Skip to navigation – Site map

Enough et la modalisation de l’assertion

Catherine Moreau
p. 151-169

Abstract

This study focuses on the adverb of degree ‘enough’ when associated with phrasal adverbs. Its aim is to explain why adverbs inducing appreciation or conviction are involved in the process and why the adjunction of ‘enough’ to phrasal adverbs conveys subjectivity and reinforcement, as well as dissociation—so why should ‘oddly enough’, [...] mean ‘odd though it may seem’? We will use such properties to demonstrate that the adjunction of ‘enough’ to a phrasal adverb plays a particular role in the construction of assertion and in the structuring of discourse.

Top of page

Full text

INTRODUCTION

1L’étude porte sur l’adverbe de degré enough lorsqu’il est associé à certains adverbes de phrase. On constate que sa présence ou son absence n’affecte pas le rôle de l’adverbe de phrase auquel il est associé. Il modifie dans les deux cas l’ensemble de l’énoncé :

(1) It was a mess. Yet, oddly, his wardrobe was neat. Today. London (1992) (la) It was a mess. Yet, oddly enough, his wardrobe was neat.

2La traduction, dans la plupart des cas, ne permet pas non plus de différencier les énoncés : oddly (enough), [...] / interestingly (enough), [...] : chose curieuse, fait intéressant.

3Cependant la traduction propose dans certains cas des tournures totalement différentes, faisant ressortir un phénomène dont il faudra tenir compte, comme l’atteste le dictionnaire Hachette-Oxford :

4Curiously enough, I like her = aussi bizarre que cela puisse paraître, je l’aime bien.

  • 1 Quirk, R. et al. (1985 : 629, note [b])

5R. Quirk1 remarque à ce sujet : “Enough as a modifier of disjuncts does not so much intensify as draw attention to the meaning of the item. Thus, oddly enough is paraphrasable by ‘odd though it may seem’.”

6Quels sont les phénomènes sous-jacents à l’emploi de enough dans ce cadre, et qui entraînent une telle interprétation ?

1. LES ADVERBES ASSOCIES A ENOUGH

1.1. Adverbes exoprédicatifs

7Les adverbes que nous allons examiner en association avec enough ont pour point commun de permettre un commentaire de l’énonciateur sur le contenu de son énoncé. Nous placerons donc cette étude dans le cadre de la théorie culiolienne des opérations prédicatives et énonciatives.

8Ces adverbes appartiennent à la classe très générale des adverbes de phrase. Ils sont dissociés de la construction de la phrase, ce qui permet de les définir comme adverbes modificateurs de phrase, ou bien « content disjuncts » de même que « sentence modifiers » à la suite de Quirk, ou encore « adverbes exo-prédicatifs » à la suite de C. Guimier. Leur caractère disjonctif se traduit par la mise en apposition, et de manière prototypique par la position initiale en tête de phrase ou du membre de phrase qu’il modifie.

1.2. Confusion possible

9La position antéposée de certains de ces adverbes associés à enough leur confère une apparence d’adverbes de phrase, mais nous constatons que tous ne fonctionnent pas de la sorte.

  • 2 Jackendoff, R., 1972.

10En effet, certains ont une incidence intraprédicative car ils modifient la relation entre le sujet et son prédicat ; ils sont orientés vers le sujet de l’énoncé2.

11C’est le cas des adverbes de manière orientés vers le sujet de l’énoncé et paraphrasables en ‘in a certain way’ :

(2) I suppose that the central problem getting the Americans to pay for the rundown of an empire was handled decently enough, given the size of the task. Times (1990)

12C’est aussi le cas des adverbes de phrase orientés vers le sujet de l’énoncé :

(3) Decently enough, the planning authority required in exchange an ice rink somewhere else in the borough. Times (1990)

(4) Luckily enough, I found myself next to Mrs Blegg at dinner. Times) 1990)

(5) [...] when Tabaqui came to the cave and told him, rudely enough, that he was wanted at the Council Rock, he laughed till Tabaqui ran away. Kipling, R. (1894)

13Leurs paraphrases mettent en évidence le lien entretenu avec le sujet de l’énoncé : en (1) “the planning authority was decent (enough) to require an ice rink” / “it was decent (enough) of them to require it” ; en (2) “I was lucky (enough) to find myself there” / “luckily (enough) for me” ; en (3) “he was rude (enough) when he told this” / “it was rude of him to tell this”.

1.3. Adverbes incidents au dit : valuation appréciative et conviction

  • 3 Adverbes de point de vue chez C. Guimier ; style disjuncts ou subjuncts chez R. Quirk et al.

14Nous éliminerons aussi de cette étude certains adverbes, bien qu’en position initiale, qui ont une incidence extraprédicative et qui délimitent un champ référentiel dans lequel l’énoncé est validable. Ils sont souvent appelés ‘disjonctifs de style’ : ce sont les adverbes de point de vue ou de domaine3. Ils sont incompatibles avec la notion de degré que contient enough : on ne trouvera pas *stragetically enough.

  • 4 Value judgment subjuncts chez R. Quirk et al.

15Ces remarques nous amènent à restreindre l’étude aux adverbes qui ont une valeur modale appréciative, appelés « évaluatifs appréciatifs4 » chez H. Chuquet ou « adverbes incidents au dit » chez C. Guimier. Ils apportent une appréciation subjective sur le contenu du discours asserté, qui ne concerne pas directement le sujet de la relation prédicative. Parmi eux, les plus courants expriment la surprise :

(6) Strangely enough, water birds are most abundant in the Dry Zone. Willock, C. (1991)

(7) It was a devastating headache but, oddly enough, as a rule he didn’t mind it. Nabb, M. (1989)

(8) It ended, mysteriously enough, with a small child staring hopelessly into a goldfish bowl, as if something might be going to happen there. He will probably grow up to be a television critic. Times (1990)

(9) Astonishingly enough, the bridge was always open, day or night. Even with the captain in charge, anyone was at liberty to walk in and inspect the chart or the many instruments. Times (1990)

