Skip to navigation – Site map
English Linguistics

Variétés de pidgin nigérian dans « Girls at War » et A Man of the People de Chinua Achebe, Jagua Nana de Cyprian Ekwensi et Sozaboy de Ken Saro-Wiva : questions de traduction de ces lieux de la variation

Catherine Paulin
p. 159-178

Abstract

This paper, by looking at some texts by Nigerian writers, deals with some problems that are raised by the translation of Pidgin Englishes in African literature in English-speaking countries. The reasons for the translation difficulties are linguistic and ideological. Translation choices, such as standardisation / « domestication », relocalisation / « foreignization », change of register… are determined by a set of parameters, such as time, cultural and literary norms as well as by the sociolinguistic reality and the potential it offers in terms of literary creativity.

Top of page

Full text

Introduction

1Le présent article développe une approche linguistique des difficultés de traduction du pidgin nigérian tel qu’il est employé dans un corpus littéraire. Ces difficultés liées à la présence d’une variété de pidgin telle qu’elle est représentée dans un univers fictionnel sont d’ordre linguistique et idéologique. Le problème linguistique se pose de manière aiguë puisque le pidgin nigérian n’a pas d’équivalent en Afrique francophone. Les choix opérés par les traducteurs sont, d’une part, ancrés dans une époque, et, d’autre part, ils relèvent de conceptions différentes de l’opération de traduction.

1. Traduire : point de vue sur la traduction

  • 2 La notion de variation désigne la diversité des usages dans une langue. Elle se manifeste au plan d (...)

2Nous envisageons la traduction en général mais bien plus encore la traduction de la variété comme un acte de langage et une création du traducteur. Cette opération de ré-écriture est un acte d’énonciation à part entière. Nous n’inscrivons pas notre propos dans la dichotomie sourcier / cibliste car il ne s’agit pas de mettre le texte source aux normes de la langue cible. Une des questions qui se pose est de savoir à quelle variété de langue en français on a recours pour traduire le pidgin des textes fictionnels nigérians. Nous notons une tension entre une traduction qui serait une adaptation en français parlé, qui conduit à une délocalisation, et une traduction qui tendrait à relocaliser et à rendre le texte source dans une variété de français marqué du point de vue diatopique. Standardisation, délocalisation, relocalisation, quels choix opérés ? Deux conceptions s’opposent : l’une consiste à vouloir rester le plus près possible de l’original et semble s’apparenter à la thèse selon laquelle tout est traduisible ; l’autre reconnaît que toute traduction est déjà une ré-interprétation de l’original et semble indiquer que la « traduisibilité » n’est pas universelle. La traduction de variétés diatopiques, diastratiques et de surcroît diamésiques2 puisque appartenant à la fiction, très marquées quant à leur appartenance socio-géographique et à leur rôle idéologique, rend difficile la première position. Nous adoptons le point de vue de Ladmiral et Meschonnic (1981 : 17) en général et plus encore pour la variété qui nous intéresse ici :

L’idée d’une traduction dont soit exclue toute interprétation est totalement fantasmatique, car elle implique que les langues seraient assimilables à des codes (stricto sensu), la traduction devenant un simple transcodage.

3La variété, qui est ancrée dans la situation et dans l’usage et qui se manifeste aux plans temporel, géographique, social ainsi que dans les écarts entre oral et écrit, met en exergue des difficultés générales de traduction : le verbe ne traduit pas la somme de l’expérience du sujet et le message verbal ne permet pas de traduire la situation dans laquelle il est émis ou bien encore l’effet qu’il produit. Dans le cas du pidgin employé dans un texte de fiction, l’ancrage dans la situation sociolinguistique, historique, idéologique est tel qu’il est difficile de translater le sens qui n’existe ni en dehors de l’univers socio-historique considéré, ni en dehors des formes elles-mêmes. Traduire d’une langue à une autre, d’une variété de langue à une autre qui plus est, est un exercice linguistique, une activité créatrice et une opération sui generis qui pose la question de la possibilité ou de l’impossibilité de traduire. Selon l’approche de Bloomfield (1934 :139), il y a plus ou moins impossibilité théorique de traduire puisque le sens du discours reste plus ou moins inaccessible sans référence ou ancrage dans la situation. Dans le cas du pidgin dans le texte de fiction, il y a un écart entre la réalité sociolinguistique et la/les variété(s) pidginisée(s) du discours littéraire. Dans cet écart se trouve un vouloir dire d’un auteur qui re-crée des formes attestées dans le réel au fil du texte. La présence de la variété pidginisée dans le discours, ce qu’elle représente fictionnellement aux plans socio-historique et sociolinguistique, souligne le fait que la traduction est à envisager comme une pratique idéologique.

4La langue et plus encore la variété marquée sert à la communication mais en même temps elle lui fait obstacle. La variété, plus que la langue, est clairement sociale avant d’être universelle (Boutet et Gadet 2003/4). La traduction de la variété ne médiatise pas tant du sens qu’elle médiatise une communication. Elle n’opère pas tant sur la variété en soi que sur des messages. Le terme de communication est pris dans le sens d’action de transmettre un message mais aussi en tant qu’ensemble de pratiques qui concerne l’interaction entre individus. La transmission d’informations ne constitue qu’un niveau du processus de communication.

2. Variétés pidginisées dans la réalité sociolinguistique et dans la littérature, pidgin et traduction : « Girls at War », A Man of the People, Jagua Nana

5La lecture de l’article de Bandia3 a conforté pour une large part notre position. Cependant, contrairement à Bandia, nous n’irons pas jusqu’à parler de pidgins en Afrique de l’Ouest francophone, ce qui constitue la source de difficultés majeures lorsqu’il s’agit de traduire des passages en pidgin nigérian dans le discours littéraire. Nous reviendrons sur la situation linguistique de la Côte d’Ivoire à partir de la traduction de Sozaboy.4 Nous évoquerons une forme de vernacularisation du français principalement en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso.

  • 5 Le basilecte est la variété la plus éloignée de la variété la plus développée, c’est-à-dire l’acrol (...)

6Le pidgin ouest-africain est une lingua franca qui est née du contact entre Africains et colons anglais pour connaître une expansion bien au-delà de cette situation de contact restreinte. Aujourd’hui le pidgin est utilisé parmi toutes les classes sociales en contexte informel et pas seulement par les membres non éduqués ou peu éduqués de la société (Schmied 1991, Todd 1984). Dans la littérature africaine, le pidgin ouest-africain fonctionne aussi comme une lingua franca entre un écrivain et un lectorat européen : le pidgin du discours littéraire fait entendre une réalité recréée par un auteur qui donne à saisir les réalités sociolinguistiques et socioculturelles telles qu’il les représente dans un univers fictionnel empreint de réel. Le pidgin ouest-africain connaît différentes variétés sur un continuum qui va du pidgin basilectal au pidgin acrolectal en passant par le pidgin mésolectal5 (Todd 1982). Il ne s’agit pas de considérer que la variété acrolectale est de l’anglais ou presque mais plutôt de voir que c’est un pidgin, une langue de contact, voire un créole, c’est-à-dire un pidgin qui est devenu la langue native de certains locuteurs, beaucoup plus développé qu’une variété basilectale.

  • 6 Le corpus est accompagné des traductions et est constitué de l’intégralité des occurrences dans la (...)
  • 7 Cette remarque ne s’applique que très partiellement à la traduction de Sozaboy.

