Skip to navigation – Site map

Des origines indo-européennes de shall

Dennis Philps
p. 149-182

Abstract

This paper presents the hypothesis that *(s)kel- ’to owe, be under an obligation’ continued in Old English by sculan and in Modern English by shall, is derived by a process of grammaticalisation and subsequent lexicalisation from homonymic PIE *(s)kel-’to cut’, via a putative specialized meaning of the latter, namely ’to cut notches on a tally stick to symbolize a duty, a debt, an obligation’. On a linguistic level, this hypothesis is based on the assumption that the IndoEuropean perfect denotes a state resulting from the completion of an earlier event. On a non linguistic level, it is accredited by the fact that the oldest Germanic civilizations symbolized relations of obligation by cutting notches on a tally stick.

Top of page

Author's notes

Cette étude, dont une première version est parue en langue anglaise (Philps 2005), reprend et amplifie certaines hypothèses avancées dans Philps 2003.

Full text

1. La valeur sémantique d’obligation : du vieil-anglais sculan à l’anglais moderne shallaux

1L’on sait que v.-a. sculan est issu, par l’intermédiaire de germ. *skulan, de *(s)kel- ‘devoir, être obligé’ (Rix et al., 2001 : 552), racine attestée en germanique et en balte. La « mobilité » du *s-initial paraît confirmée, du moins en balte, par lit. kaltas ‘redevable’ et kaltẽ ‘dette’. L’on sait aussi que sculan a subi, entre vieilanglais et anglais moderne, un processus de grammaticalisation que Guillaume appelle « subduction ésotérique ».

Les verbes qui deviennent des auxiliaires ne sont dans aucune langue des verbes quelconques. Ce sont des verbes qui ont pour cet état une vocation : ils le doivent à ce que, en vertu d’une tendance qui leur est propre, dont leur sens est la cause, et que nous nommerons subductivité, ils descendent dans la pensée au-dessous des autres verbes, auxquels ils apparaissent idéellement préexistants. (1964 : 73)

  • 2 A Concise Anglo-Saxon Dictionary (Clark Hall, 1960).

2L’auteur poursuit : « La toute première opération, à date historique ou préhistorique, est élective : il est fait choix dans la langue du vecteur présumé congruent. » (1964 : 75). Dans le cas de sculan, le vecteur historique en question (*(s)kel-) a engendré, en germanique et en balte, des dérivés possédant des sens, pécuniaires ou moraux, qui renvoient tous à la notion d’« obligation » (devoir, dette, faute, culpabilité, etc.)· En vieil-anglais, par exemple, scyld (n.) signifie notamment ‘dette, dû’, mais aussi ‘culpabilité, péché’ (CASD).2 Il reste cependant à identifier, dans la mesure du possible, les causes du rapport de congruence institué entre la forme de la racine en question et la notion d’« obligation » à laquelle renvoient les sens des nombreux dérivés de *(s)kel-, autrement dit les conditions qui ont pu présider à l’institution de ce rapport.

  • 3 The Oxford English Dictionary, 2eme édition, 1989.

3Pour ce faire, nous allons d’abord proposer une brève synthèse de l’évolution de la valeur sémantique d’obligation attestée historiquement par sculan jusqu’en anglais moderne. Bien qu’il soit problématique de tenter de résumer cette évolution sans tenir compte des rapports oppositionnels entretenus par ce dernier avec v.-a. willan ‘vouloir, désirer’, voire avec l’ensemble des verbes de modalité, nous nous contenterons de rappeler les grandes lignes de l’évolution sémantique et grammaticale du seul sculan. L’on notera en passant que selon OED,3 l’existence d’un infinitif (sculan, sceolan) en vieil-anglais est douteuse.

4Les perfecto-présents, également appelés prétérito-présents dans une optique spécifiquement germanique (Crépin, 1994 : 86), ce sont ces verbes qui, tout en exprimant un état présent, ont « au présent la morphologie d’un prétérit de verbe fort (apophonie du vocalisme de la racine entre singulier et pluriel) et au passé celle d’un prétérit de verbe faible (suffixe à dentale). » (Bourquin, 2000 : 16). En ce qui concerne les caractéristiques du système qu’ils forment, Tellier affirme que

Dans le groupe des perfecto-présents, là où le champ sémantique est couvert par des signifiants différents il est possible d’apercevoir un système dans lequel un des verbes est extensif, l’autre étant intensif, et de découvrir quelques cas de neutralisation. Il est remarquable, en outre, que les emplois reposent très souvent sur une distinction entre aspect intra-subjectif et aspect extra-subjectif. […] Ainsi pour […] will (intra-subjectif) et shall (extra-subjectif) qui sont respectivement extensif et intensif. (1962 : 334)

5Rappelons aussi qu’il existe une langue germanique plus anciennement attestée que le vieil-anglais, à savoir le gotique (rameau du germanique ostique), connu au travers de la traduction des évangiles entreprise par l’évêque Wulfila au IVème siècle. Dans cette langue, le verbe skulan avait pour sens ‘devoir’ (Lehmann, 1986 : 313), sans pour autant distinguer, à ce stade, entre les nuances d’obligation morale et de nécessité inéluctable. Certaines formes de ce verbe possédaient d’ailleurs une valeur prospective (Tellier, 1962 : 28).

6En vieil-anglais du VIIIème siècle, au sein de la catégorie des perfectoprésents, c’est sculan qui assume quasiment sans concurrence la valeur sémantique d’obligation (obligation morale ou nécessité inéluctable, toutes deux relevant de l’extra-subjectif). À cette époque, l’emploi de sculan n’a que peu d’incidence sur l’expression du futur assumée par le présent simple d’un verbe approprié. Du IXème siècle au début du moyen-anglais par contre, l’emploi de sculan pour désigner le futur connaît une augmentation sensible en raison notamment de la détérioration des emplois du présent en fonction de futur, déséquilibrant ainsi le système des perfecto-présents.

7Pendant le moyen-anglais des XIIème et XIIIème siècles, considéré par Tellier comme la période qui constitue le noeud de cette évolution, l’emploi de sculan comme sémantème se raréfie, les valeurs d’obligation morale et de nécessité inéluctable étant assumées respectivement par owen et mot au présent. Entre le XIVème XVème siècles, c’est le verbe mot, dont les formes du prétérit et du présent se confondent désormais, qui voit son sens s’étendre (sous la forme de most(e) au présent, sa valeur de prétérit étant peu fréquente) pour englober non seulement la nécessité inéluctable, mais aussi l’obligation morale. Enfin, la période entre la Renaissance et l’époque moderne confirme la ‘conquête’ du champ sémantique de l’obligation occupé autrefois au sein des perfecto-présents par sculan, au bénéfice des formes qui continuent v.-a. motan (most(e), must).

8Larreya fait remarquer que le sens de prédiction acquis au travers des âges par sculan prend sa source chez les valeurs factuelles de ce verbe, tout en observant que « l’Indicatif Présent de sculan exprime une obligation "absolue" – autrement dit une obligation qui implique la réalisation de l’événement sur lequel elle porte. » (1984 : 201). En ce qui concerne la question de savoir si shall (< v.-a. sceal, 1ère/3ème pers. du singulier de l’indicatif présent de sculan), a gardé, en anglais contemporain, la valeur sémantique d’obligation attestée par sculan, Larreya affirme que

Cette valeur a incontestablement disparu dans des énoncés comme I shall he 20 next month – c’est-à-dire dans les cas où le groupe verbal désigne un événement non-volontaire sur lequel aucune obligation ne peut intervenir. En dehors des énoncés de ce type, toutefois, shall peut exprimer divers nuances d’obligation. […] [C]es nuances, qui pour l’essentiel se répartissent en trois catégories, […] peuvent être considérées comme des variantes de l’expression d’une volition extra-subjective dont la source est l’énonciateur (dans les énoncés déclaratifs) ou le destinataire (dans les énoncés interrogatifs). (1984 : 202)

9Enfin, après ce bref rappel de l’évolution grammaticale et sémantique de sculan, nous ferons état d’une évolution phonétique qu’il atteste à l’initiale. Il s’agit d’un processus de palatalisation (/sk/> /ʃ/), processus qui était sans doute déjà en marche pendant la période de transition entre le germanique et le vieil-anglais. En effet, alors qu’il n’existait pas en germanique de phonèmes palataux ou palato-alvéolaires préalablement au vieil-anglais, à l’exception de /j/, il s’est formé, pendant cette période transitionnelle, une nouvelle série de consonnes « palatales », à savoir les affriquées /tʃ/, /dʒ/, et la fricative /ʃ/. Concernant cette série, Lass précise que

A different sort of palatalization contributes further to the new series: a change of */sk/> /ʃ/. The mechanics are not clear, but one reasonable suggestion would be something like [sk] > [sC] > [sç], with a later ‘compromise’ articulation [ʃ] emerging from the back-to-back alveolar and palatal. Or, the [k] may have weakened first to [x], as in modern Dutch, without palatalizing; […]. The reason for this palatalization is obscure; it occurs in both front and back environments, and before consonants, so it is obviously not assimilatory. (1994: 58)

2. D’un éventuel lien entre i.-e. commun *(s)kel- ‘couper’ et *(s)kel- ‘devoir, être obligé’

10L’on considère comme homonymique la relation entre *(s)kel- ‘devoir, être obligé’ et i.-e. commun *(s)kel- ‘couper’. Ainsi, dans les dictionnaires des racines indo-européennes de Rix et al. (2001) et de Watkins (2000), *(s)kel- (ou *skel-) ‘devoir, être obligé’ et *(s)kel- ‘couper’ font l’objet de deux entrées distinctes. Or, dans l’annexe Β de son étude de l’histoire des perfecto-présents du germanique, Bourquin affirme que l’orientation sémantique de *(s)kel- ‘devoir, être obligé’ est celle de « (dé)coupe ». L’auteur énumère par la suite, à la forme infinitive, les corrélations indo-européennes de ces perfecto-présents. Concernant la valeur notionnelle attribuable à germ. *skulan, Bourquin observe que « [Le] principe de scission, détachement est exploité soit du côté de la dette (portion à restituer), soit de la contrainte (il a été tranché, i.e. décidé pour moi => il me revient [en partage] de…), de la délimitation ou détermination. » (2000 : 28).

  • 4 Philps, 2003 : 184.

11Par ailleurs, nous avons montré dans le cadre d’une théorie de l’invariance submorphémique que l’une des sous-classes les plus importantes représentées par la classe heuristiquement constituée des ‘mots en SK-’ de l’anglais (où SK- est un métagraphe), et notamment par les ‘mots en sc-’, en ‘sh-’ et en ‘sk-’ (où sc-, sh- et sk- sont des allographes de SK-), est celle dont les membres attestent le sens de ‘couper’.4 Bien que shall soit exclu de cette sous-classe du fait qu’il n’atteste pas ce sens, il répond néanmoins à deux des trois critères constitutifs de la sous-classe en question, à savoir le critère sémiologique (‘mot en SK-’) et le critère diachronique (mots dérivés d’une racine i.-e. à *(s)k- ou à *sk- initial). Compte tenu de l’ensemble de ces observations, l’on est en droit de se demander s’il n’existerait pas un lien autre qu’homonymique entre *(s)kel- ‘devoir, être obligé’ et *(s)kel-‘couper’, sans pour autant préjuger de la nature de celui-ci.

