Skip to navigation – Site map

Les préposition de To et For : grammaticalisation et subjectivation

Dominique Boulonnais
p. 45-97

Abstract

TO and FOR are examined from the point of view of grammaticalization and subjectification, in the light of diachronic as well as synchronic evidence. The various forms of grammaticalization affecting TO and FOR and the processes which led to the development of their non prepositional uses are analysed first. The second part deals with subjectification. The latter is defined as a process of semantic expansion resulting from the appropriation by speakers of linguistic tools inherited from earlier generations. Prepositional TO is analyzed as expressing telicity, whereas FOR, which locates the referent of its complement in a separate space, expresses cause and goal. Those basic semantic features are argued to explain the distribution of the two prepositions in English.

Top of page

Full text

Introduction1

  • 1 Je tiens à remercier très chaleureusement les amis et les collègues qui ont relu cet article et l’o (...)

1Les prépositions sont de par leur fonctionnement originel la catégorie grammaticale la plus étroitement associée à l’expression de l’espace en anglais. Le présent article se propose d’explorer la manière dont leurs emplois se sont diversifiés au cours des siècles et dont les représentations spatiales originelles ont été recyclées dans le développement de nouveaux outils linguistiques. Pour ce faire, nous établirons une distinction entre grammaticalisation et subjectification, la subjectification recouvrant les phénomènes d’expansion sémantique liés à la pratique de la langue et la grammaticalisation, les changements syntaxiques qui interviennent dans son évolution.

2L’étude portera sur les deux prépositions prospectives to et for, dont les destinées se sont croisées à diverses reprises au cours de l’histoire (voir notamment le remplacement de to par for dans les utilisations prépositionnelles et le développement d’un complémenteur en for pour les infinitives en to). L’analyse s’appuiera sur des considérations diachroniques relevant du vieil-anglais (700-1100), du moyen-anglais (1100-1500) et de l’anglais-moderne (1500-1800). Ces dernières nous permettront d’éclairer le fonctionnement de la langue actuelle, sans toutefois prétendre à une quelconque exhaustivité dans le traitement des questions abordées. Seuls retiendront notre attention les grands principes qui gouvernent l’emploi et l’évolution des prépositions.

1. Les phénomènes de grammaticalisation

3On considèrera à la suite de Kurylowicz (1975 [1965] : 52) que la grammaticalisation, dans l’évolution des langues, implique nécessairement une recatégorisation, soit du lexical au grammatical, soit du grammatical au grammatical, de sorte que les nouvelles utilisations se caractérisent par leur autonomie de fonctionnement syntaxique par rapport à la catégorie d’origine. Nous verrons donc dans un premier temps comment les prépositions to et for ont donné naissance à de nouveaux morphèmes grammaticaux (1.1), avant de nous interroger sur l’origine des prépositions et sur les processus de grammaticalisation qui ont défini leur fonctionnement actuel (1.2).

1.1. Changements catégoriels externes : l’émergence de nouveaux morphèmes

4On recense un cas de recatégorisation pour la préposition to, qui a donné la marque de l’infinitif (1.1.1), et deux cas de recatégorisation pour for, qui ont donné respectivement le complémenteur (1.1.2) et la conjonction (1.1.3). Les faits étant dans l’ensemble relativement bien connus, nous ne les évoquerons que brièvement.

1.1.1. To marqueur de l’infinitif

5On admet aujourd’hui que les emplois du to de l’infinitif sont syntaxiquement distincts de ceux de la préposition d’origine (voir notamment Pullum, 1982, pour une liste d’arguments en ce sens). To fonctionne actuellement comme lien prédicationnel, un statut qu’il partage avec les inflexions (s) et -ed des modes finis (voir notamment Chomsky, 1981 : 18sq.). Il figure en tête du SV et occupe la même position de spécifieur par rapport au verbe et à ses compléments que les inflexions temporelles : [SV [SpecTO/INFL] + V’]. En tant que morphème autonome, il n’est pas concerné par la règle d’attachement de l’affixe qui déplace l’inflexion sur le verbe qui suit (« affix hopping ») et conserve sa position d’origine en tête du SV.

6L’analyse qui fait de to un lien prédicationnel est confirmée par la syntaxe. A l’instar des inflexions, le to de l’infinitif sert de support à la négation (I want [him not to go]) et à l’accent d’insistance phrastique (A : I don’t want him to go. Β : And I want [him TO go]). Il est également employé comme forme de substitution du SV (I don’t want [you to]), au même titre que les inflexions et leur support (I don’t think [he would/has/is]). Son autonomie morphologique lui permet de fonctionner comme les « opérateurs » au sens de Quirk et alii (1985 : §§2.48sq.), ou auxiliaires porteurs de l’inflexion dans les phrases tensées. Les différences entre to et les inflexions peuvent ainsi s’expliquer directement à partir de considérations formelles. Les inflexions sont des éléments morphologiquement dépendants, qui nécessitent un support verbal, alors que to est un morphème libre, à fonctionnement autonome.

  • 2 Voir également en allemand l’utilisation d’une forme infinitive nominale dans des expressions telle (...)

7La transition vers les emplois infinitifs s’est faite par l’intermédiaire d’anciens noms déverbaux. Ces noms ne subsistaient que sous deux formes en vieil-anglais, une forme nominative/accusative (etan « food », par exemple) et une forme dative, marquée par la désinence-e, qui n’existait qu’en association avec to (to etanne « for food »). On rapprochera ces emplois des infinitifs nominaux du français, tels que le manger, le boire, le bien-être, le mieux-vivre, etc.2 Ainsi, dans les exemples (1) et (2), etan et etanne ont un statut nominal et to en (2) est à analyser comme une préposition :

  • 3 On se reportera à la section 2.3 ci-dessous pour ce qui est du remplacement de to par for en anglai (...)
  • 4 VA réfère à la bible du vieil-anglais, ou bible anglo-saxonne (Xe siècle), MA à celles du moyen-ang (...)

1.

VA

Nabbað

hi neode

to farenne;

sylle ge

him etan. (Matthew 14.16)

not-have

they need

to go-away

give you

them food

AM

yei have no need… to go awai. Giue yow yem sum meat. (c. 1550 J. Cheke)

2.

VA

Þa geseah

þæt wif

þæt þæt treow

wæs god to

etanne

then saw

the woman

that the tree

was good for

food

AM2

And when the woman saw that the tree was good for3 food(Genesis 3.6)4

8To etanne, dans le contexte, n’est pas un verbe (au sens de « (bon) à manger »), puisqu’il ne s’agit pas de manger l’arbre, mais le fruit de l’arbre, comme le confirme la traduction de l’anglais-moderne.

9En fait, ces noms déverbaux ne fonctionnaient déjà plus qu’à l’état de vestiges en vieil-anglais (Visser, 1973 : §948). La plupart des formes en to avaient déjà été réinterprétées comme verbales (conversion nom>verbe). Le verbe, qui portait toujours l’ancienne marque nominale du datif, pouvait être accompagné de COD ou d’attributs :

3.

a.

mannes Sunu

hæfð anweald

on eorðan [synna

to forgyfanne].

the-son of man

has power

on earth sins

to forgive (Mark 2.10)

b.

þam

he forgeaf

anweald

[Godes bearn to beonne].

to-them

he gave

power

God’s children to be (Xe-XIe Ælfric CH)

Il était également modifié par des adverbes :

4.

hwilum bið god

[wærlice to miðanne

his hieremonna scylda]. (IXe Alfred PC)

sometimes is good

cautiously to hide

one’s subjects’ sins

10Avec la conversion nom>verbe, la préposition d’origine avait été réanalysée comme relevant de la morphologie verbale. Le to des infinitifs dits fléchis n’alternait plus avec aucune autre préposition, l’absence de variation paradigmatique étant l’un des signes habituels de la grammaticalisation.

  • 5 Le remplacement en moyen-anglais précoce du to de l’infinitif par des formes en for to (forto/forte(...)

11Le cheminement de la préposition au marqueur infinitif s’est ainsi fait en deux étapes : par réanalyse morphologique de to + -e du nominal au verbal dès le vieil-anglais, et par alignement progressif de to sur les inflexions tensées à partir du moyen-anglais (Boulonnais, 2004).5 Ce n’est qu’au début du XVIIIe siècle que sont apparus les premiers emplois elliptiques de to (Jespersen, 1940 : §20.5). Ces derniers finalisaient le processus de réassignation catégorielle de la préposition d’origine en tant que lien prédicationnel. L’évolution du to de l’infinitif constitue donc en ce sens un cas prototypique de grammaticalisation.

1.1.2. For complémenteur

12En dehors de ses emplois prépositionnels, for fonctionne également comme complémenteur en anglais actuel, où il sert à introduire les nominalisations infinitives à sujet exprimé. Les deux emplois sont illustrés dans l’exemple suivant, cité par Chomsky (1981 : 239) : It is pleasant for1 the rich [for2 poor immigrants to do the hard work]. For1 correspond à la préposition introduisant l’argument Expérient du prédicat adjectival pleasant et for2 au complémenteur de la nominalisation infinitive, sujet extraposé de be pleasant. La comparaison avec le français permet d’éclairer les rôles respectifs de for en tant que mot introducteur de la subordonnée infinitive et de poor immigrants, en tant que sujet interne : « C’est agréable pour les riches [que les immigrants pauvres accomplissent les travaux pénibles]. »

13• Ce sont les constructions prépositionnelles dans lesquelles le SN introduit par for pouvait être réinterprété comme sujet syntaxique du verbe à l’infinitif qui ont servi de contextes de transition : it is common for himi [PROi to be away for days on end] > it is common [for him to be away for days on end], La réanalyse, qui superpose une nouvelle structuration syntaxique à la chaîne existante, était facilitée par la coréférentialité entre le sujet PRO de la nominalisation et le SN complément de la préposition. On en trouvera un exemple dans le passage de la Bible ci-dessous :

5.

VA

nys þe alyfed [ to habenne þines broðer wif]… (Mark 6.18)

MA

It is not leefful to thee, [for to haue the wyf of thi brother].

AM1

It is not lauful for the, [to have thy brothers wyfe].

AM2

It is not lawful for thee to have thy brother’s wife.

14Les deux lectures, sans être équivalentes, sont liées par implication : s’il n’est pas permis, ou s’il est interdit, à quelqu’un de faire quelque chose (for préposition), on peut en effet considérer qu’il est également illégal qu’il accomplisse cette même chose (for complémenteur). La ponctuation chez Tyndale (AM1) donne la première lecture, en continuité avec le vieil-anglais et le moyen-anglais. En AM2, en revanche, les deux interprétations apparaissent comme possibles (« il ne t’est pas permis d’avoir pour épouse la femme de ton frère » vs. « il n’est pas légal que tu aies pour épouse la femme de ton frère »). La première analyse correspond à une interdiction personnelle, alors que la seconde a une portée plus universelle d’interdit, condamnant ce qui était considéré dans le contexte religieux de l’époque comme une forme d’inceste.

  • 6 Un quatrième facteur a également joué un rôle essentiel dans la réanalyse, à savoir l’abolition de (...)

15Trois facteurs ont rendu la réanalyse possible : le déplacement des compléments à droite de leur élément gouvernant (þe alyfed > leefful to thee), le remplacement du datif synthétique par une forme prépositionnelle (þe > to thee) et enfin le remplacement du SP en to par un SP en for (to thee/the > for thee), sur laquelle nous reviendrons en 2.3.6 Les premières occurrences non ambiguës de for complémenteur datent, selon Lightfoot (1979 : 187sq.), de la fin du XIVe siècle et du début du XVe, mais ce n’est qu’au XVIe siècle que la forme prend véritablement son essor (Visser, 1973 : §§914, 937, 972, 975, etc.). Il est donc chronologiquement possible d’interpréter for comme un complémenteur en AM2.

  • 7 Un exemple permettant d’attester de la fonction de structuration du complémenteur est la nécessité (...)

16 For, en tant que complémenteur, a pour unique fonction d’introduire une infinitive enchâssée, nominalisation (We arranged [for a car to collect them from the airport]), relative (Mr Jones is the man [for you to see]) ou subordonnée adverbiale (They had to leave early [(in order) for her to catch the last flight]), par exemple. L’identification du sujet enchâssé se fait, comme pour les autres sujets, par localisation, en fonction du découpage syntaxique initial. On se reportera par exemple à une phrase à nominalisation objet telle que I want [him to go], dans laquelle le sujet him de l’infinitive complément est interprété comme tel du fait de la construction mono-transitive du verbe want, qui délimite la nominalisation, d’une part, et de la localisation de him par rapport au verbe go de la subordonnée, d’autre part. For n’a par conséquent aucun rôle à jouer dans l’assignation d’un cas au sujet enchâssé, comme le montre son absence dans la complémentation de nombreux verbes, comme want par exemple. Si for ne s’est pas généralisé aux infinitives à sujet implicite, c’est parce que le rôle des complémenteurs est de signaler la subordination. Cette même fonction peut être remplie de manière exaptative par to, qui signale une structure non finie, sans qu’il y ait besoin de marquage supplémentaire, la langue privilégiant ici comme ailleurs l’efficacité au détriment de la systématicité.7

17L’origine prépositionnelle du complémenteur a largement facilité sa diffusion dans les nominalisations prospectives puisque, dans de nombreux cas, la distribution des infinitives en for (to wait [for someone to leave], par exemple) suit celle des SP correspondants (to wait [for someone]). Les verbes long ou ask en sont un exemple :

6.

a.

I longed for the telephone to ring but it didn’t… (M. Spark, 1981)

b.

I can’t ask for any more than for you to one day sing the Schma yourself. (J. Siegel, 2003)

  • 8 Voir le concept de nominalité (« nouniness ») développé par Ross (1973). Les nominalisations en tha (...)

18For n’en est pas une préposition en (6) pour autant. Les nominalisations infinitives à fonction indirecte de l’anglais actuel n’ont pas de prépositions introductrices. Elles se comportent de ce point de vue comme les nominalisations en that. Un verbe tel que to agree, par exemple, est suivi d’un complément indirect (CI) non marqué lorsqu’il est accompagné d’une nominalisation en to ou en that (We agreed [Ø vs. *on/*about to do something/that something had to he done]), alors que la préposition est obligatoirement présente lorsqu’il s’agit d’un SN (We agreed [on/about vs. the proposal]).8 La réalisation du CI excluant la présence des prépositions lorsque le complément est phrastique, for a donc nécessairement statut de complémenteur en (6).

19L’utilisation du complémenteur ne se limite pas non plus aux environnements qui admettent les SP en for. Sa présence dans les nominalisations sujets, où il est apparu (7a), mais aussi dans les attributs (7b) et les compléments des verbes d’expression (7c) par exemple atteste de son indépendance fonctionnelle par rapport à la préposition d’origine :

7.

a.

It was such a cheap and blatant political ploy. It was very invasive for John Kerry to try to make political points out ofmy personal life.(Mary Cheney in Time, 2006)

b.

One of our most important commandments is for a parent to teach his children. (J. Siegel, 2003)

c.

Called up her boss and says "Ricky, I quit." I was standing right here when she said it. Said for you to write me out a check right away.’ (A. Proulx, 1993)

20Le changement catégoriel a donc atteint son terme au plan syntaxique, même si la diffusion de for dans les nominalisations infinitives à sujet exprimé n’est pas générale. On en voudra pour preuve son absence dans la complémentation des verbes désidératifs et appréciatifs à nominalisation adjacente en anglais britannique par exemple (I want/would prefer [you to drive]).

1.1.3. For conjonction

  • 9 Sur la grammaire de ces emplois et sur les caractéristiques qui distinguent les subordonnées en for(...)

21Le dernier cas de grammaticalisation concerne les emplois de for conjonction (« parce que/car ») : I believed her, for surely she would not lie to us.9 Le processus qui a conduit de for préposition à valeur causale à for conjonction de subordination n’est pas spécifique à for. Un certain nombre de prépositions temporelles, telles que after, before, since, till/until, etc., ont pareillement développé des emplois conjonctifs à partir de leurs emplois prépositionnels d’origine. L’émergence des nouveaux emplois s’est faite dans des conditions de stabilité sémantique, par élargissement fonctionnel de la complémentation nominale vers la complémentation phrastique. For, dans ces utilisations, remplaçait l’ancien marqueur composé for þæm (þe) du vieil-anglais (« parce (que) »).

22Les premiers exemples attestés de for conjonction datent du moyen-anglais précoce (Mitchell, 1985 : §3037, Rissanen, 1989, et OED, 1989, for Β). Il est intéressant de noter que la réanalyse préposition>conjonction est passée par l’ajout d’un complémenteur optionnel that, dont le rôle était de permettre l’identification de la subordonnée. Les exemples cités ci-dessous sont de Shakespeare (orthographe modernisée) :

  • 10 On remarquera que l’interprétation des subordonnées en for varie en fonction de leur portée. Si la (...)

8.

a.

I hate him for he is a Christian:/But more, for that in low simplicity / He lends out money gratis, and brings down / The rate of usance here with us in Venice. (Merchant I iii 37-40)

b.

Therefore I tell my sorrows to the stones,/ Who, though they cannot answer my distress,/ Yet in some sort they are better than the tribunes,/ For that they will not intercept my tale. (Titus III i 37-40)10

23That était également employé avec les conjonctions issues des prépositions temporelles :

9.

a.

My tongue should to thy ears not name my boys,/ Till that my nails were anchor’d in thine eyes. (Richard III IV iv 81-83).

b.

Thejealous ο’er-worn widow and herself,/ Since that our brother dubbed them gentlewomen,/ Are mighty gossips in our monarchy. » (Richard III I i 81-83).

c.

While that the armed hand doth fight abroad,/ Th’ advised head defends itself at home. (Henry V I ii 178-189)

24Comme que en français, that pouvait également figurer en tête d’une subordonnée coordonnée :

10.

I love and hate her, for she is fair and royal, /And that she hath all worthy parts more exquisite. (Cymberline III v 71-72)

25Le procédé était ancien. Le vieil-anglais possédait déjà un complémenteur générique invariable þe/ðe (>that) dont le rôle était de signaler la subordination, sans caractériser le contenu sémantique de la phrase qu’il introduisait. Ce dernier était employé dans les relatives, avec ou sans pronom, mais aussi dans les subordonnées à fonction adverbiale. On le rencontrait ainsi optionnellement avec des subordonnants formés à l’aide de constituants divers : adverbes comme þeah (þe) (>though), SP comme for þæm (þe) (littéralement « par cela (que) »), ou SN au génitif comme þæs (þe) (« du fait (que) »), etc. Les phrases (11), par exemple, illustrent les utilisations conjonctive (ðe1) et relative (þe2) du marqueur :

11.

and ðeah ðe1

seo sunne under eorðan

on nihtlicere tide scine

þeah astihð

and although

the sun under earth

at night time

may-shine yet goes

hire leoht on

sumere sidan þære eorðan

þe2 ða steorran

bufon us onliht…

its light to

one side of-the earth

that the stars

above us lights (c993 Ælfric DTA)

26Le moyen-anglais et l’anglais de la Renaissance s’inscrivaient donc de ce point de vue dans la continuité du vieil-anglais.

27Si le procédé remontait aux formes les plus anciennes de la langue, il revêtait une importance particulière en moyen-anglais. A l’origine, l’ordre des mots dans les subordonnées, était SOV, comme en allemand moderne, où Ο désigne tout type de complément. Les subordonnées standard du vieil-anglais se distinguaient ainsi structurellement des principales, et autres formes assertées, à ordre V2, dont la configuration dominante était SVO. Subordonnées et principales pouvaient ainsi être introduites par les mêmes marqueurs adverbiaux fonctionnant en corrélation, comme ðeah… ðeah « (al)though… yet » ou þa… þa « then… when », par exemple, sans qu’il y ait possibilité de confusion. La présence de þe était optionnelle. Lorsqu’à partir de la fin du vieil-anglais, l’ordre SVO commença à se généraliser pour compenser la disparition des inflexions, les subordonnées perdirent leur spécificité configurationnelle. Le déficit de structuration qui s’ensuivit entraîna une augmentation de la fréquence du complémenteur, qui devenait la seule manière d’assurer leur identification. La présence de that s’est ainsi généralisée à l’ensemble des subordonnées à mode fini, y compris celles à marqueurs mono-fonctionnels, comme if (VA. gif), qui avait déjà statut de conjonction en vieil-anglais :

12.

