Skip to navigation – Site map

Dénominations d’animés humains et dualité en anglais contemporain

Elise Mignot
p. 65-76

Abstract

Why can the noun phrase a German only denote a person (and not an object)? To refer to, say, a German desk, the lexeme /German/ takes the form of an adjective, not a noun. In the same way, why can a superior, where superior is a noun, only designate a person, and not, say, a book that is found better than another? Two problems arise simultaneously: the designation of humans, and the difference between two parts of speech (adjective and noun). Firstly, we suggest that nouns which designate humans are characterized by the notion of duality, understood as an all-or-nothing opposition between two items. Secondly, we propose that, within the domain of word-formation, nouns involve a notion of opposition. To test this, we focus on one type of secondary nouns, i.e. noun+noun compounds. If our hypothesis is valid, it probably reveals a tendency of nouns (i.e. nouns generally express opposition). It is then no surprise that lexemes which include a semantic feature of opposition (such as German, for example, which expresses nationality) are oriented towards the nominal category when used to designate humans.

Top of page

Full text

Introduction

1Pourquoi le syntagme nominal a German ne peut-il référer qu’à un animé humain, et pas à un objet ? Pour un bureau allemand, par exemple, on dira en effet a German desk, où le lexème German est adjectif qualificatif. De même, pourquoi a superior, où superior est un nom, ne peut-il référer qu’à un animé humain, et pas à un livre, par exemple, qu’on trouverait meilleur qu’un autre ? Certes a superior book est possible, mais alors superior est adjectif qualificatif. Se posent de façon simultanée le problème de la référence aux animés humains et de la différence entre deux parties du discours, l’adjectif et le nom. Ce qui apparaît d’emblée en tout cas est qu’une description en terme de règles de formation des mots (le nom German est déadjectival) ne suffit pas à expliquer ses emplois. Plus que des régularités morphologiques, nous rechercherons des régularités d’usage. Nous rappellerons d’abord que, de façon générale, les dénominations d’animés humains sont caractérisées par l’opposition, voire la dualité. Nous ferons ensuite l’hypothèse, en traitant le cas particulier des noms composés de type nom + nom, que les noms sont plus caractérisés par l’opposition que d’autres parties du discours, notamment que les adjectifs qualificatifs. Les lexèmes comportant une idée d’opposition (comme un lexème de nationalité) sont donc logiquement orientés vers la catégorie nominale lorsqu’ils servent à référer aux animés humains.

1. Noms d’animés humains et dualité

2A examiner des corpus de noms, il apparaît que les relations de dualité concernent beaucoup plus les animés humains que les inanimés, la dualité la plus évidente étant celle du genre naturel. Par dualité nous entendons une opposition en tout ou rien (plutôt que scalaire) entre deux entités.

1.1. Le genre naturel

3En anglais, les noms ne prennent pas de marque grammaticale du genre, mais il n’est pas rare que parmi leurs traits sémantiques figure la différence entre animé et inanimé, ou bien, pour les animés humains, la différence entre masculin et féminin. On décrit souvent l’anglais comme une langue comportant un grand nombre de noms épicènes. Cela n’est pas faux, mais il ne faut pas perdre de vue que les noms épicènes ne représentent malgré tout pas la majorité des noms. Un relevé effectué sur une vingtaine de pages de Wuthering Heights (1029 noms) montre que 78 % des noms référant aux animés humains (comme girl, wife, king) incluent le trait sémantique /+masculin/ ou /+féminin/, et que seulement 22 % (comme cousin ou neighbour) sont épicènes.

4Ceci implique que nombre de noms fonctionnent par paires, comme man et woman, boy et girl, king et queen, wizard et witch, waiter et waitress, actor et actress, lord et lady, sir et dame, master et mistress, son et daughter, father et mother, husband et wife, widower et widow, governor et governess, ou encore Mr. et Mrs. devant les noms propres.

5A ce propos, notons que les noms propres sont également concernés par le genre, du moins les prénoms, qui sont rarement épicènes. Le prénom Catherine, par exemple, ne peut référer qu’à un être humain féminin. S’il est vrai que les noms propres ne décrivent pas le référent (Kleiber, 1981), ils ne sont néanmoins pas totalement dépourvus de sens, puisqu’ils incluent ce trait sémantique. Le nom Catherine dit bien que le référent est un être féminin, et ne dit même que cela. Même si ce n’est pas toujours le cas, les prénoms aussi peuvent fonctionner par paires, avec en général ajout d’un suffixe pour le prénom féminin : Robert et Roberta, George et Georgiana, Joseph et Josephine.

