Skip to navigation – Site map

Les infinitives problématiques : l’exemple de cease to

Geneviève Girard-Gillet
p. 99-115

Abstract

Infinitives are usually thought to refer to future events relative to the time denoted by the matrix verb they depend on. But with some verbs this temporal interpretation turns out to be false. “Cease” is one of these verbs which raise questions, as the process expressed by the non-finite form has necessarily occurred before its cessation. Still more surprising is that “cease” elicits another complementation, namely a gerundive. This article aims to show that analyses of to-infinitives have to take into account the existence of this verb if any kind of generalization is to be reached. We draw on a semantic/syntactic notion developed by research in Generative Grammar, the notion of unaccusativity to explain some phenomena. Some verbs appearing in the complementation of “cease” have two interpretations: an unaccusative one and an agentive one. The former is realized via the infinitive and the latter via the gerundive.

Top of page

Full text

1. Les travaux sur la question

1.1. Thomas Egan et le lien interprétation temporelle / construction

1Dans le cadre d’une réflexion générale sur l’interprétation temporelle des complétives en anglais Thomas Egan s’interroge sur le lien qui existerait entre un type de complémentation et une interprétation temporelle. Il aborde ce problème, l’objet de sa thèse, dans un article paru en 2006, « The Classification of Non-Finite Complement Constructions in English » in Constructions verbales et production de sens. La question est la suivante : « How much of the meaning of a particular verb construction is contributed by the verb and how much by the construction form ? » (2006 : 187). L’étude d’un large corpus le conduit à proposer un tableau récapitulatif où se croisent les 6 catégories cognitives qu’il propose comme pertinentes, et les types de complémentation.

Tableau 1

Complement situation

Complement forms

To infinitive

Bare infinitive

-ing

totals

Same-time

8 occurrences

73

81

Backward-looking

29

29

Forward-looking

220

12

67

299

General

19

19

Judgment

48

48

Contemplation

10

10

Totals

287

20

179

486

2La catégorie « General » qu’il adapte de Langacker, general validity predications, c’est-à-dire des prédications qui profilent des situations qui ont des chances de s’instancier à intervalle plus ou moins régulier (2000 : 249), lui permet de rendre compte de cas de figure qui, bien que complémentés par une infinitive, ne peuvent être interprétés comme renvoyant à un procès postérieur au moment dénoté par le verbe de la phrase matrice.

  • 1 There is a material difference between the category I have labelled General and the first three cl (...)

3Cette catégorie, ainsi que les catégories « judgment », et « contemplation » pose à mon sens, si j’ai bien compris, un problème de cohérence du modèle. Egan oppose, dit-il, des situations qui sont inscrites dans le temps réel de l’extralinguistique (same-time/backward-looking/forward-looking) et des situations qui seraient potentiellement réalisables sous certaines conditions,1 et pour lesquelles le calcul des temporalités ne serait pas pertinent. Mais il me semble difficile de considérer que des infinitives telles que He requested Lucy to come into the kitchen – un de ses exemples –sont des constructions dont l’interprétation est postérieure au moment repéré par requested, sans dire qu’il ne s’agit pas d’une situation réelle, mais d’une situation qui se réalisera peut-être sous certaines conditions. La distinction entre la catégorie « General » et la catégorie « Forward-looking » devient alors délicate.

4Egan développe son approche dans un ouvrage qui vient de paraître, Nonfinite Complementation. A usage-based study of infinitive and –ing clauses in English (2008). Il y analyse entre autres, la construction « cease to V » en opposition avec la construction « cease V-ing » dans le cadre de ce qu’il appelle « Backward-looking aspect constructions », c’est-à-dire des constructions qui posent la validation d’une situation (d’un procès) comme antérieure au moment dénoté par le verbe de la phrase matrice. Le cas de « cease + to » est de ce point de vue tout à fait intéressant, car le verbe pose la cessation d’un procès qui s’est nécessairement déroulé avant sa cessation.

5Il propose tout d’abord des statistiques très instructives, quant à la répartition des deux constructions : la construction avec l’infinitive apparaît 6 fois plus souvent que la construction avec la gérondive. Il a, dans son corpus, 563 occurrences de « cease + to » contre 67 occurrences de « cease V-ing ». C’est ce que constate également Duffley (2007 : 61) en notant que la construction avec l’infinitive représente environ 90 % des cas de figure. Je reviendrai sur son analyse plus bas. Egan analyse également les sujets et constate que dans seulement 21 % des cas le sujet de « cease + to » est agent, alors qu’il l’est dans 82 % des cas où la complémentation est une gérondive. Ce point fera l’objet d’une discussion dans ma deuxième partie.

  • 2 The “cease to” construction, being a General construction, normally excludes present and future re (...)

6Egan résume les approches de Freed (1979), de Wierzbicka (1988), de Dixon (1991) et de Duffley (1999) en proposant des énoncés qui corroborent ou non leurs hypothèses. Je n’ai pas le temps de passer en revue tous les points abordés, et je renvoie le lecteur aux pages 291-303 de son ouvrage. Son hypothèse reprend ce qu’il avait déjà suggéré en 2006, à savoir que la construction avec infinitive fait partie des « Constructions Générales »,2 et à ce titre ne relève pas de la problématique temporelle. Veut-il résoudre le problème en disant que la construction avec infinitive ne fait pas partie de la catégorie « backward-looking » et que l’infinitive ne doit pas surprendre ?