2.1 La pratique dite de l’entaille

12L’on a déjà noté qu’en gotique, le verbe skulan avait le sens de ‘devoir’, ce que confirme Benveniste notamment

Pour « devoir », le gotique a un verbe skulan de sens général ou spécialisé, obligation matérielle et morale. Il traduit à la fois opheilō au sens de « être débiteur » et le même verbe opheilô qui sert dans le grec des Evangiles pour dire « avoir un devoir, s’imposer une règle morale » ; skulan est employé aussi pour rendre méllō qui est une des manières de traduire le futur : « je dois » avec un infinitif […]. Le substantif skula, « débiteur », se construit soit avec une forme nominale, soit avec un infinitif. Il désigne celui qui « doit » de l’argent, est soumis à quelque obligation. (1969 [1] : 190)

13Benveniste observe que le lexique gotique semble avoir été relativement peu élaboré en ce qui concerne les relations d’argent (prêt, emprunt), dans leur contexte juridique, alors que Mauss affirme qu’au sein des premières civilisations germaniques, apparemment restées longtemps sans marchés, le lexique relatif à la notion de prix d’achat et de vente semble d’origine relativement tardive. Concernant l’une des institutions développées par ces civilisations dans le domaine des relations juridiques entre contractants, à savoir le wadium (ou gage), obligatoire en droit, Mauss affirme que

Deux traits de la wadiatio prouvent d’ailleurs cette force de la chose [i.e. du gage, n.d.a.]. D’abord le gage non seulement oblige et lie, mais encore il engage l’honneur, l’autorité, le « mana » de celui qui le livre. […] — L’autre trait démontre le danger qu’il y a à recevoir le gage. Car il n’y a pas que celui qui donne qui s’engage, celui qui reçoit se lie aussi. Tout comme le donataire des Trobriand, il se défie de la chose donnée. Aussi la lui lance-t-on à ses pieds, quand c’est une festuca notata, chargée de caractères runiques et d’entailles — quand c’est une taille dont il garde ou ne garde pas une partie —. (2001 : 254)

14Au sujet de la « taille » (ou latte de bois portant des encoches à valeur comptable qui était fendue longitudinalement, une partie étant conservée, dans le cas d’une dette, par le créancier, l’autre par le débiteur) évoquée par Mauss, Menninger précise que

The use of tally sticks as bills or records of obligations can be traced all the way back to the time of the early Germanic tribes. A feature of the common law of the Franks and the Alemanni was the festuca, a rod that was exchanged between the parties to a transaction in matters of law, especially those involving promises of payment. According to Salic law, the debtor had to turn over to his creditor his festuca, on which his own identification symbol and the sum involved in numbers were marked. In this fides facta per festucam, this "promise made by the festuca," the rod in question was nothing more than a notched stick on which the debt was tallied. (1992: 228)

15Tout comme la festuca notata, la taille participe donc de la pratique de l’« entaille », pratique sociale vieille d’au moins quarante millénaires selon Ifrah, qui ajoute que cette technique primitive

est parvenue jusqu’à nous pratiquement sans altération, à travers des milliers d’années d’évolution, d’histoire et de civilisations. […]. De multiples encoches retrouvées sur les parois rocheuses des grottes préhistoriques à côté de silhouettes d’animaux ne laissent planer aucun doute sur leur fonction comptable, et à l’époque moderne la technique a à peine changé. (1994 [I] : 161)

16Un lien entre cette pratique et l’ogam a été postulé notamment par Gerschel

Ainsi les données linguistiques tirées du système celtique des noms de nombre recouvrent avec une exactitude remarquable les données arithmétiques impliquées par la disposition sur la taille des traits constitutifs de l’ogam autour de l’arête. (1962 : 141).

17En Angleterre, cette pratique, instituée pour la première fois à l’Échiquier royal par Henri Ier Beauclerc au début du XIIème siècle, et dont le support était une taille en bois, était toujours attestée au XIXème siècle, puisque les tailles servaient encore de reçus officiels pour les sommes versées auprès de la Trésorerie royale jusqu’en 1826 (Sassoon et Gaur, 1997 : 19). La taille, généralement en bois de noisetier, possédait quatre faces ; les modèles les plus anciens mesuraient de quinze à vingt-trois centimètres en longueur, et avaient une épaisseur allant jusqu’à 2,5cm. Au début du XIIème siècle, la taille était fendue de haut en bas, avant son émission, de la manière suivante

[I]t was cut lengthways into two parts, the cut running through top and bottom for about two-thirds to three-quarters of the total length. At the end opposite to the small hole [pierced at one end] a complete cut across was made at an approximate angle of 45deg; another cut at the same angle, parallel to this end cut, was made to meet the end of the cut running down the centre until it divided the tally into two pieces. (Source non identifiée, citée par Josset, 1971 : 41)

18En France, mais aussi en Suisse, en Allemagne et en Scandinavie, les tailles en bois fonctionnaient encore, au début du XIXème siècle, comme instruments de compte à crédit dans les marchés publics (Ifrah, 1994 [I] : 164), et leur emploi sporadique est attesté, notamment en France, dans le secteur de la boulangerie et de la garde des troupeaux, pratiquement jusqu’à nos jours.

19Sur le plan étymologique, l’on précisera que le mot qui désigne la taille en anglais, tally, n’est pas dérivé de i.-e. commun *(s)kel- ‘couper’, mais provient de l’anglo-normand tallie (rappelons à cet égard qu’Henri Ier Beauclerc, quatrième fils de Guillaume 1er le Conquérant, était duc de Normandie de 1106 jusqu’à sa mort en 1135). Or, en ancien français du XIIème siècle, selon Greimas (2001 : 576), taille (n.), dérivé de lat. pop. tāliāre ‘tailler, couper’, sans doute apparenté à tālea ‘rejeton, bouture’, possédait, outre le sens de ‘action de tailler’, celui de ‘encoche sur un morceau de bois destinée à reconnaître une dette’.

20Bien que Ernout et Meillet (2001 : 673) estiment que lat. tālea est un emprunt, puisque l’indo-européen n’admet pas de racines de la forme *tāl-, tālea pourrait être issu, comme ombr. tafle, de la forme sans *s- initial de *(s)teh2- ‘se tenir debout’ (avec suffixe en *-/-), dont serait dérivé aussi lat. tabula ‘planche, tablette’, selon Southern

Latin tabula and Umbrian tafle (virtual tafla/taflu) alike, with no compelling etymology or direct morpheme-for-morpheme comparand elsewhere in IE, reflect a Common Italic *(s)th2-dhl-eh2, built to the s-less s-mobile alternant of the "stand" root. (2000: 127-128)

21Southern rappelle d’ailleurs que certaines civilisations romaines employaient des tablettes à écrire afin de représenter une relation de type comptable ou contractuel, y compris l’endettement, pratique attestée déjà chez les Sumériens, d’après Ifrah (1994 [I] : 191)

Typically the word [tǎbula "(vertical) board"] referred to writing tablets for public display, especially for legal or contractual, commercial, and civic uses […]. Other referents included such public announcements as auction notices, election records and elector lists, wills, and account books (e.g. Lat. novae tabulae "cancellation of debt[s]"). (2000: 105)

22Il est à noter que certaines langues non indo-européennes parlées par des communautés qui connaissent, ou qui ont vraisemblablement connu, la pratique de l’entaille pour représenter une obligation ou une dette, possèdent des mots ayant une polysémie comparable à celle de anc. fr. taille (n.). Ainsi, en arabe, farada (v.) atteste aussi bien le sens de ‘Faire des coches, des entailles dans un morceau de bois’ (formes I et II), que celui de ‘prescrire à quelqu’un comme une obligation telle ou telle chose’ (forme VIII, mais aussi formes I et II avec des définitions voisines du type ‘prescrire / assigner quelque chose de fixe à quelqu’un) (Kazimirski, 1860 [II] : 573). Selon Bohas (2000 : 74), il s’agit de l’une des réalisations de la matrice {[labial], [coronal]} (traits non ordonnés linéairement), le /r/ dans faraḍa étant un crément. Bohas affirme par ailleurs que toutes les formes issues de cette matrice, qui véhicule le sens prototypique « porter un coup ou des coups », dont l’un des développements est « couper en long », forment une seule et même famille.

  • 5 The New Shorter Oxford English Dictionary.

23Il subsiste un dernier élément que l’on ne peut négliger. En effet, l’on retrouve, en indo-européen, outre *(s)kel- ‘couper’, une racine *(s)ker- ‘couper’ (> germ. *skur- > vieux-norr. skor > ang. mod. score ‘a cut, a notch, a scratch ; notch cut in a stick or tally to record an item in an account’, NSOED),5 dont les dérivés verbaux requièrent, comme *(s)kel- ‘couper’ et la plupart des racines à *s- mobile, un sujet animé-humain. Bien que la nature du lien entre *(s)kel-et *(s)ker- ‘couper’ ne soit pas évoquée précisément par Benveniste dans son étude portant sur la répartition des consonnes et la phonologie du mot, une observation qui y est faite semble pertinente à cet égard. En effet, l’auteur affirme qu’en indo-européen, il se révèle entre r- et l-

une discordance curieuse, et qui reparaît en quelque mesure, mais inversée, en fin de mot : c’est –r qui joue le rôle le plus important en finale indo-européenne ; car –r a une fonction morphologique (formes verbales impersonnelles en –r, formations nominales en –r), alors que –l a un champ restreint. (1964 : 33)

  • 6 Parfois reconstruit sous la forme *(s)kelH- ou *skelH-, où –H- serait un élargissement (ainsi Jasan (...)

24Il conclut « En tout cas, il est probable que r et/sont originairement un seul phonème, susceptible de se scinder en deux unités phonémiques, mais qui souvent conserve son unicité. » (1964 : 35). Si l’on adopte ce point de vue, l’opposition phonologique attestée en position finale de racine en indo européen peut être considérée, dans le cas de *(s)kel-6/ *(s)ker- ‘couper’, *ghel- / *gher- ‘crier’, *pel- / *per- ‘frapper’, *wel- / *wer- ‘tourner’, etc., comme ayant dû être neutralisée dans un état de langue plus ancien. L’on est donc habilité à poser, inductivement, que *-r- et *-l- ont pu constituer, dans cette position, un seul et même protophonème, lequel nous symboliserons par *-R- : ainsi la racine pré-indoeuropéenne *(s)keR- ‘couper’, dont les deux descendants en indo-européen commun seraient, déductivement, *(s)kel- ‘couper’ et *(s)ker- ‘couper’.

25Les conditions de l’éventuel « scindement » de *-R- en deux unités phonémiques sont discutables ; elles pourraient néanmoins être recherchées non seulement dans la communauté de traits, tant phonétiques que phonologiques, qui caractérisent r et l, mais aussi dans les processus d’évolution qu’ils sont susceptibles de subir dans une langue donnée. Benveniste fait remarquer en tout cas que dans un grand nombre de langues, « la coexistence de r et l n’est ni universelle, ni nécessaire, ni même, là où elle se constate, absolument stable. » (1964 : 34). Rappelons par ailleurs que notre hypothèse s’appuie, en l’espèce, sur les seuls cas d’opposition *-r- / *-l- en position finale de racine où les racines en question attestent une invariance notionnelle. Enfin, selon Mallory et Adams, la racine pandialectale *(s)ker- ‘couper’

also underlies the term for ‘tally’ in Germanic, e.g., ON skor ‘notch, tally, twenty’ (borrowed > NE score), OE sceard ‘cut, notch’, i.e., it reflects a preliterate accounting technique by which a notch on a stick or other artifact corresponded to a commodity unit or set of units. (1997: 143)

26Ainsi peut-on constater qu’une seule et même racine indo-européenne a pu engendrer, en germanique, des mots ayant le sens d’‘incision’, mais aussi des mots qui désignent la pratique de l’entaille à des fins comptables.

2.2 D’un pré-indo-européen *(s)keR- à l’anglais moderne shallaux

27Sur un plan linguistique, nous avons observé qu’il existe en indo-européen commun une racine *(s)kel- ‘couper’, attestée notamment en germanique et en balte, et, plus tardivement, une racine *(s)kel- ‘devoir, être obligé’, attestée uniquement en germanique et en balte. Par ailleurs, l’on a avancé que la proto-racine *(s)keR ‘couper’ postulée ci-dessus serait continuée en indo-européen commun par deux racines (*(s)kel- ‘couper’ et *(s)ker- ‘couper’), dont l’une (*(s)ker-) a effectivement engendré, en germanique, des dérivés signifiant ‘encoche’ mais aussi ‘taille’ au sens anglais de ‘tally’. Enfin, l’on a raisonné que si les racines *(s)kel- ‘couper’ et *(s)ker- ’couper’ sont effectivement issues d’une seule et même proto-racine *(s)keR-, alors *(s)kel- ‘couper’ doit être investi du même potentiel d’actualisation de la notion de ‘coupe’ que celui manifesté, au travers de ses dérivés, par *(s)ker- ‘couper’.

28Sur un plan extralinguistique, nous avons invoqué le fait, historiquement attesté, qu’il existait dans les civilisations germaniques les plus anciennes, un mode de représentation du devoir, de la dette ou de l’obligation qui consistait à pratiquer des entailles sur un support en bois (taille, festuca notata…), pratique qui remonte au moins jusqu’à l’époque indo-européenne. Sur la base de toutes ces observations, nous formulons l’hypothèse que *(s)kel- ‘couper’ et *(s)kel- ‘devoir, être obligé’ sont étymologiquement apparentés, et qu’un sens spécialisé acquis par l’un des dérivés de *(s)kel- ‘couper’ a pu être celui de ‘couper, entailler un morceau de bois pour y représenter un devoir, une dette, une obligation’ (fig. 1).

