Skip to navigation – Site map

Des surbordonnées en if compléments non interrogatifs ?

Anne Jugnet
p. 135-148

Abstract

Clauses introduced by if are traditionally assigned two functions: they are analyzed either as conditional adjuncts or as (indirect) interrogative complements. Yet in some structures the status of the if clause is not clear-cut, since the clause seems to describe (indirectly) the object argument of the embedding verb, but is clearly not interrogative (as it seems semantically similar to a conditional). These cases have often been overlooked in the literature. Our aim is to show that a third type of if clauses should be contemplated, i.e. if clauses that are complements of embedding verbs even though they do not involve epistemic questioning. A tripartite categorization is thus put forward.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 Les exemples qui suivent sont tous avérés, ou sont directement dérivés d’exemples avérés (des éléme (...)

1Il est traditionnellement admis que les subordonnées en if ne peuvent remplir que deux fonctions : soit elles sont compléments de verbes interrogatifs, ont le rôle d’argument et sont interprétées comme des questions indirectes (exemples 1 et 2),1 soit elles reçoivent une interprétation conditionnelle, étant des adjoints circonstanciels (elles décrivent alors les conditions dans lesquelles la relation prédicative de la principale est validée comme l’illustrent les exemples 3 et 4).

  1. Sometimes I wonder if poodles like noodles.

  2. Does anybody know if there is a way to have only the five latest comments show up on a page or post?

  3. If you want to think clearly about any of these laws, the first step is firmly insisting on treating them as three different subjects.

  4. Most of these freelancers and entrepreneurs are in the cross hairs of our health-care crisis - and you wouldn’t know it from watching the presidential campaign. But you would know it if you bothered to look at the statistics.

  • 2 L’analyse de Ginzburg et Sag (2001) semble dans cette mesure proche de celle d’Ohlander (1986).

2Ginzburg et Sag (2001) ont noté que dans certains cas, les subordonnées en if ne décrivent pas des questions, mais plutôt des faits. Selon ces auteurs, lorsque des subordonnées en if (comme les compléments en wh-) sont compléments de prédicats factifs (en l’absence de négation ou d’interrogation), elles dénotent la réponse à la question décrite par la subordonnée,2 en d’autres termes elles correspondent à des descriptions indéfinies de faits. Ginzburg et Sag (2001) attribuent cette interprétation factive des compléments en wh- et en if à la « coercition factive » imposée par les prédicats factifs épistémiques. Ce phénomène est illustré par les exemples du type suivant :

5)

He knows if you’ve been bad or good, ladies, and right now it looks like you’re pretty bad.

3L’utilisation de subordonnée en if dans ces contextes s’explique par le fait que le prédicat factif est épistémique, et par là implique (indirectement) un questionnement quant à la validité de la subordonnée.

4Cependant, les subordonnées en if apparaissent également dans un ensemble d’énoncés dont le prédicat principal n’est pas épistémique, mais factif d’émotion (cette possibilité n’est pas mentionnée dans la littérature à notre connaissance). Si la subordonnée en if semble parfois proche d’un complément (exemples 6 et 7), dans certains contextes en particulier, lorsque la présence de it en position objet est obligatoire – son statut est plus difficile à déterminer (exemples 8 à 10).

6)

I don’t care if they are poor.

7)

I don’t mind if you take my car.

8)

I can’t help it if that sounds like ajoke.

9)

Will you do me a favour? I’d love it if you would autograph my copy. I already have your autograph on a picture, but it would mean so much to me to get it in person. [script de Misery]

10)

It would be a shame if Bob left.

5Nous nous interrogerons sur le statut de ces subordonnées (statut syntaxique de complément ou de circonstant) ainsi que sur leur interprétation (en tant que fait, possibilité, ou conditionnelle). En d’autres termes, nous tenterons de déterminer si la corrélation entre statut de complément et interprétation interrogative (ou factive, par coercition) est systématique, et s’il est possible d’envisager qu’un objet (complément) introduit par if ne décrive pas une question (ou ne dénote pas indirectement la réponse à la question). Ainsi, nous nous intéresserons au statut des subordonnées en if lorsque le contexte ne favorise pas une interprétation épistémique, ou un questionnement sur la validité de la proposition.

1. Un double statut des subordonnées en if ?

6La plupart des auteurs ayant analysé des énoncés correspondant au schéma [V it if p] (où le verbe est un factif d’émotion, et non épistémique) ont soutenu l’idée que la subordonnée introduite par if doit être analysée comme une subordonnée conditionnelle. Cette analyse est proposée pour le type d’exemples illustrés en (11-12).

11)

Since you’re in WikiProject Indonesia I’d love it if you could take a look in the article and see if I’ve made any obvious mistakes, or if there are sections that are unclear, etc.

12)

The blocking idea is good, but I would hate it if my parents read all my texts !