16Un plus petit nombre contient une valuation à orientation positive (amusingly enough) ou négative (sadly enough) ; parmi eux, on remarque la présence d’adverbes modalisateurs en –ably, porteurs, comme l’indique H. Chuquet, de la modalité du possible (selon l’énonciateur) :

(10) Still, amusingly enough, for the finer finishing work for example, to shape a man’s nose or a horse’s ear he uses an ordinary, household, electric iron. Times (1990)

(11) Well, oddly enough and sadly enough, we were on the phone very late at night to friends in Los Angeles, who suddenly couldn’t believe what they saw on the television set. CNN King (1996)

(12) Rent, the film, regrettably enough, is no longer avant-garde. Culturevulture.net

17On remarque par ailleurs que l’adverbe enough s’associe à un autre type de content disjunct, lié au degré de vérité, ceux qui expriment une conviction, tels que obviously, surely :

(13) The legal system, obviously enough, needs to protect itself against scholarly abuses. Finnis, J. (2007)

(14) “If Mycroft has given us the list of addresses we may be able to pick our man and follow two tracks instead of one.” Surely enough, a note awaited us at Baker Street. A Government messenger had brought it posthaste. Doyle, Sir Α., C. (1908)

18Le point commun entre ces deux types d’adverbes est que le repère est l’énonciateur. On peut gloser en : “it is strange/odd/mysterious/astonishing/amusing/sad/obvious to me”, ce qui revient à dire : “I am astonished/I regret/I am sure...”. Cela permet à l’énonciateur d’exprimer son appréciation ou son degré de conviction sur le contenu de son énoncé.

19Autre point commun, la gradabilité des adjectifs dont ces adverbes sont dérivés : ils sont compatibles avec la notion de degré, pouvant alors donner “very odd, more surprising, too regrettable, obvious enough, not totally sure”.

  • 5 Goes, J., (1999 : 66).

20Ceci exclut normalement les adjectifs non gradables, dont l’impossibilité de gradation, selon Jan Goes5, « s’explique par le fait que l’adjectif exprime un sommet qu’on ne saurait dépasser : parfait... », même si ce dernier note que cela est très relatif, car on peut trouver « très exceptionnel ». Dans cette optique, nous allons devoir justifier les emplois attestés :

(15) Uniquely enough, in Cajun, après is also used to create the continuing present tense in the conjugation of verbs. Daigle, J., O. (1992)

(16) Extraordinarily enough for a couple who were supposed to be at such odds, they seem to have no problem over their conversation. McCallum, Κ. (1993)

21Dernier point commun à relever, nous le rappelons, ces adverbes sont compatibles avec l’emploi de enough, mais ce dernier n’est pas contraint.

  • 6 Guimier, C. (1988 : 271).

22Même si, comme le fait remarquer C. Guimier6, enough est quasi-nécessaire avec les adverbes d’évaluation liés à l’idée d’incrédulité (unbelievably, incredibly), l’emploi n’est pas pour autant contraint, car les deux possibilités sont offertes :

(17) McCain, incredibly enough, hasn’t crashed to earth. RealClearPolitics
(18)
Incredibly, these tanks had no proper wireless. Harman, N. (1980)

23Si la présence de enough n’est pas contrainte, on peut se demander ce qu’elle apporte à ces adverbes évaluatifs appréciatifs et de conviction.

2. L’adjonction de enough

2.1. Subjectivité et renforcement

24Enough est modificateur au sens où il apporte à la propriété associée une valuation en termes de degré. C’est la raison pour laquelle, dans le cadre de sa présence aux côtés de ces évaluatifs, certains parlent de subjectivité, d’autres de renforcement.

25Subjectivité chez H. Gezundhajt, pour qui les adverbes de degré « sont plutôt des adverbes modaux », qui marquent « des types de subjectivité ». La présence de enough semble en effet traduire l’intervention de l’énonciateur. On peut expliciter enough par plutôt dans les énoncés du type Oddly enough,... (« ce qui est plutôt surprenant »).

  • 7 Schreiber, P. (1971 : 99) cité par Guimier, C. (1988 : 271).

26L’idée de renforcement est émise par Schreiber7 : “Thus the function of the adjunct enough is to provide a degree of validity sufficient to assure that the associated predication is a true statement”.

27Partant du principe que la présence de enough est la trace modale de l’énonciateur, on peut se demander d’une part ce que sa présence apporte, et d’autre part à quel niveau opère la modalisation. Nous avons un début de réponse avec la remarque de C. Guimier, qui note que l’adjonction de enough permet de lever l’ambiguïté éventuelle de la portée de l’adverbe. Il prend pour exemple l’énoncé de Connors : « curiously enough, she looked over my shoulder, qui permet d’éliminer l’interprétation d’incidence intraprédicative par un adverbe de manière du type “with curiosity” sur le prédicat. » Le problème est de savoir comment cette ambiguïté est levée.

2.2. Enough associé à un adjectif

  • 8 Moreau, C. (2006 : 198-199).

28Pour y répondre, nous allons voir du côté du comportement de enough. Cet adverbe de degré appartient à une échelle graduelle que l’on associe à une notion. Il représente le pôle constitutif 8 de cette échelle graduelle qui est composée, selon son orientation, de la zone de l’insuffisance (l’en-deçà, représenté par not enough), du degré-seuil de la suffisance (représenté par enough) et de la zone de l’excès (l’au-delà, représenté par too).

29Si nous prenons par exemple :

(19) Don’t you think me good enough? James, H. (1881)

30Enough représente le pôle constitutif de la gradation associée à la propriété <be good>. Il permet l’entrée dans la notion (/be good/), en regard avec un repère constitutif, implicite ici, qui sert de norme. Ce repère, ici implicite, peut être explicité (à droite) sous différentes formes :

(20) We were fortunate enough to meet with an empty vehicle. Collins, W. (1860)
(21) It’s big enough
for a prison-door. Ibid.

31On constate que lorsque le degré de suffisance associé à la notion est atteint, il déclenche l’accès à la validabilité du repère explicité à droite et qui sert de norme :’pour ce qui est de tomber sur un véhicule libre (norme), nous avons été suffisamment chanceux pour que ce soit le cas’, ‘s’agissant d’une porte de prison (norme), celle-ci a une taille suffisante pour être considérée comme telle’.