If that this simple syllogism will serve, so; if it will not, what remedy? (Twelfth Night I v 50-51)

28On rencontrait également that dans les relatives introduites par which, pronom d’origine interrogative. La forme, déjà rare chez les auteurs élisabéthains, avait connu son apogée à l’époque de Chaucer (Abbott, 1870 : §250) :

13.

a.

if Cryseide, which that is thy leef[beloved]/ Now loveth thee as well as thou dost here… (c1383 TC IV 88-89)

b.

for had they but a sheet/ Which that they mighte wrap them in at night, (c 1395 CT Knight)

  • 11 L’association de que avec le morphème précédent dans puisque (puis + que > puisque) relève d’une fo (...)

29Le recours à that a ainsi correspondu à la période pendant laquelle les anciennes prépositions ont acquis leur statut de conjonction. Sa fréquence a commencé à décliner à la fin du XVIe siècle, sauf en ce qui concerne for, qui a été le plus long à s’installer dans sa nouvelle fonction. Ce n’est qu’à partir de 1640 que les subordonnées en for that ont entamé leur déclin (Rissanen, 1989), avec un retard attendu en poésie, où that permettait d’équilibrer les vers (voir (8a), par exemple). Une fois les conjonctions installées, that disparut au profit du seul morphème porteur de sens, là où le français a conservé son complémenteur (après/avant/parce que et puisque Ρ).11 Il ne subsiste plus, en anglais actuel, que quelques expressions, dans lesquelles l’ancienne préposition s’est associée au complémenteur d’origine pour former une conjonction complexe, comme in that et except/save that. That est alors obligatoire, in, except et save n’ayant pas statut de conjonction en eux-mêmes. Avec la disparition de that, for et les anciennes prépositions temporelles avaient parachevé leur transformation. Les morphèmes correspondants relevaient désormais d’un fonctionnement pluri-catégoriel.

1.2. Changements catégoriels internes : le développement des prépositions

30Les prépositions modernes sont elles-même le fruit d’un processus de grammaticalisation qui les a constituées en catégorie fonctionnelle. Nous examinerons dans un premier temps leur statut en vieil-anglais (1.2.1) et en moyen-anglais (1.2.2), avant de nous pencher sur leurs propriétés en anglais actuel (1.2.3).

1.2.1. Vieil-anglais : de la spécification spatiale à l’identification argumentale

31Il existait dans les langues indo-européennes anciennes des particules invariables mobiles à valeur spatiale, que l’on qualifiera d’adverbiales. Elles remplissaient différentes fonctions en langue qui correspondaient à celles des adverbes, préfixes et prépositions des langues actuelles (Hewson et Bubenik, 2006 : chap. 1). Nous nous intéresserons ici à leurs emplois en tant que proto-prépositions.

32• Le comportement syntaxique des proto-prépositions du vieil-anglais était sensiblement différent de celui des prépositions actuelles, notamment en ce qui concerne leur position. Elles pouvaient se trouver avant le SN sur lequel elles portaient, ou après, d’où le terme d’adposition qui recouvre les deux cas de figure. En règle générale, les proto-prépositions précédaient les SN et suivaient les pronoms personnels. Elles étaient accentuées en position finale, et atones en position initiale :

14.

a.

þa cwæðse engel him to.

ne ondræd

þu þe

zacharias. (Luke 1.13)

then said the angel him to

NEG frighten

thou REF

Zechariah

(«do not be afraid, Zechariah»)

b.

þa cwæðzacharias to þam engele.

hwanun

wat ic

þis. (Luke 1.18)

then said Zechariah to the angel

front-where

know I

this

(«how can I be sure of this?»)

33Les proto-prépositions du vieil-anglais pouvaient également être employées sans élément nominal, comme feng to (« y accéda ») en (15b) ci-dessous, que l’on comparera à feng to rice (« accéda au royaume ») en (15a) :

15.

a.

Her Æsc feng

to rice

7 was .xxiiii. wintra

Cantwara cyning.

here Æsc acceded

to the-kingdom

and was 24 winters

king of-the-inhabitants-of-Kent (ASChr.A 488)

b.

Her æðelred (…)

onfeng

munuchade. 7 þet rice

heold

here Æthelred

acceded

to-monastic-life and the kingdom

had-held

xxix wintra.

þa feng

Kenred

to. (ASChr.A 704)

29 winters

then acceded

Coenred

to (it)

34Ces emplois « adverbiaux » ont subsisté dans certaines expressions jusqu’à l’époque élisabéthaine, comme en (16) ci-dessous, où Go to signifie « Vas-y/Va toujours » :

16.

Grave. I’ll put another question to thee. If thou answerest me not to the purpose, confess thyself –
Other. Go to. (Hamlet V i 39-40)

35Les proto-prépositions pouvaient également se reporter sur le verbe. Elles figuraient alors soit avant, soit après ce dernier :

  • 12 Mossé (1945 : §197) remarque que les prépositions figuraient fréquemment avant le verbe en particul (...)

17.

a.

ac Haelend

Crist

of heofonum me

spræc to

but Saviour

Christ

from heaven

me spoke to

(Xe-XIe Ælfric CH 378.35)

b.

Oswold him

com to.

and him cenlice

wiþ feaht mid lytlum werode.

Oswald him

came to

and him bravely

against fought with a-small army

(Xe-XIe Ælfric LS)12

36Divers constituants pouvaient également s’intercaler entre le verbe et la préposition dans les phrases assertées lorsque celui-ci était appelé en seconde position en application de la règle de V2 (voir l’allemand moderne, par exemple). Cette dernière entraînait le report du sujet lorsque la position initiale était occupée par des éléments tels que l’adverbe þa en (18a), mais aussi des pronoms tels que him, par exemple, en (18b). En cas de montée du verbe, la préposition restait à sa place d’origine, dans une position adjacente au site d’extraction de ce dernier :

18.

a.

þa stod

him sum mon æt

þurh swefn. (IXe Alfred Bede XXV)

then stood

him a man by

in dream

(«there stood a man by him in a dream»)

b.

7

him com

micel eaca to. (ASChr.A 894)

and

them came

great reinforcements to

(«and great reinforcements joined them»)

37Les proto-prépositions du vieil-anglais relevaient ainsi d’une grammaire de dépendance, directement héritée du fonctionnement synthétique indo-européen, que l’on opposera à la grammaire de constituants, ou grammaire configurationnelle, de la langue actuelle.

  • 13 Groussier (1984 : 254) donne une liste de 17 prépositions primitives en vieil-anglais, dont l’origi (...)

38• Le rapport qu’entretenaient les proto-prépositions avec les cas était également différent de celui qui prévaudra ultérieurement. Le proto-indo-européen (PIE) avait sept cas principaux. En plus des quatre cas dits fondamentaux qui subsistaient en vieil-anglais (nominatif, accusatif, génitif et datif), il comptait trois cas supplémentaires à valeur « circonstancielle » (ablatif, locatif et instrumental). Les cas, qui indiquaient les rôles thématiques, spécifiaient également la directionnalité dans l’expression de l’espace (voir note 13). Un verbe par exemple nécessitait, à l’origine du moins, un complément au cas accusatif pour exprimer la direction et au cas locatif pour la localisation (Haudry, 1979 : 102). On émettra donc l’hypothèse que les proto-prépositions, dans cette grammaire initiale, intervenaient pour informer sur les propriétés spatiales des arguments. Si le lieu désigné était un contenant, il était accompagné d’une particule telle que in, un support on, une borne to ou from, etc. En plus de leur valeur dimensionnelle, les proto-prépositions avaient une fonction de localisation relative. Un référent qui se trouvait en arrière était associé à for, à l’avant à after, etc.13 Le fonctionnement des proto-prépositions était par conséquent indépendant de celui du cas. Elles accompagnaient ce dernier, en imposant un formatage dimensionnel et des coordonnées topologiques aux arguments (accusatif + in : mouvement vers un contenant, datif + on : localisation sur un support, etc.). Leur rôle était de construire une représentation spatialisée des référents, dont le marquage était devenu quasi obligatoire en vieil-anglais. Toutes les expressions spatiales, à quelques exceptions près, étaient accompagnées de prépositions.

  • 14 Les trois cas compléments du vieil-anglais se répartissaient le sens de manière relativement abstra (...)

39Cet état premier de division des tâches entre les particules adverbiales à emploi prépositionnel (spatialisation des référents) et les cas (directionnalité) n’existait déjà plus en tant que tel en vieil-anglais. Les proto-prépositions avaient évolué vers un rôle argumentai, en reprenant certaines des attributions premières des cas. Le principal facteur ayant contribué à ce développement avait été l’attrition des cas dits « circonstanciels » entre le PIE et le vieil-anglais et les déficits sémantiques qui en avaient résulté. Le vieil-anglais n’avait plus que trois cas pour exprimer la complémentation (l’accusatif, le génitif et le datif), auxquels s’ajoutaient quelques vestiges de l’instrumental. Les cas qui avaient disparu (ablatif, locatif et instrumental) s’étaient repliés pour l’essentiel sur le datif. Ce dernier, du fait de l’extension de ses emplois,14 n’avait plus la spécificité nécessaire pour assurer à lui seul le fonctionnement actanciel. Les prépositions ont donc été mises à contribution pour reconstituer l’identité des arguments, palliant ainsi l’absence de contrastes casuels. La perte de l’instrumental et son assimilation au datif, par exemple, avait déclenché l’utilisation de mid (>with/by), préposition d’origine spatiale signifiant « among/in the middle of ». Cette dernière permettait d’exprimer le moyen et l’instrument, en fonction du schéma classique d’évolution du spatial à l’instrumental (Spatial > Comitatif > Instrumental). On opposera, par exemple, l’emploi de mid en vieil-anglais en (19) ci-dessous, à la version latine de la Vulgate, qui conserve un SN simple à l’ablatif, exprimant le moyen comme origine :

19.

VA

and þa cwæð he to þam þe sædon be þam temple: þæt hit wære geglenged mid godum stanum and godum gifum. (Luke 21.5)

AM2

And as some spake of the temple, how it was adorned with goodly stones and gifts, he said,…

LAT

et quibusdam dicentibus de templo quod lapidibus bonis et donis ornatum esset dixit.

  • 15 D’autres facteurs ont également joué un rôle dans le développement des prépositions, tels que la pe (...)

40Dans cette deuxième étape, prépositions et cas exprimaient conjointement l’actance : la préposition s’associait au datif pour spécifier le type d’argument dont il s’agissait. Les cas étant eux-mêmes d’anciennes particules adverbiales (Haudry, 1979 : 23 et 87), ils avaient la même origine que les prépositions. Il n’est donc pas surprenant que les prépositions, formes analytiques, aient été utilisées pour renforcer les formes synthétiques casuelles dans le processus de reconstitution du fonctionnement actanciel. On obtenait ainsi une situation dans laquelle le nombre des prépositions ne cessait d’augmenter en compensation de la neutralisation des oppositions casuelles, elle-même alimentée par le développement prépositionnel. Le processus de transfert était en marche.15

  • 16 L’association de la préposition au verbe dans ces structures est confirmée par la syntaxe du passif (...)

41Le rôle que les proto-prépositions ont été amenées à jouer en vieil-anglais dans l’identification des arguments permet d’expliquer que ces dernières aient pu être redistribuées sur le verbe. Associées à un SN, elles spécifiaient le statut argumentai de l’expression associée et, rattachées au verbe, elles spécifiaient sa valence. Ainsi to+SN/SN+to, par exemple, indiquait que l’argument était une Localisation correspondant à une borne finale (talk + to someone), tandis que to+V/V+to signalait que le prédicat sélectionnait ce même type d’argument comme complément (talk to + someone). Les deux constructions convergeaient au plan référentiel, la seule différence résidant dans la distribution de l’information actancielle au sein de l’énoncé. La situation était donc comparable à celle de l’anglais actuel, où la préposition dans des phrases telles que What are you looking for ? ou Who did you give it to ? spécifie la valence du verbe en lui associant un argument locatif.16 Ce qui vaut pour les verbes s’applique également à d’autres catégories grammaticales, telles que les adjectifs ou les noms, qui admettent pareillement les constructions à préposition orpheline (What is he worried about ? ou Who did he write a biography of ?). Le fonctionnement de la valence permet ainsi d’expliquer l’indétermination des prépositions quant à leur pôle de rattachement syntaxique. Cette propriété est inscrite dans la langue, indépendamment des différentes contraintes qui régissent les emplois des deux constructions, nominale (« pied-piping ») et verbale (« preposition stranding »). On consultera par exemple à ce sujet Quirk et alii (1985 : §16.5 et §§16.13-15).

1.2.2. Moyen-anglais : le développement des propriétés fonctionnelles

42Telles que nous les avons décrites, les proto-prépositions du vieil-anglais accompagnaient les cas, et permettaient une identification conjointe des arguments qui assurait leur interprétation. Leur rôle était donc purement sémantique. A partir du moyen-anglais précoce, qui correspond à la période d’effondrement du système casuel, les prépositions furent également amenées à assurer le rattachement syntaxique des SN au prédicat. En moyen-anglais tardif, la plupart des marques casuelles avaient disparu des expressions nominales. Seuls certains pronoms, protégés par leur grande fréquence, conservaient une distinction formelle à trois termes, nominatif, génitif et datif/accusatif, survivance d’une grammaire devenue caduque (thou/thy/thee, he/his/him, etc.). La période du moyen-anglais a ainsi vu se développer des génitifs et des datifs analytiques en remplacement des anciennes inflexions (hyra > of hem et þam witegum > to profetis) :

20.

VA

Geblissiað and gefagniað on þam dagum. nu eower med is mycel on heofenum;
Soðlice æfter þissum þingum
hyraGen fæderas dydon þam witegumDat. (Luke 6.23)

MA

ioʒe ʒee in herte in pat dai, & glade ʒee wiþouteforþ, lo soþli ʒoure mede is myche in heuene, forsoþe after þese þingis, þe fadres of hem diden to profetis

AM2

Rejoice ye in that day, and leap for joy: for, behold, your reward [is] great in heaven: for in the like manner did their fathers unto the prophets.
«Rejoice in that day and leap for joy, because great is your reward in heaven.
For that is how their fathers treated the prophets.»

43La disparition des oppositions casuelles finalisait le transfert des fonctions sémantiques et syntaxiques des anciens cas vers les prépositions, qui devenaient de fait des morphèmes grammaticaux.

44On identifie donc deux phases dans le développement des prépositions telles que nous les connaissons aujourd’hui : une première phase sémantique correspondant au vieil-anglais, où la préposition accompagne le cas comme modifieur, et une seconde phase grammaticale où, en reprenant l’ensemble des fonctions des cas correspondants, elle se substitue aux éléments qu’elle modifiait. Le processus de transfert fonctionnel entre le cas et la préposition a suivi le même chemin que celui de la négation, de ne à not via une étape conjointe où ne était associé au modifieur nought>not (voir ne sit nout, exemple (i) note 4 ci-dessus). On reconnaîtra ici le mécanisme connu sous le nom de cycle de Jespersen (1917), par lequel l’élément modifieur (not ou préposition) reprend les fonctions de l’élément modifié (ne ou cas) :

  • 17 Le français a indépendamment suivi la même évolution. Le processus d’élimination de la forme initia (...)

21.

NE + Ø

-->

NE + NOT

-->

Ø + NOT17

Ø + CAS

-->

PREP + CAS

-->

PREP + Ø

45L’exemple (22) illustre la dernière étape du processus de transfert. Lande/reafe/huse/byrgenum, qui portent les marques en -e/-um du datif en vieil-anglais, deviennent en moyen-anglais land/cloþ/hous/sepulcris, avec disparition de la morphologie casuelle :

22.

VA

þa he to lande com. him agen arn sum man. se hæfde deofolseocnesse lange tide, and næs mid nanon reafe gescrydd: and ne mihte on huse gewunian ac on byrgenum. (Luke 8.27)

MA

& whan he wente out to þe lond, sum man ran to hym þat hadde a deuel now myche tymes, & was not clad wip cloþ, neiþer dwelte in hous. but in sepulcris.

AM2

When Jesus stepped ashore, he was met by a demon-possessed man from the town. For a long time this man had not worn clothes or lived in a house, but had lived in the tombs.

46L’acquisition des fonctions grammaticales précédemment assurées par le cas s’accompagna de l’élimination quasi-totale de l’ordre SN + PREP, à l’exception de certaines expressions, notamment de temps, comme en allemand (the whole night through/die ganze Nacht durch). L’ordre PREP + SN se généralisa comme ordre de base (où SN représente tous les éléments nominaux : SN, pronoms et nominalisations). Le changement s’inscrivait dans le cadre de l’installation de l’ordre SVO et de la généralisation du gouvernement vers la droite :

23.

VA

and him toforan eode an of þam twelfum se wæs genemned iudas and he genealæhte þam hælende þæt he hine cyste. (Luke 22 47)

MA

& he þat was clepid Judas, oen of þe twelue wente biforn hem, & he cam ny ʒ to Jesus, þat he shulde kissen hym.
«and the man who was called Judas, one of the Twelve, was leading them.
He approached Jesus to kiss him.»

47Cette dernière modification finalisait le processus de grammaticalisation particule>préposition. Les prépositions devenaient une catégorie gouvernante, au même titre que les verbes. Elles s’intégraient ainsi dans la nouvelle grammaire de constituants qui remplaçait le fonctionnement dépendanciel d’origine.

1.2.3. Anglais contemporain : l’approche argumentale

48En anglais contemporain, les arguments post-verbaux sont organisés de manière iconique (voir notamment Jackendoff, 1983). Leur agencement est conditionné par la manière dont le locuteur se représente la situation à décrire. Les arguments les plus directement affectés figurent immédiatement derrière le verbe, suivis des autres arguments. Dans les constructions à double complémentation, par exemple, la position post-verbale est typiquement occupée par le Patient, mais on y trouve également des Expérients, des Récipiendaires et des Destinataires. Ces derniers accèdent au rang 1 post-verbal lorsque leur degré d’affectation est supérieur à celui des autres arguments (voir par exemple to cause someone pain, to give someone a bath, to make someone a cup of tea). Inversement, ces mêmes arguments figurent en rang 2 dans les situations de transfert, qui privilégient l’entité transférée au détriment de sa destination (to cause pain to someone, to give a book to someone, to make a cup of tea for someone).

49L’argument directement placé après le verbe partage ainsi avec le Patient la propriété d’affectation maximale. Les Expérients, Récipiendaires et Destinataires, COI des constructions à double objet (COI + COD), acquièrent par configuration des propriétés normalement associées à ce dernier en tant qu’occupant prototypique du rang 1. Leur position les constitue en Ficiaires, Bénéficiaires ou Maléficiaires (voir par exemple to send/earn someone a reward vs. to charge/cost someone £20, selon que le sujet est Agent ou Cause). On expliquera ainsi que seul le Récipiendaire, John, dans l’expression to send money to London/John, puisse donner lieu à une construction à double objet (to send John money vs. *to send London money). Si cette dernière est exclue pour les lieux, qui en tant que tels ne sont pas affectés par l’action, elle redevient possible dans l’interprétation métonymique qui fait de la Localisation un Récipiendaire (« people in London »).

50Syntaxiquement, la propriété d’affectation maximale est exprimée de manière iconique par la construction directe, qui est principalement utilisée à des fins de hiérarchisation dans la complémentation. La construction directe sert également à désigner l’objet (COD) lorsque ce dernier occupe une position non canonique. Lorsque l’Expérient, le Récipiendaire ou le Destinataire est choisi comme complément de rang 1, le COD conserve sa forme d’origine, ce qui permet de l’identifier comme tel (to cause someone pain, to give someone a book, to make someone a cup of tea). La construction directe lui est morphologiquement associée, quelle que soit sa position. L’absence de préposition fonctionne alors par association de propriétés comme un marquage formel, ou cas inhérent. On remarquera également que tous les arguments post-verbaux ne correspondent pas à des éléments affectés. L’objet étant défini structurellement dans la langue actuelle, il n’est pas soumis aux contraintes sémantiques qui gouvernaient l’utilisation de l’accusatif en vieil-anglais. L’adoption d’une syntaxe configurationnelle a ainsi ouvert la fonction à divers arguments actants qui auraient été au datif ou au génitif en vieil-anglais, tels que l’Instrument (He used a knife to peel the potatoes) ou le Stimulus (I admire his paintings). Les seuls arguments à ne pas pouvoir figurer dans cette position sont les Agents, qui sont automatiquement promus en position de sujet dans les phrases actives. On voit ainsi évoluer la position objet vers une fonction de spécification prédicative, qui associe prédicat et argument direct en une unité constituée dans la représentation des procès.

  • 18 Parmi les cas non examinés, on mentionnera par exemple celui des catégories telles que le nom, qui (...)

