised me faithfully you’d buy me some decent tennis shoes. Look.’ (J. le Carré, 2010)

b.

It was another hour before Brill yanked at my sleeve and pointed to three passengers descending the bridge. (J. Rubenfeld, 2006)

198Dans ces diverses catégories d’emplois, la construction en AT, qui sert à exprimer des procès agentifs standard tels que to shoot/work at something, voit son fonctionnement s’étendre à des prédicats normalement transitifs. La dissociation des deux arguments constitutifs de la transitivité qui résulte du remplacement du Patient par une Cible ou un Domaine est utilisée pour représenter des procès agentifs sans relations inter-argumentales d’intentionnalité. On peut donc en conclure que, dans ce mode d’instrumentalisation des schémas actanciels en AT, ce qui a été interprété comme un fonctionnement partitif à valeur aspectuelle, correspond de fait au redéploiement de constructions destinées à représenter la Cible ou le Domaine pour exprimer la déconstruction des relations traditionnelles d’agentivité entre un Agent intentionnel et un Patient objet de l’intentionnalité.

En guise de conclusion

199Au terme de cette étude, AT apparaît, au même titre que les autres prépositions à contenu lexical, comme un outil dont la fonction sémantique première est d’assigner un rôle thématique aux éléments nominaux référentiels qu’il régit. Ce rôle peut se combiner avec la structure argumentale d’un terme recteur pour définir une nouvelle valeur thématique dans une représentation événementielle. Le recentrage sur l’actance, au sens large du terme, a permis de définir des fonctionnements de système relativement homogènes qui organisent la diversité des emplois. En conclusion, trois paramètres peuvent être dégagés qui rendent compte des compétences des locuteurs dans ce domaine : la cohérence du fonctionnement sémantique des prépositions, le rôle des constructions dans l’encodage et le caractère procédural de l’acquisition.

  1. L’étude de AT montre que les langues tendent à éviter l’entropie. Les innovations en matière d’expansion, à syntaxe égale, concernent les variables et sont contrôlées par la communauté, qui en principe n’adopte que ce qui est adoptable, donc partageable. Les cas de variance depuis la réorganisation syntaxique du moyen-anglais ont été dus à des phénomènes externes (emprunts au français, qui ont très largement enrichi les emplois originaux de AT grâce aux extensions scalaires, polaires et argumentales des régimes, et concurrence d’autres prépositions telles qui IN et BY, qui ont repris certains des emplois originaux de la préposition). C’est donc le fonctionnement analogique des variables au sein des constructions qui stabilise le système et maintient la cohérence fonctionnelle des marqueurs en excluant a priori les écarts. Il s’ensuit que la valeur de base des prépositions n’est autre que le produit des pratiques analogiques d’expansion des variables par les locuteurs.

    • 52 Les constructions, à l’instar des catégories, émanent de régularités discursives dans les pratiques (...)

    Le second paramètre concerne le mode d’apprentissage. Ce dernier ne se fait pas directement à partir des occurrences de la préposition en discours. Comme le montrent les procédés d’expansion analogique des variables, il se fait par l’intermédiaire des constructions auxquelles appartiennent les prépositions. Apprendre une construction revient à maîtriser la variabilité lexicale au sein des schémas correspondants. L’observation des données fait apparaître des types de variables récurrentes en discours qui permettent une démarche d’abstraction. Les variables sont constituées par les régimes dans les emplois topographiques (emplois simples ou autonomes), et par le prédicat recteur principalement dans les emplois actanciels (emplois complexes ou dépendants). Ce sont des expressions telles que AT THE SUPERMARKET et AT THE CEREMONY, dans le premier cas, qui permettent et contraignent l’utilisation d’autres variables du même ordre. De même, dans le second cas, c’est l’emploi de LOOK + AT SOMETHING, pour les Cibles par exemple, et d’autres verbes ou expressions verbales récurrents, qui permet l’apprentissage de la construction correspondante et son extension à de multiples prédicats qui entrent dans un fonctionnement paradigmatique avec ces derniers. Le seul accès direct des locuteurs est par conséquent aux diverses formes de constructions, simples ou complexes, qu’ils peuvent adapter de manière inductive au travers des variables qu’elles comportent.52

  2. Le troisième paramètre concerne la nature des compétences mises en œuvre dans la production des schémas prépositionnels. La substitution contrôlée des variables tend à montrer que la connaissance des constructions est d’ordre pratique. En d’autres termes, il ne s’agit pas d’un savoir analytique qui peut être décrit sous forme de propriétés identitaires associées aux prépositions elles-mêmes, mais d’un savoir-faire basé sur la maîtrise des possibilités fonctionnelles des constructions. L’encodage des impulsions signifiantes passe par le recours à des schémas constructionnels qui sont autant d’outils spécialisés de mise en langue. Si l’anthropologue, ou le linguiste en matière de langue, a pour tâche de décrire les caractéristiques définitoires des outils, ces dernières ne font pas partie du savoir des utilisateurs, qui en tant que tels n’en possèdent qu’une maîtrise procédurale. Pour un utilisateur de marteau, ce n’est pas parce que le marteau a un manche allongé qui permet de démultiplier la force appliquée et un embout généralement métallique qui autorise une meilleure transmission de l’énergie qu’il l’utilise, mais parce que ce dernier lui permet de faire pénétrer un clou dans une surface résistante et, par extension, de se livrer à toute autre utilisation relevant du même geste. C’est donc l’association de l’outil avec des emplois-types qui permet l’établissement de ce savoir-faire et l’extension de l’outil à d’autres tâches telles qu’elles peuvent être identifiées par les changements de variables. On expliquera ainsi que les prépositions puissent avoir une valeur identitaire issue de la démarche d’expansion analogique et que cette valeur n’ait aucun rôle direct à jouer dans la pratique des locuteurs, dont les intentions signifiantes sont encodées directement sous forme de schémas à partir des constructions correspondantes.