7Je reviendrai sur ce point et j’en profiterai pour répondre à la critique qu’il fait de mon hypothèse (p 294), hypothèse qu’il semble avoir mal comprise. Je n’ai peut être pas été très claire, et cet article, je l’espère, pourra effacer le malentendu.

1.2. Patrick Duffley et une approche sémantique (natural-language semantics approach)

8Patrick Duffley est également intrigué par les constructions en « cease to » et revient sur la question dans son article de 2007, « A Natural-language Semantics Approach to Infinitival and Gerund-participial Complementation in English ». La question qu’il pose est la suivante : « Why is cease an exception among verbs denoting the termination of an event in being preferentially construed with to plus infinitive ? » (p. 61). Pourquoi dans 90 % des cas « cease » est-il suivi d’une infinitive et non pas d’une gérondive comme « stop », « quit » ou « finish » ?

  • 3 In this construal, the preposition to is used to denote the possible movement towards the further (...)

9Il aborde la question par le biais de la complémentation nominale, et remarque que l’on ne peut pas avoir, à la différence de ce qui se passe avec « stop » : *he ceased the car, ou *she ceased her essay. L’énoncé suivant est en revanche correct : Life magazine has ceased publication, car dit-il l’objet de « cease » n’existe plus à la fin du procès. Il propose alors que « cease » dénote la négation de la continuation de l’existence de quelque chose. S’appuyant sur le concept guillaumien de temps ascendant, il fait l’hypothèse que la préposition « to » est utilisée pour dénoter le mouvement possible vers l’existence future d’un événement, et que « cease » signifie la négation de ce mouvement.3

10Je vois mal pourquoi « cease » aurait alors besoin de deux types de complémentation, s’il doit signaler qu’un événement qui aurait pu se poursuivre cesse. Comment faire d’ailleurs la part des choses entre des événements qui auraient pu se poursuivre et d’autres qui n’auraient pas pu se poursuivre et qui seraient donc exprimés par la gérondive ? Duffley (1999) propose une explication qui bouscule un peu certaines conceptions syntaxiques relativement partagées :

The to-infinitive after cease has the function of a goal/result circumstantial. This implies that cease itself is conceived as involving the notion of movement, with the infinitive the term of that movement […]. The –ing complement construction, on the other hand, involves the transitive sense of cease which can be paraphrased as “to existentially terminate (an event)”. (1999 : 325-6).

11Si la complétive infinitive est une adverbiale de but, elle devrait pouvoir être comparée à l’adverbiale de but après « stop », et construire le même sens. Or ce n’est pas le cas. Il est impossible de confondre le sens de : he stopped to speak que l’on peut paraphraser par : he stopped doing what he was doing in order to speak et : he ceased to speak, où c’est l’activité de parler qui cesse. La pause à l’oral après stop dans le premier exemple corrobore d’ailleurs l’organisation syntactico-sémantique.

1.3. Gérard Mélis et les constructions « be sure to » / « be certain to »

  • 4 Ce problème continue à faire couler beaucoup d’encre. Voir à ce propos les travaux de Laura Kertz, (...)

12Dans un article très intéressant de 2007, Gérard Mélis s’intéresse à des constructions qui posent des problèmes assez similaires à ceux que soulèvent les structures en « cease+to ». Il s’agit des structures « be sure to », « be certain to », et « be likely » entre autres. Certaines d’entre elles, et « be sure » en particulier, peuvent être complémentées par une infinitive ou par une gérondive : John is sure to win his match/ John is sure of winning his match. Mélis ne se pose pas la question de la différence de sens – point bien connu – mais s’interroge sur la manière dont il faut rendre compte du lien [John – be sure] dans le cas où la complémentation est une infinitive. Il rejette l’explication par montée du sujet, qui est, à mon sens, une explication syntaxique à un phénomène sémantique, mais constate néanmoins que l’on ne peut pas prédiquer un quelconque sentiment de certitude chez John. Il semble y avoir un divorce total entre « véritable » attribution de propriété et choix du sujet syntaxique, support « apparent » de la propriété en question. Sa réflexion m’a donné envie de retravailler le phénomène et de mieux relier l’organisation linéaire de l’énoncé et les données sémantiques. Il me reproche, ajuste titre, de sous-entendre que lorsque le sujet est uniquement syntaxique (formel), il est le thème du propos, car cette identification n’est pas toujours pertinente. Cela est tout à fait exact, mais il faut néanmoins rendre compte de cette bizarrerie syntaxique qui organise la linéarité de l’énoncé sans tenir compte du fait que ce qui est syntaxiquement prédiqué du sujet n’est en fait pas prédiqué du sujet. Ce problème rappelle, bien évidemment, les célèbres exemples de Chomsky : John is easy to please, et John is eager to please. Quelle que soit l’hypothèse formulée, force est de constater que dans un cas on ne veut pas dire ?? John is easy, alors que dans l’autre cas on dit que John is eager.4 La linéarité, qui est la seule ressource qu’a une langue comme l’anglais pour organiser les entités qui vont co-agir dans la mise en place du sens, doit laisser la place à d’autres données pour construire la signification visée. Dans le cas juste mentionné, c’est le contenu lexical de « easy » qui oriente vers une lecture différente de la lecture que met en place « eager ». L’infinitive ne semble jouer aucun rôle. Les choses seront différentes, lorsqu’il y aura une opposition TO/V-ing.

