Skip to navigation – Site map

Polysémie de HOW dans la King James Version

Mathilde Pinson
p. 171-194

Abstract

This paper aims at analyzing the various functional and semantic values attributed to the morpheme how in the King James Version of the Bible (KJV), some of which are not prototypical (complementizer, causal interrogative adverb, interrogative pronoun and adverbial relative). In view of the complex semantic and functional network of how, it is necessary first to establish what decoding problems were experienced by the readers. As will be shown, almost each type of how can be misinterpreted in some contexts and quite often only the comparison with other English versions of the Bible, or with the Latin, Greek or Hebrew versions, enables one to interpret the text accurately. The translators seem to have been aware of the interpretation difficulties that this polysemy entailed, because they often managed to limit them by adding material to the communicatively deficient morpheme (e.g. how that, how is it that). The origin of the two main non-prototypical uses of how will then be examined, and it will be demonstrated that conjunctive how is endogenous, while the source of causal how is mainly exogenous. Finally, it will be shown that the causal value of how has not disappeared altogether from Present-Day English, contrary to what the Oxford English Dictionary indicates, and it will be hypothesized that the use of causal how in Scottish Vernacular English is related to that in the KJV.

Top of page

Full text

1Cette étude a pour but d’analyser les différentes valeurs sémantiques et fonctionnelles du morphème how dans la version de la Bible dite du roi Jacques, publiée en 1611 (KJV). Comme on le sait, cette version, qui correspond à la période de l’anglais de la Renaissance, mais qui est écrite dans une langue se démarquant volontairement de celle employée à l’époque, a eu un rayonnement considérable et son influence se fait toujours ressentir aujourd’hui, surtout sur le plan stylistique. Après avoir identifié les différentes valeurs sémantiques de how dans la Bible de 1611, dont certaines sont assez méconnues, nous allons dans un premier temps tâcher d’établir quels sont les problèmes posés par la polysémie de ce morphème et d’identifier les moyens auxquels les auteurs de cette version ont eu recours pour prévenir ces difficultés d’interprétation. Par la suite, nous tenterons d’expliquer l’origine de la polysémie de how et nous verrons dans quelle mesure cette version de la Bible a influencé l’anglais parlé aujourd’hui.

1. Valeurs de how dans la KJV : sens et natures multiples

1.1. Adverbe de degré

2Dans un grand nombre des cas, how est un adverbe de degré, qui porte sur un autre adverbe, un adjectif ou un quantifieur. Cet emploi de how, très répandu, est toujours en vigueur et pose relativement peu de problèmes. Nous nous contenterons de mentionner qu’il peut se trouver dans des phrases interrogatives :

(1) How oft shall my brother sin against me, and forgive him? (Matthew 18: 21)
(2)
How many times shall I adjure thee? (1 Kings 22:16)

3ou dans des phrases exclamatives. Dans les tournures exclamatives, à la différence de l’anglais moderne, on a recours à une inversion de l’ordre sujet - auxiliaire :

(3) How forcible are right words! (Job 6: 25)

4On emploie également how dans des exclamatives ayant pour portée la prédication elle-même, toujours avec une inversion sujet - auxiliaire :

(4) How are the mighty fallen! (2 Samuel 1:19)

5Quand une proposition de type exclamatif est indirecte, on retourne à l’ordre S-V-O, comme en anglais moderne :

(5) Remember how short my time is. (Psalms 89: 47)

6L’ordre des mots d’une exclamative fonctionnait donc à l’époque de façon tout à fait similaire à celui des interrogatives.

1.2. Adverbe de moyen-manière

7Hormis le how adverbe de degré, qui ne nous intéresse pas directement ici, se trouve le how adverbe exprimant le moyen ou la manière. Ces deux notions sont intimement liées, mais peuvent tout de même être distinguées.

  • moyen :

(6) How can I myself alone bear your cumbrance, and your burden, and your strife? (Deuteronomy 1: 12)

  • manière :

(7) Consider the lilies how they grow: they toil not, they spin not. (Luke 12: 27)

  • 1 Cette recherche a été effectuée sur l’intégralité de la KJV grâce au site Internet http://www.allst (...)

8Ces deux notions constituent la valeur de base de how et concernent environ 50 % des cas de how dans la KJV, si l’on exclut le how adverbe de degré (137/280)1

1.3. How conjonctif

1.3.1. Règles d’emploi du how conjonctif dans la KJV

9Parmi les types de how non prototypiques, on compte le how conjonctif, auquel on peut substituer that. On comprend assez aisément comment le how adverbial a pu devenir conjonctif. En vieil anglais, un certain nombre de vocables étaient à la fois adverbes et conjonctions ; d’abord adverbes, ils ont été employés comme conjonctions quand les locuteurs ont eu besoin de multiplier les ressources hypotactiques de l’anglais. On peut citer à titre d’exemple δa, qui signifie alors quand il est adverbe et lorsque quand il est conjonction, swa, signifiant à la fois ainsi (adverbe) et comme (conjonction), ainsi que δēah : cependant (adverbe) et bien que (conjonction).

10D’après l’Oxford English Dictionary (OED), la première occurrence de ce how conjonctif date d’environ 1000 et se trouve chez Ælfric. Elle est cependant totalement absente de la version de la Bible de Wycliffe (1384). On peut par exemple confronter la version de Luc 21 : 5 de Wycliffe (8a) et celle de la KJV (8b) :

(8a) And whanne sum men seiden of the temple, that it was apparailid with gode stoonus and yiftis,

(8b) And as some spake of the temple, how it was adorned with goodly stones and gifts,

11La première question qui se pose concerne la distribution de ce how conjonctif : est-il toujours substituable à that ? Tout d’abord, bien sûr, la conjonction that employée dans des circonstancielles de but ne peut pas être remplacée par how :

(9) The Lord God hath given me the tongue of the learned, that I should know how
*
how
to speak a word in season to him that is weary.
(Isaiah 50: 4)

12De plus, la conjonction that doit être en position postverbale pour pouvoir être remplacée par how. Quand that est relatif, qu’il introduit une nominalisée apposée, comme dans the claim that they were equal, ou encore que la nominalisée qu’il introduit est sujet (extraposé ou non) ou complément de l’adjectif, il ne serait pas possible d’avoir how. That ne peut donc être remplacé par how que quand il introduit une subordonnée complétive au sens strict. Dans ce contexte, on peut tout d’abord penser que les deux morphèmes sont interchangeables, étant donné qu’ils peuvent être employés indifféremment dans les deux phrases suivantes, qui forment un binôme un peu comparable à une paire minimale :

(10a) For we have heard how the Lord dried up the water of the Red sea for you (Joshua 2: 10)

(10b) And it came to pass, when all the kings of the Amorites [...] heard that the Lord had dried up the waters of Jordan from before the children of Israel (Joshua 5:1)

13L’observation du corpus montre que le complémenteur how peut suivre des verbes de perception, comme en (10a) et en (11) :

(11) See ye how this son of a murderer hath sent to take away mine head? (2 Kings 6: 32)

des verbes de parole :

(12) Was it not told my lord what I did when Jezebel slew the prophets of the Lord, how I hid an hundred men of the Lord’s prophets by fifty in a cave, and fed them with bread and water? (1 Kings 18: 13)

des verbes dénotant la monstration :

(13) It hath fully been shewed me, all that thou hast done unto thy mother in law since the death of thine husband: and how thou hast left thy father and thy mother, and the land of thy nativity, and art come unto a people which thou knewest not heretofore. (Ruth 2: 11)

ainsi que des verbes de cognition :

(14) When therefore the Lord knew how the Pharisees had heard that Jesus made and baptized more disciples than John. (John 4: 1)