Top of page

Bibliography

Anderson, Stephen R. (1988). « Objects (direct and not-so-direct) in English and elsewhere ». In Duncan-Rose, Caroline et Venneman, Theo (eds) On Language. London : Routledge, pp.287-314.

Anscombre, Jean-Claude et Ducrot, Oswald (1983). L’argumentation dans la langue. Bruxelles : Editions Mardaga.

Bennett, David C. (1975). Spatial and Temporal Uses of English Prepositions : An Essay in Stratificational Semantics. London : Longman.

Boulonnais, Dominique (2008). « Les prépositions TO et FOR : Grammaticalisation et subjectification ». Anglophonia 24 : pp.45-97.

Broccias, Cristiano (2003). The English Change Network : Forcing Changes into Schemas. Berlin : Mouton de Gruyter.

Chauvin, Catherine (2006). « La complémentation verbale : Syntaxe ou sémantique (at/to) ». In Lebaud, Daniel et al. (dirs.) Constructions verbales et production de sens. Besançon : Presses Universitaires de Franche-Comté, pp.173-186.

Cuyckens, Hubert (1985). « AT – A typically English preposition ». Papers and Studies in Contrastive Linguistics 19 : pp.49-64.

Dixon, R. M. W. (2005). A Semantic Approach to Grammar. Second Edition. Oxford : Oxford University Press.

Dufaye, Lionel (2004). « In September, on Tuesday, at ten o’clock ». Communication présentée au Colloque Sesylia « Temps, Aspect, Modalités et Rôles. » Septembre 2004.

Dufaye, Lionel (2006). « Localisation spatiale et temporelle avec IN, ON et AT ». In Delmas, Claude (dir.) Complétude, cognition, construction linguistique. Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, pp.99-109.

Dufaye, Lionel (2010). « Lorsque les prépositions interagissent avec le prédicAT ». Communication présentée au Colloque « Verbes et complexités verbales ». Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Mai-juin 2010.

Fillmore, Charles J. (1968). « The case for case ». In Bach, Emmon and Harms, Robert T. (eds.) Universals in Linguistic Theory. New York : Holt, Rinehart & Winston, pp.1-88.

Fillmore, Charles J. (1969). « Towards a modern theory of case ». In Reibel, David A. and Schane, Sanford A. (eds.) Modern Studies in English. Englewood Cliffs, NJ : Prentice Hall, pp.361-375.

Franckel, Jean-Jacques et Paillard, Denis (2007). Grammaire des prépositions. Tome 1. Paris : Ophrys.

Gilbert, Eric (2004). « Ebauche d’une formalisation des prépositions IN, ON, et AT ». Cycnos 21 : pp.93-111.

Girard, Geneviève (2006). « Le qualitatif dans les syntagmes prépositionnels en IN et TO ». Cycnos 23.1 : pp.261-274.

Goldberg, Adele E. (1995). Constructions : A Construction Grammar Approach to Argument Structure. Chicago : University of Chicago Press.

Grimshaw, Jane (1990). Argument Structure. Cambridge, MA : MIT Press.

Groussier Marie-Line (1984). Le système des prépositions dans la prose du vieil-anglais. Thèse de doctorat d’Etat. Université de Paris VII.

Groussier Marie-Line (1997). « Prépositions et primarité du spatial : De l’expression de relations dans l’espace à l’expression de relations non-spatiales ». In Morel, Marie-Annick et Danon-Boileau, Laurent (dirs.) La préposition : Une catégorie accessoire ? Faits de Langues 9. Gap : Ophrys, pp.221-234.

Herskovits, Annette (1986). Language and Spatial Cognition : An Interdisciplinary Study of the Prepositions in English. Cambridge : Cambridge University Press.

Hopper, Paul J. and Thompson, Sandra A. (1980). « Transitivity in grammar and discourse ». Language 56.2 : pp.251-299.

Huddleston, Rodney and Pullum, Geoffrey K. (2002). English Grammar. Cambridge : Cambridge University Press.

Iglesias-Rábade, Luis (2003). « French influence in Middle-English phrasing : Some evidence from AT-prepositional phrases ». Neuphilologische Mitteilungen CIV.3 : pp.281-301.

Iglesias-Rábade, Luis (2011). Semantic Erosion of Middle-English Prepositions. Berne : Peter Lang.

Lakoff, George and Johnson, Mark (1980). Metaphors we Live by. Chicago : University of Chicago Press.

Leek, Frederike van der (1996). « The English conative construction : A compositional account ». Papers from the Chicago Linguistic Society : The Main Session 32 : pp.363-378.

Levin, Beth (1993). English Verb Classes and Alternations. Chicago : The University of Chicago Press.

Lindkvist, Karl-Gunnar (1950). Studies in the Local Sense of the Prepositions IN, AT, ON, and TO in Modern English. Lund : C. W. K. Gleerup.

Lindkvist, Karl-Gunnar (1978a). « Some notes on AT as a preposition of place in English ». In Ryden, Mats and Björk, Lennart A. (eds.) Studies in English Philology, Linguistics and Literature Presented to Alarik Rynell. Stockholm : Almqvist & Wiksell, pp.102-107.