51Le rôle des prépositions dans la grammaire actuelle, par opposition, est d’assurer l’identification des arguments qui, pour une raison ou une autre, ne reçoivent pas de cas structurel. Nous n’évoquerons pas ici l’ensemble des cas concernés.18 Pour ce qui est de la complémentation post-verbale, les prépositions interviennent dans l’identification des arguments de rang 2 qui font suite aux objets. Dans des expressions telles to load the cart with hay/to spray the trees with insecticide et to load hay onto the cart/to spray insecticide on the trees, par exemple, la préposition permet d’interpréter le second argument post-verbal comme un adjoint exprimant le Moyen dans le premier cas (with) et la Localisation à valeur de support dans le second (on). Les prépositions servent également à hiérarchiser les degrés d’affectation dans la complémentation de rang 1. Lorsqu’un verbe actif n’a qu’un seul complément, les prépositions sont utilisées comme barrières à l’affectation, une valeur dérivée de leurs emplois prototypiques de rang 2, qui correspond à un marquage morphologique. On opposera ainsi to reach the phone/for the phone, to climb a mountain/on a mountain, to shoot someone/at someone, etc. Le rôle des prépositions est ainsi double du point de vue sémantique : elles permettent de signaler par leur présence un argument d’ordre secondaire dans la hiérarchie d’affection, d’une part, et de spécifier le rôle argumentai des SN régis grâce au vaste système d’oppositions formelles qui s’est développé au sein de la classe, d’autre part. On observe ainsi une sous-détermination sémantique des cas structurels, sujets et objets, par rapport aux cas analytiques, que représentent les emplois prépositionnels.

52On considérera donc que les prépositions ne sont pas des éléments de la phrase, mais des marqueurs argumentaux permettant d’assurer l’identification sémantique des SN qu’elles régissent, un rôle qu’elles ont repris au fonctionnement casuel. Cette approche s’oppose à l’analyse relationnelle classique, selon laquelle les prépositions sont des connecteurs inter-arguments. Le remplacement du traitement relationnel par une approche fondée sur l’actance permet d’aligner les faits de localisation sur le comportement des autres prépositions, exprimant le moyen (with a knife) ou l’agent (by the authorities) par exemple, et d’éviter les écueils qu’entraînerait inévitablement le point de vue inverse. Lorsqu’il existe des relations de repérage entre deux entités référentielles, comme c’est le cas dans la localisation, celles-ci sont construites par l’intermédiaire du prédicat entre un SN et un SP, et non par la préposition elle-même entre deux SN. La valeur sémantique des prépositions est par conséquent à déterminer à partir du type d’argument qu’elles permettent de définir, et non en fonction de relations d’ordre prédicatif qui leur permettraient de relier directement des éléments référentiels au sein de l’énoncé.

53Il semblerait donc, en résumé, que les prépositions se soient constituées en tant que telles à partir d’entités de type adverbial, fonctionnant comme modificateurs nominaux dans un premier temps, puis casuels dans un second temps. La disparition des anciens cas, en leur conférant des propriétés grammaticales, leur a permis d’acquérir une autonomie fonctionnelle qui les a classées de fait dans la catégorie des éléments structurels. Leur rôle dans la grammaire actuelle est de permettre l’interprétation des éléments dont le cas n’est pas assuré structurellement et, secondairement, de bloquer le marquage structurel et la lecture directe qu’il impose. Le passage du synthétique (cas) à l’analytique (préposition) a eu pour conséquence une démultiplication de la classe, qui a augmenté d’autant le potentiel expressif de la langue en matière d’actance. La question sera donc de déterminer quel statut sémantique est conféré par les prépositions to et for aux éléments nominaux qu’elles régissent, et de définir les principes généraux qui gouvernent la distribution des deux marqueurs en langue.

2. Les phénomènes de subjectification

54Nous définirons la subjectification, à la suite de Traugott (1995 : 32), comme un ensemble de phénomènes évolutifs conduisant au développement d’emplois abstraits ou inter-subjectifs. La subjectification résulte de l’appropriation par les sujets parlants des moyens sémantiques définis par la langue pour les utiliser à de nouvelles fins. Elle fait donc partie du fonctionnement ordinaire du langage. Dans cette deuxième partie, nous nous intéresserons tout d’abord aux utilisations de to (2.1), puis à celles de for (2.2), avant de nous pencher sur ce qui oppose les deux prépositions (2.3).

2.1. To et la télicite

55To est une préposition d’origine déictique à fonctionnement spatial (PIE *do-« to/toward »), qui est utilisée pour conférer au SN qui suit une valeur télique. Son rôle est de désigner le référent de l’argument régi comme un point d’aboutissement. Elle s’oppose en cela à from, qui dénote l’origine, les deux prépositions permettant de borner le procès. Nous nous appuierons dans notre analyse sur les utilisations premières du morphème (2.1.1) qui nous permettront de mieux cerner les phénomènes d’expansion et de rétractation dénotatives qui ont défini sa distribution actuelle (2.1.2).

2.1.1. Les utilisations non prépositionnelles

56Comme toutes les particules issues du PIE, to avait diverses utilisations en vieil-anglais, qui s’ajoutaient à ses emplois « prépositionnels ». Il pouvait fonctionner comme préfixe verbal, particule verbale ou adverbe.

57To-préfixe (inaccentué)

  • 19 To- préfixe a pour correspondant latin dis-(détruire/destroy). Dis- a développé une valeur privativ (...)

58En tant que préfixe verbal, to- était utilisé pour indiquer la dispersion ou la mise en pièces, au sens de « asunder/apart/in pieces » (weorpan « throw/cast down » > toweorpan « destroy »). Il pouvait également servir à exprimer l’intensification ou la perfectivité, en particulier lorsqu’il fonctionnait de manière redondante par rapport au verbe, comme dans tobrecan (« to break in pieces > completely ») ou toseoðan (« to boil thoroughly »). De très nombreux verbes étaient dérivés de cette manière (125 selon le OED to- prefix 1). Tous ont disparu. Le préfixe correspondait à l’allemand zer-, qui continue à être utilisé dans des verbes tels que zerbrechen (« briser ») ou zergliedern (« décomposer ») : Man zergliedert einen Satz (« on analyse une phrase »).19

59To particule verbale (accentué)

  • 20 La particule était également utilisée au sens de « out » pour exprimer l’expansion, dans des verbes (...)

60Il existait également en vieil-anglais une particule verbale initiale séparable, qui correspondait à l’allemand zu. On reconnaîtra ici la forme prépositionnelle. To particule participait à la formation de nombreux verbes complexes, avec, dans ses principaux emplois, une valeur comparable à celle de la préposition. Il servait en particulier à ajouter une borne explicite au procès : tobringan, to(be) cuman (« arrive »), togeþeodan (« adhere to »), tosendan, tosettan, etc.20 Son rôle était semblable à celui du morphème locatif français a-, dérivé du latin ad (accourir, affluer, amener, apporter, adjoindre, etc.). L’ajout d’une composante spatiale aux verbes d’activité permettait de transformer ces derniers en verbes de déplacement (voir par exemple en français la différence entre porter et apporter, courir et accourir).

61Les langues germaniques ont conservé leurs particules séparables, alors que celles du latin ont très tôt été incorporées au verbe. En moyen-anglais, les particules migrèrent vers la position post-verbale, suivant en cela le mouvement général des compléments vers la droite. Le phénomène est illustré en (24) ci-dessous, où tobecuman > come-to signifie « advenir » :

24.

VA

to becume þin rice. (The Lord’s Prayer; Matthew 6.10)

MA

þi kyngdom come to.

AM1

Let thy kyngdome come.

62To particule était encore fréquemment utilisé en moyen-anglais, avec des verbes comme run ou bring (voir rennende-to, Luke 15.20, et bringeþ-to, Luke 15.23). Il pouvait également s’adjoindre à des verbes d’origine latine, tels que add pour donner le verbe complexe add-to, employé en (25) sous sa forme gérondive (fr. adjoindre/adjonction) :

25.

Lyke as we out of our adjectyvesforme our adverbes… by adding to of ly. (1530 OED to adv.5)

63Le complément de ces verbes complexes était introduit par une préposition, comme to this present writyng en (26) ci-dessous, où to put-to signifie « to add » (fr. apposer) :

26.

a.

To this present writyng my seele I have i-put to. (c 1450 OED to adv.5)

b.

Who of þou thenkinge may putte to to his stature oo cubite? (1382 OED þut 53)
«Who of you by worrying can add a single hour to his life?» (Matt. 6.27)

  • 21 L’utilisation de prépositions avec les verbes complexes de ce type remontait au latin. Voir par exe (...)

64Les prépositions avaient pour fonction d’identifier l’argument régi comme une localisation (V complexe + SP). On se reportera au français apporter/adjoindre à.21 Dans le cas de to, les particules avaient la même valeur sémantique de localisation finale que la préposition du SP complément (put to + to SN). Cette apparente redondance a entraîné leur disparition, comme en (26), où put to a laissé la place à put. Elles ont en revanche survécu en français grâce à la lexicalisation, qui a permis le maintien des verbes de déplacement parallèlement aux verbes d’activité (courir/accourir vs. run, etc.). Les seules particules à s’être maintenues sont celles qui avaient une interprétation spatiale indépendante, telles que on, of, ofdune (« down »), onweg (« away »), up, et ut, qui correspondent aux actuelles postpositions verbales. To en tant que particule verbale accentuée ne subsiste plus que dans de rares expressions lexicalisées, comme le nom déverbal set-to (« small argument or fight »), par exemple. La particule est également présente dans quelques verbes complexes. C’est le cas du verbe intransitif to come to, au sens de come round (« revenir à soi ») :

27.

a.

He finally came to. but was still groggy when the ambulance arrived. (…)
After many tests it was determined that Brian fainted due to dehydration.
(www.longqt.org/talesfromtheheart)

65et de quelques verbes transitifs, dans lesquels to indique la clôture :

28.

a.

Push the door to. (OED to D4 adv.)

b.

She goes out… and pulls the ouside shutters to. (ibid.)

c.

The curtains were drawn to, and a hot breath of wind kept blowing through a window into the fresh twilight stillness within, (ibid.)

  • 22 Zu peut également être utilisé de manière autonome en tant qu’adverbe : Die Tür ist zu (« la porte (...)

66A ceci s’ajoutent les constructions parallèles à sujet Patient, telles que The door swung to behind her as she went out. On comparera ces emplois à l’allemand zumachen « fermer (une porte) » ou zuziehen « tirer (des rideaux) ».22 Ces diverses utilisations ont en commun la notion spatiale d’aboutissement, ou de clôture au sens large du terme.

67To adverbe (> MA too)

68To sous sa forme accentuée avait également deux utilisations adverbiales en vieil-anglais. Il pouvait servir à signifier l’adjonction ou le rattachement (« furthermore/besides/also »), comme en (29a). Il faisait d’autre part fonction d’adverbe d’intensification (all. zu), comme en (29b) :

  • 23 Les traductions de Beowulf sont celles de H. D. Chickering Jr. (Beowulf, New York : Doubleday, 1977 (...)

29.

a.

Ða styriendan netenu habbaþ eall ðæt ða unstyriendan habbap, and eac mare to.
«The moving beasts have all that the unmoving have, and also more in addition.»
(Alfred Boeth. xli.5)

b.

wæs þæt gewin to Strang,/ lað ond longsum. (Beowulf 133-134)
«Too great was that outrage, too hateful, long-lasting.23

  • 24 Sur l’origine des emplois d’excès, voir également Downs (1939), ainsi que l’analyse critique qui en (...)

69Dans ce dernier cas, to exprimait le degré maximum (« complètement »),24 de sorte que l’on retrouve ici la notion de télicité, ou de complétude, avec dérivation vers l’expression de l’intensification et de l’excès.

70To en vieil-anglais était donc devenu un morphème pluri-fonctionnel, et avait abandonné la polyvalence initiale des particules indo-européennes. Le développement de la préposition contribua à l’attrition des autres utilisations, devenues au fil du temps marginales par rapport à cette dernière. Les préfixes disparurent, et les adverbes, dont les valeurs ne se rattachaient pas directement à celles de la préposition, entamèrent un cheminement indépendant. Enfin les particules ne survécurent que dans quelques emplois spécialisés. Les emplois non infinitifs de to se recentraient autour de ceux de la préposition, tendant ainsi à réduire les dissonances introduites par l’évolution de la langue.

71Les recentrages successifs qui ont affecté les utilisations de to trouvent leur explication dans la virtualité des outils linguistiques. Chaque outil est construit comme un ensemble de propriétés par les apprenants à partir des données disponibles fournies par l’usage. La reconstruction des propriétés au fil des générations tend à amplifier les variations introduites par la pratique de la langue et conduit à marginaliser certains emplois pour en favoriser d’autres. Un emploi compris, mais absent de la pratique, est condamné, car ne faisant plus partie de l’expérience des générations suivantes. Il arrive donc que certaines utilisations, graduellement désactivées par l’usage, disparaissent, tandis que d’autres se replient sur quelques contextes isolés. Le débat qui oppose la motivation synchronique et la variance diachronique trouve ainsi sa solution dans le fait que les propriétés de l’outil sont redéfinies en permanence par les générations successives en fonction des données auxquelles elles sont confrontées.

2.1.2. Les utilisations prépositionnelles

72On distinguera expérimentalement trois catégories principales d’utilisations de to en anglais actuel, qui s’inscrivent dans un même fonctionnement télique général, chacune se subdivisant en de multiples sous-catégories. La première correspond au fonctionnement de base de la préposition (2.2.1) et les deux autres à des opérations abstraites de rapprochement, dans lesquelles la télicité permet de construire le référent en repère d’une part (2.2.2) et en focus attributif d’autre part (2.2.3). L’optique retenue étant celle de l’actance, l’étude se concentrera sur la manière dont to définit l’identité des arguments qu’il régit.

A. Les contextes allatifs

73Les emplois dits « allatifs » constituent la catégorie la plus vaste et la plus ancienne. La plupart sont attestés dès le vieil-anglais (on se reportera à l’étude détaillée qui en est faite dans Groussier, 1984 : 413sq.). Dans ces emplois, to n’exprime pas le mouvement en soi, mais un point d’aboutissement adimensionnel (à distinguer des prépositions composées into/onto). Si notion de trajet il y a, elle est impliquée par to, sans être directement encodée par ce dernier. To et from décrivent les bornes du procès, donc des points dans un système de représentation topologique, laissant aux autres éléments du contexte la possibilité d’exprimer le mouvement.

74La notion de mouvement associée à l’emploi de to (ou de from) peut être déclinée de diverses manières. Les emplois de base des SP en to sont ceux qui accompagnent les verbes de mouvement (walk to the office, fall to the ground) et de transfert (give/lend a book to someone). Les premiers impliquent un déplacement du référent du sujet et les second de celui de l’objet. Le mouvement peut être implicite, comme dans les expressions nominales indiquant la direction : train to London, gate/road/exit to the castle, ticket to Brighton, sign to Leeds (« which goes/allows one to go to X »). Il peut également être révolu, comme dans des expressions à valeur « stative » telles que they were dancing cheek to cheek, qui impliquent un processus de rapprochement préalable.

75Le déplacement physique peut se faire abstrait. L’adhésion, par exemple, est représentée comme un mouvement intellectuel du sujet vers un point d’aboutissement (to adhere/subscribe/agree to something). Il en est de même pour l’affectation, qui reproduit le déplacement d’une entité vers un individu (to cause pain to someone). Ces divers emplois relèvent d’une logique d’extension des domaines d’application, avec projection « métaphorique » d’un appareil formel lié à un domaine spécifique sur un nouveau domaine perçu comme présentant des similitudes avec le premier.

76Le mouvement peut également être temporel, par extension de la représentation spatiale à l’expression du temps. Ces emplois concernent des SP qui ont fonction d’adjoint, comme dans The huts were reduced to ashes. On les rencontre également en tant que disjoints dans des expressions impliquant des noms abstraits référant à des émotions telles que to his surprise dans To his surprise she smiled, avec extension dans ce dernier cas du matériel à l’expérientiel. La valeur « résultative » de l’expression est directement liée à la valeur terminative de to.

  • 25 Le vieil-anglais avait une plus grande latitude dans ce domaine (voir OED to I 4). Les utilisations (...)

77To peut enfin être associé à un mouvement fictif, correspondant à un parcours mental entre deux bornes spatiales ou temporelles, comme dans la représentation des intervalles (from here to there et from ten to twelve). De même, to intervient dans la représentation de parcours imaginaires reproduisant le mouvement du regard, dont seul l’aboutissement est mentionné (To the west of the house is a large building « dans la direction de l’ouest/à l’ouest »). Ces emplois locatifs sont largement figés en anglais standard actuel et ne concernent que les points cardinaux et axiaux (to the right/left/front/back, etc.).25

78Ces quelques exemples, qui n’épuisent en rien la diversité des cas, tendent à montrer que la préposition est indifférente aux distinctions fondées sur la nature même du mouvement, des entités déplacées ou de leur point d’aboutissement. Aucune contrainte ne semble limiter les différents éléments de la représentation sémantique, rendant ainsi caduques les tentatives de classification fondées sur ces derniers. On considérera donc que la seule motivation conceptuelle permettant de fédérer les emplois « allatifs » en un ensemble homogène est la notion de borne finale, qui permet de reconstruire le mouvement en l’absence de toute référence à ce dernier (voir par exemple des emplois tels que To horse ou To our beloved President !).

Β. Les contextes de repérage

79A partir des contextes allatifs, les emplois de to se sont diversifiés vers l’expression du repérage (« par rapport à »). Dans ces emplois, le point d’aboutissement est constitué en un repère stabilisé. La comparaison, par exemple, peut être représentée comme un mouvement de mise en relation mentale d’une entité évaluée avec une entité repère introduite par to. To est ainsi employé dans de nombreuses constructions, dont certaines existaient dès le vieil-anglais (OED to VI), comme to win by six goals to three, odds of 100 to 1, to prefer walking to climbing, etc. Le comparatif grammatical, qui fait intervenir une propriété entre les deux éléments référentiels, s’est également construit à l’aide de to. On citera par exemple des expressions telles que yonger to him, qui se sont développées en moyen-anglais. Si ces dernières ont disparu au XIXe siècle au profit de than (VA þonne), to continue cependant à être employé avec les comparatifs lexicaux, tels que inferior/superior to, qui se sont développés au XIXe siècle.

  • 26 Different to est attesté en anglais britannique principalement, parallèlement à different from/than (...)
  • 27 On inclura dans ce fonctionnement l’expression de la parenté, comme dans mother toof John and Emily (...)

80Les emplois de repérage sont également présents dans des domaines connexes, tels que le contraste (in contrast to) ou la ressemblance (similar/different to).26 Ils interviennent dans l’expression de l’agencement (ancestor/precursor to),27 du positionnement (at an angle to/with one’s back to/parallel to/opposite to) ou encore de l’attitude (hostile/averse to), sans que l’on puisse non plus faire apparaître de véritables contraintes sur la nature des éléments repérés ou sur le mode de repérage impliqué. Le point de référence est construit comme le correspondant intellectuel de l’aboutissement dans les emplois allatifs, tandis que la mise en relation fonctionne sur le modèle du déplacement, une notion que l’on retrouve dans les expressions françaises « ramener/rapporter quelque chose à quelque chose d’autre ».

C. Les contextes d’attribution

81To permet également de construire l’argument régi comme le point d’aboutissement d’une relation attributive. Il ne s’agit plus d’une opération asymétrique de rapprochement de deux entités à des fins de positionnement relatif, mais d’un processus dynamique d’assignation, constitutif de l’appartenance. Dans ces emplois, l’élément régi par to fonctionne comme le pôle attractif d’une entité ou d’une propriété. On distinguera ainsi deux modes de fonctionnement de l’attribution pour les SP en to : les emplois dits de possession (assistant to the president) et ceux d’assignation (there’s magic to it). Ces constructions autorisent en général les gloses en of et en have. En tant que processus dynamique, l’attribution est nécessairement orientée vers le repère signalé par to, là où la possession dans sa version stabilisée tend à être orientée à partir de ce dernier. On opposera par exemple l’expression assistant to the President à the President’s assistant/the President has an assistant ou encore there’s magic to it à it has magic.

82• Les emplois dits « possessifs » résultent de la mise en relation attributive du référent d’une entité à celui d’une autre entité, un fonctionnement qui est directement relié à la valeur télique de to et à ses utilisations de localisation relative. Le procédé est utilisé pour construire des relations d’assignation, dont le SP en to est le point d’aboutissement. L’expression de la relation partie-tout n’implique donc to que lorsque la partie est, pour une raison ou une autre, détachée de son élément support. On se reportera à la différence établie par Millward (1977) entre les deux énoncés Where’s the knob to the radio ? et Where’s the knob of the radio ?, dont le premier suppose la dissociation des entités concernées. Ainsi la phrase That’s the knob to the radio signifie littéralement « C’est le bouton qui va avec la radio », avec en français possibilité de restitution du mouvement d’attribution par l’utilisation d’un verbe allatif. Les constructions de ce type sont donc à distinguer de celles à fonctionnement méronymique localisant en of employées dans l’expression de la possession.

