Skip to navigation – Site map

Here, there,... et le processus référentiel

Patrice Larroque
p. 219-229

Abstract

There is a general tendency to think that here is the starting point of reference. The pairs here/there and this/that, for instance, are named in the proximal/distal order, which gives the impression that relative placement is assessed from the center outwards.
In this paper I hypothesize that, as regards reference,
there precedes here and that implies this, suggesting a centripetal process pulling in to the center and the speaker’s sphere. Thus the locating and referential operators used by the utterer represent the peripheral situation in the first place. In some non-standard varieties of English the mere evocation of the situational items brings out their existence, an existence which can be negated by the deletion of the reference point and its trace in the utterance.

Top of page

Full text

Introduction

1L’objet de notre étude est de décrire comment l’expression de la référence se manifeste et s’organise en discours tant en anglais standard qu’en anglais non-standard.

2En effet, le repérage d’un contenu de discours se fait tout naturellement à partir d’un lieu-origine et cette origine peut être soit la position centrale de l’énonciateur (point de vue proximal), soit la situation et les éléments qui la composent (point de vue distal). Autrement dit, les repérages se font ou dans le sens centre vers périphérie, ou dans le sens inverse.

3Ce travail se fonde sur l’hypothèse que les objets repérés le sont à partir de l’extérieur, ce que nous appelons la périphérie ou la situation large. Nous essaierons de montrer à travers quelques exemples relevés à la fois dans la langue standard et dans certaines variétés d’anglais non-standard, parfois plus expressives et dégagées des contraintes prescriptivistes, comment ce mouvement se traduit dans le discours tant au niveau de la localisation spatiale que dans le domaine des marqueurs de fléchage, notamment this et that. Puis, en référence à cette analyse, nous proposerons une description du lien qui s’établit entre l’énoncé et la situation de discours dans des constructions dialectales.

1. La localisation spatiale

1.1. La référentiation

4Le point de départ de notre réflexion nous est fourni par cette citation de Paul Auster dans son roman Moon Palace :

(1) A here exists in relation to a there, not the other way around. There’s this only because there’s that; if we don’t look up, we’ll never know what’s down. Think of it, boy. We find ourselves only by looking to what we’re not. You can’t put your feet on the ground until you’ve touched the sky. (Auster 1989: 154)

5Ce type de raisonnement, en (1), suggère qu’en matière de référence, on peut (aussi ?) considérer que there précède here, que that implique this. La référentiation consiste, en effet, à transformer des objets ou des sujets réels (ou supposés réels), constitutifs d’une situation d’énonciation, en objets de discours, c’est-à-dire à représenter linguistiquement des référents posés hors discours.

6En prenant la parole, l’énonciateur se désigne comme origine de l’énonciation. C’est lui qui oriente et repère sa production par rapport « aux points d’ancrage que constitue la situation d’énonciation » (Culioli 1973 : 83). On doit par conséquent s’attendre à trouver des traces de l’énonciateur dans sa production linguistique, traces réparties sous forme de marques sur la totalité de l’énoncé. Ces marques sont les opérateurs déictiques qui servent à repérer et à désigner les éléments qui constituent la situation d’énonciation. Cette relation déictique résulte d’un consensus pragmatique vis-à-vis des éléments désignés qui appartiennent à la situation de discours. C’est d’abord l’extérieur, le lointain qui est défini et montré au co-énonciateur. Dans les exemples (2) et (3), il est tout à fait naturel que here suive there :

(2) I know there are people here, I know there are people here in the audience that use, used to come to classical music concert... (Harlow Playhouse public meeting, enregistré le 2 sept. 1991, partie orale du BNC)

(3) After Leeds slipped towards the relegation zone with a 3-1 defeat at Blackburn, on Saturday, McAllister forecast: “It’s going to be a long, hard winter. Alarm bells arc not ringing but I hope nobody thinks we’re too good to go down But we have it in us to work a way out. There is nobody here who can’t wake up in the morning and look at himself in the mirror.” (BNC newspaper section, 1985-94)

7La référence situationnelle (bien qu’elle puisse être analysée comme une situation abstraite) est posée en premier. Il semble d’ailleurs difficile d’imaginer le contraire, l’ordre inverse représenté en (2’) et (3’) serait irrecevable :

(2’) * Here are people there in the audience.