  • 3 L’article de Donca Steriade (1981), « Complement if », n’étant pas publié et introuvable sur Intern (...)

7L’opposition entre statut d’argument ou de circonstant est implicitement corrélée à l’opposition entre interprétation en tant que question indirecte ou interprétation conditionnelle. Etant donné que, dans les exemples qui nous intéressent, les prédicats qui permettent (ou exigent) le schéma [V it if p], ne sont pas épistémiques, les subordonnées en if ont été analysées comme des circonstancielles, et non des questions. Cette conclusion paraît naturelle : l’interprétation d’une subordonnée en tant que question enchâssée, ou en tant que fait qui constitue la réponse à une question, n’est possible que lorsque le verbe implique un questionnement épistémique. Par conséquent, dans le cadre de cette opposition stricte, il semble que les subordonnées en if ci-dessus sont plus proches de conditionnelles que de questions enchâssées. Cette observation motive l’analyse des subordonnées en if en tant qu’adjoint (circonstant), et non en tant qu’argument. Cette analyse a été développée par Steriade (1981)3 et Rothstein (1995), pour qui les subordonnées en if sont, dans ces contextes, de véritables circonstancielles conditionnelles.

  • 4 Selon Pesetsky (1991 : 63), le sens de if serait identique à celui de that, mais impose de considér (...)

8La plupart des auteurs qui se sont intéressés à cette structure (Williams (1974), Pullum (1987), Pesetsky (1991) ou Leonarduzzi (2004)) ont défendu l’hypothèse d’un double rôle de la subordonnée en if en tant que circonstancielle décrivant indirectement l’objet (l’objet serait inféré à partir de la circonstancielle). Si leurs représentations et analyses de détail diffèrent, les quatre auteurs soutiennent l’idée que la subordonnée en if tout en décrivant les conditions de validation de la principale, décrit indirectement l’objet de l’attitude décrite par le prédicat de la matrice. Ces subordonnées seraient donc intermédiaires, et non de « véritables » circonstancielles. Ainsi Williams (1974 : 161) affirme que la circonstancielle a pour rôle de procurer l’argument objet (« complement fulfilling »). Pour Pesetsky (1981 : 62-63) ces structures impliquent une « règle de copie de if ». Cette règle consiste à copier la subordonnée en remplaçant if par that, et en appliquant les modifications nécessaires (concernant la modalité notamment). La copie (la subordonnée en that résultante) est alors argument, la subordonnée en if restant adjoint. En effet, selon Pesetsky if marquerait le statut de la subordonnée en tant que terme restrictif.4 Enfin, selon Leonarduzzi (2004 : 305-308), la subordonnée serait circonstancielle, et le complément d’objet, qui ne peut être récupéré dans le contexte antérieur, correspondrait à une proposition en that dont le contenu est décrit par la circonstancielle en if.

9Ainsi, selon l’analyse décrite jusqu’ici, l’insertion d’un complément en that dérivé de la subordonnée en if (toutes les marques de modalité étant effacées) permettrait d’expliciter le sens de l’énoncé de départ :

13)

I’d appreciate it if you stopped whining.
= I’d appreciate that you stop whining if you did.

10L’analyse retenue par ces quatre auteurs paraît justifiée dans la mesure où elle permet de rendre compte de certaines propriétés de ces subordonnées en if qui les démarquent des circonstants habituels. Cette analyse semble ainsi motivée par le fait que ces subordonnées (contrairement aux circonstancielles habituelles) ne peuvent être effacées sans que l’énoncé ne devienne ininterprétable. En effet, si la conditionnelle permet de déduire et d’interpréter l’objet, son absence rendrait l’énoncé incomplet sémantiquement (tout en étant acceptable syntaxiquement, la position objet étant dans la plupart des cas remplie par it). Dans l’exemple suivant, l’argument objet n’est pas identifiable ou récupérable en contexte, et en l’absence de la subordonnée en if l’énoncé n’est pas interprétable (nous le marquons donc comme étant non acceptable, quoique grammaticalement correct).

14)

All right. Miss Kubelik -- get up. It’s past checking-out time, and the hotel management would appreciate it?? [if you would get the hell out of here]. (Fran doesn’t stir) Look. Miss Kubelik, I used to like you -- I used to like you a lot -- but it’s all over between us - so beat it -- O-U-T -- out!

11Ainsi, les subordonnées qui nous intéressent ici diffèrent des circonstancielles habituelles, qui peuvent en général être effacées sans que cela ne soulève de problèmes d’interprétation, comme le rappelle Leonarduzzi (2004 : 294-295) :

15)

He will tell Peter the good news (if he comes).

16)

(If he comes) Tell him that I’m away.