  • 28 Dans ce dernier cas, le repère est en général vu comme le Récipiendaire de services rendus par une (...)
  • 29 On trouvait en moyen-anglais des constructions possessives en be to, au sens de « have », dont l’or (...)

83L’attribution en to est principalement utilisée pour exprimer des relations de fonctionnalité entre entités, matérielle (the key to the door, the lid to the toilet seat, the notes to a chapter, the answers to an exercise, the words to a tune) ou professionnelle (Secretary to the General Manager, Ambassador to the Court of Saint James).28 Dans ces emplois, l’ordre des éléments et le positionnement final du SP en to assurent de manière iconique l’attribution, conceptualisée comme un déplacement d’entités vers un repère final.29

  • 30 Voir Girard (2003) pour une étude détaillée de ces deux constructions. Les emplois d’attribution se (...)

84• Il existe une seconde modalité dans la constitution de l’appartenance. Elle implique des emplois attributifs dans lesquels une caractéristique ou une propriété est assignée au référent du SN régi par to. Ces cas de figure, paraphrasables par have, concernent essentiellement les constructions présentatives à prédication seconde dont le SN post-verbal est indéfini there is SN to SN et SN has SN to it.30 To, dans ces emplois, désigne l’élément nominal qu’il introduit comme la borne finale d’un mouvement conceptuel associant la caractéristique ou la propriété désignée au référent du repère.

85Deux cas de figure peuvent être distingués. Dans le premier, l’élément assigné est une caractéristique, qui émane en général directement du locuteur, comme a butch boyishness en (30a) ou an extremely invasive undertone en (30b) :

  • 31 Peu de choses sont connues sur le développement de ces constructions. Elles sont apparues relativem (...)

30.

a.

He speaks with a distinct Midlands accent and there is a butch boyishness to his persona: he is wide-eyed, energetic, enthusiastic, friendly and idealistic. (The Financial Times, 2007)

b.

"A native person is challenged, I think, not to feel on some level a profound resentment toward Catlin, his obsession with depicting Indians has an extremely invasive undertone to it," West says. (The International Herald Tribune, 2005)31

86Dans le deuxième cas, l’élément assigné correspond à une propriété. Ces dernières appartiennent à une classe restreinte d’expressions de quantification, telles que there is/it has + nothing/little to it ou more to it than meets the eye/etc.

  • 32 Les constructions attributives de ce type se sont développées ultérieurement, vraisemblablement à p (...)

31.

a.

But, as so often in Jones’ work, there is more to it than that. Domestic her settings may be, but cosy they are not. (The Financial Times, 2004)

b.

There’s always something to fret about. But meanwhile, while you’ refretting, the man’s getting ready to pull both triggers, and that’s all there is to it, all right? (D. Guterson, 1994)32

87La construction est également utilisée avec des expressions telles que no point/sense/logic et no end/beginning, qui privilégient en général l’utilisation de there.

88L’examen des différents emplois prépositionnels de to fait ainsi apparaître un même événement fondamental, à savoir l’aboutissement. Ce dernier renvoie à l’ensemble des contextes possibles autorisant l’emploi du marqueur. On considérera donc qu’il n’existe pas pour les prépositions de sens prototypique et de sens secondaires (« sub-senses »), qui relèveraient directement de l’appareil descriptif de la polysémie. Chaque préposition constitue un outil unique, définissable par un ensemble de propriétés sémantiques qui détermine sa fonctionnalité et son potentiel d’expansion. Comme l’ensemble des outils, les prépositions n’ont que des emplois différents. La liste de ces derniers est nécessairement ouverte dans les limites imposées par leurs propriétés définitoires. Le recensement des différentes catégories d’emplois n’a par conséquent d’intérêt que dans la mesure où les propriétés des outils linguistiques ne sont pas directement observables et doivent être induites à partir des données du discours. La collecte des données, quelle que soit sa forme, est nécessaire pour accéder aux principes de fonctionnement du marqueur et construire les limites de son applicabilité. En ce sens, la démarche de reconstruction des propriétés est une obligation commune au linguiste et à l’apprenant. Le fait que ces dernières soient inférées à partir des données disponibles en langue explique à son tour les recentrages successifs, qui permettent aux nouvelles générations d’écarter un certain nombre d’emplois marginaux, hérités de fonctionnements devenus opaques. L’histoire de to nous montre que ces emplois disparaissent, comme les préfixes, acquièrent leur autonomie, comme les adverbes (too), ou se lexicalisent en se spécialisant, comme les particules verbales. Ces formes d’attrition ont un rôle essentiel dans le fonctionnement des prépositions, car en réduisant la déviance elles contribuent à homogénéiser l’ensemble des utilisations et à renforcer la cohésion qui fonde l’unicité de l’outil.

2.2. For et l’agencement axial

89For est, comme to, une préposition topologique à fonctionnement axial. Elle se distingue cependant de ce dernier en ce qu’elle est utilisée à des fins d’agencement relatif, d’une part, et ne concerne que l’axe horizontal, ou ligne de bout (Marcq et Robin, 1997 : 123), d’autre part. Sa directionnalité s’étant inversée au cours de l’histoire, on distinguera deux phases dans son évolution : une première dans laquelle ses emplois sont strictement « rétrospectifs » (2.2.1) et une deuxième dans laquelle ils sont devenus majoritairement « prospectifs », sans pour autant éliminer les emplois rétrospectifs d’origine (2.2.2).

2.2.1. Les emplois rétrospectifs

90For est une préposition de localisation relative. Là où to désignait un point d’aboutissement, for, dans ses emplois spatiaux, désigne un point situé en arrière (valeur rétrospective). L’explication se trouve dans l’origine de for. For a la même source que le latin pro, par application de la loi de Grimm (pro castris stare « devant », mais le dos tourné au camp pour le défendre, + datif). Ce dernier s’oppose à ante (« devant », mais face à la place-forte, pour l’attaquer, + accusatif). Il appartient ainsi à un ensemble de formes qui ont pour dénominateur commun d’introduire un élément, entité ou procès, localisé en arrière sur un axe orienté. Il est, par exemple, apparenté au latinprae, signifiant « à cause de/par ». Il a également la même racine que fram>from, qui exprime le point de départ. De ce fonctionnement initial, où for désigne un référent situé en amont par rapport à l’élément repéré, l’anglais a notamment conservé l’expression verbale to befor (« in favour of ») :

32.

VA

þa cwæð he. ne forbeode ge; Se ðe nis ongen eow se is for eow. (Luke 9.50)

MA

& Jesus seip to hym, nyle ʒee forbeeden, forsoþe he þat is not aʒen vs, is for vs.

AM2

And Jesus said unto him, Forbid [him] not: for he that is not against us is for us.

91Le SP en for du vieil-anglais désignait l’élément devant lequel on se tenait pour le défendre (voir également l’utilisation de pro>pour dans ces mêmes contextes en latin et en français). L’expression correspondait donc à une lecture rétrospective du marqueur, distincte de sa lecture prospective actuelle, qui implique un mouvement vers l’entité repère.

92Comme pour les autres prépositions, les emplois de for ont évolué. On distinguera deux types d’emplois rétrospectifs dérivés : les emplois temporels (A) et les emplois de causalité (B). For sera remplacé dans ses emplois statiques de repérage spatio-temporel par before. Il n’a survécu avec sa valeur rétrospective que dans les emplois dynamiques, exprimant la causalité.

A. DU SPATIAL AU TEMPOREL (FOR > BEFORE)

93• Les emplois spatiaux de for en vieil-anglais sont illustrés en (33) ci-dessous :

33.

a.

Bill ær gescod/ (…) ealdhlafordes / þam ðara maðma mundbora wæs / longe hwile, ligegesan wæg / hatne for horde, hioroweallende… (Beowulf 2777-2782)
«Already the short sword of his aged lord (…) had wounded the guardian, keeper of treasure from time out of mind, who kept fire-terror in front of the hoard, surging on air…»

b.

Wand to wolcnum wælfyra mæst/hlynode for hlawe (Beowulf 1119-1120) «The mighty death-fire spiraled to heaven, thundered before the mound.»

94L’utilisation de for impliquait une co-orientation fonctionnelle des entités repères et des entités repérées. Le dragon, gardien du trésor en (33a), tournait le dos au trésor qu’il défendait. La caverne se trouvait par conséquent derrière lui, les deux étant orientés dans la même direction (entrée de la caverne ►dragon ►). Le feu étant symétrique sur l’axe horizontal, en (33b), la question de l’orientation ne se posait pas.

95Le problème est que for était également utilisé dans des situations où l’élément repère introduit par la préposition se trouvait devant l’élément repéré, là où il aurait dû être derrière :

34.

Wealhðeo maþelode, heo fore þæm werede spræc. (Beowulf 1215)
«Wealhtheow spoke before all the company.»

96Spatialement, l’assemblée était placée devant Wealhtheow, puisque de toute évidence la reine lui faisait face (assemblée ► ◄ Wealhtheow). Ces emplois à orientation opposée introduisaient une apparente discordance entre la représentation linguistique (l’assemblée est présentée par for comme positionnée à l’arrière) et la configuration spatiale des éléments (le personnage repéré fait face au repère, qui se trouve devant lui) – une situation qui perdurera jusqu’en anglais actuel, for étant progressivement remplacé par before à partir du vieil-anglais tardif.

97On remarquera tout d’abord que ces emplois de for/before étaient originellement réservés à Dieu, à Jésus, ou à diverses assemblées, soit à des animés humains, ou représentés comme tels, occupant une position de contrôle :

35.

VA

Soðlice he byð mære beforan drihtne and he ne drincð win ne beor. (Luke 1.15)

MA

soþli he shal be sret biforn þe lord, & he shal not drinke wyn & cypir.

AM2

For he shall be great in the sight of the Lord, and shall drink neither wine nor strong drink.

  • 33 On notera le remplacement de for par beforari>before à partir du vieil-anglais tardif. Beforan étai (...)
  • 34 Ces considérations fonctionnelles liées à l’asymétrie avant-arrière sur la ligne de bout confirment (...)
  • 35 Les notions de visibilité et de point de vue sont également présentes dans des expressions métonymi (...)
  • 36 L’anglais utilise des prépositions différentes pour les situations dans lesquelles on est face à un (...)

98Dans ces exemples, for>before peut être paraphrasé par la locution prépositionnelle « in the presence of ».33 Il constitue donc le SN régi en point de vue, localisation arrière et point de vue partageant le même marqueur.34 La préposition conserve son fonctionnement sémantique de base. Elle désigne l’argument régi comme occupant une position arrière, qui est aussi la position d’observation pour les entités humaines, par nature asymétriques. Le SN repéré est ainsi visible du SN repère introduit par for. La version de 1611 (AM2), dans laquelle le SP introduit par before est remplacé par la locution in the sight of est explicite à cet égard.35 L’hypothèse d’une utilisation dérivée de for>before, obtenue à partir du fonctionnement co-orienté d’origine, est également confirmée par l’utilisation antérieure de lexèmes explicites, comme la préposition coram en latin (de cora « prunelle/pupille ») ou l’expression in andwairþja en gothique (de andwaírþi « face/visage »). Dans ces emplois d’observation, seule est levée la contrainte sur la co-orientation de l’entité repérée, qui appartient à un domaine de fonctionnement distinct de la représentation topologique.36

99• Les emplois de localisation temporelle sont ultérieurs aux emplois spatiaux. For, en tant que tel, n’intervenait pas directement dans l’expression de cette dernière en vieil-anglais précoce, contrairement à d’autres prépositions spatiales, comme betwix, on ou of, qui étaient employées dans les deux domaines (Nagucka, 1999). Il se distinguait également du latin ante, au fonctionnement ambivalent. L’antériorité était exprimée par ær (>ere) ou, plus marginalement, par les prépositions toforan/onforan, ces dernières étant formées par combinaison de l’adverbe d’origine locative foran « before » et des formes prépositionnelles to et on (Nagucka, 2000). Il est probable que l’existence d’une préposition spécialisée, ær, ait nuit au développement d’emplois d’antériorité pour for. Le mode d’expression de l’antériorité que nous connaissons aujourd’hui s’est installé au cours du moyen-anglais. Mis à part quelques emplois de for/fore en vieil-anglais tardif et en moyen-anglais précoce, l’expansion vers le temporel s’est faite pour l’essentiel à partir de before, qui remplaçait for dans ses emplois locatifs (OED before 8) :

36.

VA

ac toforan eallum þissum hig nimað eow and ehtað and syððan eow on gesamnunga.
And on hyrdnyssa and lædaþ eow to cyningum and to demum for minum naman.
(Luke 21.12)

MA

but biforn alle þese þingis. þei shuln poten per hondis to ʒou & shul pursue bitakende in to sinagogis & kepingis, drawende to kingis & meiris for my name

AM2

But before all these, they shall lay their hands on you, and persecute [you], delivering [you] up to the synagogues, and into prisons, being brought before kings and rulers for my name’s sake.

100La transition vers le temporel s’est faite par l’intermédiaire des événements. On en trouve un exemple avec eallum þissum en (36) ci-dessus, qui renvoie à différents maux, tremblements de terre, famines, etc. Les événements, de par leur inscription dans le temps et l’espace, ouvrirent la voie à des expressions purement temporelles, en fonction d’un schéma de développement commun à de nombreux marqueurs : Localisation spatiale > Evénement > Localisation temporelle (before the castle > before the festival/his arrival > before that day). A titre indicatif, le premier exemple d’emploi d’antériorité impliquant une expression purement temporelle cité par le OED (ibid.) date de 1300 (I saghe þe neuer be-for þis day).

101• Le mode d’expression du temps reproduisant l’agencement spatial, on obtient des représentations communes à l’espace et au temps. Le SN repère signalé par before en (37) ci-dessous (me) est présenté, dans les deux cas, comme localisé en amont, L1, de l’élément repéré (Sam), positionné en aval, L2 (L signifiant Localisation) :

102La même préposition permet ainsi de représenter un événement temporel ultérieur, l’arrivée du locuteur (Sam arrived before me) et un élément locatif positionné en arrière, à savoir le locuteur (Sam was standing before me). Le fonctionnement est comparable en français, même si celui-ci distingue en principe entre l’espace (devant vs. derrière x) et le temps (avant vs. après x).

103L’alignement de la postériorité temporelle sur la localisation arrière illustré en (37b) trouve son explication dans la notion de point de vue constitutif. Ce dernier détermine l’agencement relatif des éléments repérés sur le modèle de l’observation visuelle. L’interprétation de ce type d’énoncés suppose en effet un point de vue avant, qui fait que l’on perçoit déjà ce qui se présente en premier de par sa position ou son existence (ici Sam) avant d’appréhender ce qui vient en second (le locuteur) : AMONT (Re) – AVAL (Ré) ◄ OBSERVATEUR. Ainsi, dans des phrases telles que He left before dinner/midnight, par exemple, l’élément repère, événement (dinner) ou localisation temporelle (midnight), est nécessairement présenté comme occupant une position distale par rapport à l’observateur, qui correspond spatialement à la position arrière, tandis que le départ du sujet est représenté comme proximal. La position avant est donc aussi celle de l’antériorité temporelle. Cela est vérifié par l’expression the day before yesterday, dans laquelle l’élément repéré constitué par the day (le jour d’avant hier) est chronologiquement premier par rapport au repère représenté par yesterday (hier), qui vient après (voir par exemple Lakoff et Johnson, 1980, 41-45).

104Ce mode de représentation spatio-temporel s’oppose aux représentations chronologiques, construites à l’aide d’adverbes tels que then ou puis, par exemple, qui présentent l’événement associé comme ultérieur du point de vue du temps écoulé (T). On comparera (37b) à l’énoncé (38) ci-dessous, qui lui est référentiellement équivalent :

  • 37 Le rapport entre localisation spatiale avant et localisation temporelle en amont se trouve lexicali (...)

105Le calcul se faisant par rapport à TO, l’arrivée du locuteur occupe une position proximale par rapport à ce dernier, tandis que l’arrivée de Sam est distale. Les énoncés de ce type peuvent donc être considérés comme reproduisant iconiquement le passage du temps tel qu’il est conceptualisé dans les langues indo-européennes. On remarquera que les adverbes then/puis peuvent être paraphrasés par les expressions prépositionnelles after him/après lui : I arrived after Sam/Je suis arrivé après Sam. Dans ces phrases, le référent du SN repère désigné par la préposition after/après (ici l’arrivée de Sam) est représenté comme occupant une position avant, par rapport à l’élément repéré (l’arrivée du locuteur), qui occupe la position arrière. Avec les prépositions after/après, c’est donc le SN repère qui est appréhendé en premier par l’observateur, d’où l’inversion repère/repéré (Sam/me) qu’elles entraînent par rapport à before/avant : AMONT (Ré) – AVAL (Re) ◄ OBSERVATEUR.37

Β. DU SPATIAL A LA CAUSALITE (FOR)

106Les emplois de causalité en anglais actuel se rencontrent principalement dans le contexte de la complémentation adjectivale (sorry, grateful, famous, known for, etc.) et verbale (to thank, reward, praise, criticise, punish, remember x for, etc.). Les utilisations adjointes du for causal sont récessives, ainsi que nous aurons l’occasion de le voir en 2.2.2 ci-dessous.

107• L’utilisation de for pour exprimer la causalité est ancienne. For en vieil-anglais exprimait à la fois la Cause, comme en (39a), et l’Origine, comme en (39b), là où l’anglais actuel n’a conservé que la Cause :

39.

a.

ac he hine feor forwræc / Metod for þy mane mancynne fram. (Beowulf 109-110)
«the Lord drove him out, far from mankind, for that unclean killing.»

b.

Hæbbe ic eac geahsod, þæt se æglæca/ for his won-hydum wæpna ne recceð. (Beowulf 433-434)
«I have heard it said this evil monster in his wild recklessness scorns all weapons.»

108For dans l’expression de l’Origine traduit l’idée d’une force coercitive, qui peut être rendue explicite en français par l’expression « mu par ». La notion de force est également présente dans la Cause en tant qu’élément déclencheur d’un effet ou d’un résultat. Les utilisations actuelles participent du même fonctionnement dynamique. For1 ci-dessous, par exemple, présente l’argument régi comme un facteur déclencheur localisé en amont (his emotional displays of faith) qui conduit au résultat dénoté (disparaged) :

40.

But here Mr Bush, so disparaged for1 his emotional displays of faith, is acting rather logically. He is demonstrating awareness that September 11, for2 all its horrors,
cannot fix the essential flaw of state aid: that governments use it for purposes for which it is not intended. (The Financial Times, 2005)

  • 38 Les emplois adversatifs de for sont anciens (OED for VII 23a) et semblent avoir été d’application p (...)

109La lecture dite concessive, « despite/in spite of », que l’on obtient pour for2 (Quirk et alii, 1985 : §9.56) est, quant à elle, obtenue pragmatiquement à partir du conflit entre le résultat attendu et la situation existante. L’absence de validation de la prédication annule l’effet de causalité, désignant de fait la cause comme inopérante. Ces emplois n’existent plus en anglais actuel qu’en association avec all, qui facilite par sa présence obligatoire l’accès à l’interprétation concessive, donnant ainsi à cette dernière une forme lexicale qui la distingue du for causal. Le for à utilisation causale peut également être accompagné d’un SN en all. Le quantifieur est alors optionnel (voir par exemple for (all) his emotional displays of faith).38

110Les emplois de causalité résultent directement du fonctionnement spatial. L’élément causateur étant nécessairement en amont de l’élément causé, on retrouve le même agencement que pour la représentation spatiale, la cause et l’effet remplaçant respectivement le repère et l’élément repéré :

  • 39 Le vieil-anglais avait conservé de la distinction initiale deux formes orthographiques, for et fore (...)

111La seule différence réside dans le fait que la cause est associée à une notion de force exercée de l’amont, qui était absente des utilisations spatio-temporelles exprimées par for>before. Les langues indo-européennes anciennes avaient en général deux prépositions exprimant l’arrière : une préposition locative et une préposition dynamique (latin pro vs. prae ou gothique faur vs. faura). Le germanique opposait for et fora, le premier désignant les arguments situés à l’arrière et le second ceux venant de l’arrière.39 C’est cette même opposition sémantique du statique au dynamique qui a motivé l’établissement de deux marqueurs distincts en anglais actuel : for d’une part, pour les emplois dynamiques, et before, avec la préposition stative be, pour les emplois localisants, d’autre part.