(3’) * Here is nobody there who can’t wake up in the morning.

8On considère généralement que la locution there + be exprime ce que l’on a coutume d’appeler une prédication d’existence comme dans (4) :

(4) I was very young back then, but I did not know there would ever be a future. (Paul Auster 1989: I)

9Dans cet emploi, on dit que there a perdu son sens locatif pour devenir un simple mot-outil, un sujet syntaxique (on dit aussi sujet apparent), le sujet réel, notionnel étant a future. Joly et O’Kelly (1989 : 145) reconnaissent en there présentatif la forme dématérialisée de l’adverbe situationnel there. Bolinger (1977 : 91), pour sa part, considère qu’il s’agit là d’une extension de l’adverbe there dans un sens qui renvoie à une situation généralisée. On peut cependant souligner que there existentiel conserve suffisamment de contenu lexical pour fournir une situation (localisation) dans laquelle quelque chose ou quelqu’un de nouveau pourra être montré. En effet, lorsque le sujet est indéterminé, there construit le cadre nécessaire pour une information nouvelle. On peut ainsi éviter la forme A book is on the table, grammaticalement possible, mais peut-être moins naturelle, en introduisant there :

(5) There is a book on the table.

10L’objet « book » sera déterminé relativement à sa localisation, comme le sont les violettes dans le passage (6) suivant, dans lequel l’opérateur there (there was also...) cumule à la fois les fonctions de représentation de l’espace et de reprise des données contextuelles et situationnelles.

(6) A host of elder saplings had grown up along the ravaged roadside and beneath them thick clumps of primrose were pallidly in flower. There was also, here and there, the faint purple stains of violets. (Murdoch 1977: 52)

11Dans cet énoncé, there renvoie, d’une part, au contexte amont qui est une description de l’espace : along the ravaged roadside, et, d’autre part, à here and there qui suivent et qui constituent une expansion du premier there.

12Ainsi on opère d’abord un repérage global de la situation pour ensuite en préciser les différents points qui la composent, en allant dans le sens du général au particulier.

1.2. Du général au particulier

13On observe donc un mouvement centripète qui va du périphérique vers le centre, du large à l’étroit, un processus de centrage (ou de recentrage) sur l’énonciateur. Les constituants de la situation préexistent à la désignation. Ils sont déjà posés hors discours. Cela explique sans doute que la prédication d’existence, qui est une des toutes premières opérations de détermination d’un élément, soit exprimée au moyen de l’opérateur there.

14De la même manière dans un énoncé comme (7), on comprend bien que l’objet « big pigeon » vient de l’extérieur, d’un point éloigné (cf. there he is...) pour aller (ou venir) vers l’intérieur, le centre, le lieu-origine de l’énonciation.

(7) I says what do you do when it’s frosty when you start to work? Oh, we just go along with a blow lamp... Suppose it’s one way isn’t it? Mm. Here comes the big pigeon, there he is. I don’t think they should look... Oh yeah. He’s got a white collar you see and also he’s very big. Yeah. I can see. (Conversation enregistrée par « Arthur », 10-13 janvier 1992, partie orale du BNC)

15On a souvent tendance à penser que here est le « point de départ d’une infinité de rayons » (Gardiès 1975 : 139). Les oppositions référentielles here/there et this/that, par exemple, sont nommées dans l’ordre proximité/distance par rapport à l’énonciateur, ce qui donne l’impression que les repérages se font à partir du centre et non l’inverse. Nous supposons au contraire que les rayons convergent vers le cœur, l’énonciateur (here), vecteurs des images correspondant aux constituants de la situation. Cette idée d’image nous semble ici intéressante dans la mesure où, à l’instar des rayons lumineux qui justement reflètent des images, les mots (et les déictiques) qui désignent les objets ne renvoient pas aux objets eux-mêmes, mais à la représentation de ces objets. On fait par conséquent le départ entre la réalité extralinguistique et la représentation que l’on peut en faire, entre les référents et ce qui permet de les identifier. C’est effectivement le contexte, la situation qui nous donne l’occasion de parler. Le moment de l’énonciation ne marque pas en soi l’existence de la situation d’énonciation. Autrement dit, sans situation, un énoncé ne peut être produit et encore moins reçu et interprété. Sont d’abord présents l’objet, l’événement, le réel et vient ensuite l’énonciation. C’est en s’appuyant sur la situation que le discours prend forme, nomme, désigne.

