Skip to navigation – Site map

L’impératif négatif dans les énoncés avec l’adverbe SO

Elisabet Johansson-Manoury
p. 45-64

Abstract

This article deals with a particular kind of imperative mood, namely the negative imperative mood in utterances with the adverb SO. This paper, in line with the preceding article dealing with the positive imperative mood in utterances with the adverb SO, aims at showing that the marker SO is linked to the utterer and, more precisely, to the point of view of the utterer.

Top of page

Full text

1. Introduction

  • 1 Cet article présente une version remaniée et allégée d’une partie de notre thèse, cf. bibliographie
  • 2 Le terme exophore est utilisé, entre autres, par Joly et O’Kelly (1990 : 426) : « exophore (=référe (...)
  • 3 « Posé » ne veut pas forcément toujours dire « validé ». Ceci peut être illustré, par exemple, par (...)
  • 4 D’où une certaine ressemblance avec –ing (cf. les paraphrases) lorsqu’il y a reprise situationnelle (...)
  • 5 SO effectue une anaphore à un niveau notionnel, c’est-à-dire purement qualitatif. Notre thèse sur l (...)

1Le présent article1 est consacré à l’impératif négatif dans les énoncés avec l’adverbe SO. Dans le cas de figure étudié ici, SO est un marqueur exophorique2 : il renvoie au contexte situationnel. D’une manière générale, SO renvoie à un préconstruit : l’existence de ce qui est anaphorisé par SO est posée3 indépendamment de la relation prédicative de l’énoncé en cours. Or, lorsque SO renvoie au contexte situationnel, il n’y a pas nécessairement des indices co-textuels qui viennent expliciter ce préconstruit. Dans ce cas, seule la présence de SO dans l’énoncé en cours permet de prendre en compte le contexte situationnel4. L’objectif de cet article est de démontrer d’une part que SO étant exophorique, il renvoie à une situation donnée où la relation prédicative concernée est validée dans le contexte situationnel par un sujet (énonciateur) différent de celui qui est à l’origine de l’impératif négatif avec SO. Et, d’autre part, que SO étant anaphorique5, la relation prédicative préconstruite est (re-)située en p par rapport à l’énonciateur principal, celui qui est à l’origine de l’énoncé avec SO.

2. L’impératif négatif

  • 6 Pour ne prendre que deux exemples avec SO, on dira que la négation dans « I didn’t say so » peut ma (...)

2Dans Pour une Linguistique de l’Énonciation (Tome I, p. 123), A. Culioli remarque, à propos de la position IE (c’est-à-dire la position décrochée du domaine de validation) et la négation, que « la négation, dans certains cas, marque une inversion ; dans d’autres, elle marque l’absence, le vide, l’altérité, le barrage d’un accès, la suspension, etc.6 ».

3Dans le cas qui nous concerne directement ici, A. Culioli précise (op. cit., p. 123-124) :

« Considérons maintenant l’injonction négative. On voit que si quelqu’un est en train de parler, on peut lui dire ne parle pas (I Ε). A quelqu’un sur le point de parler, on peut dire ne parle pas au sens de ne prends pas la parole (Image 100000000000003300000013EB085687.jpg). Enfin, à quelqu’un qui est, au moment où on s’adresse à lui, totalement silencieux et sans intention de se mettre à parler, on peut dire ne parle pas au sens d’une mise en garde (prends garde à ne pas prendre la parole). On a donc Image 100000000000003300000013EB085687.jpg. (...)
Ce qui est intéressant ici, c’est que l’analyse épuise les possibilités qu’offre une figure à trois positions :
(IE I ; I Ε ; IE Ε) »

4En ce qui concerne les énoncés avec SO, on postulera qu’on a affaire à une et une seule des trois possibilités offertes par la figure à trois positions.

3. Rappel de l’opération attribuée à SO et hypothèse

5D’une manière générale, SO dans un énoncé à l’impératif négatif n’a fait l’objet d’aucune étude, à ma connaissance.

6Toutefois, deux ouvrages citent un exemple avec SO à l’impératif négatif :

(1) «Dear, don’t worry so
(exemple cité par Jacobson, 1964 : 332)

(2) «Don’t worry so
(exemple cité par Larreya et Rivière, 1991 : 206)

  • 7 Gloser à la fois SO par so much et very much pose un problème de compréhension. En ce qui concerne (...)

7Dans son ouvrage intitulé « Adverbial Positions in English », S. Jacobson attribue une valeur de degré à ce SO : « SO = ‘so much’, ‘very much’ Degree7. ». Dans La Grammaire Explicative de l’Anglais, P. Larreya et C. Rivière mentionnent juste avant l’exemple cité que « SO peut également être utilisé comme intensif avec un verbe », et ils commentent SO dans l’exemple en question comme suit : « Son sens est alors proche à la fois de celui de so much et de celui de thus ». Autrement dit, selon eux, SO est un intensifieur avec une valeur de degré ou de manière. Selon S. Jacobson, il s’agit d’une valeur de degré seulement. Plus précisément, il s’agit là de valeurs sémantiques de surface. A ce propos, il est intéressant de noter que pour un seul et même exemple, autrement dit pour un seul et même verbe, SO reçoit deux valeurs sémantiques différentes. Or, si nous ne remettons pas en cause ces valeurs de surface dans les impératifs négatifs, nous pensons qu’elles ne viennent que s’ajouter à une valeur de base stable, elle-même résultant de l’opération invariante marquée par SO. Cette opération est la même pour tous les autres emplois de SO, plus précisément, nous postulons qu’avec SO on se situe en p, ou en I si l’on veut. Comme nous le verrons, cela correspondrait, dans ce cas de figure précis, à la configuration avec I comme point de départ : I E.

4. Étude d’exemples

8L’exemple suivant nous servira de point de départ :

(3) «“And another thing, Eustace—don’t cry so, you only make matters worse by behaving like a baby. Sit up, Eustace, and don’t look so helpless.»
(Hartley, 1979 : 113)

  • 8 cf. Johansson-Manoury (2007)
  • 9 D’ailleurs, on rappellera à ce propos qu’aucun exemple authentique contenant une négation n’a été t (...)