112• On remarquera que le fonctionnement de for conjonction suit le même schéma rétrospectif que la préposition, avec extension du processus aux composantes énonciatives de l’énoncé (voir note 9 ci-dessus). L’argument introduit par la conjonction est présenté comme occupant une position en amont par rapport à la composante sur laquelle il porte. For se comporte de ce point de vue comme puisque, qui introduit de la même manière un préalable argumentatif. Le fonctionnement de la conjonction s’inscrit donc dans le prolongement du fonctionnement prépositionnel. Puisque se distingue ainsi de puis, adverbe à fonctionnement chronologique, qui localise le second procès postérieurement au premier, là où la conjonction en (42) le situe en amont de l’acte d’adhésion du locuteur au contenu propositionnel de la principale :

42.

Chronologique :

Spatio-temporel :

Il a garé sa voiture, puis il est monté.

Il est là, puisque sa voiture est en bas.

113Il y a donc continuité dans le cas de puisque, comme dans le cas de for conjonction, avec le fonctionnement sémantique de la préposition d’origine, ce qui exclut toute analyse coordonnante de for, qui reposerait sur une interprétation « adverbiale » de ce dernier.

2.2.2. Les emplois prospectifs

  • 40 Les emplois adjectivaux de for semblent concerner essentiellement le motif ou la raison. For est co (...)

114Les emplois prospectifs de for se distinguent des emplois rétrospectifs, en ce qu’ils désignent un référent positionné en aval, et non plus en amont. On opposera ainsi eager/desperate for, emplois prospectifs, à ashamed/grateful for, emplois rétrospectifs.40 L’exemple (43) ci-dessous illustre l’ambiguïté entre les deux fonctionnements :

43.

I’m dying for a fag,’ he says, unconsciously echoing the government’s latest anti-smoking campaign. It’s bloody torture, this is.’ (P. Barker, 1999)

115For, dans l’intention du locuteur, est prospectif (« desperate for »), alors que dans le contexte de la campagne gouvernementale, l’expression est détournée vers une lecture rétrospective à valeur causale (« because of »). For en anglais actuel est désormais majoritairement prospectif. Nous examinerons donc dans un premier temps la manière dont le changement d’orientation a conduit aux emplois de visée (A), avant d’aborder, de manière sélective, ses conséquences dans le domaine de la substitution (B).

A. LES EMPLOIS DE VISEE

116Dans ses emplois prospectifs les plus courants, for est utilisé pour exprimer la visée sous ses différentes formes (He left for Paris, It’s for John, etc.). Le renversement directionnel date de la fin du moyen-anglais. For, qui désignait l’amont, commence à apparaître dans des contextes où il désigne sans équivoque l’aval, comme dans l’utilisation spatiale ci-dessous :

44.

She asked whi they were departed for the kynges courte. (c1489 OED for)

117Au début de l’anglais-moderne, la préposition était communément employée avec des verbes prospectifs tels wait, ask et long (Tyndale, AM1, par exemple). La forme utilisée n’était pas la forme spatiale prévalant à l’époque, à savoir before, mais la forme dynamique for, ce qui permet de relier l’histoire de ces emplois directement à l’expression de la causalité.

  • 41 Voir également l’ambivalence de l’expression « on behalf of », qui peut selon les cas être interpré (...)

118• Il existait déjà en vieil-anglais des constructions potentiellement ambiguës, dans lesquelles for servait à indiquer l’origine d’une nécessité ou d’une obligation (« on account of »). Dans ces contextes, le SN introduit par for pouvait être interprété non pas seulement comme une raison (ou cause efficiente, dans la terminologie aristotélicienne) mais, par implication, comme le but ultime du procès (ou cause finale). Un exemple de ce type est le suivant, dans lequel for traduit le latin pro (pro ea), utilisé dans les mêmes circonstances41 :

45.

VA

þa wæs simones sweger geswenced on mycelum feferum. and hig hyne for hyre bædon. (Luke 4.38)

MA

soþli þe moder of simonys wyf was holden wiþ grete feueres, & þei preʒeden hym for hir.

AM2

And Simon’s wife’s mother was taken with a great fever; and they besought him for her.
«Now Simon’s mother-in-law was suffering from a high fever, and they asked Jesus to help her.»

119Ces emplois accompagnaient des verbes d’action, tels que seek (someone) en (45) ou encore pray ci-dessous, dont le complément prépositionnel pouvait être réinterprété comme un Destinataire :

46.

VA

Bletsiað þa oe eow wiriao: gebiddaþ for þa þe eow onhisceað. (Luke 6 :28)

MA

blisse ʒee to men cursende ʒou, preʒe ʒee for men þat falsly chalengen ʒou.

AM2

Bless them that curse you, and pray for them which despitefully use you.
«Bless those who curse you, pray for those who mistreat you.»

  • 42 Parmi les utilisations prépositionnelles dérivées du renversement, on citera les emplois dits de «  (...)

120Il est important de remarquer que ces phrases n’étaient pas ambiguës au départ. For en vieil-anglais et en moyen-anglais précoce fonctionnait uniquement de manière rétrospective. Si interprétation prospective il y pouvait y avoir (« en faveur de/dans l’intérêt de »), celle-ci fonctionnait comme une implicature. C’est cette dernière qui a permis la transition vers les emplois prospectifs du moyen-anglais tardif. L’interprétation à directionnalité inversée s’est imposée par adoption de l’implicature comme fonctionnement de base, un processus relativement commun qui permet d’employer pragmatiquement des expressions telles que It’s not my cup of tea pour le rejet, le refus ou, de manière générale, la distanciation.42

121• L’émergence des emplois prospectifs avait créé une situation d’ambiguïté. Une des solutions employées pour maintenir le fonctionnement causal fut de remplacer for par la locution périphrastique for the sake of en particulier dans les emplois où il traduisait le latin propter. Sake, dérivé du vieil-anglais sacu, signifiait à l’origine « quarrel, war, strife, conflict ; sin, fault ». C’est dans cette deuxième interprétation (« par la faute de ») que le mot fut mis à contribution à la Renaissance pour remplacer le for rétrospectif devenu opaque :

47.

VA

and ge beoð eallum on hatunga: for minum naman. (Luke 21.17)

MA

& ʒee shut ben in hate to alle men for my name.

AM1

And some of you shall they put to death. And hated shall ye be ofall men for my name’s sake.

AM2

And ye shall be hated ofall [men] for my name’s sake.
«All men will hate you because of me.»

122Ces emplois furent progressivement concurrencés par des formes plus explicites d’expression de la cause efficiente, telles que because of. La diffusion de la nouvelle locution dans les contextes rétrospectifs tenait au fait que l’expression périphrastique avait suivi le même chemin que for et développé des emplois prospectifs, générant ainsi une nouvelle ambiguïté de système. On en voudra pour preuve des exemples tels que (48), dans lesquels les formes à emploi causal d’origine (« par ma faute ») servent à désigner la cause finale d’un acte consenti, en synonymie avec le for prospectif de la traduction contemporaine (voir également la périphrase française « pour l’amour de moi ») :

48.

VA

Se þe wyle hys sawle hale gedon: se hig forspilp: wirodlice se ðe his sawle for me forspilð he hi gehæleð. (Luke 9.24)

MA

soþli he þat shal wile maken his soule saf shal leesen it, forwhi he þat shal leese hys soule for me, shal maken it saf.

AM1

Whosoever will save his life, shall lose it. And whosoever shall lose his life, for my sake, the same shall save it.

AM2

For whosoever will save his life shall lose it: but whosoever will lose his life for my sake, the same shall save it.
«For whoever wants to save his life will lose it, but whoever loses his life
for me will save it.»

123• Les prélèvements graduellement effectués par because of sur les emplois de causalité à partir de la fin du XIVe siècle ont conduit à une réduction progressive des utilisations rétrospectives de for. En anglais actuel, les utilisations causales de for qui ne sont pas directement inscrites dans le programme lexical des prédicats verbaux (to criticise someone for) ou adjectivaux (sorry for) tendent à être associées à la non-réalisation de p :

49.

a.

She gave Jocelyn two of the tranquillisers her doctor had given her because when Wallace was away she couldn’t sleep properly for worry… (F. Weldon, 1992)

b.

If you whisper "All is discovered!" in a chap’s ear, nine citizens out of ten will immediately take the next boat for South America on the off-chance of its being true. (…) In fact if someone hissed "All is discovered!" in my ear, you would be unable to see me for dust. (M.M. Kaye, 1984)

c.

It was early afternoon when she approached a large solid building of dark stone, in a valley high among moors she could hardly see for grey drifting rain.
(S. Bellow, 1989)

124Dans ces adjoints en for, le référent du SP constitue un obstacle à l’accomplissement du procès. Le processus est lexicalement figé dans l’expression if it hadn’t been for x, x désigne l’obstacle qui a conduit à la non-réalisation de la prédication principale :

50.

If things had been different, if it hadn’t been for this new murder, he could have got in the Rover, driven north to York and brought her home. (P.D. James, 2001)

125Les emplois rétrospectifs de for se sont également maintenus dans des contextes où le procès est perçu comme porteur d’une valuation négative (voir également l’expression française « faute à ») :

51.

a.

One of the latter group, somewhat the worse for drink at his farewell party, advised Robyn to get out of Cambridge. ‘This place is finished,’ he said, meaning that Cambridge would be a less interesting place for his own absence from it. (D. Lodge, 1988)

b.

Their hands and feet became frost-bitten and infected for lack of sulpha drugs. (O. Manning, 1965)

c.

Stephen, sprawling on the sofa in his underwear for the heat, did not much care either way. (I. McEwan, 1987)

126On remarquera que, dans ce dernier cas, c’est for par sa seule présence qui signale la prédication sprawling on the sofa in his underwear comme doxalement non conforme.

  • 43 Cette remarque pourrait s’appliquer à l’expression française à cause de dans le micro-système contr (...)

127Il semblerait donc qu’en dehors des arguments verbaux ou adjectivaux inscrits dans la valence du prédicat, les emplois de for rétrospectif tendent à se recentrer sur la notion de cause néfaste dans le contexte de procès négatifs ou à valuation négative.43 La spécialisation du fonctionnement rétrospectif, comme toute autre forme de spécialisation sémantique, est le signe d’une propriété récessive. La reprise des emplois de localisation spatio-temporelle par before et de cause par because of a conduit à un recentrage de la préposition, qui s’est accompagné d’une redéfinition des propriétés de l’outil dans la grammaire. For est devenu dynamique et essentiellement prospectif, sans toutefois éliminer l’ensemble des emplois rétrospectifs d’origine. Ceux qui subsistent hors support lexical se sont constitués en autant de poches de résistance spécialisées, héritées d’un fonctionnement devenu obsolète. La langue a également conservé celles des formes rétrospectives d’origine qui ont pu être intégrées dans la nouvelle grammaire par réanalyse, comme to be for ou to pray for, qui sont désormais perçues comme relevant du fonctionnement prospectif.

B. LES EMPLOIS DE SUBSTITUTION

128Le renversement prospectif a également eu des conséquences dans le domaine de la substitution, et partant, de l’équivalence. Comme les emplois spatiaux dont ils sont dérivés, les emplois de substitution relèvent d’un agencement sur l’axe horizontal. Ils se divisent en deux catégories en anglais actuel : obtention et cession. Le référent de l’objet est interprété dans le premier cas comme le point d’arrivée d’un processus d’échange (buy a book for ten dollars) et l’orientation est rétrospective (◄2 for 1). Dans le second cas, l’objet correspond au point de départ de la substitution (sell a book for 10 dollars) et l’orientation est prospective (► 1 for 2). Dans les contextes d’obtention, for désigne donc un référent positionné en amont (to buy/get/acquire/obtain a horse2 for £1001). A l’inverse, dans les contextes de cession, for désigne un référent localisé en aval (to give/pay/offer £1001 for a horse2, to sell/give up/part with a horse1 for £1002 ou to exchange/trade twenty chicks1 for a goose2).

129• La division entre emplois rétrospectifs et prospectifs est récente. Les premières utilisations en vieil-anglais s’inscrivaient dans le fonctionnement rétrospectif de l’époque (2 for 1) et étaient purement substitutives. For désignait l’entité remplacée (« en remplacement de/à la place de ») :

51.

Eaʒe for eaʒe and toð for toð. (VA Matthew 5.38)

130Ces emplois faisaient partie d’un ensemble plus vaste d’utilisations, correspondant à divers processus de remplacement. On inclura dans cette catégorie des constructions telles (53), dans lesquelles le SP en for référait à une entité originellement désirée, et non possédée, comme précédemment :

53.

VA

Hwylc eower bin his fæder hlafes. segst pu sylð he him scan. oððe gif he byt fisces sylð he him næddran for fisce. (Luke 11.11)

MA

þerfore who of ʒou oxeþ his fadir bred, wheþer he shul ʒiue to hym a ston? or if he axe fish wheþer he shul ʒiue to hym a serpent for þe fish?

AM2

If a son shall ask bread of any of you that is a father, will he give him a stone? or if [he ask] a fish, will he for a fish give him a serpent?
«Which of you fathers, if your son asks for a fish, will give him a snake instead?»

131For était également utilisé pour désigner l’entité remplacée dans l’expression « prendre quelqu’un pour fils », au sens de « en lieu et place de fils » :

  • 44 On mettra ces exemples en rapport avec les emplois de « méprise », tels que They (mis)took him for (...)

54.

Me man sægde þæt þu ðe for sunu wolde / hererinc habban. (Beowulf 1175-1176)
«I have been toldyou would have this warrior for your son.»44

132C’est ce même fonctionnement rétrospectif qui a donné les emplois substitutifs de l’anglais actuel (en anglais « deputative »), comme par exemple I2 watered the plants for you1 « à ta/votre place », dans lesquels for désigne l’entité originellement prévue.

133• Les emplois inversés, de type 1 for 2, datent également dans ces contextes de la fin du moyen-anglais. Le OED cite par exemple (55) :

55.

Men gaf fiueten schillynses for a goos or a heen. (c1330 ; OED for II 6)

134On notera qu’il existait en vieil-anglais des emplois en apparence semblables, tels que (56) ci-dessous, qui en anglais actuel seraient interprétés comme prospectifs (1 for 2) :

56.

Ðæt land ic selle Cynulfe for syxtigum mancesa clænes goldes. (ASChart. 883 S 218)
«That land I give to Cynulf in exchange for sixty mancuses of pure gold.»

135A l’époque cependant, l’interprétation était rétrospective (2 for 1). For fonctionnait dans une logique de substitution et désignait l’entité remplacée : « j’accorde cette terre à Cynulf en échange de ses soixante pièces ». Sellan (>sell), qui est en général traduit par « give », avait pour sens « accorder ».

  • 45 Les deux verbes sell et give ont une complémentation prospective 1 for 2. La différence en anglais (...)

136L’installation du fonctionnement prospectif dans ces contextes fut favorisée par le caractère iconique de la nouvelle syntaxe qui privilégiait l’agencement chronologique 1>2. Le SP en for de (56) fut ainsi réanalysé comme renvoyant à l’aval (1 for 2), le verbe de substitution d’origine sell exprimant désormais la cession : « je lui donne/cède/vend cette terre pour soixante pièces ».45 Les emplois tels que (56) dans lesquels for désignait la valeur obtenue ont certainement joué un rôle déterminant de transition vers l’interprétation prospective.

  • 46 On fera également entrer dans ce processus le renversement de la complémentation avec le verbe subs (...)
  • 47 Les emplois de mesure temporelle et spatiale (they stayedfor two weeks et they crawled for almost a (...)

137L’émergence des nouveaux emplois prospectifs aurait donc entraîné une différentiation dans les emplois de substitution entre le rétrospectif et le prospectif. Cela aurait coïncidé avec l’introduction d’une logique dichotomique d’obtention et de cession, en remplacement du fonctionnement substitutif d’origine. L’interprétation rétrospective ou prospective de for devenait ainsi dépendante de facteurs lexicaux, qui divisaient les verbes de substitution en deux catégories distinctes. A l’époque de Shakespeare, cependant, l’interprétation prospective était devenue dominante et permettait l’absence de verbe, comme dans l’expression A horse ! A horse ! My kingdom1 for a horse2 (Richard III V iv 7). On comparera cette dernière à la citation biblique de (52), également elliptique, mais dont l’interprétation est rétrospective (An eye2 for an eye1, a tooth2 for a tooth1]).46,47

138For apparaît donc, en résumé, comme une préposition dont les emplois sont strictement limités au corridor étroit que représente la ligne de bout, ou axe horizontal. Sa fonction de localisation, qu’elle soit interprétée comme spatiale ou temporelle, a été reprise par before. Les emplois de for se sont recentrés sur les contextes dynamiques, construits à partir du déplacement spatial arrière-avant et, depuis le moyen-anglais, avant-arrière. Avec le développement des emplois prospectifs, une nouvelle situation venait d’apparaître dans laquelle for se trouvait en concurrence directe avec to dans l’expression de la visée. La coexistence des deux prépositions dans le même domaine à partir du moyen-anglais allait conduire à une redéfinition de leurs rôles respectifs en anglais-moderne.

2.3. To et for : l’expression de l’affectation

139Il subsistait au début du moyen-anglais un certain nombre d’anciens datifs sans marquage prépositionnel. En vieil-anglais, la structure argumentale du verbe suffisait normalement à assurer l’interprétation des arguments nucléaires : les Patients étaient à l’accusatif et les Expérients, Récipiendaires et Destinataires au datif. Dans ces trois derniers cas, il n’était pas nécessaire de recourir à un marquage supplémentaire. Plus on s’éloignait de la structure argumentale première du prédicat, en revanche, plus la nécessité des prépositions se faisait pressante pour assurer l’identification des arguments, d’où l’utilisation des prépositions dans les emplois périphériques, dits circonstanciels. L’abolition de la distinction entre datif et accusatif allait changer les choses de manière significative. Dès le moyen-anglais précoce, les anciens datifs commencèrent à acquérir des prépositions qui les distinguaient des accusatifs. Allen (1995 : 176) a montré que la diffusion de ces dernières était directement corrélée à la perte de contrastivité formelle entre les deux cas. Le développement des prépositions était dans une large mesure motivé par des nécessités syntaxiques, car il était rare que l’on ait des contextes ambigus. La distinction animé/inanimé suffisait en général à garantir l’identification des arguments. Le changement émanait donc principalement de la nécessité de reconstruire un système d’assignation casuelle que la neutralisation flexionnelle avait rendu inopérant.

2.3.1. To et le développement prépositionnel

  • 48 Nous inclurons dans cette catégorie à la fois les Expérients au sens classique du terme, c’est-à-di (...)

140Dans un premier temps, la préposition mise à contribution pour remplacer le datif dans ses rôles d’attribution (Destinataires et Récipiendaires) et d’application (Expérients et assimilés48) fut to, les trois arguments étant assimilés au point d’arrivée d’un mouvement. Les schémas argumentaux correspondants se constituèrent ainsi en un événement unique, où l’affectation était représentée comme un déplacement d’entité vers une localisation correspondant à la valeur générale du datif en vieil-anglais.

141Or le problème était qu’en vieil-anglais la situation n’était pas tout à fait la même pour l’ensemble des datifs. To, par exemple, était communément employé avec les verbes de dire, mais ne l’était pas avec des verbes tels que give (Mitchell 1985 : 512-513). Les exemples (14) et (17a) ci-dessus illustrent l’emploi du datif prépositionnel pour les verbes cweðan (« say ») et sprecan. Ces derniers se comportaient, de ce point de vue, de la même manière que biddan (« ordonner ») ou sendan. La différence entre les deux catégories de verbes peut s’expliquer par le fait que les compléments des verbes de dire et d’envoi peuvent être vus comme des Destinataires, alors que ceux des verbes de substitution, comme sellan « give/grant », sont nécessairement des Récipiendaires. Mitchell (ibid.) fait également remarquer qu’il existait pour les verbes du type give un certain nombre d’exceptions concernant les lieux (monastères, abbayes ou autres), pour lesquels on relève des occurrences attestées de to, alors que les personnes étaient uniquement exprimées par des datifs simples (voir également Groussier, 1984 : 429sq.)·Il existait ainsi une distinction entre les deux types de complémentation, directe et prépositionnelle, dont l’une était associée à l’affectation (Récipendaires) et l’autre au déplacement spatial (Destinataires). Les compléments des verbes de dire et d’envoi, qui se trouvaient dans une zone indécise entre destination atteinte (affectation) et destination visée (localisation), pouvaient être associés à l’un ou l’autre des deux arguments, en fonction des intentions communicatives du locuteur. Une des conséquences de la généralisation de to fut donc de niveler la différence entre Récipiendaires et Destinataires, les arguments affectés recevant le même traitement que les arguments visés.