12Par conséquent, l’analyse traditionnellement retenue permet de rendre compte de certaines caractéristiques de la structure. Elle permet de conserver la bipartition traditionnelle, tout en reflétant la nature intermédiaire des subordonnées en if dans le type d’énoncés qui nous intéressent. Cependant, cette analyse n’est selon nous pas satisfaisante. Nous allons montrer qu’elle ne permet pas de rendre compte d’un certain nombre des caractéristiques des subordonnées en if dans les énoncés dont le prédicat principal est un factif d’émotion.

2. Des compléments à part entière

13L’analyse des subordonnées en if en tant que circonstants conditionnels présente quelques limites, que nous exposerons, avant de proposer une analyse plus satisfaisante. Notre analyse conduit à dépasser la bipartition traditionnelle des subordonnées en if en tant que circonstancielles conditionnelles ou qu’arguments interrogatifs.

2.1. Divergences avec les adjoints « canoniques »

14Les véritables conditionnelles (circonstancielles) ont deux caractéristiques principales les démarquant des arguments (objets) : elles peuvent souvent être effacées sans que l’énoncé ne devienne agrammatical ou ininterprétable, comme nous l’avons déjà mentionné supra (exemple (17)) ; de plus elles peuvent dans la plupart des cas être déplacées en début de phrase (inversées), ou en milieu de phrase, sans que cela ne modifie le sens de la phrase (exemple (18)).

17)

If Paul phones, I will invite him to dinner. /I will invite Paul to dinner. [exemple de Leonarduzzi 2004 : 292]

18)

) If he comes, tell him that I’m away. /Tell him, if he comes, that I’m away. / Tell him that I’m away if he comes [exemple de Leonarduzzi 2004 : 293]

15Or, les subordonnées en if dans les structures qui nous intéressent ne présentent pas ces deux caractéristiques.

16D’une part, comme nous l’avons déjà noté, l’effacement est impossible sans que l’énoncé ne devienne ininterprétable.

19)

Well, look sir, I hate to put you to any trouble, but there’s afamily up there all by themselves with a young kid, and with this storm and everything. I’d sure appreciate it?? [if you’d give them a call on your radio] just to see if everything is okay.

20)

So to McInsane the FACT that a large majority of Americans want us to get the hell out of there means we don’t care?? [if we are there for 10,000 years]?

  • 5 Selon Pesetsky (1981), le déplacement de la subordonnée en position initiale – i.e. l’inversion - e (...)

17De plus, des contraintes complexes semblent peser sur le déplacement des subordonnées en if qui nous intéressent.5 D’une part, leur déplacement en position initiale ou médiane n’est pas toujours possible. D’autre part, lorsque ces subordonnées peuvent effectivement occuper ces deux positions, leur caractère initial ou final influence l’interprétation de l’énoncé. Ces contraintes sont précisées et illustrées dans les paragraphes suivants.

18Comme nous l’avons déjà mentionné, le déplacement (en position initiale ou médiante) de la subordonnée introduite par if n’est pas toujours possible. Des contraintes particulièrement fortes pèsent sur la position des subordonnées en if contenant un modal tel que should ou would. Ces subordonnées peuvent difficilement apparaître en position initiale ; elles sont même exclues de cette position selon certains locuteurs natifs. Cette contrainte est illustrée en (21-23).

21)

I’d love it if you would autograph my copy. (extrait du script de Misery)

*? If you would autograph my copy, I’d love it.

22)

The hotel management would appreciate it if you would get the hell out of here. (extrait du script de The apartment)

*? If you would get the hell out of here, the hotel management would appreciate it.

23)

I would appreciate it if you’d stay out of my personal life, okay? (extrait du script de Casino)

*? If you’d stay out of my personal life, I would appreciate it, okay?

  • 6 Jespersen (1928 :41, section 2.4.) mentionne cette asymétrie entre les subordonnées en if et les su (...)

19De plus, le déplacement en position initiale obéit également à des contraintes (moins fortes) lorsque le prédicat enchâssant ne requiert pas la présence de it (c’est le cas de care par exemple). Dans ce cas, le déplacement semble difficile, comme illustré en (24). Ces subordonnées en if ont ainsi un comportement similaire à celui des subordonnées objets introduites par if qui ne peuvent que difficilement être antéposées ou topicalisées (contrainte illustrée en (25)), alors que les subordonnées objets en wh-peuvent être topicalisées lorsque les conditions discursives le permettent (exemples en (26)).6 Ainsi, les contraintes qui pèsent sur leur déplacement en position initiale rapprochent les subordonnées qui nous intéressent des subordonnées interrogatives objets.

24)

I don’t care if they are poor.

# If they are poor, I don’t care.

25)

?? If he came (or not), nobody knows. /?? If he did it or not, I wonder.

26)

Whether he came, nobody knows. / Whether or not he did it, I wonder.