7Dans notre corpus6, que nous avons présenté sous forme tabulaire en annexe afin que le lecteur puisse appréhender simultanément les formes de pidgin relevées dans le discours littéraire ainsi que leur traduction, et dans la littérature africaine anglophone plus généralement, il y a alternance codique entre l’anglais, langue de la narration (Sozaboy est une exception), et le pidgin employé par les protagonistes en discours direct. Même si on constate des emprunts lexicaux à l’anglais, il s’agit de deux langues distinctes et non pas d’une langue et de registres ou niveaux de langue différents. Dans la traduction des textes de Chinua Achebe et de Cyprian Ekwensi dans notre corpus, les traducteurs n’ont pas recours à deux langues différentes (le français et ce qui serait un pidgin ou un créole à base de français) ou encore à une variété identifiée de français pidginisé ou créolisé mais, dans le meilleur des cas, à des registres de français oral scripturalisé. Cette variété de français oral de membres non lettrés ou peu lettrés de la société n’est pas l’équivalent du pidgin ouest-africain. Dans les traductions du pidgin, il nous apparaît que le français oral substandard a des connotations péjorantes, il a été décrit comme du « français petit-nègre ». Dans le discours littéraire, le pidgin souligne l’africanité du discours et s’inscrit dans une tendance mimétique réaliste mais il ne renseigne pas nécessairement sur le statut social des locuteurs comme le fait le français substandard (Blachere 1993) qui, quant à lui, n’a pas de rapport clairement identifiable avec la réalité sociolinguistique.7 Les auteurs ouest-africains dans l’espace anglophone utilisent des récurrences de formes attestées dans le réel pour créer une impression d’authenticité linguistique.

  • 8 Le protagoniste, Ministre de la Justice, profite de la situation de guerre pour partager une nuit a (...)

8La nouvelle « Girls at War » présente un nombre restreint d’occurrences de pidgin dans des passage en discours direct tandis que dans le roman A Man of the People, les protagonistes ont souvent recours au pidgin, toujours en discours direct. Nous avons procédé à un relevé sur les deux premiers chapitres qui nous paraît représentatif de l’ensemble du roman. Si le pidgin du discours littéraire n’est pas une variété authentique mais une variété diamésique dans l’univers fictionnel imaginaire, il véhicule la force expressive des parlers vernaculaires et a également pour fonction de représenter le tissu social. La nouvelle « Girls at War » constitue une dénonciation des fractures sociétales causées par la guerre du Biafra8, tandis que le roman est une dénonciation de la perversité de la manipulation des hommes politiques à l’égard du peuple. Dans ces textes, l’alternance codique est un élément central. Sans qu’il y ait reproduction fidèle d’une variété de pidgin nigérian, le pidgin de l’univers fictionnel est cependant très largement inspiré de la réalité sociolinguistique et il est très représentatif de celle-ci.

  • 9 Il convient de se reporter aux exemples en annexe lorsque ceux-ci ne sont pas directement cités dan (...)

9Un bon nombre d’exemples numérotés de 1 à 179 illustre le fait que le pidgin n’est pas employé par les moins lettrés de la société : la jeune Gladys dans les exemples 3 et 4 s’exprime en pidgin alors qu’elle s’adresse au Ministre de la Justice et qu’elle serait en mesure de s’exprimer en anglais. Dans les exemples 11 à 17, le Ministre, ses proches et un journaliste s’expriment en pidgin. Dans le discours littéraire, comme dans la réalité, le pidgin est employé pour assurer une forme de solidarité du « groupe social » ou tout au moins des participants à un échange dans une situation donnée. Nous attribuons alors une fonction phatique au pidgin qui témoigne d’une volonté « d’aller vers l’autre ». Certes il nous paraît important de maintenir la langue vernaculaire dans la traduction mais la question de savoir quelle variété le traducteur pourrait mobiliser se pose. Le statut social des protagonistes explique sans doute le fait que les traducteurs ont choisi de rendre le texte source en français non marqué afin d’éviter les connotations péjorantes associées au français substandard. En effet, il n’y a pas de traits sociolinguistiques marqués dans la traduction en français : on assiste à une perte linguistique, historique, idéologique, à une standardisation. La langue de la traduction pourrait être attribuée à des locuteurs non-africains dans un tout autre contexte. Selon Nida (1976 : 55) cité par Bandia (1994 : 103) :

More frequently the dialect forms used by writers are either horizontal (geographical) or vertical (socioeconomic) dialects, and rarely do authors or translators consistently represent all the details of such dialects, but at least certain easily recognized features are selected that serve to signal the type of dialect being used. () The problem for the translator is to find in a foreign language a dialect with approximately the same status and connotations. Rarely is the dialect match fully successful, for the values associated with a particular dialect are often specific.

  • 10 Nous avons plus haut employé les termes de délocalisation / relocalisation dans une acception proch (...)

10La traduction de Girls at War et A Man of the People rend le sens référentiel mais elle ne médiatise pas le sens communicationnel sociolinguistique et idéologique. La perte ne concerne pas seulement la dimension sociolinguistique mais elle concerne aussi la dimension esthétique et poétique : la traduction nous apparaît comme un résidu de tout ce qui fait le texte source, des formes et du contenu qui sont inextricablement liés. Nous nous posons la question de l’opportunité de la traduction du pidgin par une variété caribéenne de créole à base de français, plus ou moins fidèle à la réalité linguistique, dans une démarche de transposition et de relocalisation, mais un tel choix poserait des questions historiques et idéologiques dont il serait difficile de rendre compte. La date à laquelle les textes de Chinua Achebe ont été traduits (1977 pour ce qui concerne A Man of the People et 1981 pour ce qui est de Girls at War) explique partiellement au moins la stratégie de « lissage linguistique » adoptée par les traducteurs qui n’ont eu recours ni à ce que Venuti (2008 : 19) a appelé foreignization10 ni même à un registre de français marqué comme strictement oral:

Experimenting with fluency so as to write a foreignizing translation still requires the translator to draw on the resources of the translating language and culture and is therefore implicated in the ethnocentrism that lies at the very heart of translation. Despite the claims of my critics, therefore, the terms « domestication » and « foreignization » do not establish a neat binary opposition that can simply be superimposed on « fluent » or « resistant » discursive strategies, nor can these two sets of terms be reduced to the true binaries that have proliferated in the history of translation commentary, such as « literal » vs. « free », « formal » vs. « dynamic » (…). Any significance to the terms « domestication » and « foreignization » or « fluency » and « resistance », any application of them to a specific translation project, must be treated as culturally variable and historically contingent ().

11Les occurrences de pidgin (qui ne sont pas, rappelons-le, une variété de pidgin authentique) extraites de Girls at War sont traduites soit dans un français plat et non marqué (exemples 4 et 6), soit dans un idiolecte construit par le traducteur qui ne donne rien d’authentique à entendre au lecteur (exemple 2). Néanmoins, la traduction a l’avantage d’être plus facile à comprendre que l’original. Commentons les exemples 3, 5 et 1. Il s’agit pour le présent auteur d’une approche critique et en aucun cas de mettre à mal les traductions retenues.

3. ‘Ah, na lie-o. I had earrings…’, p. 114.

- Ah, pas vrai, ça ! J’avais des boucles d’oreilles. p. 149.

12Le marqueur NA (équivalent de IT) est très fréquemment utilisé en pidgin ouest-africain : l’énoncé source donne une impression d’authenticité syntaxique et prosodique tandis que la traduction, qui joue cependant sur le registre, ne permet pas d’entendre un parler authentique.

5. ‘You want to shell ?’ she asked. And without waiting for an answer said, ‘Go ahead but don’t pour in troops !’, p. 118.


- Tu veux tirer tes munitions ? demanda-t-elle, et sans attendre la réponse, elle ajouta : Vas-y, mais n’envoie pas la troupe en renfort à l’intérieur.
p. 153.

13En 5, Gladys se s’exprime pas en pidgin mais dans un registre vulgaire qui n’est pas le sien en situation normale : la guerre civile a causé des ruptures sociétales, comportementales et langagières. Le traducteur a choisi de traduire les métaphores militaires de façon littérale et filée.

1. ‘It is true’, she said simply. ‘Monkey de work, baboon de chop’, p. 112.