32Nous considérons donc l’adverbe de degré enough comme le représentant d’un seuil déclencheur, à valeur d’accès, par opposition aux zones complémentaires not enough et too, à valeur de blocage.

2.3. Norme implicite

  • 9 Rivara, R. (1993 : 41) : ‘Les emplois dits (syntaxiquement) absolus des adjectifs [...] sont caract (...)

33Dans le cadre de cette étude des adverbes de phrase, nous trouvons enough dans son emploi dit absolu, c’est-à-dire lorsqu’il n’est pas lié à un repère explicite9. C’est le cas avec un adjectif. Le repère, puisqu’il est implicite, est nécessairement lié aux origines énonciatives. La norme est subjective. Elle apparaît parfois explicitement lorsque le repère n’est pas évident et qu’il doit être dissocié d’autres possibles :

(22) Sandy was not enough; not enough for me. anyway. We had to wait until somebody should come along. Twain, M. (1889)

(23) He’s been our doctor since I was born. He’s good enough for me. Anthony, E. (1987)

34Dans les emplois suivants, comparables aux adverbes de phrase, il est évident et peut être reconstruit aisément en retrouvant la source :

(24) [It’s] Funny enough [for me], it hadn’t got a plug on it. 14 conversations (1992)

(25) [...] this inspection team shows that they are in material breach, and [it’s] interesting enough [for me], the activity involved in this program was after 1998, according to the information that’s available. U.N. (2003)

35En revanche, on notera que l’absence de degré associé à la notion, comme dans it’s funny / it’s interesting, permet de donner à la valuation une portée moins restreinte, car le locuteur n’exclut pas qu’elle peut être considérée comme telle par d’autres locuteurs possibles.

36En relation avec des propriétés gradables, la présence de enough indique qu’un degré suffisant est atteint à l’intérieur de la notion, selon les normes de l’énonciateur. L’entrée se fait dans la zone frontière si on en tient compte, et c’est pour cela que nous pouvons trouver des équivalences en quite ou fairly, rather :

Fanny enough = quite funny, plutôt amusant
Interesting enough =
fairly interesting, plutôt intéressant

37De même les adjectifs de conviction fair et sure, qui semblent figés dans leur emploi, sous-entendent le même repère subjectif :

(26) The graves are there, [it’s] fair enough [for me], but there’s no mistake about who the three geezers in cold storage here are either. Hutson, S. (1992)

(27) We thank you, Warren. [It’s] Sure enough [for me], we do. Reporter’s Notebook (1990)

3. Construction du repère constitutif

3.1. Construction thématique

38Dans la structure qui nous intéresse (Adj-ly + enough), l’adverbe de phrase est souvent en position initiale, indiquant son incidence sur l’ensemble de l’énoncé :

(28) Oddly enough. I remembered that now.

39On ne trouve pas l’adjectif correspondant, dans ce même emploi d’adverbe de phrase (*Odd enough,...). Les bases adjectivales d’où ces adverbes sont dérivés appartiennent à une première relation prédicative, représentable au niveau de l’énoncé sous la forme : it’s Adj [for me], comme les exemples traités précédemment.

40L’adverbe de phrase peut être représenté par un adjectif dans une paraphrase de type it-be-that avec modalité appréciative :

(29) It is a little remarkable, that [...] an autobiographical impulse should twice in my life have taken possession of me, in addressing the public. Hawthorne, N. (1850 : 7)

(30) It seems remarkable that Gershwin’s Porgy and Bess should have to be the object of rediscovery. The Independent (1989)

(31) It is sad that a pub should turn you away simply for the kind of fashion you decide to adopt, particularly since you had been an accepted customer for some years. Liverpool Daily Post and Echo.

(32) It’s odd that I should remember that now, because I didn’t connect the two incidents at the time. Bartlett, N. (1990)

  • 10 Chuquet, H. (1991 : 181-182).

41L’intérêt de cette paraphrase est qu’elle met en évidence un autre paramètre : le thème à propos duquel il est prédiqué /be remarkable/, /be sad/, /be odd/. Dans cette structure, la relation prédicative servant de repère constitutif est représentée sous la forme d’une proposition conjonctive. Celle-ci est postposée pour être placée à côté de l’adjectif appréciatif, ce qui permet de renforcer l’appréciation : remarkable /sad / odd that [...].Elle représente une notion complexe, que l’on peut mentionner sous la forme ‘the fact that […]’ correspondant à une relation prédicative préconstruite, validable10 :

(32a) the fact that I should remember that = <I, remember that>

42Comme l’indique la présence de la modalité should, le thème ne fait pas l’objet d’une assertion, il conserve sa valeur de préconstruit. Il est repris par la proforme nominale it, qui remplit la place du sujet grammatical. C’est à propos de ce repère constitutif qu’il est asserté : is odd. Seule la valuation – ici /be odd/ - est assertée par une prise en charge modale explicite : l’énonciateur asserte une valuation sur du validable.

43On trouve, en revanche, un bon nombre d’énoncés dans lesquels le repère constitutif est présenté comme déjà asserté. Comparons :

(33) “But what about us?” “Ah... it’s funny that you should mention that,” he murmured. Lynch, M., Lyons, M. (1992)

(34) Arm-in-arm back down the hill, kids hanging on one at each side. Funny that the kids are so quiet, usually after a day cooped up in there they’re jumping around all over the place. Wandor M. & al. (1978)

44Dans les deux cas, la relation prédicative qui sert de repère constitutif représente une situation qui a été vérifiée, comme l’indique le co-texte gauche en (33) : l’interlocueur a bien mentionné l’idée en question (“But what about us ?”) ; et en (34) : les enfants sont bras dessus-bras dessous (Arm-in-arm). Dans le premier cas, le thème est présenté sous la forme d’un préconstruit (should mention) car l’énonciateur s’intéresse au principe même et donc à la notion, sur laquelle il fait un commentaire appréciatif ; dans le deuxième cas, le thème est présenté sous la forme d’un fait asserté renvoyant à la situation réelle (are so quiet) sur laquelle il fait un commentaire rétrospectif.