16Ainsi, les opérateurs déictiques mis en œuvre par l’énonciateur montrent la place des objets et des personnes par rapport à l’énonciateur lui-même et entre eux. C’est lui qui hiérarchise les éléments selon l’importance qu’il leur accorde dans l’échange verbal, et cette organisation transparaît inévitablement au travers de la position initiale de there dans l’énoncé.

1.3. L’antéposition de there

17De fait, c’est le premier terme de l’énoncé qui signale ce dont il est question. Dans les exemples suivants, le premier repère est there, c’est-à-dire le renvoi à la situation large, l’extérieur :

(8) For its size, the house was commodious; there were countless nooks resembling birds’nests, and little things made of silver were deposited like eggs.
In this general perfection two kinds of fastidiousness were at war.
There lived here a mistress who would have dwelt daintily on a desert island.
(Galsworthy 1969: 68-69)

(9) There has been plenty of violent action by the authorities in England, especially during the first half of the nineteen century. (Hoggart 1958: 74-75)

(10) Yet there exists, with some reason, a feeling among working-class people that they are often at a disadvantage, (idem)

(11) [A l’école de Rugby, les élèves du pensionnat (the Schoolhouse boys) jouent au football contre le reste de l’école]
And now the last minutes arc come, and the school gather for their last rush, every boy of the hundred and twenty who has a run left in him. Reckless of the defence of their own goal, on they come across the level big-side ground, the ball well down amongst them; straight for our goal, like the column of the Old Guard up the slope at Waterloo. All former charges have been child’s play to this. (...)

There stands the School House prepostor,
safest of goal keepers, and Tom Brown by his side, who has learned his trade by this time. (Hughes 1993: 118-121)

(12) (...) And there he was, hopping around with his finger up in the air and giving it to that tank in Sioux or Algonquin or something for crissake.
(Momady 1989: 117)

  • 1 La structure existentielle peut se construire avec d’autres verbes que be : there exists, there may (...)

18Les déictiques spatiaux sont souvent réutilisés comme anaphoriques qui renvoient non seulement à des éléments de la réalité extralinguistique, mais aussi au texte, c’est-à-dire à des éléments de discours. L’exemple (8) est une structure existentielle1. Il s’agit de la présentation d’une information nouvelle ; l’énonciateur pose l’existence de « a mistress who would have dwelt on a desert island. ». There est ici sujet syntaxique. La structure existentielle permet d’organiser l’information du discours en extraposant le sujet réel. There ne s’oppose pas à here, mais marque une mise en relief d’un connu situationnel. There a donc une dimension anaphorique par rapport à une situation large (métaphorisée).

19La dimension anaphorique est moins évidente dans les énoncés (9) et (10), cependant on peut dire que there existentiel implique une situation généralisée, déjà posée et ensuite précisée, recentrée : in England (9) et among working-class people (10), sur laquelle on s’appuie pour introduire une information nouvelle, à savoir respectivement plenty of violent action by the authorities et a feeling that they are often at a disadvantage. On peut montrer par une simple manipulation comment there situationnel passe au statut de there présentatif et fournit une situation abstraite dans laquelle les éléments présentés peuvent être introduits et identifiés :

(9’) Plenty of violent action by the authorities has been there in England > There has been plenty of violent action...

(10’) Yet, a feeling that they are often at a disadvantage exists, with some reason, there, among working-class people > there exists (...) a feeling among working-class people.

20On remarque enfin la présence d’autres marqueurs anaphoriques dans ces énoncés : the (authorities) en (9), qui signale la mise en place d’une situation, (a feeling) that en (10) qui identifie pour ainsi dire un élément situationnel.