6La question du genre naturel n’est pas pertinente pour les réalités autres que les animés humains. Les inanimés (table, courage) n’en ont pas, et ce trait n’est presque jamais pertinent pour les animés non humains. Gardelle (2006) observe qu’on a cessé de référer aux animaux par he ou she dès le XVIe siècle, et que les fleurs sont encore moins concernées par le genre.

1.2. Les relations hiérarchiques

7Nous avons avec l’expression des relations hiérarchiques une autre forme de dualité à l’œuvre dans les dénominations d’animés humains. Ici aussi les noms fonctionnent par paires : master et servant, guest et host (on voit que nous entendons « relations hiérarchiques » au sens large), adult et child, landlord et tenant, teacher et pupil, professor et student, doctor et patient, master et slave, superior et inferior (ces derniers lexèmes sont pris en tant que noms).

8Là encore, ce phénomène concerne les dénominations d’animés humains plus que celles d’autres référents, qui, à l’exception, il est vrai, de certaines notions abstraites (courage et cowardice par exemple) n’intègrent pas d’idée de supériorité ou d’infériorité. On ne voit ainsi pas de relation hiérarchique entre une table et une chaise, une fourchette et une cuiller, etc.

9Il est bien sûr possible de dire la supériorité ou l’infériorité d’un inanimé sur un autre, mais son expression passera alors par une autre partie du discours, notamment l’adjectif qualificatif (better, inferior, superior). La notion de dualité doit donc être mise en rapport avec la catégorie nominale. Nous y reviendrons.

1.3. Dualité par rapport à l’énonciateur

10On pense ici à des noms comme enemy ou traitor, qui impliquent une relation personnelle avec l’énonciateur, ou bien avec une autre personne dont l’énonciateur adopte le point de vue. Les noms d’inanimés ne sont pas utilisés comme cela ; ils ne disent pas des réalités en tant qu’elles s’opposent à une personne. Si l’on prend en effet des noms banals comme table, chair, window, bag, ou même des noms référant à des réalités abstraites comme courage ou war, on ne voit pas en quoi les réalités dites par ces noms s’opposeraient à un animé humain.

1.4. Extériorité par rapport à un groupe

11Il a été observé (Mignot, 2008) qu’il existe en anglais une série de noms en -er qui désignent des étrangers : stranger, foreigner, greener (argotique), outsider, newcomer, fresher (au sens de nouveau venu dans une université) ainsi que des noms (argotiques) de nationalité comme Britisher, Dutcher. Rappelons que ces deux derniers exemples disent bien des étrangers : Britisher est employé par les Américains, et non par les Britanniques pour se désigner eux-mêmes. S’il est vrai que de façon générale, les noms en -er sont porteurs d’opposition, l’idée d’extériorité par rapport à un groupe (une autre expression de la dualité à l’œuvre dans les dénominations d’animés humains) n’est présente que lorsque le nom réfère à un animé humain. Elle n’apparaît pas, par exemple, dans les noms qui réfèrent à des machines (drycleaner, dishwasher, vacuum cleaner etc.).

1.5. Opposition entre deux personnes ou deux groupes de personnes sur le critère de la participation à un procès

12Attardons-nous sur les noms en -er. Si, comme on l’a dit plus haut, ils impliquent systématiquement une opposition, il s’agit plus particulièrement d’une opposition sur le mode de la dualité (soit probablement la plus claire des oppositions) dans d’autres cas encore que ceux donnés précédemment, c’est-à-dire lorsqu’une distinction est faite sur le critère d’une participation à un procès. Dans l’extrait suivant, diners réfère à ceux qui mangent, et s’oppose implicitement à ceux qui ne mangent pas. Deux groupes sont donc distingués.

Harry spent the long sunny days exploring the shops and eating under the brightly coloured umbrellas outside cafés, where his fellow diners were showing each other their purchases. (Rowling, 1999 : 42)

13Cela vaut également pour les noms en -« eur » du français. Benveniste (1969 : 116-117) donne les exemples suivants : « de nombreux danseurs tournaient dans la salle », « les dîneurs n’étaient pas nombreux ». La présence même de la quantification (« nombreux » dans le premier cas, « pas nombreux » dans le second) implique une opposition entre ceux qui dansent et ceux qui ne dansent pas, ceux qui dînent et ceux qui ne dînent pas. Comme pour les exemples précédents, deux groupes sont (implicitement) opposés. En anglais comme en français, l’opposition est duelle lorsque les noms disent des animés humains. Des machines (« aspirateur », vacuum cleaner) ne sont pas opposées à d’autres qui ne font pas le procès en question (aspirer). Elles peuvent certes être vues dans une opposition, mais avec des machines qui font autre chose (dishwasher, spin-dryer, par exemple). A construction égale, la dualité concerne prioritairement la référence aux animés humains.