45Autres exemples de valuation sur un fait présenté comme asserté, que la situation soit générique ou spécifique :

(35) “Children who have to steal to eat [...].” “It is surprising that any survive,” Catherine remarked. Harrison, R. (1991)

(36) It was odd enough that my servant did not make his appearance, after such particular orders. Ambrose, thought I to myself, my devout Ambrose is either at church, or abominably lazy this morning. Lesage, A. (1715)

46Ainsi, deux positions de l’énonciateur vis-à-vis du repère constitutif, qui a un statut thématique, comme l’indique la présence de la proforme en it.

3.2. Absence de enough : valuation appréciative

  • 11 Nous éliminons ici les cas d’ambiguïté (‘manière’, ‘subject-oriented’) levée par la présence de eno (...)

47A ces structures, s’oppose l’emploi de l’adverbe de phrase seul11, non modifié par enough :

(37) Curiously, he did not collapse but simply went rigid. He did not respond to comments made to him over his headphones. Times (1991)

(38) Interestingly, he won only by at last turning nasty. Ibid.

(39) A fair enough point on the face of it, but oddly, this argument is not applied to other areas of taxation. Ibid.

  • 12 On s’aperçoit que c’est une semi-indépendance.

48On constate le statut Thématique de la relation prédicative assertée, sur laquelle porte l’appréciation : il n’y a aucune hiérarchisation (*it), seulement apposition du jugement appréciatif et de l’élément jugé. H. Chuquet remarque à ce sujet que l’indépendance syntaxique12 de l’adverbe par rapport à l’ensemble de l’énoncé est une forme économique utilisée dans la presse qui permet « d’adjoindre un jugement appréciatif (attribuable à So, mais pas explicitement ; d’où la possibilité de l’interpréter comme attribuable à tout So) ». On a ici une simple qualification du contenu de l’assertion (curious, interesting, odd), que l’on peut d’ailleurs moduler en intensité :

(40) More understandably, perhaps, persistent smokers whose habit has caused circulation problems in their legs are refused surgery until they quit. Times (1991)

(41) Quite understandably, they didn’t want to do it again this year, [...] Ibid.

3.3. Adjonction de enough : accès explicite à l’assertion stricte

49Si on adjoint le degré enough à ces adverbes de phrase, on constate qu’il y a davantage qu’une simple valuation : l’énonciateur intervient directement dans son énoncé en attribuant à la valuation un degré suffisant selon ses propres critères : enough [for me],

(42) Astonishingly enough, the bridge was always open, day or night. Even with the captain in charge, anyone was at liberty to walk in and inspect the chart or the many instruments. Times (1990)

50Lorsqu’il est associé à un adjectif, enough représente le degré atteint dans l’échelle graduelle associée à la notion, comme c’est le cas par exemple avec la propriété appréciative/be odd/ : it’s odd enough. Dans ce cas il déclenche l’entrée en F (Frontière) de la notion gradable. En revanche, lorsqu’il est associé à un adverbe de phrase, comme c’est le cas en (43), il ne déclenche pas l’entrée en F qui impliquerait un dosage sur l’appréciation, paraphrasable en : it’s quite / rather astonishing that [...]. Ce n’est pas l’interprétation que l’on donne ici.

51A quelle opération enough permet-il d’accéder, si ce n’est l’entrée dans la notion associée ?

  • 13 Le Queler, N. (1991 : 62) : « Les adverbes de phrase échappent à la négation. On ne s’étonnera donc (...)

52Il est intéressant de constater que l’adverbe de phrase fonctionne toujours dans des énoncés assertés. En effet, il est incompatible avec les autres modalités assertives, telles que la question (*Astonishingly [enough], was the bridge open ?), l’hypothèse et l’injonction. Seule la négation est compatible, puisqu’elle relève de l’assertion stricte13.

53Puisqu’il est indissociable de l’assertion stricte, c’est qu’il est lié implicitement au jeu entre les deux valeurs possibles (positive et négative) du prédicat.

54Nous avons remarqué que les adverbes de phrase compatibles avec enough sont des valuatifs appréciatifs ou des adverbes de conviction. Qu’ont-ils en commun qui permette ce jeu sur les valeurs du prédicat ?

  • 14 Gezundhajt, H. (2000 : 261) : « Tous les adverbes à valeur appréciative ont ceci en commun qu’ils m (...)

55Les nombreuses occurrences d’appréciatifs comme oddly, strangely, et les adverbes de conviction comme par exemple incredibly, surely contiennent dans leur sémantisme une idée de dissociation14, qui revient à dire : ‘surprenant, incroyable, ne correspond pas à ce qui est attendu’. Il y a en effet non congruence entre ce qui est constaté dans un premier temps (préconstruit) et ce qui est asserté dans un second temps : il y a altérité entre ces deux valeurs.

(43) He returned, and she talked of the murder. Oddly enough, it was an easy topic. Forster, Ε. M. (1908)

56L’énoncé asserté it was an easy topic résulte du choix exclusif, par l’énonciateur, de la valeur prédicative positive /be easy topic/. La valeur complémentaire négative/not be/est exclue au moment du centrage sur /be/. On constate que ce choix ne va pas de soi, qu’il n’est pas en congruence avec la situation explicitée dans le co-texte gauche. En effet, la notion /talk of murder/ implique logiquement que la valeur négative /not be easy topic/ est privilégiée, étant donnée la valeur dépréciative liée à cette notion.

57Il semble que la présence de enough nous fasse passer de la simple appréciation sur une relation prédicative à une prise de position forte car contradictoire. Ce degré déclenche explicitement l’assertion stricte, le choix de la valeur altérée, non privilégiée au départ.