14L’emploi du how conjonctif, même si on le rencontre assez fréquemment - 19,6 % (55/280) des occurrences de how si l’on exclut l’adverbe de degré-, est toutefois statistiquement marginal comparé à that. Comment peut-on rendre compte de cette disparité d’emploi ? Il semble tout d’abord que des verbes comme think (dans le sens d’estimer) et believe, qui sont pourtant prototypiquement suivis d’une proposition complétive introduite par un complémenteur, ne soient jamais suivis du how conjonctif. On peut donc penser que how ne peut pas s’employer pour introduire un complément phrastique exprimant une croyance ou un jugement :

(15) For I have given unto them the words which thou gavest me; and they have received them, and have known surely that I came out from thee, and they have believed that thou didst send me. (John 17: 8)
                     *
how

(16) For let not that man think that he shall receive any thing of the Lord.
                                            
*how
(James 1: 7)

15Pour employer how, il faut donc, semble-t-il, que la proposition qui suit contienne une relation prédicative dont personne ne peut mettre en doute la validation. Quand on a recours à un verbe d’opinion, comme think ou believe, on admet qu’il est possible que d’autres personnes émettent un doute quant à la réalité de l’événement décrit. Alors qu’avec that, on se contente de poser l’existence de la complétive et –c’est d’ailleurs tout ce que l’on peut faire quand le verbe supérieur est think ou believe –, avec how, on passe à un deuxième niveau, où la valeur de vérité de la prédication complétive ne peut pas être remise en question.

  • 2 83 that ; 8 how ; 1 how that.
  • 3 337 that ; 8 how that ; 5 how.

16Outre cette contrainte sur le verbe régisseur, on constate une disparité d’emploi après un même verbe. Par exemple, les conjonctives après heard sont introduites par that dans 90,2 % des cas, et par how dans 8,7 % des cas (auxquels s’ajoute how that employé dans 1,1 %2 des cas). Après know, la proportion de how conjonctifs est encore plus réduite, car that y est employé dans 96,3 % des cas, how dans 1,4 % des cas (auxquels s’ajoute how that employé dans 2,3 %3 des cas). Une observation précise des complétives qui suivent des verbes comme know ou hear suggère que l’on ne peut pas employer how si le verbe qui suit renvoie à un état, ce qui participe à expliquer pourquoi le pourcentage de how est si faible. On peut à titre d’exemple comparer les deux énoncés qui suivent, avec know, et les deux suivants, avec hear :

(17a) When therefore the Lord knew how the Pharisees had heard that Jesus
                                                        
that
made and baptized more disciples than John,
(John 4: 1)

(17b) But, lo, he speaketh boldly, and they say nothing unto him. Do the rulers know indeed that this is the very Christ? (John 7: 26)
                          *
how

(18a) Now it came to pass, when Adonizedek king of Jerusalem had heard how Joshua
 
that
had taken Ai, and had utterly destroyed it; as he had done to Jericho and her king,
(Joshua 10: 1)

(18b) And it came to pass at the end of three days after they had made a league with them, that they heard that they were their neighbours, (Joshua 9: 16)
                                                          *
how

17Dans l’OED, on précise que le how conjonctif correspond à un sens affaibli (“weakened meaning”) de how. Bien qu’il n’exprime pas directement la manière, il n’a pas tout à fait perdu cette notion. Cela explique peut-être pourquoi il est moins compatible avec une proposition qui dénote un état :

(19a) *How is this the very Christ?
(19b)
*How were they their neighbours?

1.3.2. Aperçu de l’emploi du how conjonctif en anglais moderne : l’exemple de Virginia Woolf

18Le how conjonctif se retrouve encore en anglais moderne. Il n’est pas très fréquent et son emploi constitue une caractéristique assez idiosyncratique. Virginia Woolf, par exemple, est un des rares auteurs à y avoir souvent recours, et c’est pourquoi nous nous proposons de faire un bilan rapide de son emploi du how conjonctif (les extraits suivants proviennent, sauf mention contraire, de Jacob’s Room (1922)).

19On note tout d’abord que l’incompatibilité avec les verbes de jugement et de croyance persiste. Dans ce roman, believe est toujours suivi de that ou de ø et think n’est suivi de how que lorsqu’il dénote le processus mental du monologue intérieur et non un jugement.

20Dans certains cas, il est possible d’imaginer que how ajoute une légère nuance de manière affaiblie, mais ce n’est pas toujours envisageable. On dira en effet :

(20a) as you saw him coming towards you, you noticed how one knobbed black boot swung in front of the other; [...] how he leant forward.

21ou

(20b) as you saw him coming towards you, you noticed that one knobbed black boot swung tremulously in front of the other; [...] that he leant forward unsteadily

22mais normalement pas :

(20c) as you saw him coming towards you, you noticed how one knobbed black boot swung tremulously in front of the other; [...] how he leant forward unsteadily (p. 23-24)

23Sinon, les deux expressions de manière semblent redondantes. C’est pourtant bien la phrase (20c) que l’on trouve dans Jacob’s Room.

24De plus, chez Virginia Woolf, à la différence de la KJV, l’emploi du how conjonctif s’est élargi car il est devenu compatible avec un état :

(21) In order to buy one pair of elastic stockings for Mrs. Page, widow, aged sixty-three, in receipt of five shillings out-door relief and help from her only son employed in Messrs. Mackie’s dye-works, suffering in winter with his chest, letters must be written, columns filled up in the same round, simple hand that wrote in Mr. Letts’s diary how the weather was fine, the children demons, and Jacob Flanders unworldly, (p. 92-93)

25Dans les romans de Virginia Woolf, ce complémenteur est très fréquemment employé, au point de constituer en quelque sorte un trait distinctif de l’auteure :

  • 4 Il n’est d’ailleurs pas totalement à exclure que la KJV a joué un rôle dans ces choix stylistiques. (...)

(22a) Let us consider letters – how they come at breakfast, and at night, with their yellow stamps and their green stamps, immortalized by the postmark – for to see one’s own envelope on another’s table is to realize how soon deeds sever and become alien. Then at last the power of the mind to quit the body is manifest, and perhaps we fear or hate or wish annihilated this phantom of ourselves, lying on the table. Still, there are letters that merely say how dinner’s at seven; others ordering 4 coal ; making appointments.4 (p. 102)

(22b) Then, getting up, he parted the curtains, and saw, with astonishing clearness, how the Springetts opposite had gone to bed; how it rained ; how the Jews and the foreign woman, at the end of the street, stood by the pillar-box, arguing, (p. 123)

26Nous avons montré que that correspond à un premier niveau neutre, où l’on se contente de poser la relation prédicative exprimée par la complétive, tandis que how correspond à un deuxième niveau, une façon plus subjective d’appréhender la prédication. Ce n’est pas vraiment vers la manière qu’il faut rechercher la nuance ajoutée par how chez Virginia Woolf. L’énoncé suivant peut contribuer à mettre en lumière l’ajout sémique apporté par how. Dans la phrase suivante, la coordination met en parallèle un adverbe de degré dans une exclamative indirecte et un how conjonctif et met en avant, par ricochet, l’intensité de la prédication qui suit le deuxième how :

(23) The Scilly Isles now appeared as if directly pointed at by a golden finger issuing from a cloud; and everybody knows how portentous that sight is, and how these broad rays, whether they light upon the Scilly Isles or upon the tombs of crusaders in cathedrals, always shake the very foundations of scepticism and lead to jokes about God. (p. 54)