Lindkvist, Karl-Gunnar (1978b). At versus On, In, By : On the Early History of Spatial At and Certain Primary Ideas Distinguishing At from On, In, By. (Acta Universitatis Stockholmiensis : Stockholm Studies in English 49). Stockholm : Almqvist & Wiksell.

Lindstromberg, Seth (1997). English Prepositions Explained. Amsterdam : John Benjamins.

Lundskaer-Nielsen, Tom (1993). Prepositions in Old and Middle English. Odense : Odense University Press : Nowele Supplement Vol. 9.

Mourόn-Figueroa, Cristina (2006). « AT-phrases in the York cycle : A semantic analysis ». Neuphilologische Mitteilungen CVII.4 : pp.471-486.

Perek, Florent and Lemmens, Maarten (2010). « Getting at the meaning of the English at-construction : The case of a constructional split ». CogniTextes 5 (en ligne).

Pinker, Steven (1989). Learnability and Cognition : The Acquisition of Argument Structure. Cambridge, MA : MIT Press.

Pinker, Steven (2007). The Stuff of Thought. London : Penguin.

Pustejovsky, James (1995). The Generative Lexicon. Cambridge, MA : MIT Press.

Quirk, Randolph, Greenbaum, Sidney, Leech, Geoffrey and Svartvik, Jan (1985). A Comprehensive Grammar of the English Language. London : Longman.

Ravin, Yael and Leacock, Claudia (eds.) (2000). Polysemy : Theoretical and Computational Approaches. Oxford : Oxford University Press.

Reid, Wallis (2004). « Monosemy, homonymy and polysemy ». In Contini-Morava, Ellen, Kirsner, Robert S. and Rodriguez-Bachiller, Betsy (eds.) Cognitive and Communicative Approaches to Linguistic Analysis. Amsterdam : John Benjamins, pp.93-129.

Rice, Sally, Sandra, Dominiek and Vanrespaille, Mia (1999). « Prepositional semantics and the fragile link between space and time ». In Hiraga, Masako K., Sinha, Chris and Wilcox, Sherman (eds.) Cultural, Typological, and Psycholinguistic Issues : Proceedings of the Fourth International Cognitive Linguistics Conference. Amsterdam : John Benjamins, pp.107-127.

Sweetser, Eve (1986). « Polysemy vs. abstraction : Mutually exclusive or complementary ». Proceedings of the Berkeley Linguistics Society 12 : pp.528-538.

Talmy, Leonard (2000). Toward a Cognitive Semantics. 2 vol. Cambridge, MA : MIT Press.

Tyler, Andrea and Evans, Vyvyan (2003). The Semantics of English Prepositions. Spatial Scenes, Embodied Meaning and Cognition. Cambridge : Cambridge University Press.

Van Valin, Robert D. Jr. and La Polla, Randy J. (1997). Syntax : Structure, Meaning, and Function. Cambridge : Cambridge University Press.

Violet, Alice (2009). « Quelle place pour la métaphore spatiale dans les mécanismes d’alternance prépositionnelle ? L’exemple de in/on the street(s) en anglais britannique ». In François, Jacques, Gilbert, Éric, Guimier, Claude et Krause, Maxi (dirs.) Autour de la préposition. Caen : Presses Universitaires de Caen, pp.195-204.

Wesche, Birgit (1986-1987). « At ease with AT ». Journal of Semantics 5 : pp. 385-398.

Wierzbicka, Anna (1988). The Semantics of Grammar. Amsterdam : John Benjamins,

Wierzbicka, Anna (1993). « Why do we say in April, on Thursday, at 10 o’clock ? In search of an explanation ». Studies in Language 17.2 : pp.437-454.

Yousfi, Cécile (2009). « Comment décrire le sens d’une préposition ? ». In François, Jacques, Gilbert, Éric, Guimier, Claude et Krause, Maxi (dirs.) Autour de la préposition. Caen : Presses Universitaires de Caen, pp.159-169

Top of page

Notes

2 Mes très sincères remerciements à tous les collègues qui m’ont aidée de leurs conseils, et en particulier à Geneviève Girard-Gillet pour sa relecture attentive et ses nombreuses suggestions. Il a également été tenu compte des remarques et des conseils des deux relecteurs. Il va de soi que les erreurs qui subsisteraient ne seraient imputables qu’à l’auteur.

3 Le point de vue de l’OED cité en exergue est aussi celui de Lindstromberg (1997 : 165), par exemple.

Si les emplois de AT ont été répertoriés dans de multiples ouvrages lexicographiques, peu de travaux linguistiques lui ont été spécifiquement consacrés. On citera ceux de Lindkvist (1978a), Cuyckens (1985), Wesche (1986-1987) et Dufaye (2010). AT apparaît également dans d’autres travaux plus généraux portant sur les prépositions IN, ON et AT, comme Gilbert (2004), Reid (2004) et Dufaye (2004 et 2006). Il fait également l’objet de chapitres ou de sections dans de nombreux ouvrages sur les prépositions spatiales, en particulier Lindkvist (1950 et 1978b) et Herskovits (1986). On notera qu’il ne figure pas dans l’ouvrage de Tyler et Evans (2003) sur les emplois spatiaux des prépositions (voir ibid. : 178 note 2).

4 Voir notamment Lindkvist (1978b) pour AT à l’époque moderne. La situation en vieil-anglais était très différente, notamment du fait de l’existence d’une morphologie casuelle. On se reportera à Groussier (1984 : 929-958) pour une description détaillée des différents emplois de AT en vieil-anglais, en particulier de ceux qui ont disparu aujourd’hui. Un autre facteur externe déterminant dans la configuration actuelle a été l’influence du français, avec de nombreux emprunts qui ont considérablement élargi les emplois de la préposition au cours du moyen-anglais. Voir notamment Iglesias-Rábade (2003 et 2011).