20D’autre part, comme nous l’avons mentionné, même lorsque le déplacement de la subordonnée introduite par if est possible, celui-ci n’est pas sans conséquences sur l’interprétation de l’énoncé. En d’autres termes, tandis que la position initiale ou finale d’une circonstancielle n’influe pas sur l’interprétation de l’énoncé, il semble que la position finale des subordonnées en if impose une interprétation particulière de l’énoncé. Lorsque la subordonnée est en position finale, la situation envisagée est souvent interprétée comme l’objet d’une demande ou d’une requête de la part du sujet de la matrice : dans la plupart des cas, l’énoncé [V it if p] peut être paraphrasé par [please do p]. Dans la plupart des occurrences de la structure [V it if p], le sujet de la matrice est la première personne du singulier I, le sujet de la subordonnée étant la deuxième personne du singulier you.

27)

I’d appreciate it if you didn’t go around telling lies about me. (extrait du script de Bottlerocket)

28)

I’d appreciate it if you didn’t smoke, (extrait du script de Superman)

Les gloses suivantes peuvent être proposées :

29)

Please don’t go around telling lies about me.

30)

Please don’t smoke.

31)

I’d rather you didn’t go around telling lies about me.

32)

I’d rather you didn’t smoke.

21Une telle interprétation et de telles gloses semblent plus difficiles lorsque la subordonnée est à l’initiale :

33)

If you didn’t go around telling lies about me, I’d appreciate it.

34)

If you didn Ί smoke, I’d appreciate it.

22Il semble donc que dans la plupart des cas, la subordonnée en if décrit une situation située dans le futur (relativement au moment d’énonciation). Cette situation fait l’objet d’un souhait, d’une demande, ou d’une requête. Dans cette mesure, les énoncés en [V it if p] semblent proches sémantiquement des énoncés correspondant au schéma [V – subordonnée au subjonctif/subordonnée infinitive] que mentionnent Ginzburg et Sag (2001 : 79) dans leur analyse des « situations résultats » (outcomes), objets de prédicats de demande (mandative predicates) tels que demand, require, prefer ou instruct. Ainsi, les subordonnées en if ne décriraient pas les conditions dans lesquelles la relation prédicative de la matrice est vérifiée, mais plutôt l’objet d’une demande du sujet.

2.2. Similarité avec les arguments objets

23L’analyse de ces subordonnées en tant qu’objet, et non en tant que circonstancielle, permet également d’expliquer les difficultés que rencontrent l’analyse de Pesetsky (1991), analyse selon laquelle il serait systématiquement possible de dériver un complément objet en that de la subordonnée en if. Pesetsky (1991 : 62) soutient que, avec la « règle de copie de if », l’objet dérivé de la subordonnée conditionnelle est une subordonnée en that dont tout indice de modalité irréelle (irrealis) a disparu, ayant été remplacé par un marqueur de modalité du réel (realis). Pesetsky reprend la glose proposée par Williams (1974) :

35)

John would like it if Mary knew French.

36)

?? John would like it that Mary knows French ifshe did.

24Or, cette paraphrase est agrammaticale. Une paraphrase plus plausible serait plutôt :

37)

John would like it that Mary knew French (if she did).

25L’utilisation d’un prétérit modal (marque de l’irréel – irrealis) semble ainsi nécessaire (la présence de la circonstancielle en if étant alors optionnelle).

26De plus, la glose proposée par Williams et Pesetsky, censée expliciter le sens de l’énoncé de départ, est souvent impossible. Cette difficulté est avérée essentiellement lorsque la subordonnée contient un modal (tel que could ou would).

38)

I would really appreciate it if you wouldn’t take the Lord’s name in vain again, (extrait du script de Blast from the past)

=??

I would really appreciate it that you don’t take the Lord’s name in vain again, if you will.

39)

I would appreciate it if we could take care of this quickly and quietly, (extrait du script de Ghostbusters)

=??

I would appreciate it that we take care of this quickly and quietly ifwe could/if possible.

40)

I’d love it if you’d read it. (extrait du script de Hannah & her sisters)

=??

I’d love it that you read it if you would.

  • 7 On notera que la présence de it n’est pas à elle seule un indice du statut d’adjoint de la subordon (...)

27L’impossibilité de déduire une subordonnée objet à partir de la subordonnée en if pourrait indiquer que les subordonnées en if ne sont pas des circonstancielles indiquant les conditions dans lesquelles la relation prédicative de la matrice est validée, mais sont plus proches de subordonnées objets. Ces subordonnées en if semblent donc l’équivalent, dans des énoncés modalisés (le prédicat de la matrice étant sous la portée d’un modal indiquant l’irrealis), de subordonnées en that lorsque le prédicat de la matrice est à l’indicatif. L’utilisation du subordonnant if serait donc une marque supplémentaire de la modalité irrealis portant sur l’ensemble de l’énoncé :7

41)

I like it that you don’t smoke.

42)

I would like it if you didn’t smoke.