13Mélis résout la question en convoquant le concept d’hypallage, qui dit en substance que la propriété prédiquée de « a » doit en fait être attribuée à « b ». On voit que qualifier à l’aide d’une propriété Ρ une situation globale et complexe permet de qualifier de Ρ un composant C de E. Je suis d’accord, et tout le travail sur les énoncés de nature épistémique montre le lien qu’il convient de poser entre le sujet proprement dit et toute la situation exprimée par l’énoncé modalisé, mais je me demande si l’on peut faire appel à la notion d’hypallage dans tous les cas où il y a une dissociation entre le sujet notionnel et le sujet syntaxique, car ceux-ci sont de différente nature. Plusieurs questions se posent de plus : pourquoi la langue permet-elle l’hypallage ? Qu’est-ce qui déclenche l’interprétation par hypallage ? Pourquoi avec John is sure to win je prédique la certitude que j’ai, en tant qu’énonciateur, à propos des chances que la relation [John-win] se réalise, et l’énoncé pourrait se poursuivre avec : but John is not sure of it ; alors qu’avec John is sure of winning, je prédique la certitude qu’a John de gagner. Tout serait bien plus simple si l’on n’avait qu’une seule structuration, non ambiguë : I am sure that John will win, et John is sure that he will win.

14Je me demanderai donc si le type de structuration ne jouerait pas un rôle pour imposer telle ou telle lecture, dans des cas où le contenu sémantique du verbe recteur en autorise plusieurs. Je rediscuterai à ce propos les notions de « sujet formel » et « sujet notionnel » en m’inspirant du concept d’inaccusativité.

2. Ma première hypothèse

15Je souhaite revenir tout d’abord sur l’hypothèse que j’ai formulée en 1993 et que j’ai reprise en 1996.

16L’exemple qui m’a amené à m’intéresser à « cease », et à partir duquel j’ai commencé mon raisonnement était tiré d’une nouvelle de Graham Swift, Myopia, qui date de 1981, dans laquelle un quadragénaire découvrait tout à coup, au cours d’une visite chez un opticien, qu’il était myope :

(1)

I never knew this. This is cruel. I can’t make out the simplest thing. I am being humiliated. And suddenly my optician ceased to be an optician. He is the remorseless teacher at infants’ school, knocking into us the rudiments of reading.

17Je disais que dans cette occurrence, bien que le sujet de « cease », soit « the optician », il n’y a aucune relation sémantique entre le sujet et le groupe verbal. En d’autres termes, l’opticien ne cessait pas son activité professionnelle, mais c’était l’observateur -qui se trouvait être l’énonciateur de l’énoncé- qui soudain avait l’impression d’avoir devant lui non plus un opticien mais un instituteur qui lui rappelait son enfance et son apprentissage de la lecture. Je posais alors que l’énoncé pouvait se réécrire en quelque sorte comme suit :

18[he - be an optician] ceased to be the case, c’est-à-dire que pour l’énonciateur la situation perçue au moment t [the man was an optician] se trouvait tout à coup au moment t+1 modifiée : [the man was no longer an optician].

19De cette perception subjective découlait le fait qu’il n’y avait aucun changement dans l’extralinguistique. L’interprétation « speaker-oriented » n’implique aucune modification, aucune cessation d’activité chez le référent du sujet syntaxique de « cease ». Egan semble n’avoir retenu que ce cas de figure lorsqu’il dit : « She (Girard) maintains that the situation realized by the complement clause subject may not actually stop at all in the real world, but that what comes to an end is the speaker’s perception of it. […] It must be admitted that the assertion that the complement situation may continue in the real world is not substantiated in the case of the tokens in my material » (2008 : 294). Egan a tout à fait raison de dire que dans la plupart des cas il y a bel et bien fin d’une situation donnée, et j’ai donné de nombreux exemples où c’est le cas.

20Il faut donc distinguer entre les cas où il est question d’une perception subjective de l’énonciateur/témoin, comme dans l’exemple suivant :

(2)

He had ceased to be amusing ; he was really too inhuman (H. James, The Wings of the Dove)

21Au tout début du roman, Kate Croy dit de son père qu’il ne l’amuse plus, et traduit par là un nouveau sentiment à son égard, qu’elle explicite, en disant ce qu’elle perçoit :

(2b)

Oh papa, it’s long since I’ve ceased to see you otherwise than as you really are.

22Et les cas bien plus nombreux où il y a un réel changement de situation dans l’extralinguistique, qui affecte le sujet, que celui-ci soit animé ou non :

(3)

Once people retire, they automatically cease to be union members (exemple tiré du Collins Cobuild).

23L’interprétation est bien qu’ils ne choisissent pas de quitter le syndicat, mais qu’ils en sont exclus.

(4)

It is odd, but until Dad ceased to speak I never had this need to talk to him. (G. Swift, Shuttlecock).

24Le père vient de faire un accident cérébral et a perdu l’usage de la parole. Nulle agentivité du père n’est donc exprimée.

(5)

The ten p coin will cease to be legal tender on July 1st.

(6)

The above-mentioned Agreement ceased to have effect on 3 August 1983.

Ce n’est ni la pièce, ni l’accord qui décident de ne plus avoir cours.

(7)

Roma lay so still that, for a second, Cordelia feared that she had ceased to breathe.

25Ici la respiration n’a pas cessé, mais si elle avait cessé, c’est l’infinitive qui aurait vraisemblablement été choisie. Wierzbicka notait d’ailleurs (1988 : 81) qu’avec he stopped breathing, le procès était probablement intentionnel, alors qu’avec he ceased to breathe, il était probablement non intentionnel. Je discuterai d’exemples avec ce verbe dans ma troisième partie.