1.6. Les noms de relation

14La notion de dualité se manifeste également dans les noms de relation, tels que father, mother, daughter, cousin, wife, husband, etc. Un père peut certes avoir plusieurs enfants, mais il faut au moins un enfant (donc une dualité) pour que la dénomination fonctionne. Ces noms de relation ne sont pas réservés à l’expression de la parenté. Ainsi le nom charge dans my charge, pour dire un enfant dont on s’occupe, implique une dualité, puisque le référent (un enfant) est dit en tant qu’il est sous la responsabilité d’un autre.

15Les noms d’inanimés quant à eux ne semblent pas présenter la même propriété. Prenons encore une fois pour exemples des noms aussi banals que telephone, table, chair, pen, desk, bike, lamp, etc. Ils ne disent pas un référent en tant qu’il est lié à un autre. Les noms chain et lock ne sont que des contre-exemples apparents. Si le nom chain dit un objet qui permet d’en relier deux autres, on ne peut malgré tout pas dire qu’il existe un lien inhérent entre une chaîne et un autre objet. Une chaîne peut exister sans jamais être reliée à quoi que ce soit, tandis que si quelqu’un n’a pas d’enfant, la dénomination father ne peut convenir. Ce sont donc bien les noms d’animés humains, plutôt que les autres, qui sont caractérisés par la dualité.

1.7. Dénominations qui impliquent une réciprocité

  • 2 Ou bien ce mot appartient à la langue juridique.

16Cette rubrique recoupe en partie la précédente, puisque certains noms de relation, comme cousin, impliquent une réciprocité. Si A est le cousin de Β, Β est aussi le cousin de A, et le même mot sert à dire les deux termes d’une relation. Il en va ainsi de friend, enemy, ou encore neighbour, qui impliquent, d’une part, au moins deux personnes, d’autre part, normalement, une relation réciproque : si A est l’ami de Β, Β est (normalement) l’ami de A ; si A est le voisin de Β, Β est nécessairement le voisin de A. Là encore, les noms d’inanimés ne semblent pas posséder cette caractéristique. Une explication évidente est que les objets, n’étant pas conscients, n’entretiennent pas de relations d’amitié ou d’inimitié. Mais les objets peuvent bien être situés les uns à côté des autres (la relation de proximité étant réciproque), et pourtant, d’une part le mot neighbour ne peut s’appliquer à un inanimé2, d’autre part il ne semble pas exister d’autre nom pour dire un objet en tant qu’il est à côté d’un autre. On ne peut donc soutenir que le fait présenté ici (noms d’animés humains pris dans des relations de dualité) tient exclusivement à ce que les référents eux-mêmes sont pris dans de telles relations. En d’autres termes, si les noms d’animés humains sont très largement pris dans des relations de dualité, ce n’est pas seulement parce que le nom reflète la chose, mais peut-être aussi parce que le nom, en tant que partie du discours, implique une forme de dualité, ou au moins d’opposition. Si c’est le cas (notre deuxième partie est consacrée à cette hypothèse), un lexème comme neighbour, impliquant aussi clairement la dualité (par l’intermédiaire de l’idée de réciprocité) ne peut apparaître, lorsqu’il s’agit de dire un animé humain, que sous une forme nominale.

1.8. Noms qui impliquent une anormalité

17Les noms d’inanimés ne semblent pas, ou du moins semblent rarement, impliquer un trait sémantique de l’ordre de l’anormalité. Il n’est certes pas impossible de désigner une voiture en disant qu’elle n’est pas normale, par exemple par le nom wreck. Mais, contrairement à ce qui se passe pour les animés humains, la voiture doit avoir été catégorisée comme telle pour que la dénomination wreck fonctionne. On peut dire my car is a wreck mais plus difficilement ? My wreck is blue.