- C’est vrai, dit-elle simplement. Le rat tire les marrons du feu, le singe les mange. p. 146.

14L’expression proverbiale « Monkey de work, baboon de chop » a été adaptée dans une tentative que nous trouvons heureuse de sauvegarder tout en le translatant l’héritage de ce qui s’apparente à la tradition africaine orale. Tirer les marrons du feu est une expression française qui date du xviie siècle et qui a été utilisée par Jean de la Fontaine dans sa fable Le singe et le chat où le chat retire les marrons du feu pour le singe. La traduction fait apparaître des différences de symbolique animale.

  • 11 Français de France métropolitaine.
  • 12 Nous avons souligné le passage non traduit dans l’exemple 9.

15L’alternance codique est récurrente dans A Man of the People ; la traduction ne met en scène aucune variété particulière de français mais rend le sens référentiel dans un français central.11 La fonction phatique qui caractérise les emplois en discours direct de pidgin ouest-africain dans le cercle des proches du Ministre n’est pas rendue, ce que ne permet pas la traduction dans un français non marqué. En revanche, la traduction colle au texte source pour lui rendre son africanité lorsqu’il s’agit de traduire les images des proverbes et de l’élément culturel. Nous remarquons que certains passages ou certaines tournures en pidgin ne sont pas traduits12, ce qui occasionne une perte en termes de force expressive. Les passages en pidgin perdent largement de leur dimension sonore dans la traduction qui est proposée.

9. ‘You call this spend ? You never see some thing, my brother. I no de keep anini for myself, na so so troway. If some person come to you and say « I wan’ make you Minister » make you run like blazes comot. Na true word. I tell you. To God who made me.’ He showed the tip of his tongue to the sky to confirm his oath. ‘Minister de sweet for eye but too much katakata de for inside. Believe me yours sincerely.’, p. 15.






- Vous appelez cela dépenser ? Vous n’avez rien vu, mon frère. Si quelqu’un vient vous proposer d’être ministre, prenez la fuite comme si vous aviez vu le diable. C’est mon conseil. Et je vous jure devant le Créateur que c’est vrai.

Pour confirmer son serment, il sortit le bout de sa langue en direction du Ciel.

- Apparemment il est enviable d’être ministre mais si vous saviez les tracas que cela implique ! Je vous prie de me croire sincèrement. p. 27.

16Dans l’exemple 9, il nous semble adéquat de parler de mixité codique ou hybridité codique (code-mixing) relativement à l’emploi certes non-standard de SOME dans You never see some thing et, plus encore, à la fin du passage de Believe me yours sincerely qui est un énoncé qui parodie une variété d’anglais recherché. La traduction aplanit le texte source et laisse de côté des éléments lexicaux ou des marqueurs chargés de signification en pidgin. Au niveau lexical, anini (« money ») dans I no de keep anini for myself n’est pas traduit, pas plus que l’énoncé dans son intégralité. Dans le même énoncé, mais au niveau grammatical, SO SO, marqueur d’emphase, de récurrence, de durée en pidgin (Todd 1982, 1984), ne fait l’objet d’aucune transposition alors qu’il s’agit d’un marqueur grammatical dont l’usage est général en pidgin et qui, de plus, a des qualités sonores expressives de part la réduplication de SO. En 9 comme en 10, la force expressive de l’élément idéophonique dans katakata (« trouble ») est totalement laissée de côté.

10. ‘Me one,’ he said, ‘I no kuku mind the katakatas wey de inside. Make you put Minister money for my hand and all the wahala on top. I no mind at all.’, p. 15.

- Quant à moi, dit-il, je me moque des tracas qu’il y a à être ministre. Donnez-moi les revenus d’un ministre et tous les tracas avec ! p. 27.


17La syntaxe du pidgin ne fait pas l’objet d’une recherche d’équivalent, non pas de manière réaliste, en mobilisant une variété de langue à base de français qui n’existe pas, mais sur le plan expressif et poétique. C’est principalement la valeur référentielle du texte source qui est transmise au lecteur francophone comme cela apparaît dans la traduction par « tracas » du mot wahala, qui de manière comparable à katakata suggère l’idée par le son.

11. (Mrs John who is a close friend of the Minister)

‘No be so, my frien’. When you done experience rich man’s trouble you no fit talk like that again. My people get one proverb : they say that when poor man done see with him own eye how to make big man e go beg make e carry him poverty de go je-je.’, p. 15.

Ce n’est pas comme cela, mon ami. Quand vous aurez connu les soucis du riche, vous changerez de langage. Nous avons chez nous ce proverbe : « Quand un pauvre voit de ses yeux ce qu’il faut faire pour être riche il demande à rester pauvre. p. 27.


18Sans trahir la réalité d’usage du pidgin qui n’est pas restreint aux classes sociales les moins éduquées, il nous semble que le recours à un registre moins soutenu aurait peut-être permis de mieux faire entendre la force de you no fit talk like that again. La traduction simplifie le texte source, voire en évite certaines difficultés, mais rend lisible le texte cible.

19La traduction des passages en pidgin (nous avons procédé à un relevé représentatif sur les 5 premiers chapitres, qui sont au nombre de 24), en discours direct dans Jagua Nana soulève d’autres questions puisque le pidgin est ici un vernaculaire urbain qui permet aux protagonistes de masquer leur identité ethnique ibo :

Like Freddie she was an Ibo from Eastern Nigeria, but when she spoke to him she always used pidgin English, because living in Lagos City they did not want too many embarrassing reminders of clan or custom. They and many others were practically strangers in a town where all came to make fast money by faster means, and greedily to seek positions that yielded even more money. (Jagua Nana: 5)

20Parallèlement, le pidgin joue aussi un rôle de nivellement socio-culturel puisque les protagonistes, Jagua, prostituée, et Freddie, maître d’école, n’ont pas le même degré d’instruction. Il en est de même dans les exemples 23 et 24 en annexe lorsqu’une amie de Jagua, plus jeune qu’elle, s’adresse à Freddie en pidgin. La traduction en français ne permet pas au lecteur de percevoir l’africanité du texte source : les traces d’appartenance socio-géographique et historique des protagonistes disparaissent de la traduction mais, dans une stratégie de compensation, le lecteur est confronté à une traduction en français oral, cohérente de bout en bout du roman, qui lui fait entendre le discours de protagonistes qui manquent cruellement d’argent, dans une capitale, Lagos, qui pourrait être située dans un tout autre pays que le Nigéria. La traduction fait basculer le texte source du local au global.

  • 13 La réduction des clitiques ainsi que certaines qualités phonétiques propres au code oral relâché so (...)

20. ‘When ah go to Englan, eh ?’ he sneered. ‘You jus’ wan’ to laugh me. Poor teacher like me ? Where I will fin’ de money ? Unless Government give me scholarship…’

‘Nothin’ is impossible, Freddie ! you mus’ have hope. I know how you wan’ to go study in England. By de help of God, you mus’ go. You better pass many who done go and come. You be clever boy, and your brain open. You young, too. You know what you doin’. …’, p. 8

- Quand j’13 vais aller en Angleterre, hein ? ricana-t-il. Tu veux juste te moquer d’moi. Un pauv’instituteur comme moi ! Où j’vais trouver l’argent ? si le gouvernement me donne pas d’bourse…

- Rien n’est impossible, Freddie ! i’faut que t’espères. J’sais combien tu veux aller en Angleterre pour apprendre. Avec l’aide du bon Dieu, t’iras. T’es meilleur que beaucoup qui sont allés et sont rev’nus. Tu sais c’que tu fais. T’es sérieux au travail. p. 11.