26La conclusion que j’en tirais peut se résumer ainsi :

  1. L’observateur / énonciateur imagine des modifications affectant un individu S, mais ces modifications n’ont pas lieu.

  2. L’observateur / énonciateur est témoin d’un changement chez S, relate un changement chez S, mais dit que ce S n’est pas à l’origine du changement.

27Dans les deux cas de figure, le sujet de « cease » n’est pas agent du changement, ou bien parce qu’il n’y a pas de changement (cas a) ou bien parce qu’il n’est pas à l’origine du changement (cas b). Egan reconnaît d’ailleurs (2008 : 294) que la construction avec to renvoie moins prototypiquement à une action intentionnelle du sujet :

The data in Table 7.3 on the agentivity of subjects show that the complement situation in the case of the “cease to” construction is much less likely to be terminated as the result of a willed action on the part of the subject.

28Il nous faudra donc voir ce que cela implique sur la nature du verbe de l’infinitive, sur le lien entre le sujet de « cease » et ce que dit l’énoncé, puisqu’il y a plusieurs données à l’œuvre.

29Toutes les explications sur le changement définitif (Freed), sur la fin uniquement temporaire (Dixon), sur le changement graduel (Dixon, et Wierzbicka), sur la répétition de la situation (Egan), sur le caractère générique du sujet (Egan) rendent compte d’un certain nombre d’énoncés, mais Egan montre bien que de nouveaux énoncés entrent assez facilement en contradiction avec les premières conclusions. Je n’ai pas la prétention de faire mieux que tous ces linguistes, mais il me semble que des différences assez nettes peuvent être repérées entre la construction infinitive, et la gérondive, tout en reconnaissant que des cas de chevauchement de formes existent, et que l’on a une sorte de continuum, car l’agentivité n’est pas toujours là où on l’attend. Voyons quelques cas de sujet agentif, origine intentionnelle de la fin du procès dans lequel ils sont impliqués.

(8)

We have ceased trading at this address.

30Cette inscription, que Claude Delmas a pu lire sur la vitrine d’un magasin, dit bien que les propriétaires ont pris la décision de fermer leur boutique.

(9)

On the eve of the elections politicians ceased working and spent their time in betting and bluffing. (The New York Times)

(10)

As a result of its financial condition, the company ceased writing new insurance policies and ceased offering renewal policies on or about March 5, 2006.

(11)

The papal nuncio in Dublin ordered Comiskey and three bishops who supported him to remain silent and cease causing scandals to the Church. (Time Magazine)

  • 5 Ceci ne signifie pas qu’ils n’apparaissent pas avec l’infinitive. Ce sera l’objet d’un autre travai (...)

31Ces cas de figure sont assez clairs, et les verbes « trade », « work », « write », « offer » et « cause scandal » sont tous des verbes à sujet agentif.5 Les difficultés commencent avec des énoncés tels que ceux donnés par Egan :

(12)

By the late 1960s Pakistan had ceased to participate in military exercises within the framework of SEA TO.

32II est difficile de nier le choix délibéré des autorités du Pakistan, et pourtant c’est la construction avec l’infinitive qui est choisie.

(13)

The two men ceased for a time even to acknowledge one another in the street; and although they later resumed formal courtesies, close friendship was dead.

  • 6 Google donne environ 600 000 occurrences pour « ceased to participate » et moins de 3 000 pour « ce (...)

33Il semble ici aussi qu’il s’agit d’une attitude clairement choisie par les deux protagonistes. Il est donc nécessaire d’élargir le corpus pour tenter de mieux comprendre les différences de sens, si différence il y a.6

3. Nouvelle hypothèse

34Ma première hypothèse pouvait suggérer que la construction avec l’infinitive était une construction « à montée », même si je n’adoptais pas le cadre général de la grammaire générative. La construction « à montée » est à mettre en relation avec une structure « impersonnelle » en « it », ce qui permet d’opposer : it is sure that John will win, et John is sure to win. L’impossibilité d’avoir *It ceased that John was a union member when he turned 60, en parallèle avec : John ceased to be a union member when he turned 60 affaiblissait beaucoup mon hypothèse.

35Avant de proposer une autre piste de recherche, je souhaite rappeler que la construction « à montée » est justifiée sémantiquement, dans la littérature, dans la mesure où elle pose une différence entre les verbes qui assignent des rôles thématiques (theta-role) tels que « agent », « patient », « élément affecté », « bénéficiaire », etc., et des verbes qui n’en assignent pas et qui expriment, en fait, des événements. Cette différence sémantique me semble tout à fait pertinente, quel que soit le modèle que l’on adopte, et je m’en servirai pour expliciter mon point de vue.

3.1. Cease + les états/changements d’état

  • 7 Les chiffres sont tout à fait indicatifs, mais permettent de noter des tendances.

36De nombreux énoncés en « cease to » expriment qu’un état est arrivé à sa fin, ou va arriver à sa fin. Les exemples suivants sont tirés de Google.7

(14)

Cyprus may cease to be capital gains tax haven on 12 Feb, 2008.

(15)

Learning to question assumptions and values can be painful. But if professors avoid certain issues because they might offend someone’s sensitivities, we will cease to be a university in all but name.