27En anglais moderne, où en tout cas chez Virginia Woolf, qui a très souvent recours à ce complémenteur, il semblerait donc que le how conjonctif apporte une nuance d’intensité que l’on pourrait en quelque sorte comparer à une espèce d’exclamation faible dans la phrase (20c), répétée ici en (24c). On pourrait donc imaginer que :

(24a) [Y]ou noticed how one knobbed black boot swung tremulously in front of the other; [...] how he leant forward unsteadily (p. 23-24)

28se trouverait en quelque sorte à mi-chemin entre :

(24b) [Y]ou noticed that one knobbed black boot swung tremulously in front of the other; [...] that he leant forward unsteadily

et

(24c) [Y]ou noticed how tremulously one knobbed black boot swung in front of the other; [...] how unsteadily he leant forward

29Le how conjonctif apporte donc une nuance de majoration à la relation prédicative qu’il introduit. Cet effet de sens est bien compatible avec l’expression du ressenti des personnages caractéristique des romans de Virginia Woolf, comme on le voit dans l’énoncé suivant, où l’expression hyperbolique it was one long sorrow and trouble est encore renforcée par l’intensification apportée par how :

(25) As she lurched, dusting, wiping, she seemed to say how it was one long sorrow and trouble, how it was getting up and going to bed again, and bringing things and putting them away. (Virginia Woolf, To the Lighthouse, 1927: 130)

30Au contraire de that qui pose simplement une prédication, le how conjonctif offre une façon différente d’appréhender cette prédication. À l’époque de la KJV, la nuance apportée était une notion de manière affaiblie, mais elle semble avoir peu à peu évolué vers l’expression de la subjectivité de l’énonciateur, qui peut, comme chez Virginia Woolf, servir à intensifier et majorer la prédication de la subordonnée.

1.4. Le how causal

31On constate également que la KJV contient un certain nombre de how avec un sémantisme de type causal, qui représente 11,7 % des cas (33/280), si l’on exclut le how adverbe de degré. Cette particularité, inexistante en anglais contemporain standard, peut être mise en lumière grâce à la comparaison avec d’autres versions de la Bible, comme celle de Tyndale (c. 1525) :

(26a) They answered him, We be Abraham’s seed, and were never in bondage to any man: how sayest thou, Ye shall be made free? (KJV, John 8: 33)

(26b) They answered him: We be Abrahams seede and were never bonde to eny man: why sayest thou then ye shall be made fre? (Tyndale, John 8: 33)

  • 5 Il est intéressant de noter que why et wherefore ne sont pas toujours interchangeables. En effet, p (...)

32Dans ce sens, how entre en concurrence avec why et wherefore et est statistiquement marginal par rapport à ces derniers.5

1.5. Le how emphatique

33En plus de ces deux how moins prototypiques, on rencontre ce que l’on pourrait appeler le how emphatique, qui existe toujours et se trouve également en français.

(27a) How can you say this?
(27b)
How could you do this to me?
(27c)
How dare you speak to her this way?
(27d) Comment osezvous me dire ceci?

34Ce type de how se distingue du moyen-manière et de la cause, mais il semble que c’est par son intermédiaire que le sens causal est apparu. Dans :

(27a) How can you say this?

35il ne s’agit pas d’une question portant à proprement parler sur le moyen, car dire quelque chose ne nécessite que le mouvement de l’appareil phonatoire. On ne s’interroge pas ici sur la méthode qui permet au sujet de say de parler :

(27e)? By what means can you say this?

36Par ailleurs, si l’on voulait exprimer la manière, il n’y aurait pas d’auxiliaire modal :

(27f) How do you say this (in your native tongue)?
(27g)
Do you remember how he said those words? Did he sound angry or not?

37Les énoncés contenant un how emphatique indiquent de l’étonnement, de l’indignation et constituent bien souvent la formulation d’une réprimande pour avoir enfreint des règles, plus ou moins tacites, comme la loyauté, le respect, la bienséance, etc. Ce n’est pas vraiment la cause qui est exprimée ici.

(27a) How can you say this?

38signifie que l’énonciateur est indigné et étonné que la relation prédicative [you - say this] soit validée, et non pas : « Pourquoi dites-vous ceci ? » Cependant, la notion d’étonnement et d’incompréhension dénotée par ce how intermédiaire va dans le sens d’une recherche des raisons du procès [you say this] et a permis le glissement vers une valeur causale de how.

39La proximité entre le how emphatique et le sens causal se ressent au travers des différentes versions de la Bible. En effet, dans l’extrait suivant (Matthieu 7 : 4), on constate un flottement dans les traductions entre le how emphatique et la notion de cause :

(28a) Or hou seist thou to thi brothir, Brothir, sujfre I schal do out a mote fro thin iye, and lo! a beem is in thin owne iye? (Wycliffe, c. 1384)

(28b) Or why sayest thou to thy brother: suffre me to plucke oute the moote oute of thyne eye and behold a beame is in thyne awne eye. (Tyndale, c. 1525)

(28c) Or why saiest thou to yi brother: holde, I wit plucke the moate out of thyne eye. and beholde, a beame is in thyne awne eye. (Coverdalc, 1535)

(28d) Or how wilt thou say to thy brother, Let me pull out the mote out ofthine eye; and, behold, a beam is in thine own eye? (KJV, 1611)

40Cette ambiguïté est due au fait que l’effet de sens causal de ce morphème provient à l’origine du sens emphatique, comme nous le montrerons ci-dessous.

1.6. Pronom interrogatif

41Il existe également un autre type de how interrogatif qui correspond, lui, à un pronom, et serait remplacé par what en anglais moderne. Ce type de how n’est pas très fréquent, mais il est représenté par des énoncés tels que :

(29) How think ye? if a man have an hundred sheep, and one of them be gone astray, doth he not leave the ninety and nine, and goeth into the mountains, and seeketh that which is gone astray? (Matthew 18: 12)

42La première mention de ce type de how remonte à Wycliffe d’après l’OED :

(30a) What is writun in the lawe? hou redist thou? (Luke 10: 26)

43Mais il s’agit en fait d’une erreur d’interprétation. Ce how n’est pas un pronom, car le morphème employé dans le texte source, en grec, est ΠΩΣ :

(30b) ΠΩΣ ΑΝΑΓΙΝΩΣΚΕΙ
Comment tu lis

44Or ΠΩΣ n’est pas un pronom, il se distingue ainsi de qui, lui, est un pronom interrogatif – ainsi qu’un adverbe au sens de pourquoi – et qui lui-même se différencie de sans accent qui correspond à un pronom indéfini. Le how dans Luc 10 : 26 n’est donc en fait pas un cas de how équivalant à what, à la différence de :

(31a) How think ye? (Matthew 18: 12, KJV)

45qui traduit

(31b) YMIN ΔΟΚΕΙ
Quoi à vous semble

46et que Wycliffe rend par :

(31c) What semeth to you?

47En anglais élisabéthain, How et what s’emploient concurremment, comme l’indiquent ces extraits de Shakespeare et de Lyly :

(32a) NERISSA How say you by the French lord, Monsieur Le Bon?
PORTIA
God made him, and therefore let him pass for a man. [...]
NERISSA
What say you, then, to Falconbridge, the young baron of England?
(Shakespeare,
The Merchant of Venice, 1598, I, ii)

(32b) How say you, my lords, to this matter? But what say you, Endymion, hath Tellus told truth? (Lyly, Endimion, 1591, V, iv)

48Cet emploi de how au lieu de what est archaïque, comme le note l’OED, mais la formule How say you ? est préservée dans la langue juridique, pour demander le verdict. Ce how signifiant what est également resté dans l’expression How about... ? ainsi que dans la formule How do you mean ?, toujours en usage à côté de What do you mean ?.

