Skip to navigation – Site map

L'emploi hypothétique de AND dans Everyman et en moyen-anglais

Fabienne Toupin
p. 23-44

Abstract

This paper deals with the conjunction and in the English late medieval period when it displayed not only the senses that we are familiar with in Present-Day English, but also a whole range of conditional meanings for which if would be used today. My initial corpus is the fifteenth-century morality play called Eveiyman, butfurther enquiry will show that the conditional meaning was in fact a regular and attested use of and throughout Middle English. After demonstrating that it is impossible for this use of and to have originated in loan translation from Dutch or in contact with Scandinavian, I will try to build a case for a grammaticalisation process. The driving force behind the process would have been a metonymical semantic shift from the temporal senses of the conjunction in the late twelfth or in the early thirteenth century. I will also sketch the hypothesis that if and conditional and were variants in complementary distribution.

Top of page

Full text

Ma gratitude va aux collègues suivants, pour leur aide experte à divers niveaux : Marguerite-Marie Dubois, pour des références bibliographiques et une question de scansion ; André Crépin, pour la cooccurrence de for et and ; David Denison, pour la locution gelice and ; Stephen Morrison, pour son avis sur le dialecte de Everyman et une question de métrique ; Bart A. M. Ramakers, pour ses renseignements linguistiques sur le texte de Elckerlijc. Merci également aux deux relecteurs anonymes de mon travail, à qui je suis redevable de précieuses remarques. Je demeure bien sûr seule responsable des omissions ou erreurs qui subsisteraient dans cet article.

1Everyman est une moralité, « une représentation dramatique où s’affrontent, personnifiées, des entités : vices, vertus, amitié, médisance, mort ». (Crépin 1993 : 212). Cette courte pièce expose l’art de bien mourir, c’est-à-dire saintement, selon la doctrine catholique. Le court texte – il comprend à peine 1000 vers – date probablement de la fin du XVe, mais il nous est conservé dans quatre versions imprimées dans la première moitié du XVIe siècle. On a très peu d’indices sur le dialecte. Le peu qu’on ait pointe vers le dialecte des Midlands Est, en particulier la forme d’indicatif présent / 3ème personne du pluriel, be (Every man liveth so after his own pleasure,/ And yet of their life they be nothing sure [40-41]). Mais l’ensemble est proche d’un état de langue standard, ce qui est normal pour l’époque de nos versions imprimées.

2Un aspect linguistique pertinent de la pièce Everyman est qu’il s’agit très probablement d’une traduction. La pièce présente en effet des ressemblances si importantes avec une pièce médiévale flamande intitulée Elckerlijc que les spécialistes pensent que l’une est la traduction de l’autre, certains attribuant l’antériorité à la version néerlandaise, d’autres à l’anglaise. Lascombes, le traducteur de Everyman en français, penche pour l’antériorité de la pièce flamande (2008 : 1-2), ainsi que A. C. Cawley, le plus récent éditeur du texte anglais :

It is probable that one of them is a translation of the other, and there has been considerable argument about the question of priority. […] Some of the evidence is double-edged and has been used with equal effect by both sides. On the whole, the advocates of Elckerlijc have presented the stronger case for its priority […]. (Cawley 1993: 195 – c’est moi qui souligne).
The only arguments which have not been turned inside out are ones based on factual evidence, and these point to Elckerlijc as the original and to Everyman as the translation. (Cawley 1961: xi – c’est moi qui souligne).

3Il cite une série de tels arguments (que nous ne pouvons pas reprendre ici) et conclut : « The general conclusion to be drawn from the above evidence – that Everyman was translated from Elckerlijc – is strengthened by our knowledge of the Anglo-Dutch book-trade at the beginning of the sixteenth century. At this period Antwerp was a typographical centre of greater importance than London, and Dutch printers were busy printing English books (often translated from Dutch) for the English market ». (Cawley 1961 : xiii).

4Dans Everyman, on trouve un emploi récurrent de and pour marquer une relation interpropositionnelle de type protase-apodose, là où en anglais contemporain on aurait le marqueur if :

(1) (God) Therefore I will, in all the haste,
Have a reckoning of every man’s person;
For;
and I leave the people thus alone,
In their life and wicked tempests,
Verily they will become much worse than beasts;
(45-49)

5La proposition soulignée signifie sans ambiguïté « if I leave the people thus alone ». A côté de cet emploi remarquable de and, impossible en anglais contemporain, on trouve son usage non déroutant pour le lecteur moderne, celui de coordonnant. Ce dernier travaille à tous les niveaux syntaxiques, y compris propositionnel :

(2) Sinful priests giveth the sinners example bad;
Their children sitteth by other men’s fires, I have heard;
And some haunteth women’s company (759-61)

6L’emploi de and comme apparente variante de if soulève des questions linguistiques intéressantes. S’agit-il d’un trait idiosyncratique de la moralité Everyman, et en particulier pourrait-on avoir affaire à un calque de l’original néerlandais ? Ou bien cet emploi reflète-t-il un usage régulier, attesté, de cette langue de la fin du XVe siècle, qui est tout à la fois du moyen-anglais tardif et déjà de l’anglais moderne ? S’il s’agit d’un usage répandu du XVe, avons-nous affaire à un héritage du haut moyen âge (période vieil-anglaise), voire plus ancien : un héritage germanique ? Qu’en est-il des autres langues germaniques : une conjonction du type and y a-t-elle développé, à un moment ou un autre, un emploi d’introducteur de propositions hypothétiques ?

7Les coordonnants, en tous cas les « coordonnants centraux » (Quirk et al. 1985), exhibent un faisceau de propriétés syntaxiques bien identifiées. Elles caractérisent les éléments de cette classe, et les subordonnants typiques ne les possèdent pas. Mais si un marqueur donné semble avoir les deux rôles conjonctifs, coordonnant et subordonnant, cela invite-t-il à remettre en cause l’opposition classique et à dépasser les étiquettes de l’analyse logique traditionnelle ?

8Par quel chemin sémantique un marqueur de « coordination copulative » (Mossé 1959) peut-il devenir marqueur hypothétique relevant de la modalité 1 ? Les théories du changement sémantique (Traugott & Dasher 2002), de la grammaticalisation (Lehmann 1995, Hopper & Traugott 2003, Marchello-Nizia 2006) peuvent-elles aider à penser ce changement ? Cette évolution sémantique estelle endogène ou a-t-on affaire à un phénomène de contact, fréquent durant la période impliquée ?

9Voici les questions auxquelles cette étude voudrait apporter des réponses. Elle est fondée sur l’édition de Everyman réalisée par l’universitaire britannique A. C. Cawley. Les numéros entre parenthèses à la fin d’une citation renvoient donc à son texte.

1. Le corpus de Everyman : description et comparaison de and et if hypothétiques

  • 1 Nous avons vérifié l’exactitude de notre lecture du texte grâce à la traduction française d’André L (...)

10En appendice à son édition non-modernisée du texte en 1961, A.C. Cawley fournit un glossaire. Il y signale le sens « if » de and, mais sous-estime largement cet emploi : il renvoie à 3 occurrences là où nous en relevons 18, aussi bien dans cette édition de 1961 que dans celle – modernisée – de 1993.1 Par commodité, nous utiliserons désormais la formule « and hypothétique » pour renvoyer à ces occurrences et à cet emploi.

11Le texte contient par ailleurs une vingtaine de if hypothétiques. Le corpus de Everyman, comprenant une quarantaine de subordonnées hypothétiques en tout, présente donc un tableau très équilibré de répartition des tâches entre and et if hypothétiques. Cela suggère que nous avons affaire à des variantes soit en distribution complémentaire soit en variation libre.