(16)

Life does not cease to be funny when people die any more than it ceases to be serious when people laugh. (George Bernard Shaw)

37Ces énoncés présentent plusieurs caractéristiques intéressantes. En (14) l’énonciateur exprime ses craintes que Chypre ne perde son statut de paradis fiscal. Mais c’est l’entrée dans l’Union Européenne, et non une décision du gouvernement qui sera éventuellement la cause des modifications. En (15) si l’Université perd ses caractéristiques de lieu de discussions, elle ne pourra plus prétendre à être une Université, et les professeurs en seront la cause, mais une cause indirecte, c’est-à-dire non intentionnelle. Ceux-ci peuvent, en effet, choisir de ne pas parler de sujets délicats, dans le souci de ne blesser personne, mais les conséquences d’un tel choix dépasseront de loin leurs intentions : ils mettront en péril leur Université. Je reviendrai sur la problématique de la causalité. En (16) nous avons un cas de figure où c’est la perception de l’énonciateur qui s’exprime, et qui dit en substance que la vie reste drôle même lorsque l’on meurt, et sérieuse même lorsque l’on rit. Mais que l’on me comprenne bien ; cette interprétation est due au contenu sémique de « life » en tant que sujet, ce qui m’amènera à travailler dans une autre partie sur le verbe « live » pour mieux expliciter cette occurrence.

38Voyons maintenant s’il est possible d’avoir des constructions avec « there » comme sujet formel.

(17)

The Kingdom of England, however, was merged with the Kingdom of Scotland in 1707, to form a new Kingdom, the Kingdom of Great Britain, after which there ceased to be monarchs and consorts of England. (Wikipedia)

(18)

Faith became impaired, and there ceased to be a belief in man as in the image and likeness of God, since there ceased to be a true belief in God.

(19)

With the development of modern industrial society there ceased to be any real relationship between the ability to bear a tax and. landed property ownership.

La structure apparaît également avec « will »

(20)

Well, at least that way, there will cease to be any problem in India of abortion being used as a method of sex selection.

  • 8 Je ne traiterai pas la question du temps porté par « cease » ici.

39Il est, en fait, intéressant de noter que sur Google, le nombre d’occurrences varie beaucoup en fonction du temps ou de l’aspect.8 Les chiffres que je donne ici ne tiennent pas compte des doublons, mais on peut estimer que la proportion de ces doublons est la même quelle que soit la forme verbale. Il y a ainsi environ 707 « there ceased to be », 418 « there will cease to be », mais 31700 « there has ceased to be » et 73100 « there had ceased to be ». Il semble donc que la focalisation sur le résultat est un facteur favorisant la structure. Voici quelques exemples :

(21)

For many years, however, there has ceased to be any sharp distinction between physics and chemistry.

(22)

The European Union was committed to the preservation of Yugoslavia even when there had ceased to be a Yugoslavia to preserve.

40Que se passe t-il avec « there ceased being » ?

Google ne nous propose que 9 occurrences différentes de « there ceased being », dont :

(23)

NASDAQ ceased listing the Warrants in December 1998, since there ceased being at least two market makers for such securities.

41Aucune occurrence pour « will cease being », aucune occurrence pour « had ceased being » et uniquement deux occurrences pour « has ceased being » :

(24)

In terms of the linguistic puzzle, I think it’s better to simply say that there has ceased being a “human body” at all (tiré d’un forum de discussion sur la physique)

(25)

You go staggering on feeling like a worm long after there has ceased being anything the matter with you. (site Australien pour des livres en ligne ; projet Gutemberg)

42Je peux donc assez facilement conclure que la structuration avec la gérondive est peu satisfaisante, et que les locuteurs lui préfèrent la structuration avec l’infinitive.

43La construction en « there » m’amène tout naturellement à évoquer les travaux sur l’inaccusativité, initiés par Burzio en 1986.

3.2. Le concept d’inaccusativité

44Burzio note qu’en italien on a deux types de verbes intransitifs, le type arrivare (arriver) et le type telephonare (téléphoner). On a d’ailleurs le même phénomène en français. Ces verbes diffèrent quant à la possibilité de cliticiser le pronom ne (en français). On peut, en effet, dire : aspettavo cinque studenti, ne sono arrivati due (j’attendais cinq étudiants, il en est arrivé deux), mais pas *ne hanno telefonato due (*il en a téléphoné deux). Burzio fait alors remarquer que cette structuration rappelle une autre structuration avec clitisation, celle des verbes transitifs, où le pronom est extrait du syntagme nominal complément du Verbe. On peut, en effet, dire : Andrea ha comprato due libri/ne ha comprati due (Andrée a acheté deux livres / elle en a acheté deux). Il suggère en conséquence qu’il y a un parallélisme de structuration avec les verbes qu’il va appeler « inaccusatifs » dans la mesure où ces derniers acceptent la clitisation. Le verbe arrivare n’aura qu’un argument interne alors que telefonare aura un argument externe (le sujet) et un argument interne. L’argument interne de arrivare (arriver) pourra se déplacer pour occuper la fonction de sujet, mais ce sera un sujet « dérivé ». Cela est à relier à des différences sémantiques sur lesquelles je vais revenir sous peu.

45En anglais il n’y a pas de phénomène de clitisation, mais on relève la possibilité d’avoir pour certains verbes une construction avec un « there » dit explétif, et les verbes qui acceptent une telle construction : arise, emerge, exist, occur, entre autres, sont les correspondants anglais des verbes inaccusatifs relevés par Burzio. Ces verbes sont des verbes de mouvement ou de changement d’état. Du point de vue sémantique, ils expriment l’apparition d’une entité, apparition relevée par l’énonciateur/témoin, mais ils ne codent pas une quelconque agentivité du référent du sujet : il y a arrivée de tel individu, apparition de tel phénomène, etc.