1.7. Relatif adverbial

49Le dernier type de how que l’on rencontre dans la KJV est un relatif adverbial, employé très rarement et représenté par l’énoncé suivant, où how a nothing pour antécédent :

(33) So when they had further threatened them, they let them go, finding nothing how they might punish them, because of the people: for all men glorified God for that which was done. (Acts 4:21)

  • 6 Comme dans :
    (i) Hie openodon δone hrqf δœr se Hœlend wœs.
    They opened the roof (of the house) where (...)

50Le premier exemple de ce how pronom relatif cité dans l’OED remonte à 1400. Dès le vieil anglais, il existait un relatif adverbial marquant le lieu, ∂ær6. Les autres relatifs adverbiaux, why, when et how n’apparaissent que plus tard, et how se généralise en anglais élisabéthain. À la différence de where, when et why, how relatif n’a survécu en anglais moderne que dans les propositions relatives à antécédent intégré :

(34a) *That’s the way how she spoke.
(34b)
That’s how she spoke.

51Si ce how n’a pas survécu, c’est sans doute, comme il était normalement associé à des noms comme manner ou way, du fait de son caractère redondant. De la même façon, à part pour le relatif spatial, qui est le plus ancien, les relatifs redondants ont tendance à être évités. Comme l’expliquent Quirk et al. (1985 : 1254), “many speakers find their use along with the corresponding antecedent somewhat tautologous – especially the type the reason why –” On préfère donc utiliser une relative à antécédent intégré ou remplacer le relatif par that ou par le relatif zéro.

52Le tableau suivant récapitule les différents types de how et les pourcentages que nous avons observés dans la KJV (hormis le how adverbe de degré et le how exclamatif).

Tableau 1. Les différents emplois de how dans la KJV (hors how adverbe de degré et how exclamatif)

Tableau 1. Les différents emplois de how dans la KJV (hors how adverbe de degré et how exclamatif)

2. Interprétation

2.1. Indices co-textuels

53Étant donné que how a plusieurs interprétations sémantiques possibles, comment peut-on établir précisément son sens en contexte ? Plusieurs types d’indices nous mettent sur la voie.

54Tout d’abord, bien sûr, le type de phrase est primordial. Par exemple, le how qui peut être remplacé par that n’apparaît pas dans les interrogatives directes ou indirectes, mais uniquement dans les phrases déclaratives complexes. De plus, quand how est suivi d’un infinitif, il ne peut avoir que le sens de moyen-manière :

(35) The Lord knoweth how to deliver the godly out of temptations, and to reserve the unjust unto the day of judgment to be punished: (2 Peter 2: 9)

55En outre, pour bien distinguer le how causal du how de moyen, les auxiliaires modaux sont fondamentaux. Tandis que le how causal est souvent accompagné de should et jamais de can, le how de moyen, ainsi que le how emphatique, sont hautement compatibles avec can. Mais avec le how emphatique, il semble que l’emploi du modal can ne se soit imposé que progressivement :

(36a) And Dalida seide to hym, how seist thou, that thou louest me, sithen thi soule is not with me? (Wycliffe, Judges 16: 15)
(36b)
And she said unto him, how canst thou say, I love thee, when thine heart is not with me? (KJV, Judges 16: 15)

56Tandis que l’absence de modal en (36a) fait osciller l’interprétation entre how emphatique et how causal, l’ambiguïté disparaît dans la KJV.

57En fait, dans la langue source, l’hébreu, on a recours au morphème איך (aik) sans l’ajout d’une notion de capacité. Ce morphème est à la base une interjection marquant la surprise, employée dans les exclamatives et les interrogatives en tant qu’adverbe de degré ainsi qu’en tant qu’adverbe portant sur le moyen dans les interrogatives. On trouve également le morphème מח (me), qui a la même origine et presque les mêmes emplois que איך, à ceci près qu’il ne traduit pas le moyen, mais la cause, et qu’il est en plus pronom interrogatif.

58La dimension emphatique provient donc du sens de base commun de ces deux morphèmes. Si un mot peut être exclamatif et interrogatif à la fois, il n’est pas étonnant qu’il puisse être employé pour indiquer l’indignation et l’étonnement. Cette particularité de l’hébreu explique le flottement entre interrogative et exclamative qui caractérise la traduction de certaines phrases, telles que :

  • 7 Wycliffe est fidèle à la Vulgate dans sa traduction, qui penche vers une interrogation sur la cause (...)

(37a) Lord, how are they increased that trouble me! (KJV, Psalms 3: 1)
(37b)
Lord, whi ben thei multiplied that disturben me?7 (Wycliffe, Psalms 3:1)

59Parfois, d’autres marqueurs sont employés qui peuvent nous aiguiller sur le sémantisme de how. Certaines questions peuvent être reformulées autrement dans le co-texte, comme en (38), où l’expression périphrastique by what means nous permet d’interpréter l’adverbe comme un how de moyen :

(38) And they asked them, saying. Is this your son, who ye say was born blind? How then doth he now see? His parents answered them and said. We know that this is our son, and that he was born blind: But by what means he now seeth, we know not. (John 9: 19/20/21)

60Dans une autre occurrence, l’emploi de l’adverbe likewise nous oblige à interpréter le how comme un how de manière :

(39) Take heed to thyself that thou be not snared by following them, after that they be destroyed from before thee; and that thou enquire not after their gods, saying, how did these nations serve their gods? even so will I do likewise. (Deuteronomy 12: 30)

2.2. Problèmes d’interprétation et surcodage de how

61Malgré ces quelques indices, il existe de nombreux cas d’ambiguïtés, surtout entre la cause et le moyen-manière, ainsi qu’entre le moyen-manière et le how complémenteur. Certaines occurrences présentent même une double ambiguïté, comme (40), où how peut être potentiellement interprété comme un adverbe marquant la cause ou la manière, ainsi que comme une simple complémenteur :

(40) Then one of the priests whom they had carried away from Samaria came and dwelt in Bethel, and taught them how they should fear the Lord. (2 Kings 17: 28)
-how
they should worship the Lord (interprétation de Wycliffe)
-that
they should fear the Lord
-why
they should fear the Lord

62Face à de telles ambiguïtés, comment peut-on éviter les problèmes de compréhension ? Nous avons montré qu’en vieil anglais il était fréquent qu’un morphème soit à la fois un adverbe et une conjonction. La confusion entre les deux était impossible en raison de l’ordre des mots alors en vigueur et qui a toujours cours en allemand moderne. Les propositions subordonnées étaient reconnaissables grâce à l’ordre SOV qui les caractérisait et les distinguait des principales et des indépendantes, qui, elles, présentaient l’ordre V2. Ainsi, on pouvait différencier les conjonctions de subordination des adverbes situés en position initiale d’une proposition. À l’époque du vieil anglais, on a également souligné la distinction entre conjonctions et adverbes en recourant à plusieurs moyens tels que la duplication – comme pour ða, qui, s’il est dédoublé, ne peut être qu’une conjonction ainsi que l’ajout de ðe, ancêtre de that, permettant par exemple de différencier ðœs (après) de ðœs-ðe (après que), œr (auparavant) de œr-ðe (avant que), ou bien forðoem (par conséquent) de forðœm-ðe (parce que). Cette méthode, très productive, a été parallèlement utilisée en français. Une fois que l’ordre des mots est devenu uniformément SVO en anglais, il a été impossible de différencier un adverbe d’une conjonction grâce à la syntaxe et l’ajout de that s’est donc généralisé, et ce, au point d’être même employé là où la confusion n’était pas possible.