29

  • 7 Lexikon der indogermanischen Verben (Rix et al., 2001).
  • 8 The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots (Watkins, 2000).

Fig. 1 : D’un pré-indo-européen *(s)keR- ‘couper’ à ang. mod. score ‘encoche’ et shallaux (obligation, visée) : tentative de reconstruction. Sources :LIV7/AHDIER8/NSOED

Fig. 1 : D’un pré-indo-européen *(s)keR- ‘couper’ à ang. mod. score ‘encoche’ et shallaux (obligation, visée) : tentative de reconstruction. Sources :LIV7/AHDIER8/NSOED

30Précisons d’emblée que cette éventuelle parenté serait indirecte, puisqu’elle impliquerait, toujours selon notre hypothèse, la création, par différentiation vocalique (*-ĕ-/*-ŏ-), de la forme du parfait de *(s)kel- ‘devoir, être obligé’, à savoir *skol-. Ce serait la condition sine qua non pour que la racine en question ait pu engendrer, en germanique notamment, des dérivés verbaux désignant un état (celui de « devoir ») qui résulte d’une action accomplie correspondant à l’instauration d’une relation d’obligation, dérivés qui auraient subi un processus de grammaticalisation suivie d’une lexicalisation. En effet, le degré canonique avec vocalisme *-e- n’est la source directe, semble-t-il, d’aucun dérivé verbal en germanique ayant le sens de ‘devoir, être obligé’, que les formes radicales en cause soient fortes ou faibles. Ainsi, dans anglo-frison skel ‘devoir’ par exemple, témoignerait d’un processus ultérieur de palatalisation plus ou moins forte subi par le -ă- du germanique (< i.-e. *-ŏ-) selon l’environnement phonétique (Bourquin, 2003).

31Il est vrai cependant qu’en balte, l’on trouve non seulement la forme verbale skelĕti ‘devoir’ en lituanien, mais aussi les formes adjectivales skelù en vieux-lituanien (skeliù en lituanien), et skellānts (‘redevable’) en vieux-prussien (Lehmann, 1986 : 314). Cela dit, bien que-e-dans ces langues reflète normalement i.-e. *- ĕ- dans un tel environnement, l’on ne peut exclure a priori la possibilité, tant que le système d’apophonie vocalique était en place, de nouvelles formations de type analogique.

32Par ailleurs, la distribution aréologique réduite attestée par les dérivés de *(s)kel- ‘devoir, être obligé’ (aire balto-germanique) par rapport à *(s)kel- ‘couper’ (aire balto-germanique, grec (σκάλλω), arménien (skalim), hittite (iskalla-), etc.), semble compatible en partie avec l’extension géographique connue de la pratique de l’entaille ayant pour support un morceau de bois en milieu indo-européen. Cependant, cette pratique est, selon Ifrah (1994) et Marshack (1972), universelle, et il est vrai que d’autres civilisations, notamment indo-européennes, ont utilisé différents types de supports matériels destinés à représenter une relation intersubjective de type comptable ou contractuel (tessères, tablettes, anneaux, nœuds, etc.).

33L’on peut ainsi reconstituer chronologiquement, à partir de ces hypothèses, les étapes les plus importantes qui ont pu conduire d’un pré-indo-européen *(s)keR- ‘couper’ à shallaux en anglais moderne :

  1. l’existence dans un état de langue antérieur à l’indo-européen commun, si la conclusion de Benveniste quant à l’unicité originelle des phonèmes r et l est admise, d’une racine *(s)keR- pouvant engendrer des dérivés ayant le sens de ‘couper’ ;

  2. le « scindement » du protophonème *-R- en deux unités phonémiques distinctes, à savoir *-r- et *-l-, donnant lieu ainsi à deux verbes distincts en indo-européen commun, à savoir *(s)kel- ‘couper’ et *(s)ker- ‘couper’. Sur un plan phonétique, ce scindement peut être attribué à un processus de différentiation consonantique qui permet, sur un plan fonctionnel, de doter la langue de nouveaux rapports oppositionnels sur un axe paradigmatique, et de nouveaux rapports contrastifs sur un axe syntagmatique. Au niveau sémantique, le processus de spécialisation subi par certains dérivés de *(s)ker- ‘couper’ a abouti, bien plus tard, à ce que cette racine engendre, dans les langues germaniques, des mots qui désignent non seulement une encoche, mais aussi une encoche sur un morceau de bois destinée à représenter une relation comptable, en particulier entre créancier et débiteur. Ce serait également le cas de *(s)kel- ‘couper’, selon notre hypothèse : *(s)kel- ‘couper’, mais aussi ‘couper, entailler un morceau de bois pour y représenter un devoir, une dette, une obligation’> *(s)kel ‘devoir, être obligé’> *skol-> v.-a. sculan, etc. ;

  3. l’émergence du parfait indo-européen, sans doute tardif et dialectalisé (Mallory et Adams, 1997 : 466), et notamment, en balte et en germanique, l’apparition, à partir de *(s)kel- ‘couper, entailler un morceau de bois…’, de la forme *skol-, degré fléchi avec vocalisme *-ŏ-, grâce à un processus de différentiation vocalique. Cette forme n’aurait plus désigné le procès en déroulement, mais uniquement l’état qui résultait de son achèvement, c’est-à-dire le « devoir », l’« endettement » ou l’« obligation ». Alors que le procès associé à *(s)kel- ‘couper, entailler un morceau de bois…’ est un processus notionnellement borné qui implique une téléonomie, le procès associé à *skol- ‘devoir, être obligé’ correspond à un état notionnellement bornable qui n’implique pas de téléonomie. Par ailleurs, *(s)kel- ‘couper, entailler un morceau de bois…’ aurait pour sujet logique un actant animé humain [+agentif], alors que *skol- a pour sujet logique un actant animé humain [-agentif]. Il s’agit là, dans une optique guillaumienne, d’un processus de subduction immanente, car la dématérialisation qu’aurait subie *skel- ‘couper, entailler un morceau de bois…’, dont le sens témoignerait déjà d’une amorce subductive par rapport à *(s)kel- ‘couper’, n’est que partielle. En effet, l’émergence de *skol- ‘devoir, être obligé’ conduit, d’une part, à la subduction de la composante aspectuelle « procès en déroulement » propre à *(s)kel- ‘couper, entailler un morceau de bois…’, et, d’autre part, à la topicalisation de l’aspect résultatif associé à l’achèvement du procès en question ;

  4. la poursuite, entre indo-européen tardif et germanique commun, des processus de subduction, de modalisation et d’évolution des rapports systémiques au sein des perfecto-présents, en tant qu’ils affectaient les dérivés de *skol-. Le propre des verbes de modalité est, on le sait, d’exprimer non pas un événement, mais les conditions d’existence d’un événement ; c’est pour cela qu’ils se situent nécessairement dans l’antériorité des verbes lexicaux dits « ordinaires ». Les conséquences les plus évidentes de ceci, observables ultérieurement en gotique par exemple, semblent avoir été l’aptitude grandissante des dérivés de *skol-à marquer le futur, et l’existence de structures dites « impersonnelles » impliquant un participe passé, par exemple got. skuld ist ‘il est permis’ (skuld < i.-e. *skl-).

  5. l’accroissement, entre le vieil-anglais et le début du moyen-anglais, de l’emploi des formes du présent de sculan pour marquer le futur, provoqué notamment, on l’a dit, par la détérioration des emplois du présent d’un verbe quelconque en fonction de futur. Cet accroissement concerne aussi l’emploi des formes du passé de ce verbe pour marquer la déréalisation, en raison notamment de la dégradation phonétique qu’a connu le subjonctif. A cette époque, selon Tellier, le perfecto-présent peut être traité « comme un auxiliaire dont le poids sémantique n’est pourtant pas entamé et, quand cela est nécessaire […] comme sémantème verbal au présent » (1962 : 280-281) ;

  6. la raréfaction déjà évoquée, au cours du moyen-anglais des XIIème et XIIIème siècles, des emplois de sculan comme sémantème pur et simple, parallèlement à l’occupation, par mot (< v.-a. motan) et par owen (< v.-a. agan) au présent, d’une partie du champ sémantique de l’obligation (nécessité pour mot, convenance et obligation morale pour owen) ;

  7. la tendance, au cours du moyen-anglais tardif et de l’époque moderne, pour que shall (moy.-ang. sc(e)al, etc.) soit remplacé, au présent, par must (moy.-ang. most(e)) afin d’exprimer la valeur sémantique d’obligation. Parallèlement à cette tendance se poursuit la subduction de shall, alors que s’accentuent, selon la personne, sa valeur de visée (implicative), son caractère énonciatif (engagement personnel) et sa portée extra-subjective, fondée sur l’association des modalités de volonté et de contrainte (expression d’une promesse, d’un ordre, d’une menace, etc.). Cette accentuation s’accomplit bien évidemment au sein d’un système modal où tout ajustement, de quelque nature que ce soit, se répercute sur les autres membres du système.

3. De l’origine de la classe des « perfecto-présents » du germanique

34Poser que *(s)kel- ‘devoir, être obligé’ et *(s)kel- ‘couper’ seraient indirectement apparentés nous a permis de formuler, en section 2, une hypothèse qui touche à la notion même de « perfecto-présent », et que nous allons amplifier ici. D’un point de vue formel, la classe des perfeeto-présents du germanique est issue, du moins en ce qui concerne les formes du singulier de l’indicatif présent, du parfait indo-européen (ex. : germ. *skal ‘je dois’ < *skol-).

35C’est le vocalisme *-ŏ- du radical, sous sa forme régulière *-a-, qu’on retrouve le plus souvent en germanique, bien qu’il existe quelques traces d’un ancien processus de reduplication (ex. : got. saisō ‘semé’ = vieil-isl. sera, etc. (Szemerényi, 1999 : 291)). En effet, comme le signale Jasanoff (2003 : 228), « the comparative evidence strongly confirms the view that the perfect was a reduplicated category in the parent language. »

36À l’origine, le parfait i.-e. dénotait un « état de fait résultant d’une opération antérieure » (Martinet, 1986 : 206). Il possédait deux principales valeurs sémantiques, celle de résultatif et celle d’itératif / intensif, apparemment d’origine médio-passive (Bourquin, 2000 : 18, Szemerényi, 1999 : 333). L’hypothèse de l’origine médio-passive de ces valeurs est capitale pour une bonne appréhension de la notion de « perfecto-présent », car l’association du parfait et du médiopassif suppose « une base de départ commune, un tour nominal du type je suis rompu (ou rompu — moi) » (Kurylowicz, 1956 : 34). Par ailleurs, comme le précise Lyons « la voix moyenne et la voix passive peuvent se confondre dans l’interprétation non-agentive du sujet ; et ce phénomène paraît avoir été le point de départ de l’évolution des constructions passives dans les langues indo-européennes. » (1970 : 287).