9A première vue, la négation dans l’exemple ci-dessus porte sur l’adverbe SO. Dans mon article sur l’impératif positif8, la négation, bien que peu probable9, avait été interprétée comme portant non pas sur le verbe mais sur SO, niant de ce fait la manière de réaliser le procès en question. En fait l’énoncé ci-dessus est théoriquement ambigu, hors contexte en tout cas. D’ailleurs, ceci est confirmé par les deux valeurs sémantiques accordées à SO par, d’une part, S. Jacobson et, d’autre part, P. Larreya et C. Rivière dans ce même type d’exemples. Sur le plan linguistique, on peut toujours comprendre SO comme intra-prédicatif, et dans ce cas la négation portera sur SO et niera, pour ne prendre qu’une des deux valeurs sémantiques, la manière de réaliser le procès en question. Cela implique que l’énonciateur demande, ordonne à la personne en question de ne pas pleurer de la façon dont elle le fait mais de pleurer d’une autre façon. En fait, ceci est une interprétation théoriquement possible mais pragmatiquement peu plausible. Toutefois, il convient de souligner que même s’il est peu probable d’interpréter SO ici comme intra-prédicatif, il n’en reste pas moins que, d’un point de vue linguistique, c’est possible. D’ailleurs, il convient de remarquer que SO n’a rien d’un adverbe extra-prédicatif : il se trouve dans une position post-verbale liée. De plus, si SO est extra-prédicatif, il est hors du prédicat et hors de la portée de la négation. En d’autres termes, si SO est extra-prédicatif la négation porte sur le verbe uniquement. Cela implique que « Don’t cry so » signifie alors la même chose que « Don’t cry » puisque dans le dernier cas la négation ne peut que porter sur le verbe. Or, il y a une différence entre ces deux énoncés. Pour expliciter cette différence, on se limitera pour l’instant à dire que « Don’t cry » peut être utilisé si le co-énonciateur ne pleure pas encore alors que « Don’t cry so » sera utilisé si le co-énonciateur pleure déjà. Ceci permet d’avoir la paraphrase suivante pour l’exemple de départ :

  • « Don’t cry so »

  • Don’t do what you are doing.

ou

  • Don’t keep on doing what you are doing.

ou encore

  • Stop doing what you are doing.

  • 10 De ce fait, nous reviendrons sur les énoncés sans SO.

10Comme ces paraphrases le montrent, la différence entre « Don’t cry » et « Don’t cry so » est que la phrase avec SO implique que le procès est actualisé tandis que la phrase sans SO n’implique rien de la sorte. Toutefois, il convient d’ajouter, pour citer ce que P. Larreya écrit : « ... forming a negative statement implies that one has previously envisaged the corresponding positive statement, while the reverse is not necessarily true » (1996 : 122). Ceci montre que lorsqu’on a une phrase négative, on présuppose la phrase positive correspondante10. En d’autres termes, ce qui est préconstruit est la relation prédicative < you / cry > et ce qui est construit est la relation prédicative < you / not cry >. Au lieu d’avoir une paraphrase telle que :

  • Don’t do what you are doing.

qui vaut pour tous les exemples de cet emploi de SO, on a plus précisément, pour (3), une paraphrase de type :

  • cry, as you are doing.

11En ce qui concerne la phrase « Don’t cry so » on peut donc considérer qu’il s’agit d’une construction qui entre en relation paraphrastique avec deux autres constructions :

  • You’re crying. Stop crying.

  • Don’t cry, as you are doing.

12Il s’agit de trois façons de dire la même chose mais chaque construction est, sur le plan syntaxique, construite différemment. D’abord, dans l’énoncé « You’re crying. Stop crying. » il s’agit d’une relation paratactique entre deux propositions. En d’autres termes, les deux propositions sont juxtaposées. Ensuite, dans l’énoncé « Don’t cry, as you are doing », il s’agit d’une relation hypotactique entre deux propositions. En d’autres termes, le lien entre ces deux propositions se caractérise par la subordination de l’une des deux propositions à l’autre. Cette subordination est marquée par le connecteur as. Enfin, dans l’énoncé « Don’t cry so », il s’agit d’une seule proposition. SO est présenté comme représentant la relation prédicative < you / cry >, comme s’il y avait une condensation des deux propositions de départ en une seule proposition avec l’aide de SO. Pour résumer ce qui précède nous proposerons le tableau suivant qui permet d’introduire le gradient pour les trois constructions concernées :

Image 10000000000005A20000011C64C3BBC1.jpg

  • 11 A part, comme on l’a vu, dans le cas de l’impératif positif où SO est déictique, cf. Johansson-Mano (...)
  • 12 Ou co-énonciateur dans la mesure ou l’énonciateur, au travers de l’impératif, s’adresse à un co-éno (...)
  • 13 De ce fait, l’énonciateur verbalise la relation prédicative, non-verbalisée, posée dans le contexte (...)

13Il convient d’ajouter quelques précisions sur l’anaphore. Si d’une manière générale la forme d’impératif nié présuppose la forme positive de la relation prédicative concernée cela ne veut en aucun cas dire qu’on a posé l’existence, d’un point de vue quantitatif au sens culiolien, de celle-ci. Or, l’anaphore à l’aide de SO s’appuie justement sur un préconstruit11. Dans le cas de l’impératif négatif avec SO, ce préconstruit est fourni par le contexte situationnel. De ce fait la valeur sémantique de manière, de degré ou autre, attribuée à SO dans ce type d’énoncés vient principalement du contexte situationnel. Dans l’exemple de départ on trouve par exemple plus haut dans le texte (p. 112), « ... sobbed Eustace », et plus bas « Eustace opened his wide tear-filled eyes... ». Ensuite plus loin « Eustace had stopped crying » et finalement on revient presque au point de départ avec « ... said Eustace in a choking voice... ». Autrement dit, dans cet exemple, le contexte situationnel ne fournit ni une valeur que l’on pourrait paraphraser en termes de manière ni une valeur que l’on pourrait paraphraser en termes de degré. Par contre, le préconstruit situationnel anaphorisé par SO permet de dire que l’énoncé « Don’t cry so » implique un procès qui dure attribué au sujet, ce que l’on pourrait paraphraser par : « ne pleure pas tout le temps / sans arrêt ». En résumé, le contexte situationnel construit un acquis et c’est ce préconstruit situationnel qui est anaphorisé par SO. Ainsi, SO renvoie à la situation présente du sujet12 ; ce que l’on peut signifier par « you are crying ». SO anaphorise cette relation prédicative non verbalisée. En d’autres termes, SO est ici exophorique : il renvoie qualitativement au procès dans lequel le sujet se trouve engagé dans la situation. Toutefois, ce préconstruit situationnel est anaphorisé par SO à un niveau notionnel et cette notion complexe est ainsi (re-)située en p par rapport à l’énonciateur. La valeur de SO découle de tout cela. En fait, SO a une valeur métalinguistique puisqu’il implique seulement que la relation prédicative sur laquelle porte l’interdiction est validée. La relation prédicative < you / cry > est validée dans le contexte situationnel, indépendamment de l’énonciateur si l’on peut dire, mais au travers de l’anaphore effectuée par SO ce préconstruit situationnel se trouve explicitement repéré par rapport à l’énonciateur. SO a une valeur métalinguistique dans le sens qu’à l’aide de SO, l’énonciateur, en quelque sorte, dit13 que la relation prédicative sur laquelle porte l’interdiction est validée. De ce fait, l’énonciateur commente son propre discours. Ensuite, l’impératif négatif indique qu’il faut mettre un terme à cette validation, d’où la représentation :