58Il n’est donc pas surprenant que les adverbes de conviction se prêtent à ce jeu. Ils explicitent l’incrédulité de l’énonciateur (incredibly) ou son besoin de confirmer (surely) ou non (naturally) :

(44) Insulation, incredibly enough in our climate, did not get housing subsidy and so is primitive or non-existent. Campbell, B. (1985)

(45) Surely enough, a note awaited us at Baker Street. A Government messenger had brought it posthaste. Doyle, Sir Α., C. (1908)

(46) Naturally enough the French were furious, and protested bitterly to the War Office. Harman, N. (1980)

59En mentionnant la propriété /be natural/ que, puisque c’est le cas, il semblerait inutile de mentionner, l’énonciateur signale qu’on aurait pu penser au départ que ce n’était pas quelque chose de naturel.

60Nous rejoignons ici partiellement la remarque de Schreiber concernant la position de l’énonciateur : “Thus the function of the adjunct enough is to provide a degree of validity sufficient to assure that the associated predication is a true statement”. On a remarqué cependant que la prédication est présentée comme vraie avec l’adverbe seul qui dans ce cas se limite à apporter une appréciation sur un fait attesté. Il semblerait plutôt que la présence de enough est due à un contexte oppositif et qu’elle participe au renforcement de l’assertion, comme l’illustre l’emploi de did dans l’énoncé suivant :

(47) Other senators, responding to Mr Poher’s insistence that his age was irrelevant, said in that case, why not vote for Senator Geoffroy de Montalembert, who is only 91 and was first elected in 1945. (Mysteriously enough, one senator did vote for Mr Montalembert in the first two ballots; no prizes for guessing who.) But the others didn’t want an entirely new hand on the helm, so they gave it back to Poher. Marnham, P. (1989)

3.4. Altérité

61L’altérité que nous avons mise en évidence permet d’expliquer la valeur concessive signalée par Quirk dans sa note sur odd enough, et que nous trouvons dans la traduction chez Oxford : curiously enough, I like her (aussi bizarre que cela puisse paraître, je l’aime bien). C’est un commentaire explicite oppositif : l’énonciateur concède et, même si la situation ne s’y prête pas, il y oppose un fait qu’il asserte. La valeur altérée est souvent présente dans le co-texte, sous différentes formes :

  • Adversatif (yet, but, still, however) :

(48) Yet, singularly enough, there is an incidental reference to this very subject in what I am now about to say to you. Times (1990)

(49) Obviously there are areas of society in the North where I wouldn’t expect them to be big fans of mine. But interestingly enough, I have actually, in recent times, had communications from Loyalist prisoners, which quite surprised me.

Marek Kohn, Songs of the South

(50) Still, amusingly enough, for the finer finishing work for example, to shape a man’s nose or a horse’s ear he uses an ordinary, household, electric iron. Times (1990)

(51) Awkwardly enough, however, it happens literally to be true. Ibid.

  • Concessive elliptique :

(52) Curiously enough, although subtitled “a literary biography”, it is weakest on Pasternak’s work. Ibid.

  • Commentaire sur le caractère inattendu :

(53) Does the overall picture make sense? Surprisingly enough, it does. One would hardly expect them to shine in the context of Hockney, [...] Ibid.

  • Jeu sur des notions opposées :

(54) He would have liked his wife to glide over the point. But strangely enough, now that she was face to face with him and although an hour before she had almost invented a scheme for pleasing him, Isabel was not accommodating, would not glide. James, H. (1881)

(55) There were moments when he felt almost sorry for her; and these, oddly enough, were the moments when his kindness was least demonstrative. Ibid.

(56) I knew he would not change, and I did not want him to; I like him best when he looks a mess. I like the effect we create together, he so aggressive, I so formal. Oddly enough, he was wearing a tie. He does, sometimes. Drabble, M. (1964)

3.5. Le cas de la négation

62On constate que enough ne peut fonctionner avec un adverbe de phrase nié :

(57) It is a kind of mystery tour, with an unimaginable destination; not surprisingly many pupils fall asleep or jump off during the journey.
Flude, M., Hales, M., Cosin, B. (1989)

63On ne peut pas adjoindre enough à l’ensemble adverbial ici (*not surprisingly enough), car la négation concernerait le degré (not enough) et renverrait à une insuffisance dans la notion associée, provoquant un blocage : *it’s not surprising enough that [...]. Il en est de même pour too, qui renvoie à la zone altérée de l’excès : *it’s too surprising that [...]. Puisque la surprise n’est pas suffisante (ou trop forte) pour y opposer une assertion, alors il n’y a pas lieu d’asserter. Ce blocage est contradictoire avec l’idée d’accès véhiculée par enough.

  • 15 Chuquet, H. (1991 : 185, note 17) : « Ou plus précisément, lorsque la qualification adjectivale déj (...)

64Cependant, enough est compatible avec des adverbes affixés en un-, in-, car la négation ne peut s’associer à enough puisqu’elle forme un bloc avec l’adjectif négatif15. L’interprétation en not enough est bloquée. L’intérêt de la présence de cette négation, c’est qu’elle s’oppose explicitement à la valeur complémentaire positive : ce qui est inattendu s’oppose à un préconstruit attendu ; ce qui est inhabituel s’oppose à ce qui est habituel, etc. :

(58) [...] during part of this time he was busy preparing lectures on Plato and, unexpectedly enough, on Latin epigraphy. Silk, M. S., Stern, J. P. (1981)

(59) My first guest is a 26-year-old former Chippendale, who says that he loved being treated like a rock star. [...] He’s now, unusually enough, attending chiropractic school in Atlanta in Georgia, and is engaged to one of his adoring fans, a woman he met, incidentally, at Chippendales. Chippendales exposed: Naked truth (1993)

(60) Carter, unsurprisingly enough, was not the boss’s favorite for the election. The boss supported a man named Homer Moore, who had, in a sense, already been elected to the seat. Fallows, J. (1992)

(61) Dr Girouard asserts, unexceptionably enough, that “townscape is a form of landscape”. Times (1990)

(62) The transformation of the Guinness family company and fortune began, inauspiciously enough, in the summer of 1981 in the pleasant Swiss lakeside. Ibid.

65Pour ce qui concerne les adverbes de conviction, ceux-ci sont incompatibles avec la négation :

* Unbelievably, he was staying with us again.