1.1 Identité de comportement sémantico-syntaxique

12En première approche, le parallélisme sémantico-syntaxique entre and et if hypothétiques est presque parfait et semble plaider pour de simples options en variation libre.

13Sur le plan sémantique, and a toutes les valeurs hypothétiques « if, suppose that, provided that, on condition that » :

(3) But in any wise be siker of mercy,
For your time draweth fast;
and ye will saved be,
Ask God mercy, and he will grant truly.
(568-70)

(4) Now, in good faith, I will not that way.
But
and thou will murder, or any man kill,
In that I will help thee with a good will.
(280-82)

(5) Everyman, I have understanding
That ye be summoned account to make
Before Messias, of Jerusalem King;
And you do by me, that journey with you will I take. (492-95)
(= «if you do as I advise»)

14On trouve également and hypothétique en proposition indépendante de forme interrogative, formant locution avec what (cf. AC what if) :

(6) To whom were I best my complaint to make?
What and I to Fellowship thereof spake,
And showed him of this sudden chance?
(196-98)

15And a enfin les valeurs concessives « even if, although » :

(7) Peace, I am deaf; I look not behind me,
Not
and thou wouldest give me all the gold in thy chest. (803-04)

16En revanche, dans le corpus de Everyman, on ne trouve pas d’emploi de and dans le cadre de ce qu’on appelle parfois la comparaison fictive (« as if, as though »), ni dans celui de l’interrogation indirecte (« if, whether »). Nous reviendrons plus tard sur ce point.

17Sur le plan syntaxique, and a un comportement parallèle à if Comme ce dernier, il relie les propositions dans les deux ordres possibles : protase > apodose (exemples (3)-(5) ci-dessus) ou apodose > protase, avec cependant une préférence marquée pour la première option. 17 % seulement des occurrences de and, et 33 % de celles de if relèvent du schéma syntaxique apodose > protase illustré par (8a/b) :

(8a) Ye speak like a good friend; I believe you well.
I shall deserve it,
and I may. (234-35)

(8b) Thee availeth not to cry, weep, and pray;
But haste thee lightly that thou were gone that journey,
And prove thy friends
if thou can; (140-42)

18La forme verbale de la protase, dans les deux cas, est constituée :

19– soit d’un modal suivi d’une base verbale (ci-dessus (8a/b), avec ellipse de cette base) ;

20– soit d’un verbe lexical au subjonctif :

(9a) No, Everyman; and thou be once there,
Thou mayst never more come here,
Trust me verily.
(150-53)

(9b) (Everyman) Shall I have no company from this vale terrestrial
Of mine acquaintaince, that way me to lead?
(Death) Yea,
if any be. so hardy
That would go with thee and bear thee company.
(155-58)

21– soit encore d’un verbe lexical au prétérit (10a/b) ou au pluperfect (11a/b), formes désactualisantes marquant elles aussi le décalage avec l’assertion (expression du fictif, de l’irréel ou du contrefactuel) :

(10a) I follow no man in such voyages;
For,
and I went with thee,
Thou shouldst fare much the worse for me;
(415-17)

(10b) Why, ye said if I had need
Ye would me never forsake, quick ne dead,
(454-55)

(11a) Nay, and thou would give me a new gown,
I will not a foot with thee go;
But,
and thou had tarried, I would not have left thee so. (292-94)

(11b) But if thou had me loved moderately during,
As to the poor to give part of me,
Then shouldst thou not in this dolour be,
(431-33)

22Etant donné la fréquence très élevée du subjonctif en subordonnée hypothétique (Fischer 1992 : 349-50, Mossé 1959 §158, Mustanoja 1960 : 469 – ce mode était pratiquement la règle en moyen-anglais tardif), ces formes sont probablement elles aussi des subjonctifs, mais à la fin du XVe siècle le syncrétisme indicatif/subjonctif passé est suffisamment avancé pour qu’on ne puisse plus l’affirmer, en dehors de quelques exemples indubitables comme le suivant :

(12) Everyman, I am sorry of your fall,
And fain would I help you,
and I were able. (514-15)

23On relève une différence morphosyntaxique entre les deux marqueurs hypothétiques and et if. If apparaît parfois renforcé par that :

(13) If that my Good now help me might,
He would make my heart full light.
(389-90)

24Ceci est en plein accord avec la syntaxe du moyen-anglais, où le renforcement d’un subordonnant par that ou as est chose courante (Mossé 1959 §161). Voici deux exemples également tirés de Everyman et impliquant d’autres subordonnants que if :

(14) I perceive, here in my majesty,
How that ail creatures be to me unkind, (22-23)

(15) If any have you wronged, ye shall revenged be,
Though I on the ground be slain for thee –
Though that I know before that I should die. (218-20)

25On ne trouve pas d’occurrence de and hypothétique avec renforcement redondant par that (ou as). Il se peut qu’il s’agisse d’un phénomène contingent, lié au corpus particulier pris comme point de départ qui – répétons-le – n’est constitué que d’à peine 1000 vers. Nous reviendrons plus tard sur ce point.

1.2 Différence de distribution

26A la différence de if de nombreuses occurrences de and hypothétique figurent dans la subséquence d’une conjonction de coordination.

27Si l’on s’en tient aux coordonnants centraux, au sens de Quirk et al. (1985), on trouve 4 and dans la subséquence directe de but. Les séquences <and and> et <or and> ne sont pas attestées dans le corpus. Le voisinage avec but peut être ou non médié par une virgule, cf. (4) et (11a) ci-dessus, mais ce n’est pas pertinent : la ponctuation par la virgule était inconnue des manuscrits médiévaux et des livres imprimés du XVIe siècle. En l’espèce, elle a donc été rajoutée par l’éditeur moderne, A. C. Cawley, qui fait des choix parfois arbitraires (en tout cas, il ne les justifie pas dans la préface de ses éditions).

28Prenons maintenant en considération le marqueur for. C’est un item dont le statut de coordonnant est discuté (voir la thèse de Michaël Vallée, 2001), mais nous faisons nôtre la position de Quirk et al. (1985), reprise dans Lapaire & Rotgé (1991 : 567-68) qui, après avoir passé en revue une série de critères syntaxiques et sémantiques, concluent qu’il s’agit d’un « cas limite », « touch[ant] aux subtilités de l’analyse linguistique » mais en présence duquel « l’on est plus proche d’une coordination que d’une subordination » ; Quirk et al. (1985 : 928) décrivent d’ailleurs for comme « more coordinator-like than the more typical subordinators if and because ».

29Dans la subséquence (presque toujours directe) de for, on trouve 5 occurrences de and hypothétique :

(16) I set not by gold, silver, nor riches,
Ne by pope, emperor, king, duke, ne princes;
For,
and I would receive gifts great,
All the world I might get;
(125-28)

30Ceci amène la proportion de and hypothétiques à la droite d’une conjonction de coordination, centrale ou non, à 50 %. Face à cela, on ne relève que 3 ifs suivant un coordonnant, ce qui fait une proportion de 17 %.

31Il convient encore une fois d’être prudent devant ces résultats, qui portent sur un corpus limité. Ces précautions exprimées, la distribution assez nettement différente de and et if hypothétiques fait pencher la balance en faveur de variantes en distribution complémentaire plutôt qu’en variation libre. Il se peut que cette complémentarité soit liée à des habitudes stylistiques, et que for (,) and et but (,) and aient acquis à l’époque un statut presque formulaire en début de phrase (nous partageons sur ce point l’avis d’André Crépin – communication privée). Du reste, quand on a énoncé cette possibilité, on n’a pas dit grand-chose : la création de formules, si formule il y a, a une origine à laquelle on doit pouvoir remonter. Continuons donc à présent l’analyse en sortant du cadre strict de Everyman.