18Les dénominations d’animés humains qui impliquent une anormalité sont quant à elles nombreuses, et n’impliquent pas de contexte particulier. On peut dire : He’s a hunchback aussi bien que the hunchback lives next door. Ainsi idiot, cripple, hunchback disent un animé humain en tant qu’il se distingue d’une norme (c’est en cela qu’on se représente une dualité). Les deux derniers exemples sont empruntés à Wierzbicka (1988), dont le but est de montrer que les noms, contrairement aux adjectifs qualificatifs, sont catégorisants. Nous nous attardons ici sur la notion de dualité, avant de revenir sur le statut nominal de ces termes. Pour les exemples suscités, le critère de distinction par rapport à la norme peut être une caractéristique physique, si cette dernière est vue comme exceptionnelle. La norme est d’avoir le dos droit, et le nom hunchback dit un individu qui se distingue des autres. La nonne est d’être valide, et le nom cripple dit un individu qui ne l’est pas. Ces noms sont parfois des collectifs (the blind, the deaf). Il ne s’agit pas toujours d’anomalie physique, comme en témoignent the rich et the poor (encore des collectifs). A propos de ces derniers on note que la dualité se joue de deux façons : les riches et les pauvres par opposition à une « moyenne » vue comme « normale », mais aussi (et probablement surtout) les riches par opposition aux pauvres. Notons que la polarisation des significations (on envisage deux groupes qui s’opposent et non pas un continuum qui irait de pauvre à riche) est lié au statut nominal (plutôt qu’adjectival) du lexème.

19On observe par ailleurs que certains noms qui peuvent désigner aussi bien un animé humain qu’un inanimé ne comportent le trait sémantique d’anormalité que lorsqu’ils disent un animé humain. Ainsi, le nom eccentric, lorsqu’il réfère à un inanimé, est défini ainsi par le Shorter Oxford English Dictionary : “A disc or wheel mounted eccentrically on a revolving shaft so as to transmit a backward-and-forward motion (esp. to the slide-valve of a steam engine) through a linkage consisting of a ring (or strap) and connecting rod”. Ce même nom, lorsqu’il désigne un animé humain, implique l’idée d’anormalité : “a person whose behaviour is habitually unusual (nous soulignons) or whimsical (Shorter Oxford English Dictionary). Le nom eccentric, lorsqu’il réfère à un inanimé, a un sens compositionnel (« en dehors du centre »). Lorsqu’il réfère à un animé humain en revanche, son sens n’est plus tout à fait déductible des parties, et le trait « anormalité » apparaît.

20Dans la même perspective, on note que les noms dérivés d’adjectifs impliquant le trait sémantique d’anormalité (ou de bizarrerie) ne le conservent que lorsqu’ils s’appliquent aux animés humains. Ainsi odd et funny, lorsqu’ils se substantivent, réfèrent à des inanimés. L’adjectif odd veut dire « bizarre », mais le nom odds signifie « les chances que quelque chose arrive » (l’idée de bizarrerie disparaît). De même, l’adjectif funny peut signifier « bizarre », mais the funnies réfère à des bandes dessinées, et ne comporte pas l’idée d’anormalité (les bandes dessinées ne sont d’ailleurs pas non plus forcément drôles). A l’inverse, l’adjectif weird, lorsqu’il se substantive (weirdo), désigne un animé humain, et le sème d’anormalité est alors conservé. Le même nom ne peut d’ailleurs désigner un objet en tant qu’il est étrange.

1.9. Les noms dévalorisants

21Cette rubrique recoupe en partie la précédente car il est fréquent que les noms impliquant une anormalité soient en même temps dévalorisants, comme c’est le cas pour cripple. Il existe de nombreux noms dévalorisants pour dire les animés humains (comme gangster, crook, idiot, dunce, half-wit, fool, cretin, moron, brat, chit, good-for-nothing, etc.).

22Certains de ces noms, comme crook, peuvent aussi désigner des inanimés, mais alors ils n’impliquent pas de dévalorisation. Le Shorter Oxford English Dictionary recense pour ce nom douze emplois :

  1. An implement, weapon, or tool of hooked form ; a hook.

  2. A sherpherd’s staff, one end of which is hooked for catching a sheep’s leg.

  3. The pastoral staff of a bishop etc., shaped like a shepherd’s crook.

  4. A sharply curved part or appendage of anything.

  5. A curve, a bend, e.g. of a river.

  6. A small piece of ground ; an odd corner.

  7. TYPOGRAPHY. A bracket, a parenthesis.

  8. A crooked or incurved piece of timber.

  9. A curved piece of tubing which can be fitted to a wind instrument to change its pitch.

  10. A trick, an artifice, a wile.

  11. A professional criminal ; a rogue, a swindler, colloq (nous soulignons).

  12. An act of crooking or bending something.

23On voit que le nom n’a de connotation péjorative que dans son emploi n°ll, lorsqu’il désigne un animé humain. Il a certes eu une connotation négative pour désigner un inanimé (a trick, an artifice, a wile, emploi n°10), mais cet emploi a disparu dès la fin du XVIe siècle.