  • 16 Incredibly n’a pas le même comportement : voir l’énoncé Incredibly, these tanks had no proper wirel (...)

66En effet, l’énonciateur ne peut pas se poser comme asserteur d’un fait dont il déclare ne pas être garant : unbelievable signifie ‘something I can’t believe’16. La présence de enough est donc contrainte :

(63) His last illness was the most violent, and his doctors were astounded that he survived it. He was, unbelievably enough, staying with us again. Lipman, M. (1990)

67Il y a un degré suffisant d’incrédulité due aux circonstances, qui s’oppose à ce qui est asserté, mais qui n’empêche pas l’assertion. L’incrédulité totale la bloquerait.

  • 17 Goes, J. (1999 : 66).

68Par opposition, le cas particulier de certains adverbes de phrase dérivés d’un adjectif non gradable peut s’expliquer. Ils expriment « un sommet qu’on ne saurait dépasser »17. C’est ce haut degré qui permet l’opposition. En effet, une occurrence prédiquée comme unique (c’est un fait unique), s’oppose aux autres occurrences de la classe ; de même, un fait sorti de l’ordinaire (extraordinary) s’oppose aux autres :

(64) Uniquely enough, in Cajun, après is also used to create the continuing present tense in the conjugation of verbs. Daigle J., O. (1992)

(65) Extraordinarily enough for a couple who were supposed to be at such odds, they seem to have no problem over their conversation. McCallum, Κ. (1993)

69La valeur privilégiée, dans le préconstruit, est assertée. On lui oppose un fait considéré comme attesté :

(64a) There is no such case, except in Cajun (where you can find one)
(65a) Usually it’s not the case.
Yet this one is particular.

4. L’incidence

  • 18 Gezundhajt, H. (2000 : 90) : « Ce que marquent les adverbes, ce sont des types de subjectivité qu’u (...)

70L’incidence dans la structure permet de comprendre ce que l’énonciateur asserte par opposition : ce peut être la relation prédicative entière ou un de ses arguments. Mais quelle que soit l’incidence, elle est le choix de l’énonciateur18.

  • 19 Guimier, C. Adverbes et Structuration du discours.

71La position initiale permet d’asserter une relation prédicative par opposition à une autre préassertée, tout en portant sur elle une valuation. La présence de enough avec l’adverbe sert alors de lien relationnel avec le co-texte gauche. Il permet un enchaînement au niveau discursif. Un élément du co-texte gauche sert de repère à l’adverbe, et enough permet l’accès à l’assertion. Comme l’adverbe de domaine étudié par C. Guimier19, « il crée un lien avec l’amont ».

  • 20 Charolles, M. (2003 : 20), cité par C. Guimier : « Les adverbiaux postposés ont tendance à être rat (...)

72En position finale, il joue le même rôle au niveau de la prédication20, si ce n’est que la relation prédicative est assertée avant d’être modalisée. Enough associé à l’adverbe permet alors un lien avec le dire, en justifiant, prospectivement, le choix assertif qui vient s’opposer à ce qui était attendu :

(66) “Photojournalism has always been centered in Paris, ever since the great days of Paris-Match, and it still is, oddly enough. You’d think it would be New York, but Paris is the red-hot center.” Krantz, J. (1990)

  • 21 C. Molinier, cité par Gezundhajt, H. (2000 : 178) : « un adverbe place à droite du verbe ou de l’au (...)

73En position interne à la structure, l’adjonction de enough désambiguïse l’adverbe21 en lui permettant de fonctionner comme adverbe de phrase pour modaliser, à sa gauche, l’argument du groupe verbal ou le groupe verbal dans son entier. Il est alors considéré en position initiale par rapport au segment modulé.

74Lorsque l’adverbial porte sur le GV, le choix du GN sujet est congru (il n’est pas remis en cause) car en correspondance avec ce qui est attendu. Ce qui est posé comme incongru, c’est le choix de la valeur prédicative que l’énonciateur lui associe :

(67) The third pupil was Sandra Fairfax and she had surprisingly enough come through Matthew. Raymond, M. (1985)

75De même dans l’énoncé suivant, le sujet the crisis, anaphore lâche, est associé à un prédicat qui ne va pas de soi :

(68) The 12,000 American troops in Panama remained on the highest state of alert and largely confined to their bases. The crisis, ironically enough, coincided with the US military’s ‘Hispanic Awareness Month.’ McGreal, C. (1989)

76Lorsque l’adverbial porte sur l’argument objet du groupe verbal, c’est le choix de ce dernier qui est présenté comme incongru (69), ou justifié (70) à la suite de la préconstruction d’une orientation opposée :

(69) Another occasion on which the British attitude to animals led to self-censorship involves, bizarrely enough, the new Nobel Laureate Camilo Jose Cela. Rushes (1989)

(70) [...] they emphasize the reality of individual achievement (rather than its annoying confusion) in order to avoid (and fairly enough) the charge of racism. Gould, S., J. (1995)

77De même pour le choix des notions représentées par un groupe prépositionnel ou un groupe adjectival :

(71) Now we have A Sense of Guilt, while in March an anthology of short stories will be published, to be called, appropriately enough, Triangles. Times (1990)

(72) He got a blurred impression of her finecolor, the violets she wore, her white gloves, and, curiously enough, of her veil, as she turned up a flight of steps in front of him and disappeared. Wollstonecraft, M. (1798)

(73) My sister Sarah, with all the advantages of youth, was, strangely enough, less pliable. Collins, W. (1860)

CONCLUSION

  • 22 De manière comparable en certains points avec les adverbes de domaine étudiés par C. Guimier.
  • 23 Voir à ce propos l’étude de G. Deléchelle 1996.

78Quelle que soit son incidence, enough associé à l’adverbial sert le lien discursif entre le co-texte avant et la suite du discours. En position finale, il justifie ce lien. Même oppositif, ce lien existe. C’est le co-texte avant, dans lequel se trouve la valeur privilégiée au départ, qui permet la cohésion discursive. Il y a donc une forme de frayage22, dans le co-texte avant, qui prépare l’arrivée du discours oppositif. L’adverbial a également un caractère métadiscursif23 car il permet à l’énonciateur de faire partager sa conviction au co-énonciateur.