2. And hypothétique dans le corpus moyen-anglais ; son statut de coordonnant ou subordonnant

32And hypothétique n’est pas un phénomène limité à Everyman. Dans son paragraphe intitulé « Clauses of condition », Mustanoja énumère les différents subordonnants possibles en moyen-anglais : « A conditional clause is usually introduced by if less frequently by and or and if or by but if ‘unless’ ». (Mustanoja 1960 : 469 – c’est moi qui souligne).

33L’OED, s.v. and conj. 1, répertorie les sens suivants de la conjonction :

3413. a. If ; suppose that, provided that, on condition that (c 1225)

35b. With following if in same sense (1482)

3614. Concessively : even if ; although (c1475)

3715. As if, as though (c 1475)

3816. Introducing an indirect question : if, whether (1602)

  • 2 L’ensemble de ces sens est donné comme entièrement obsolète aujourd’hui, à l’exception du sens 13.a (...)

39On voit que and n’a pas développé un sens hypothétique, celui de « if », mais comme Everyman le laissait deviner (exemple 7), tout un module sémantique hypothétique.2 Les sens 13 à 15 sont confirmés par le MED, mais naturellement pas le sens 16 qui ne relève pas de la période historique objet de ce dictionnaire.

40Ces données lexicographiques complètent celles fournies par le corpus de Everyman, nous permettant de mettre ce dernier en perspective et d’avancer dans l’analyse. Il convient cependant de les traiter avec prudence, dans la mesure où elles sont basées sur la langue écrite. Elles ne renseignent donc qu’indirectement, et très imparfaitement, sur la grammaire orale de l’anglais médiéval et en tout état de cause ne fournissent que ce que les linguistes anglophones appellent des no-later-than dates.

  • 3 Crépin (1993) ne fournit pas de date pour cette œuvre.

41Nous avons indiqué ci-dessus entre parenthèses la date de la première occurrence relevée par l’OED. Pour le sens « if », elle se trouve dans les Old English Homilies, ms Lambeth – on parle aussi parfois des Lambeth Homilies. Cette vue est partagée par le MED. Les deux dictionnaires datent cette oeuvre de 1225 environ, mais il faut savoir que d’autres autorités, par exemple Thomas Hahn (dans Wallace 1999, 83), posent une date de composition antérieure : 1180.3 En fonction donc de l’avis autorisé auquel on choisira de se ranger, on dira que and développe ses premiers sens hypothétiques au début du XIIIe siècle, voire dès la fin du XIIe.

42On observe ensuite qu’à l’époque de la rédaction de Everyman, and commençait à être employé pour la comparaison fictive (« as if, as though », § 15 de l’OED), et que son absence dans notre corpus initial est probablement contingente. En revanche, and n’était pas encore employé pour l’interrogation indirecte (« if, whether », §16 de l’OED), puisque la première attestation de cet emploi se rencontre dans le Midsummer Night’s Dream de Shakespeare (1600). Son absence dans Everyman est donc logique.

43A partir du XVIe siècle, les sens hypothétiques de and seront en général distingués des autres au moyen de l’orthographe an, qui tendrait à faire penser que l’on a affaire à une conjonction différente. C’est cette forme an que l’on retrouve, substantivée, dans l’expression redondante ifs and ans, qui apparaît à la fin du XVIIe siècle :

(17) If he promises any favour… it is with so many ifs and ans that he seldom fails of finding a backdoor, to evade all his promises. (? 1697, William & Mary Q.)

44et est toujours employée, rarement il est vrai, en anglais contemporain :

(18) Such assessments must necessarily be qualified by a multitude of ifs and ans. (1977, Economic Journal)

45On note enfin que l’absence d’occurrence, dans le corpus de Everyman, de and hypothétique avec renforcement par un second : subordonnant est aussi contingente, car ce renforcement est attesté dès la fin du XIIIe siècle. Il n’est pas le fait de that ou as – cas le plus fréquent dans la grammaire du moyen-anglais – mais de if :

(19) An dohter… Ich hivis þe to þi wif & hif bou Þolt bileue here. (1297, Robert of Gloucester)
(= litt. a daughter I give you to [be] your wife if you will stay here)

46En dehors de and if, on trouve les séquences an if et même occasionnellement if an. Les données de l’OED invitent à penser que ces conjonctions complexes n’ont plus cours après le milieu du XIXe siècle (du moins à l’écrit). Mais dans l’intervalle une forme monosyllabique nif coalescence de an if a pris le relais ; la première attestation donnée par l’OED date du milieu du XVIIIe siècle (OED, s.v. nif conj. 2) :

(20) Nif tha com’st athert Rager Hosegood, tha wut lackee an over-while avore tha com’st. (1746, Exmoor Scolding in Gentleman’s Magazine)

47Nif n’a plus guère cours aujourd’hui : la forme est donnée comme rare ou comme un régionalisme du sud-ouest de l’Angleterre : « NIF, conj. Som., Devon. If ; a contracted form of ‘an if’… » (English Dialect Dictionary vol. IV).

48Par ailleurs, dans la moralité Everyman comme dans l’ensemble du corpus moyen-anglais, and est aussi une conjonction de coordination (voir l’exemple donné en introduction). Et ce and-là satisfait bien à l’ensemble des six critères qui, ensemble, distinguent les coordonnants des autres éléments à valeur jonctive, en particulier les subordonnants (cf. Quirk et al. 1985 : 921-26) :

  1. il est nécessairement placé en début de proposition ;

  2. étant donné le schéma complexe P1 and P2, P2 suit P1 dans l’ordre linéaire et ne peut pas être déplacée devant Ρ1 ;

  3. and ne peut pas être précédé d’une autre conjonction de coordination (*but and, par exemple) ;

  4. il peut relier des constituants de proposition et même – c’est la spécificité du moyen-anglais – des constituants syntaxiques différents (tels un nom et une proposition, un adjectif et un syntagme nominal,…) ;

  5. il peut relier des propositions subordonnées ;

  6. il peut relier plus de 2 propositions.

49En rapport avec la propriété d), and coordonnant permet l’ellipse en P2 de constituants déjà présents en P1, y compris lorsqu’il s’agit du groupe sujet (coordinate subject deletion), comme dans l’exemple suivant extrait de Everyman :

(21) Ipray you all give your audience,
And hear this matter with reverence,
By figure a moral play
(1-3)

50Le vers 2 signifie bien « and (I pray) you all hear this matter with reverence ». Ce type d’ellipse est impossible avec and hypothétique. On obtient soit une agrammaticalité, soit un changement indésirable de sens.

51And hypothétique ne possède aucune des propriétés b), c), d) et e). Il ne semble pas satisfaire au critère a) non plus, au vu de cet exemple :

(22) But twelve year and I might have abiding,
My counting-book I would make so clear
That my reckoning I should not need to fear.
(135-37)

52Le vers 135 est paraphrasé par « If I could stay for just 12 years more » par l’éditeur A. C. Cawley, et traduit par « Pour douze ans seulement si j’obtenais sursis » par André Lascombes.

53C’est toutefois le seul exemple que nous ayons de and hypothétique en position non-initiale de proposition. Il conviendrait d’approfondir la recherche avant de pouvoir affirmer avec quelque certitude que and hypothétique, contrairement à and coordonnant, peut apparaître en position non-initiale de proposition : on ne peut exclure qu’il s’agisse d’un hapax, lié ici aux nécessités de la métrique : la structure métrique requiert que abiding se trouve en position finale afin de rimer avec le reckoning du vers précédent, ce qui rend impossible un and en position initiale.