142Au plan syntaxique, le remplacement par les formes prépositionnelles s’était fait dans un premier temps in situ. Dans l’ensemble de la langue, les configurations de surface demeuraient identiques en moyen-anglais à celles qui les avaient précédées (McFadden, 2002), comme en (57), repris de (53). Le verbe employé est sellan, qui a pour complément un Récipiendaire :

57.

VA

Hwylc eower bitt his fæder hlafes. segst þu sylð he him stan. oððe gif he byt fisces sylð he him næddran for fisce. (Luke 11.11)

MA

þerfore who of ʒou axeþ his fadir bred, wheper he shut ʒiue to hym a ston? or if he axe fish wheper he shul ʒiue to hym a serpent for þe fish?

AM1

Yf the sonne shall axe breed of eny of you that is a father: wyll he geve him a stone? Or yf he axe fisshe wyll he for a fysshe geve him a serpent?

AM2

If a son shall ask bread of any ofyou that is a father, will he give him a stone? Or if [he ask] a fish, will he for a fish give him a serpent?

143Comme le montre l’évolution des formes en (57), la distinction entre la construction à double objet (COI+COD) et la construction prépositionnelle (COD+C1) ne se grammaticalisera qu’à partir de l’anglais-moderne.

2.3.2. To vs. For : récipiendaires, expérients et destinataires

144Les deux passages ci-dessous illustrent la diffusion de to entre le vieil-anglais et le moyen-anglais tardif pour les Destinataires (1), les Expérients (2) et les Récipiendaires (3) :

58.

VA

þa cwæð he to him1. Sylle ge him3 etan; þa cwædon hig we nabbað buton fif hlafas and twegen fixas : buton we gan and us1, mete bicgon and eallum þissum werede1 (Luke 9.13)

MA

forsope he seiþ to hem1, ʒiue ʒee to þem3 to ete, & þei seiden. þer ben not to vs3 more þan fiue loues & two fishis, but if par auenture wee go & bie metes in to al þe kumpanye1

AM1

But he sayde vnto them1: Geve ye the3 to eate. And they sayde. We have no moo but fyve loves and two fisshes except we shuld goo and bye meate for all this people1.

AM2

But he said unto them1, Give ye them3 to eat. And they said, We have no more but five loaves and two fishes; except we should go and buy meat for all this people1.

59.

VA

þeah hwæpere tiro and sydone2 on þam dæge byð forgyfenlicre þonne eow2. (Luke 10.14)

MA

neþeles to tire & sidon2 it shal ben esiere in þe dom þan to ʒou2.

AM1

Neverthelesse it shalbe easier for Tyre and Sidon2 at the judgement then for you2.

AM2

But it shall be more tolerable for Tyre and Sidon2 at the judgment, than for you2.

  • 49 Le changement pour les verbes à double complémentation accusative et dative par exemple (give, show (...)

145To étant l’unique préposition prospective disponible en moyen anglais précoce, elle fut la seule à être mise à contribution pour remplacer les anciens datifs, toutes valeurs argumentales confondues (VA > MA).49

146Les premiers signes de tension apparurent dès cette époque. Ils concernaient les Destinataires (1), qui, comme le montre (58), étaient introduits par une préposition double into/unto (>unto), là où les Expérients (2) et les Récipiendaires (3) utilisaient la préposition simple : MA bie metes in to al þe kumpanye et AM1 sayde vnto them. L’ajout de la préposition à forme indifférenciée in/on, qui indiquait ici la progression au sens moderne de on, permettait, en association avec to, de construire la notion de destination, et partant de distanciation. Là où la marque Ø du vieil-anglais devenait to pour les Récipiendaires, to devenait into/unto pour les Destinataires. La différence de choix prépositionnel entre to et into/unto reconstituait l’écart sémantique qui distinguait à l’origine les arguments affectés du vieil-anglais, à marquage zéro, des éléments visés, introduits par to. On remarquera que les formes composées étaient également utilisées pour le But (MA in to remissyoun of synnes) :

60.

VA

and he com into eall iordanes ricæ bodiende dædbote fulluht. and synna forgyfenesse. (Luke 3.3)

MA

& he cam in to al þe kuntre of Jordan prechende baptem of penaunce in to remissyoun of synnes.

AM1

And he came in to all the coostes aboute Iordan preachynge the baptyme of repentaunce for the remission of synnes.

AM2

And he came into all the country about Jordan, preaching the baptism of repentance for the remission of sins.

  • 50 Voir également en français la différence dans le choix de la préposition entre acheter quelque chos (...)

147Ce n’est qu’à partir de l’anglais-moderne que les formes composées désignant les Destinataires et le But commencèrent à être remplacées par l’usage actuel en for (AM1 Tyndale). For avait achevé son changement de directionnalité et était disponible pour l’expression du prospectif. Il gagna également certains Expérients, en remplacement des datifs d’application qui accompagnaient des prédicats tels que easy en (59) ou encore lawful en (5), lesquels avaient conservé la forme simple. La nouvelle opposition prépositionnelle reconstituait ainsi une forme de hiérarchie parmi les compléments de rang 2 fondée sur le degré d’affectation. To correspondait à une affectation directe, et for à une cible visée ou concernée, mais non directement affectée.50

148A la fin du moyen-anglais, un certain nombre de cas restaient en suspens, dans lesquels to se maintenait là où l’anglais contemporain emploie désormais for. Ils seront graduellement résorbés dans les traductions bibliques, les uns dans la Bible de 1611 et les autres dans les versions contemporaines. Ces cas concernaient essentiellement des référents dont le degré d’affectation pouvait être considéré comme suffisant pour justifier une interprétation en tant que Récipiendaires. L’archétype de ce fonctionnement était l’expression to do things to>for someone, dans le sens actuel de « faire quelque chose en faveur/dans l’intérêt de quelqu’un » :

61.

VA

wend to þinum huse and cyð hu mycel þe god gedon hœfð; þa ferde he into eall þa ceastre. and cydde hu mycel se hælend him gedon hæfde. (Luke 8.39)

MA

go aʒeen in to þin hous, & tel hou many þingis god hap do to þee, & he wente þur3 al þe citee, prechende hou manye þingis Jesus hadde do to hym.

AM1

Goo home agayne into thyne awne housse and shewe what great thinges God hath done to ye. And he went his waye and preached thorow out all the cite what great thinges Iesus had done vnto him.

AM2

Return to thine own house, and show how great things God hath done unto thee.
And he went his way, and published throughout the whole city how great things Jesus had done unto him.

«Return home and tell how much God has done for you. So the man went away and told all over town how much Jesus had done for him.»

  • 51 Le cas de say est à part, car il n’y a pas eu évolution de into/unto vers for. La construction actu (...)

149Visser (1973 : §§913-914) remarque que les emplois de to au sens de for sont restés nombreux jusqu’à environ 1500, date à laquelle ils déclinèrent rapidement en faveur de ce dernier. On notera à nouveau la présence intermédiaire de la forme composée unto dans l’expression de la destination entre le to du moyen-anglais tardif (MA) et le for de l’anglais actuel. Do something for someone a donc désormais pour complément un Destinataire, distinct de l’argument affecté que l’on trouve dans l’expression do something to someone.51

150A l’issue de ce qui apparaît comme un processus d’affinement progressif, for a ainsi remplacé to dans l’ensemble des emplois où le degré d’affection du référent est perçu comme insuffisant. La concurrence des deux formes a permis de reconstruire une hiérarchie entre les arguments indirects, isolant les Destinataires des Récipiendaires et répartissant les Expérients entre les deux marqueurs en fonction de leur degré d’affection. L’évolution des deux prépositions confirme donc le rôle fondamental de la catégorie dans l’identification des arguments, de même que la nécessité d’assurer cette dernière en faisant appel aux ressources disponibles en langue.

2.3.3. For et l’externalité

151La dernière question qui se pose est celle de savoir pourquoi for, lorsqu’il a été disponible, a été préféré à to dans l’expression de la visée. On notera à ce propos que les infinitives de but de l’anglais actuel, qui n’ont pas de marquage prépositionnel explicite, correspondent à la préposition for, et non à to, comme on le suppose généralement. On en voudra pour preuve le remplacement de la subordonnée par un constituant nominal, qui fait apparaître la préposition manquante : They went to the hospital [Ø [to get some treatment]] vs. They went to the hospital [for/*to [treatment]. Il en est de même pour les noms et les adjectifs prospectifs qui ont pour complément un SP exprimant la visée : desire/eager [Ø [to do something]] vs. desire/eager [for/*to [something]]. Il convient donc de s’interroger sur les raisons qui ont conduit à l’élimination progressive du to prépositionnel dans ce type d’emplois.

152On posera que to, qui exprime la télicité, inclut le SN qu’il régit dans la représentation du procès. Là où to désigne une borne finale, for établit une frontière, ou borne intérieure. Il construit donc dans la représentation du procès deux espaces complémentaires, l’un en amont, et l’autre en aval, qui distribuent repère et élément repéré sur la ligne de bout. L’élément repéré, entité ou événement, occupe ainsi une position complémentaire ou « extérieure » à celle de l’élément repère signalé par for. On supposera donc que c’est la représentation de l’élément repéré comme occupant un espace extérieur en aval de celui de l’élément repère exprimé par for, qui permet d’exprimer le but, là où to marque l’aboutissement. C’est en créant cet espace distinct où se localise le but que for permet d’éviter l’effet de complétude associé à to. Un certain nombre de faits de l’anglais peuvent ainsi s’expliquer, puisque for dans ses emplois de visée désigne des éléments qui, du fait de leur isolement, ne sont jamais directement affectés.

  • 52 Voir The American Heritage Dictionary of the English Language, Fourth Edition, 2000 (version électr (...)

153En distribuant repère et repéré de part et d’autre d’une borne délimitant deux domaines complémentaires, les emplois actuels de for s’inscrivent en droite ligne de son fonctionnement originel. For, comme pour, est issu du PIE *per-. Il a la même racine que per en latin (perforer, perméable, etc.), ou de mots tels que pore, porte ou port (« passage/col »). La forme indo-européenne a également donné en anglais ferry (VA ferian « to carry/transport ») et ford (« gué »), qui expriment le passage.52 On peut donc raisonnablement penser que ce serait la valeur originelle de délimitation entre deux espaces, intérieur (repère) et extérieur (élément repéré), qui persisterait à travers les emplois actuels de la préposition et permettrait la bidirectionnalité. La relation qui existe entre for/pour et le français porte est transparente à cet égard.

  • 53 Celui-ci se distingue du préverbe fore signifiant « before/in front/on behalf of », que l’on trouve (...)

154On peut ainsi expliquer le comportement du préfixe for- du vieil-anglais, qui comme les autres préfixes, n’a laissé que peu de traces actives dans les variétés standard actuelles (OED for préfixe).53 Les emplois se divisaient en deux grandes catégories, construites autour de la notion d’externalité. La première, dynamique, indiquait le dépassement (écossais forwandered « perdu, égaré »), avec des extensions vers l’excès (forspent/forworn/fordone/forlorn « épuisé »). La seconde, statique, servait à exprimer l’exclusion, déclinée sous ses diverses formes : interdiction (forbid), renoncement (forgo/forbear/forsake), mise à l’écart (forfend « écarter/empêcher », forget « laisser de côté ») ou rejet (foreclose « exclure », forswear « abjurer »).

Conclusion

155Il apparaît donc au terme de cette étude que, si les langues évoluent de manière naturelle, c’est grâce à la subjectification, redéfinie de manière large comme l’appropriation de ces dernières par les locuteurs à des fins individuelles. La subjectification procède par extension des outils à disposition à partir de l’identification de leurs propriétés constitutives et de la reconnaissance de similitudes entre différents domaines d’application. Elle fait donc partie du fonctionnement ordinaire du langage. De ce point de vue, le comportement langagier s’inscrit dans le cadre général de l’utilisation des outils, la subjectification n’étant qu’un des aspects d’un comportement anthropologique caractéristique de l’espèce. Les locuteurs entretiennent eux-mêmes la langue par leur pratique en procédant aux ajustements nécessaires à son bon fonctionnement. Les procédures d’extension dans lesquels ils s’engagent sont compensées lors des générations suivantes par un recentrage qui entraîne l’abandon ou la marginalisation des utilisations non productives. For, qui a été amené à développer des utilisations prospectives, a ainsi connu un recul de ses emplois rétrospectifs. En recentrant systématiquement les emplois, la langue tend vers une reconstitution fonctionnelle de l’outil, qui facilite l’identification de ses propriétés et garantit son bon fonctionnement en synchronie.

156La grammaticalisation procède d’un fonctionnement distinct dans la mesure où elle ne relève pas d’une intention communicative. Elle n’intervient que de manière secondaire lorsque la pratique de la langue entraîne un changement dans le statut de constructions ou de morphèmes existants. Le développement des utilisations grammaticalisées de to et de for, par exemple, n’est que la conséquence d’une tendance générale consistant à développer l’expression des situations (états et événements) dans des positions syntaxiques internes, là où les états de langue anciens ne prévoyaient que des expressions nominales, dont la finalité originelle était d’exprimer des entités. C’est donc le besoin de donner une expression prédicative aux situations, qui a servi de moteur au changement et favorisé l’émergence de formes phrastiques subordonnées. Le développement de for conjonction est exemplaire à cet égard, car il résulte du remplacement de GN par Ρ (for GN>P), qui fait de facto de la préposition à emploi causal une conjonction. De même, si to s’est imposé comme marque de l’infinitif, c’est parce que les locuteurs ont été amenés à associer des compléments verbaux aux anciens noms d’action, entraînant la réanalyse de ces noms en verbes et partant celle de la préposition to, marque nominale, en marque verbale (to GN>GV). Enfin, for a développé ses emplois de complémenteur lorsque l’Expérient qu’il introduisait a été utilisé comme sujet du verbe qui suivait (for GN + VP>P). La grammaticalisation est donc une conséquence de changements intentionnels, dont elle n’est jamais directement la cible.

157Dans les trois cas, les prépositions to et for ont été amenées à occuper une position syntaxique qui a déterminé leur catégorie d’arrivée. For s’est trouvé en position de conjonction dans un cas (for + that PTPS) et de complémenteur dans l’autre (for + PINF), tandis que to, de par son association au nouveau verbe, a intégré la morphologie verbale. Le maniement ordinaire de la langue permet ainsi d’infléchir le statut de morphèmes existants et de créer de nouveaux morphèmes. Si l’évolution de for conjonction relève d’un procédé qui a contribué à l’émergence de nombreuses autres conjonctions à partir des prépositions, to, en revanche, est entré dans une catégorie à laquelle rien ne le prédestinait, puisqu’elle n’était occupée que par des inflexions. Il en est de même pour for complémenteur, l’anglais n’ayant connu jusque là qu’un complémenteur invariable þe>that qui, de plus, n’était utilisé que pour introduire des phrases tensées. On remarquera que, dans ces deux derniers cas, la grammaticalisation a opéré directement à partir de la forme des morphèmes, et non du signe lui-même, oblitérant par là sa valeur initiale. On expliquera ainsi que les entités ainsi créées aient pu rompre avec la valeur d’origine et développer un fonctionnement sémantique autonome. Le to de l’infinitif, par exemple, n’indique pas plus la télicité (Boulonnais, 2004) que le complémenteur for ne s’inscrit sur la ligne de bout.

158Faire de la grammaticalisation un phénomène second par rapport à la subjectification a des conséquences importantes en ce qui concerne l’analyse des catégories. Tous les linguistes s’accordent à reconnaître le manque d’homogénéité de ces dernières et la difficulté de construire autre chose pour les morphèmes qu’une appartenance graduelle à des classes définies à partir d’archétypes. Ceci s’explique naturellement si l’on considère que les catégories naissent de tropismes et de convergences distributionnelles. Elles varient selon langues et les états de langue en fonction des tendances qui se font jour dans l’emploi des unités linguistiques (voir à ce propos Croft, 2001). Les particules qui faisaient office de proto-prépositions ont ainsi pu se constituer par leur tropisme nominal en éléments structurels et faire naître une catégorie distincte de prépositions dans les langues qui les employaient. Les catégories ne sont donc pas des primitifs linguistiques, pas plus que la grammaticalisation n’est un phénomène premier dans l’évolution des langues. Cette dernière est mue par la subjectification. Placer la grammaticalisation au centre des phénomènes évolutifs, comme on le fait généralement au détriment de la pratique communicative, apparaît donc à cet égard comme une démarche erronée.

Top of page

Bibliography

Abbott, Ε. A. (1870). A Shakespearean Grammar, New York: MacMillan and Company.

Allen, C. L. (1995). Case Marking and Reanalysis: Grammatical Relations from Old to Early Modern English, Oxford: Oxford University Press.

Bennett, D. C. (1975). Spatial and Temporal Uses of English Prepositions, Londres: Longman.

Benveniste, E. (1960). « Être et avoir dans leurs fonctions linguistiques », Paris, Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, LV : 113-134. Repris dans Problèmes de linguistique générale I, 1966, Paris : Gallimard, pp. 187-207.

Benveniste, E. (1972). « Pour une sémantique de la préposition allemande vor », Athenaeum. Studi Periodici di Letteratura e Storia dell’Antichità, nouv. série, 50(3-4) : 372-375.

Boulonnais, D. (1989). Eléments pour une définition de la notion de phrase, avec application à l’anglais, Thèse de Doctorat, Université de Paris III.

Boulonnais, D. (2004). « TO et les infinitives : L’hypothèse de la transcendance prépositionnelle », CIEREC, 116 : 55-90.

Brorström, S. (1971). « A historical survey of prepositions expressing the sense ‘for the duration of’ », English Studies, 52(2) : 105-116.

Brorström, S. (1973). « Phrases in earlier English corresponding to the present-day type ‘I have not seen him for a long time (while)’ », English Studies, 54(6) : 526-532.

Cadiot, P. (1991). De la grammaire à la cognition : La préposition ‘pour’, Paris : Editions du CNRS.

Chapman, R. L. (1975). « Semantics and syntax of the to possessive in English », Journal of Linguistics 11 : 63-68.

Chomsky, N. (1975 [1955]). The Logical Structure of Linguistic Theory, New York: Plenum Press.

Chomsky, N. (1981). Lectures on Government and Binding, Dordrecht: Foris.

Croft, W. A. (2001). Radical Construction Grammar: Syntactic Theory in Typological Perspective, Oxford : Oxford University Press.

Cuyckens, H. et Verspoor, M. (1998). « On the road to to », in Auwera, J. van der, Durieux, F. et Lejeune, L. (dirs.), English as a Human Language : To Honour Louis Goosens, Munich, LINCOM Studies in Germanie Linguistics, 4 : 57-72.

Denison, D. (à paraître). «The reversal of substitute», in Rohdenburg, G. et Schliiter, J. (dirs.), Argument Structure. One Language, Two grammars? Differences between British and American English, Cambridge: Cambridge University Press.

Downs, L. G. (1939). « Notes on the intensive use of Germanic *te, *to, ‘tο: too’», The Journal of English and Germanic Philology, 38: 64-68.

Gettliffe, P. (1999). Verbes prépositionnels et verbes à particule, Paris : Ellipses.

Gilbert, E. (1999). « De quelques emplois de For », in Deschamps, A. et Guillemin-Flescher, J. (dirs.), Les Opérations de détermination, quantification/qualification, Gap : Ophrys, pp. 101-117.

Gilbert, E. (2000). « For et la construction des espaces référentiels », in Guimier, C. (dir.), Syntaxe et Sémantique l, Caen : Presses Universitaires de Caen, pp.133-156.

Girard, G. (2003). « Identification, localisation, attribution d’une propriété : analyse des structures there’s an oddness to the room et she had a timid side to her », CYCNOS, 21(1) (accessible par Internet).

Grevisse, M. (1988). Le bon usage : 12e édition refondue par André Goosse, Paris : Duculot.

Groussier, M.-L. (1980). « A propos de quelques emplois de la préposition for », Cahiers de Charles V 1 : Linguistique anglaise, pp.67-77.

Groussier, M-L. (1981). « La préposition to devant l’infinitif en anglais contemporain », in Schwarze C. (dir.), Analyse des prépositions : IIIe colloque franco-allemand de linguistique théorique, Constance 1981, Tubingen : Niemeyer, pp.40-66.

Groussier, M.-L. (1984). Le Système des prépositions dans la prose en vieil anglais. Thèse de Doctorat d’Etat, Université de Paris VII.

Guimier, C. (1993). « On the semantic unity of the word to in English », in Crochetière, Α., Boulanger, J.-C. et Ouellon, C. (dirs.), Actes du XVe Congrès International des Linguistes, Québec : Presses de l’Université Laval, vol. 1, pp.339-341.