Image 1000000000000248000000B49499BC0E.jpg

14Lorsque les indices co-textuels dans un discours écrit ne permettent pas d’expliciter le contexte situationnel, seule la présence de SO indique la préconstruction de la relation prédicative concernée :

(4) «Tom’s fearful secret and gnawing conscience disturbed his sleep for as much as a week after this; and at breakfast one morning Sid said:
“Tom, you pitch around and talk in your sleep so much that you keep me awake half the time.”
Tom blanched and dropped his eyes.
“It’s a bad sign,” said Aunt Polly, gravely. “What you got on your mind, Tom?”
“Nothing. Nothing’t I know of.” But the boy’s hand shook so that he spilled his coffee.
“And you do talk such stuff,” Sid said. “Last night you said ‘it’s blood, it’s blood, that’s what it is!’ You said that over and over. And you said, ‘Don’t torment me
so—I’ll tell !’ Tell what? What is it you’ll tell?”»
(Twain, 1993 : 95)

15Dans ce cas, seule l’incidence syntaxique de SO au verbe permet de reconstruire la situation effective qui sert de point de départ à l’injonction. En (4), SO implique toujours la validation de la relation prédicative sur laquelle l’impératif négatif porte : < You / tonnent me >.

16Par ailleurs, on peut se demander si une valeur secondaire, degré ou manière, ne vient pas se superposer à la valeur métalinguistique (de validation) de base. Divers critères entrent en jeu, comme par exemple la nature gradable ou non-gradable du verbe.

17D’une manière générale, les concepts de manière ou de degré, très utilisés par les grammaires et les dictionnaires, sont souvent très flous. Par ailleurs, les anglophones interrogés produisent des paraphrases de SO qui tantôt orientent vers une interprétation de type degré, tantôt vers une interprétation de type manière. Par exemple, SO est paraphrasé par « so much » en (4), ce qui traduit une valeur de degré, mais par « in that way, like that » en (5), ce qui oriente plutôt vers une valeur de manière.

(5) «‘(...) What a nice plant you’ve got. What is it? It’s like a little tree.’
‘It s an azalea, Midge brought it yesterday. She brought some chocolates too. You don’t like chocolates, do you? I’ll throw them away.’
‘Did you talk to Midge?’
‘Of course not, she was shivering with embarrassment, she just wanted to make a virtuous gesture and run. No wonder. I’m a stinking corpse.
Particle by particle I’m going bad.’
‘Don’t talk so,’ said Stuart, ‘what is it, what is it?’»
(Murdoch, 1985 : 44)

18En (3), nous l’avons vu, ce n’est pas l’expression de la quantité ou de l’intensité qui domine. En (5), ce n’est pas à proprement parler la façon de parler qui est en jeu mais plutôt ce qui est dit. (cf. par exemple « I’m a stinking corpse »). On pourrait presque paraphraser par :

Don’t say what you are saying.

19Dans ce cas, on nie pratiquement l’existence de ce qui a été dit. Plus précisément, le souhait formulé par l’énonciateur à l’origine de l’impérative concerne la non-existence d’un tel discours.

20Il convient de souligner que, hors contexte, un énoncé tel que « Don’t talk so » est théoriquement ambigu. Selon les anglophones interrogés, il peut aussi bien recevoir une interprétation en termes de manière qu’une interprétation en termes de degré. Or, comme on vient de le voir, ni l’une ni l’autre ne convient en (5). Autrement dit, seule la valeur métalinguistique de validation donnée à SO reste stable. D’une manière générale, les valeurs de degré, de manière ou de durée viennent seulement se superposer à cette valeur de base. Ceci est dû au fait que SO anaphorise la notion complexe préconstruite accompagnée des circonstances dans lesquelles elle a été validée dans le contexte situationnel. Cela signifie qu’on a en quelque sorte une forme d’auto-délimitation : il y a délimitation de la relation <S/P> par elle-même. La relation prédicative de l’impératif négatif se trouve ainsi spécifiée par la validation même de cette relation. Plus précisément, SO est incident, par exemple, au verbe cry, en (3), ce qui a pour effet de délimiter qualitativement le verbe cry. Mais comme SO anaphorise la relation prédicative <you / cry>, il s’agit d’une forme d’auto-délimitation : le procès est identifié par ce qu’il est dans l’extralinguistique. La paraphrase, déjà mentionnée, en « Don’t cry, as you’re doing » permet d’expliciter ce qui précède. En résumé :

Image 10000000000001BC000000A8B6F9B1A6.jpg

21Par la suite, la négation dans un impératif négatif porte, d’une manière générale, soit sur l’ensemble du prédicat (ou, lorsque le prédicat n’a pas de complément, sur le verbe seul) soit sur le complément. Dans le cas étudié ici il est difficile, voire impossible, de trancher dans la mesure où SO anaphorise <you / cry>. D’ailleurs, cela semble inutile car le résultat est le même : l’ordre est donné de ne plus valider le procès en question. Si SO se comportait comme n’importe quel autre adverbe de manière, ou de degré, la négation porterait directement sur SO et nierait uniquement la manière de réaliser le procès dénoté par le verbe, ou encore son degré. Or, SO ne se comporte pas ici comme n’importe quel adverbe de manière ou de degré car non seulement il est anaphorique, mais il anaphorise une notion complexe et non un simple adverbial de manière ou de degré. Toutefois, une valeur secondaire de manière ou de degré peut venir se superposer à la valeur de base, d’où, comme on l’a vu, l’interprétation, théoriquement possible, avec la négation qui nierait la manière de réaliser le procès dénoté par le verbe, ou encore un degré.