54Quoi qu’il en soit, retenons que and hypothétique (i) ne possède pas – au minimum 4 des 6 propriétés caractérisant les coordonnants, (ii) a au contraire un comportement sémantico-syntaxique identique à celui d’un subordonnant reconnu. if, et (iii) connaît de surcroît le renforcement redondant typique des subordonnants en moyen-anglais. Dans les termes de l’analyse logique traditionnelle, il semblerait donc bien être un subordonnant.

55Nous nous trouvons donc face à un marqueur qui peut assumer tour à tour deux rôles jonctifs, coordonnant et subordonnant. Cela est difficile à concevoir si subordination et coordination sont des domaines clos et irréductibles. Nous voyons donc dans le cas du and moyen-anglais une nouvelle invitation à remettre en cause l’opposition classique et à concevoir, après d’autres linguistes, un « continuum dont subordination et coordination seraient seulement deux degrés » (Khalifa 1999 : 45), un « passage graduel de la coordination à la subordination » (Dubois-Charlier & Vautherin 1997 : 62), un « gradient » (Quirk et al. 1985 : 927).

56Le modèle proposé par Jean-Charles Khalifa (1999), qui est basé sur un tel gradient, semble d’un grand intérêt ; il n’intègre pas deux pôles, qui seraient coordination et subordination, mais trois : parataxe, hypotaxe et subordination. Les critères définissant ces trois pôles sont l’enchâssement syntaxique et la dépendance sémantique, comme indiqué dans le tableau suivant :

57parataxe [– enchâssement, dépendance]

58hypotaxe [– enchâssement, + dépendance]

  • 4 Il convient de souligner que ce modèle s’écarte de la conception classique de la parataxe et de l’h (...)

59subordination [+ enchâssement, + dépendance]4

  • 5 Une remarque s’impose au sujet du marquage de ce cas. L’époque historique considérée ici est celle (...)

60L’intérêt de ce modèle est d’abord théorique : il suggère que les cas clairs et tranchés ne sont pas nécessairement les plus fréquents. Ensuite, il permet concrètement une approche souple des problèmes. Ainsi, dans toutes ses manifestations, le and moyen-anglais relève clairement de l’hypotaxe : le lien de dépendance (sémantique) est explicite, lexicalisé à travers and, mais il y a relative autonomie syntaxique des propositions : techniquement P2 n’est pas enchâssée dans P1, et toutes les deux contiennent marques finies de temps et sujet au cas nominatif.5

61Abandonnant les étiquettes à vocation provisoire de « and coordonnant » ou « and subordonnant », nous suggérons de plus que le and à valeur additive (« a simple additive connective » [MED, s.v. and]) s’éloigne sur le gradient du pôle hypotaxe en direction du pôle parataxe et qu’inversement, le and à valeur hypothétique s’éloigne sur le gradient en direction du pôle subordination.

62Cette hypothèse a l’avantage d’être congruente avec des observations répétées sur le statut syntaxiquement ambigu des propositions introduites par and en vieil-anglais – marqueur dont le and moyen-anglais est l’héritier direct :

One recurrent theme in Mitchell’s work is the nature of OE clauses beginning with ond ‘and’, ac ‘but’, or ne ‘nor’. His suggestion is that they be separately classified (1964 : 118), since although coordinate in nature they have a strong tendency to show the SXV order characteristic of subordinates […]. (Denison 1993 : 34)

Coordinate clauses (those introduced by and or ac) are always treated [in Vilho Kohonen (1978)] as a category in themselves ; they shifted from showing statistical behaviour intermediate between main and subordinate clauses to being more like main clauses. (Denison 1993 : 48)

63Nous avons vu que and à valeur hypothétique se rencontrait dans l’ensemble du corpus moyen-anglais et n’était nullement une curiosité linguistique de la moralité Everyman. A notre sens, la formule du gradient et l’hypothèse d’un and hypotaxique apportent à la question de son statut syntaxique une réponse élégante, conforme aux observations d’autres linguistes, et une solution unifiante, évitant l’écueil d’un traitement éclaté en fonction de la valeur en jeu. Elle ne règle pas en revanche le problème de l’émergence historique d’une valeur hypothétique à partir de la seule valeur additive attestée en vieil-anglais pour and. C’est ce à quoi nous allons nous intéresser dans ce qui suit.

3. Emergence de and hypothétique

64Pendant la période moyen-anglaise, les contacts de l’anglais avec d’autres langues, spécialement le Scandinave (vieux-norrois) et le français, ont été considérables. Ils ont été si importants et si intimes qu’ils ont d’ailleurs donné naissance à des débats linguistiques passionnants sur le statut de créole du moyen-anglais. La première question à se poser est donc la suivante : l’évolution sémantique que connaît and à cette époque et qui fait apparaître le module sémantique hypothétique est-elle un phénomène endogène (a native development) ou bien un de ces phénomènes de contact ?

3.1 L’hypothèse du phénomène de contact

65La première évidence en la matière est que la piste de l’influence néerlandaise doit être écartée.

66Nous avions évoqué ci-dessus la quasi-certitude que Everyman est la traduction de la pièce flamande Elckerlijc, hypothèse renforcée par des facteurs historiques comme l’importance du commerce anglo-néerlandais du livre au début du XVIe siècle, et le fait que de nombreux livres étaient imprimés en Flandres pour le marché anglais après avoir été traduits du néerlandais.

67Le problème est que and voit apparaître ses valeurs hypothétiques au début du XIIIe siècle (voire fin XIIe), tandis que Everyman a sans doute été composé à la fin du XVe Dans ces conditions, il est exclu que les premiers and hypothétiques aient été des calques du néerlandais. Par ailleurs, le professeur Ramakers, titulaire de la chaire de « Old Dutch Literature » à l’Université de Groningen et dernier éditeur en date de Elckerlijc, nous a indiqué (communication privée) ne pas connaître d’emploi hypothétique au coordonnant néerlandais équivalent, qui est en(de). Il nous a aussi certifié que cette conjonction n’apparaissait pas dans Elckerlijc dans les vers correspondant à certains passages que nous prenions comme exemples.

68Une autre piste, celle de l’influence Scandinave, a été suggérée, car en vieil-islandais la conjonction enda « and indeed, and moreover, and yet, although » a acquis les sens « if, even if ». Or, sur le sol même de l’Angleterre s’est établi à partir du IXe siècle un contact prolongé entre l’anglais et le Scandinave. Toutes les régions n’étaient pas concernées au même titre ; les aires dialectales directement sous influence correspondent à la région historique du Danelaw, il s’agit du Nord et des Midlands Est. Si, à l’époque du contact, la conjonction Scandinave avait acquis – ou était en train d’acquérir – des sens hypothétiques, alors elle aurait fort bien pu être à l’origine d’une évolution sémantique similaire dans son cognat and. L’hypothèse est d’autant plus séduisante que l’influence Scandinave sur l’anglais médiéval, contrairement à l’influence française, a affecté des paradigmes grammaticaux tels que celui des pronoms personnels ou des conjonctions.

69Or, les premières attestations de and hypothétique ne viennent pas, précisément, des régions dans lesquelles s’est établi le contact le plus intime entre l’anglais et le Scandinave. Les premières occurrences de and hypothétique, OED et MED s’accordent sur ce point, figurent dans les textes suivants :

  • Lambeth Homilies (c1225 ou cl 180)

  • le Brut de Lawamon (c1275)

  • la Chronique de Robert of Gloucester (c1297) pour la conjonction complexe and if.