63D’après Rissanen (1997 : 303), “in Middle English, these groups [of conjunctions] are simplified, but that still often follows the conjunction, and can be appended even to conjunctions with which it did not occur in OE texts. It is possible that Scandinavian influence supported the use of this post conjunctive that.” En plus des conjonctions, ce that pouvait être ajouté à des pronoms relatifs ainsi qu’après les how adverbiaux.

64Mossé (1945 : 135) indique que how that signifie la même chose que how, ce qui sous-entend que how that pouvait renvoyer au moyen ou à la manière. Par exemple, dans les vers suivants, extraits du Middle English Dictionary, that est accolé au how de manière employé dans une construction où il sert de charnière interphrastique, peut-être pour des raisons prosodiques :

(41) In this wise a man mai lere / Hou that the world is gon aboute. (Gower, Confessio Amantis, c. 1393)

  • 8 Il faut remarquer que l’impossibilité d’avoir un verbe d’état après le how conjonction ne semble pa (...)

65Dans la KJV, en revanche, how that ne renvoie jamais au moyen-manière. On aboutit donc à un système cohérent, dans lequel how that est toujours purement conjonctif, ce qui permet de supprimer certaines ambiguïtés. Dans presque la moitié des cas de how conjonctifs, that est ajouté. Comme that est principalement ajouté après des conjonctions, son ajout après how fait que l’on interprète cet adverbe comme une conjonction classique.8

66Un autre moyen employé occasionnellement pour lever l’ambiguïté entre conjonction et adverbe est le recours à la conjonction ø, comme en (42) :

(42) The devil is come down unto you, having great wrath, because he knoweth ø he hath but a short time. (Revelations 12: 12)

67Le deuxième type d’ambiguïté que l’on rencontre fréquemment est l’hésitation entre cause et moyen-manière. En l’absence d’auxiliaire modal aidant à l’interprétation, il est en effet parfois difficile de trancher, comme dans l’énoncé suivant :

(43) And David said unto him, how wast thou not afraid to stretch forth thine hand to destroy the Lord’s anointed? (2 Samuel 1: 14)

68L’énoncé correspond-il à « Par quel moyen / comment as-tu surmonté ta peur ? » ou « Pourquoi n’as-tu pas eu peur ? » ? Pour éviter ce type d’ambiguïté, on a recours, comme avec how that, à un surcodage qui permet de faciliter l’interprétation. Les auteurs utilisent en effet souvent l’expression périphrastique how is it that. En théorie, rien n’empêche cette formule de désigner le moyen ou la manière, étant donné qu’il s’agit simplement d’une structure clivée ayant how pour Focus. Toutefois, dans la KJV, elle sert uniquement à exprimer la cause et permet donc de distinguer ce sens des autres. La comparaison des différentes versions de Matthieu 16 :11 illustre le sémantisme de cause qui caractérise how is it that dans la KJV :

Wycliffe:
(44a)
Whi vndurstonden ye not, for Y seide not to you of breed, Be ye war of the sourdowy of Farisees and of Saducees? (Matthew 16: 11)

Tyndale:
(44b)
Why perceave ye not then yt I spake not vnto you of breed whe I sayde beware of the leven of the Pharises and of the Saduces?

Coverdale:
(44c)
Why perceaue ye not then, yt I spake not to you of bred, whe I saide: bewarre of ye leue of ye Pharises & of ye Saduces?

KJV:
(44d)
How is it that ye do not understand that I spake it not to you concerning bread, that ye should beware of the leaven of the Pharisees and of the Sadducees?

69Malgré les moyens mis en œuvre pour faciliter la distinction entre tel ou tel how, certaines ambiguïtés subsistent, à l’image de ces deux énoncés quasiment identiques :

(45a) And thou sayest, how doth God know? (Job 22: 13)
(45b)
And they say, how doth God know? (Psalms 73: 11)

70En hébreu, les deux morphèmes utilisés sont différents (מח (me) dans le premier cas et איך (aik) dans le deuxième) et cette distinction est clairement rendue dans la Vulgate :

(45c) et dicis quid enim novit Deus
(45d) et dixerunt quomodo scit Deus

et dans la version de Wycliffe :

(45e) And thou seist, what sotheli knowith God?

(45f) And thei seiden, how woot God?

71On est donc en droit de penser que cette même phrase utilisée à deux endroits différents de l’Ancien Testament a bien deux sens différents. Le fait que מח se traduise aussi par how a certainement dû influencer les traducteurs. Au vu d’exemples tels que ceux-ci, on peut penser que l’ambiguïté possible entre le how pronom interrogatif et le how de moyen-manière a participé à la quasi-disparition du how pronom interrogatif.

3. Origine du how autre que moyen-manière

3.1. Origine du how causal et du how conjonctif : endogénie ou exogénie ?

72La traduction d’un verset dans des langues différentes, comme l’anglais et le français, présente parfois un parallélisme surprenant. C’est notamment le cas des deux énoncés suivants :

(46a) And they said, Is not this Jesus, the son of Joseph, whose father and mother we know? how is it then that he saith, I came down from heaven? (John 6: 42, KJV)
(47a)
They answered him, We be Abraham’s seed, and were never in bondage to any man: how sayest thou, Ye shall be made free? (John 8: 33, KJV)

(46b) Et ils disaient : N’est-ce pas là Jésus, le fils de Joseph, celui dont nous connaissons le père et la mère ? Comment donc dit-il : Je suis descendu du ciel ? (Jean 6 : 42, Bible Louis Segond, 1910)
(47b) Ils lui répondirent : Nous sommes la postérité d’Abraham, et nous ne fûmes jamais esclaves de personne; comment dis-tu: Vous deviendrez libres ? (Jean 8 : 33, Bible Louis Segond, 1910)

73On retrouve également l’exact parallèle dans la traduction latine :

(46c) et dicebant nonne hic est Iesus filius Ioseph cuius nos novimus patrem et matrem quomodo ergo dicit hic quia de caelo descendi (Jean 6: 42)

(47c) responderunt ei semen Abrahae sumus et nemini servivimus umquam quomodo tu dicis liberi eritis (Jean 8: 33)

74L’emploi de l’adverbe comment donne un caractère très atypique à ces deux énoncés en français. Cette étrangeté nous invite à penser que les traducteurs ont peut-être eu recours à des calques de la langue source, avec le souci d’être au plus près du texte, sans se rendre vraiment compte que ces emplois ont un caractère étrange dans la langue cible. Il semble donc primordial d’étudier le texte source, en hébreu pour l’Ancien Testament et en grec pour le Nouveau, afin de voir si certains emplois atypiques de how sont imputables à des phénomènes d’interférence.

3.2. How conjonctif et endogénie

75En ce qui concerne le how conjonctif, on ne remarque rien de tel, étant donné que le grec et l’hébreu possèdent tous deux un morphème utilisé spécifiquement dans ce cas. Il s’agit de ﬤי, prononcé ki, en hébreu, et de ΟΤΙ, en grec. Ces deux mots signifient toujours that ; leur traduction par how (that) n’a donc rien d’un calque. Si how est parfois employé à la place de that, c’est nécessairement pour d’autres raisons. C’est tout d’abord car, comme nous l’avons vu, il apporte une nuance de sens absente quand on emploie that. De plus, une piste de réflexion est offerte par des énoncés comme :

(48) And when they told it to Jotham, he went and stood in the top of mount Gerizim, and lifted up his voice, and cried, and said unto them, Hearken unto me, ye men of Shechem, that God may hearken unto you. (Judges 9: 7)

(49a) They that make a graven image are all of them vanity: and their delectable things shall not profit; and they are their own witnesses; they see not, nor know: that they may be ashamed. (Isaiah 44: 9)

76Dans ces énoncés, that exprime le but, mais on pourrait tout à fait avoir :

(49b) They do not know that they may be ashamed.

avec that signifiant que, c’est-à-dire une conjonction sans ajout sémique. On peut donc penser que how a été employé à la place de that pour éviter une ambiguïté potentielle avec la conjonction that exprimant le but ou la conséquence (en anglais moderne : so that, in order to).