28L’analyse des subordonnées en if en tant qu’arguments (et non en tant que circonstancielles) dans ces énoncés est confortée par le fait que ces énoncés peuvent être passivés (nous n’utilisons pas les prédicats love ou hate dans les énoncés (43-44) qui illustrent ce point, car ces prédicats ne permettent généralement pas la passivation lorsque leur objet est abstrait, phrastique). Elle est également confortée par le fait que les subordonnées en if peuvent apparaître dans la position focale d’une pseudo-clivée (les véritables circonstancielles hypothétiques étant exclues de cette position). Pullum (1987 : 60) découvre et mentionne cette dernière propriété, illustrée en (45) par un exemple manipulé, et en (46-47) par des exemples attestés, qui justifie que les subordonnées en if soient clairement distinguées des circonstancielles habituelles (exemple 48).

  • 8 La subordonnée en if, sujet du passif, ne peut pas être en position initiale (comme nous l’avons me (...)

43)

However it would be appreciated if you could advise the Emergency Planning Officer if your details change.8

44)

Additionally it would be appreciated if people did not smoke when we are gathered outside the building during an evacuation.

45)

I would really hate it if I had to fill out a form.

What I would really hate would be if I had to fill out a form.

46)

What I would like is if you could help with the college page.

47)

That’s why I said "if vaguely." It would be silly to expect the wider public to be able to rattle off the actual laws of phonetic change in the Germanic languages (say); what I would love is if people had even a general awareness that language is systematic and arbitrary (rather than "logical") and that it inevitably and regularly changes (rather than "degenerates"). Just that basic level of understanding would get rid of 90 % of the idiocy that’s babbled about the subject.

48)

We made a record of it if the animal did anything unusual

*What we made a record ofwas if the animal did anything unusual.

29Enfin, comme le remarque Williams (1974 : 158), les subordonnées en if (analysées comme des conditionnelles à part entière par Williams) répondent à des restrictions de sélection imposées par le prédicat. Williams affirme qu’elles ne seraient acceptables que lorsque le prédicat peut, dans un contexte non modal, sélectionner un complément factif introduit par that. Ces subordonnées sont ainsi exclues lorsque le prédicat enchâssant est propositionnel (lorsqu’il implique un positionnement quant à la validité d’une proposition). De telles restrictions de sélection confortent notre analyse des subordonnées en if en tant qu’arguments à part entière. En effet, si les prédicats peuvent imposer des restrictions de sélection à leurs compléments (arguments sujet et objet), ils n’imposent habituellement pas de contraintes fortes sur les adjoints (circonstanciels). Ces contraintes sont reflétées par les contrastes de grammaticalité suivants :

49)

It would be a shame if Bob left. /It is a shame that Bob left.

50)

?? It would be unlikely if Bob left. /It is unlikely that Bob left.

2.3. Conclusions

30Un ensemble de paramètres nous mènent à douter de l’analyse des subordonnées en if en tant que conditionnelles habituellement retenue pour les énoncés impliquant un prédicat factif d’émotion. Ces subordonnées ne se comportent pas comme des circonstants habituels, et présentent des caractéristiques d’arguments.

31Cependant, notre analyse de ces subordonnées en tant qu’arguments n’implique pas qu’elles reçoivent une interprétation interrogative. Elle mène plutôt à remettre en cause la classification binaire traditionnellement retenue. Il paraît plausible que ces subordonnées remplissent le rôle d’argument, et ne décrivent pas les conditions dans lesquelles un sujet a une certaine attitude. Nous allons à présent décrire quels types ontologiques d’argument sont en jeu, en fonction du prédicat enchâssant.

3. Interprétations des complétives introduites par if

32Plusieurs arguments nous ont menés à conclure que les subordonnées en if qui suivent un prédicat factif d’émotion peuvent être analysées comme des arguments, et non des circonstants. Cependant, ces subordonnées ne reçoivent pas d’interprétation interrogative, contrairement à la plupart des compléments introduits par if. Nous allons à présent nous intéresser au statut sémantique de ces compléments, en tenant compte du rôle de if en tant que subordonnant ainsi que des restrictions imposées par le verbe recteur. Nous adopterons l’ontologie défendue par Ginzburg et Sag (2001).

3.1. Des faits

33Une première interprétation possible des subordonnées en if est l’interprétation factive. Les faits sont définis comme des propositions décrivant une situation avérée, i.e. des propositions vraies.

34Si les faits sont habituellement décrits par des propositions en that ou par des gérondifs en –ing, ils peuvent également être décrits par des propositions introduites par un élément en wh- ou par if. C’est du moins ce que défendent Ginzburg et Sag (2001 : 352) : ces auteurs montrent que de tels compléments décrivent des faits lorsqu’ils sont compléments de verbes factifs épistémiques (qui ne sont pas sous la portée de la négation ou d’un modal).

51)

John knows whether/when/how/why Mary will come.

52)

John knows if Maty will come.

35Dans ce dernier cas la subordonnée en if peut être paraphrasée par une subordonnée en that (niée ou non, selon le contexte) :

53)

John knows that Mary will come. /John knows that Mary will not come.