70Tous ces textes sont écrits dans le dialecte des Midlands Ouest. Il faut attendre presque un siècle (c1300) pour trouver avec le poème Havelok une oeuvre composée dans une variété influencée par le vieux-norrois, en l’occurrence le dialecte du Nord. Les données lexicographiques ne concordent donc pas avec la conjecture de l’influence Scandinave, et l’on ne peut qu’être d’accord avec cette affirmation de l’OED : « Branch Α. II. (the conditional use) probably represents a native semantic development from the use as coordinating conjunction, although the details are unclear. Scandinavian influence has sometimes been suggested, but is unlikely » (OED, sv. and conj. 1).

71L’émergence de and hypothétique serait donc une évolution endogène, (i) qui a concerné l’anglais à un moment où l’ensemble des dialectes composant cette langue assumait son propre destin linguistique, coupé des dialectes germaniques continentaux ; (ii) qui a été initiée dans une des aires dialectales les moins exposées à l’influence Scandinave insulaire. Cette conclusion est hautement compatible avec l’hypothèse de Klemola & Filppula (1992) de l’influence d’un substrat celtique (Rissanen 1999 : 282).

3.2 L’hypothèse du développement endogène à partir du vieil-anglais gelice and

72On trouve dans Onions (1966, s.v. and) l’esquisse d’une autre hypothèse sur l’origine de and hypothétique : « a special development of meaning is that of ‘if’ (XIII), which was a common use also of MHG. unde ; it may have arisen out of such constructions as OE. gelice and just as if, and have been reinforced from Scand. (cf. ON. enda and if, even if, en if) ».

  • 6 Par « recherche simple », nous entendons une recherche qui ne prend pas en compte les variantes gra (...)

73Le premier problème que soulève cette hypothèse est la rareté dans le corpus vieil-anglais de la locution gelice and : BTS ne la mentionne pas du tout ; on la trouve dans le dictionnaire de Clark Hall, avec en effet le sens « just as if », attestée dans la traduction d’Orosius par le roi Alfred. Une recherche simple dans le Old English Corpus (Toronto) donne 15 résultats, dont une observation rapide montre qu’il ne s’agit pas de la locution gelice and mais de l’adjectif gelic (avec marque flexionnelle -e) suivi de and.6

74Le second problème, à nos yeux, est le suivant. Bien que nous ne soyons pas encore en mesure de relier historiquement gelice and et le and hypothétique du corpus moyen-anglais, il paraît absolument contre-intuitif que le sens « if » se développe à partir de « as if » : c’est l’inverse qui est attendu, et d’ailleurs la première occurrence de and « as if » donnée par l’OED date de 1475, soit plus de deux siècles et demi après l’apparition de and « if ». Quant au rôle du contact avec le Scandinave, nous venons de voir, à partir d’un argument d’ordre irréfutable, ce qu’il convenait d’en penser.

75Nous tournant vers les origines de la conjonction MA and (vieil-anglais, proto-germanique, proto-indo-européen), nous voulons maintenant défendre l’idée que and hypothétique est le produit d’un processus de grammaticalisation.

3.3 L’hypothèse du processus de grammaticalisation

76L’étymologie de and est en soi une énigme et un problème linguistiques. Grossièrement, on distingue deux types d’hypothèse sur son origine.

77La plupart des spécialistes semblent poser une évolution à partir d’un adverbe ou d’une préposition indo-européen(ne) à sens locatif, qui donne le grec ancien άυτί, le latin classique ante, le sanskrit anti « près de », et adopter la position du New English Dictionary (1884) selon laquelle du sème originel d’opposition, de juxtaposition ou d’antithèse, on serait passé dans la branche teutonique à l’expression de la relation entre notions et contenus propositionnels.

78Parmi les dictionnaires étymologiques que nous avons consultés, c’est le cas de Grandsaignes d’Hauterive (1948), qui postule une racine PIE *anti « devant » et qui donne and comme apparenté à la préposition unto, au préfixe and- (que l’on trouve dans answer, par exemple) et au nom end. Onions (1966) et Klein (1971) proposent la même racine PIE *n-tha, mais là où Klein se contente de ne pas mentionner d’apparentement avec ang. unto, and- et end (donc avec grec άυτί, latin ante et sanskrit anti), Onions rejette explicitement le lien : « connexion with OE. and- (as in andswaru answer), ON. and-, Goth. anda-, and Skr. anti- over against, Gr. anti against, L. ante before, and OE ende end, etc., is no longer gen. accepted ». (Onions 1966, s.v. and).

79Watkins (2000) pose une racine tout à fait différente : PIE *en « dans », dont la forme suffixée au degré zéro *n¬-dha aurait donné ang. and via le proto-germanique *anda ; il ne mentionne aucun lien entre and et ang. unto, and-, end, grec άυτί, et latin ante.

80Dans cette situation relativement confuse, l’OED ne prend pas position mais mentionne la faiblesse des arguments des deux parties :

  1. contre les tenants – majoritaires – de la racine PIE *n–dha « près de, devant, contre » et de l’apparentement avec grec άυτί, latin ante et sanskrit anti : « […] there seems to be no general agreement as to whether the abovementioned words are in fact cognates of the Germanic word [= ang. and (FT)], and if no secure cognates are attested outside Germanic, statements about the semantic development of the word within Germanic risk circularity ».

  2. contre les tenants de la racine PIE *en (> *n–dha) « dans » : « Some scholars have considered Tocharian Β entwe ‘then, thereupon’ a cognate, and on this basis suggested a derivation of the Germanic conjunction < the Indo-European base of IN prep.1 (with additional suffix) ; however, this is very doubtful, as the Tocharian Β word is only securely related to Tocharian A antuṣ in same sense, but the further etymology of both Tocharian words is uncertain and disputed ».

81Cela mène les lexicographes à la conclusion prudente : « The ulterior etymology [before the Old English period (FT)] of the word as well as its precise semantic development are uncertain ». (OED, s.v. and conj. 1). L’étymologie de and, trop floue, trop controversée, ne peut pas servir de point de départ à des hypothèses sur le développement ultérieur des emplois de la conjonction ; nous proposons donc de nous tourner vers une théorie du changement linguistique, la théorie de la grammaticalisation, pour voir quelle aide elle pourrait fournir sur ce sujet. Nous reviendrons plus loin à la question étymologique.

82D’après Hopper & Traugott (2003 : 186), les observations empiriques montrent que les conjonctions marquant la condition (que les auteurs appellent conditional connectives) ont principalement pour origine :

  • des formes modalisées, que l’on paraphraserait en anglais par « suppose », « wish », « be necessary », « perhaps », etc. ;

  • des interrogatifs ;

  • des formes à sens temporel, glosables par « then », « when », « while » ;

  • des verbes copules ;

  • des formes marquant l’information comme donnée, du type « given that ».

83Or, d’après le MED, and atteste avoir développé le sens temporel « when, while » dès 1175 (MED, s.v. and, §6). L’occurrence citée se trouve dans les Bodley Homilies. Suivant la date de composition que l’on retient pour les Lambeth Homilies, c1180 ou c1225, les premiers sens temporels sont donc soit contemporains des premiers sens conditionnels, soit antérieurs d’environ un demi-siècle – à l’écrit du moins. Cela rend possible l’hypothèse d’une telle évolution pour and.