77En vieil anglais, la conjonction pat exprimant le but était suivie de l’optatif et cela permettait de la différencier du pat dénotant la conséquence, ainsi que de celui qui se traduirait simplement par que, tous deux suivis de l’indicatif (Mossé, 1945). En anglais de la Renaissance, on trouve parfois le subjonctif après le that exprimant le but, comme en (50), mais cela est assez rare :

(50) Bring Zenas the lawyer and Apollos on their journey diligently, that nothing be wanting unto them. (KJV, Titus 3: 13)

78L’observation de quelques pièces de Shakespeare tend à démontrer que le subjonctif après le that de but était déjà archaïque à l’époque. Shakespeare lui préfère l’emploi de may, comme dans :

(51) Hear me for my cause; and be silent, that you may hear. (Julius Caesar, 1599, III, 2)

79et réserve plutôt l’emploi du subjonctif aux subordonnées hypothétiques (après if, l’inversion hypothétique, lest ou though). Dès lors que l’on peut employer autre chose que le subjonctif après le that de but, notamment un auxiliaire modal, la confusion avec that signifiant que est possible.

80On pourrait arguer qu’il n’y a pas de confusion possible en (49a) étant donné la présence de la virgule, mais la ponctuation était parfois très différente de celle de l’anglais moderne, comme le montre (52), où la virgule serait absente en anglais moderne. À l’époque, la virgule pouvait être employée simplement pour marquer la frontière entre deux propositions, comme en allemand moderne :

(52) And they told him, that Jesus of Nazareth passeth by. (Luke 18:37)

81Il y a donc bien confusion possible entre la conjonction indiquant le but et le simple complémenteur. C’est donc peut-être pour cette raison que l’on s’est mis à employer assez fréquemment le how conjonctif.

82D’ailleurs, l’ambiguïté entre le that classique et le that de but était jugée tellement problématique près d’un siècle plus tard, que l’on a eu recours à un surcodage de la notion de but, comme dans :

(53) We are under a cursed necessity of studying selfishness, in order that we may exist. (OED, 1790, Burns)

83La perte du subjonctif constitue donc le facteur endogène qui a pu contribuer à l’apparition du how conjonctif.

3.3. Origine du how causal

84En ce qui concerne le how causal, il semble que son emploi dans la KJV soit principalement dû à une interférence avec le grec. En effet, on constate une parfaite systématicité dans la traduction. L’adverbe , version neutre du pronom interrogatif ΤΙΣ, est traduit par why ou wherefore, tandis que ΠΩΣ est systématiquement rendu par how, quel que soit son sémantisme. Or, le Bailly, dictionnaire usuel du grec ancien, nous apprend que ΠΩΣ, adverbe interrogatif, signifie principalement comment, de quelle manière, mais sert également à exprimer l’indignation et l’étonnement, et, par extension signifie également pourquoi, comme dans l’énoncé suivant :

(54) ΠΩΣ ΟΥΝ ΟΥ ΚΑΙ ΣΥ ΠΑΙΔΕΥΕΙΣ ; (Xénon, Conversation, 2, 10)
Comment donc ne pas aussi tu enseignes ?
Pourquoi
Pourquoi donc n’enseignes-tu pas aussi ?

85Cette traduction systématique de ΠΩΣ en how a donc participé à l’emploi d’un how causal. Le fait que la Vulgate contienne également le même calque, qui consiste à toujours traduire ΠΩΣ par quomodo, a sans doute conforté les auteurs de la KJV dans cette pratique.

86Il faut noter également que l’emploi de how plutôt que why en anglais, bien que problématique pour l’interprétation, a pu être facilité par l’origine commune de ces deux morphèmes. En effet, ils proviennent tous les deux du cas instrumental du pronom interrogatif, comme l’indique, entre autres, Mossé (1945). Le how causal, et son homologue le how emphatique, sont même présents dans quelques énoncés moyen-anglais, extraits du Middle English Dictionary. Notons que (55a) met en lumière par la graphie l’origine commune des deux morphèmes :

(55a) Wou sitte ye. postles, ant wi mile ye ete? (Judas, c. 1250, manuscript de Trinity College)

(55b) How shold he your ful pleasure to accomplice? (Ashby, Dicta Philosophorum, c. 1500)

How emphatique :

(55c) How dorste ye seyn [...] That any thyng myghte make yow aferd. (Chaucer, Canterbury Tales, The Nun’s Priest’s Tale, c. 1390)

4. Emploi du how causal en anglais dialectal contemporain

87L’OED, qui pourtant signale régulièrement les emplois dialectaux, affirme que le how causal est obsolète sans ajouter de précisions. Cependant, il est toujours en vigueur en Ecosse – ainsi que dans la région de Newcastle, frontalière avec l’Ecosse – comme le prouvent ces extraits de littérature écossaise contemporaine :

(56) “Ye writing that down?” said Sammy.
“Yeh”
“Well I’d prefer ye no to.”
“I’ve got to but Mister Samuels.”
“How?” (James Kelman, How Late It Was How Late, 1998 [1994]: 98)

(57) The way ah see it, sais Matty, is thit it’s Lesley’s bairn, ken? Mibbe if she’d looked eftir it right, it might not be deid. How should we git involved? (Irvine Welsh, Trainspotting, 1996 [1993]: 53)

(58) The man’s slow. Ν ah ken how. (Irvine Welsh, Trainspotting, 1996 [1993]: 111)

(59) That explains how ah feel that pished now. (Irvine Welsh, Trainspotting, 1996 [1993]: 116)

88En anglais d’Ecosse, cet usage est très répandu et constitue même, d’après un internaute anglophone, le premier des « signes que vous avez passé trop de temps à Edimbourg ». De nombreux commentaires épilinguistiques de ce genre sont observables sur Internet. Certains locuteurs mettent en avant l’ambiguïté que ce phénomène soulève, comme dans cet extrait diffusé sur BBC Scotland et retranscrit sur le site de la chaîne, dans lequel un locuteur de la région du Ayrshire, au sud-ouest de l’Ecosse, critique cet usage de how :

(60) RAMSAY : “I don’t like that, I correct mah kids when they do that. Aye. I don t like that to be honest. I don’t see the point in it ‘cos that, that can cause conf...a lot of confusion. How, why. Like if I tell them the... ‘Go for a bath!’, they’ll I say ‘how?’. Ah’llI just say, with your legs, son, you just walk up the stairs an you run the bath. So I keep on at them all the time but it’s not making the blind bit of difference. ”

89Voici un autre témoignage, extrait du récit d’un anglais, John Thompson, qui met l’accent avec humour sur cette particularité écossaise et l’incompréhension qu’elle suscite chez les anglophones qui la découvrent pour la première fois :

(61) “I had never been past Blackpool and some of the accents had me baffled. Not so much the accents but the use of words. A Scots lad for instance would say the word how. Meaning why?
You might say as I did to this Jock, ‘I am off to the shop Jock’.
He replied ‘How?’
You look at him strangely and describe how you are going to the shop, Via D Company lines.

‘No’ he says, ‘HOW’ (but meaning why); Confusion!
Then instead of why not he says ‘How no?’
Perhaps the wars with the Scots were just down to misunderstandings of this sort. e.g.