Guimier, C. (1996). « A study in grammatical semantics : The preposition to in English », Sigma 17-18 : 83-95.

Haudry, J. (1979). L’Indo-européen, Paris : Presses Universitaires de France.

Heine, B., Claudi, U. et Hünnemeyer, F. (1991). Grammaticalization : A Conceptual Framework, Chicago : The University of Chicago Press.

Hewson, J. et Bubenik, V. (2006). The Development of Configurational Syntax and Indo-European Languages, Amsterdam: John Benjamins.

Hopper, P. J. et Traugott, E. C. (1993). Grammaticalization, Cambridge : Cambridge University Press.

Jackendoff, R. (1983). Semantics and Cognition, Cambridge, Mass.: MIT Press.

Jackendoff, R. (1990). Semantic Structures, Cambridge, Mass.: MIT Press.

Jespersen, O. (1917). Negation in English and Other Languages, Copenhague: Host.

Jespersen, Ο. (1940). A Modem English Grammar on Historical Principles. Part V : Syntax, Copenhague: Munksgaard.

Kurylowicz, J. (1975 [1965]). « The evolution of grammatical categories », in Kuryłowicz, J. Esquisses Linguistiques 2, 38-54, Munich : Fink. (Première publication Diogenes 1965 : 55-71)

Lakoff, G. (1987). Women, Fire, and Dangerous Things: What Categories Reveal about the Mind, Chicago: The University of Chicago Press.

Lakoff, G. et Johnson, M. (1980). Metaphors We Live By, Chicago: The University of Chicago Press.

Lancri, A. (1996). « Recherche d’un invariant et variation diachronique : le cas de to/too en anglais », Modèles Linguistiques 33, Tome XVII(l) : 157-163.

Langacker, R. W. (1987). Foundations of Cognitive Grammar. Theoretical Prerequisites, Stanford: Stanford University Press.

Langacker, R. W. (1992). « Prepositions as grammatical(izing) elements », Leuvense Bijdragen, 81 : 287-309.

Lightfoot, D. (1979). Principles of Diachronic Syntax, Cambridge: Cambridge University Press.

Lyons, J. (1977). Semantics, Cambridge: Cambridge University Press.

Marchello-Nizia, C. (2002). « Prépositions françaises en diachronie : une catégorie en question », Lingvisticae Investigationes, 25(2) : 205-221.

Marcq, P. et Robin, T. (1997). Linguistique historique de l’allemand, Paris : Armand Colin.

Mcfadden, T. (2002). «The Rise of the To-Dative in Middle English», in Lightfoot D. (dir.) Syntactic Effects of Morphological Change, Oxford: Oxford University Press, pp. 107-123.

Melka, F. (1993). « Remarques sur les valeurs de pour-bénéficiaire », in Hulk, Α., Melka, F. et Schroten, J. (dirs.), Du lexique à la morphologie : Du côté de chez Zwaan. Textes réunis en l’honneur du soixantième anniversaire de Wiecher Zwanenburg, Amsterdam : Rodopi, pp.215-231.

Millward, C. (1977). «A second look at the to-Poss in English», Journal of Linguistics, 13: 103-105.

Mitchell, Β. (1985). Old English Syntax, Oxford: Clarendon Press.

Mosse, F. (1945). Manuel de l’anglais du moyen âge, des origines au XIVe siècle, Paris : Aubier.

Mustanoja, T. F. (1960). A Middle English Syntax : Part I, Helsinki : Société Néophilologique.

Nagucka, R. (1992). «The use of to and for in Old English», in Rissanen, M. et alii (dirs.), History of Englishes: New Methods and Interpretations in Historical Linguistics, Berlin : Mouton de Gruyter, pp.352-358.

Nagucka, R. (1999). «Temporal relations expressed by Old English prepositional phrases », in Tops, G. A. J. et alii (dirs.), Thinking English Grammar: To Honour Xavier Dekeyser, Professor Emeritus, Louvain: Peeters, pp.79-88.

Nagucka, R. (2000). «The spatial and temporal meanings of before in Middle English», in Taavitsainen, I. et alii (dirs.), Placing Middle English in Context, Berlin: Mouton de Gruyter, pp.327-337.

Pullum, G. K. (1982). «Syncategorematicity and English infinitival TO», Glossa, 16: 181-215.

Quirk, R. et Wrenn, C.R. (1955). An Old English Grammar, Londres: Routledge.

Quirk, R., Greenbaum, S., Leech, G. et Svartvik, J. (1985). A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres: Longman.

Radden, G. et Matthis, E. (2002). «Why similar to, but different from?», in Cuyckens, H. et Radden, G. (dirs.) Perspectives on Prepositions, Tübingen: Max Niemeyer Verlag, pp.231-255.

Ravin, Y. et Leacock, C. (dirs.). (2000). Polysemy: Theoretical and Computational Approaches: Oxford, Oxford University Press.

Rissanen, M. (1989). «The conjunction for in Early Modern English», NOWELE, 14: 3-18.

Ross, J. R. (1973). «Nouniness», in Osamu F. (dir.), Three Dimensions of Linguistic Research, Tokyo: Tec company Ltd, pp. 137-257.

Traugott, E. C. (1995). «Subjectification in grammaticalization», in Wright, S. et Stein, D. (dirs.), Subjectivity and Sujectivization, Cambridge: Cambridge University Press, pp. 31-54.

Tyler, A. et Evans, V. (2003). The Semantics of English Prepositions: Spatial Scenes, Embodied Meaning and Cognition, Cambridge: Cambridge University Press.

Vandeloise, C. (1986). L’espace en français : Sémantique des prépositions spatiales, Paris: Editions du Seuil. (Traduction anglaise 1991, Spatial Prepositions : A Case Study in French, Chicago: The University of Chicago Press).

Vandeloise, C. (1987). « Les prépositions devant/derrière, l’orientation et l’accès à la perception », Le Français Moderne, LV : 1-22.

Wiegand, N. (1982). «From discourse to syntax: For in early English causal clauses», in Ahlqvist, A. (dir.). Papers from the 5th ICHL, Amsterdam: John Benjamins, pp.385-393.

Visser, F. Th. (1973). An Historical Syntax of the English Language Vols. I-IIIb, Leiden: E.J. Brill.

Yamakawa, K. (1980). «The adverbial accusative of duration and its prepositional equivalent. Part I. Old and Middle English», Hitotsubashi Journal of Arts and Sciences, 21(1): 1-39.

Top of page

Notes

1 Je tiens à remercier très chaleureusement les amis et les collègues qui ont relu cet article et l’ont enrichi de leurs commentaires et de leurs suggestions, en particulier Fabienne Toupin, Patrick Gettliffe, Béatrice Vautherin, et Claude Delmas, ainsi que les deux référents anonymes. Sans eux, ce travail ne serait pas ce qu’il est devenu. Il va de soi que les erreurs qui subsisteraient restent les miennes.

2 Voir également en allemand l’utilisation d’une forme infinitive nominale dans des expressions telles que zutn lernen : Zum lernen ist niemand zu alt (« Personne n’est trop vieux pour apprendre. »). Cette dernière conserve la désinence –m des déterminants datifs (dem) associée sous forme clitique à la préposition.

3 On se reportera à la section 2.3 ci-dessous pour ce qui est du remplacement de to par for en anglais-moderne dans l’expression du but et de la destination.

4 VA réfère à la bible du vieil-anglais, ou bible anglo-saxonne (Xe siècle), MA à celles du moyen-anglais (Wycliffe 2nde version, 1395) et AM aux bibles de l’anglais-moderne précoce (dont AM1 Tyndale, 1534, et AM2 King James, ou Version autorisée, 1611). Les versions contemporaines (entre guillemets) sont fournies comme aides à l’interprétation. Des gloses interlinéaires seront également utilisées dans certains cas pour éclairer la syntaxe des constructions.

5 Le remplacement en moyen-anglais précoce du to de l’infinitif par des formes en for to (forto/forte) permet de montrer qu’il appartenait, dès cette époque, à une catégorie conceptuellement distincte de la préposition d’origine, confirmant ainsi sa recatégorisation.
i. þe Scorpiun of Lecherie (…) haueð swuche kundles þet in one wet itowune muðe hore summes nome ne sit nout uorto nemnen. (XIIIe Ancren Riwle: 204)
«
The Scorpion of Lechery (…) has such progeny, that it does not become a modest mouth to name the names of some of them.»
L’apogée des formes en for to eut lieu au XIIIe siècle. Elles commencèrent à décliner à partir du XIVe au profit de la forme simple (Mustanoja, 1960 : 514-515) et disparurent au XVIIe siècle.

6 Un quatrième facteur a également joué un rôle essentiel dans la réanalyse, à savoir l’abolition de la distinction formelle entre accusatif et datif. La plupart des pronoms avaient déjà une forme commune Acc/Dat en vieil-anglais, comme þe en (5), mais aussi me, us, eow, etc. Le déclin de la morphologie casuelle donna une forme unique aux SN lexicaux, et réduisit le paradigme des pronoms en abolissant les contrastes subsistant entre datif et accusatif (VA Acc. hine + Dat. him > MA him, par exemple). La coalescence des deux cas était nécessaire pour permettre la réanalyse des anciens compléments de la phrase matrice (datif) comme sujets de l’infinitif (accusatif), sur le modèle des constructions infinitives existantes à sujet accusatif. Elle a vraisemblablement fait la différence entre l’anglais, d’une part, et des langues comme l’allemand ou le français, d’autre part, qui n’ont pas d’infinitives à sujets exprimés à contexte égal.

7 Un exemple permettant d’attester de la fonction de structuration du complémenteur est la nécessité de sa présence lorsque la nominalisation est éloignée du verbe recteur. C’est le cas pour les verbes want et need, qui se construisent normalement sans for lorsque la nominalisation est contiguë au verbe, mais requièrent sa présence lorsque celle-ci est isolée, comme en (i) ci-dessous :
i. a. What he wanted was for you not to mind. (…) He didn’t want us talking about him in that way, he didn’t want to be a case.’(I. McEwan, 1978)
b.
The last thing in the world he needs is for Melanie Isaacs to take up residence with him. (J. M. Coetzee, 1999)
c.
Three members had just been killed including Esperanza’s brother, but seventeen were still alive. She and I knew every one of those seventeen, by name. Can you understand that this made us more useful alive than dead?For us to go after Ismene is what they wanted.’(B. Kingsolver, 1988)

8 Voir le concept de nominalité (« nouniness ») développé par Ross (1973). Les nominalisations en that et en to appartiennent au pôle phrastique du gradient, par opposition à celles en -ing, qui appartiennent au pôle nominal. Ces dernières étant d’anciens SN, elles ont conservé certaines de leurs propriétés d’origine, en particulier la possibilité d’avoir un déterminant pour sujet (Do you mind [my opening the window?]). Leur syntaxe externe est également celle des SN, ce qui leur permet d’être régies par des prépositions (I am looking forward to [hearing from you]).

9 Sur la grammaire de ces emplois et sur les caractéristiques qui distinguent les subordonnées en for de la coordination prototypique, voir Quirk et alii (1985 : §§13.8-18).

10 On remarquera que l’interprétation des subordonnées en for varie en fonction de leur portée. Si la subordonnée a pour cible le tropique, c’est-à-dire la composante « il en est ainsi » de la phrase, for Ρ exprime la cause ou la raison (« parce que ») et la principale un effet ou une conséquence, comme en (8a). Si, en revanche, sa portée est le neustique « je dis/j’adhère », for Ρ exprime la justification, comme en (8b), et se traduit par « car » (Lyons, 1977 vol.2 : chap. 16-17 et Boulonnais, 1989 : 110-121). La première de ces utilisations sera remplacée à partir du XIVe siècle par la locution d’origine française by cause > because, qui se généralisera graduellement à tous les emplois de for conjonction, rendant ainsi ce dernier largement obsolète en anglais actuel :
i. MA & a sone was not to hem for þat eliʒabeþ was bareyn, & boþen hadden go forþ in her daʒis. (Luke 1.7)
AM2
And they had no child, because that Elisabeth was barren, and they both were [now] well stricken in years.

11 L’association de que avec le morphème précédent dans puisque (puis + que > puisque) relève d’une formation trochaïque (forte-faible). Elle est d’origine purement phonologique. Que dans puisque/lorsque, par exemple, pouvait être isolé jusqu’aux XVIIe et XVIIIe siècles (puis/lors (donc) que). Les conjonctions du français actuel admettent d’ailleurs toujours les tmèses dans certains cas : avant/alors même que (voir Grévisse, 1988 : §1026). La forme parce dans l’expression parce que a été formée de la même manière, comme le montre la soudure orthographique.
Le phénomène existe également en anglais. Le þæt d’origine pronominale des complétives, par exemple, pouvait être accompagné de þe en vieil-anglais. L’association avait donné naissance à la forme þætte, à accent initial. On citera également la forme forþam dans forþam þe (« parce que »), qui suit la même formation que l’expression française correspondante :
i. VA hwæt is þin nama; þa cwæð he legio : þæst is on ure geþeode eored: forþam þe manega deoflu on hine eodun.
MA what name is to þee? & he seide, A legioun, for manye deuelis hadden entrid in to hym.
(Luke 8.30)
De même, for to avait donné forto ou forte en moyen-anglais (voir note 4).
C’est le même processus de formation trochaïque que l’on retrouve en anglais actuel dans des expressions non lexicalisées telles que cuppa, wanna, gotta ou gonna, qui n’ont syntaxiquement aucune raison d’être.

12 Mossé (1945 : §197) remarque que les prépositions figuraient fréquemment avant le verbe en particulier dans les relatives (voir également Quirk et Wrenn, 1955 : §141). L’explication est syntaxique. L’ordre prévalent dans les subordonnées était SOV. Le verbe se trouvait donc en position finale précédé de ses compléments. Lorsque les compléments nominaux des prépositions étaient absents, comme en cas de relativisation, la préposition pouvait se retrouver dans une position adjacente au verbe, comme ymbe en (i) ci-dessous :
i. Her on þysum geare for se micla here. þe we gefyrn ymbe spræcon, eft
here on this year went the large army, that we before about spoke, back
of þæmeastric westweard to Bunann.
(ASChr.A 892)
from the eastern-district westward to Boulogne
Elle occupait alors la même place que les particules préverbales, ancêtres des postpositions actuelles (voir 2.1.1). Ces dernières tendaient à être isolées graphiquement en vieil-anglais, comme to feran en (ii) cidessous, un mouvement qui ira en s’accroissant en moyen-anglais (Mustanoja, 1960 : 352). To-feran (« voyager vers/partir »), qui pouvait également s’orthographier en un mot (toferan), est ici un verbe à l’infinitif non fléchi, formé à l’aide du préverbe to-.
ii. Mæl is me to feran (Beowulf 316)
time is me to-go («It is time I returned.»)
Il est donc possible que le parallélisme de surface avec les particules verbales ait contribué à favoriser l’association des prépositions et des verbes. Voir également Marcq et Robin (1997 : 120-121) pour des phénomènes du même ordre en allemand.

13 Groussier (1984 : 254) donne une liste de 17 prépositions primitives en vieil-anglais, dont l’origine remonte au PIE : æfter, æt, bi, for, fram, geond, mid, in, of, ofer, on, oþ (« up to »), to, þurh, under, wiþ, et ymb (« about »). Il existait également d’autres prépositions, telles que aer, betweox, butan, ongeon ou under.

14 Les trois cas compléments du vieil-anglais se répartissaient le sens de manière relativement abstraite : dans leurs emplois principaux, l’accusatif indiquait une orientation vers le réfèrent, le génitif à partir du référent, et le datif une absence d’orientation. On remarquera par exemple que l’accusatif n’était plus systématiquement employé avec to dans l’expression du mouvement. To était en général associé au datif, à valeur locative (Nagucka, 1992). La préposition avait ainsi pris le relais de la morphologie casuelle dans les emplois dynamiques. Ceci est confirmé par le fait que le datif, ou cas neutre, était désormais le cas majoritairement associé aux prépositions (Mossé, 1954 : 141). D’autres prépositions à valeur purement dimensionnelle, comme in, conservaient la double construction (« accusative of motion » vs. « dative of rest »). Cette possibilité disparaîtra au cours du moyen-anglais, avec la coalescence des deux cas, accusatif et datif. On se reportera à l’exemple (i) de la note 10 ci-dessus, où l’accusatif hine du vieilanglais (on hine eodun, lit. « in him (had)-entered ») est remplacé par hym en moyen-anglais (entrid in to hym). Le cas régime indifférencié datif-accusatif hym déclenche l’ajout de la préposition to, qui compense la perte morphologique. Le changement relevait du mouvement général de transfert de l’expression casuelle vers les prépositions (acc. > to).

15 D’autres facteurs ont également joué un rôle dans le développement des prépositions, tels que la perte de contrastivité des préfixes du vieil-anglais. Un exemple nous est fourni par les versions successives A (Parker/Winchester) et Ε (Laud/Peterborough) de la La Chronique Anglo-Saxonne pour l’an 39 :
i. a. Her onfeng Gaius rice (ASCh.A 39) b. Her onfeng Gaius to rice. (ASCh.E 39)
«This year Gaius acceded to the kingdom.»
Le vieil-anglais avait deux verbes complémentaires pour exprimer l’accession, ou l’appropriation, onfon (prétérit 3sg. onfeng) et fon (prétérit 3sg. feng). Le premier se construisait directement avec le datif, car porteur d’un préfixe à valeur ingressive on- (au sens de « in/into »). Le second, dépourvu de marque, était normalement accompagné d’un SP en to. Les deux constructions sont illustrées en (15a-b) ci-dessus : feng to rice (« acceded to the kingdom »), d’une part, et onfeng munuchade (« acceded to monastic life »), d’autre part. Or dans le manuscrit Ε en (ib) ci-dessus, qui correspond à la période du moyen-anglais précoce (début du XIIe siècle), au lieu d’être en distribution complémentaire, préfixe et préposition s’additionnent. Ceci montre que les préfixes n’étaient plus en mesure d’assurer l’identification de l’argument à l’époque où a été effectuée la copie, rendant ainsi nécessaire l’ajout d’une préposition.
On pourra rapprocher le recours à la préposition en (ib) à l’emploi de to dans Beowulf en (ii) ci-dessous, un texte de vieil-anglais précoce, dans lequel les verbes onfon et onsendan, par exemple, sont systématiquement accompagnés de datifs simples. La forme standard, us, en (ii) s’oppose à la forme prépositionnelle marquée, to West-Denum :
ii. Hine halig God. / for arstafum. us onsende. / to West-Denum, þæs ic wen hæbbe. /wið Grendles gryre
«Holy God in the fullness of mercy has sent him
to us, to the Danish people, if I’m not mistaken, against Grendel’s terror.» (Beowulf 381-384 ; tr. H. D. Chickering Jr.; voir note 22)
On considérera que c’est l’isolement du constituant en apposition par rapport au verbe qui rend nécessaire la présence d’une préposition assurant localement la valence.

16 L’association de la préposition au verbe dans ces structures est confirmée par la syntaxe du passif par exemple (voir Chomsky, 1975 [1955] : 562-564). On mentionnera notamment la tendance à éviter les constituants adverbiaux entre le verbe et la préposition, pour ceux des verbes qui permettent l’insertion avec les SP : John sat carelessly on this chair vs. *This chair was sat carelessly on (This chair was sat on carelessly). De même, l’association verbe + préposition peut être coordonnée à des verbes « simples » :
i.
‘I’ d bet that in the stump speeches of today’s contenders, Reagan is cited, invoked and appealed to more than the other six [presidents] combined.’ (Time, 2007)
On a, dans ces configurations, redistribution du marqueur de valence sur le verbe, avec effets de transitivité comme le montre la mise en facteur commun de Reagan, par exemple.

17 Le français a indépendamment suivi la même évolution. Le processus d’élimination de la forme initiale de négation, ne, y est simplement moins avancé qu’en anglais (Il n’est pas venu vs. % Il est pas venu).
i. NE + Ø --> NE + PAS --> % Ø + PAS

18 Parmi les cas non examinés, on mentionnera par exemple celui des catégories telles que le nom, qui n’assignent pas de cas structurel. Ce dernier nécessite la présence de prépositions dites « incolores » pour assurer le rattachement syntaxique des arguments premiers correspondant aux fonctions de sujet et d’objet (Agent the decision of the clergy et Patient the invasion of Iraq). Il est évident que l’étude de ces prépositions doit trouver sa place dans un traitement général de la question.