21Dans les exemples (11) et (12), nous n’avons pas affaire à des prédications d’existence. Dans les deux cas there est un adverbe de lieu, déictique, anaphorique, qui renvoie au contexte amont décrit de manière très visuelle. Comme pour les énoncés (9) et (10), there existentiel peut remplacer there adverbe de lieu reprenant un élément de situation décrit dans le contexte (cf. Cotte 1997 : 176). Ainsi l’ordre canonique de (11), The Schoolhouse prepostor stands there (in the goal) devient There stands the Schoolhouse prepostor avec thématisation de l’adverbe pour des raisons à la fois de mise en relief et de cohérence syntaxique ; l’objet « Schoolhouse prepostor » peut être ensuite déterminé, identifié par rapport à sa localisation : There is the Schoolhouse prepostor standing there. En ce qui concerne l’énoncé (12), cette dernière étape ne sera pas représentée car l’objet « he », qui est de surcroît emphatique, est déjà identifié (he was) à la situation (cf. hopping,... and giving it...).

22La construction présentative fait prendre conscience de l’élément situationnel (Bolinger 1977 : 95) chaque fois que there est en position initiale dans l’énoncé. Cela veut dire que l’énonciateur met au premier plan, focalise en quelque sorte ce qu’il connaît de la situation dans laquelle il se trouve et qu’il montre. On imagine qu’en même temps qu’il représente verbalement les faits ou les objets inhérents à une situation donnée, l’énonciateur les désigne par un regard, un geste de la main, un marqueur de fléchage (ex. the Schoolhouse prepostor, this time, that tank).

2. Le jeu des marqueurs de fléchage this et that

2.1. Correspondances déictiques

23Dans le système déictique, il est coutumier d’associer here à this et there à that. On notera par exemple le renforcement des marqueurs de fléchage (c’est-à-dire de reprise et d’identification) this et that par here et there dans certains parlers régionaux :

(13) “Did they have what they call a Scotch cart?”
“Aye, some of
these here farms had. A lot of ‘em would use these box sleds, you know, sledges, aye.” (Yorkshire, West Riding, cité dans Melchers 1972)

(14) This here old man just... lived a life and died of it. (The Grapes of Wrath, le film de J. Ford tiré du roman de J. Steinbeck, 1940)

(15) And me mother, she lived at, that’s not far from Peterborough, and she er me other used to go to this here farm, me mother lived, and of course they got in with each other, then they got married and then they wanted to buy a caravan.
(Interview. Nottingham. 1985-1994, partie orale du BNC)

(16) Okay, I’ll contact. Right. I will attempt to use that there tape, ta-da, erm to note the minutes and get those back out. (Reunion hebdomadaire, enregistrée le 21 mars 1993, partie orale du BNC)

(17) When we eventually came out, when the sirens er all clear went, we came out look at that there in the ARP warden’s, er in the ARP pavilion, the cricket pavilion... (Walsall. Discussion au sujet de Bloxwich et du Home Guard, enregistrée le 18 novembre 1978, partie orale du BNC)

24Les correspondances ne s’arrêtent pas là. En effet, comme avec there et here, that peut précéder this dans l’enchaînement des repérages de données situationnelles. Soient les énoncés suivants qui présentent justement ce type de rapport :

(18) He very rarely came into town, except when he had to buy goods he could not get at his local store, and that happened perhaps once or twice a year. On this occasion he ran into a man he had not seen for years. (Lessing 1989: 44)

(19) The reason I was standing way up on Thomsen Hill, instead of down at the game, was because I’d just got back from New York with the fencing team. I was the goddam manager of the fencing team. Very big deal. We’d gone into New York that morning for this fencing meet with McBurney School. Only we didn’t have the meet. (Salinger 1964: 3)

25Dans les énoncés (18) et (19) ce sont les éléments de la situation globale, that happened (18), that morning (19) qui sont représentés en premier ; on se rapproche ensuite du cœur. Notons que pour this occasion (18) et this fencing meet (19), ce n’est pas véritablement la proximité à l’énonciateur au sens physique du terme qui est exprimée. Le déictique ne renvoie pas directement à la réalité extralinguistique mais à came to town en (18) et au contexte amont en (19), qui sont du point de vue conceptuel plus ou moins proches de l’énonciateur dans le discours.