37D’un point de vue formel, les deux formations radicales que sont le médiopassif (présent, aoriste) et le parfait ont en commun les désinences personnelles *-Ha, *-t(H)a, *-e au singulier. À cet égard, Jasanoff affirme que

The language which supplies the decisive evidence in this respect is Hittite, where the simplest forms of the middle endings in the singular, 1 -( ḫ)a, 2 -(t)ta, 3 -a, differ only in the vocalism of the 3 sg. from the classically reconstructed perfect endings sg. 1 *-a (<*h2e), 2 *-tha (< *-th2e), 3 *-e). (1978: 15)

38L’auteur accueille par ailleurs favorablement l’hypothèse de Watkins (1969) qui veut que ces désinences constituent l’origine de toute la conjugaison thématique en indo-européen

Watkins’ groundbreaking study of this inflectional class […] has established that the paradigm of the IE thematic active may be reconstructed in the singular as 1 *bhéroh2 [reconstruction proposée par Hollifield, n.d.a.] (= “classical” IE * bhérō), 2 *bhéreth2e, 3 *bhére). (1978: 50)

39D’un point de vue sémantique, le parfait et le médio-passif attestent tous deux le trait grammatical [+intransitif], mais ils diffèrent par leur valeur aspectuelle, à savoir l’état (résultant de l’achèvement d’une action antérieure) dans le cas du parfait, et l’action (inaccomplie au présent, accomplie à l’aoriste) dans le cas du médio-passif. Dans les langues germaniques notamment, l’origine commune du parfait et du passif est bien attestée, et s’explique par la double fonction sémantique du participe passé. Hewson et Bubenik décrivent ce lien ainsi

There is frequently a common morphology for both perfect and passive, examples of which can be found even in Modern English: I am finished can be either perfect active or present passive. This overlap also has its cognitive rationale in that fact that both perfect and passive represent the final term of the event, the passive promoting the goal or term of the event (i.e. the patient) to the role of subject, and the Perfect representing the event retrospectively, seen from the point of view of its goal or term. (1997: 19)

40En quoi ces faits historiques facilitent-ils l’appréhension de la notion de « perfecto-présent » ? L’on émettra l’hypothèse que ce n’est pas un hasard si la classe des perfecto-présents des langues germaniques est issue du parfait indoeuropéen, et que cette origine est intimement liée aux conditions de fonctionnement du parfait au sein du système verbo-nominal de cet état de langue. Ce lien s’apprécie tout particulièrement au travers de l’origine commune des désinences personnelles du singulier du parfait et du médio-passif indo-européens - d’anciens pronoms suffixés - évoquées plus haut.

41Selon Gamkrelidze et Ivanov (1995, vol. I : 255-256), il a dû exister, à un stade précoce de l’indo-européen commun, une corrélation entre le « paradigme » *-Ha, *-t(H)a, *-e et le paradigme primaire *-m(i), *-s(i), *-t(i) (présent, aoriste) d’une part, et la répartition des arguments du verbe en deux classes sémantico-syntaxiques, l’une active, l’autre inactive, d’autre part. Ces auteurs affirment que *- m(i), *-s(i), *-t(i) étaient sans doute associés à un argument de type actif, et *-Ha, *-t(H)a, *-e à un argument de type inactif. Cette répartition verbale binaire repose, selon Gamkrelidze et Ivanov, sur la classification en indo-européen commun des substantifs en ‘actifs’ (marque dérivationnelle *-(o)s), et en ‘inactifs’ (marques dérivationnelles *-(o)m et *-ø notamment)

It is clear that a basic structural-semantic principle of early Indo-European was a binary classification of nouns into active and inactive based on the character of their denotata. The active class included nominal formations referring to people, animals, trees, and plants, i.e. those whose denotata are alive, while the inactive class referred to objects lacking life cycles. (1995, vol. I: 238)

42Ce système grammatical constitue donc, pour Gamkrelidze et Ivanov, la représentation linguistique d’une classification originaire fondée sur le critère référentiel [±cycle de vie], ce qui peut être ramené fondamentalement, du point de vue de l’être humain, au binarisme [±animé] en termes de potentialité d’essence, et au binarisme [±actif] en termes de potentialité d’agentivité

The animate class can be viewed as an active class, i.e. one referring to objects capable of acting (or conceived of as capable of acting), while the inanimate class comprises nouns referring to objects incapable of acting. (1995, vol. I: 237-238)

43C’est ce principe de classification à base référentielle qui aurait abouti à une répartition sémantique des verbes en deux catégories : ceux qui expriment des actions ou des états caractéristiques d’arguments dits ‘actifs’ (chasser i courir, détruire / périr, tuer / mourir, etc.) et ceux qui expriment des actions ou des états pouvant caractériser des arguments dits ‘inactifs’ (briller, tomber, être grand, etc.). L’on sait qu’il existait aussi des ‘doublons’ verbaux (ex. : *h1es- ‘être’ / *bheu(hx)- ‘être, devenir’), le premier associé à la classe ‘active’ et le second à la classe ‘inactive’.

44Il est clair que ces répartitions binaires, nominale et verbale, recèlent chacune leur propre asymétrie et leur propre dynamique, et que ces propriétés résultent, en termes guillaumiens, des conditions de saisie de l’univers d’expérience, conditions qui contiennent donc le germe de leur propre évolution. Ainsi la classe des substantifs ‘actifs’ en indo-européen commun est-elle une classe sexuée (mâle/femelle), alors que celle des substantifs ‘inactifs’ est une classe non sexuée, sauf visée (rétro)projective particulière (cas des doublons lexicaux du type*hxṇgw nis / *péh2ur- ‘feu’, déification, personnification, etc.). Conséquemment, les potentialités systématiques de la classe des verbes à sémantisme ‘actif’ sont beaucoup plus développées que celles de la classe des verbes à sémantisme ‘inactif, de sorte que le nombre de verbes ‘inactifs’ pouvant se combiner uniquement avec des substantifs ‘inactifs’ est nécessairement très réduit.

45Plus pertinemment, si l’on pose que l’être animé-humain peut être doté du trait dynamique [+agent] du fait qu’il est « capable d’activité propre » (Guillaume, 1973 : 119), un verbe à sémantisme ‘actif’ ne peut donc être associé qu’à un sujet grammatical agentif, alors qu’un verbe à sémantisme ‘inactif’ ne peut être associé qu’à un sujet non agentif, puisque celui-ci est, par définition, incapable d’activité propre. L’on ne développera pas ici la problématique de la puissance telle qu’elle concerne l’être animé-non humain ou l’être non animé, ni la relation entre ces entités.

46En ce qui concerne les potentialités diathétiques du verbe, au trait [-agent] attribué au sujet grammatical correspond, traditionnellement, le trait [+patient]. Cependant, dans un système où la répartition sémantique des verbes est conditionnée par la répartition sémantique des noms, et où la diathèse fonctionne au travers de l’opposition externe (actif) / interne (moyen) et repose sur l’accord plutôt que sur la rection, le verbe ne marque pas l’objet du procès ni, par conséquent, la relation agent / patient. Ce n’est que lorsque l’opposition grammaticale transitif/intransitif s’est mise en place autour du verbe, de manière secondaire en indoeuropéen, que la relation agent/patient a pu entrer dans le champ de la diathèse. Comme le signale Benveniste

Ce qui caractérise en propre le verbe indo-européen est qu’il ne porte référence qu’au sujet, non à l’objet. A la différence du verbe des langues caucasiennes ou amérindiennes par exemple, celui-ci n’inclut pas d’indice signalant le terme (ou objet) du procès. Il est donc impossible, devant une forme verbale isolée, de dire si elle est transitive ou intransitive, positive ou négative dans son contexte. (1966 : 169)

  • 9 Le Grand Robert de la langue française, nouvelle édition de 2001, vol. 1 : 2008.

47Par conséquent, théoriser la diathèse en indo-européen nécessite d’opérer au moins deux distinctions, dont la première, terminologiquement ambiguë, est celle qui permet de discerner le sujet en tant qu’entité grammaticale, support du prédicat, et le sujet en tant qu’entité dynamique, autrement dit, une distinction entre deux plans imbriqués : celui de la structure et celui de la nature d’une entité donnée. La seconde est celle qui consiste à discerner, au sein du sujet en tant qu’entité dynamique, le sujet agissant et le sujet agi, distinction qui relève, somme toute, d’un rapport de causation, ou « Rapport entre cause et effet ; pouvoir d’agir en tant que cause ».9 Selon Guillaume

Apparaissent alors accepter le terme de sujet les êtres capables d’activité propre et refuser ce terme, pour n’accepter que celui d’objet, les êtres incapables d’activité propre. On voit par là que la distinction sujet/objet recouvre alors en ce cas celle de l’animé et de l’inanimé. À l’animé revient la puissance d’activité propre, à l’inanimé le refus de cette puissance. (1973 : 1 18-1 19)

3.1 Les verbes à sémantisme actif

48En indo-européen, le sujet grammatical d’un verbe à sémantisme ‘actif’ peut désigner, si la nature du procès s’y prête, un support de causation (Moignet, 1981 : 58) qui agit soit sur un support d’effection situé hors de lui (ex. : gr. λούω ‘je lave (quelque chose)’ < i.-e. *leuh3- ‘laver, baigner’, diathèse externe, désinence ‘active’), soit sur lui-même (ex. : gr. λούομαι ‘je me lave’, diathèse interne, désinence ‘moyenne’). Cependant, la nature du procès peut ne pas impliquer d’interaction entre un support de causation et un support d’effection, fût-ce au sein du même être. En ce cas, le sujet grammatical peut désigner le support-siège d’un procès intercepté au moment, tardif, où le contenu notionnel de celui-ci correspond à un état résultant d’un événement qui lui est nécessairement antérieur et qui s’est accompli, volontairement ou non, à l’intérieur du support-siège (ex. : gr. κοιμᾶται ‘il dort’, état qui résulte de l’événement « s’endormir »).

  • 10 Voir Joly et O’Kelly, 1990 : 166-168, pour une application de cette notion à l’anglais.

49Dans le premier cas évoqué ci-dessus, le support d’effection visé par le procès se situe hors du sujet agissant, opérateur de la tension verbale, alors que dans le second cas, le sujet agissant est lui-même support d’effection : au terme de la tension verbale par lui engagée en tant que « lavant », survient un résultat (« lavé ») qui le qualifie. Il s’agit dans le premier cas d’une diathèse opérative, analytique, articulée autour d’un procès à l’aspect immanent et, dans le second cas, d’une diathèse opérative-résultative,10 synthétique, articulée autour d’un procès à l’aspect transcendant.

50Concernant le premier cas, l’extériorité du support d’effection par rapport à la sphère du sujet ne semble pas constituer une condition sine qua non de l’exclusion d’une désinence ‘moyenne’ dans les langues indo-européennes, si l’on retient cet exemple cité par Lyons « la voix moyenne peut également s’employer [en grec] dans une phrase transitive qui a un objet distinct du sujet : loúomai khitōna, ‘je lave (ma) chemise’. » (1970 : 286). Ce qui paraît être en cause ici, c’est la notion d’intégration du résultat du procès dans la sphère du sujet, pour son bénéfice.

51Le second cas s’avère autrement plus complexe car, outre le moyen réflexif, l’on trouve en indo-européen un moyen dynamique (ex. : gr. ἔφατο = ἔφη ‘il dit’), où le sujet de causation est également support d’effection, en ce sens qu’il s’investit dans un acte, en l’occurrence un acte d’énonciation, qui s’accomplit en lui. L’on y trouve aussi un moyen réciproque (ex. : gr. μάχεσθαι ‘se battre’) impliquant deux ou plusieurs êtres à la fois supports de causation et supports d’effection, où se matérialisent les notions de réciprocité et de réversibilité.

52Il existe par ailleurs un moyen où le support d’effection visé par le procès initié par le support de causation réintègre la sphère du sujet, au bénéfice de celui-ci (ex. : gr. θύεσθαι ‘sacrifier pour soi’). Rappelons enfin l’existence en indo-européen d’un médio-passif où le support d’effection visé par un procès initié par un support de causation autre que le sujet grammatical intègre la sphère du sujet, au bénéfice de celui-ci (ex. : gr. μισθοῦδθαι ‘recevoir un salaire’), et de verbes qui n’apparaissent qu’au moyen (media tantum, ex. : les déponents du latin tels que sequor).

53Ce jeu d’oppositions semble constituer, en langue, une représentation de l’être en train de se positionner par rapport à lui-même, par rapport à l’autre, et par rapport à son univers d’expérience. Pour Benveniste, ces oppositions

reviennent toujours en définitive à situer des positions du sujet vis-à-vis du procès, selon qu’il y est extérieur ou intérieur, et à le qualifier en tant qu’agent, selon qu’il effectue, dans l’actif, ou qu’il effectue en s’affectant, dans le moyen. (1966 : 173)

54Tout semble donc articulé autour du moyen, où l’être humain se pose par rapport à lui-même, avant de s’opposer à l’autre, à son milieu. Il n’est guère surprenant, dans ces conditions, qu’un très grand nombre des verbes en question, lesquels indiquent un procès dont le sujet est le support, expriment des fonctions corporelles, physiques ou mentales (Szemerényi, 1999 : 253).