22Il est intéressant de comparer SO incident à un verbe et SO incident à un adverbe. Soit l’exemple (6) :

(6) «LEO
What will happen if Uncle Horace don’t come home or don’t— OSCAR
Or don’t put up the money? Oh, we’ll get it from outside. Easy enough.
LEO (
Surprised)
But you don’t want outsiders.
OSCAR
What do I care who gets my share? I been shaved already. Serve Ben right if he had to give away some of his.
LEO
Damn shame what they did to you.
OSCAR (
Looking up the stairs)
Don’t talk
so loud. Don’t you worry. When I die, you ΊΙ have as much as the rest. You might have yours and Alexandra’s. I’m not so easily licked.»
(Hellman, 1977 : 56-57)

23SO est ici traditionnellement analysé comme syntaxiquement et sémantiquement incident à l’adverbe « loud », auquel il attribue un (haut) degré. Par la suite, la négation viendrait porter directement sur SO en niant ce (haut) degré.

24Or, l’énonciateur ne demande pas au co-énonciateur de parler fort à un degré moindre, ce qui est absurde, mais l’énonciateur demande plus précisément au co-énonciateur d’arrêter de parler fort, d’où la paraphrase suivante :

Don’t talk loud, as you are doing.

25Toutefois, il convient de préciser que SO, en tant qu’adverbe exophorique, implique ici qu’une relation du type < you / talk loud to a certain extent > est validée dans le contexte situationnel et de ce fait la phrase à l’impératif négatif peut être paraphrasée par :

Don’t talk as loud as you are doing.

26Cela signifie que la spécification de la valeur attribuée à l’adverbe se fait par le contexte situationnel. En résumé, tout comme en (3), par exemple, cela implique que l’injonction vise l’invalidation d’une certaine relation prédicative considérée avec les déterminations précises qui sont les siennes dans le contexte situationnel auquel SO fait référence.

5. L’impératif négatif sans SO

27Soit l’exemple suivant :

(7) «“You’ve been very cruel to me, Eustace,” she went on. “I don’t think you really love me.”
Hilda never made a statement of this kind until the urgency of her wrath was past. Eustace also used it, but in the heat of his.

“I do love you,” he asserted.
“You don’t love me”.
“I do.”
“You don’t—and
don’t argue.” added Hilda crushingly. “How can you say you love me when you leave me to play with Nancy?”
“I went on loving you all the time I was with Nancy,” declared Eustace, almost in tears.

“Prove it!” cried Hilda.»
(Hartley, 1979 : 29)

28L’impératif négatif, « don’t argue », présuppose la forme positive, < you / argue >, de la relation prédicative concernée. Dans cet exemple, la relation prédicative <you / argue> est effectivement validée. Ceci est explicitement marqué par l’enchaînement « I don’t think you really love me », « I do love you », « You don’t love me », « I do » et « You don’t ». De ce fait on a la représentation suivante :

Image 10000000000001250000005A4FB3D77B.jpg

29Présenté de cette façon on a un effet de sens identique à celui obtenu par l’adjonction de SO dans un énoncé à l’impératif. De plus, cet exemple peut être paraphrasé par :

stop arguing

30Malgré ces similitudes, l’énonciateur ne dit pas que <you / argue> est validé. Seul le contexte permet d’établir l’interprétation I E. Sans SO, il n’y a pas de renvoi à un préconstruit validé. De ce fait, aucune valeur secondaire de manière, de degré ou autre n’entre en jeu.

31L’absence de renvoi explicite à un préconstruit permet ainsi de ne pas partir de I :

(8) «“Come on,” she said, “it may not mean anything. We’re close to the entrance to the park. We mustn’t wait or they ‘ll catch us.”
“But—” began Eustace.

Now, don’t argue, because we only had twenty minutes’ start. (...)”»
(Hartley, 1979 :91)

32Cet exemple contient le même type d’énoncé, « don’t argue », que l’exemple précédent. Or, il ne s’agit pas du même cas de figure. Le contexte avant ne pose pas la relation prédicative <you / argue> à proprement parler. Par contre, l’énonciateur « Eustace » est sur le point de valider cette relation prédicative. Ceci est explicitement introduit par « Eustace » à l’aide de « but ». « But » signifie ici que le sujet en question va protester, qu’il a l’intention de contredire celui qui a dit « We mustn’t wait... ». L’énonciateur de « don’t argue » ne dit donc pas qu’il faut mettre un terme à la validation de <you / argue> car cette valeur n’est pas validée dans le contexte. Par contre, l’énoncé « don’t argue » implique qu’il ne faut pas valider la relation prédicative <you / argue>. Ainsi on a la représentation suivante :

Image 10000000000001220000005809F61C8A.jpg

33Le point de départ et le point d’arrivée sont différents de ceux de l’exemple précédent. Ici on part de IE car il n’y a pas eu validation de <you / argue> dans le contexte. Néanmoins il y a ce que l’on pourrait qualifier de tentative de validation et l’énonciateur de l’impératif négatif ne veut pas que cette relation soit validée et interdit l’accès à cette validation. D’où le chemin barré vers I sur la représentation. Les deux exemples ci-dessus sont particulièrement révélateurs dans la mesure où il s’agit du même type d’énoncé mais avec deux interprétations différentes. Seul le contexte permet de les différencier.

6. Absence vs présence de SO

34Dans l’exemple suivant, on a un impératif négatif sans SO :

(9) «Carl had heard half of the conversation. Eight of the ten minutes had gone. Now that he could do nothing, he felt afraid. He could feel his hand in the handcuffs shaking. Harald felt it too and held Carl’s hand with his own. ‘Don’t worry, Mr Sandberg,’ Harald whispered. ‘We’ll get out of here.’ ‘Perhaps,’ Carl answered. ‘And perhaps not. But I don’t want these murderers to go free.’»
(BNC Sampler)

35Dans cet exemple on peut remplacer « Don’t worry » par « Don’t worry so ». Le contexte avant montre que le point de départ est I. La relation prédicative <you / worry> est validée dans le contexte, ce qui est marqué par « he felt afraid » et « He could feel his hand in the handcuffs shaking ».

36Dans le contexte de l’exemple suivant on ne peut pas remplacer l’impératif négatif « Don’t cry » par « Don’t cry so » :

(10) «GUIL: I’m sick of making the running. ROS: (Humbly) It must be your dominant personality. (Almost in tears) Oh, what’s going to become of us! (And GUIL comforts him, all harshness gone.) GUIL: Don’t cry... it’s all right... there... there, I’ll see we’re all right. ROS: But we’ve got nothing to go on, we’re out on our own.»
(BNC Sampler)

37Les indications scéniques décrivent la situation. Malgré le fait qu’on ait « ...Comforts him » le personnage ne valide pas la relation <you / cry>. Par contre, « Almost in tears » montre qu’il est sur le point de pleurer.

Ces deux exemples montren t qu’on peut avoir SO lorsqu’on a le schéma I E, comme dans (9). Par contre, SO est exclu d’un schéma de type Image 100000000000003300000013EB085687.jpgcomme dans (10).