5 Ceci ne signifie pas qu’il faille exclure la possibilité de décrochages semblables à ceux de cardinal/pupil (homonymie) ou mole/pig (polysémie). La préposition BY pourrait constituer un exemple du second, voire du premier type. Des expressions telles que by the fire (Localisation spatiale), by Monday (Localisation temporelle) et by the government, by the storm, by hand (Agent, Force et Instrument) sont en général perçues comme appartenant à des fonctionnements distincts, même s’il est possible de retracer l’évolution des emplois à partir de la notion de proximité. On est donc face à une situation comparable à celles évoquées ci-dessus, pour lesquelles le lien métaphorique est devenu opaque ou largement inactif dans l’interprétation des formes. De tels exemples nous contraignent à prévoir, pour les prépositions comme pour les autres catégories, un continuum de fonctionnement entre monosémie d’une part et polysémie ou homonymie d’autre part.

6 Le travail a été effectué à partir d’une collecte personnelle d’exemples et de l’examen systématique de plusieurs ouvrages de fiction et périodiques en anglais britannique et américain. On remerciera ici tout particulièrement Pierre Labrosse pour son aide inestimable avec les corpus électroniques. Les exemples ont été complétés sur certains points par une recherche sur Google.

7 Nous retiendrons par tradition le terme de préposition, même si celui d’adposition est plus approprié pour désigner la classe d’éléments dont il est question ici. Si la majorité des adpositions de l’anglais sont préposées à leurs régimes, il en est également certaines qui suivent ou peuvent suivre ce dernier, comme ago ou notwithstanding. Ce qui vaut pour les prépositions s’applique également aux « prépositions postposées ».

8 Il existe, parallèlement aux emplois classiques à GN référentiel, des emplois dérivés correspondant à des utilisations prédicatives ou adverbiales des GP (respectivement at peace/rest et at all/last). Il y a alors perte du fonctionnent référentiel premier et lexicalisation de l’expression. La question sera abordée dans la Partie 2.

9 Deux catégories de GN échappent aux règles générales du marquage casuel : les objets directs hors position canonique et certains circonstants (voir Dixon 2005 : 299sq.)

  1. Les premiers appartiennent soit à la construction COI + COD, dite à double objet (He gave/made her a cup of tea), soit à des constructions à antéposition thématique (Now that colour I like). Les GN objets déplacés hors de leur position canonique ne sont pas en mesure de recevoir leur cas par localisation. C’est leur forme, à savoir l’absence de marquage prépositionnel, qui les identifie comme tels, tandis que la structure lexicale du verbe assure leur interprétation.

  2. La seconde catégorie concerne les circonstants, notamment ceux de temps (She saw him last week, Sundays we usually play golf, I’ll be gone two weeks, etc. ; voir Quirk et al. 1985 : 693-695). On peut penser que c’est le sémantisme interne du GN qui assure son rôle thématique en désignant ce dernier comme une localisation temporelle, une fréquence ou une durée, tandis que le cas est assigné par sa position périphérique (circonstant).

On peut donc penser que les GN dans ces deux catégories de constructions relèvent d’une forme de marquage casuel inhérent.

10 On remarquera aussi que les formes en ’S, dites flexionnelles, du génitif actuel sont devenues des adpositions, comme le montre leur rattachement au GN (the Queen of England’s hats), et non plus au nom-tête (*the Queen’s hats of England.). La transition entre l’inflexion (avec rattachement morphologique de la marque du génitif au nom) et le marqueur adpositionnel (avec rattachement au GN) date du moyen-anglais, époque à laquelle les formes anciennes (i) coexistent encore avec les nouvelles (ii). Les exemples sont extraits des Paston Letters 1418-1506 (édition de John Warrington, Londres : J. M. Dent & Sons, 1956) :

  1. To show you the King’s apparel of England, thus it was : his horse of bay, trapped with needle work ; a gown of purple velvet… (1506. Vol.2 : 247)

  2. It seemeth by your writing that my Lord of Norfolk’s council intend not that my Lord Archbishop should deal in this matter… (1469. Vol.2 : 80)

11 Van Valin et La Polla (1997 : 139sq.), par exemple, distinguent deux macro-rôles sémantiques pour les verbes : « Actor », qui recouvre tous les arguments à l’origine des procès tels que les Agents, mais aussi les Acteurs, les Forces, les Origines ou les Causes, et « Undergoer », qui correspond aux entités affectées, c’est-à-dire essentiellement aux Patients affectés et effectués, aux Expérients et aux Thèmes (entités soumises à un déplacement).

12 On inclura dans cette an alyse les prépositions dites « casuelles » du datif et du génitif. Il va de soi que ce n’est pas un hasard si TO et OF ont été sélectionnés dans ces emplois, par opposition à UNDER ou WITH, par exemple. TO était d’ailleurs déjà utilisé en association avec le datif en vieil-anglais.

13 AT fut longtemps la forme normale pour les villes telles que London etc., un usage qui a disparu au cours du xviiie siècle. Voir par exemple Iglesias-Rábade (2011 : 111sq.).

14 Il existe d’autres modèles, comme celui des prototypes, qui est également emprunté à la psychologie et qui est appliqué par certains linguistes, dont Wesche (1986-1987). Ce dernier suppose l’existence d’utilisations prototypiques des prépositions par rapport auxquelles se positionneraient toutes les autres utilisations. Le prototype serait celui des emplois qui rassemblerait le maximum de traits définitoires. La distance par rapport au prototype pourrait alors se mesurer en termes de présence ou absence des traits servant à définir ce dernier. La notion de prototype, quelle que puisse être sa valeur dans l’étude des catégories lexicales, ne semble jouer aucun rôle direct dans le fonctionnement sémantique des prépositions, dans la mesure où la seule valeur associée aux prépositions est leur valeur centrale, ou identitaire, qui est nécessairement présente dans tous les emplois.