  • 24 Moreau, C. 2005.
  • 25 Moreau, C. 2006.

79D’une manière plus générale, pour ce qui concerne les différents emplois de l’adverbe de degré enough, et la valeur d’accès qu’on lui a associée, cet adverbe semble bien fonctionner de manière régulière, tant au niveau de la structuration du dit (l’énoncé) - que le repère soit explicite24 ou implicite25 - qu’au niveau de la structuration et de la cohésion du discours.

Top of page

Bibliography

Borillo, A. 1976. « Les adverbes et la modalisation de l’assertion », Langue Française, Vol. 30, Paris : Larousse, pp. 74-89.

Charolles, M., 2003. « De la topicalité des adverbiaux détachés en tête de phrase », Travaux de Linguistique, Vol. 47, pp. 11-42.

Chuquet, H., 1991. « Problèmes soulevés par la traduction de certains adverbes ‘évaluatifs’ de l’anglais vers le français », Les Etats de l’Adverbe (1), Travaux linguistiques du CerLiCO, Vol. 3, Presses Universitaires de Rennes 2, pp. 161-188.

Delechelle, G., 1995-1996. “Simply, un adverbe pas si simple”, SIGMA n° 17-18, C.E.L.A., pp. 131-148.

Gezundhajt, H., 2000. Adverbes en -ment et opérations énonciatives. Sciences pour la communication, 59, Peter Lang.

Goes, J. 1999. L’adjectif. Entre nom et verbe. Bruxelles : Duclot.

Greenbaum, S. 1969. Studies in English Adverbial Usage, London : Longmans.

Guimier, C., 1988. Syntaxe de l’adverbe anglais, Presses Universitaires de Lille.

Guimier, C., 2007. « Adverbe et structuration du discours », Les Connecteurs, jalons du discours, CELLE, Α., GRESSET, S. & HUART, R., (Dir.), Sciences pour la communication, Vol. 82, Peter Lang, pp. 43-70.

Guimier, C. & Larcher, P., (Dir.), 1991. Les Etats de l’Adverbe (1), Travaux linguistiques du CerLiCO, Vol. 3, Presses Universitaires de Rennes 2.

Jackendoff, R., 1972. Semantic Interpretation in Generative Grammar, Cambridge, MA : MIT Press.

Le Queler, N., 1991. « Niez l’adverbe, il en restera autre chose », Les Etats de l’Adverbe (1), CerLiCO, Vol. 3, Presses Universitaires de Rennes 2, pp 59-75.

Molinier, C., 1990. « Une classification des adverbes en –ment », Classification des Adverbes, Langue Française, Vol. 88, Paris : Larousse, pp. 28-40.

Moreau, C., 2005. « Enough, le degré qui rend possible », Intensité, Comparaison, Degré 2, Travaux linguistiques du CerLiCO, Vol. 18, Presses Universitaires de Rennes 2, pp l91-209.

Moreau, C., 2006. « Altérité et valuation dans les emplois absolus de enough et too », Le Qualitatif, Cycnos, Vol. 23, 1, Nice, pp. 213-231.

Quirk., R., Greenbaum, S., Leech, G., & Svartvik, J., et al., 1985. A Comprehensive Grammar of the English Language, London : Longman.

Schreiber, P., 1971. “Some Constraints on the Formation of English Sentence Adverbs”, Linguistic Inquiry, Vol. 2, pp 83-101.

Wyld, H., 2001. Subordination et Enonciation, Cahiers de Recherche en Grammaire Anglaise, Numéro spécial, Paris : Ophrys.

REFERENCE DES CITATIONS

Anthony, E., No Enemy but Time, 1987, UK : Hutchinson.

Bartlett, N., Ready to Catch him should he Fall, 1990, London : Serpent’s Tail [BNC AR2 238].

Campbell, B., Wigan Pier Revisited, 1985, London: Virago Press Ltd [BNC EGO 646].

Collins, W., The Woman in White, 1860 [Project Gutenberg].
Culturevulture.net, http://www.culturevulture.net/Movies/Rent.htm.

Daigle, Msgr. J., O., Cajun Self-Taught, 1992, Swallow Publications, Inc.

Doyle, Sir Α., C., The Adventure of the Bruce-Partington Plans, 1908 [Project Gutenberg].

Drabble, M., The Garrick Year, 1964, Harmondsworth : Penguin.

Fallows, J., Plains Talk, Washington Monthly, Vol. 24 Issue 11, p 43, 1992 [COCA].

Finnis, J., “Shameless Acts in Colorado : Abuse of Scholarship in Constitutional Cases,” Academic Questions, Vol. 7, N° 4, page 10, Fall, 1994.

Flude, M., Hales, M., Cosin, B. (eds.), School, Work and Equality, 1989 School, Work and Equality. Sevenoaks, Kent : Hodder & Stoughton Ltd, 1989 [BNC CN5 784].

Forster, Ε., M., A Room with a View, 1908 [Project Gutenberg].

Gould, S., J., Ghosts of Bell Curves Past, 1995, Vol. 104, N° 2 ; p.2 [COCA], Harman, Ν., Dunkirk: the Necessary Myth, 1980, London: Hodder & Stoughton.

Harrison, R., Patently Murder, 1991, Harrison, Ray. London : Constable & Company Ltd [BNC ANL 1938].

Hawthorne, N., The Scarlett Letter, 1850, Penguin Classics, 2003, p.7.

Hutson, S., Captives, 1992 [BNC G01 3565],

James, H., The Portrait of a Lady, 1881 [Project Gutenberg].

Kipling, R., The Jungle Book, 1894 [Project Gutenberg].

Kohn, M., Songs of the South.

Krantz, J., Dazzle, 1990, New York : Crown Publishers [COCA]

Lesage, A.-R., Gil Blas, Traduction, Ch. XVI, 1715-1735, http://www.exclassics.com/gilblas/gil21 .htm.