24De façon générale, les noms d’objets sont rarement dévalorisants. On peut dire d’un objet qu’il ne sert à rien (it’s no use), mais on ne l’appelle pas a good-for-nothing. Parmi les collectifs, ceux qui réfèrent à des groupes d’animés humains peuvent impliquer une dévalorisation (cela n’est bien sûr pas systématique), comme c’est le cas pour gang ou mob, tandis que cela ne semble pas être le cas pour ceux qui disent des regroupements d’objets (luggage par exemple).

25Il a déjà été observé à propos des noms formés sur le schéma verbe + nom (pickpocket) que, à structure équivalente, les dénominations obtenues ne sont dévalorisantes que pour les animés humains (Cotte 2004 et Mignot à paraître). Ainsi sawbones (pour un chirurgien), turnkey (pour un geôlier) sont dévalorisants, tandis que wagtail (pour un oiseau) ou turnscrew (pour un objet) ne le sont pas. Par voie de conséquence, ces noms, lorsqu’ils réfèrent à des animés humains, s’opposent à des dénominations plus standards (sawbones à côté de surgeon, turnscrew à côté de jailor), tandis que ce n’est pas le cas lorsqu’ils s’appliquent à des inanimés, puisqu’ils sont alors la dénomination normale. On observe exactement le même phénomène en français : à structure équivalente, les effets sont différents selon que le nom désigne un animé humain ou non. Les noms « pique-assiette », « traîne-savates », etc. s’appliquent à des animés humains et sont dévalorisants, tandis que « portefeuille », « tire-bouchon », « porte-bagages », ou « passeport » s’appliquent à des inanimés, et ne le sont pas.

2. Formation des noms et opposition : le cas des noms composés de type nom + nom

26Nous avons posé que les noms d’animés humains sont pris dans des relations de dualité et / ou d’opposition, et qu’il s’agit là d’un phénomène de grande ampleur, qui va bien au delà de la question du genre. Nous avons également vu que cela ne tient pas nécessairement à la nature des référents (un livre peut être à côté d’un autre, ou meilleur qu’un autre, et pourtant pour le dire les noms neighbour ou superior ne conviennent pas), mais, précisément, au statut nominal de ces dénominations. Il nous faut alors envisager l’hypothèse que le nom lui-même, en tant que catégorie grammaticale, est porteur d’opposition. Si c’est le cas, il ne semblera plus surprenant qu’un lexème impliquant la dualité ou l’opposition (comme un lexème de nationalité) se réalise sous forme nominale lorsqu’il permet de référer à un animé humain (puisque la référence aux animés humains semble caractérisée par la dualité), et sous une forme autre (en l’occurrence, adjectivale) lorsqu’il permet de référer à un objet (a German pour une personne, mais a German desk pour un bureau). Il n’est cependant pas très facile de saisir la valeur d’opposition des noms si l’on s’en tient à l’étude des noms simples. L’étude des noms construits en revanche est riche d’enseignements en ce qui concerne la catégorie nominale en général. Elle nous permet en effet d’observer les conditions présidant à la formation des noms. Par ailleurs la comparaison avec des mots construits appartenant à d’autres catégories grammaticales, comme celle des adjectifs, permet d’isoler les propriétés spécifiques à la catégorie nominale. Nous nous pencherons donc sur les noms construits pour montrer qu’ils sont régulièrement associés à la notion d’opposition, mais nous nous limiterons ici, faute de place, au cas particulier des noms composés de type nom + nom. Un exposé ultérieur, plus exhaustif, s’impose, qui visera à montrer d’une part le rapport entre tous les types de noms construits et l’opposition, et d’autre part que ce même rapport n’existe pas pour les mots construits des autres catégories grammaticales.

2.1. Une étude sur les noms composés relevant de la psycholinguistique

27Dans le domaine de la psycholinguistique, E. Clark et al. (1958 : 84-94) ont montré que les enfants de deux à trois ans créent plus de composés pour des objets similaires différant en un point que pour des objets ne présentant aucun rapport. Les enfants utilisent des noms composés pour distinguer plusieurs objets appartenant à une même catégorie, qui leur est déjà familière. Ils opposent ainsi par exemple tea sieve à water sieve. Les jeunes enfants créent donc bien les noms composés à des fins d’opposition.

  • 3 Le corpus est tiré de notre thèse de doctorat (Mignot 2001).

28Afin de montrer que, au-delà de la création de composés par des locuteurs très jeunes, la notion d’opposition est une caractéristique du processus de composition nominale, nous avons examiné un échantillon de 1097 noms composés (recevant un accent initial), tous relevés en contexte et provenant de sources variées (romans, pièces de théâtre, bandes dessinées, scénarios de films, émissions de télévision ou conversations)3, pour nous demander où et comment se réalise la fonction d’opposition. Cette dernière n’est difficile à percevoir que dans quelques composés particulièrement opaques, tels pineapple ou bulldozer, qui ne représentent que 0,3 % des items du corpus.