46C’est un point qui me semble fort important, même si l’on laisse de côté la spécificité syntaxique, et le concept d’inaccusativité.

47Jacqueline Guéron revient sur cette distinction dans un article à paraître sur la causation, et pose qu’il existe deux types de causalité pour les verbes exprimant un mouvement ou un changement d’état :

La causalité intentionnelle dont la source est l’intention d’un sujet agentif, et la causalité inertiale, qui prend sa source dans les lois de la nature ou de la société qui produisent des changements dans les êtres et les choses en fonction du temps indépendamment de toute volonté humaine.

48Elle fait alors l’hypothèse que toutes les phrases qui n’ont pas un sujet dans Spec TP, autrement dit qui n’ont pas un sujet en position sujet (argument externe) mais l’acquièrent par déplacement, expriment une causalité inertiale. Le point très intéressant pour moi ici est que son hypothèse lui permet de poser deux constructions pour un seul verbe et donc d’affiner le contenu sémantique de celui-ci. Elle compare, par ex :

(26)

=

(30a chez Guéron) Il s’est tué trois personnes (*exprès) à cet endroit
(30b) Trois personnes se sont tuées exprès à cet endroit

(27)

=

(31a chez Guéron) There entered the room a man (*on purpose)
(31b) A man entered the room (on purpose)

49Ces exemples montrent que les structures 30a) et 31a) ne permettent pas de faire intervenir l’agentivité du référent du sujet - l’adjonction d’un adverbial indiquant l’intention est impossible - alors que les structures 30b) et 31b) le peuvent. Il y a donc, semble t-il, un lien entre un type de structuration et une interprétation.

50Comment cette hypothèse peut-elle aider à la compréhension des deux constructions de « cease » ?

3.3. « Cease » et l’inaccusativité

51Je retiendrai de la notion d’inaccusativité ce qui concerne le lien entre le SN sujet de surface et le syntagme verbal, et je serai amenée à l’étendre quelque peu. L’inaccusativité signifierait une absence de cause intentionnelle d’un animé humain dans le processus de changement d’état. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas d’agentivité, mais celle-ci est gommée, en quelque sorte, dans la structure.

52Une recherche rapide sur Google indique des occurrences nettement plus élevées pour les constructions avec infinitive pour certains verbes inaccusatifs :

    • 9 Je ne dirai pas « environ » chaque fois, mais nous avons tous que Google donne des chiffres qui peu (...)

    SN ceased to exist: environ 1 870 0009/ - SN ceased existing: 2810

  • SN ceased to occur: 181 000/ - SN ceased occurring: 162

  • SN ceased to arrive: 53700/ - SN ceased arriving: 276

  • SN ceased to fall: 13600/ - SN ceased falling: 5350

53Mais il faut entrer plus dans les détails pour essayer de mieux comprendre les différences d’interprétation, lorsque les deux structures existent. J’ai fait une recherche sur Google pour le verbe « live », qui a donné les résultats suivants :

54- avec une infinitive 39300 occurrences, dont :

(28)

=

“We too ceased to live the very day that we killed our husbands”. These are the words of a woman who spends her nights on the bed across from me.

(29)

Do not lose hold of your dreams or aspirations. For if you do, you may still exist but you have ceased to live. (H.D. Thoreau)

(30)

=

If cliché is language that has ceased to live, then Martin Amis’s style is something like its antithesis.

55- avec une gérondive 5370 occurrences, dont :

(31)

The parties ceased living together as of June 1.

(32)

Lisa chooses to treat her dwelling as her main residence for the period after she ceased living in it.

(33)

Where have you been living since you ceased living in your parents’ household?

56Le verbe « live », au sens d’exister, accepte la structure avec « there » : once in China there lived a great man. Il accepte également la complémentation par l’infinitive. Mais le verbe « live », au sens d’habiter quelque part ne semble pas permettre le « there » existential et requiert la complémentation avec la gérondive. Il faut noter, d’autre part, que ce sens suppose un sujet agent de la décision d’habiter ici ou là, seul ou avec quelqu’un, ce qui n’est pas le cas avec le sens d’exister.

57On a donc une corrélation entre un sens que j’appellerai inaccusatif et un type de structuration, la structuration avec l’infinitive.

58Voyons maintenant ce que donne la recherche pour le verbe « breathe ». Il y a environ 15900 occurrences avec l’infinitive, dont :

(34)

The patient had ceased to breathe, the skin was pallid, the pupils dilated.

(35)

Infact, he had ceased to breathe and his heart had stopped beating, and only the vigorous use of artificial respiration restored him to life

et 4840 occurrences avec gérondive :

(36)

If the victim has ceased breathing, clear away and start artificial respiration. Contact a poison control centre.

(37)

A patient who suddenly ceased breathing due to RPC was put under intensive care treatment.

59La différence est plus difficile à apprécier, mais il semble que l’on puisse dire que le verbe « breathe » a deux interprétations : il exprime un processus automatique qui ne requiert pas la participation intentionnelle de l’être animé ; il exprime également un processus que l’on peut intentionnellement arrêter pendant quelques instants, pour une radio des poumons, par ex. Dans ce deuxième cas, c’est cease breathing qui est requis. Mais que dire des exemples (36) et (37) ? On peut peut-être assimiler l’arrêt de la respiration comme étant le résultat d’une certaine cause qui peut être supprimée de manière à ce que la respiration soit restaurée. Il ne s’agit pas du processus physiologique non contrôlable qui fait qu’un jour la respiration d’un individu s’arrête entraînant par là sa mort.