3. La langue de Sozaboy et de sa traduction

21Le lecteur de Sozaboy est en permanence confronté à une langue hybride (code-mixing), il entend du pidgin nigérian mais aussi l’idiolecte du narrateur (Rinzler 2005). Le lecteur non initié à la variété de pidgin ouest-africain se laisse aller à faire sens de formes dont il se fait une représentation acoustique : le rythme saccadé de la narration participe de la co-construction du sens. L’hybridité linguistique du texte confère une certaine liberté aux traducteurs qui, cependant, ont, dans une stratégie de relocalisation, fondé leur traduction dans la réalité sociolinguistique ouest-africaine francophone. S. Millogo et A. Bissiri, spécialistes de littérature africaine et universitaires, ont choisi de transposer l’anglais nigérian de Sozaboy en français populaire d’Afrique de l’Ouest, de Côte d’Ivoire ou du Burkina Faso, de traduire la fonction expressive et esthétique mais aussi la fonction idéologique et politique du texte source. La lecture de la note des traducteurs est éclairante (Sozaboy Pétit Minitaire 1988 : 20) :

Sozaboy est à prendre avant tout comme une œuvre de fiction dont il suffira de s’approprier progressivement la langue pour pénétrer l’univers du roman. Dans le souci de préserver l’originalité de Sozaboy, nous avons tenté de restituer le style oral et hâché du narrateur dont les mots se bousculent à en perdre haleine.

22La traduction de Sozaboy a vu le jour trois ans après l’exécution de Ken Saro Wiwa, défenseur du peuple ogoni et de ses terres dans le delta du Niger dont il refusait l’exploitation pétrolière par British Petroleum en accord avec le gouvernement fédéral nigérian. Faire connaître au monde francophone l’œuvre de Ken Saro-Wiwa dans laquelle la langue est indissociable du récit revêt une dimension politique. La traduction des fonctions expressive, esthétique, idéologique et politique du texte source dans un français populaire ivoirien ou burkinabé vise un lectorat large et vise à promouvoir le statut du français populaire dans la littérature. Les traducteurs veulent préserver l’originalité de la langue de Sozaboy, qui témoigne de l’engagement politique de l’auteur et par laquelle il dénonce les horreurs de la guerre civile en les verbalisant dans la bouche de Méné qui est parti à la guerre sans conviction, essentiellement pour plaire à sa jeune épouse Agnès. Pour mieux caractériser la langue du récit, citons la note de l’auteur :

Sozaboy’s language is what I call ‘rotten English’, a mixture of Nigerian pidgin English, broken English and occasional flashes of good, even idiomatic English. This language is disordered and disorderly. Born of a mediocre education and severely limited opportunities, it borrows words, patterns and images freely from the mother-tongue and finds expressions in a very limited English vocabulary. To its speakers, it has the advantage of having no rules and no syntax. It thrives on lawlessness, and is part of the dislocated and discordant society in which Sozaboy must live, move and have not his being.

23Dans leur note, les traducteurs problématisent les difficultés éprouvées (Sozaboy Pétit Minitaire : 19) :

Le problème essentiel qui s’est posé aux traducteurs de Sozaboy a été celui de concilier deux attentes contradictoires : comment rendre cette langue, que Ken Saro-Wiwa revendique comme « pourrie », accessible au public le plus large possible sans trahir l’option évidente de son auteur ? (…)
Si l’on choisit de simplifier – et jusqu’où ? – pour rendre la langue compréhensible d’emblée à toute la communauté francophone, ne court-on pas le risque de s’aliéner le public africain qui connaît et pratique la variété de français retenue et s’attend à juste titre à une exactitude de ton ?

  • 14 Le français basilectal, appris dans la rue, est surtout développé en Côte d’Ivoire puis ensuite au (...)

24Les traducteurs n’ont pas seulement privilégié la traduction du récit mais ont cherché à rendre la langue de l’auteur, la langue du narrateur Méné, désordonnée et confuse mais hautement expressive. Dans le texte source comme dans le texte cible, il n’est pas de frontière envisageable entre progression du récit, engagement politique et langue. La langue du texte source et du texte cible n’est ni standard ni littéraire ni régionale ni sociolectale ; elle échappe à toute catégorisation même si les traducteurs ont pris le français populaire d’Abidjan (et des pays limitrophes comme le Burkina Faso) pour rendre le pidgin nigérian sans pour autant « s’y cantonner dans le souci de tenir compte de l’éventail des registres du romancier ogoni » (Note des traducteurs : 19-20). En Côte d’Ivoire et au Burkina14, les emplois du français populaire sont comparables à ceux du pidgin ouest-africain mais celui-ci n’est pas reconnu comme langue littéraire dans la littérature francophone. Le français populaire ouest-africain est une variété comprise et parlée par la population éduquée, ce qui en fait un candidat pour la traduction du pidgin. La traduction de Sozaboy en français populaire ouest-africain est un acte politique qui milite pour la reconnaissance de cette variété dans la littérature et qui contribue à démocratiser la littérature africaine (Bissiri 2001) :

Aujourd’hui, tout, aux niveaux social, culturel et artistique, indique que le français populaire mérite mieux que la condescendance qui a été jusque-là son lot, surtout dans le genre romanesque et poétique. (…)
Le français populaire, cette langue hybride née de la rencontre entre les langues européennes et les langues nationales africaines, n’est plus aujourd’hui une langue de non « éduqués » ou de marginaux. Il est maintenant une langue pleine et entière qui est le support d’une certaine vision du monde, d’une communauté qui s’y reconnaît et l’emploie pour exprimer ses représentations et ses préoccupations : c’est une langue qui est l’expression d’une certaine culture résultant de transformations sinon d’évolutions socio-historiques propres à un contexte donné.

25À partir des exemples fournis en annexe, illustrons tout d’abord les cas dans lesquels la traduction rend en français non-standard des effets très comparables à ceux du texte source:

  • la « valse des temps » : nous empruntons l’expression à Millogo et Bissouri dans la note des traducteurs. Il nous semble que le passage d’un temps à un autre dans un même énoncé ou dans un même passage a une fonction discursive et sert à marquer l’hybridité de la langue de Sozabo et la frontière entre langue orale non-standard et « langue classique » comme la nomme les traducteurs. C’est ce que nous observons dans les exemples 26 et 34.

  • le non-respect de la concordance des temps en discours indirect, comme dans l’exemple 31.

  • la réduplication d’items lexicaux : exemples 25, 28, 30, 32, 33.

26Notons que la réduplication est caractéristique de la tradition orale, qu’elle permet de créer un effet d’insistance ou bien qu’elle est utilisée à des fins de persuasion. La répétition est maintenue dans le texte cible même si elle est parfois déplacée comme le montre l’exemple suivant : « He said that these people have big big belly, big, big ears, big, big noses and big big eyes » (Sozaboy : 156) traduit comme suit « Il dit que ces gens-là leurs oreilles avec leur nez avec leurs yeux, c’est gros gros. » (Pétit Minitaire : 267).

27Les néologismes présents dans les exemples en annexe sont des cas de conversion Adj >V et le processus lexicogénique ne saurait être reproduit à l’identique dans la traduction : dans l’exemple 32 jealous (V) est traduit par être jaloux tandis que glad (V) en 33 est rendu par content seul sans la présence d’un verbe copule. Dans les exemples 34 et 35, les néologismes ne sont pas rendus de la même façon : perte de la néologie en 34, full (V) est traduit par remplir et création du verbe pitier en 35 pour traduire sorry (V). Les néologismes situent le texte dans la temporalité de l’auteur. Inversement les emprunts dont nous ne traitons pas ici lui confèrent un ancrage historique.

28Les exemples en annexe ne permettent pas d’illustrer d’autres phénomènes récurrents tels que l’abandon de l’article, la suppression de mots outils comme les auxiliaires (tendance reproduite le plus souvent dans le texte cible) entre autres phénomènes.