Lipman, M., Thank You for Having Me, 1990, London: Robson Books Ltd [BNC H9Y 1673] Liverpool Daily Post and Echo, Social material [BNC K4L 444]

Lowry, R., “John Mc Perot”, RealClearPolitics, September 26, 2008. http://www.realclearpolitics.com/articles/2008/09/john_mcperot.html.

Lynch, M., Lyons, M., Double Fire. Richmond, Surrey : Mills & Boon, 1992 [BNC JXX 2581]

McCallum, K., Driven by Love, 1993. Richmond, Surrey : Mills & Boon, 1993 [BNC HGM 1025]

MCGreal, C., “Noriega threatens to fight ‘enemies within’”, Panama City [Independent, electronic edition of 19891007], London : Newspaper Publishing plc, 1989, Foreign material [BNC A3D 385]

Mamham, P., “Out of France: A curious institution where the pendulum never swings”, [Independent, electronic edition of 19891004], London: Newspaper Publishing plc, 1989, Foreign material [BNC A28 227]

Nabb, M., Death in Springtime, UK: Collins, 1989 [BNC CJX 2789].

Raymond, M., The Divided House 1985, UK : F A Thorpe (Publishing) Ltd, [BNC J54 1212].

Silk, M., S., Stern, J., P., Nietzsche on Tragedy, Cambridge : Cambridge University Press, 1981 [BNC H0N 923]

Twain, Μ.,Α Connecticut Yankee, 1889 [Project Gutenberg]

Wandor, M., Miner, V., Fairbains, Z., Roberts, M., Maitland, S., Tales I tell my Mother, London: The Journeyman Press, 1978 [BNC BP8 179]

Wollock, C., Kingdoms of the East, London: Boxtree, 1991 [BNC CK2 859] Wollstonecraft M., Maria, or the Wrongs of Woman, 1798 [Project Gutenberg]

CORPUS ORAL

Chippendales exposed: Naked truth, 1993, (spoken) [COCA]

14 conversations (Audrey) PS1A9, 1992 [BNC KBC 3552]

CNN King, Frost Discusses Royal Family, 1997 [COCA]

Reporter’s Notebook: Flag Day, 1990 (spoken).

Today. London: News Group Newspapers Ltd, 1992 [BNC AlΒ 110]

U.N. Inspectors Report to Council (spoken), CNN 2003 [COCA]

CORPUS ELECTRONIQUES

British National Corpus (BNC) : http://www.natcorp.ox.ac.uk

Corpus of Contemporary American English (COCA) : http://www.americancorpus.org

Project Gutenberg : http://www.gutenberg.org

Times, années 1990 et 1991.

Top of page

Notes

1 Quirk, R. et al. (1985 : 629, note [b])

2 Jackendoff, R., 1972.

3 Adverbes de point de vue chez C. Guimier ; style disjuncts ou subjuncts chez R. Quirk et al.

4 Value judgment subjuncts chez R. Quirk et al.

5 Goes, J., (1999 : 66).

6 Guimier, C. (1988 : 271).

7 Schreiber, P. (1971 : 99) cité par Guimier, C. (1988 : 271).

8 Moreau, C. (2006 : 198-199).

9 Rivara, R. (1993 : 41) : ‘Les emplois dits (syntaxiquement) absolus des adjectifs [...] sont caractérisés par l’absence de référence à un comparant. [...] Les normes qu’ils mettent en jeu restent implicites’.

10 Chuquet, H. (1991 : 181-182).

11 Nous éliminons ici les cas d’ambiguïté (‘manière’, ‘subject-oriented’) levée par la présence de enough.

12 On s’aperçoit que c’est une semi-indépendance.

13 Le Queler, N. (1991 : 62) : « Les adverbes de phrase échappent à la négation. On ne s’étonnera donc pas que ni leur valeur sémantique ni leur portée ne soient modifiées par la négativation de l’énoncé. »

14 Gezundhajt, H. (2000 : 261) : « Tous les adverbes à valeur appréciative ont ceci en commun qu’ils marquent une altérité avec une norme correspondant aux attentes de l’énonciateur ».

15 Chuquet, H. (1991 : 185, note 17) : « Ou plus précisément, lorsque la qualification adjectivale déjà affectée du comparatif (more ADJ) se voit assigner une fonction adverbiale par l’adjonction au bloc déjà constitué du suffixe –ly (nous devons cette précision à P. Cotte) ».

16 Incredibly n’a pas le même comportement : voir l’énoncé Incredibly, these tanks had no proper wireless.

17 Goes, J. (1999 : 66).

18 Gezundhajt, H. (2000 : 90) : « Ce que marquent les adverbes, ce sont des types de subjectivité qu’un énonciateur pourra faire porter sur un objet (clément ou énoncé entier) au moyen de l’incidence et non le contraire ; ce n’est pas l’incidence qui crée le type de modalité. »

19 Guimier, C. Adverbes et Structuration du discours.

20 Charolles, M. (2003 : 20), cité par C. Guimier : « Les adverbiaux postposés ont tendance à être rattachés à la prédication ».

21 C. Molinier, cité par Gezundhajt, H. (2000 : 178) : « un adverbe place à droite du verbe ou de l’auxiliaire, même détaché dans la diction, sera obligatoirement interprété comme adverbe de manière orienté vers le sujet et jamais comme adverbe de phrase orienté vers le sujet, dans le cas où, en tant qu’élément lexical, il peut modifier le verbe en question. »

22 De manière comparable en certains points avec les adverbes de domaine étudiés par C. Guimier.

23 Voir à ce propos l’étude de G. Deléchelle 1996.

24 Moreau, C. 2005.

25 Moreau, C. 2006.

Top of page

References

Bibliographical reference

Catherine Moreau, « Enough et la modalisation de l’assertion », Anglophonia/Sigma, 13 (26) | 2009, 151-169.

Electronic reference

Catherine Moreau, « Enough et la modalisation de l’assertion », Anglophonia/Sigma [Online], 13 (26) | 2009, Online since 13 December 2016, connection on 23 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/887 ; DOI : 10.4000/anglophonia.887

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org