60Prenons le verbe « shine », non pas dans le sens de faire briller les chaussures, qui demande la gérondive,

(38)

She ceased shining shoes and socks, for shoes and socks shock Susan (Tongue twister)

  • 10 J’aborderai ce point dans une communication en préparation, ainsi que les liens entre : they ceased (...)

et qui est d’ailleurs un verbe « ergatif » - je n’aurai pas le temps d’aborder ce point10 - mais « shine » avec le sens de « briller » comme dans le soleil brille, par exemple. Il peut se construire avec un « there » existentiel :

(39)

There shone a star above the three kings To guide them to the King of Kings

61Et c’est la construction avec l’infinitive qui est fortement majoritaire. J’ai trouvé 1230 occurrences de the sun will cease to shine, et 3 occurrences seulement de the sun will cease shining, pour exprimer la fin naturelle, réglée par les lois de l’univers, de notre étoile :

(40)

The Sun will cease to shine in another five billion years or so, and the Universe will eventually become cold and inert.

(41)

Someday the sun will cease to shine, And I’ll desert, this lovely land of mine

62La construction avec la gérondive exprime l’éclairage du soleil sur un lieu donné, un jardin, une rue, qu’une cause extérieure, mais non inscrite dans l’ontologie même du soleil, peut cacher :

(43)

Flowers should always be watered in the evening, after the sun has ceased shining on them.

(44)

Within 3-4 minutes the sun ceased shining on the water’s surface.

63On trouve des exemples similaires dans des textes religieux où le soleil meurt, mais la cause en est là aussi extérieure, puisque c’est la main de Dieu qui obscurcit le soleil, et non l’épuisement de sa fusion nucléaire :

(45)

But when times changed and the sun ceased shining and the world was cloaked in darkness and people no longer saw that Jesus had died on the cross…

64Tous ces exemples, qu’il faudrait bien évidemment compléter, laissent entrevoir une corrélation entre un fonctionnement inaccusatif et une complémentation par infinitive, tous deux étant corrélés à l’expression de l’évolution dans le temps de l’entité considérée (le sujet de « cease »), évolution qui atteint son terme, sa fin, telle que celle-ci est programmée par l’être même de l’entité : un être vivant vit et meurt, un soleil vit et disparaît en super nova, etc. Il n’y a pas d’intervention, pas de cause extérieure à une sorte de programmation intrinsèque.

65En revanche, la structuration par la gérondive construit la présence d’une entité agentive, agissant de manière intentionnelle pour mettre fin à un processus.

3.4. Autres cas de figure

66Les exemples 12) et 13) trouvés par Egan ne semblent pas relever des différences analysées ici. Une recherche sur Google donne environ 45 700 occurrences pour « cease to acknowledge » et 112 pour « cease acknowledging » et nécessite donc d’autres travaux. Un verbe prototypiquement agentif comme « write » rend tout aussi perplexe, dans la mesure où l’on trouve environ 19800 cas avec la gérondive et 16 700 avec l’infinitive. En voici quelques exemples :

(46)

Surprise has often been expressed that M. Emile Augier should have left off writing for the stage. (Le titre de l’article est : «Why Augier ceased writing»)

(47)

In the late 1960’s he virtually ceased writing short stories.

(48)

Deeply hurt, Berzsenyi thereafter virtually ceased to write poetry.

(49)

The moment before, he was still only a potential poet: the moment after, he is a man who has ceased to write poetry, perhaps forever.

4. Conclusion

67Dans l’état actuel de ma recherche, je me propose de récapituler mon hypothèse de fonctionnement ici, tout en sachant que la réflexion doit se poursuivre, et qu’il faut éviter les généralisations hâtives. Il est clair toutefois qu’il faut prendre en considération le sémantisme du V2, voire ses compléments, et les caractéristiques du sujet de « cease ». J’avais opposé autrefois « sujet notionnel » et « sujet formel » et il me semble que cette distinction tient toujours, mais il faut l’expliciter, et mieux la justifier. La notion d’hypallage que convoque Mélis, et qui est pertinente dans la mesure où une non-correspondance existe entre le sujet syntaxique de « cease » et son sujet notionnel/agentif dans le cas de l’infinitive, n’explique pas, semble t-il, pourquoi, le même verbe (et sa complémentation) peut construire des significations différentes. C’est pourtant dans l’analyse des traits sémantiques des éléments en présence que la solution doit se trouver. La notion d’inaccusativité semble, par exemple, une piste intéressante à creuser dans certains cas, comme j’ai essayé de le montrer.

Schéma récapitulatif des critères retenus :

Infinitives avec sujet non animé

Infinitives avec su jet animé

Exemple : the sun will cease to shine

She ceased to be the favourite of the household
He ceased to talk

Cause inertiale : lois de la nature…

Cause non intentionnelle de S

Gérondives avec sujet non animé

Gérondives avec sujet animé

The sun ceased shining on the garden

He ceased whispering
They ceased trading at this address

Cause extérieure (obstacle…)

Cause intentionnelle de S

  • 11 Voir Girard 2001 pour une réflexion sur ce point.