15 Voir par exemple Pinker (1989), Pustejovsky (1995) ou Wierzbicka (1988), parmi beaucoup d’autres modes de représentation différents de la componentialité.

16 On pourrait penser que les traits fonctionnels sont seconds par rapport à l’observation des propriétés objectives des objets, puisqu’ils découlent de cette dernière, et que les deux sont analytiquement distincts. Les propriétés dimensionnelles des objets, cependant, si elles préexistent objectivement au regard, ne sont activées que par ce dernier. L’intention fonctionnelle peut redimensionnaliser des objets qui ont déjà une dimensionnalité par défaut. Quelqu’un qui cherche à poser une enveloppe sur une console encombrée pourra la déposer en équilibre sur un vase qui se trouve être vide, et donc disponible pour l’accueillir (I put/left it on the vase), recatégorisant ainsi en surface un objet qu’il aurait jusque là considéré comme un contenant. Les propriétés dimensionnelles des entités ne sont donc pas données indépendamment de leur fonctionnalité. Il s’ensuit qu’il n’existe pas de déterminisme conceptuel associé à la notion de vase en tant que réceptacle qui interdirait l’usage de toute préposition autre que IN.

17 On pourrait également citer dans cette catégorie l’expression prédicative at stake (>at issue), où stake désignait à l’origine un pieu servant à délimiter les terrains.

18 Un exemple pour illustrer la différence est celui du plan du métro de Londres, qui est topographique. La représentation topographique ne prend en compte que les relations et non les distances entre stations de sorte qu’il est impossible de connaître ces dernières. La carte du métro parisien, à l’inverse, s’efforce de les représenter, même si elle fait abstraction de la forme et de l’importance des stations. En fait, toute carte comporte des éléments d’abstraction de sorte que la distinction entre représentation topographique et géographique en cartographie ne peut jamais être absolue.

19 Les emplois topographiques neutralisent la distinction espace-temps. Le fait que le spatial soit premier historiquement et ontologiquement par rapport au temporel ne signifie en rien que les utilisations spatiales (at the supermarket) soient plus fondamentales dans le fonctionnement de la préposition que les utilisations temporelles (at noon). On se reportera aux arguments fournis par Groussier (1997) à ce sujet, en particulier à la différence qu’elle établit entre primarité et primauté du spatial.

20 Comme le souligne Herskovits (Ibid. : 132), il existe des exceptions. Elle imagine une situation d’éloignement géographique, dans laquelle la phrase My boat is at the lake pourrait s’appliquer à un bateau naviguant sur un lac. Il est en fait peu probable que la notion de distance ait une quelconque pertinence ici. Le repérage locatif du bateau implique une relation de fonctionnalité entre le repère (le lac) et le repéré (le bateau). Le lac, dans ce cas, est vu comme le lieu de stockage du bateau, là où l’expression géographique correspondante en ON décrirait simplement son lieu de présence. Sur ce point, voir note 21 infra.

21 Le français a la possibilité d’utiliser DANS pour les espaces privés (Jean est dans la chambre/la salle de bain/la cuisine/les toilettes), mais contrairement à l’anglais, il peut aussi utiliser A (Jean est au salon/à la cuisine/à la salle à manger/à la salle de bain/aux toilettes). Les chambres, en revanche, sont représentées comme des lieux de vie. Elles ne présentent pas le même type d’ambivalence que les autres pièces. ?*Il est à la/sa chambre semble en effet plus difficilement acceptable, sauf emploi topographique de repère (chambre d’hôtel ou étape sur parcours, par exemple).

On notera que la spécialisation fonctionnelle de A est plus marquée dans certains cas que dans d’autres, comme par exemple : Le peintre est dans les toilettes/aux toilettes vs. Le peintre est dans le salon/au salon. La différence tient au fait que le salon, contrairement aux toilettes, n’a pas de fonctionnalité spécifique, une caractéristique qui augmente la possibilité d’utiliser A puisque toute personne présente dans un salon est de facto utilisateur de ce dernier, ce qui n’est pas nécessairement le cas pour les toilettes.

La différence entre A et DANS apparaît souvent plus clairement lorsqu’il s’agit de la localisation d’un objet du fait de l’absence de relations de fonctionnalité entre la pièce repère et l’élément repéré. On préférera ainsi Le balai est dans les toilettes/dans la salle à manger à ??aux toilettes/à la salle à manger. En revanche, Le balai est à la cave/au grenier, ou même Le balai est à la cuisine, sont beaucoup plus facilement acceptables, car le GN repère désigne un lieu fonctionnel de stockage ou de rangement dont l’élément repéré est l’utilisateur.

La subtilité des fonctionnements est sans doute à l’origine des zones de chevauchement et d’incertitude qui existent dans ces contextes. Les phrases Marie est à la cuisine (Repère) et Marie est dans la cuisine (Localisation), par exemple, ne permettent pas au critère de fonctionnalité d’opérer efficacement, car tout membre adulte ou assimilé de la maison peut être utilisateur de la pièce. Par contre, ? Le peintre/Le chien est à la cuisine sont plus difficilement acceptables hors contexte, car cette dernière n’a pas de rôle fonctionnel direct en ce qui les concerne. Les phrases en revanche retrouvent une forme d’acceptabilité s’ils y sont présents en tant qu’utilisateurs pour se servir de l’évier, se nourrir, etc.