55Ces oppositions relèvent, en dernier ressort, d’une distinction qui « fait, en réalité, toute la civilisation humaine » (Guillaume, 1988 : 182), à savoir celle qui s’opère entre le Moi et le Hors-Moi. Au sein de cette distinction, la grammaire pronominale se trouve d’ailleurs confrontée, tôt ou tard, à la problématique de la divisibilité du Moi, problématique observable au travers de la distinction opérable entre je me lève, voix « récessive » selon Tesnière (1959 : 273), et je me rase, voix réflexive. Dans le premier, le Moi apparaît comme indivisible, en ce sens que les deux actants (je et me) ont même statut sur le plan holistique. Par ailleurs, le sujet agissant n’a recours qu’à son propre dynamisme pour effectuer l’action en question.

56Dans le second, par contre, le Moi apparaît comme divisible, en ce sens que la relation grammaticale entre prime actant (je) et second actant (me) est porteuse d’une relation méronymique sous-jacente. En outre, le sujet agissant a recours à un instrument qui lui est extérieur pour effectuer l’action en question. En effet, alors que le prime actant renvoie à l’être holistiquement, le second actant renvoie à une partie de l’être en attente de spécification lexicale. L’un des moyens grammaticaux que déploie la langue pour clarifier le contexte, en l’espèce, la transitivité, associée à l’augmentation d’une unité du nombre d’actants, ainsi : je me rase la barbe.

3.2. Les verbes à sémantisme inactif

57Considérons à présent le cas du sujet grammatical d’un verbe à sémantisme ‘inactif’. Si l’être non animé est envisagé, en raison de sa nature même, comme étant incapable d’activité propre et dépourvu ainsi d’agentivité, un verbe à sémantisme ‘inactif’ n’a pu conséquemment être associé, au départ, qu’à un sujet grammatical non agentif, ex. : i.-e.*akhmen kh ei-e ‘(une) pierre gît’ (Gamkrelidze et Ivanov, 1995, vol. I : 257, transcription d’origine). Dans cette structure, la notion même de support de causation paraît inopérante, tout comme la dichotomie support de causation / support d’effection, car l’être désigné par le sujet grammatical n’a pas « pouvoir d’agir en tant que cause ».

58Autre conséquence de la répartition sémantique postulée : un verbe ‘inactif’ associé à un argument lui-même ‘inactif’ ne pouvait avoir, à l’origine, qu’une seule marque désinentielle, à savoir celle de l’impersonnel (*-e dans le « paradigme » *-Ha, *-t(H)a, *-e). En effet, les verbes à sémantisme ‘inactif’ étaient associés à un prime actant [-animé humain], actant qui ne pouvait donc désigner un être susceptible de participer à un acte d’énonciation. En d’autres termes, la classe des verbes à sémantisme ‘actif’ est susceptible, dès l’origine, de se voir constituer autour de soi un paradigme complet de marques personnelles (locuteur, interlocuteur, délocuté), alors que la classe des verbes à sémantisme ‘inactif’ ne l’est pas.

59Cela implique que les marques *-Ha et *-t(H)a, apparentées l’une à l’autre (*-t(H)a se décompose, morphologiquement, en *-t-+ *-(H)a) et opposées, par leur forme, à celle de l’impersonnel (*-e), ont dû se mettre en place ultérieurement. Cette mise en place a dû s’opérer lors de la constitution d’un paradigme complet de marques désinentielles permettant de désigner un état ou une propriété qui caractérise non seulement un référent non animé (‘inactif’ : *-e), mais aussi un référent [+animé humain] (‘actif’ : *-e à la 3ème personne, *-Ha, *-t(H)a à la 1ère et à la 2ème personne respectivement).

60Une des conséquences de cette évolution a dû consister en ce que le paradigme *-Ha, *-t(H)a, *-e, une fois constitué sous l’influence plus tardive de la transitivité, fonctionne indépendamment de la répartition sémantique des substantifs en ‘actifs’ et ‘inactifs’ à la troisième personne. Celle-ci est en effet le lieu privilégié de l’extension d’une marque désinentielle désignant un être non animé, par définition non agentif, à un être animé-humain sujet grammatical d’un procès où il assume lui aussi un rôle non agentif.

61Ainsi la désinence ‘inactive’ *-e a-t-elle pu pénétrer, par le biais de la troisième personne non agentive, la classe des verbes à sémantisme actif, pénétration qui aurait abouti, la transitivité aidant, à la neutralisation de l’ancienne opposition morphologique entre les substantifs ‘actifs’ (*-(o)s) et les substantifs ‘inactifs’ (*-(o)m, etc.). À l’origine donc, ces deux classes ont pu fonctionner, à la 3ème personne, soit comme sujet grammatical {[+animé-humain], [-agent]} d’un verbe d’état à sémantisme ‘actif’ à un argument, soit comme sujet grammatical {[-animé humain], [-agent]} d’un verbe d’état ou d’action à sémantisme ‘inactif’ à un argument (marque désinentielle *-e).

4. *skol-et le parfait indo-européen

62D’après Kuryłowicz, le parfait est « une forme jadis dérivée (par rapport au système présent-aoriste, plus ancien) » (1956 : 41). Pour ce qui est des marques désinentielles qui lui sont associées, Chantraine, suivant en cela Meillet et Delbruck, affirme que « Seules les désinences *-a, *-tha, *-e caractérisent le parfait. Les langues du groupe occidental laissent bien entrevoir que le parfait n’a connu que ce système de désinences « actives ». » (1926 : 23). En effet, il semble avoir existé originairement un seul paradigme de marques désinentielles du parfait en indoeuropéen, celui de l’actif, et non pas, comme c’était le cas au présent et à l’aoriste, un double jeu de désinences actives et moyennes. Chantraine explique ce phénomène ainsi « le parfait indique un état, une manière d’être, et aucune nuance d’intérêt ne saurait s’y attacher comme lorsqu’il s’agit d’un acte qu’on accomplit pour soi ou pour un autre. D’autre part, la valeur réfléchie et celle d’état que l’on attribue aussi au moyen est exprimée par le parfait lui-même » (1921 : 21)

63Comme on vient de le voir, il semble que les marques désinentielles du parfait, une fois le paradigme complet constitué, aient été associées à l’origine au prime actant d’un verbe à une place d’argument doué des traits sémantiques [+animé humain] et [-agent]. Ceci admis, revenons vers l’observation de Kurylowicz citée plus haut, à savoir que l’association du parfait et du médio-passif suppose « une base de départ commune, un tour nominal du type je suis rompu (ou rompu — moi) ». Dans le cas des dérivés de *skol- (forme du parfait de *(s)kel- ‘devoir, être obligé’), et sachant que les marques désinentielles de la personne sont suffixées au thème du parfait, une forme telle que germ. *skal ‘je dois’ se décomposerait donc morphologiquement en *skal-+ *-ø (obligé — moi), les voyelles brèves finales de l’indo-européen tendant à s’amuïr dans ce rameau.

64En germanique, les marques désinentielles associées à la classe des perfecto-présents sont bien établies, du moins au singulier. En ce qui concerne l’indicatif présent de *skulan ‘devoir, être obligé’, il s’agit de 1ère/3ème *skal (*skal + *-ø) ; et 2ème *skalt (*skal-+ *-t). Selon Prokosch, la relation formelle entre les désinences du parfait indo-européen et celles du prétérit germanique, identiques à celles des perfecto-présents en gotique, paraît elle aussi bien établie « The singular endings are clear. Go. wait, ON veit etc. are identical with οδα, οδε, and the Go. ON ending of the 2 sg., waist, gaft, agrees with Gk. οσθα » (1939 : 160).

65Synthétiquement, alors que dans *skel-mi (forme postulée), *skel désignerait un procès en déroulement et *-mi serait doué des traits [+animé humain] et [+agent], l’on aurait donc, pour ce qui est de germ. *skal ‘je dois’, le schéma suivant (fig. 2)

66

Fig. 2 : Analyse morphologique de germ. *skal ‘je dois’

Fig. 2 : Analyse morphologique de germ. *skal ‘je dois’

4.1 Le parfait en psychomécanique

67Dans une optique guillaumienne, le parfait est une « réédition dans la mémoire de ce qu’a été le présent dans la conscience actuelle » (Guillaume, 1945 : 35). Il s’agit donc de la trace en langue d’une opération de pensée itérative qui vise à représenter une relation chronologique impliquant éventuellement, mais non pas nécessairement, une relation logique entre une coordonnée temporelle To par rapport à laquelle la pensée se repère, et une coordonnée temporelle T-1 appartenant au révolu. Cette opération de représentation est déclenchée et motivée par la perception de l’incidence sur To d’un événement intervenu à T-1. La relation ainsi représentée peut être transposée au révolu (plus-que-parfait), en rupture partielle ou totale avec To, par différenciation du repérage, ainsi T-2 < > T-1 (< > To).

68Concernant l’éloignement proportionnel du parfait par rapport au présent tel qu’il se manifeste au travers du lat. memini et du gr. οδα, Guillaume précise que, cet éloignement annulé,

le parfait apparaît une construction qu’aucun écartement temporel positif ne tient à distance du présent, et qui n’en étant plus séparée, de manière positive, par rien, est destinée à en devenir un équivalent sensible. L’opération de pensée que l’on vient de décrire est celle qui a conféré au parfait latin memini et au parfait grec οδα la valeur d’un présent. (Guillaume, 1945 : 28-29).

4.2 La chronologie notionnelle

69Contrairement aux facultés humaines que sont la volonté, le pouvoir et le savoir, facultés intrasubjectives dont le siège se loge dans la sphère du sujet, le devoir se conçoit comme une relation intersubjective, puisqu’il repose, fondamentalement, sur la notion d’altérité. Or, si une relation intersubjective instaurée à T-1 est encore effective à To, la réinstauration de la relation intersubjective telle qu’elle existait antérieurement à T-1 (c’est-à-dire à T-2) ne peut intervenir, elle, qu’à T+2, par l’intermédiaire d’un procès intervenant à T+1 (voir fig. 3 ci-dessous), même s’il va de soi que l’on ne peut jamais retrouver, à T+2, des conditions identiques à celles qui caractérisent T-2.

70Dans le cas qui nous intéresse ici, l’événement intervenu T-1, repéré par rapport à To, coïncide avec le passage d’une relation de non-obligation à une relation d’obligation. Par conséquent, l’intervalle entre T-1 et To correspond à la période pendant laquelle cette dernière relation reste effective, et le repère To à un état relationnel qui résulte de l’achèvement du procès intervenu à T-1. Or, selon Guillaume, il existe, entre les verbes exprimant un événement dans un état de langue donné, qu’il s’agisse d’un procès ou d’un état, une hiérarchie rationnelle, phénomène que l’auteur appelle « chronologie notionnelle ». La chronologie notionnelle est une chronologie « relative non pas à une successivité d’événements qu’aurait à signifier momentanément le discours, mais à une successivité abstraite, entre idées, qui s’établit, à titre permanent, dans la langue même, avant que le discours n’intervienne » (1964 : 189).

71Dans la fig. 3 ci-dessous, nous tentons de représenter cette chronologie en tant qu’elle semble régir le rapport entre le sens spécialisé de *(s)kel- ‘couper’ postulé (‘couper, entailler un morceau de bois…’) et *skol-< *(s)kel- ‘devoir, être obligé’. L’application du concept de chronologie notionnelle à ce rapport permet de conclure que dans la mesure où la forme du parfait *skol- renvoie non pas à un procès en cours à To, mais à un état repéré par rapport à To qui résulte de l’achèvement d’un procès intervenu à T-1 (passage de RNonOb à ROb), elle correspond à RObTo, c’est-à-dire à la relation intersubjective telle qu’elle se présente à To. De même, son application au rapport entretenu par *skol- et *(s)kel ‘couper, entailler un morceau de bois pour y représenter un devoir, une dette, une obligation’, amène à conclure, dans le cadre de notre hypothèse, que si *skol correspond à RObTo, c’est-à-dire à l’état de « devoir » repéré à To, *(s)kel- ‘couper, entailler un morceau de bois…’ correspond au procès intervenu à T-1 dont l’achèvement a provoqué cet état, soit le passage RNonOb=>ROb.