38Dans l’exemple suivant, les indices co-textuels ne suffisent pas à expliciter le contexte situationnel :

(11) «“Oh, how could I sleep! I wish I never, never had waked! No! No, I don’t, Tom! Don’t look so! I won’t say it again.”
“I’m glad you’ve slept, Becky; you’llI feel rested, now, and we’ll find the way out.”»

(Twain, 1993 : 225)

39La présence de SO permet par la préconstruction à laquelle il renvoie de prendre en compte aussi bien le procès que les modalités, au sens large, de sa validation. La spécification de la modalité concernée n’est pas nécessaire car elle est directement interprétable, ou présentée comme telle, dans le contexte situationnel. Ainsi dans l’exemple cité, cela laisse au lecteur le soin de la spécifier ou non car les indices co-textuels ne permettent pas de trancher entre par exemple une valeur de manière, une valeur d’intensité ou encore le fait que l’énonciateur marque explicitement une simple validation de la relation prédicative <you / look at something>. Si dans certains cas il y a une indétermination, il n’en reste pas moins qu’un impératif négatif avec SO marque toujours I E. La négation implique non seulement qu’il faut passer de I à Ε mais plus précisément que de toutes les modalités possibles du procès c’est justement celle qui est validée qui doit être exclue. De ce fait, une valeur complémentaire autre réapparaît implicitement. Ceci est particulièrement évident avec un verbe tel que look, comme dans l’exemple ci-dessus, car l’énoncé ne signifie pas que le personnage « Tom » doit fermer les yeux.

40Si les indices co-textuels ne permettent pas au lecteur de choisir telle ou telle valeur, la signification de l’ordre reste néanmoins sans ambiguïté : il faut mettre un terme à la validation de la relation prédicative concernée. Par contre, l’absence d’indices co-textuels explicites ajoutée à l’absence de SO peut rendre la signification de l’ordre ambiguë pour le lecteur. Les trois cas différents mentionnés sont ainsi possibles. Soit, par exemple, pour un exemple comme Don’t look :

tu regardes, ne me regarde pas soit I Ε
tu as l’intention de me regarder, ne le fais pas soit Image 100000000000003300000013EB085687.jpg
je te préviens, ne me regarde pas soit ΙΕ Ε

41Dans tous les cas, c’est le procès pour ce qu’il signifie qui est nié. De ce fait, cela permet facilement d’opposer deux procès différents :

(12) «The boys started, glanced at each other, and then each assumed a listening attitude. There was a long silence, profound and unbroken; then a deep, sullen boom came floating down out of the distance.
“What is it!” exclaimed Joe, under his breath.
“I wonder,” said Tom in a whisper.
“‘Taint thunder,” said Huckleberry, in an awed tone, “becuz thunder– –”
“Hark !” said tom. “
Listen—don’t talk.”
They waited a time that seemed an age, and then the same muffled boom troubled the solemn hush.»

(Twain, 1993 : 114-115)

42L’opposition porte sur la visée de la validation de <listen> et la visée de la non-validation de <talk> ou la validation de <not talk>. A priori les deux ne s’excluent pas mutuellement. D’ailleurs la phrase suivante sous-entend qu’aussi bien Tom, qui est à l’origine de l’ordre, que Joe, auquel cet ordre s’adresse, ont écouté et n’ont pas parlé.

43Malgré un contexte qui marque que la relation prédicative sur laquelle porte l’impératif négatif est validée, so serait peu probable, car le fait d’avoir don’t talk so donnerait un autre sens à « listen ». En effet, au lieu d’interpréter « listen » dans le sens suivant, selon la définition proposée par le Collins Cobuild English Language Dictionary (1987) :

  • 14 C’est moi qui souligne.

«if you listen to someone who is talking or to a sound that you can hear14, you give attention to them or it

  • 15 En fait, il ne s’agit pas à proprement parler d’un sens autre de listen mais plutôt d’un emploi pra (...)

il serait interprété avec le sens15 :

«you say listen when you want someone to pay attention to you because you are going to say something important.»

44D’ailleurs, en (12) « listen » reprend en quelque sorte « hark ».

45L’exemple suivant est légèrement différent dans la mesure où l’impératif positif « come quick » a une valeur opposée à celle exprimée par l’impératif négatif :

(13) «sid flew downstairs and said:
“Oh, Aunt Polly, come! Tom’s dying!”
“Dying!”
“yes’m.
Don’t wait—come quick!”
“Rubbage! I don’t believe it!”
But she fled upstairs, nevertheless, with sid and mary at her heels.»
(Twain, 1993 : 53)

Le personnage Aunt Polly se comporte comme si elle n’allait pas valider <come>. De ce fait l’impératif négatif « Don’t wait » implique Image 100000000000003300000013EB085687.jpg et SO est exclu d’emblée.

46Dans un autre cas de figure, avec le verbe wait, on pourrait avoir, selon les anglophones interrogés Don’t wait for me so si la relation <you / wait for me> est validée dans la situation, mais non si « wait » réfère à l’à-venir.

47A titre d’illustration nous citerons le passage qui se trouve à la page précédant ce dernier exemple :

(14) «So he thought he would hold the tooth in reserve for the present, and seek further. Nothing offered for some little time, and then he remembered hearing the doctor tell about a certain thing that laid up a patient for two or three weeks and threatened to make him lose a finger. So the boy eagerly drew his sore toe from under the sheet and held it up for inspection. But now he did not know the necessary symptoms. However, it seemed well worth while to chance it, so he fell to groaning with considerable spirit.
But Sid slept on unconscious.
Tom groaned louder, and fancied that he began to feel pain in the toe.
No result from Sid.
Tom was painting with his exertions by this time. He took a rest and then swelled himself up and fetched
a succession of admirable groans.
Sid snored on.
Tom was aggravated. He said, “Sid Sid!” and shook him. This course worked well, and
Tom began to groan again. Sid yawned, stretched, then brought himself up on his elbow with a snort, and began to stare at Tom. Tom went on groaning. Sid said:
“Tom! Say, Tom!” (No response.) “Here, Tom! Tom! What is the matter, Tom?” And
he shook him and looked in his face anxiously.
Tom moaned out:
“Oh, don’t, Sid.
Don’t joggle me.
“Why, what’s the matter, Tom? I must call auntie.”
“No—never mind. It’ll be over by and by, maybe. Don’t call anybody.”
“But I must!
Don’t groan so. Tom, it’s awful. How long you been this way?”
“Hours. Ouch! Oh,
don’t stir so. Sid, you’ll1 kill me.”»
(Twain, 1993 : 52)

48Dans « Don’t groan so » la relation <you / groan> sur laquelle porte l’impératif négatif a été validée dans le contexte situationnel. Ceci est explicitement marqué par « he fell to groaning », « Tom groaned louder », « a succession of admirable groans », « Tom began to groan again », « Tom went on groaning ». SO anaphorise la relation <you / groan> assortie des modalités selon lesquelles elle a été validée. Ces modalités concernent à la fois la durée, ce que l’on pourrait gloser par, par exemple : <you / keep on groaning> car il y a répétitions successives de la validation de la relation <you / groan>, et l’intensité, ce qui est marqué par « louder » et « admirable ».