22 De nombreux linguistes évoquent à ce propos une distinction entre localisation étroite et localisation large. Herskovits notamment cite village et town parmi les régimes susceptibles de prendre AT car désignant des lieux étroits, par opposition à city, par exemple (1986 : 130-131). On remarque toutefois que les emplois de AT avec village sont contraints. Herskovits elle-même souligne que ?The restaurant is at the village est peu probable, la préposition attendue étant IN. En revanche, selon elle, There’s a good restaurant at a village 6 miles from here est tout à fait acceptable. Il semblerait donc que l’inscription de la localisation sur un trajet soit nécessaire pour que l’on accède dans ce cas à la notion de repérage et partant de point. La notion de taille n’est donc pas pertinente. Cela est confirmé par le fait que les grandes villes peuvent également prendre AT dans certaines circonstances (voir notamment les exemples (9) ci-dessous).

23 Les mesures et relevés scientifiques résultant des activités correspondantes ont également des adresses qui admettent les toponymes. Un exemple classique est la température (the temperature at Chicago). On citera par exemple pour ce type d’emploi :

  1. If there’s enough oxygen, the temperature at the ceiling’s going to go up to more than six hundred degrees Celsius, and boom, we have a flashover, or a fully developed fire. (P. Cornwell, 1998)

24 Contrairement aux instruments tels que desk, stove, sink, etc., qui ont des utilisateurs, les meubles de type contenant (bed, bathtub, closet) n’ont pas de fonctionnement topographique dans leurs utilisations ordinaires et ne sont donc pas considérés comme des instruments ou extensions fonctionnelles de l’individu (*She is at the bed/bathtub/closet, mais voir la recevabilité de He moves up to the closet, now he is at the closet, he reaches for my boxers lorsque la notion de trajet entre en jeu).

Voir également en français la différence entre être au lit et dans le lit, être au bain et dans le/son bain ou encore être au placard et dans le placard, où A correspond nécessairement à une localisation fonctionnelle. Le petit canard jaune est dans le bain est la forme de localisation d’un jouet, par exemple, mais Le petit canard jaune est au bain personnifie le référent et le constitue en utilisateur.

25 C’est un phénomène bien connu que le temps emprunte en grande partie son expression à l’espace (voir la métaphore « Time is space » de Lakoff et Johnson 1980). On notera à ce propos qu’il est erroné de considérer que le temps est unidimensionnel et s’oppose en cela à l’espace (voir notamment Rice, Sandra et Vanrespaille 1999). Seul le trajet correspondant à l’écoulement du temps, tel qu’il peut être conceptualisé sur le modèle du déplacement spatial, est représenté comme unidimensionnel. Le temps, à l’instar de l’espace, admet les représentations multidimensionnelles, comme que le montre l’emploi de prépositions telles que IN et ON avec les régimes temporels (in an hour/July vs. on the hour/the fifth of March).

26 Sur cette question, voir Wierzbicka (1993), ainsi que la relecture qui en est faite dans Dufaye (2004).

27 Le domaine structurant des heures est à distinguer de la spécification locative exprimée par IN (two o’clock in the morning/afternoon/evening) ou AT (ten o’clock at night), dont le rôle est parallèle à celui de a.m. ou p.m. Spécification locative et domaine structurant peuvent être associés, comme dans l’expression at ten o’clock in the morning/at night on the fifth. L’expression ten o’clock in the night est également très largement attestée, de même d’ailleurs que ten o’clock at the morning, vraisemblablement sur le modèle de ten o’clock at night.

28 Bennett (1975 : 116-118) évoque le problème des emplois de AT avec des mois ou des dates, là où l’on attendrait normalement IN ou ON (at January 1963 ou at December 21st). AT, dans ces emplois, constitue les régimes en étapes dans une progression.

29 Le fait que l’on puisse occasionnellement rencontrer des exemples tels que :

  1. The luxury passenger liner RMS Queen Mary was used as a troop carrier during the war. WSC and his colleagues travelled in her several times. (M. Soames, 1998)

traduit simplement le recours à une autre représentation du paquebot, en tant que lieu d’habitation des passagers.

30 Il est intéressant de noter à ce propos que, du point de vue syntaxique, night est aligné sur les transitions, ou repères discontinus séparant deux périodes (at sunrise, dusk, etc.), plutôt que sur les heures (at 2 p.m.). Ces éléments ont un fonctionnement non-comptable, comme le montrent la détermination du nom et les expressions de mesure associées :

  1. a. It was Aubrey Longrigg lurking in the wings who had cajoled a dubious but cleverly assembled network of cut-outs, Her Majesty’s Revenue & Customs, into storming Hector’s warehouses at dead of night… (J. le Carré, 2010)
    b. At full dusk or thereabouts he ate three rice balls, a slab of rock cod, and two windfall apples from a wild tree behind Bender’s Spring. (D. Guterson, 1998)
    c. At the last of dusk they launched their skiff again. (Ibid.)