2.2. Un élément unique opposé au reste d’une catégorie

29C’est le cas de 12 % des noms composés de notre corpus dont salamander incident, par exemple, dans You’re worried about the salamander incident, aren’t you ? L’incident est unique et isolé de tous les autres. On a le même phénomène avec that Shakespeare in the Park thing, où l’événement est unique et se distingue de tous les autres. Parfois un nom propre dit l’unicité du référent : Varick street, Random House, the Manson family. Tous les noms composés qui réfèrent à un élément unique s’opposant au reste d’une catégorie sont précédés d’une détermination définie (his, the, those, your, that, my, their, this, our, ou l’article Ø défini comme dans Varick street, Election day). Dans ces composés, le premier nom est en effet définitoire et permet d’opposer le référent du nom tête à tous les autres éléments de la même catégorie.

2.3. Une sous-catégorie opposée à une autre

30C’est le cas le plus fréquent : 77 % des items. Ainsi ray dit une catégorie, et les composés ayant ce nom pour tête (X-rays, alpha rays, gamma rays) en disent des sous-catégories. On observe dans le corpus que quelques noms tête reviennent fréquemment (dans des contextes indépendants), soit time (bath time, bed time, Christmastime, dinner time, lifetime, lunch time), day (birthday, Christmas day, school days, sports day, summer day, wedding day), box (bandage-box, cash box, money-box, sandbox, tackle box), book (A-B-C book, cat book, cowboy book, guide book, law book, notebook, pocket book, poetry book, textbooks), man (baseman, cameraman, con man, fancy man, garbage man, gas man, junkman, lab man, repair man, salesman, seaman, water man), table (coffee table, dinner table, picnic table, telephone table), game (baseball game, croquet game, football game, Softball game), shop et ses synonymes (bike shop, body shop, cop-shop, un peu marginal dans cette liste, curio shop, fish-and-chips shop, novelty shop, radio shop, shoe shop, stocking shop, women’s lingerie shop, appliance store, book store, candy store, equipment store, furniture store, grocery store, pet stores, record store, shoe store, fish and chips place, hot dog stand, pizza parlor), way (alleyway, doorway, driveway, gangway, hallway, runway, waterways), boy (Auster boys, delivery boys, Essex boys, Gunthorpe boys, schoolboy), ray (alpha rays, gamma rays, X-rays), bag (duffel bag, handbag, nail-bag, satchel-bag), machine (exercise machine, perpetual motion machine, time machine, vapor machine), tree (Christmas tree, fruit tree, oak tree).

31Parfois, pour un même nom tête, le critère d’opposition est toujours le même : ainsi, pour ray, c’est le nom du rayon (alpha, gamma, X). Mais, le plus souvent, les critères de sous-catégorisation sont multiples : pour book par exemple, le critère le plus fréquent est le sujet du livre (cat book, cowboy book, poetry book), mais peut aussi être l’utilisation qu’on en fait (notebook) ou sa localisation typique (pocketbook).