49Par contre, pour le deuxième impératif avec SO, « don’t stir so » la validation de <you / stir> n’est pas explicitement marquée par le co-texte. Toutefois, « Ouch » prononcé par Tom peut laisser entendre que quelqu’un a validé une relation prédicative non-explicitée, entraînant ainsi une réaction de douleur de la part de Tom. Autrement dit, il y a eu validation de <S / P> et ce n’est qu’avec l’impératif « don’t stir so, Sid » qu’on comprend ce qui a été validé et par qui.

50L’impératif « Don’t joggle me » sans SO exprime néanmoins I E. La relation <you / joggle me> a été validée dans le contexte situationnel. Ceci est explicitement marqué par « he shook him ».

Pour terminer, l’impératif « Don’t call anybody » est représenté par Image 100000000000003300000013EB085687.jpg car le co-texte pose que Sid a l’intention de valider I, « I must call auntie ».

51En résumant sur l’impératif négatif, nous dirons qu’un impératif négatif avec SO implique la validation de la relation prédicative sur laquelle l’injonction porte et que l’impératif négatif indique qu’il faut mettre un terme à cette validation. Par contre, dans le cas de l’impératif négatif sans SO la validation de la relation prédicative sur laquelle l’injonction porte est aléatoire et l’impératif négatif indique, selon le contexte, soit qu’il faut mettre un terme à cette validation, si validation il y a, soit qu’il ne faut pas valider.

7. Quelques cas similaires

52Soit l’exemple suivant :

(15) «You mustn’t worry so
(Longman Dictionary of English Language and
Culture, 1993, entrée so)

53Tout comme dans les exemples précédents, nous avons affaire à une valeur injonctive, marquée ici non pas par un impératif mais par le modal « must ». Malgré cette différence l’analyse proposée pour les exemples précédents vaut également pour celui-ci. La même analyse peut aussi être étendue à l’exemple suivant, même s’il est légèrement différent :

(16) «I wish he wouldn’t fuss so – it makes me feel nervous.» (Longman Dictionary of Contemporary English, 1995, entrée so)

54Il ne s’agit peut être plus d’une valeur injonctive, comme dans les exemples précédents, mais on a toujours un contexte de type déontique. Il s’agit d’un désir de l’énonciateur. La différence est que cette fois-ci le désir de l’énonciateur est explicitement mentionné par I wish. Dans cet exemple bien précis, would a une valeur de volonté. Comparons avec un autre exemple emprunté à J. Bouscaren et J. Chuquet :

(17) «I wish he would help me.»
(Bouscaren et Chuquet, 1987 : 64)

55Cette phrase implique que le sujet grammatical ne veut pas aider l’énonciateur. Dans notre exemple, lorsqu’on a une négation, on implique le contraire et c’est pour cette raison que l’on peut encore avoir une paraphrase de type :

I wish he wouldn’t fuss, as he is doing.

56On pourra ajouter qu’à propos de ce type d’exemples le linguiste américain D. Bolinger s’intéresse uniquement à la nature gradable ou non-gradable du verbe. A partir de là, il postule que SO intensifie le verbe de deux façons différentes. Regardons deux de ses exemples :

(18) «I wish she wouldn’t yak so
(Bolinger, 1972 : 162)

(19) «I wish she wouldn’t talk so
(Bolinger, 1972 : 162)

57Et il commente ces exemples de la façon suivante : « To yak... is a degree verb that incorporates the meaning of ‘excessive’ with that of ‘talk’. The result is that both refer to an overplus of talking » (op. cit. p. 162).

58Il convient de remarquer que selon Bolinger talk est un verbe non-gradable et SO, toujours selon Bolinger, lorsqu’il est incident à un verbe non-gradable intensifie tout le procès. Par contre, lorsque SO est incident à un verbe gradable, tel que yak dans l’exemple, il intensifie un trait sémantique inhérent au procès en question. Cependant, SO dans ces deux exemples de Bolinger peut être analysé exactement de la même façon que le SO dans « Don’t cry so » ou « I wish he wouldn’t fuss so... ». En d’autres termes, SO indique ici aussi que les relations prédicatives ‹ she / yak › et ‹ she / talk › sont validées et ensuite il faut comprendre que l’énonciateur souhaite simplement mettre un terme à cette validation.

59D. Bolinger écrit aussi que l’on peut uniquement intensifier tout le procès en tant que tel lorsque le verbe est non-gradable mais, par contre, que l’on peut intensifier soit tout le procès en tant que tel soit un trait sémantique inhérent au procès lorsque le verbe est gradable. Regardons l’exemple d’un verbe gradable cité par Bolinger :

(20) «I wish those children in the back row wouldn’t whisper so
(Bolinger, 1972 : 163)

60Cette phrase peut être comprise de deux façons différentes et le contexte proposé par Bolinger montre bien la différence :

(21) «I wish those children in the back row wouldn’t whisper so. They make it awfully difficult to hear the others when they recite.»
(Bolinger, 1972 : 163)

(22) «I wish those children in the back row wouldn’t whisper so when they recite. I can hardly hear them.»
(Bolinger, 1972 : 163)

61Dans le premier cas, selon Bolinger, SO intensifie tout le procès en tant que tel et dans le deuxième cas SO intensifie un trait sémantique inhérent au procès en question. Nous dirons que ces exemples sont à analyser de la même façon que les précédents. On peut dans les deux cas paraphraser SO de la façon suivante :

I wish those children in the back row wouldn’t whisper, as they are doing...

62L’effet de sens supplémentaire qui apparaît dans les exemples (21) et (22) vient uniquement du contexte.

63En résumé, aussi bien dans ces derniers exemples que dans ceux avec un impératif, SO renvoie à un préconstruit situationnel. La relation exprimée par ce préconstruit est anaphorisée avec les modalités selon lesquelles elle a été validée. De ce fait, une ou plusieurs valeurs sémantiques de type manière, durée, degré peuvent se superposer à la valeur métalinguistique de base marquée par SO : il indique que la relation prédicative sur laquelle porte l’interdiction est validée. La négation, aussi bien dans le cas de l’impératif que dans ces deux derniers exemples, marque qu’il faut mettre un terme à cette validation.