31 Les emplois polaires peuvent se démultiplier en déclinant les notions de base sous diverses formes. Voir par exemple l’emploi de hello, en (i) ci-dessous, pour exprimer l’inchoation en lieu et place de beginning ou start. Le contexte est une rencontre de speed-dating :

  1. Says a disappointed woman, memorably, about a roomful of unsuccessful suitors : “They lost me at hello.” (Time, 2005)

32 Les emplois polaires, comme les emplois scalaires, de AT datent de la période du moyen-anglais et relèvent de l’influence du français (Iglesias-Rábade 2003 et 2011 : 111sq.). Si certains appartiennent à des paires, d’autres fonctionnent hors antonymie, comme fr. aux dépens de quelqu’un > angl. at someone’s expense ; voir également at liberty/risk/large/bay ou at someone’s mercy/pleasure/convenience/command/disposal, qui ont un fonctionnement prédicatif, ou encore at random, at a gallop, dont le fonctionnement est adverbial. Beaucoup des emprunts originaux au français ont disparu depuis le moyen-anglais. Les emplois subsistants se sont pour la plupart intégrés au fonctionnement de AT en tant qu’extensions scalaires ou polaires des emplois d’alignement.

33 L’expression at land a été employée jusqu’au milieu du xixe siècle (voir par exemple defeats at land ; Lindkvist 1950 : 134-135). At sea ne s’oppose plus qu’à des expressions telles que at anchor ou at port.

34 Les états précédés de AT se distinguent de ceux privés (mentaux, psychologiques ou physiques) introduits par IN d’une part (in doubt/opposition/anger/frustration/conflict/pain/tears/danger) et des états matériels dénotant des situations en cours introduits par ON d’autre part (on sale/display/exhibition/loan/fire). Là où les états privés et matériels reçoivent normalement une expression dimensionnalisée (volume et étendue), AT dématérialise ses régimes pour les constituer en pôles de fonctionnement. Sur les états privés, voir notamment Girard (2006).

35 L’expression pronominale référentielle at that à valeur de déclenchement (« là dessus/sur ce ») se distingue de la locution adverbiale at that, qui fonctionne comme marqueur discursif (« en plus/qui plus est ») : He’s a pure bred Labrador, and beautiful at that !. Cette deuxième utilisation est obtenue à partir de l’utilisation prépositionnelle d’origine. At that référentiel, en tant que déclencheur, signale l’introduction d’un nouveau procès qui suit l’événement dénoté par that. L’implication d’ajout de la première interprétation devient le sens de l’expression adverbiale dérivée, cette dernière étant obtenue par lexicalisation de l’inférence (avec perte de l’alternance THIS-THAT dans les emplois adverbiaux discursifs). Le processus est semblable à celui qui a conduit It’s not my cup of tea à exprimer le rejet par lexicalisation de l’implication de refus associée à l’expression d’origine.

36 Selon Lindkvist (1950 : 129), l’emploi de AT pour les personnes a cédé la place à BY à la fin du moyen-anglais, avec quelques occurrences tardives à la période de la Renaissance. Voir également Iglesias-Rábade (2011 : 140 et 145).

37 IN peut également être employé dans l’expression des domaines, comme en (i) ci-dessous, où il s’agit de spéculations sur l’identité d’un criminel :

  1. ‘And he was part of the production crew, the photographer, in this instance. Apparently he is accomplished in that.’ (P. Cornwell, 1998)

La préposition renvoie alors à des compétences d’ordre professionnel. De manière générale, accomplished est plus fréquemment utilisé pour l’expertise (IN) que pour le savoir-faire (AT) : accomplished in « compétent » vs. accomplished at « habile ». Sur ces questions, voir également Dufaye (2010).

38 Les verbes et expressions périphrastiques de réaction s’opposent de ce point de vue à ceux d’attitude (to like, hate, prefer, enjoy, appreciate, fear, resent), qui ont également l’Expérient pour sujet, mais qui sont transitifs directs. Le rôle actanciel d’Origine de l’argument actant est directement assigné par le verbe d’attitude. On a ainsi deux modes de représentation des arguments actants dans les procès affect, l’un correspondant aux verbes de réaction à argument Stimulus (AT) et l’autre aux verbes d’attitude à argument Origine (Ø).

39 Pour des verbes tels que to smile ou laugh, c’est le contenu lexical du GN régi qui permet en général de déterminer le statut thématique de l’argument prépositionnel. Alors que to smile/laugh at something (someone’s reaction/remark/joke) sont des prédicats réactifs ayant pour argument post-verbal le Stimulus, to smile/laugh at someone sont habituellement des verbes d’action intentionnelle dirigée vers une Cible.

40 Les états physiques prennent normalement FROM pour l’argument actant, qui indique une Source, plutôt qu’un Stimulus à valeur de déclenchement ou de cause (exhausted, tired, weak from). Nous ne nous pencherons pas ici sur l’emploi possible d’autres prépositions (by, about, of, etc.) avec les adjectifs psychologiques. La question relève de la sémantique lexicale des adjectifs eux-mêmes et non directement du fonctionnement sémantique de AT dans ces constructions.

41 L’intégration du GP dans le schéma argumental se manifeste non seulement par l’impossibilité de le déplacer, mais aussi par le fait que la position est ouverte à des référents humains, dont on sait qu’ils sont exclus du processus de repérage (voir par exemple to be mad/amazed/disappointed at someone).

42 Les nominalisations en -ING, qui ont conservé la syntaxe externe des GN dont elles sont issues, se comportent comme les GN et les pronoms en ce qu’elles prennent obligatoirement une préposition explicite :

  1. Labour MP Anne Begg ‘surprised’ at being made a dame. (Titre : BBC News, 2010)

Les nominalisées en WH- ont la double possibilité de construction du moins en position d’adjacence, comme le montre l’exemple (ii) ci-dessous :

  1. All he said was, “I’m surprised at how lost I feel.(J. Smiley, 1991)
    dans lequel at peut être supprimé sans réelle conséquence sur la grammaticalité de la phrase (I’m surprised (at) how lost I feel).