72Notons enfin que le passage ROb=>RNonOb, c’est-à-dire le passage d’une relation d’obligation repéré à To à une relation de non-obligation repéré à T+2 grâce à un procès intervenant à T+1, a pu lui aussi être désigné par un dérivé de *(s)kel ‘couper’ au sens de « dé-tailler », car, comme le précise Menninger, le remboursement de la dette ou l’acquittement de l’obligation était symbolisé par un acte qui consistait à effacer les entailles pratiquées à T-1 en les découpant (ou en brûlant le support) : « Once the debt was paid or the obligation otherwise discharged, either the tally stick was burned or else the sum was cut off — that is, the creditor cut the notches off the stick » (Menninger, 1992 : 228)

Fig. 3 : La chronologie notionnelle régissant le rapport entre le sens spécialisé de *(s)kel- ‘couper’ postulé (‘couper, entailler un morceau de bois…’) et *skol-< *(s)kel- ‘devoir, être obligé’

Fig. 3 : La chronologie notionnelle régissant le rapport entre le sens spécialisé de *(s)kel- ‘couper’ postulé (‘couper, entailler un morceau de bois…’) et *skol-&lt; *(s)kel- ‘devoir, être obligé’

73Cette analyse permettrait d’expliquer pourquoi les formes du présent sing, du verbe germanique *skulan ‘devoir, être obligé’ (ex. : *skal ‘je dois’) sont issues non pas de la forme canonique *(s)kel- avec vocalisme *-ĕ-, mais de la forme du parfait *skol- avec vocalisme *-ŏ-, les formes du pluriel étant issues du degré zéro (ton désinentiel : *skḷ-). Il s’agirait là d’une solution morphologique permettant de dénoter, par différentiation vocalique (l’alternance *- ĕ- / *-ŏ-), non pas un procès en cours à To, mais un état RObTo perçu comme le résultat d’une action qui lui est antérieure (passage RNonOb=>RiOb intervenu à T-1). Les processus de différentiation vocalique (*-ĕ- / *-ŏ-) et consonantique (*-l- / *-r-) évoqués ci-dessus peuvent donc être envisagés comme la trace morphologique de tentatives précoces visant à instaurer en langue un système viable de rapports oppositionnels, de type « chronotionnel », entre signes linguistiques.

5. L’encoche comme prototype du signifiant dans la genèse du signe

74En section 2, nous avons noté que la relation d’obligation était représentée, chez les plus anciennes civilisations germaniques, voire indo-européennes, au travers de la pratique dite de l’entaille. Or, comme le fait remarquer Arrivé, l’entaille (ou « encoche ») a été présentée par Saussure comme premier modèle, pour le signe, du signifiant

(En me promenant), je fais <sans rien dire> une encoche sur un arbre, comme par plaisir. La personne qui m’accompagne garde l’idée de cette encoche, et il est incontestable qu’elle associe deux ou trois idées à cette encoche dès ce moment, alors que je n’avais pas moi-même d’autre idée que de la mystifier ou de m’amuser. — Toute chose matérielle est déjà pour nous signe : c’est-à-dire impression que nous associons à d’autres, <mais la chose matérielle paraît indispensable>. La seule particularité du signe linguistique est de produire une association plus précise que toute autre, et peut-être verra-t-on que c’est là la forme la plus parfaite d’associations d’idées, ne pouvant être réalisée que sur un sôme conventionnel. (Engler, 1968 (t. 2, fasc. 4, 1974 : 40), cité par Arrivé, 1994 : 130)

75À la différence de l’encoche saussurienne, présentée comme étant, au moment où elle est pratiquée, afonctionnelle, et envisagée comme ayant une finalité propre (« comme par plaisir »), l’encoche gravée sur une festuca notata ou une taille est investie d’une fonction représentationnelle, mémorielle et comptable, à finalité sociale. Outre ses caractéristiques matérielles propres, elle possède donc une valeur attribuée par le sujet, car elle permet de physifier, d’objectiver, de pérenniser, de normer et de légitimer une relation entre contractants (ex. : débiteur et créancier), sans nécessairement entrer en opposition avec d’autres signes du même ordre. Ainsi, contrairement à l’encoche saussurienne, elle encode une relation intersubjective qui préexiste au signe chargé de la représenter, signe qui fait donc l’objet d’une convenance.

76Par ailleurs, dans la mesure où elle extériorise et socialise une relation conceptualisée intérieurement par le sujet, elle participe de ces supports historiques qui témoignent de ce mouvement qui consiste à transférer progressivement le lieu de conservation de l’expérience humaine de la mémoire interne (biologique, individuelle, corporelle) vers la mémoire externe (matérielle, collective, incorporelle), qui serait plus apte à assurer sa survie. En ce sens, l’encoche constitue un exemple de ce que Donald appelle un « exogramme », ou « enregistrement d’une idée dans la mémoire externe » (1999 : 328).

77Alors que le signifié de l’encoche saussurienne est, pour le sujet, variable (« … elle associe deux ou trois idées… »), l’encoche gravée sur une taille a pour but de fixer les idées. C’est ce signifiant qui a été choisi par une communauté donnée, parmi d’autres signifiants possibles, comme vecteur de l’intention qu’elle cherche à physifier. Cette intention peut, grâce au rapport de convenance institué au sein de cette communauté, être restituée (ou décodée) par tout sujet participant à ladite convenance, et seulement par lui.

78Si, dans le cas de la taille, comme dans celui de la coche lacanienne (Lacan, 1973 : 129), l’on pose qu’il y a « transfert conceptuel » (Philps, 2000 : 214 et seq.) d’une intention signifiante du sujet pensant vers un support matériel, la taille et son marquage peuvent donc être considérés comme investis de cette intention, et se voient munis ainsi d’une visée téléologique conditionnée par cette intention initiale. Cependant, dès lors qu’il y a matérialisation de telles intentions, il se constitue, par le jeu des relations ainsi créées, un système formel qui, tout en étant issu de ces intentions, se trouve être en rupture avec elles. En effet, alors que les conditions initiales sous-tendant un tel système relèveraient de la volonté constructrice du sujet pensant, le système ainsi formé, lui, est une entité construite et, à ce titre, susceptible de développer sa propre logique, sa propre visée et son propre fonctionnement internes.

79C’est ainsi que l’encoche saussurienne, bien qu’on puisse la considérer aussi comme la résultante d’une intention signifiante (« … je n’avais pas moi-même d’autre idée que de la mystifier… »), ne peut en aucun cas être analysée comme représentant autre chose que cette intention, car celle-ci est envisagée comme étant dépourvue de toute finalité intersubjective préconstruite, et le signifiant qui la matérialise (l’encoche) comme étant dépourvu de toute valeur inhérente. Partant, il n’acquiert sa valeur, sa fonction, que dans la mesure où il entre dans un jeu de relations oppositionnelles avec d’autres signifiants du même ordre. Dans cette optique, ce sont les rapports différentiels que le signifiant entretient avec ces signifiants qui lui procurent sa signification, son sens, et non une quelconque valeur inhérente, à supposer qu’elle existât.

80Cette conception de la genèse du signe est celle que Saussure adopte vis-à-vis de la langue. Pour lui, la langue ressortit à un système de signes dépourvus de valeurs symboliques, immotivés par rapport à l’extralinguistique. C’est le principe de l’arbitraire du signe linguistique, principe qui représente mieux que tout autre la clôture disciplinaire opérée par Saussure et ses disciples « Le symbole a pour caractère de n’être jamais tout à fait arbitraire ; il n’est pas vide, il y a un rudiment de lien naturel entre le signifiant et le signifié. » (1972 : 101). Cette clôture, cette volonté de délimitation de l’objet linguistique, se justifie sans aucun doute sur un plan épistémique, car elle constitue une condition nécessaire à la mise en place de la linguistique en tant que discipline à vocation scientifique, et c’est cela, au fond, qui légitime la démarche de Saussure.

81Cependant, comme toute délimitation notionnelle, elle crée, au sein du phénomène qu’on appelle le langage, un Intérieur, à savoir son domaine d’étude, la langue, et un Extérieur, à savoir tout ce qui ne relève pas de son domaine d’étude, tout en faisant partie de l’étude du langage. La Frontière séparant l’Intérieur de l’Extérieur est déterminée et maintenue essentiellement par le principe de l’arbitraire du signe, car celui du caractère linéaire du signifiant, jugé tout aussi important par Saussure, n’est pas de nature à assurer ce rôle, puisqu’il semble concerner le seul signifiant et son assujettissement au temps.

82Si jamais le principe de l’arbitraire du signe devait être entamé, le tracé de la Frontière, voire l’existence même de celle-ci, seraient mis en cause de part en part. Saussure en était conscient, qui a consacré plusieurs lignes de son Cours à expliquer que les phénomènes d’onomatopée et d’exclamation, lesquels pourraient faire croire que le choix du signifiant n’est pas toujours arbitraire, n’ont qu’une importance secondaire, et que leur origine symbolique est en partie discutable. Il affirme par ailleurs que « Si un objet pouvait, où que ce soit, être le terme sur lequel est fixé le signe, la linguistique cesserait instantanément d’être ce qu’elle est, depuis <le sommet> jusqu’ <à la base> » (Engler, 1968, tome 1 : 148, cité par Todorov (1977 : 277)). L’une des conséquences majeures de cette clôture épistémique est la rupture opérée par rapport à l’intention signifiante du sujet pensant. À une visée téléologique se substitue une visée téléonomique.

83Revenant à la problématique de l’encoche, l’on a vu, dans le cas de la taille, qu’un support matériel et son marquage peuvent être envisagés, dans le cadre d’une théorie du transfert conceptuel, comme étant investis d’une intention signifiante et d’une visée téléologique pouvant être légitimées par la convenance. Cependant, dès lors que ce support et son marquage sont envisagés comme acquérant une valeur et une fonction non pas à partir d’une intention signifiante exprimée au travers de leur substance par le sujet pensant, mais à partir du jeu de relations qu’ils entretiennent avec d’autres supports matériels, l’intention signifiante, qui relève de l’expression, s’efface au bénéfice de l’intention signifiée, qui relève, elle, de l’interprétation. Dans cette optique, qui nous semble être celle de l’encoche saussurienne, c’est davantage la ‘signification’ du support (ou ‘sens’ résultant de la mise en œuvre d’un système d’oppositions) qui est légitimée par la convenance, que l’intention signifiante.

84Alors que l’intention signifiante pose au sujet désireux d’extérioriser cette intention un problème d’encodage, l’intention signifiée pose au sujet appréhendeur un problème de décodage. La résolution de ces problèmes, qui participent tous deux d’un processus de communication, verbale ou non verbale, passe donc nécessairement par l’instauration d’une convention intersubjective portant sur le mode de codage et le support matériel choisis pour véhiculer l’intention initiale, convention inconsciente et implicite sans laquelle toute intercompréhension est impossible. Nous n’aborderons pas ici l’étude des conditions qui ont pu présider à cette instauration, si ce n’est pour rappeler le rôle fondamental joué en langue par la dématérialisation et, dans l’extralinguistique, par l’acculturation.

85Si l’on transpose cette conception saussurienne de l’encoche en tant que « prototype du signifiant dans la genèse du signe » (Arrivé, 1994 : 130) au plan de la langue, l’on constate qu’il s’opère, ipso facto, une démotivation du signe, puisque sa valeur est considérée comme émanant non pas d’une propriété dont il est investi, mais des rapports oppositionnels qu’il entretient avec d’autres signes. Il s’opère en outre une dématérialisation du signifiant, car, d’après Saussure « dans son essence, il [le signifiant linguistique] n’est aucunement phonique, il est incorporel, constitué, non par sa substance matérielle, mais uniquement par les différences qui séparent son image acoustique de toutes les autres. » (1972 : 164).