2.4. Opposition d’une sous-catégorie à la catégorie générale

32Dans le corpus, ce cas concerne 11 % des items. Ainsi air miles s’oppose à miles plutôt qu’à *earth miles, car les mesures sont typiquement terrestres. De même pour airport, on ne parle pas de *waterport (*water harbour est également impossible), car un port est typiquement fluvial ou maritime. On a inkwell mais pas *waterwell car un puits contient typiquement de l’eau ; lorsque ce n’est pas le cas, et qu’en plus l’objet diffère du prototype par d’autres points (en l’occurrence la taille, puisqu’un encrier est plus petit qu’un puits, même s’il en a la forme) on a recours au processus de composition nominale pour le dire. Le composé T-shirt s’oppose à shirt (mot simple), car T-shirt réfère à un vêtement légèrement différent de celui que dit le nom shirt. Dans tous ces exemples nous observons un phénomène de différence sur fond d’identité : la sous-catégorie se différencie des éléments typiques de la catégorie générale. On note d’ailleurs que ces noms sont régulièrement utilisés pour désigner des jouets, objets qui imitent des objets « normaux », utilisés par les adultes, mais qui s’en distinguent néanmoins, par une ou plusieurs caractéristiques. Nous avons ainsi dart gun, water pistol, et transmogrifier gun. (Le mot transmogrifier est un néologisme et ce nom composé désigne un jouet en forme de pistolet avec lequel un petit garçon imagine qu’il transforme les gens, par exemple en animaux, en le pointant sur eux. Le verbe to transmogrify est utilisé dans le même contexte pour dire cette action.) Un pistolet lance normalement des balles, auquel cas on ne le dit pas : *bullet gun et * bullet pistol ne sont pas employés. Nous avons également l’exemple de paper feathers : il s’agit de plumes d’imitation avec lesquelles un enfant croit pouvoir voler comme le font les oiseaux. Le contexte nous indique clairement le phénomène de différenciation sur fond d’identité puisque le petit garçon s’adresse à un oiseau en lui disant Wipe that grin off your face, imaginant que l’oiseau compare les fausses plumes aux siennes. Nous relèverons encore les cas de wheelchair (une chaise a typiquement des pieds et non des roues et on ne dit pas *leg chair), shellfish (les poissons ne sont pas typiquement recouverts d’une coquille mais d’écaillés et on ne dit pas *scale fish). Donnons un dernier exemple d’opposition d’une sous-catégorie à une catégorie générale avec girlfriend, où il ne s’agit pas vraiment d’opposer les amis qui sont des hommes et ceux qui sont des femmes, mais d’isoler une sous-catégorie particulière à l’intérieur de la catégorie des amis. Précisons néanmoins que le mot girlfriend peut être employé sans que cela n’implique la notion de couple ; il s’agit alors simplement d’opérer une distinction entre les amis hommes et les amies femmes. On voit qu’un même nom composé peut avoir les deux valeurs (opposition entre deux sous-catégories ou opposition d’une sous-catégorie par rapport à la catégorie générale), selon le contexte.

Conclusion

  • 4 Voir aussi Cotte (2000), Cotte (2001) et Cotte (2003).

33Nous nous sommes penchés sur la formation des mots pour éclairer une propriété de la catégorie nominale. Nous n’avons examiné que le cas des noms composés de type nom+nom, mais de précédentes études (Mignot 2006 sur les noms en -er et Mignot à paraître sur les noms en -/I/) laissent penser que l’on peut tirer des conclusions similaires sur un grand nombre de noms construits. La valeur d’opposition apparaît particulièrement clairement dans les formations de discours (par opposition aux formations de langue), comme l’ont montré les exemples de Benveniste (1969) cités en 1.5 (« les danseurs », « les dîneurs »), ce qui ne fait que confirmer l’intérêt qu’il y a à aborder la question des parties du discours par le biais de la formation des mots (puisque les conditions présidant à l’apparition des noms sont alors directement observables). On peut en effet se demander si, de façon générale, la catégorie du nom n’implique pas systématiquement l’opposition dès lors que le nom « sépare » une référence (cf. Cotte 19974 : 66 sq., Langacker 1991 : 15 sq. et Langacker 2008 : 103 sq), tandis que d’autres catégories ne font pas cela, ou pas seulement, mais sont au contraire prédicatives.

34Si, de façon générale, les dénominations d’animés humains sont caractérisées par l’opposition, voire la dualité, et si par ailleurs les noms, plus que d’autres parties du discours, sont eux aussi caractérisés par l’opposition, les lexèmes comportant une idée d’opposition sont logiquement orientés vers la catégorie nominale lorsqu’ils servent à référer aux animés humains. Un lexème de nationalité, par exemple, implique une opposition ; on dit donc a German (où German est nom) pour un animé humain et a German desk (où German est adjectif) pour un bureau. On pourra nous objecter que l’on a aussi Frenchman et Englishman, noms composés formés sur le modèle adjectif + nom. Mais il s’agit justement là de noms composés où le premier élément, en se rapprochant du nom tête, perd son statut adjectival. En témoignent la soudure graphique, l’unité accentuelle et la réduction vocalique de man (qui, en rendant l’élément tête moins reconnaissable, contribue à souder les deux constituants). D’autres lexèmes rencontrés au cours de cette étude, tels que superior, neighbour, rich, poor, impliquent eux aussi une dualité, et sont donc orientés vers la catégorie nominale lorsqu’ils réfèrent aux animés humains. Nous observons là une régularité de la langue anglaise qui ne tient pas à la grammaire de la formation des mots, mais à une particularité de la référence aux animés humains, et au sens (abstrait) des parties du discours.

Top of page

Bibliography

Benveniste E. [1969] (1974), « Mécanismes de transposition » in Problèmes de linguistique générale 2, Paris : Gallimard, pp. 116-117.

Clark E.V., Gelman S.A., Lane N.M. (1985), « Compound Nouns and Category Structures in Young Children », Child Development Vol. 56, No 1, Chicago : The University of Chicago Press for the Society for Research in Child Development, pp. 84-94.