68Les travaux évoqués en première partie indiquaient qu’il semblait difficile de trouver un critère distinctif fonctionnant dans tous les cas de figure pour expliquer les deux types de complémentation. Y aurait-il autant de paramètres à considérer que de relations verbe/sujet ? Il y a, d’autre part, le fonctionnement spécifique d’une infinitive par rapport à une gérondive, dont je suggérerais qu’elles jouent un rôle sémantique de désambiguïsation entre plusieurs interprétations possibles d’un syntagme verbal. Quant au problème de l’interprétation temporelle, je dirais qu’il est difficile de ne pas considérer que la proposition non finie renvoie nécessairement à un processus antérieur au moment dénoté par « cease », ce qui pose un autre problème.11

Top of page

Bibliography

Boulonnais, D. (2004). « TO et les infinitives : l’hypothèse de la transcendance prépositionnelle », in C. Delmas (dir.) La contradiction en anglais, CIEREC Travaux, 116 : 55-90, Presses de St Etienne.

Burzio, L. (1986). Italian Syntax, Dordrecht : Reidel.

Chuquet, J. (1986). To et l’infinitif anglais. Cahier de recherche en Linguistique anglaise, numéro spécial.

Cotte, P. (1982). « TO, opérateur de dévirtualisation », Modèles linguistiques, IV : 2, pp. 135-149.

Duffley, P. (1992). The English Infinitive, Londres : Longman.

Duffley, P. (2007). « A Natural-Language Semantics Approach to Infinitival and Gerund-Participial Complementation in English », Anglophonia, 22 : 55-67, Presses Universitaires du Mirail.

Egant, T. (2006). « The Classification of Non-Finite Complement Constructions in English », in D. Lebaud, C. Paulin, Κ. Ploog (dirs.). Constructions verbales et production du sens, Presses Universitaire de Franche-Comté.

Egant, T. (2008). Non-finite Complementation. A Usage-Based Study of Infinitive and ing Clauses in English, Amsterdam/New York : Rodopi.

Girard, G. (1993). « Cease+toV/stop V-ing et la notion de sujet identique », Sigma, 16 : 59-70.

Girard, G. (1996). « Faut-il faire l’hypothèse d’un invariant différentiel », Modèles linguistiques, 33 : 119-132.

Girard, G. (2001). « La problématique temporelle dans les énoncés avec to », in L’ouvert et le précis, CIEREC Travaux, 104 : 49-68. Presses de St Etienne.

Gueron, J. (à paraître). « Visible effects, hidden causes ; il n’y a pas d’effet sans cause », in Girard-Gillet (dir.), L’envers du décor, Presses universitaires d’Avignon.

Huddleston, R. & Pullum, G.K. (2002). The Cambridge Grammar of the English Language, Cambridge : CUP.

Kertz, L. (2006). « Evaluative Predicates : An Adjunct Control Analysis », in D. Baumer, D. Montera, M. Scanion (dirs.), Proceedings of the 25th West Coast Conference on Formal Linguistics, Somerville, MA, pp. 229-235.

Langacker, R. (1997). Foundations of Cognitive Grammar, Vol. II, California : Stanford University Press.

Melis, G. (2007). « Hypallage et incidence de l’adjectif épistémique dans les structures complexes en anglais contemporain », in Anglophonia, 22 : 145-160, Presses Universitaires du Mirail.

Quirk, R., Greenbaum, S., Leech, G., et Svartvik, J. (1985). A Comprehensive Grammar of the English Language, Londres : Longman.

Top of page

Notes

1 There is a material difference between the category I have labelled General and the first three classes. While the first three locate the complement situation in real time, the General constructions encode higher-order predications, indicating the likelihood of realization (in real time) of a certain situation under certain conditions”.

2 The “cease to” construction, being a General construction, normally excludes present and future recurrences of the situation in question. In this way they differ from Backward-looking constructions, such as “cease –ing” and “stop –ing”, which only make reference to the past and the present (in relation to which the past is defined)”, (p. 297).

3 In this construal, the preposition to is used to denote the possible movement towards the further existence of the event, and cease signifies the negation of this movement. [...] This explains another curious fact observed by Freed, but left unexplained, which is that cease “is found to occur more comfortably with states than states can occur with many other aspectualizers”.” (Freed, 1979 : 122).

4 Ce problème continue à faire couler beaucoup d’encre. Voir à ce propos les travaux de Laura Kertz, qui fait le point sur les réponses apportées par les uns et les autres, avant de proposer sa propre interprétation.

5 Ceci ne signifie pas qu’ils n’apparaissent pas avec l’infinitive. Ce sera l’objet d’un autre travail.

6 Google donne environ 600 000 occurrences pour « ceased to participate » et moins de 3 000 pour « ceased participating ».

7 Les chiffres sont tout à fait indicatifs, mais permettent de noter des tendances.

8 Je ne traiterai pas la question du temps porté par « cease » ici.

9 Je ne dirai pas « environ » chaque fois, mais nous avons tous que Google donne des chiffres qui peuvent varier d’une recherche à une autre, et que le nombre total est donc approximatif.

10 J’aborderai ce point dans une communication en préparation, ainsi que les liens entre : they ceased the publication (ex. de Duffley)/the publication ceased.

11 Voir Girard 2001 pour une réflexion sur ce point.

Top of page

References

Bibliographical reference

Geneviève Girard-Gillet, « Les infinitives problématiques : l’exemple de cease to », Anglophonia/Sigma, 12 (24) | 2008, 99-115.

Electronic reference

Geneviève Girard-Gillet, « Les infinitives problématiques : l’exemple de cease to », Anglophonia/Sigma [Online], 12 (24) | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 17 October 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/974 ; DOI : 10.4000/anglophonia.974

Top of page

About the author

Geneviève Girard-Gillet

Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org