6. La « taille » et le « symbolon »

86Le support matériel employé par les premières civilisations germaniques, voire indo-européennes, pour matérialiser et légitimer une relation d’obligation, à savoir la « taille », répond à la définition du symbole dans l’acception originaire de ce terme (gr. « symbolon »). Comme l’affirment Chevalier et Gheerbrant

À l’origine, le symbole est an objet coupé en deux, fragments de céramique, de bois ou de métal. Deux personnes en gardent chacune une partie, deux hôtes, le créancier et le débiteur, deux pèlerins, deux êtres qui vont se séparer longtemps… En rapprochant les deux parties, ils reconnaîtront plus tard leurs liens d’hospitalité, leurs dettes, leur amitié. (1982 : xiii)

87Cette acception est également celle retenue par Guigniaut, traducteur de Creuzer

Le sens primitif, l’idée la plus simple du mot symbole, c’est : une chose composée de deux. De là vient que les deux moitiés d’une tablette brisée par deux personnes qui contractaient ensemble un lien d’hospitalité, conformément à l’antique usage, s’appelaient des symboles (symbola, symbolaia, tesseroe hospitales), et ces symboles étaient soigneusement gardés par chacune des parties comme un gage de leur mutuel contrat. (1825 : 530)

88Le sens primitif de symbole se retrouve aussi, il y a plus de deux millénaires, chez Platon, qui fait dire à Aristophane dans Le Banquet

Chacun de nous est donc comme une tessère d’hospitalité, puisque nous avons été coupés comme des soles et que d’un nous sommes devenus deux ; ainsi chacun cherche sa moitié. (1964 : 56)

89Enfin, Ortigues, pour qui les symboles sont les matériaux avec lesquels se constitue une convention de langage, affirme que

Le symbole est un gage de reconnaissance, un objet coupé en deux et distribué entre deux partenaires alliés qui devaient conserver chacun leur part et la transmettre à leurs descendants, de telle sorte que ces éléments complémentaires à nouveau rapprochés, permettaient par leur ajustement réciproque de faire reconnaître les porteurs et d’attester les liens d’alliance contractés antérieurement. (1962 : 60)

90L’on est donc habilité à passer, en ce qui concerne la notion d’obligation, du rapport signifiant / signifié au rapport symbolisant/symbolisé, même si ces rapports respectifs ne se situent pas sur le même plan, en cela que le symbole suppose « une discontinuité, un passage à un autre ordre » (Chevalier et Gheerbrant, 1982 : xi). L’on notera que selon Godelier, le terme « symbolique » est à prendre aujourd’hui « en son double sens, celui de moyen de communication, de langage, et son sens originaire (en grec : symbolon) de signe tangible d’un accord, et, par extension, d’un contrat passé entre des parties. » (Godelier, 1996 : 35-36).

91Dans son étude des fondements philosophiques de l’obligation, Aglo opère une démarche semblable en commentant ainsi le point de vue d’Ortigues

Si étymologiquement le symbole est un objet formé de deux parties, il est important de faire remarquer que cette dualité va au-delà de l’étymologie. Si cette dualité reste formelle dans l’étymologie, au-delà de l’étymologie, elle se structure en symbolisé et symbolisant. Le symbolisé ici, ce sont les « liens d’alliance contractés antérieurement » et le symbolisant, c’est l’objet coupé en deux. Mais la relation entre les deux est analogue à celle entre les deux parties de l’objet coupé en deux. (1998 : 96)

92Rappelons brièvement les fonctions principales du symbole pour ensuite observer comment la taille en constitue un exemple prototypique. Il est généralement admis que le symbole, que l’on peut définir soit métaphysiquement, soit logico-physiquement (Borella, 1989 : 11), remplit un grand nombre de fonctions, en particulier ‘implicative’, substitutive, médiatrice, unificatrice, et socialisante (Chevalier et Gheerbrant, 1982, pp. xviii-xxiii). Il suppose par ailleurs le passage de l’inconscient - lieu où, selon Jung, s’inscrivent ces prototypes d’ensembles symboliques appelés archétypes - à la conscience. Ortigues affirme à cet égard que

le dédoublement du sujet dans la réflexion de la conscience implique la médiation d’un pôle d’altérité inhérent à la loi du langage ; chaque conscience revient à soi au sein d’un rapport à d’autres consciences où chacune rend perceptible à l’autre sa propre opération. (1962 : 31)

93Au travers de la taille, objet symbolique mais aussi mythique, l’on peut d’abord observer de façon privilégiée la projection d’une intention signifiante de type intersubjectif sur un support matériel, support qui permet de la physifier et ainsi de l’objectiver. Ce support se voit donc investi de cette relation, à laquelle il infuse forme et substance, mais aussi ses propres potentialités matérielles, notamment celle de se faire entailler et de se scinder en deux lorsqu’une dette est contractée, pour ensuite, lors du règlement de cette dette, redevenir un. Une surenchère de scission se présente ainsi à l’inconscient. En effet, c’est un acte de scission qui permet de créer le support, car, festuca notata ou taille, il s’agit d’un objet découpé dans du bois (ébranchage, écorçage) et ensuite façonné (taillage, lissage). Le marquage du support se fait ensuite par incision, et l’extinction de la dette ou autre forme d’obligation ainsi matérialisée s’effectue enfin en brûlant la taille ou en en découpant la partie correspondant à la somme remboursée, s’il s’agit de cela (Menninger, 1992 : 228).

94L’on peut également observer la fonction ‘implicative’ véhiculée par ce support. En effet, l’on a vu (fig. 3) que si la relation d’obligation ROb repérée à To est envisagée comme résultant du passage d’une relation de non-obligation RNonOb intervenue à T-1, et si le ‘retour’ à RNonOb est jugé souhaitable par les contractants, alors ce ‘retour’ ne peut intervenir qu’à T+1. Or, pour que ce ‘retour’ se réalise à T+1, le débiteur (s’il s’agit d’une dette financière) doit rendre au créancier la somme due à ce dernier. En d’autres termes, le passage de la relation d’obligation ROb à la relation RNonOb implique (au sens de « est conditionné par ») la restitution de la somme d’argent prêtée ou empruntée, selon le point de vue adopté.

95En ce qui concerne le rôle de la fonction symbolique tel qu’il influe sur la notion d’obligation, et en particulier la réversibilité caractéristique de celle-ci, nous souscrivons au point de vue exprimé par Ortigues

il est essentiel à la fonction symbolique d’établir d’une manière ou d’une autre des relations réversibles entre ce que chacun reçoit comme un don et ce qui en résulte pour lui de dette ou d’obligation, relations réversibles entre mouvements de signes contraires positifs ou négatifs. (1962 : 213)

96Alors que la fonction substitutive de la taille semble résider en ce qu’elle extériorise et physifie la relation intersubjective telle que celle-ci est pensée intuitivement et inconsciemment par le sujet, sa fonction médiatrice fait d’elle un objet qui concentre et qui déconcentre à la fois les relations qu’il est chargé de représenter, et qu’il maintient dans un certain rapport, un certain équilibre. Quant à sa fonction unificatrice, elle est observable essentiellement au travers de son pouvoir de condensation et de synthétisation, et sa fonction socialisante, inséparable de celle du discours, au travers de son rôle de mise en communication au sein d’une société donnée. C’est peut-être là que se trouve l’essence de la fonction symbolique, du côté de ce qu’Ortigues appelle une « homologie entre le fait social et le fait linguistique dans une zone intermédiaire entre la psychologie de l’imaginaire et la vérité du concept. » (1962 : 191).

7. Conclusion

97Dans cette étude, nous avons pris soin de distinguer, dans la mesure du possible, les deux plans sous-tendant les hypothèses que nous avons formulées, et d’identifier les points de rencontre entre description, analyse, reconstruction et spéculation.

98Le premier plan, linguistique, mobilise des données empiriques, des formes reconstruites, et un protophonème indo-européen établi inductivement, afin d’étayer l’hypothèse de l’existence d’un lien étymologique indirect entre un dérivé putatif de i.-e. commun *(s)kel- ‘couper’ et *(s)kel- ‘devoir, être obligé’. Le deuxième plan, extralinguistique, s’appuie sur des données historiquement attestées relatives à une pratique sociale qui concerne un mode de représentation de l’obligation, à savoir la pratique de l’entaille, pratique caractéristique des civilisations indo-européennes les plus anciennes, notamment germaniques. Pour établir un lien motivé entre les données relevant de ces deux plans, nous avons eu recours notamment à des considérations aréologiques, lesquelles mettent en évidence une distribution partiellement superposable de l’aire d’extension connue de la pratique en question et celle de *(s)kel- ‘devoir, être obligé’.

99Sur le plan du signe, nous avons voulu comparer la conception saussurienne de l’encoche, entité afonctionnelle au moment où elle est pratiquée, avec la conception de l’encoche en tant qu’entité fonctionnelle, représentationnelle, mémorielle et comptable qui a pu être celle des civilisations qui ont eu recours, au travers de l’histoire, à la pratique de l’entaille. Considérée comme prototype, pour le signe, du signifiant, l’encoche saussurienne tire sa signification des rapports différentiels qu’elle entretient avec d’autres signifiants du même ordre, et non d’une éventuelle valeur inhérente. L’on a vu que c’est cette conception de la genèse du signe que Saussure adopte vis-à-vis de la langue.

100Pour Saussure, si la langue est un système de motivation (en particulier en ce qui concerne l’analogie), le signe linguistique est, dans son essence même, immotivé. Par ailleurs, il se conçoit négativement d’une certaine manière, car il acquiert sa valeur par différentiation avec les autres signes du même ordre faisant partie du système de la langue. C’est le type même de l’objet empirique non positif, objet qui ne peut devenir positif que s’il est envisagé comme étant délimité dans et par sa valeur propre, ce qui semble être possible lorsqu’il s’agit d’analyser l’encoche gravée sur une taille ou sur une festuca notata. En effet, l’encoche peut aussi être considérée comme possédant, tout comme son support, une valeur propre (ses propriétés inhérentes, sa matérialité) et une valeur symbolique projetée sur elle par le sujet, auquel cas elle devient analysable en soi et pour soi. Ces deux conceptions du signe se placent manifestement sur deux plans en partie antinomiques ; en particulier, la conception saussurienne de l’encoche est fondamentalement différentielle, alors que la conception « symbolique » de l’encoche est référentielle.

101Sur le plan du signe linguistique, la prise en compte de la notion de « motivation » nous a amené à évoquer le problème de l’arbitraire du signe, principe posé, mais non démontré, par Saussure. Arrivé affirme d’ailleurs qu’« il semble bien que, si le principe de l’arbitraire est indémontrable, il en va de même pour le principe inverse. » (1994 : 52). Et effectivement, pour démontrer qu’un signe linguistique quelconque s’est « fixé » sur le ‘terme’ que constitue l’encoche (les ancêtres de anc. fr. taille, ang. score, etc.), un préalable sine qua non consiste à poser, dans le cadre d’une théorie raisonnée, les conditions qui ont pu présider à l’émergence et à l’évolution du signe.

102L’on a également abordé quelques aspects philosophiques et métaphysiques relatifs à la notion d’obligation, ce qui nous a permis de mettre en évidence le caractère profondément symbolique, voire mythique, des supports matériels impliqués dans la pratique de l’entaille. Comme l’écrit Rastier, « La science et le mythe ne sont pas définitivement séparés par le progrès des connaissances et l’activité critique doit sans cesse retracer entre elles une démarcation. » (2003 : 29).

103Pour ce qui est de shallaux et ses ascendants, notre étude a mis en évidence ce que d’autres ont vu, à savoir le rôle crucial que jouent la subduction ésotérique ainsi que la lexicalisation dans la construction de la langue et la conservation de ses propriétés les plus abstraites. Ce serait donc parce que l’un des dérivés de i.-e. commun *(s)kel- ‘couper’ aurait acquis un sens spécialisé renvoyant à la pratique de l’entaille afin de représenter une relation d’obligation, mais aussi parce que ce dérivé aurait subi un processus de différentiation vocalique, de grammaticalisation et de lexicalisation, dont témoigneraient chronologiquement i.-e. *skol- ‘devoir, être obligé’, germ. *skal et v.-a. sceal, que shallaux atteste en anglais moderne la valeur sémantique d’obligation dans nombre de ses emplois radicaux, en fonction de la personne, de la source de la contrainte, et du contexte énonciatif notamment.

104En ce qui concerne la valeur de projection associée à la notion de contrainte développée par shallaux, valeur attestée déjà en gotique par certaines formes du verbe skulan ‘devoir’ selon Tellier, elle trouverait sa cause initiale en ce que le sens spécialisé de ‘couper, entailler un morceau de bois pour y représenter un devoir, une dette, une obligation’ que nous attribuons putativement à l’un des dérivés de *(s)kel- ‘couper’, désigne une action qui est fondamentalement projective et implicative. L’action en question, repérée par rapport à une relation d’obligation ROb existant à To, correspond au processus intervenu à T-1 qui marque l’instauration de cette relation. Or, mettre fin à celle-ci, si cela est jugé souhaitable, implique le passage / retour à une relation de non-obligation, événement qui ne peut intervenir qu’à T+1, c’est-à-dire dans l’avenir (fig. 3 ci-dessus). Ce passage / retour donnera lieu à son tour à un état, repéré à T+2, qui résultera de l’achèvement du processus intervenu à T+1. C’est ainsi que se mettent en place les notions de cyclicité, de récursivité et de bouclage (permettant la réinsertion périodique du sujet), mais aussi celle de causalité, pour peu que la relation chronologique se double d’une relation logique correspondant à un lien de cause à effet.