  • 9 Ginzburg et Sag (2001) n’appliquent le concept de coercition factive, par lequel un complément en w (...)

36Or selon nous la « coercition factive »9 s’applique également à certains prédicats d’attitude non épistémique. C’est notamment le cas avec le prédicat help :

54)

I can’t help it if I’m still in love with you.

37Dans ce cas la subordonnée en if décrit une situation avérée, le contenu propositionnel de la subordonnée est vrai (de plus il est présupposé vrai). Il s’agit donc d’un fait. D’ailleurs, une paraphrase avec une subordonnée en that est acceptable (les schémas « can’t help it that p » et « can’t help it if p » semblent d’ailleurs aussi fréquents l’un que l’autre).

38Il peut paraître étrange qu’un fait soit décrit par une subordonnée en if. En effet, le prédicat principal n’implique pas de questionnement épistémique (sur la validité du complément), ou un déficit d’information, qui pourrait justifier l’utilisation du if interrogatif (selon le raisonnement de Ginzburg et Sag (2001)). Le remplacement de if par whether est d’ailleurs totalement exclu :

55)

* I can’t help it whether I’m still in love with you.

  • 10 Notons que l’alternance entre if et that est également possible dans une autre structure n’impliqua (...)
  • 11 Cette analyse expliquerait le caractère ironique des énoncés suivants :
    (i) I can’t help it if every (...)
  • 12 Notons qu’en français seul le subordonnant si peut introduire l’objet phrastique (le subordonnant q (...)

39Le subordonnant if utilisé dans ces contextes est donc plus proche du if conditionnel, ou plus précisément du if introduisant une situation présentée comme possible. L’utilisation du subordonnant if pourrait être motivée par le fait que ce subordonnant est marqueur de décrochage modal (indiquant un décalage entre une situation avérée et une situation possible). Ce subordonnant, dans le schéma can 7 help it if p,10 marquerait donc que le fait décrit est avéré indépendamment de la volonté du sujet.11 Ainsi, le sujet se présente comme non responsable de la validation du contenu propositionnel de la subordonnée. La description du fait qui est l’objet du jugement par une subordonnée en if permettrait donc de marquer l’opposition entre situation souhaitée et situation avérée.12

3.2. Des possibilités

40Dans un ensemble d’exemples, la subordonnée en if peut être paraphrasée par une subordonnée en when. Elle décrit alors une situation non avérée au moment de l’énonciation, mais conçue comme possible. La validité de la proposition n’est pas déterminée. Dans l’ontologie de Ginzburg et Sag (2001 : 95), les subordonnées dans les exemples (58-59) décrivent des possibilités. Les possibilités correspondent aux objets décrits par les propositions ; si la proposition est vraie, alors la possibilité que la proposition décrit est un fait. Ici, la validité de la proposition n’étant pas établie au moment de l’énonciation, mais présentée comme possible, la subordonnée en if peut être considérée comme décrivant une possibilité.

56)

I can’t stand it if they tap their pens in a certain way, click them, fidget, tap their legs on the floor. I hate it if they turn the corners of my books up, or there are creases in the spine.

57)

Spielberg is like a father who tells his kids scary bedtime stories but can’t bear it if they have nightmares. He creates fear and then hugs it away.

41Dans ces énoncés, le prédicat marque une attitude du sujet face à un objet abstrait, cet objet (une situation possible) étant préférentiellement décrit par une subordonnée en if.

42Notons que ces prédicats peuvent avoir un complément introduit par that, mais dans ce cas le complément est factif ; il s’agit d’un fait avéré au moment de l’énonciation :

58)

I can’t bear it that he lacks self-confidence.

43L’utilisation du subordonnant if dans les exemples (56-57) n’implique là encore aucun questionnement épistémique et est motivée par le fait que if peut introduire des situations non avérées et considérées comme possibles. Par là, le if subordonnant se rapproche du conditionnel. Ici encore, cependant, la subordonnée n’indique pas les conditions dans lesquelles le sujet ne supporte pas un objet non défini, mais décrit bien l’objet de l’attitude (en l’occurrence, la situation que le sujet ne peut supporter).

3.3. Des outcomes

44Dans un troisième ensemble de cas, la subordonnée en if décrit une situation qui ne peut être considérée comme factuelle. En effet, la situation n’est pas avérée, étant future par rapport au moment de l’énonciation. L’objet décrit donc une situation possible, future, et souhaitée. Elle correspond ainsi à la catégorie des outcomes – ou situations résultats - décrite par Ginzburg et Sag (2001 : 79) comme la désignation d’une situation future par rapport à une situation donnée. Ginzburg et Sag justifient l’existence de cette catégorie d’objet par le fait qu’il existe une classe sémantiquement cohérente de prédicats (les prédicats d’exigence, mandative predicates), qui ne peuvent avoir pour objet une complétive à l’indicatif, mais peuvent sélectionner des infinitives ou des subordonnées au subjonctif.