‘If you do that again Hamish I shall punch you.’
Hamish, ‘How?’
---------‘Like this.’ -------- Blam!”

(John Thompson,
http://www.aajlr.org/​sandbag/​s43thompson.html)

90L’anglais d’Écosse s’est différencié de l’anglais du Sud notamment parce qu’il a subi l’influence du Scandinave ainsi que du gaélique. Si dans une des langues qui a été en contact avec l’anglais d’Écosse il y avait eu un syncrétisme entre les sémantismes de cause et de moyen-manière, cela aurait pu contribuer à fixer cette particularité en Ecosse. Mais il n’en est rien. Dans ces langues, il n’y a, semble-t-il, pas d’ambiguïté possible entre how et why. En effet, le gaélique écossais pour why est l’adverbe carson, tandis que comment se dit ciamar. Dans les langues Scandinaves, la confusion n’est pas possible non plus, étant donné qu’en norvégien et en danois, how est hvordan et hvorfor signifie why. En suédois, why est varför et how est hur.

91Une fois ces influences potentielles écartées, nous pouvons nous demander si cette particularité écossaise peut être due à l’influence de la KJV. Tout d’abord, d’après le Concise Scots Dictionary, la date d’introduction du how causal en écossais est le 17e siècle, ce qui coïncide avec la publication de la KJV. De plus, plusieurs auteurs, dont ceux de The Story of English (1992 [1986]), démontrent l’influence décisive que la KJV a eue sur l’anglais d’Ecosse :

The [...] final blow to the Scots tongue came from an institution even more influential than the Court: the Church of Scotland, the Kirk. It was Scots Law (1579) that every householder worth 300 merks had to possess ‘a bible and psalme buke in vulgare language’. And when, a year later, the Scots did print their own edition of the Bible in Scotland, it was not in Scots but it was a reprint of the English Geneva Bible. A generation later, James I ordered that every church in Scotland should conduct its Sunday service using the newly translated Authorized Version of the Bible. Thanks to the emphasis placed by the Kirk on Bible study, English was presented with a powerful weapon to penetrate even further into Scotland.” (McCrum, MacNeil, Cran, 1992 [1986]: 149-150)

92La KJV est toujours très influente en Ecosse de nos jours, comme le montre le témoignage d’un pasteur du Ayrshire nommé Aitken, qui est mentionné dans le même ouvrage (150) :

It (William Lorimer’s translation of the Bible into Scots, 1983) is met with very favourable reaction, although there are those who prefer the King James Version to be read because that to them is the Bible they’ve been so used to since their childhood days.”

93Bien qu’il n’existe à ma connaissance aucune étude établissant un lien entre le how causal de la KJV et celui du dialecte écossais, il semble possible de faire l’hypothèse que ce sémantisme de how typiquement écossais a pour origine la Bible de 1611. On constate donc que, paradoxalement, la KJV a contribué à rendre l’anglais d’Écosse plus semblable à l’anglais du Sud, tout en y apportant également des particularités qui constituent maintenant des emplois propres à l’Ecosse, comme ce how causal. Aussi étrange que cela puisse paraître, le how causal, qui a existé pour un bref laps de temps en moyen anglais, existe toujours aujourd’hui car son emploi a été renforcé par la KJV et les calques de traduction du grec qu’elle comporte.

5. Conclusion

94Au cours de cette étude, nous avons analysé les différentes natures et les diverses valeurs sémantiques de how dans la KJV, tout en étudiant leur répartition au sein de cette version de la Bible et dans le temps. Nous avons montré que le principe d’économie encourage la polysémie dans la mesure où il n’y a pas trop de risques d’ambiguïté. Si les indices nécessaires pour l’interprétation viennent à disparaître, il faut réajuster le système en créant de nouvelles façons de différencier les valeurs multiples d’un morphème polysémique. La KJV s’inscrit dans une période riche en bouleversements linguistiques et est le reflet d’un système en constante évolution. Cependant, il ne faut pas négliger le fait que cet ouvrage est une traduction, et qu’il présente parfois des interférences avec la langue source. Peut-être dans un souci de se distinguer de la langue vernaculaire de l’époque, les cinquante-quatre traducteurs ont privilégié la proximité avec la langue d’origine, et cette particularité permet d’expliquer certains phénomènes observés. Comme l’explique Suhami (1994), « pendant plusieurs siècles la Bible de 1611 a été investie d’une autorité sacramentelle, et non seulement lue, mais assumée, absorbée, récitée, chantée, apprise par cœur ». Cette version de la Bible est donc un texte fondateur, dont le rayonnement « incalculable » a été favorisé par le retour aux Écritures prôné par la Réforme. L’influence déterminante de ce texte écrit il y a presque quatre cents ans est encore perceptible aujourd’hui, comme l’indique l’emploi causal de how en anglais d’Écosse. Cet usage démontre donc que le rayonnement de la Bible de 1611 dépasse le simple cadre stylistique et qu’elle a joué un rôle structurant dans le développement sémantique de l’anglais moderne.

Top of page

Bibliography

Aitken, A. Jack et Tom McArthur (eds) (1979). The Languages of Scotland, Edinburgh : W. & R. Chambers Ltd.

Aitken, A. Jack (ed.) (1980). The Scots Language, Planning for Modern Usage, Edinburgh : Ramsay Head Press.

Bailly, Anatole (1963). Dictionnaire Grec-Français, Paris : Hachette.

Barder, Charles (1997 [1976]). Early Modern English, Edinburgh : Edinburgh University Press.

Barnhart, Robert K. (1988). Barnhart Dictionary of Etymology, London : The H W Wilson Company.

Blake, Norman Francis (1983). Shakespeare’s Language : An Introduction, New York : St Martin’s Press.

Beown, Francis, Samuel Rolles Driver, Charles Briggs et Wilhelm Gesenius (1907) The Old Testament Hebrew Lexicon Online (http://www.studylight.org/lex/heb/)

Chevillet, François, (1991). Les Variétés de l’anglais, Paris : Nathan Université.

Chevillet, François (1994). Histoire de la langue anglaise, Que Sais-je ? N° 1265, Paris : PUF.

Coverdale, Miles (1535). Bible, http://lookhigher.net/englishbibles/index.html.

Crepin, André (1978). Grammaire historique de l’anglais, Paris : PUF.

Croft, William (2000). Explaining Language Change : an Evolutionary Approach, London : Longman.

Crystal, David (1995). The Cambridge Encyclopedia of the English Language, Cambridge : Cambridge University Press.

Diekstra, Frans Ν. M. (1984). “Ambiguous That-Clauses in Old and Middle English”, English Studies 65, 97-110.

Denison, David (1993). English Historical Syntax : Verbal Constructions, London/New York : Longman.

Grant, William et James Main Dixon (1921). Manual of Modern Scots, Cambridge : Cambridge University Press.

Hussey, Stanley S. (1982). The Literary Language of Shakespeare, London/New York : Longman.

The Hypertexte Bible : KJV, Coverdale, Vulgate, bibles en grec et en hébreu accessibles sur http://theologyl01.org/ bib/index.htm#index.

Kelman, James (1998 [1994]). How Late It Was How Late, London : Vintage.

King James Bible, http: //www.kingjamesbibleonline.org/,
http://etext.virginia.edu/kjv. browse.html ou http: //biblos.com/.

Lass, Roger (éd.) (1997). The Cambridge History of the English Language, Volume III : 1476-1776, Cambridge : Cambridge University Press.

Lyly, John (1996 [1591]). Endimion, Manchester/New York : Manchester University Press.