29Soumettons un extrait du texte source et du texte cible à la réflexion :

That morning they gave all of us gun. Every porson one gun. It is the second time that I have hold gun in my own hand. And I am telling you I was very very proud of myself. New uniform plus gun. Even sef that gun dey wonder me plenty. I look am for him mouth. I look am for belly. I look am for bottom. Just small and thin. And with plenty of power. Short man bogey. I carry the gun for my hand. I put am down. I clean am small small. I pull him tooth, ‘e talk small small. I come proud well well ; And I dey laugh for myself . So now I be sozaboy proper proper. Wetin Zaza go talk now if ‘e see me ? I was thinking how I will take foto of myself inside new uniform with gun and then I will send the foto to Agnes and then she will show it to all those Dukana people. And they will be prouding when they know that one of their picken is now big soza. But I think that sometime I will wait small time so that I will get one rope or two rope or even three, then I send the foto they will know I hold no joke ; that true true I am big man now in soza work.

Yes, that is what I will do. By that time sef, sometime I will even get bigger gun. But I like dis my new gun. It was even like the time that I first married Agnes. I was prouding plenty ; And I see that the other sozas are also prouding plenty for their own gun. Everybody was looking at his gun like new wife dem just marry for am. But we no get plenty time to stay there that morning. (Sozaboy : 88)

Ce matin-là, ils nous ont donné tous fusil. Chacun un fusil. En fait, c’est ma deuxième fois d’attraper fusil dans ma main. Et je te dis, j’étais très très fier de moi-même. Nouveau uniforme avec fusil. Même j’ai regardé fusil-là jusqu’ààà. Je regarde son bouche. Je regarde son ventre. Je regarde son derrière. C’est pétit et mince seulement. Et ça gagne puissance en pagaille. Pétit fusil-là dans ma main. Je pose par terre. Je nettoie ça un peu un peu. Je tire son dent, il parle un peu un peu. Je suis très fier quoi. Je commence rire tout seul. Alors maintenant je suis vrai vrai pétit minitaire. C’est quoi Zaza va parler maintenant si il me voit ? J’étais là penser sur la façon je vais prend foto dans nouveau uniforme avec fusil et puis je vais envoyer foto-là Agnès et puis elle va montrer ça à tous les gens de Doukana. Et ils vont faire leur malin parce qu’ils connaissent que un enfant pour eux est grand minitaire maintenant. Mais je pense pétêt je vais attendre pour gagner un V ou deux ou même trois, alors quand j’envoie foto-là, ils vont connaître que mon affaire-là c’est pas samusement, que la vérité est vraie je suis grand type dans travail de minitaire-là maintenant.

Oui, c’est ça je vais faire. Quand temps-là va arriver même, pétêt je vais gagner même fusil qui est plus gros. Mais je content mon nouveau fusil-là quoi. C’était même comme le temps que j’ai marié Agnès premièrement. J’étais là faire mon malin en pagaille. Et je vois que les autres minitaires aussi étaient là faire malins en pagaille à cause de leur fusil. Chacun était là regarder fusil comme nouveau femme on vient de marier. Mais on gagne pas beaucoup temps pour rester cette place matin-là. (Pétit Minitaire : 157-158)

30Les textes source et cible présentent bon nombre de caractéristiques communes : la syntaxe est essentiellement paratactique. Dans la plupart des cas, les propositions sont juxtaposées dans des énoncés courts. Les traducteurs respectent le style de Sozaboy : les métaphores anthropomorphiques pour parler du fusil sont maintenues dans la traduction. La structure syntaxique fait que le lecteur entend le texte autant qu’il le lit, que ce soit dans l’original ou dans la traduction. Les adaptations phonétiques dans le code écrit participent aussi de cet effet. Les traducteurs parviennent à préserver les fonctions pragmatique et esthétique dans le texte cible et il nous semble que c’est là leur principal défi. Le français populaire mêlé de créativité rend bien la langue de Sozaboy faite de pidgin nigérian et de diverses variantes propres à Ken Saro Wiwa. Ni la langue originale, ni la langue de la traduction ne répondent à des normes : elles n’obéissent pas aux grammaires d’usage appartenant à la réalité sociolinguistique. Les choix faits par Millogo et Bissiri sont pragmatiques et esthétiques, idéologiques et politiques. Ils privilégient le respect du texte source et ne se conforment pas aux normes du système littéraire dans l’espace francophone. A notre connaissance, le français populaire d’Abidjan ou du Burkina Faso ne constituent pas un medium littéraire.

Conclusion

31Traduire la variété, c’est découvrir ce qui est signifiant dans le discours au plan sociolinguistique et aussi aux plans esthétique et poétique. Le traducteur peut pêcher par défaut et manquer de créativité ou bien il peut aussi rendre à l’excès les effets produits par le texte source. Il ne s’agit pas pour nous d’évaluer la qualité des traductions mais de nous situer par rapport à leur réception dans des espaces postcoloniaux différents (anglophonie / francophonie) à des moments différents. Les choix d’écriture et de traduction nous semblent indissociables de la date de leur publication. Lorsqu’il est question de traduire la variété qui n’a pas d’équivalent dans l’univers cible, le traducteur ne peut pas traduire tous les traits pertinents : lexicaux, morphosyntaxiques, phoniques, rythmiques, du texte source. Seule est possible la transposition créatrice. La traduction n’a pas seulement une fonction communicative : texte source et texte cible entretiennent des rapports particuliers avec les formes pour les effets qu’elles produisent. La traduction de la variété se doit de transmettre la dimension diatopique et diastratique de la variété mais aussi les accents personnels, la dimension diamésique et énergétique du texte source. S’il convient de parler de variété diamésique dans le discours littéraire, le texte se constitue et acquiert une existence historique qui transcende l’individuel et qui tend à se perpétuer. Néanmoins, il convient avant tout de replacer l’opération de traduction dans le contexte historique et sociologique des discours et des sujets et de ne pas traiter de la traduction de la variation dans le discours littéraire comme de problèmes de linguistique comparée.

32Nous aurons remarqué les différences formelles qui séparent les textes de Chinua Achebe et de Cyprian Ekwensi, le fossé qui sépare ces textes et celui de Ken Saro-Wiwa. Il nous apparaît que ce n’est pas tant la distance culturelle qui sépare ces textes que la distance linguistique. Les traducteurs de Chinua Achebe et de Cyprian Ekwensi ont dans le premier cas choisi de respecter les normes littéraires de l’espace francophone tout en ayant recours au code oral global dans la traduction de Jagua Nana qui fait passer le lecteur du local au global. Millogo et Bissiri ont recréé un univers africain en français populaire abidjanais et en « français pourri ». Ils ont innové dans l’univers littéraire africain francophone et respecté les fonctions expressive, esthétique, idéologique et politique de Sozaboy dans une tension entre « faire de la langue de la traduction une variété ouest-africaine » et « faire de la langue de la traduction une variété largement intelligible ».

Top of page

Bibliography

Corpus littéraire

Achebe C., 1982 (1972), Girls at War and Other Stories, London, Heinemann.
1981, Femmes en guerre et autres nouvelles, trad. De Grandsaigne J., Paris, Hatier.

Achebe C., 1982 (1966), The Man of the People, London, Heinemann.
1977, Le Démagogue, trad. Diop A., Dakar-Paris, Les Nouvelles Éditions Africaines.

Ekwensi C., 1982 (1961), Jagua Nana, London, Heinemann.
1988, Jagua Nana, trad. Balodun F., Jagua Nana, Paris, Présence Africaine.

Saro-Wiwa K., 2003 (1985), Sozaboy – A Novel in Rotten English, Introduction by William Boyd, New York, Longman African writers, Longman Publishing Group., 1998, trad. Millogo S. et A. Bissiri, Pétit Minitaire, Paris, Actes Sud.

Ouvrages cités ou consultés

Bloomfield L., 1934, Language, Chicago, Chicago University Press.

Bandia P. F., 1994, « On Translating Pidgins and Creoles in African Literature », Traduction, terminologie, rédaction, vol. 7, pp. 93-114.