2.2. Les degrés de proximité de l’énonciateur

26Ces exemples montrent le lien étroit qui existe entre les opérateurs déictiques et précisent de manière plus explicite la capacité de situer de this et de that tant au niveau contextuel large qu’au plan énonciatif (cf. Joly 1987 : 123-195). Cette fonction de repérage et de reprise situationnelle et énonciative apparaît très clairement dans le passage suivant :

(20) “Yes... aw it’s the gangs... they just fight with knives ans bottles and big sticks... and bricks... takes place over at the big railway over there... Yes... they’ve got a gang... they call it Young Niddrie Terror... round here they call it Young Bingham Cumbie... and that’s how it starts... they start fighting... yes they fight with other yins, they fight with Magdalene... that’s away along the main road there... if... Magdalene’s just down that road... yes... they fight with the Northfields... and they go away on buses... and go to a lot of other places... to fight... aw... about sixteen and that... yes... yes... don’t know... no... yes... well... there’s only one person that lives round here... this part... and the rest are... some of them live away up the road there... and there’s all round the scheme... well... there’s one of them... he., he takes a lot of them on, he’s right strong... aye... well, they... have nicknames.”
(Edimbourg, cité dans Hughes & Trudgill 1996: 79)

27Dans ce texte, l’énonciateur raconte les rixes qui éclatent régulièrement entre bandes rivales à Edimbourg. La définition de l’espace se fait de l’extérieur (over there) vers l’origine de l’énonciation (round here). En effet, l’énonciateur se positionne en fonction de son environnement. Quand il y a prédication d’existence (there’s only one person, there’s one of them), qui peut être analysée comme l’extraction d’un constituant de la situation d’énonciation (cf. one person), l’élément désigné est soit défini par rapport à l’origine (round here), soit repris et identifié (he takes...), singularisé parmi les autres sujets (cf. one of them). On remarquera par ailleurs le parallélisme des opérateurs déictiques : the main road there repris par that road et round here qui devient this part. Ainsi, qu’il s’agisse de référence à l’espace et à ses constituants ou de la prédication d’existence (situation abstraite), le processus de repérage s’inscrit bien dans un mouvement inversé de la périphérie au centre, du lointain au proche, du distal au proximal, du moins défini au plus défini repéré relativement à l’énonciateur.

28La validité des référents dépend largement du contexte, de la situation d’énonciation, et les formes déictiques permettent de signaler l’ancrage situationnel de l’énonciateur et du co-énonciateur. Ils fournissent à la situation énonciative qui est sans doute aussi un élément référentiel de l’énoncé.

3. La relation situation-énoncé

3.1. Effacement de there

29Il existe une relation intime entre la forme d’un énoncé et son contenu (Bolinger 1977, Lakoff & Johnson 2003) qui nous informe sur les données contextuelles qui ont déclenché la prise de parole. Cette correspondance forme-contenu est loin d’être arbitraire et certaines des interprétations d’un énoncé peuvent se faire à partir de la forme qu’il prend. Ceci est particulièrement saillant dans plusieurs variétés d’anglais non-standard dont le Black English et l’anglais des Antilles.

(21) “Is pure chaos and confusion here this morning, because we weren’t given any prior notice until today about the shift system.” (Weekly Gleaner, 11 septembre 2007, Kingston, Jamaïque)

30L’énoncé (21) est le commentaire d’une mère au sujet de la confusion qui régnait dans certaines écoles dans les zones touchées par un cyclone. Dans cette structure présentative, il faut nécessairement postuler un there permettant de poser linguistiquement que le sujet I (we) est ancré situationnellement. Be exprime l’existence de chaos and confusion identifié à la situation (= être dans). En anglais standard, there sert d’appui à l’énonciateur pour communiquer avec l’autre. Dans l’énoncé (21), l’énonciateur se base sur la seule situation d’énonciation pour faire un premier repérage déictique large et ensuite se rapprocher du centre, exprimé par l’adverbe de lieu here, soutenu par this morning. En l’absence de there, la construction présentative place l’événement directement sur le plan physique (Bolinger 1977 : 94) et ne renvoie plus vraiment à une abstraction.

31Cependant, certaines occurrences montrent que l’énonciateur ne se réfère pas seulement à une situation effective.