43 Voir à ce sujet les nombreuses études transversales concernant les alternances prépositionnelles, notamment Chauvin (2006), Dufaye (2004, 2006 et 2010), Lindkvist (1950 et 1978b), Reid (2004) et Yousfi (2009).

44 Les noms correspondent en général aux verbes et apparaissent fréquemment dans des expressions à verbe léger (take a peek/look, have a go/try at). Parmi les exemples relevés, on citera également attempt, shot, dig, effort, pretense, chance at :

  1. The Hummer has long been derided as an environmental enemy, but a pair of Hummer H1s will get a chance at redemption next month when they will be retrofitted to run on biodiesel and shuttle tourists around Santa Catalina Island. (The LA Times, 2011)

  2. He got a bigger laugh when he slid in an allusion to the 2000 presidential election – and a bigger one still with a dig at Attorney General Alberto Gonzales. (The Washington Post, 2007)

45 La présente tentative n’a pour but que de contribuer à cerner la construction en cause. Il est important de noter que la démarche de sous-classification des prédicats n’a pas de pertinence directe dans le cadre de l’étude du fonctionnement de AT. Si le fonctionnement du schéma argumental et sa réalisation syntaxique font partie intégrante de l’étude de la préposition, la participation des différents verbes à la construction relève de la seule sémantique verbale. La classification proposée ne préjugera donc pas de la forme finale que pourrait prendre cette dernière dans la mesure où les schémas reposent sur la continuité du fonctionnement et non sur la classification des unités lexicales concernées. Seuls quelques exemples seront par conséquent cités pour chaque classe. Les mêmes verbes peuvent par ailleurs appartenir à des catégories ou sous-catégories différentes, en fonction de leur sémantisme.

46 Certains verbes syntaxiquement intransitifs ont un objet silencieux, car redondant lexicalement et/ou conceptuellement, qui correspond à l’entité déplacée, comme to spit (spit) ou to swing (one’s fist) out, qui appartient à la classe des verbes d’émission :

  1. Through the window, I saw them sort of urge Daddy toward the truck, but he swung out at them, landing a punch on Pete’s cheek. (J. Smiley, 1991)

47 Ces prédicats permettent également des paraphrases pronominales (when we landed at Glasgow airport/arrived at the restaurantthere/at it), indiquant une incorporation partielle du régime à la structure argumentale du verbe. L’incorporation se manifeste également dans la différence lexicalisée entre l’interprétation locative concrète (spatiale) Where did they arrive ? et l’interprétation abstraite (temporelle) What did they arrive at ?, qui correspond à des régimes tels que conclusion, agreement, decision, solution, etc. La variante actancielle de la préposition peut aussi accueillir des localisations spatiales avec frayage lexical préalable (voir la différence entre Which station did he arrive at ? et *What did he arrive at ?, qui est inacceptable dans son interprétation spatiale hors des contextes de demande de répétition ou de précision marqués par un déplacement de la tonique sur what).

48 Le même raisonnement s’applique à ON pour la représentation de la partie adverse dans les contextes de conflit (to declare war/to open fire/to draw a knife on someone, to dart upon someone, to march on a place, etc.). Ce n’est pas la préposition qui met en place la notion d’agressivité, mais le contenu lexical du prédicat.

49 On se reportera à (i) ci-dessous pour un autre type de différence opposant TO (Destination) à AT (Cible) :

  1. ‘Now listen to this,’ snapped Edith Twardzik. ‘Supposing a man’s got his gun to your son’s head and ‘nuther one at your wife. He tells you to take yourself exactly one minute and decide whether he ought to shoot your son or your wife, which should he shoot, and if you don’t decide, he’ll shoot them both.’ (D. Guterson, 1998)

TO désigne ici le référent du GN comme un point d’aboutissement (voir l’expression intransitive correspondante to get to a place) et AT comme une entité visée, créant ainsi un effet de distance dans le second cas, qui n’apparaît pas dans le premier.

50 Pour ce qui est de la primauté des constructions sur la sémantique lexicale, on se reportera à la discussion théorique de la question dans Goldberg (1995 : 7sq.).

51 Sur l’inadéquation de la description initiale, notamment en ce qui concerne la liste des verbes participant à l’alternance, voir van der Leek (1996) et Broccias (2003). De manière générale, les travaux sur l’alternance s’inscrivent dans le cadre théorique de la sémantique lexicale. Le problème, dans cette optique, est de déterminer ce qui empêche certains verbes transitifs d’entrer dans l’alternance et donc de développer des emplois indirects à valeur d’incomplétude (voir par exemple Pinker 2007 : 103). L’approche retenue ici étant centrée sur les constructions, les questions de sémantique lexicale ne seront pas abordées directement.

52 Les constructions, à l’instar des catégories, émanent de régularités discursives dans les pratiques de codification des locuteurs. On n’a aucune raison de penser que leur apprentissage dépende d’une variable lexicale particulière, aussi fréquente soit-elle, comme le verbe LOOK pour les Cibles. Elles sont acquises par abstraction à partir des divers types d’occurrences présentes dans le contexte de l’apprenant. Sur ces questions, voir l’analyse de Perek et Lemmens (2010).

Top of page

References

Bibliographical reference

Dominique Boulonnais, « AT et la sémantique des prépositions », Anglophonia/Sigma, 17 (34) | 2013, 9-65.

Electronic reference

Dominique Boulonnais, « AT et la sémantique des prépositions », Anglophonia/Sigma [Online], 17 (34) | 2013, Online since 10 December 2013, connection on 18 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/86 ; DOI : 10.4000/anglophonia.86

Top of page

About the author

Dominique Boulonnais

Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org