45Or selon nous il est envisageable que les outcomes soient également décrits par une troisième forme : les subordonnées en if. En effet dans les exemples suivants l’objet décrit effectivement une situation non avérée et souhaitée, la matrice décrivant un souhait ou une requête du sujet.

59)

I’d appreciate it if you didn’t go around telling lies about me. (extrait du script de Bottlerocket)

60)

I’d appreciate it if you didn’t smoke, (extrait du script de Superman)

46Là encore, il serait difficile de défendre l’idée que la subordonnée décrit les conditions dans lesquelles la relation prédicative de la matrice est validée. La subordonnée en if semble l’équivalent d’une subordonnée en that, lorsque l’énoncé n’est pas modalisé :

61)

I appreciate that you do not go around telling lies about me.

62)

I appreciate that you do not smoke.

47Dans les énoncés (59-60), l’objet du jugement étant une situation non avérée, le verbe de la matrice n’indique plus seulement un jugement de valeur ou une appréciation, mais plutôt une requête.

3.4. Des objets à part entière

48Nous avons montré ici que les subordonnées en if peuvent décrire divers types ontologiques d’objets. Trois schémas ont été observés, le type d’objet identifié étant étroitement lié au sémantisme du verbe recteur. Les objets dénotés par ces subordonnées correspondent à des types sémantiques dont l’existence et les caractéristiques ont été décrites par ailleurs, et qui peuvent prendre d’autres formes linguistiques (forme en -ing ou subordonnées en that pour les faits, subordonnées en that pour les possibilités, infinitives pour les outcomes). La spécificité des objets phrastiques introduits par if tient selon nous au fait que le marqueur if marque explicitement (et systématiquement) un décalage entre une situation avérée et une situation souhaitée.

4. Conclusions

49Les subordonnées en if ne semblent finalement pas se limiter à deux fonctions (en tant qu’argument interrogatif ou qu’adjoint conditionnel). En nous appuyant sur les travaux de Ginzburg et Sag (2001), qui montrent que les subordonnées en if peuvent décrire un fait dans des contextes épistémiques, nous avons tenté de montrer que dans les contextes d’attitude non épistémique, les compléments introduits par if doivent être analysés comme de véritables objets. Ces objets, de trois types ontologiques, sont toujours associés à la description d’une situation non avérée, l’énoncé décrivant un décalage entre une situation avérée et une situation souhaitée. Il semble donc que la bipartition traditionnelle (argument interrogatif vs. adjoint conditionnel) ne doit pas réduire l’analyse des subordonnées introduites par if à une dichotomie stricte, et qu’un troisième terme est à envisager.

Top of page

Bibliography

Ginzburg, Jonathan et Ivan Sag (2001). Interrogative Investigations, the Form, Meaning, and Use of English Interrogatives, Stanford, CSLI Lecture Notes Number 123.

Jespersen, Otto (1928). A Modern English Grammar on Historical Principles, completed and published by Niels Hailsund and Ejnar Munkgaard, Copenhagen.

Leonarduzzi, Laetitia (2004). La subordonnée interrogative en anglais contemporain, Publications de l’Université de Provence.

Ohlander, Sölve (1986). “Question-Orientation Versus Answer-Orientation in English Interrogative Clauses”. In D. Kastovsky et A. Szwedek (eds.), Linguistics across Historical and Geographical Boundaries: in Honour of Jacek Fisiak on the Occasion of his 50th Birthday, Vol 2, Berlin: Mouton de Gruyter, pp. 963-982.

Pesetsky, David (1991). Chapitre non inclus dans le livre Zero Syntax, mais disponible sur le site de l’auteur : http://web.mit.edu/linguistics/people/faculty/Desetsky/infins.pdf

Pullum, Geoffrey Κ. (1987). “Implications of English Extraposed Irrealis Clauses”. Proceedings of the Fourth Eastern States Conference on Linguistics, Miller Ann and Joyce Powers (eds.), The Ohio State University, Columbus, Ohio.

Rothstein, Susan D. (1995). “Pleonastics and the Interpretation of Pronouns”. Linguistic Inquiry, 26(3): 499-529.

Steriade, Donca (1981). “Complement if”, article non publié, MIT.

Stuurman, Frits (1991). If and Whether: Questions and Conditions”, Lingua 83: 1-41.

Williams, Edwin (1974). Rule Ordering in Syntax, Thèse non publiée disponible en ligne : http://dspace.mit.edu/bitstream/1721.l/14770/l/18930899.pdf

Top of page

Notes

1 Les exemples qui suivent sont tous avérés, ou sont directement dérivés d’exemples avérés (des éléments ayant été effacés lorsqu’ils n’étaient pas essentiels à l’interprétation de l’énoncé et compliquaient le traitement des données). La majorité des exemples ont été trouvés en ligne ; leur origine est précisée lorsqu’ils sont extraits de scripts de films.