(22)... every time I step out with one is a big quarrel for days after. (Seymour A.J. (ed.) New Writing in the Caribbean, Georgetown, 1972, cité dans Allsop 2003: 211)

(23) Now I tell you that if is one thing Sophie believe, in that is that if she promise to do something she was go do it, come hell or high water. (The Nassau Guardian, ler Juin 1978, Nassau, Bahamas, cité dans Allsop 2003: 211)

32Dans l’exemple (22), c’est le parcours des situations, indiqué par every time I step out with one, (ever est l’image de ce parcours) qui définit l’élément localisateur dont be (is) signale l’identité avec a big quarrel. Dans l’énoncé (23), one thing désigne l’élément repéré : en anglais standard on aurait there is one thing où la localisation est marquée en surface dans une situation fictive (cf. if she promise).

33Ces exemples mettent en évidence que c’est en définitive l’évocation des constituants de la situation (fictive ou non) qui pose leur existence, ou leur absence s’il y a négation.

3.2. Les énoncés négatifs

34Dans le cas d’un énoncé négatif, c’est l’élément négatif qui est thématisé. On peut non seulement y voir une façon de distinguer cet élément, mais aussi un effacement de there. L’extrait (24) qui va suivre présente un certain nombre d’occurrences du morphème ain’t en position initiale.

(24) “Ain’t nobody coming, y’all.” Said [Rev. Roy] Bowman, a former police officer, looking from one team face to another. “Ain’t nobody coming to save us, to work this thing out. If you don’t learn to read, ain’t nobody going to show up to care. If you expect the police or the D.C. government to do something it ain’t going to happen. Nobody cares that we kill each other... Ain’t nobody coming.” (Washington Post, 2 septembre 2007)

  • 2 Ceci est à rapprocher de la négation nominale (no + nom) dans les énoncés minimaux (ex. No problem. (...)

35En anglais standard, à ain’t nobody on substituera there is nobody (who...), syntagme dans lequel there renvoie à toute la situation de discours. There n’apparaît pas dans l’énoncé non-standard, mais toutes les parties qui composent la situation sont représentées en surface : l’espace (cf. come qui implique un déplacement vers le lieu où l’on est), les personnes (cf. y’all), l’événement (cf. coming to save us, going to show up to care dont la forme V-ing indique l’ancrage situationnel). Ainsi les marques de repérage déictique – dont la validité, rappelons-le, dépend de l’instance de l’énonciation – sont réparties sur l’ensemble de l’énoncé. La thématisation de la négation, qui plus est, a pour effet de mettre en valeur, de focaliser et d’accentuer ain’t qui à son tour joue le rôle d’opérateur situationnel. L’opération consiste surtout à désancrer l’énoncé et par conséquent son contenu. En éliminant le repère, on efface du même coup sa trace dans l’énoncé, c’est-à-dire there. C’est l’existence des personnes (cf. nobody), elles-mêmes éléments constitutifs du repère situationnel, qui est niée2.

36On remarque enfin dans ce texte que les repérages déictiques se font de l’extérieur vers l’intérieur, les verbes come et show up évoquent un mouvement centripète, le pronom personnel y’all renvoie au nombre et à la globalisation (cf. le sens de all), enfin to save us explicite la direction et renforce l’idée qu’il n’y a personne « là-bas » pour s’approcher de « nous » (le centre) et nous sauver. Dans ce cas précis la forme linguistique de l’énoncé reflète iconiquement la réalité extralinguistique puisqu’elle concerne la prédication d’existence, ou plutôt sa négation, dans une situation et touche à l’organisation même de l’énoncé.

Conclusion

37Lorsque there apparaît en anglais, standard ou non, il fait référence à tous les éléments qui constituent la situation d’énonciation en même temps qu’il pose l’existence de l’objet de la prédication. Il représente un repérage global de la situation et de tous ses composants (cf. that), et s’oppose non seulement à here (et à this), mais aussi à l’énonciation, c’est-à-dire au point de vue conceptuel de l’énonciateur. Ce qui est trompeur, c’est que le repérage se dit de l’intérieur : avec there, l’énonciateur se positionne d’abord en tant que témoin, montreur d’un événement ou d’un objet, et définissant d’un contexte de discours. Une fois la situation définie, il convient de rendre compte des différents éléments qui la composent et l’animent. Il faut donc nommer les objets et les personnes, et désigner la place qu’ils ou elles occupent dans la situation d’énonciation relativement à l’énonciateur (représenté par here et this). Celui-ci est l’origine de l’énonciation et à ce titre il détermine ce qui l’entoure en fonction de son point de vue.