Bissiri A., 2001, « Le ‘français populaire’ dans le champ artistique francophone. Les paradoxes d’une existence. », Cahiers d’Études africaines, pp. 163-164, en ligne depuis le 31 mai 2005, http://etudesafricainnes.revues.org/120.

Blachere J-C., 1993, Négritudes. Les écrivains d’Afrique noire et la langue française, Paris, L’Harmattan.

Boutet J. et Gadet F., 2003, « Pour une approche de la variation linguistique », Le français aujourd’hui, 2003/4 n°143, pp. 17-24.

Calvet L. J., 1974, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Paris, Payot.

D’Almeida I. A., 1981, « Literary Translation: the Experience of Translating Chinua Achebe’s Arrow of God into French », Babel XXVII (1), pp. 24-28.

Ladmiral J. R., Meschonnic H. (éds.), 1981, La traduction, Langue Française, n° 51, Paris, Larousse.

Nida E., 1976, « A Framework for the Analysis and Evaluation of Theories of Translation », Translation : Applications and Research, R. W Brislin (ed), New York, Gardner, pp. 47-91.

Rinzler S., 2005, « Textes, contextes, hors-textes dans Sozaboy, a novel in rotten English de Ken Saro-Wiwa : pour une linguistique encyclopédique postcoloniale », Bulletin de la Société de Stylistique Anglaise, n°26, pp. 87-108.

Saro-Wiwa K., 1992, « The Language of African Literature: A Writer’s Testimony », Research in African Literature, 23 (1), pp. 153-157.

Schmied J., 1991, English in Africa. An Introduction, London and New York, Longman.

Todd L., 1982, Varieties of English Around the World: Cameroon, Heidelberg, Julius Gross Verlag.

Todd L., 1984, Modern Englishes: Pidgins and Creoles, Oxford, Blackwell.

Venuti L., 2008 (1995), The Translator’s Invisibility. A History of Translation, Second Edition, London and New York, Routledge.

Top of page

Annex

Corpus

Girls at War – Femmes en guerre

1. It is true’, she said simply. ‘Monkey de work, baboon de chop’, p. 112.

- C’est vrai, dit-elle simplement. Le rat tire les marrons du feu, le singe les mange. p. 146.

2. ‘I see dem well well’, said the other with equal excitement.’If no to say de ting de kill porson e for sweet for eye. To God.’, p. 113.

- Moi les voir bien-bien, dit l’autre tout aussi excité. Dommage le machin-là lui savoir tuer, parce que regarder lui, très beau. Vrai de vrai ! p. 147.

3. ‘Ah, na lie-o. I had earrings…’, p. 114.

- Ah, pas vrai, ça ! J’avais des boucles d’oreilles. p. 149.

4. ‘That time done pass. Now everybody want survival….’, p. 114

- Ce temps-là est fini ! Maintenant, chacun veut en réchapper. p. 149.

5. ‘You want to shell ?’ she asked. And without waiting for an answer said, ‘Go ahead but don’t pour in troops !’, p. 118.

- Tu veux tirer tes munitions ? demanda-t-elle, et sans attendre la réponse, elle ajouta : Vas-y, mais n’envoie pas la troupe en renfort à l’intérieur. p. 153.

6. ‘Sorry, sir,’ said the driver ; ‘I don’t know Master wan to pick him up.’, p. 121.

- Pardon, monsieur, dit le chauffeur. Je ne savais pas que monsieur voulait le prendre. p. 158.

A Man of the People – Le démagogue

7. ‘You see wetin I de talk. How many minister fit hanswer sir to any Tom, Dick and Harry wey senior them for age ? I hask how many ?’, p.11.

« Vous voyez ce que je disais : combien de ministres sont capables de dire « Monsieur à n’importe qui par respect de l’âge ? Je vous demande combien ? » p. 21.

8. ‘You see how e de do as if money be san-san,’ he was saying. ‘People wey de jealous the money gorment de pay Minister no sabi say no be him one de chop am. Na so so troway.’, p. 14

« Vous voyez comment le Ministre traite l’argent : comme du sable à jeter. Les gens qui sont jaloux de l’argent que le gouvernement paye au Ministre ne savent pas qu’il n’est pas le seul à en profiter, c’est la vérité. » p. 26.

9. ‘You call this spend ? You never see some thing, my brother. I no de keep anini for myself, na so so troway. If some person come to you and say « I wan’ make you Minister » make you run like blazes comot. Na true word. I tell you. To God who made me.’ He showed the tip of his tongue to the sky to confirm his oath. ‘Minister de sweet for eye but too much katakata de for inside. Believe me yours sincerely.’, p. 15.

- Vous appelez cela dépenser ? Vous n’avez rien vu, mon frère. Si quelqu’un vient vous proposer d’être ministre, prenez la fuite comme si vous aviez vu le diable. C’est mon conseil. Et je vous jure devant le Créateur que c’est vrai.

Pour confirmer son serment, il sortit le bout de sa langue en direction du Ciel.

- Apparemment il est enviable d’être ministre mais si vous saviez les tracas que cela implique ! Je vous prie de me croire sincèrement. » p. 27.

10. ‘Me one,’ he said, ‘I no kuku mind the katakatas wey de inside. Make you put Minister money for my hand and all the wahala on top. I no mind at all.’, p. 15.

- Quant à moi, dit-il, je me moque des tracas qu’il y a à être ministre. Donnez-moi les revenus d’un ministre et tous les tracas avec ! p. 27.

11. (Mrs John who is a close friend of the Minister)

‘No be so, my frien’. When you done experience rich man’s trouble you no fit talk like that again. My people get one proverb : they say that when poor man done see with him own eye how to make big man e go beg make e carry him poverty de go je-je.’, p. 15.

« Ce n’est pas comme cela, mon ami. Quand vous aurez connu les soucis du riche, vous changerez de langage. Nous avons chez nous ce proverbe : « Quand un pauvre voit de ses yeux ce qu’il faut faire pour être riche il demande à rester pauvre. » p. 27.

12. ‘Who is this young lady ?’

‘Ah’, he said, leaving his mouth wide open for a while as a danger signal. ‘Make you no go near am-o. My hand no dey for inside.’

I told him I wasn’t going near am-o ; I merely asked who she was.

‘The Minister no de introduce-am to anybody. So I think say na im girl-friend, or im cousin.’ Then he confided : ‘I done lookam, lookam, lookam sotay I tire. I no go tell you lie girls for this una part sabi fine-o. God Almighty !’, p. 16.

- Qui est cette jeune fille ?

- Ah ! dit-il, tenant sa bouche béante pendant un long moment comme pour signifier un danger. Ne t’approche pas d’elle, hein ; en tout cas je n’y suis pour rien.

Je lui fais savoir que je n’avais pas l’intention de m’approcher, que je voulais simplement être informé.

- Le Ministre ne l’a présentée à personne, dit-il, aussi je pense que c’est sa petite amie, ou sa cousine ;

Puis il ajouta en confidence : « Je l’ai regardée, regardée à en être fatigué. Je ne vais pas vous raconter de mensonges, parce que, cette fille-ci, Dieu tout puissant, quelle belle femme ! » p. 28.

13. (The Minister suggests that a student comes to stay in his guest-room for a holiday. Mrs John’s reaction.)

‘Make you no min’am, sha-a,’ said Mrs John to me. ‘I kin see say you na good boy. Make you no gree am spoil you. Me I no de for dis bed-room and bath-room business-o. As you see dis man so, na wicked soul. If he tell you stand make you run.’, p. 18.

- Ne l’écoutez pas, dit Mme John. Je vois que vous êtes un garçon sérieux ; ne le laissez pas vous pervertir. Personnellement je n’approuve pas cette histoire de chambre à coucher et de salle de bains. Cet homme est dangereux ; s’il vous dit de faire une chose faites l’inverse. p. 32.