8. Impossibilité d’avoir *Cry so, *Talk so...

64Il convient de remarquer l’absence de la construction positive correspondant à la construction avec impératif négatif. Ceci est dû à la présence de SO. D’une manière générale, comme le fait remarquer Culioli (1999 : 108) « L’impératif [positif] marque que l’on anticipe la construction de l’existence d’un nouvel état de choses (...) ». D’une façon plus théorique cela peut être illustré par un exemple tel que « parle ». A ce propos Culioli précise (1990 : 124) : « avec l’impératif parle, on représente le passage de ø (donc pas de Qt) à une occurrence ». Or, l’anaphore avec SO renvoie à un préconstruit. Autrement dit, l’existence de ce qui est anaphorisé par SO a déjà été construit. On ne peut pas dire à quelqu’un de faire quelque chose, (l’énonciateur vise la validation de la relation prédicative concernée) et en même temps dire qu’il le fait, (l’énonciateur présente cette relation comme validée). Il en résulte que SO est incompatible avec la forme d’impératif positif dans le contexte étudié ici, plus précisément dans le cas d’un SO exophorique non déictique dans le sens où il y a renvoi au contexte situationnel sans intervention d’un geste de la part de l’énonciateur.

9. Conclusion

65Dans la construction étudiée ici, SO marque que la relation prédicative sur laquelle porte l’injonction est validée. Afin de faire ressortir la différence entre l’impératif négatif avec SO, étudié ici, et l’impératif positif avec SO, étudié dans l’article précédent, il semble intéressant de rappeler les deux cas. En effet, malgré la difficulté, bien connue, de cerner la portée d’un énoncé à l’impératif lorsqu’un adverbe est présent dans la phrase, il est apparu que dans le cas de SO étudié ici la valeur métalinguistique de validation domine ; valeur construite au travers de l’anaphore effectuée par SO exophorique. Ce qui signifie qu’ensuite l’énoncé à l’impératif négatif porte sur cette validation. Les éventuelles autres valeurs (de manière, de degré ou autre) viennent seulement se superposer à cette valeur de base dans la mesure où SO anaphorisé la relation prédicative accompagnée des modalités selon lesquelles le procès signifié par le verbe a été validé dans le contexte situationnel.

  • 16 Exemple tiré de The American Heritage Dictionary of the English Language (1992, entrée so).

66Par contre, dans le cas de SO étudié dans l’article précédent, par exemple Hold the brush so16 la valeur sémantique de manière domine largement à cause du geste effectué par l’énonciateur. Ce qui signifie qu’ensuite une éventuelle négation porterait sur le geste effectué : Don’t hold the brush so. En effet, on n’a pas tant une paraphrase en : Stop holding the brush the way you are holding it qu’une paraphrase en : Don’t hold the brush the way you are holding it et, plus précisément : Hold it / Do it some other way. Autrement dit, dans la construction avec SO déictique, la négation nie la manière d’effectuer le procès alors que dans la construction étudiée ici la négation ne vient pas nier directement les circonstances selon lesquelles le procès a été réalisé. L’absence totale de pause intonative entre le verbe et SO est ici due au fait que ce qui est anaphorisé par SO et l’impératif négatif sont étroitement liés dans la mesure où l’énonciateur situe ce qui est anaphorisé en p afin de marquer à la fois que la relation prédicative sur laquelle porte son énoncé à l’impératif négatif est validée et qu’il faut mettre un terme à cette validation. Ce qui signifie dans un énoncé à valeur injonctive que l’énonciateur souhaite que le co-énonciateur mette un terme à cette validation. Ainsi, la seule altérité en jeu concerne le passage de p à p’ souhaité par l’énonciateur. A titre de comparaison, dans le cas de SO déictique une valeur complémentaire apparaît, ce qui est souligné dans : Hold it / Do it some other way.

67Les points récapitulatifs suivants permettent de synthétiser les éléments concernant le cas étudié ici :

  • SO est un adverbe exophorique : il renvoie à la validation d’une relation prédicative dans le contexte situationnel

  • SO anaphorisé un préconstruit situationnel à un niveau notionnel et cette notion complexe est ainsi (re)-située en p en tant qu’elle est repérée par rapport à l’énonciateur

  • SO indique que la relation prédicative sur laquelle porte l’impératif négatif est validée. Ainsi, le verbe auquel SO est incident se trouve qualifié par ce qu’il dénote dans la situation extralinguistique et, de ce fait, de façon secondaire, SO apporte une délimitation qualitative, de type manière, de degré ou autre, au verbe.

  • Cette validation est repérée par rapport à l’énonciateur dans le but de lui permettre de viser son invalidation.

  • Il y a interaction entre SO et not :

SO

NOT

1 validation de la relation S/P anaphorisée

1 invalidation (visée) de la relation S/P anaphorisée

2 validation des modalités selon lesquelles le procès signifié par le verbe a été validé

2 invalidation (visée) des modalités selon lesquelles le procès signifié par le verbe a été validé

68Ainsi, l’injonction vise, plus précisément, l’invalidation d’une relation prédicative validée notionnellement spécifiée par la situation.

Top of page

Bibliography

Bolinger, D., (1972), Degree Words, The Hague, Mouton & Co.

Bouscaren, J. & Chuquet, J., (1987), Grammaire et textes anglais guide pour l’analyse linguistique, Paris : Ophrys.

Bouscaren, J. & Persec, S., (1993), Pratique du Commentaire Grammatical Anglais, Paris : Ophrys.

Culioli, Α., (1990), Pour une linguistique de l’énonciation, Opérations et représentations, Tome I, Paris : Ophrys.

Culioli, Α., (1999), Pour une linguistique de l’énonciation : Domaine Notionnel, T. 3, Paris : Ophrys.

Jacobson, S., (1964), Adverbial Positions in English, Stockholm : AB Studentbok.

Johansson-Manoury E., (2004), Le marqueur SO en anglais contemporain : ses emplois en relation avec un élément verbal, Thèse de Doctorat, Université de Caen Basse-Normandie.

Johansson-Manoury E., (2007), « L’impératif positif dans les énoncés avec l’adverbe SO », Anglophonia 22, pp. 95-115.

Joly, A. & O’Kelly, D., (1990), Grammaire Systématique de l’Anglais, Paris : Nathan.

Larreya, P. & Riviere, C., (1991), Grammaire Explicative de l’Anglais, Paris : Longman.