84Nous posons donc que and hypothétique, qui a attiré notre attention dans Everyman mais est en vérité attesté dans tout le corpus moyen-anglais, est le résultat d’un processus de grammaticalisation. Nous prenons grammaticalisation au sens de Kurylowicz (1965), pour qui ce terme ne désigne pas seulement le passage du lexique à la grammaire mais également une évolution entre certains types de morphèmes grammaticaux. Ce changement s’apprécie d’abord en tant que processus sémantico-pragmatique, dans lequel le déplacement de sens joue un rôle moteur. Le déplacement à l’œuvre ici serait une métonymisation, du type des implicatures de Grice ou des inférences suggérées (invited inferences) de Traugott. Le mécanisme en est connu et a été illustré dans des langues diverses : un item, marqueur grammatical ou lexème, doté de son/ses sens codé(s), développe contextuellement une nouvelle valeur sémantique. Une polysémie pragmatique se met alors en place, liée à une signification nouvelle elle-même liée à un type de contexte. Dans une étape ultérieure, la signification nouvelle perd son caractère local (lié à un contexte précis) et donne naissance à un nouveau sens codé de l’item.

85La métonymisation and temporel > and conditionnel n’est pas dans le fond un processus bien original. Elle est attestée pour when : « With the notion of time modified by or merged in that of mere connexion : In the, or any, case or circumstances in which ; sometimes nearly = if ». (OED, s.v. when, §8.a) ; pour while : « transf. with various connotations, a. As long as, so long as (implying ‘provided that’, ‘if only’) ». (OED, s.v. while conj. §2), et bien sûr aussi pour as/so long as (Traugott 1992 : 260, Traugott & Dasher 2002 : 36-37). La métonymisation a pu débuter dès la fin du XIIe siècle, et il est impossible qu’elle soit postérieure à la première moitié du XIIIe (cf. supra nos remarques sur la datation des Lambeth Homilies). Ce point nous fait diverger de l’OED : « The conditional use is not securely attested before the late 13th cent. Diet. Old Eng. (at cited word, sense B.l) records a handful of possible earlier examples, all of which may arguably be better interpreted either as examples of the simple sense ‘and’ or as scribal errors […] ». (OED, s.v. and conj. 1 – c’est moi qui souligne). Mais il nous rapproche d’une autre autorité pour l’anglais médiéval, le Dictionary of Old English (Toronto).

86Retournant vers la question étymologique, il nous apparaît que la proposition (a), celle d’un développement à partir d’un adverbe ou d’une préposition indo-européen(ne) signifiant « près de, devant, contre », est la plus séduisante des deux, parce que la plus compatible avec le chemin de grammaticalisation tracé. On retrouve sans contorsion intellectuelle les liens du raisonnement conduisant historiquement de la juxtaposition spatiale à la concomitance temporelle, puis à la coextension temporelle nécessaire (« provided that ») et à la condition.

87Il y a deux différences entre and et le groupe when, while, as/so long as : contrairement à and, ces conjonctions ont conservé leur sens hypothétique en anglais contemporain ; par ailleurs, elles étaient déjà des subordonnants à l’époque où leur déplacement de sens a eu lieu. Tandis que la grammaticalisation de and s’apprécie aussi comme processus syntaxique de glissement sur le gradient parataxe-hypotaxe-subordination : nous avons montré plus haut (§2) que lorsqu’il assume des valeurs hypothétiques, le marqueur hypotaxique and relève bien davantage de la subordination (dans les termes de Quirk et al. 1985, il est more subordinator-like). Fait intéressant, les conclusions d’une étude de la coordination dans un cadre théorique tout différent, celui du Programme Minimaliste, semblent accréditer ce volet de nos hypothèses. Bondi Johannessen (1998) décrit le syntagme qu’elle appelle conjunction phrase comme une structure fondamentalement asymétrique, qui fait que dans certaines langues les deux conjoints peuvent avoir des comportements syntaxiques divergents (1998 : 238). Il ne nous appartient pas de nous prononcer sur la validité de ces conclusions dans le Cadre Minimaliste, mais si en effet la coordination est une structure de nature asymétrique, à l’instar de la subordination, alors le pas coordination > subordination est d’autant plus facile à franchir.

88Deux arguments donnent du poids à l’hypothèse que and subordonnant à valeur hypothétique est le résultat d’un processus de grammaticalisation. Tout d’abord, à un niveau très général, la comparaison avec d’autres langues naturelles : Marchello-Nizia (2006 : 128 et 135) indique qu’à l’exception d’un petit nombre de subordonnants hérités du latin par le roman, les subordonnants français sont presque exclusivement le résultat de processus de grammaticalisation. Ensuite, les observations linguistiques précises que l’on peut faire sur and montrent l’existence de changements parallèles à deux niveaux – changements qui, dans le mécanisme de la grammaticalisation, accompagnent typiquement le déplacement de sens (Lehmann 1995, Marchello-Nizia 2006 : 39-42), à savoir :

  • la paradigmatisation
    And subordonnant simple est attesté en premier (c1225 ou c1180), la conjonction complexe and if faisant son apparition à l’écrit ultérieurement, en 1297. And if signe l’intégration au paradigme des subordonnants, car le renforcement redondant de ces derniers est caractéristique de la morphosyntaxe du moyen-anglais.

  • l’affaiblissement prosodique
    On sait que la grammaticalisation va de pair avec une perte d’autonomie de l’item grammaticalisé, qui se réalise en 6 étapes ; la troisième, celle de la cliticisation, nous paraît atteinte avec la création de la forme nif attestée au milieu du XVIIIe siècle. En l’espèce, on a proclise de and, par accrochage au subordonnant voisin if et perte d’existence syllabique.

  • l’affaiblissement phonétique (phonological attrition) : cet argument est plus difficile à manier s’agissant de and. Une grammaticalisation peut aller de pair avec une érosion phonétique de l’item grammaticalisé : il conviendrait d’étudier si la forme an, sorte de spécialisation morphologique de and hypothétique que l’on trouve à partir du XVIe siècle, représente en effet la trace écrite d’un affaiblissement phonétique de la conjonction – nous voulons dire un affaiblissement bel et bien lié à la grammaticalisation en cours.

Conclusion

89Nous aurions donc affaire à un cas de grammaticalisation dans la catégorie des conjonctions de subordination, qui est reconnue, avec celles des prépositions et des auxiliaires, comme une des plus sujettes au changement (Marchello-Nizia 2006 : 55, qui s’appuie sur Meillet).

  • 7 Rappel : étant donné le schéma complexe if p, q, « le choix de la valeur p » signifie que la relati (...)

90Le scénario tel que nous sommes en mesure de le décrire serait le suivant. Aucun dictionnaire de vieil-anglais ne signale de sens hypothétiques pour VA and, d’accord en cela avec MED et OED. Le vieil-anglais n’avait donc qu’une conjonction marquant la condition, if – elle-même sans doute issue d’une grammaticalisation. A partir de la fin du XIIe, et au plus tard au début du XIIIe siècle, un renouvellement partiel a lieu avec l’émergence de and hypothétique (rappel : par nécessité, nos données concernent l’écrit, la grammaire de l’anglais oral ayant vraisemblablement été concernée avant). Ce concurrent se serait développé essentiellement comme une variante en distribution complémentaire avec if : nous pensons, mais cela reste à démontrer, que if comme la conjonction française si (Culioli 1999 : 95), prend en compte l’altérité (c’est-à-dire laisse ouvert le choix entre les deux valeurs p et autre-que-p7), tandis qu’avec and il n’y a pas de possibilité de bifurcation p/p’. Tel est le sens que nous voyons à sa présence très fréquente dans la subséquence de but et for dans le corpus de Everyman. But est un marqueur de « coordination adversative » (Mossé 1959) ; il introduit la valeur opposée à celle précédemment instanciée dans le cotexte, donc une valeur exclusive. For, de par son rôle dans l’argumentation (cf. les travaux de Gérard Deléchelle), travaille de même : l’énonciateur doit avoir choisi une et une seule valeur pour s’en servir de base argumentative, développer les conséquences de la protase, etc. Dans ces deux contextes, il n’y a pas de bifurcation p/p’ proposée. On reprendra ici le tout premier exemple cité, mais en fournissant le cotexte gauche élargi :