14. ‘Eleanor, why you wan disgrace me and spoil my name so for public for nothing sake. Wetin I do you ? Everybody here sabi say me na good Christian. No be so, Jame ?’

‘Ah, na so, sir,’ replied the journalist happily., p. 18.

- Éléanor, pourquoi veux-tu me calomnier et ternir ma réputation en public ? Qu’est-ce que j’ai pu te faire ? Tout le monde sait que je suis un bon chrétien. N’est-ce pas, Jacques ? p. 33.

15. (The Minister is about to receive his doctorate degree in law.)

‘Yo no see say the title fit my name pem,’ said the Minister with boyish excitement, and we all said yes it suited him perfectly.

‘But the man wey I like him name pass na « Chief the Honourable Alhaji Doctor Mongo Sego, M.P. »,’ siad the Minister somewhat wistfully. , p. 18.

- Le titre convient à mon nom, n’est-ce pas ?

Il était excité comme un enfant, et nous dîmes tous que le titre convenait.

- Mais l’homme dont je préfère encore le nom est : L’Honorable Chef Docteur El Hadji Mongo Sega, député, dit le Ministre avec un peu d’envie. p. 33.

16. ‘Him own good too,’ admitted the incomparable journalist, ‘but e no pass you own, sir’ : « Chief the Honourable D.M.A, Nanga, M .P, LL.D. » Na waa ! Nothing fit passam.’

‘What about « Chief Dr Mrs » ? I threw in mischievously.

‘That one no sweet for mouth,’ said the Minister. ‘E no catch.’

‘Wetin wrong with am ?’ asked Mrs John. ‘Because na woman get am e no go sweet for mouth. I done talk say na only election time woman de gat equality for dis our country.’

‘No be so, madam,’ said the journalist. ‘You ne see how the title rough like sand-paper for mouth : « Dr Chief Mrs ». E no catch at all.’, p. 19.

- Ce nom est beau aussi, admit l’incomparable journaliste, mais pas plus que le vôtre, Monsieur le Ministre : l’Honorable chef Dr M.A. Nanga, député. Non, aucun titre ne peut être plus beau 

- Et que penser de « Chef Dr Madame Une Telle ? », demandai-je non sans malice.

- C’est dur à la bouche, dit le ministre. Ça ne passerait pas.

- Ça ne va pas ? demanda Mrs John. Parce que je suis une femme je ne serais pas douce à la bouche ? L’égalité des femmes, ce serait seulement un truc électoral ?

- Non, madame, dit le journaliste, mais voyez combien « Chef Docteur Madame… » manque de douceur. Ça ne passerait pas du tout. p. 34.

17. ‘How the go de go ?’ I asked.

‘Bo, son of man done tire.’

‘Did you find about that girl ?’ I asked.

‘Why na so so girl, girl, girl, girl been full your mouth. Wetin ? So person no fit talk any serious talk with you. I never see.

‘O.K. ? Mr Gentleman,’ I said, pumping the lamp. ‘Any person wey first mention about girl again for this room make him tongue cut. How is the weather ?’ He laughed. , p. 20-1.

Ça va ?

Bah ! Le fils de l’homme est fatigué.

As-tu eu des renseignements sur cette fille ?

Mais tu ne parles que de filles, toi, rien que de filles. Si bien que personne ne peut parler de choses sérieuses avec toi. Je n’ai jamais vu quelqu’un comme toi.

Très bien, Monsieur, dis-je en pompant la lampe. On coupera la langue au premier qui parlera de filles dans cette chambre. Quel temps fait-il ? p. 36.

Jagua Nana

18. ‘I done old’, she sighed. ‘Sometimes I tink say Freddie he run from me because I done old. God ‘ave mercy !’ she sighed again. , p. 6.

- J’suis vieille, soupira-t-elle. Quelqu’fois, j’crois bien qu’Freddie, il veut plus d’ moi pa’ce que j’ suis vieille. Dieu, pitié ! soupira-t-elle encore.
pp. 8-9.

19. ‘You no like my dress ?’ she teased, knowing his prejudices against ‘going out naked’ as he calle dit. ‘You vex wit’me ?’ She had already noticed the redness in his eyes.

‘Jagwa, how many times I will tell you not to shame me ? You never will satisfy till you go naked in the street !’

She smiled. ‘I know das wat you goin’ to say. But speak true, dis be naked ?’ she pouted, holding the flimsy egde of her skirt and twirling round and round. ‘Dis be naked ?’ She reached for a powder-puff and began to powder her face.

‘You know de fashion, das why dem call you Jag-wa !’ He was talking sarcastically. ‘But we goin’ to a lecture, not dance. We goin to a lecture in de British Council.’ Freddie shut his eyes the way he always did when irritated.

‘Ah know wha’s wrong wit’ you, Freddie, man. You too jealous ! You never like de men to look at you woman body. Don’ worry. All dose men in de British Council, dem only got brain and soul. Dem will not want to sleep your woman !’, p. 7.

- T’aimes pas ma robe ? dit-elle en le taquinant, car elle savait qu’il n’aimait pas qu’elle sorte « nue » comme il disait. « T’es fâché avec moi ? » Elle avait déjà remarqué que ses yeux étaient rouges.

- Jagua, combien d’fois faut que j’te dise de ne pas m’faire honte ? Tu s’eras contente que l’jour où t’iras nue dans la rue.

Elle sourit :

- J’savais que t’allais dire ça. Mais dis vrai, est-ce que j’suis nue ? dit-elle en tenant le bas de sa jupe en tournant comme une toupie. « J’suis nue ? » Elle prit une houpette et commença à se poudrer le visage.

« Freddie, tu connais rien à la mode. »

- Et toi tu connais la mode, c’est pour ça qu’on t’appelle Jagua ! Il parlait d’un ton ironique. « Mais on va à une conférence, pas à un bal. » Freddie ferma les yeux très fort comme il le faisait toujours quand il était irrité.

- Ah ! j’sais bien c’qui cloche chez toi, Freddie. T’es trop jaloux. Tu veux pas qu’les aut’ mecs i’regardent le corps de ta femme ! pp. 10-11.

20. ‘When ah go to Englan, eh ?’ he sneered. ‘You jus’ wan’ to laugh me. Poor teacher like me ? Where I will fin’ de money ? Unless Government give me scholarship…’

‘Nothin’ is impossible, Freddie ! you mus’ have hope. I know how you wan’ to go study in England. By de help of God, you mus’ go. You better pass many who done go and come. You be clever boy, and your brain open. You young, too. You know what you doin’. …’, p. 8

- Quand j’vais aller en Angleterre, hein ? ricana-t-il. Tu veux juste te moquer d’moi. Un pauv’instituteur comme moi ! Où j’vais trouver l’argent ? si le gouvernement me donne pas d’bourse…

- Rien n’est impossible, Freddie ! i’faut que t’espères. J’sais combien tu veux aller en Angleterre pour apprendre. Avec l’aide du bon Dieu, t’iras. T’es meilleur que beaucoup qui sont allés et sont rev’nus. Tu sais c’que tu fais. T’es sérieux au travail. p. 11.

21. ‘When you come back now with you title, den you will begin to chase de small gals with standin’ breast. You won’ see me den, only now when you strugglin’. Dat time, Jagua go be too ol’ for you.’

‘Too ol’ ? Nonsense !’ Freddie said easily, ‘Jagwa no go be too ol’.’, p. 8-9.

« Quand tu r’viendras avec ton titre, alors tu commenc’ras à r’luquer les p’tites filles aux seins fermes. Tu m’regard’ras pas c’jour-là, Jagau s’ra trop vieille pour toi. »

- Trop vieille ? T’es bête ! dit Freddie avec douceur. Jagua s’era pas trop vieille ! pp. 12-13.

22. ‘I waitin’ for you, Jagua.’

‘But you never dance me enough, Freddie.’