2 L’analyse de Ginzburg et Sag (2001) semble dans cette mesure proche de celle d’Ohlander (1986).

3 L’article de Donca Steriade (1981), « Complement if », n’étant pas publié et introuvable sur Internet, n’a pu être consulté. Pullum (1987) et Pesetsky (1991) mentionnent tous deux ce travail, Pesetsky (1991 : 60) mentionne le fait que Steriade considère les subordonnées en if comme des conditionnelles habituelles dans les énoncés qui nous intéressent (énoncés du type He would hate it ifhe had tofill the form).

4 Selon Pesetsky (1991 : 63), le sens de if serait identique à celui de that, mais impose de considérer la proposition qu’il introduit comme indiquant les restrictions pesant sur un modal ou un adverbe de quantification – il propose la généralisation suivante : If is identical in meaning to that, but is an instruction to treat its CP as a restriction on a modal or adverb of quantification”.

5 Selon Pesetsky (1981), le déplacement de la subordonnée en position initiale – i.e. l’inversion - est toujours possible, et même obligatoire dès lors que la subordonnée contient un terme à polarité négative (Negative Polarity Item, tels que any ou ever), indiquant que la subordonnée est sous la portée de la négation. Il oppose ainsi les exemples suivants :
(i)
If anyone were to ask me about the painting, I would like it.
(ii) I would like it if anyone were to ask me about the painting, [phrase agrammaticale selon Pesetsky]
Cependant les anglophones que nous avons consultés considèrent l’exemple (ii) comme bien formé.
De plus, dans de nombreuses occurrences attestées les subordonnées en if en position finale comprennent des termes à polarité négative, comme l’illustrent les exemples (trouvés en ligne) suivants :
(iii) I’d love it ifanyone had any pointers on these, though!
(iv) I am doing an assignment on that country and would love it if anyone had any background knowledge.

6 Jespersen (1928 :41, section 2.4.) mentionne cette asymétrie entre les subordonnées en if et les subordonnées en wh- en position initiale, et l’explique par un possible effet déroutant (garden path effect) : la conjonction if en position initiale étant « par défaut » interprétée comme introduisant une conditionnelle. Cette analyse paraît à première vue plausible. En effet, comme le montre Stuurman (1991), la conjonction if est fondamentalement associée à la condition, et ne reçoit une interprétation interrogative que si le prédicat enchâssant force cette interprétation. Cependant, comme l’indiquent les exemples en (26), la présence de or not, censée désambiguïser le rôle de la subordonnée en if, n’améliore pas l’acceptabilité des énoncés impliquant une subordonnée conditionnelle à l’initiale. La nature exacte des contraintes en jeu doit devra donc faire l’objet d’un travail ultérieur.

7 On notera que la présence de it n’est pas à elle seule un indice du statut d’adjoint de la subordonnée en if (en (42) par exemple) : la subordonnée en that qui suit it en position objet en (41) par exemple est interprétée comme l’argument du prédicat enchâssant.

8 La subordonnée en if, sujet du passif, ne peut pas être en position initiale (comme nous l’avons mentionné dans la section 2.1., les arguments introduits par if sont difficilement en position initiale car cette position initiale induirait une tendance à analyser la subordonnée en if en tant que conditionnelle) ; elle est donc extraposée.

9 Ginzburg et Sag (2001) n’appliquent le concept de coercition factive, par lequel un complément en wh- ou en if est interprété comme décrivant un fait lorsqu’il est complément d’un verbe factif épistémique (la description ne renseignant pas le destinataire sur le caractère avéré ou non de la situation décrite dans la subordonnée).

10 Notons que l’alternance entre if et that est également possible dans une autre structure n’impliquant pas de jugement épistémique, du type : it’s not his fault if he is wrong. Cette structure (not his fault if) est d’ailleurs sémantiquement proche de can’t help it if.

11 Cette analyse expliquerait le caractère ironique des énoncés suivants :
(i) I can’t help it if everyone wants to be my friend.
(ii) I can’t help it if I’m so good-looking.

12 Notons qu’en français seul le subordonnant si peut introduire l’objet phrastique (le subordonnant que étant exclu) :
(i) I can’t help it if I’m still in love with you. / Je n’y peux rien si je t’aime encore.
(ii) I can’t help it that I’m still in love with you. /?? Je n’y peux rien que je t’aime encore.

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne Jugnet, « Des surbordonnées en if compléments non interrogatifs ? », Anglophonia/Sigma, 12 (24) | 2008, 135-148.

Electronic reference

Anne Jugnet, « Des surbordonnées en if compléments non interrogatifs ? », Anglophonia/Sigma [Online], 12 (24) | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 27 June 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/986 ; DOI : 10.4000/anglophonia.986

Top of page

About the author

Anne Jugnet

Université de Lille 3

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org