(I) Every man liveth so after his own pleasure,
And yet of their life they be nothing sure:
I see
the more that I them forbear
The worse they be from year to year.
All that liveth appaireth fast;
Therefore I will, in all the haste,
Have a reckoning ofevery man’s person;
For,
and I leave the people thus alone,
In their life and wicked tempests,
Verily they will become much worse than beasts;
(40-49)

91Dans ce contexte religieux (c’est Dieu qui s’exprime), nous interprétons forbear du vers 42 au sens 4.c – aujourd’hui obsolète – de l’OED « to keep away from or keep from interfering with ; to leave alone », avec probablement une touche du sens 2 (« to bear with, have patience with, put up with, tolerate » (OED, s.v. forbear). La validation de p, ici <I/leave the people alone>, vers 47, est acquise par équivalence sémantique avec le cotexte gauche (cf. thus anaphorique). L’altérité p/p’ est écartée. Nous ne donnons pas pour l’instant d’autre illustration, car cet aspect de la question de and hypothétique dépasse le cadre de cet article et devra faire l’objet d’une recherche à part entière.

92Dans le cadre d’un renouvellement de la catégorie des subordonnants, and aurait eu un avantage sur un if « usé » parce que plus ancien dans ses fonctions. Rappelons qu’en termes traditionnels le and qui subit la grammaticalisation est un coordonnant. Or, la mise en relief de la proposition qu’ils introduisent est une propriété reconnue des coordonnants : « Thus the general principle of communicative dynamism determines that when two units are coordinated, the second is placed in focus against the background of the first ». (Quirk et al. 1985 : 930). Les conjonctions de coordination ont un rôle démarcatif bien spécifique. C’est lui qui est décrit dans la citation suivante, qui concerne un coordonnant du moyen haut allemand, cognat de and ayant lui aussi acquis des sens hypothétiques :

Middle High German unde, unt has also been compared to the English conditional use, but although it does occur introducing conditional clauses, its precise meaning and function in such instances are hard to pin down, so much so that it has been suggested that it may lack any tangible lexical meaning and merely serve to emphasize the beginning of a subordinate clause (see H. Paul et al. Mittelhochdeutsche Grammatik (ed. 24, 1998) §445). (OED, s.v. and conj. 1, c’est moi qui souligne)

  • 8 Pour établir la borne de droite nous nous fions aux graphiques de l’OED.
  • 9 Parmi des dizaines d’exemples, cela convoque à notre esprit le cas du subjonctif passé en anglais c (...)

93Pendant au plus cinq siècles, de la fin du XIIe/début du XIIIe à la fin du XVIIe siècle,8 les deux conjonctions hypothétiques if et and cohabitent donc dans la grammaire de l’anglais, formant un système complexe, stratifié et hétérogène. Les variantes sont peut-être en relative distribution complémentaire (comme nous avons tendance à le penser), peut-être en variation libre, peut-être encore dans un type de répartition chez certains locuteurs et un autre type chez d’autres locuteurs. Certains locuteurs ont les deux variantes, d’autres n’en ont qu’une.9 Au plus tard à la fin du XVIIe, l’innovation que représente and hypothétique est rejetée, ce qui vaut aujourd’hui à cet emploi les étiquettes lexicographiques « obsolète » ou « régional ».

94Signalons qu’une grammaticalisation tout à fait semblable aurait concerné d’autres coordinants dans le groupe germanique. Ont déjà été mentionnées les conjonctions enda du vieil-islandais, unde/unt du moyen haut allemand, and dans le cadre de la locution VA gelice and. Ajoutons un cas particulièrement intéressant : VA ac « mais », « mais aussi », « si » (cf. BTS, s.v. ah, allomorphe de ac).

95Ce qui reste à faire dans le cadre de ce travail constitue un programme passionnant. Nous n’esquissons que quelques pistes : il convient d’élargir la recherche au-delà du corpus de la pièce Everyman et de vérifier l’hypothèse de la distribution complémentaire entre and et if moyen-anglais (avec and il n’y aurait pas de possibilité de bifurcation p/p’). Dans ce corpus élargi, il faudrait par ailleurs démonter le mécanisme de la grammaticalisation et rechercher le contexte de transition (bridging context), c’est-à-dire le contexte spécifique donnant lieu à la construction d’une inférence suggérée.

96Il serait ensuite opportun d’étudier de façon plus approfondie les différents sens de and hypothétique, les types de relation interpropositionnelle qu’il permet de construire et les formes verbales rencontrées dans la protase. Dans cette optique, il conviendrait d’étudier si and hypothétique met en jeu la relation inter-sujets (ou relation énonciateur–coénonciateur), auquel cas le déplacement de sens repéré serait non seulement une métonymisation mais aussi ce qu’on appelle une subjectivation dans la théorie de la grammaticalisation.

97Enfin, il serait possible, en sortant des emplois hypothétiques de and, de comparer ang. and avec fçs si. Dans son article sur if, Jean Chuquet retrace les liens qui mènent de si hypothétique à si adversatif, à si d’affirmation ou d’opposition, et enfin à si intensif (Chuquet 1984). Les données du MED (s.v. and, §§3 et 4) pointeraient peut-être vers des développements semblables pour and.

Top of page

Bibliography

Monographies et articles

Barber, Charles (1993). The English Language, a Historical Introduction, Cambridge, New York, Melbourne : Cambridge University Press.

Bondi Johannessen, Janne (1998). Coordination, New York, Oxford : Oxford University Press.

Cawley A. C. (dir.) (1993 [1956]). Everyman and Medieval Miracle Plays, Londres : J.M. Dent.

Cawley A. C. (1961). Everyman, Manchester University Press.

Celle, Agnès et Stéphane Gresset (dirs.) (2003). La Subordination en anglais : une approche énonciative, Toulouse : Presses universitaires du Mirail.

Chuquet, Jean (1984). « If… », Cahiers de recherche en grammaire anglaise, 2 : 45-87.

Crepin André et Hélène Taurinya Dauby (1993). Histoire de la littérature anglaise du Moyen Age, Paris : Nathan.

Culioli, Antoine (1999). Pour une linguistique de l’énonciation. Formalisation et opérations de repérage, Tome 2, Paris et Gap : Ophrys.

Denison, David (1993). English Historical Syntax, Londres et New York : Longman.

Dubois-Charlier, Françoise et Béatrice Vautherin (1997). Syntaxe anglaise, Paris : Librairie Vuibert.

Fischer, Olga (1992). « Syntax », in Hogg, R.M. (general éd.), The Cambridge History of the English language, Vol. II (1066-1476), Cambridge, New York, Oakleigh, Madrid, Cape Town : Cambridge University Press.

Hogg, R.M. (general ed.) (1992). The Cambridge History of the English language, Cambridge : Cambridge University Press.

Hopper Paul J. et Elizabeth Closs Traugott (2003 [1993]). Grammaticalization, Cambridge : Cambridge University Press.

Khalifa, Jean-Charles (1999). La syntaxe anglaise aux concours CAPES-Agrégation, Paris : Armand Colin.