‘We done dance finish. Le’s go home.’, p. 15.

- Je t’attends, Jagua.

- Mais tu m’fais jamais assez danser, Freddie.

- La danse, c’est fini. Rentrons. p. 24.

23. ‘You soun’ like you vex with me. Because I don’ give you myself quick-quick, like Jagua. Not so ? You disappointed wit’me ?’ He detected the note of pleading in her voice ; ‘Er ? Because we done nothin’ ?’, p. 18.

- On dirait que t’es fâché contre moi. Parce que j’me donne pas à toi vite vite comme Jagua. Pas vrai ? J’te déçois ? (Il remarque une note d’imploration dans sa voix.) Hein ? Parce qu’on n’a rien fait ? p. 30.

24. ‘At firs’ I fear, freddie. All de young men in Lagos dem talk sweet sweet – like you doin’ now, Freddie. But when dem get a gal on de bed, you never see dem agin. And if dem give de gal belly, she mus’ carry de belly alone, and dem will run and lef’ her. Is very bad of de young men. So I use to fear.’, p. 19.

- D’abord, j’ai peur, Freddie. Tous les garçons à Lagos, ils parlent gentiment comme toi en ce moment, Freddie. Mais une fois qu’ils ont couché avec une fille, ils disparaissent. Et s’ils enceintent la fille, elle est seule à faire face. Eux ils sont partis, ils l’ont laissée. C’est pas bien ces gars-là. Alors, j’ai peur. p. 31.

Sozaboy – Sozaboy (Pétit Minitaire)

25. They were saying too that all those policemen who used to chop big big bribe from people who get case will not chop again. , p. 1.

Ils disaient aussi que tous ces policiers qui bouffaient beaucoup beaucoup avec les gens qui gagnent problèmes dans tribunal ne vont pas bouffer encore. p. 23.

26. My master say it is very bad at all. So we were all very happy when they talk that it will stop now that there is new government of soza and police. , p. 2.

Mon patron dit ça c’est mauvais trop même. Donc nous, on était très contents quand ils ont parlé que ce façon chose-là ça va fini, maintenant que y a nouveau gouvernement de minitaires avec policiers. p. 24.

27. By the time I get to the house of Agnes him mama…, p. 3.

Le temps que j’arrive à chez Agnès sa maman…
p. 42.

28. By this time, everybody don dey laugh well well. , p. 7.

Le temps que il a parlé ça, tout le monde a commencé rire bien bon. p. 34.

29. « How can person give something to government ? When we have paid tax finish, then they begin to ask for dash again. Na good government so ? » Bom said. , p. 8.

– Comment l’homme peut donner gouvernement quelque chose ? Le moment que on a payé l’impôt fini, juste eux ils commencent pour demander cadeau encore. Ça là c’est bon gouvernement encore ? Bom a dit. p. 34.

30. Then we two laughed again. By that time the drink don begin turn-turn for my eye. , p. 19.

Puis on a ri tous les deux encore. Maintenant boisson a commencé faire tourner tourner ma tête. p. 50.

31. Very soon they were saying we will travel to oversea to fight. I tell you I was prouding plenty. , p. 27.

Ça fait pas longtemps même et puis ils disaient que on va monter sur la mer pour aller combattre. Je te dis, je faisais mon malin en pagaille. p. 63.

32. I begin to jealous the man small. Small small. , p. 30.

Je crois que je commence être jaloux un peu de l’homme-là. Un peu un peu. p. 81.

33. Myself too I begin to glad small small. , p. 38.

Moi-même aussi, je commence content un peu un peu. p. 79.

34. … all the big big men in Dukana begin to bring goat, yam, chicken and plantain. They full the motor of the soza people. Even one man bring him daughter to give the soza captain. But the sozaman do not want the girl so she went away crying. , p. 39.

…, tous les grands types de Doukana commencent pour apporter cabris, ignames, poulets et bananes. Ils ont rempli camion de minitaires-là avec ça. Même y a un l’homme qui a attrapé sa fille amener pour donner capitaine minitaire-là. Mais minitaire dit il veut pas fille-là, alors elle a commencé pleurer partir. p. 81.

35. One time they beat Zaza proper proper. By that time Zaza does not know what to do. He forget self that he is old soza before. He forget the foto of his woman from Burma. If you see Zaza by then you will sorry for him. He does not even know why they are beating him. , p. 40.

Y a une fois même, ils ont frappé Zaza jusqu’ààà, et puis Zaza sait pas ce qu’il va faire encore. Il oublie même qu’il est ancien minitaire. Il oublie foto de sa femme de Birmanie-là. En ce temps-là, si tu vois Zaza, tu vas pitier lui. Il connaît pas la raison on est là frapper lui. p. 81.

Top of page

Notes

2 La notion de variation désigne la diversité des usages dans une langue. Elle se manifeste au plan des observables que sont les variétés diachronique ou temporelle, diatopique ou géographique, diastratique ou sociale, diamésique pour ce qui relève des différences d’usage entre oral et écrit (Boutet et Gadet 2003/4).

3 URI : http://id.erudit.org/iderudit/037182ar, consulté le 03 mai 2013.

4 S’il n’y a pas de pidgin ouest-africain dans les pays francophones qui aurait un statut comparable au pidgin ouest-africain dans les pays anglophones, il faut remarquer l’existence du camfranglais au Cameroun, mélange de français, d’anglais et de langues locales.

5 Le basilecte est la variété la plus éloignée de la variété la plus développée, c’est-à-dire l’acrolecte. Il existe une série de variétés intermédiaires entre basilecte et acrolecte qui constitue le mésolecte.

6 Le corpus est accompagné des traductions et est constitué de l’intégralité des occurrences dans la nouvelle « Girls at War » dont le titre est aussi celui du recueil, les occurrences relevées dans 2 chapitres de A Man of the People, 5 chapitres de Jagua Nana ainsi que des occurrences relevées dans l’ensemble du roman Sozaboy. Les occurrences relevées sont représentatives de l’ensemble des textes et de leur traduction.

7 Cette remarque ne s’applique que très partiellement à la traduction de Sozaboy.

8 Le protagoniste, Ministre de la Justice, profite de la situation de guerre pour partager une nuit avec Gladys.

9 Il convient de se reporter aux exemples en annexe lorsque ceux-ci ne sont pas directement cités dans le texte. Dans ce cas, la numérotation est celle du corpus tel qu’il est présenté en annexe.

10 Nous avons plus haut employé les termes de délocalisation / relocalisation dans une acception proche de celle « foreignization ». Standardisation s’apparente à « domestication ».

11 Français de France métropolitaine.

12 Nous avons souligné le passage non traduit dans l’exemple 9.

13 La réduction des clitiques ainsi que certaines qualités phonétiques propres au code oral relâché sont adaptées dans les choix graphiques.

14 Le français basilectal, appris dans la rue, est surtout développé en Côte d’Ivoire puis ensuite au Burkina Faso.

Top of page

References

Bibliographical reference

Catherine Paulin, « Variétés de pidgin nigérian dans « Girls at War » et A Man of the People de Chinua Achebe, Jagua Nana de Cyprian Ekwensi et Sozaboy de Ken Saro-Wiva : questions de traduction de ces lieux de la variation », Anglophonia/Sigma, 17 (34) | 2013, 159-178.

Electronic reference

Catherine Paulin, « Variétés de pidgin nigérian dans « Girls at War » et A Man of the People de Chinua Achebe, Jagua Nana de Cyprian Ekwensi et Sozaboy de Ken Saro-Wiva : questions de traduction de ces lieux de la variation », Anglophonia/Sigma [Online], 17 (34) | 2013, Online since 10 December 2013, connection on 20 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/91 ; DOI : 10.4000/anglophonia.91

Top of page

About the author

Catherine Paulin

Université de Strasbourg, LiLPa, Équipe Fonctionnements discursifs et Traduction

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org