38Ce qui est perçu ou ressenti en premier dans la situation d’énonciation apparaît en première place dans la représentation linguistique de la situation. Par conséquent, l’ellipse de there en anglais non-standard, par exemple, sera analysée comme l’évocation directe, non distanciée d’un élément ou d’un événement, existence qui peut être niée par l’effacement de la référence et de sa trace (there) dans l’énoncé.

39Enoncer revient en quelque sorte à conceptualiser, c’est-à-dire à représenter mentalement, de manière générale et abstraite, des constituants situationnels. Mais l’énonciation ne se réduit pas seulement à une simple conceptualisation d’éléments contextuels, on peut aussi y voir une relation plus directe, une évocation plus figurative du monde extérieur.

Top of page

Bibliography

Allstop, R., (ed.) (2003) Dictionary of Caribbean English Usage. Kingston : University of the West Indies Press.

Bolinger, D., (1977) Meaning and Form. London : Longman.

Cotte, P., (1997) Grammaire linguistique. Paris : Didier-Erudition.

Culioli, Α., (1973) « Sur quelques contradictions en linguistique ». In Communication n° 20 : 83-91. Paris : le Seuil.

Gardies, J. L., (1975) La logique du temps. Paris : P.U.F.

Hughes, A. & P. Trudgill (1996) English Accents and Dialects. An Introduction to Social and Regional Varieties of British English. 3rd edition. London : Edward Arnold.

Joly, A. & D. Ο’Kelly (1989) Analyse linguistique des textes anglais. Paris : Nathan.

Joly, Α., Essais de systématique énonciative. Lille : Presses Universitaires de Lille.

Lakoff, G. & M. Johnson, (2003) Metaphors We Live By. Chicago & London : University of Chicago Press.

Melchers, G., (1972) Studies in Yorkshire dialects based on recordings of 13 dialect speakers in West Riding. Thèse. Stockholm University.

CORPUS

Auster, P., (1989) Moon Palace. London : Penguin.

Galsworthy, J., (1969) The Man of Property. London : Penguin.

Hoggart, R., (1958) The uses of Literacy. London : Penguin.

Hughes, T., (1993) Tom Brown’s Schooldays. Ware : Wordsworth Classics.

Lessing, D., (1989) The Grass is Singing. London : Paladin.

Momady, N. S., (1989) A House Made of Dawn. New York : Harper & Row.

Murdoch, I, (1977) Henry and Cato. St Albans Triad/Panther Books.

Salinger, J.D., (1964) The Catcher in the Rye. New York : Batam.

Top of page

Notes

1 La structure existentielle peut se construire avec d’autres verbes que be : there exists, there may come, there occurred, etc.

2 Ceci est à rapprocher de la négation nominale (no + nom) dans les énoncés minimaux (ex. No problem.). L’extrait suivant présente deux occurrences de ce type d’énoncés négatifs qui viennent en conclusion d’un raisonnement qui fait le parcours (cf. any hot-shots, what’s a game about it ?) des compatibilités avec les propriétés définitoires de game telles que l’énonciateur les conçoit.
“Life is a game, boy. Life is a game that one plays according to the rules.”
“Yes, sir. I know it is. I know it.”
Game, my ass. Some game. If you get on the side where all the hot-shots arc, then it’s a game, all right - I’ll admit that. But if you get on the
other side, where there aren’t any hot-shots, then what’s a game about it ? Nothing. No game. (Salinger 1964 : 8)
Le parcours ne montre l’existence d’aucun élément compatible avec life is a game si l’on n’est pas du bon côté. En même temps que l’existence est niée (cf. there aren’t any hot-shots), sa trace (there) en surface est effacée, d’où les énoncés minimaux : Nothing. No game. La notion de jeu disparaît dans les faits et dans le discours.

Top of page

References

Bibliographical reference

Patrice Larroque, « Here, there,... et le processus référentiel », Anglophonia/Sigma, 13 (26) | 2009, 219-229.

Electronic reference

Patrice Larroque, « Here, there,... et le processus référentiel », Anglophonia/Sigma [Online], 13 (26) | 2009, Online since 13 December 2016, connection on 23 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/904 ; DOI : 10.4000/anglophonia.904

Top of page

About the author

Patrice Larroque

Université Paul Valéry, Montpellier III

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org