Klemola, J. et M. Filppula (1992). « Subordinating uses of and in the history of English », in M. Rissanen et al. (dirs.), History of Englishes : New Methods and Interpretations in Historical Linguistics, Berlin : Mouton de Gruyter, pp.310-18.

Kurylowicz, Jerzy (1965). « The Evolution of grammatical categories », Diogenes, 51 : 55-71.

Lapaire, Jean-Rémi et Wilfrid Rotge (1991). Linguistique et grammaire de l’anglais, Toulouse : Presses universitaires du Mirail.

Lascombes, André (2008). Everyman (Théâtre Anglais : traductions introuvables 1), 1-36, accessible à l’URL <http://www.umr6576.cesr.univtours.fr/publications/traductions_introuvables>.

Lehmann, Christian (1995). Thoughts on Grammaticalization, Munich & Newcastle : Lincom Europa.

Marchello-Nizia, Christiane (2006). Grammaticalisation et Changement Linguistique, Bruxelles : De Bock.

Mosse, Fernand (1959). Manuel de l’anglais du Moyen Age des origines au XIVè siècle (vol. II : moyen-anglais, grammaire et textes), Paris : Aubier Montaigne.

Mustanoja, Tauno (1960). A Middle English Syntax (part I : Parts of Speech), Helsinky : Société néophilologique.

Quirk, Randolph, Sidney Greenbaum, Geoffrey Leech et Jan Svartvik (1985). A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres : Longman.

Rissanen, Matti (1999). « Syntax », in Hogg, R.M. (general ed.), The Cambridge History of the English language, Vol. III (1066-1476), Cambridge, New York, Oakleigh, Madrid, Cape Town : Cambridge University Press.

Toupin, Fabienne (2003). « La Forme distinctive de subjonctif were en anglais contemporain », Anglophonia 14 : 217-47, Presses Universitaires du Mirail.

Traugott, Elizabeth Closs (1992). « Syntax », in Hogg, R.M. (general ed.), The Cambridge History of the English language, Vol. I (The beginnings to 1066), Cambridge, New York, Melbourne, Madrid : Cambridge University Press.

Traugott, Elizabeth Closs, & Richard B. Dasher (2002). Regularity in Semantic Change, Cambridge : Cambridge University Press (Cambridge Studies in Linguistics 96).

Vallee, Michaël (2001). La Coordination et la subordination à l’épreuve des opérations énonciatives : le cas du connecteur for, Thèse de doctorat sous la direction de Jean Chuquet, Université de Poitiers.

Wallace, David (1999). The Cambridge History of Medieval English Literature, Cambridge : Cambridge University Press.

Dictionnaires

Bosworth, Joseph et T. Northcote Toller (1954 [1898]). An Anglo-Saxon Dictionary. Glasgow, New York, Toronto : Oxford University Press.

Grandsaignes D’Hauterive, R. (1948). Dictionnaire des racines des langues européennes, Paris : Larousse.

Hall, J. R. Clark (1960 [1894]). A Concise Anglo-Saxon Dictionary, Toronto, Buffalo, Londres : University of Toronto Press.

Klein, Ernest (1971). A Comprehensive Etymological Dictionary of the English Language, Amsterdam : Elsevier.

MED = Middle English Dictionary, University of Michigan Digital Library Production Service (dir.), accessible à l’URL <http://quod.lib.umich.edu/m/mec/>

OED = The Oxford English Dictionary (2008), second edition, on line.

Onions, C. T. (dir.) (1966). The Oxford Dictionary of English Etymology, Oxford : Oxford University Press.

Watkins, Calvert (2000). The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots, Boston : Houghton Mifflin Company.

Wright, Joseph (1898-1905). English Dialect Dictionary, Londres : Frowde.

Liste des abréviations

AC anglais contemporain

ang. anglais

BTS dictionnaire de Bosworth & Toller, avec Supplément

fçs français

MA moyen-anglais

MED Middle English Dictionary

ms manuscrit

OE Old English

OED Oxford English Dictionary

ON Old Norse

PIE proto-indo-européen

VA vieil-anglais

Top of page

Notes

1 Nous avons vérifié l’exactitude de notre lecture du texte grâce à la traduction française d’André Lascombes (2008).

2 L’ensemble de ces sens est donné comme entièrement obsolète aujourd’hui, à l’exception du sens 13.a, encore trouvé dans certaines variétés régionales d’anglais américain. Nous voudrions insister sur ce point, car il est classique de souligner l’interprétation conditionnelle de certaines phrases composées, tel cet aphorisme d’Oscar Wilde : Give a man a mask, and he will tell you the truth. (= If you give a man a mask, he will tell you the truth). Nous attirons l’attention sur la différence fondamentale entre ce type d’énoncés en anglais contemporain et les énoncés médiévaux qui nous occupent ici, où and est directement paraphrasable par if.

3 Crépin (1993) ne fournit pas de date pour cette œuvre.

4 Il convient de souligner que ce modèle s’écarte de la conception classique de la parataxe et de l’hypotaxe, telle qu’on la rencontre par exemple chez Quirk et al. (1985 : 918-9) ou chez Anne Trévise (Celle & Gresset 2003 : 53). Dans cette conception, qui n’est pas celle reprise ici, parataxe englobe tout à la fois, coordination (parataxe syndétique) et juxtaposition (parataxe asyndétique).

5 Une remarque s’impose au sujet du marquage de ce cas. L’époque historique considérée ici est celle qui voit l’érosion morphologique des différents paradigmes flexionnels de l’anglais. Si au début du moyen-anglais, on a encore pour les substantifs trois types de déclinaison, un seul ne subsiste plus à la fin, le type ston. Et la forme ston (« pierre ») elle-même est potentiellement un nominatif, un accusatif ou un datif. Le démonstratif-article se connaît une généralisation de <þ> initial (perte des formes commençant par <s>, qui caractérisaient justement le nominatif). Les pronoms personnels de troisième personne du singulier connaissent au cours de la période un syncrétisme accusatif-datif, ce qui fait que l’ensemble des pronoms personnels, ultimement, ne préserve plus qu’une opposition cas sujet / cas régime, comme en anglais contemporain (Mossé 1959 : 76, 84-86, 91).

6 Par « recherche simple », nous entendons une recherche qui ne prend pas en compte les variantes graphiques possibles de gelice (mais le vieil-anglais tardif est une langue standardisée à l’écrit) ni les occurrences où gelice et and ne seraient pas immédiatement adjacents.

7 Rappel : étant donné le schéma complexe if p, q, « le choix de la valeur p » signifie que la relation prédicative constituant p est validée par l’énonciateur, qui considère qu’il s’agit de la bonne valeur. Domaine de l’hypothétique oblige, la validation est fictive, mais il y a bien validation : le contenu de sens correspondant au prédicat est (fictivement) vérifié pour le sujet de la proposition.

8 Pour établir la borne de droite nous nous fions aux graphiques de l’OED.

9 Parmi des dizaines d’exemples, cela convoque à notre esprit le cas du subjonctif passé en anglais contemporain, et des variantes (as if she) were / (as if she) was. Cf. Toupin (2003).

Top of page

References

Bibliographical reference

Fabienne Toupin, « L'emploi hypothétique de AND dans Everyman et en moyen-anglais », Anglophonia/Sigma, 12 (24) | 2008, 23-44.

Electronic reference

Fabienne Toupin, « L'emploi hypothétique de AND dans Everyman et en moyen-anglais », Anglophonia/Sigma [Online], 12 (24) | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/965 ; DOI : 10.4000/anglophonia.965

Top of page

About the author

Fabienne Toupin

Laboratoire Ligérien de Linguistique (EA 3850), Université de Tours

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org