105Enfin, nous avons pu identifier ici une autre contrainte, de taille, portant sur la validation de l’hypothèse que veut que les groupes consonantiques initiaux de l’anglais de type SC- (où C = sonante ou occlusive sourde) véhiculent, du fait de leur invariance en surface, une invariance en profondeur (Philps, 2003). C’est après tout grâce à cette approche submorphémique du lexique anglais, approche fondée sur une théorie de l’invariance notionnelle manifestée en position initiale de mot par la sous-classe des ‘mots en SK- ayant le sens de ‘couper’, que la présente étude a pu se mettre en place.

106N.B. : Je tiens à remercier chaleureusement tous les collègues qui m’ont aidé à mener cette étude à bien, et tout particulièrement Messieurs Guy Bourquin, Jean-Marc Gachelin, Marc Plénat et le regretté Mark Southern.

Top of page

Bibliography

Aglo, John (1998). Norme et symbole. Les fondements philosophiques de l’obligation, Paris : L’Harmattan.

Arrive, Michel (1994). Langage et psychanalyse, linguistique et inconscient, Paris : Presses Universitaires de France.

Benveniste, Émile (1964 [1939]). « Répartition des consonnes et phonologie du mot », in Études phonologiques dédiées à la mémoire de M. le Prince N.S. Trubetzkoy, préface de Carroll Ε. Reed. Alabama Linguistic and Philological series 2. Alabama : University of Alabama Press, 27-35.

Benveniste, Emile (1966). Problèmes de linguistique générale, I, Paris : Gallimard.

Benveniste, Emile (1969). Le vocabulaire des institutions indo-européennes, 1, Paris : Les éditions de Minuit.

Bohas, Georges (2000). Matrices et étymons. Développements de la théorie, Lausanne : Éditions du Zèbre.

Borella, Jean (1989). Le mystère du signe, Paris : Maisonneuve et Larose.

Bourquin, Guy (2000). « Quelques leçons de l’histoire des perfecto-présents du germanique », in La modalité et les modaux en diachronie et en synchronie (domaine anglais), Jean Pauchard (dir.), Reims : Presses Universitaires de Reims, 15-33.

Bourquin, Guy (2003). Communication personnelle.

Chantraine, Pierre (1926). Histoire du parfait grec, Paris : Librairie ancienne Honoré Champion.

Chevalier, Jean et Alain Gheerbrant (1982). Dictionnaire des symboles, Paris : Laffont.

Clark Hall, John R. (1960 [1894]). A Concise Anglo-Saxon Dictionary,4ème édition, Cambridge : Cambridge University Press.

Crepin, André (1994). Deux mille ans de langue anglaise, Paris : Nathan.

Donald, Merlin (1999). Les origines de l’esprit moderne. Trois étapes dans l’évolution de la culture et de la cognition, traduit de la 1ère édition américaine par Christèle Emenegger et Francis Eustache, Paris / Bruxelles : De Boeck Université.

Dubois, Jean, Mathée Giacomo, Louis Guespin, Christiane Marcellesi, Jean-Baptiste Marcellesi et Jean-Pierre Mevel (1999). Dictionnaire de linguistique et des sciences du langage, Paris : Larousse.

Engler, Rudolf (1968). Édition critique du « Cours de linguistique générale », tomes 1 (1968) et 2 (fasc. 4, 1974), Wiesbaden : Harrassowitz.

Ernout, Alfred et Antoine Meillet (2001 [1932]). Dictionnaire étymologique de la langue latine, retirage de la 4ème édition révisée, Paris : Klincksieck.

Gamkrelidze, Thomas V. et Vjaçeslav V. Ivanov (1995). Indo-European and the lndo-Europeans, vols. I et II (traduit par J. Nichols), Berlin : Mouton de Gruyter.

Gerschel, Lucien (1962). « L’ogam et le nombre », Études celtiques, X(l) : 127-166.

Godelier, Maurice (1996). L’énigme du don, Paris : Fayard.

Greimas, Algirdas (2001 [1979]). Dictionnaire de l’ancien français, Paris : Larousse.

Guigniaut, J. D. (1825-1851), Religions de l’antiquité, traduit de l’allemand (Dr. F. Creuzer), tome I, seconde partie (1825), Paris : Treuttel et Wiirtz.

Guillaume, Gustave (1945). L’architectonique du temps dans les langues classiques, dans Temps et verbe (réimpression de 1993), Paris : Librairie Honoré Champion.

Guillaume, Gustave (1964). Langage et science du langage, Paris : A.-G. Nizet / Québec : Les Presses de l’Université Laval.

Guillaume, Gustave (1973). Leçons de linguistique 1948-49, série C, vol. 3, « Grammaire particulière du français et grammaire générale (IV) », Paris : Klincksieck/Québec : Les Presses de l’Université Laval.

Guillaume, Gustave (1988). Leçons de linguistique 1947-48, série C, vol. 8, « Grammaire particulière du français et grammaire générale (III) », Lille : Presses Universitaires de Lille/Québec : Les Presses de l’Université Laval.

Hewson, John et Vit Bubenik (1997). Tense and Aspect in Indo-European Languages, Amsterdam : John Benjamins.

Ifrah, Georges (1994 [1981]). Histoire universelle des chiffres, Tomes I et II, Paris : Laffont.

Jasanoff, Jay (1978). Stative and Middle in Indo-European, Innsbrucker : Innsbrucker Beitrage zur Sprachwissenschaft.

Jasanoff, Jay (2003). Hittite and the Indo-European Verb, Oxford : Oxford University Press.

Joly, André et Dairine O’kelly (1990). Grammaire systématique de l’anglais, Paris : Nathan.

Josset, C. R. (1971). Money in Great Britain and Ireland, Rutland (Vermont) : Charles E. Ruttle Company.

Kazimirski, A. de Biberstein (1860). Dictionnaire arabo-français, tomes I et II, Paris : Maisonneuve et Larose [réédition de 1944, Beyrouth : Librairie du Liban].

Kurylowicz, Jerzy (1956). L’apophonie en indo-européen, Wrocław : Zaklad Imienia Ossolinskich, Wydawnictwo Polskiej Akademii Nauk.

Lacan, Jacques (1973). Le séminaire, livre XI : Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, 1964, Paris : éditions du Seuil.

Larreya, Paul (1984). Le possible et le nécessaire. Modalités et auxiliaires modaux en anglais britannique, Paris : Nathan.

Lass, Roger (1994). Old English, Cambridge : Cambridge University Press.

Lehmann, Winfred (1986). A Gothic Etymological Dictionary, Leiden : Ε. J. Brill.

Lyons, John (1970). Linguistique générale. Introduction à la linguistique théorique, traduit par Françoise Dubois-Charlier et David Robinson, Paris : Larousse.

Mallory, James P. et Douglas Q. Adams (1997). Encyclopedia of Indo-European Culture, Chicago / London : Fitzroy Dearborn.

Marshack, Alexander (1972). The Roots of Civilization, New-York : McGraw-Hill.

Martinet, André (1986). Des steppes aux océans, Paris : Payot.

Mauss, Marcel (2001). Sociologie et anthropologie (9ème édition, « Quadrige », IIème partie : Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques), Paris : Presses Universitaires de France.

Menninger, Karl (1992 [1969]). Number Words and Number Symbols. A Cultural History of Numbers, New-York : Dover.

Moignet, Gérard (1981). Systématique de la langue française, Paris : Klincksieck.

Onions, Charles T. (dir.) (1966). The Oxford Dictionary of English Etymology, Oxford : Clarendon Press.

Ortigues, Edmond (1962). Le discours et le symbole, Paris : Aubier.

Philps, Dennis (2000). « Le sens retrouvé ? De la nomination de certaines parties du corps : le témoignage des marqueurs sub-lexicaux de l’anglais en <CN > », Anglophonia / Sigma, 8 : 207-232, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail,

Philps, Dennis (2002). « Le concept de ‘marqueur sub-lexical’ et la notion d’invariant sémantique », in La notion d’invariant sémantique, Pierre Larrivée (dir.), Travaux de linguistique, 45 : 103-123.

Philps, Dennis (2003). « L’invariance sub-lexicale et le marqueur <sk-> », Anglophonia / Sigma, 14 : 177-193, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail.

Philps, Dennis (2005). « From PIE *(s)kel- ‘to cut’ to Germanie and Baltic *(s)kel ‘to owe’ : an hypothesis based on the concept of ‘notional chronology’ », Journal of Indo-European Studies 33(1-2) : 1-26.

Platon (1964 pour la traduction d’Émile Chambry). Le Banquet, Paris : Flammarion.

Prokosch, Eduard (1939). A Comparative Germanic Grammar, Baltimore : Linguistic Society of America.

Rastier, François (2003). « Le silence de Saussure ou l’ontologie refusée », in Saussure, Simon Bouquet (dir.), Paris : L’Herne.

Rix, Helmut (dir.), Martin Kümmel, Thomas Zehnder, Reiner LiPP et Brigitte Schirmer (2001). Lexikon der indogermanischen Verben, Wiesbaden : Reichert.

Sassoon, Rosemary et Albertine Gaur (1997). Signs, Symbols and Icons, Exeter : Intellect Books.

Saussure, Ferdinand de (1972 [1916]). Cours de linguistique générale, Paris : Payot.

Southern, Mark R.V. (2000). «Tabula rāsa: The ‘tablet’ word in Italic, and its Indo-European relatives.», Münchener Studien zur Sprachwissenschaft, 60: 89-133.

Szemerényi, Oswald J. L. (1999). Introduction to Indo-European Linguistics, Oxford: Oxford University Press.

Tellier, André (1962). Les verbes perfecto-présents et les auxiliaires de mode en anglais ancien, Paris : Klincksieck.

Tesniere, Lucien (1959). Éléments de syntaxe structurale, Paris : Klincksieck.

Todorov, Tzvetan (1977). Théories du symbole, Paris : éditions du Seuil.

Watkins, Calvert (1969). «Geschichte der indogermanischen Verbalflexion », Indogermanische Grammatik, iii/1, Heidelberg, Winter.

Watkins, Calvert (2000). The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots, 2ème édition, Bosto : Houghton Mifflin.

Top of page

Notes

2 A Concise Anglo-Saxon Dictionary (Clark Hall, 1960).

3 The Oxford English Dictionary, 2eme édition, 1989.

4 Philps, 2003 : 184.

5 The New Shorter Oxford English Dictionary.

6 Parfois reconstruit sous la forme *(s)kelH- ou *skelH-, où –H- serait un élargissement (ainsi Jasanoff, 2003 : 78).

7 Lexikon der indogermanischen Verben (Rix et al., 2001).

8 The American Heritage Dictionary of Indo-European Roots (Watkins, 2000).

9 Le Grand Robert de la langue française, nouvelle édition de 2001, vol. 1 : 2008.

10 Voir Joly et O’Kelly, 1990 : 166-168, pour une application de cette notion à l’anglais.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : D’un pré-indo-européen *(s)keR- ‘couper’ à ang. mod. score ‘encoche’ et shallaux (obligation, visée) : tentative de reconstruction. Sources :LIV7/AHDIER8/NSOED
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/992/img-1.jpg
File image/jpeg, 324k
Title Fig. 2 : Analyse morphologique de germ. *skal ‘je dois’
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/992/img-2.jpg
File image/jpeg, 44k
Title Fig. 3 : La chronologie notionnelle régissant le rapport entre le sens spécialisé de *(s)kel- ‘couper’ postulé (‘couper, entailler un morceau de bois…’) et *skol-< *(s)kel- ‘devoir, être obligé’
URL http://anglophonia.revues.org/docannexe/image/992/img-3.jpg
File image/jpeg, 103k
Top of page

References

Bibliographical reference

Dennis Philps, « Des origines indo-européennes de shall », Anglophonia/Sigma, 12 (24) | 2008, 149-182.

Electronic reference

Dennis Philps, « Des origines indo-européennes de shall », Anglophonia/Sigma [Online], 12 (24) | 2008, Online since 13 December 2016, connection on 21 August 2017. URL : http://anglophonia.revues.org/992 ; DOI : 10.4000/anglophonia.992

Top of page

About the author

Dennis Philps

Université de Toulouse-Le Mirail, CAS/IRPALL

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Anglophonia – French Journal of English Linguistics est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Revues.org