Macafee, Caroline (1994). Traditional Dialect in the Modern World, a Glasgow Case Study, University of Bamberg, Studies in English Linguistics, Francfort : Wolfgang Viereck.

Macafee, Caroline (2004). “Scots and Scottish English”, in Hickey, R. (éd.), Legacies of Colonial English : Studies in Transported Dialects, Cambridge : Cambridge University Press, 59-81.

Macaulay, Ronald (1997). Standards and Variation in Urban Speech, Examples from Lowland Scots, The Varieties of English Around the World Series, Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.

Mackie, Albert (1978). Talking Glasgow, Belfast : Blackstaff Press.

McCrum, Robert, Robert Macbeil et William Cran (2002 [1986]). The Story of English, London : Faber and Faber.

McArthur, Tom (1998). The English Languages, Cambridge : Cambridge University Press.

McClure, J. Derrick (1983). Scotland and the Lowland Tongue, Aberdeen : Aberdeen University Press.

McClure, J. Derrick (1997 [1988]). Why Scots Matters, Edinburgh : The Saltire Society.

Middle English Dictionary (2001). ets.umdl.umich.edu/m/med/.

Miller, Jim (2004). “Scottish English : morphology and syntax”, in Kortmann, B., Burridge, K., et al (éds) A Handbook of Varieties of English,2nd volume : Morphology and Syntax, Berlin/New York : Mouton de Gruyter, 47-72.

Miller, Jim (2006). “Spoken and written English”, in Aarts, Β., McMahon, A. (éds) The Handbook of English Linguistics, Malden, USA/Oxford/Victoria : Blackwell Publishing, 670-691.

Mosse, Fernand (1945). Manuel de l’anglais du Moyen-Age des origines au XIVe siècle, en 4 vol., Paris : Aubier.

Munro, Michael (1996). The Complete Patter, Edinburgh : Canongate Books.

Nevalainen, Terttu et Leena Kahlas-Tarkka (éds) (1997). To Explain the Present – Studies in the Changing English Language in Honour of Matti Rissanen, Helsinki : Société néophilologique.

Nevalainen, Terttu, Juhani Klemola et Mikko Laitinen (éds) (2006). Types of Variation : Diachronic, Dialectal and Typological Interfaces, Amsterdam/Philadelphia : John Benjamins.

Nicolson, Adam (2003). God’s Secretaries : The Making of the King James Bible, New York : Harper Collins Publishers.

Norton, David (2005). A Textual History of the King James Bible, Cambridge : Cambridge University Press.

Pantaleo, Nicola (1992). “On the fringes of Early Modern English ; Middle Scots variation in profane and religious writing” in NOCERA AVILA, Carmela (éd.), Early Modern English, Trends, Forms and Texts, Papers Read at the IV National Conference of History of English, Fasano : Schena, 217-233.

Partridge, Eric (1958). A Short Etymological Dictionary of Modern English, London : Routledge.

Quirk, Randolph et al. (1985). A Comprehensive Grammar of the English Language, London/New York : Longman.

Robinson, Mairi (1985). The Concise Scots Dictionary : A New Comprehensive One-Volume Dictionary of the Scots Language, Aberdeen : Aberdeen University Press.

Second, Louis (1910). Bible, http://lsg.saintebible.com/.

Shakespeare, William (1967 [1598]). The Merchant of Venice, Harmondsworth : Penguin Books.

Shakespeare, William (1994 [1599]). Julius Caesar, Oxford/New York : Oxford University Press.

Simpson, John (éd.) (2009). Oxford English Dictionary Online, Oxford University Press. http://www.oed.com/.

Skeat, Walter W. (1993). Concise Dictionary of English Etymology, Ware : Wordsworth Editions.

Suhami, Henri (1994). Stylistique anglaise, Paris : PUF.

Tyndale William (C. 1525). Bible, http://wesley.nnu.edu/biblical_studies/tyndale/.

Treffry, Diana (éd.) (1995). Scots Dictionary, Glasgow : Harper Collins Publishers.

Welsh, Irvine (1996 [1993]). Trainspotting, London : Minerva.

Woolfe, Virginia (2006 [1922]). Jacob’s Room, New York : Signet Classics.

Woolfe, Virginia (1989 [1927]). To the Lighthouse, Orlando, Florida : Harcourt Brace Jovanovich.

Wycliffe, John (C. 1384). Bible, http://en.wikisource.org/wiki/Bible_(Wycliffe).

Top of page

Notes

1 Cette recherche a été effectuée sur l’intégralité de la KJV grâce au site Internet http://www.allstarz.org/bible (consulté en avril 2005). D’autres sites permettent des recherches équivalentes, comme celui de l’Université de Virginie (http://etext.virginia.edu/kjv.browse.html).

2 83 that ; 8 how ; 1 how that.

3 337 that ; 8 how that ; 5 how.

4 Il n’est d’ailleurs pas totalement à exclure que la KJV a joué un rôle dans ces choix stylistiques. On peut en effet comparer avec profit (22a) et l’énoncé suivant, déjà mentionné :
(i) Consider the lilies how they grow : they toil not. they spin not. (Luke 12 : 27).
Miller (2006 : 682-3) note d’ailleurs à propos de l’ordre des mots de cette phrase de la KJV qu’il constitue un calque direct de l’original en grec.

5 Il est intéressant de noter que why et wherefore ne sont pas toujours interchangeables. En effet, pour indiquer la cause, wherefore a un emploi plus restreint que why, car il ne peut pas s’employer dans les interrogatives indirectes. En anglais élisabéthain, wherefore pouvait à la fois signifier why (cause) et therefore (conséquence). La distinction entre les deux est établie grâce à la syntaxe : wherefore + VSO (ou AUX - S - Verbe lexical O) marque la cause, tandis que wherefore + SVO indique la conséquence. Dans les interrogatives indirectes, l’ordre des mots de la subordonnée est celui d’une phrase déclarative (SVO), il n’est donc pas possible d’employer wherefore à la place de why, car il risquerait d’être interprété comme un marqueur de conséquence et non de cause.

6 Comme dans :
(i) Hie openodon δone hrqf δœr se Hœlend wœs.
They opened the roof (of the house) where Jesus was

7 Wycliffe est fidèle à la Vulgate dans sa traduction, qui penche vers une interrogation sur la cause :
(i) Domine quare multiplicati sunt hostes mei multi consurgunt adversus me

8 Il faut remarquer que l’impossibilité d’avoir un verbe d’état après le how conjonction ne semble pas s’appliquer pour how that :
(i) And Moses said unto him. As soon as I am gone out of the city, I will spread abroad my hands unto the Lord ; [and] the thunder shall cease, neither shall there be any more hail ; that thou mayest know how that the earth is the Lord’s. (Exodus 9 : 29)
(ii)
And that thou mayest tell in the ears of thy son, and of thy son’s son, what things I have wrought in Egypt, and my signs which I have done among them ; that ye may know how that I am the Lord. (Exodus 10 : 2)

Top of page

List of illustrations

Title Tableau 1. Les différents emplois de how dans la KJV (hors how adverbe de degré et how exclamatif)
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/892/img-1.jpg
File image/jpeg, 197k
Top of page

References

Bibliographical reference

Mathilde Pinson, « Polysémie de HOW dans la King James Version », Anglophonia/Sigma, 13 (26) | 2009, 171-194.

Electronic reference

Mathilde Pinson, « Polysémie de HOW dans la King James Version », Anglophonia/Sigma [Online], 13 (26) | 2009, Online since 13 December 2016, connection on 22 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/892 ; DOI : 10.4000/anglophonia.892

Top of page

About the author

Mathilde Pinson

Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, SESYLIA

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org