19 To- préfixe a pour correspondant latin dis-(détruire/destroy). Dis- a développé une valeur privative (dissuadere, etc.) que l’on retrouve en français (discontinuer, disculper, distendre, désagréger, décolorer, etc.). Voir également en vieil-anglais l’opposition entre saelan « succeed » vs. tosælan « fail », cweþan « tell » vs. tocweþan « interdire » ou encore don « do » vs. todon « undo/open/unbind ».

20 La particule était également utilisée au sens de « out » pour exprimer l’expansion, dans des verbes tels que tosprædan « spread out », toswellan « swell out » ou toþindan « swell up/inflate/be arrogant ».

21 L’utilisation de prépositions avec les verbes complexes de ce type remontait au latin. Voir par exemple l’introduction de la préposition entre Térence et Cicéron dans l’expression « aller voir quelqu’un » (adeo in Quicherat L. et Daveluy A. Dictionnaire Latin Français, Paris : Hachette, 1928) : adire aliquem (Térence 184-159 av. JC) vs. adeo ad aliquem (Cicéron 106-43 av. JC). Pour le moyen-anglais, voir Mustanoja (1960 : 347-348).

22 Zu peut également être utilisé de manière autonome en tant qu’adverbe : Die Tür ist zu (« la porte est fermée »). De tels emplois se sont maintenus en anglais jusqu’à une période récente dans des expressions référant à l’attelage notamment, telles que The horses are to (1768 OED to D adv.) ou We ordered the horses to. (1889 ibid.).

23 Les traductions de Beowulf sont celles de H. D. Chickering Jr. (Beowulf, New York : Doubleday, 1977).

24 Sur l’origine des emplois d’excès, voir également Downs (1939), ainsi que l’analyse critique qui en est donnée dans Groussier (1984 : 436sq.)

25 Le vieil-anglais avait une plus grande latitude dans ce domaine (voir OED to I 4). Les utilisations de ce type ont survécu en allemand dans des expressions figées telles que zu Hause (« at home »). Elles subsistent également en anglais sous forme lexicalisée dans les adverbes de temps today/tomorrow!tonight.

26 Different to est attesté en anglais britannique principalement, parallèlement à different from/than. L’utilisation de from correspond à une stratégie commune dans un grand nombre de langues, qui consiste à représenter la différence comme une forme d’éloignement et la similitude comme une forme de rapprochement (voir different from vs. similar/equal/identical to, en anglais, ou différent de vs. semblable/pareil/égal/identique à, en français). Ce fonctionnement n’est cependant pas général. Le choix de to, en anglais britannique, permet d’aligner different sur similar et de ne retenir que la notion abstraite de repère (voir également près de/loin de en français). Radden et Matthis (2000) suggèrent que l’emploi de to, dans les variétés qui l’admettent, est en général associé à la présence de la négation, qui rapprocherait not different de similar, une hypothèse qui demanderait à être confirmée.

27 On inclura dans ce fonctionnement l’expression de la parenté, comme dans mother to>of John and Emily Hartman (OED to V 17). Ces expressions, désormais archaïsantes, étaient fréquentes à la Renaissance, comme dans les exemples de Shakespeare ci-dessous :
i. a. This is one Lucianus, nephew to the King. (Richard III ii 239)
b.
Ham. Who commands them, sir? Cap. The nephew to old Norway, Fortinbras.
(Hamlet IV iv 13-14)
Elles étaient utilisées pour mettre en relation des individus avec des parents sinon célèbres, du moins connus ou censés l’être, qui pouvaient servir de repères à des fins d’identification. Voir également en anglais actuel :
ii.
The film is the third to have been written and directed by Miller, daughter of the US playwright Arthur, wife to Daniel Day-Lewis and mother of two of his sons. (The Financial Times, 2006)

28 Dans ce dernier cas, le repère est en général vu comme le Récipiendaire de services rendus par une entité extérieure. Ainsi que le montre Chapman (1975), il est impossible d’avoir * President to the college, alors que printer/plumber to the college sont possibles, pour certains locuteurs du moins. President est exclu au même titre que member, student, etc., qui désignent des membres de l’université, et non des prestataires de services extérieurs.
Il est également nécessaire que le référent du repère puisse bénéficier des services rendus, pour pouvoir être interprété comme Récipiendaire, d’où la différence d’acceptabilité entre *cook to the ship et cook to the crew of the ship. En revanche, cook to the Navy est acceptable, comme le fait remarquer Millward (1977).

29 On trouvait en moyen-anglais des constructions possessives en be to, au sens de « have », dont l’origine était vraisemblablement attributive :
i. VA and hig næfdon nan bearn, forðam þe: elizabeþ wæs unberende. (Luke 1.7)
MA
& a sone was not to hem for pat eliʒabeþ was bareyn.
ii. VA þa ahsode se hælend hine: hwæt is þin nama. (Luke 8.30)
MA
soþli Jesus axede hym, seiende, what name is to þee?
On notera la productivité de la construction, distincte des tournures utilisées en vieil-anglais (le verbe have à la forme négative næfdon en (i) et l’expression moderne « what is your name ? » en (ii)). La construction a disparu en anglais-moderne, laissant quelques traces à la Renaissance :
iii. Thine evermore, most dear lady, whilst this machine [body] is to him, Hamlet. (Hamlet II ii 122-3) Mustanoja (1960 : 410) y voit une extension analogique à partir de belong vers d’autres verbes, notamment be (belong to > be to), une position qui est aussi celle du OED (to VI7). On pourrait également mentionner l’influence du français. Pour ce qui est de la relation entre être et avoir, on se reportera au travail fondateur de Benveniste (1960).

30 Voir Girard (2003) pour une étude détaillée de ces deux constructions. Les emplois d’attribution se rencontrent également dans le contexte de lexèmes tels que find et with, qui impliquent comme précédemment une relation en have sous-jacente :
i. a. She thinks she’s found a sensitive side to me. (BBC Prime, 2007)
b.
"I thought," she says, with a hint of wistfulness to her smile, "as much as I’ve loved staying in the 19th century, maybe it would be interesting to have a change." (S. Waters, in Time, 2006)
On mentionnera également des développements tels que (ii) :
ii. And that’s an end to it! (BBC Prime, 2007)
La construction, qui entre en concurrence avec la forme habituelle
That’s an end of it, s’ajoute à There’s no end to it et It has no end to it. Ces expressions sont elles-mêmes à relier à la construction à interprétation « causative » to put an end to it. Ces diverses utilisations semblent attester d’un processus actif d’expansion des emplois du to d’attribution en anglais actuel. Des exemples tels que (ii), ou encore (iii) ci-dessous, semblent indiquer que l’expression s’est engagée dans un fonctionnement largement autonome :
iii. "It’s more inhumane for people to live in New York City than for cattle to live in a feed lot."
But a darker side
to the beef industry was revealed in January, when the Humane Society of the United States released a video showing sickening conditions at a California slaughterhouse. (The Economist, 2008)

31 Peu de choses sont connues sur le développement de ces constructions. Elles sont apparues relativement tardivement, à partir des utilisations d’attribution classiques (voir 2.3 ci-dessous). Il semblerait que les plus anciennes aient été construites à l’aide de have et de sa forme lexicale négative want (« not have »). A titre indicatif, les premiers exemples cités par le OED (to V 17) sont les suivants :
i. a. This paltrey Jack Had scarce a Shooe to ‘s foot, a Rag to ‘s back. (1682)
b.
Your Whip wanted a Lash to it. (1711)
c.
One little boy complained… there was no rim to his plate. (1832)
On notera l’existence de points communs entre ces premières utilisations, dont les SN post-verbaux dénotaient une entité d’ordre matériel, et les constructions dites de « possession ». Voir également les utilisations « objectives » de l’anglais contemporain, qui font le lien entre les constructions de possession et d’assignation :
ii. My father could take a good photograph: this one has been composed quite carefully. There are four distinct ‘layers’ to the picture, if that is the correct term… (J Coe, 2007)
On peut donc considérer que les emplois d’assignation correspondaient à l’origine à la version predicative des emplois de possession. Les emplois d’origine se seraient ensuite étendus à l’attribution de caractéristiques subjectives, qui prévaut actuellement.

32 Les constructions attributives de ce type se sont développées ultérieurement, vraisemblablement à partir des expressions locatives qui figuraient préalablement dans ces structures et continuent d’y figurer parallèlement en anglais actuel (voir par exemple there’s nothing in it ; OED nothing P14). Selon le OED (to V 17), elles seraient apparues en anglais américain au XIXe siècle, avant d’entamer leur diffusion dans les autres variétés d’anglais :
i. a. There’s more to a bluejay than any other creature (M. Twain, 1880)
b. That’s all there is to it. (R. Kipling, 1895)

33 On notera le remplacement de for par beforari>before à partir du vieil-anglais tardif. Beforan était à l’origine un adverbe composé de la proto-préposition be « by/about » et de l’adverbe foran désignant une position avancée (OED before). Il s’agissait d’une formation relativement courante qui avait donné plusieurs adverbes, dont behind (be hindan) et beneath (be neoþan), d’une part, et tofore, afore, etc. (VA to foran et æt foran), d’autre part, qui ont disparu au cours du moyen-anglais (Mustanoja, 1960 : 367). Voir également le mode de formation des locutions françaises à l’avant/l’arrière de.

34 Ces considérations fonctionnelles liées à l’asymétrie avant-arrière sur la ligne de bout confirment l’hypothèse que les facteurs topologiques ne sont qu’un des éléments conditionnant les emplois spatiaux des prépositions (voir à ce propos les travaux de Vandeloise, 1986 par exemple).

35 Les notions de visibilité et de point de vue sont également présentes dans des expressions métonymiques telles que before/in front of my (very) eyes>me et devant mes yeux>moi (un procédé que l’on retrouve dans in his father’s eyes et à mes yeux « pour son père/moi »). De tels emplois existaient déjà en vieil-anglais, comme en (i), où ansien est un nom signifiant « face » et par extension « presence/sight » :
i. VA þa sende he bodan beforan his ansyne: þa eodon hig on þa ceastre samaritanorum þæt hi him gegearwodon
MA & sente messageres biforn his siʒt, & þei goende entriden in to a cite of samaritanes, þat þei shulden make redi to hym. (Luke 9.52)

36 L’anglais utilise des prépositions différentes pour les situations dans lesquelles on est face à une entité ou à une personne, sans pour autant être « en sa présence » (he stood in front of/opposite/facing the building), de sorte que l’utilisation de before dans les emplois à orientation opposée est limitée. Le français utilise devant dans les deux cas, d’où l’ambiguïté d’une phrase telle que Elle était devant Marie (« en sa présence » vs. « positionnée face à elle »), une différence qui trouve son expression dans l’opposition entre Elle était face à Marie/en face de Marie, le premier correspondant à un emploi d’observation et le second de localisation.
Une autre différence est que before semble favoriser la co-orientation, alors que devant neutralise l’orientation de l’entité repérée. Une phrase telle que La voiture était garée devant la maison, dans laquelle l’élément repéré est normalement orienté perpendiculairement au repère, se traduira en anglais par The car was parked in front of /?*before the house. La neutralisation de la dimension fonctionnelle de l’entité repérée explique également l’ambiguïté de Marie est devant la maison quant à l’orientation du sujet. Devant ne retient que la dimension topologique du fonctionnement, c’est-à-dire le positionnement arrière du repère sur la ligne de bout.

37 Le rapport entre localisation spatiale avant et localisation temporelle en amont se trouve lexicalisé dans le terme même d’antériorité. Ce dernier peut désigner à la fois un élément localisé à l’avant dans l’espace (les pattes antérieures) et un élément localisé en amont dans le temps (les lois antérieures), le terme désignant dans les deux cas l’élément occupant le premier rang du point de vue de l’observateur. De même, la notion de postériorité s’applique à l’arrière spatial (les pattes postérieures) et à l’ultériorité temporelle (les lois postérieures), « postérieur » désignant l’élément de second rang dans la perception.

38 Les emplois adversatifs de for sont anciens (OED for VII 23a) et semblent avoir été d’application plus générale :
i. Ac for eallum þissum se here ferde swa he sylf wolde. (ASChr.E 1006)
«Despite all this the raiding-army travelled just where it wanted.»
On notera l’impossibilité de for en anglais actuel (despite/*for all this) dans le contexte d’une prédication validée.

39 Le vieil-anglais avait conservé de la distinction initiale deux formes orthographiques, for et fore. Comme dans les autres langues indo-européennes anciennes, cependant, la distinction formelle était notoirement instable et avait des difficultés à se maintenir en tant que telle. Elle semble avoir été exploitée de différentes manières selon les dialectes et les époques, sans cohérence apparente entre les pratiques (voir notamment Mustanoja, 1960 : 378, Mitchell, 1985 : 501, et Groussier, 1984 : 288sq.).

40 Les emplois adjectivaux de for semblent concerner essentiellement le motif ou la raison. For est concurrencé par d’autres prépositions, telles que from pour la cause physique (exhausted, tired, weak from) et of pour l’origine des affects (proud, ashamed, certain of).

41 Voir également l’ambivalence de l’expression « on behalf of », qui peut selon les cas être interprétée comme rétrospective (Don’t worry on our behalf « because of us ») ou prospective (They campaigned on behalf of the poor « in the interest of »).
On notera que les compléments concernés par le transfert implicatif correspondaient à des utilisations adjointes. Les adjoints se distinguent en anglais des arguments premiers en ce qu’ils n’admettent pas la construction à double objet : *they fetched her him/*they said him a prayer (au sens de « à son intention »). De même, en français, les adjoints excluent la cliticisation des pronoms : il le lui ont cherché/*ils lui ont dit une prière, ce dernier n’étant acceptable que dans l’interprétation où lui correspond à un Récipiendaire.

42 Parmi les utilisations prépositionnelles dérivées du renversement, on citera les emplois dits de « référence », qui se sont développés au début de l’anglais-moderne (OED for IX et too II 2b). Sont concernés des énoncés tels que All worldly Welth for hym to lytell was (1518), This Lawier was a very honest man for those times (1631) et For old Marinus, I know not how to excuse him (1658). Comme l’indique leur date d’apparition tardive, le SP en for est prospectif et se rattache à l’expression de la visée. On sait peu de choses sur le développement de ces emplois. Sémantiquement, for introduit une cible qui se constitue en domaine de pertinence. La pertinence peut concerner l’application d’une propriété comme be too little (emplois adjoints) ou, par extension, l’application d’une prédication, comme this lawyer was a very honest man (emplois disjoints l « considering (that P) »). La valeur du SP en for est alors restrictive. Il délimite la validité de la propriété ou de la proposition. La situation est la même en français (voir, par exemple, c’est trop grand pour une personne seule vs. c’est trop grand, dans le premier cas, et elle est grande pour son âge vs. elle est grande ou c’est cher pour ce que c’est vs. c’est cher, dans le second). Dans le troisième cas, la pertinence concerne l’acte de parole lui-même (emplois disjoints 2 « concerning »). For désigne l’entité ou la situation, qui en constituera le domaine de pertinence. Les emplois disjoints se différencient des emplois du premier type, car ils ne font pas partie du contenu propositionnel. Il est par exemple impossible de mettre les SP correspondants en relief dans une clivée en it (*It was for those times that this lawyer was a very honest man et *It is for old Marinus that I do not know how to excuse him vs. It was for him that it was too little).

43 Cette remarque pourrait s’appliquer à l’expression française à cause de dans le micro-système contrastif qui l’oppose à grâce à, la fonction de grâce à étant de conférer au procès principal une valuation doxale positive (voir également « thanks to »). On opposera par exemple Il a été arrêté à cause de ses opinions politiques à ??Il a pu être libéré à cause de l’amnistie générale (>grâce à) ou encore Il a raté son bac à cause de la chimie et ??Il a eu son bac à cause de la chimie (>grâce à). L’inversion des locutions prépositionnelles est possible, mais impliquerait dans les deux cas un changement de valuation concernant le prédicat principal.

44 On mettra ces exemples en rapport avec les emplois de « méprise », tels que They (mis)took him for someone else/a gentleman, qui correspondent au schéma rétrospectif d’origine 2 for t. Le SN a gentleman est à interpréter ici en intension (voir également l’expression française Ne me prends pas pour un idiot). Il s’est également développé une version adjectivale au XVe siècle (OED for VI 19), qui a donné des expressions telles que They took him for granted et, par extension verbale, They left him for dead (voir également le français Ils l’ont laissé pour mort).

45 Les deux verbes sell et give ont une complémentation prospective 1 for 2. La différence en anglais actuel réside dans la distribution de la valeur. A construction égale, la valeur est exprimée par le SP en for avec sell, alors qu’avec give, elle est exprimée par le complément direct (to sell a book for £10 vs. to give/pay £10 for a book). La valeur se reporte sur le SP en for lorsque give a une double complémentation (I gave it to him for £10) ou est accompagné de la particule up, par exemple (I gave it up for £10).

46 On fera également entrer dans ce processus le renversement de la complémentation avec le verbe substitute, un verbe relativement peu fréquent en langue qui est récemment passé du schéma 2 for 1 caractéristique de l’acquisition (to substitute margarine2 for butter1) au schéma 1 for 2 des verbes de cession (to substitute butter1 for margarine2). On se reportera à Denison, à paraître, pour une étude des modalités du changement dans le contexte sportif.
i. Well, we can substitute rain for wind today: it’s going to be a very windy day. Blowing a gale is no exaggeration. (BBC 2004 ; in Denison, ibid.)
La nouvelle directionnalité a vraisemblablement été imposée à la fois par la fixation de l’ordre des mots qui favorise de manière générale les formes d’iconicité configurationnelle, et donc l’ordre chronologique, et par la réorientation générale de for vers des utilisations prospectives. Un verbe relativement peu commun, comme l’était substitute au moment de l’apparition des nouveaux emplois, avait ainsi toutes chances de voir sa structure argumentale réinterprétée en fonction de la grammaire dominante.

47 Les emplois de mesure temporelle et spatiale (they stayedfor two weeks et they crawled for almost a mile) se sont développés dans le sillage des emplois de cession et d’acquisition. Pour le OED (for X 28), ils datent essentiellement des XVe et XVIe siècles, avec quelques occurrences à partir du vieil-anglais tardif (Yamakawa, 1980). Ils remplaçaient les formes non prépositionnelles de durée et de distance, telles que longe hwile « (for) a long while » en (33a) ci-dessus. Pour une étude des emplois d’extension temporelle et du développement de for dans ce contexte, voir Yamakawa (1980) et Brorström (1971 et 1973).

48 Nous inclurons dans cette catégorie à la fois les Expérients au sens classique du terme, c’est-à-dire appartenant aux structures Stimulus-Expérient des prédicats d’affect (She likes classical Music/Classical music bores him), et les entités affectées ou concernées des constructions à sujet Thème (Something is good/easy for someone). Ce sont ces dernières qui nous concerneront ici.

49 Le changement pour les verbes à double complémentation accusative et dative par exemple (give, show, tell, etc.) aurait débuté entre 1150 et 1250, mais ce n’est que dans un deuxième temps, entre 1250 et 1350, que to a commencé à se généraliser dans ces emplois (McFadden, 2002).

50 Voir également en français la différence dans le choix de la préposition entre acheter quelque chose à quelqu’un (Récipiendaire) et acheter quelque chose pour quelqu’un (Destinataire) : Il a acheté des glaces aux enfants vs. Il a acheté des glaces pour les enfants.
La distinction entre Récipiendaires et Destinataires est également présente en anglais dans les constructions à double objet (John gave Brian a book vs. John made Brian some tea). Seuls les Récipiendaires admettent normalement la passivation (Brian was given a book vs. *Brian was made a cup of tea).

51 Le cas de say est à part, car il n’y a pas eu évolution de into/unto vers for. La construction actuelle say something to someone résulte d’un changement argumentai, reflétant une différence dans la conceptualisation du procès. Après une période d’hésitation correspondant à l’utilisation de to en vieil-anglais et de into/unto en anglais-moderne, say a renoncé au Destinataire pour adopter un Récipiendaire. Il en est de même pour les autres verbes de dire (tell, whisper, scream, etc.).

52 Voir The American Heritage Dictionary of the English Language, Fourth Edition, 2000 (version électronique).

53 Celui-ci se distingue du préverbe fore signifiant « before/in front/on behalf of », que l’on trouve dans forecast, forefinger, forerunner, etc.

Top of page

References

Bibliographical reference

Dominique Boulonnais, « Les préposition de To et For : grammaticalisation et subjectivation », Anglophonia/Sigma, 12 (24) | 2008, 45-97.

Electronic reference

Dominique Boulonnais, « Les préposition de To et For : grammaticalisation et subjectivation », Anglophonia/Sigma [Online], 12 (24) | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 28 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/971 ; DOI : 10.4000/anglophonia.971

Top of page

About the author

Dominique Boulonnais

Université Paris III – SESYLIA

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org