Larreya, P., (1995-1996), « On the semantics of so and as », Sigma 17-18, Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, pp. 97-130.

Souesme, J-C., (1987), « Valeurs et emplois respectifs de do et do so », Modèles linguistiques, IX (1), pp. 65-92.

Dictionnaires

COLLINS COBUILD ENGLISH LANGUAGE DICTIONARY, (1987), London : William Collins Sons & Co Ltd.

LONGMAN DICTIONARY OF CONTEMPORARY ENGLISH, (1995), Harlow : Longman Group Ltd.

LONGMAN DICTIONARY OF ENGLISH LANGUAGE AND CULTURE, (1993), Harlow : Longman Group UK Limited.

THE AMERICAN HERITAGE DICTIONARY OF THE ENGLISH LANGUAGE, (1992), Boston : Houghton Mifflin Company.

Corpus

British National Corpus (BNC)

BNC Sampler

HARTLEY, L.P., (1979), Eustace and Hilda : a trilogy, London : Faber and Faber Limited, 1958.

HELLMAN, L., (1977), The Little Foxes and Another Part of the Forest, Harmondsworth : Penguin Books Ltd, 1939.

MURDOCK, I.,(1985), The Good Apprentice, London : Chatto & Windus, The Hogarth Press.

TWAIN, M., (1993), Tom Sawyer, Internet Wiretap Production, 1876.

Top of page

Notes

1 Cet article présente une version remaniée et allégée d’une partie de notre thèse, cf. bibliographie.

2 Le terme exophore est utilisé, entre autres, par Joly et O’Kelly (1990 : 426) : « exophore (=référence exophorique ; sur grec éxo, « à l’extérieur ») ». Ils ajoutent (op. cit. : 427) : « Dans l’exophore, la relation d’antériorité (anaphore) et de postérité (cataphore), est moins directement visible (que dans l’endophore). Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de désigner un objet dans la réalité extradiscursive ». Comme le montre la suite de cette citation, l’appellation déictique attribuée à SO dans mon article sur l’impératif positif n’entre pas en contradiction avec l’appellation SO exophorique mais ajoute une précision supplémentaire (celle de monstration) : « L’exo-cataphore correspond à la deixis par excellence. Elle désigne un référent physiquement présent. Elle fonctionne donc in praesentia, et son objectif est de diriger l’attention de l’allocutaire vers un objet qu’on apporte à l’existence discursive en le nommant (avec un déictique) et/ou en le montrant ».

3 « Posé » ne veut pas forcément toujours dire « validé ». Ceci peut être illustré, par exemple, par I think so SO peut avoir pour antécédent une interrogative.

4 D’où une certaine ressemblance avec –ing (cf. les paraphrases) lorsqu’il y a reprise situationnelle. A ce propos on citera l’extrait suivant de Bouscaren et Persec (1993 : 9-10) à propos de l’exemple « She tells Arthur he’s putting on weight » : « Il y a (...) reprise situationnelle : l’énonciateur (ici le personnage) « donne à voir » ce qu’il (elle) constate dans la situation où il (elle) se trouve. La forme BE + ING met en evidence, souligne un élément de la situation. (...) A l’écrit, la situation qui fait l’objet de la reprise ne pré-existe pas au texte. C’est la forme elle-même qui crée la situation qu’elle est censée reproduire. » (C’est moi qui souligne.)

5 SO effectue une anaphore à un niveau notionnel, c’est-à-dire purement qualitatif. Notre thèse sur le marqueur SO a permis de montrer que SO marque la présence explicite de l’énonciateur et que ce dernier n’est pas neutre vis-à-vis de ce qui est anaphorisé par SO. Plus précisément, l’intervention subjective sur le contenu notionnel anaphorisé permet à la source subjective de re-situer (en p, c’est-à-dire à l’intérieur du domaine notionnel) la notion posée dans l’antécédent. La nature de l’anaphore effectuée par SO permet d’introduire un jeu sur la (ou les) valeur(s) complémentaire(s) de la notion anaphorique. Pour un développement plus théorique concernant la nature de l’anaphore effectuée par SO cf. notre thèse. En ce qui concerne le jeu sur les valeurs p et p’ cf. Souesme (1987), par exemple, pour un point de vue proche du nôtre.

6 Pour ne prendre que deux exemples avec SO, on dira que la négation dans « I didn’t say so » peut marquer l’absence, le vide dans la mesure où cet énoncé peut impliquer que le sujet « I » n’a rien dit et plus précisément la relation prédicative <S / not say so> peut être interprétée comme suit : ce qui est anaphorisé par SO n’a pas fait l’objet d’un acte d’assertion de la part du sujet de la phrase, et que la négation dans « I don’t think so » marque une altérité dans la mesure où cet énoncé fait implicitement intervenir une valeur complémentaire. Pour une discussion détaillée cf. notre thèse.

7 Gloser à la fois SO par so much et very much pose un problème de compréhension. En ce qui concerne so much, faut-il comprendre par là que SO veut dire so much ou que much est élidé ? En ce qui concerne very much, faut-il comprendre que SO veut dire very much ou que SO veut dire very ?

8 cf. Johansson-Manoury (2007)

9 D’ailleurs, on rappellera à ce propos qu’aucun exemple authentique contenant une négation n’a été trouvé.

10 De ce fait, nous reviendrons sur les énoncés sans SO.

11 A part, comme on l’a vu, dans le cas de l’impératif positif où SO est déictique, cf. Johansson-Manoury (2007).

12 Ou co-énonciateur dans la mesure ou l’énonciateur, au travers de l’impératif, s’adresse à un co-énonciateur dans la situation.

13 De ce fait, l’énonciateur verbalise la relation prédicative, non-verbalisée, posée dans le contexte situationnel.

14 C’est moi qui souligne.

15 En fait, il ne s’agit pas à proprement parler d’un sens autre de listen mais plutôt d’un emploi pragmatique particulier.

16 Exemple tiré de The American Heritage Dictionary of the English Language (1992, entrée so).

Top of page

References

Bibliographical reference

Elisabet Johansson-Manoury, « L’impératif négatif dans les énoncés avec l’adverbe SO », Anglophonia/Sigma, 13 (26) | 2009, 45-64.

Electronic reference

Elisabet Johansson-Manoury, « L’impératif négatif dans les énoncés avec l’adverbe SO », Anglophonia/Sigma [Online], 13 (26) | 2009, Online since 13 December 2016, connection on 23 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/861 ; DOI : 10.4000/anglophonia.861

Top of page

About the author

Elisabet Johansson-Manoury

Université de Caen, CRISCO

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org