Cotte P. (1997), Grammaire linguistique, Paris : Didier-Erudition.

Cotte P. (2000), « La Connaissance, l’énonciation et les articles », Etudes anglaises 53/4, Paris : Klincksieck, pp. 387-399.

Cotte P. (2001), « Le nom, l’indéfini et le défini », ALAES Publications en lignes, http://www.univ-pau.fr/ser/UFR_LE/ANGLAIS/alaes/sesylial01.htm.

Cotte P. (2003), « Grammaire, lexique, cognition ; à propos du nom commun », in BRION C. et CASTAGNE E., Nom et verbe, catégorisation et référence, Reims : Presses Universitaires de Reims, pp. 103-118.

Cotte P. (2004), « Le titre et l’incipit d’un conte d’Edgar Allan Poe », Etudes anglaises 57/2, Paris : Klincksieck, pp. 173-186.

Gardelle L. (2006), Le Genre en anglais moderne (XVIe siècle à nos jours), thèse de doctorat, Université Paris IV, sans éd., Paris.

Kleiber G. (1981), Problèmes de référence : descriptions définies et noms propres, Paris : Klincksieck.

Langacker R. (1991), Foundations of Cognitive Grammar, Volume II, Descriptive Application, Stanford : Stanford University Press.

Langacker R. (2008), Cognitive Grammar. A Basic Introduction. Oxford : Oxford University Press.

Mignot E. (2001), Recherches sur les noms composés de type nom + nom en anglais contemporain, thèse de doctorat, Université Paris IV, sans éd., Paris.

Mignot E. (2008), « L’adjectif strange et le nom stranger : quelques réflexions sur les noms en -er », Etrange/Etranger, Etudes de linguistique anglaise, C.I.E.R.E.C. Travaux 137, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint Etienne, pp. 161-175.

Mignot E. (à paraître), « The Designation of Humans : Transparency and Opacity », C.I.E.R.E.C., Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne.

Mignot E. (à paraître), « Synonymie et structuration des dénominations en anglais contemporain : le cas des noms en -/I/, in SOUTET O. (dir.), La Synonymie, Paris : PUPS.
Shorter Oxford English Dictionary on Historical Principles. Fifth edition (2002), Oxford : Oxford University Press.

Wierzbicka A. (1988), « What’s in a noun ? (or : How do nouns differ in meaning from adjectives ?) » in WIERZBICKA Α., The Semantics of Grammar, Amsterdam : John Benjamins Publishing Company, pp. 463-497.

Références des sources utilisées pour les exemples et les statistiques

Allen W. (1983), Four Films of Woody Allen, London, Boston : Faber and Faber5.

Auster P. (1982), The Invention of Solitude, London, Boston : Faber and Faber.

Barker P. (1955), The Ghost Road, London : Penguin Books.

Brontë E. [1847] (2003), Wuthering Heights, London : Penguin Books.

Highsmith P. (1964), The Two Faces Of January, New York : Atlantic Monthly Press.

Lodge D. (1955), Changing Places, London : Penguin Books.

Rowling J.K. (1999), Harry Potter and the Prisoner of Azkaban, London : Bloomsbury.

Sillitoe A. (1959), The Loneliness of the Long Distance Runner, London : Flamingo Modern Classic, HarperCollins Publishers.

Swift G. (1988), Out of this World, London : Picador.

Tarantino Q. (1994), Pulp Fiction, London, Boston : Faber and Faber.

Waterson B. (1990), The Authoritative Calvin and Hobbes, Kansas City : Andrews and McMeel.

Williams T. (1945), The Glass Menagerie, in A Streetcar Named Desire and Other Plays, London : Penguin Books, pp. 254-313.

Top of page

Notes

2 Ou bien ce mot appartient à la langue juridique.

3 Le corpus est tiré de notre thèse de doctorat (Mignot 2001).

4 Voir aussi Cotte (2000), Cotte (2001) et Cotte (2003).

5 Nous avons utilisé les scénarios de Annie Hall (pp. 1-109) et Manhattan (pp. 179-276).

Top of page

References

Bibliographical reference

Elise Mignot, « Dénominations d’animés humains et dualité en anglais contemporain », Anglophonia/Sigma, 13 (26) | 2009, 65-76.

Electronic reference

Elise Mignot, « Dénominations d’animés humains et dualité en anglais contemporain », Anglophonia/Sigma [Online], 13 (26) | 2009, Online since 13 December 2016, connection on 23 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/864 ; DOI : 10.4000/anglophonia.864

Top of page

About the author

Elise Mignot

Université Paris IV – Sorbonne (Elise.Mignot@paris-soifeonne.fr)

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org